Culte des Princes des Pauvres : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
m
m
 
Ligne 8 : Ligne 8 :
 
Les Princes des Pauvres sont originaires de Chancer’s Vale, un monde-taudis à la surface ocre, qui bien qu’encore répertorié comme une planète sous joug impérial, est presque entièrement tombé sous la coupe du culte. La majorité de la population, à la peau horriblement racornie par le travail dans les mines de sel, vit dans les bidonvilles sordides qui jalonnent les côtes des mers asséchées. La planète exporte chaque année des millions de tonnes de cubes de sel aux planètes voisines dépourvues de mer. Ces exportations ont de multiples usages, allant de la salaison de viande à la préparation de baumes de soin. Les Princes des Pauvres issus de Chancer’s Vale affichent une peau ridée et blafarde ; un trait qui les identifie comme les enfants bénis de la terre sacrés pour ceux qui ont colonisé d’autres mondes au nom du culte.
 
Les Princes des Pauvres sont originaires de Chancer’s Vale, un monde-taudis à la surface ocre, qui bien qu’encore répertorié comme une planète sous joug impérial, est presque entièrement tombé sous la coupe du culte. La majorité de la population, à la peau horriblement racornie par le travail dans les mines de sel, vit dans les bidonvilles sordides qui jalonnent les côtes des mers asséchées. La planète exporte chaque année des millions de tonnes de cubes de sel aux planètes voisines dépourvues de mer. Ces exportations ont de multiples usages, allant de la salaison de viande à la préparation de baumes de soin. Les Princes des Pauvres issus de Chancer’s Vale affichent une peau ridée et blafarde ; un trait qui les identifie comme les enfants bénis de la terre sacrés pour ceux qui ont colonisé d’autres mondes au nom du culte.
  
La pauvreté de ce monde est telle que la majeure partie de ses habitants en est venue à vénérer le culte, non pas en y étant contraints par des moyens coercitifs ou par le Baiser du Genestealer, mais parce qu’elle cherchait désespérément à quitter la planète. La nouvelle s’était répandue qu’une branche du culte impérial prospérait dans le spatioport de Senfarr, bien que le [[Purestrain Genestealer]] à l’origine de sa création demeurât tapi à l’insu de tous dans la super-barge ''Just Strength''. Depuis le Strength se dressa un culte qui prêchait l’espoir, la solidarité et une nouvelle ère, un mélange enivrant pour les opprimés et la population désespérée des côtes calcinées de la planète. Le premier et le plus talentueux démagogue du culte, le Magus Marovitch Tenndarc, évoquait une nouvelle vie parmi les étoiles avec tant de conviction que des milliers d’individus cédèrent à son emprise en l’espace de quelques semaines. Des pans entiers de la population s’unirent dans leur dévotion au Sauveur Stellaire. Chaque jour, le Magus prononçait un sermon aux foules euphoriques, décrivant la grandeur a venir. Tenndarc mourut en plongeant devant la balle d’un tireur Ratling qui visait le Sauveur Stellaire, Patriarche du culte. L’assassin abhumain fut taillé en pièces sur-le-champ, Tenndarc fut canonisé, et le nombre de fidèles du culte quadrupla. Depuis ce jour, le culte voue une haine féroce aux Ratlings, et dans toute zone abritant ces minuscules Gardes Impériaux, il s’acharnera à les détruire - car celui qui faillit tuer leur Patriarche pourrait un jour y parvenir, chose qu’ils ne peuvent tolérer.
+
La pauvreté de ce monde est telle que la majeure partie de ses habitants en est venue à vénérer le culte, non pas en y étant contraints par des moyens coercitifs ou par le Baiser du Genestealer, mais parce qu’elle cherchait désespérément à quitter la planète. La nouvelle s’était répandue qu’une branche du culte impérial prospérait dans le spatioport de Senfarr, bien que le [[Purestrain Genestealer]] à l’origine de sa création demeurât tapi à l’insu de tous dans la super-barge ''Just Strength''. Depuis le Strength se dressa un culte qui prêchait l’espoir, la solidarité et une nouvelle ère, un mélange enivrant pour les opprimés et la population désespérée des côtes calcinées de la planète. Le premier et le plus talentueux [[Démagogue]] du culte, le Magus Marovitch Tenndarc, évoquait une nouvelle vie parmi les étoiles avec tant de conviction que des milliers d’individus cédèrent à son emprise en l’espace de quelques semaines. Des pans entiers de la population s’unirent dans leur dévotion au Sauveur Stellaire. Chaque jour, le Magus prononçait un sermon aux foules euphoriques, décrivant la grandeur a venir. Tenndarc mourut en plongeant devant la balle d’un tireur Ratling qui visait le Sauveur Stellaire, Patriarche du culte. L’assassin abhumain fut taillé en pièces sur-le-champ, Tenndarc fut canonisé, et le nombre de fidèles du culte quadrupla. Depuis ce jour, le culte voue une haine féroce aux Ratlings, et dans toute zone abritant ces minuscules Gardes Impériaux, il s’acharnera à les détruire - car celui qui faillit tuer leur Patriarche pourrait un jour y parvenir, chose qu’ils ne peuvent tolérer.
  
 
Si un culte incarne l’obéissance aveugle à l’Esprit de Couvain, c’est bien le culte des Princes des Pauvres. Ces zélotes sont unis dans une dévotion frénétique à la cause : leurs fantassins hybrides feraient littéralement n’importe quoi pour sauver leurs maîtres et n’hésiteraient pas à braver des grêles de balles si ses chefs de guerre le leur ordonnaient, car ils vénèrent l’unité bénie avant tout. Les archives de l’[[Ordo Xenos]] rapportent une centaine de sacrifices désespérés, certains si choquants qu’ils s apparentent davantage au comportement d’une ruche d’insectes que d’un groupe d’humains. Certains flux vidéo montrent des hybrides mutants courant à travers des feux de prométhium pour se ruer sur des [[Escouade Aggressor|Escouades Aggressor]] dans le seul but d’'ffrir un répit à leurs chefs de guerre. Selon certaines informations, des [[Néophyte Hybride|Néophytes Hybrides]] auraient joué le rôle de boucliers humains pour leurs chefs de culte, encaissant des balles au phosphore d’un clade de guerre Kastelan sans émettre le moindre cri de douleur. De vieilles archives vidéo montreraient même des Princes des Pauvres se jetant sur les gigantesques béliers hérissés de pointes de l’[[Ork]] Bonebreaka afin de bloquer leurs mécanismes et de protéger leur Patriarche, lequel se serait échappé en escaladant le côté d’un bâtiment sans jeter le moindre regard en arrière.
 
Si un culte incarne l’obéissance aveugle à l’Esprit de Couvain, c’est bien le culte des Princes des Pauvres. Ces zélotes sont unis dans une dévotion frénétique à la cause : leurs fantassins hybrides feraient littéralement n’importe quoi pour sauver leurs maîtres et n’hésiteraient pas à braver des grêles de balles si ses chefs de guerre le leur ordonnaient, car ils vénèrent l’unité bénie avant tout. Les archives de l’[[Ordo Xenos]] rapportent une centaine de sacrifices désespérés, certains si choquants qu’ils s apparentent davantage au comportement d’une ruche d’insectes que d’un groupe d’humains. Certains flux vidéo montrent des hybrides mutants courant à travers des feux de prométhium pour se ruer sur des [[Escouade Aggressor|Escouades Aggressor]] dans le seul but d’'ffrir un répit à leurs chefs de guerre. Selon certaines informations, des [[Néophyte Hybride|Néophytes Hybrides]] auraient joué le rôle de boucliers humains pour leurs chefs de culte, encaissant des balles au phosphore d’un clade de guerre Kastelan sans émettre le moindre cri de douleur. De vieilles archives vidéo montreraient même des Princes des Pauvres se jetant sur les gigantesques béliers hérissés de pointes de l’[[Ork]] Bonebreaka afin de bloquer leurs mécanismes et de protéger leur Patriarche, lequel se serait échappé en escaladant le côté d’un bâtiment sans jeter le moindre regard en arrière.

Version actuelle datée du 11 septembre 2019 à 10:01

De grands sacrifices naît l’immortalité..

Les Princes des Pauvres croient que seuls le sacrifice et l’humilité engendrent la grandeur. Zélotes jusqu’à l’obsession, ils sapent l’édifice de l’Imperium pour assurer la croissance du culte, même s’il faut pour cela anéantir toute vie hormis celle du Patriarche.

  • Zélotes Dévots : Les cultistes des Princes des Pauvres sont si zélés qu’ils se jetteraient volontiers sur une grenade Frag dégoupillée pour protéger les chefs de leur culte. Lorsque leur organisation est menacée, ils luttent comme des déments pour repousser et massacrer ceux qui s’opposent à leur ascension.

Les Princes des Pauvres sont des adeptes des Enfants Stellaires, des dieux xenoformes qu’on ne vénère qu’à mots couverts et par sous-entendus. Ils révèrent également leurs propres prophètes et leurs saints vivants, qui les protègent avec une détermination farouche. Ils sont totalement désintéressés et fidèles à leur credo au point qu’ils encaisseront volontiers une balle à la place des proches du Patriarche. Ils n’hésitent jamais à offrir leur vie pour protéger leur chef de guerre. Ce sens du sacrifice, cette loyauté extrême, n’est pas imposé, mais instigué, car le martyr de leur premier Magus a imprimé la psyché du culte d’une manière qui définit encore ses membres des siècles plus tard.

Les Princes des Pauvres sont originaires de Chancer’s Vale, un monde-taudis à la surface ocre, qui bien qu’encore répertorié comme une planète sous joug impérial, est presque entièrement tombé sous la coupe du culte. La majorité de la population, à la peau horriblement racornie par le travail dans les mines de sel, vit dans les bidonvilles sordides qui jalonnent les côtes des mers asséchées. La planète exporte chaque année des millions de tonnes de cubes de sel aux planètes voisines dépourvues de mer. Ces exportations ont de multiples usages, allant de la salaison de viande à la préparation de baumes de soin. Les Princes des Pauvres issus de Chancer’s Vale affichent une peau ridée et blafarde ; un trait qui les identifie comme les enfants bénis de la terre sacrés pour ceux qui ont colonisé d’autres mondes au nom du culte.

La pauvreté de ce monde est telle que la majeure partie de ses habitants en est venue à vénérer le culte, non pas en y étant contraints par des moyens coercitifs ou par le Baiser du Genestealer, mais parce qu’elle cherchait désespérément à quitter la planète. La nouvelle s’était répandue qu’une branche du culte impérial prospérait dans le spatioport de Senfarr, bien que le Purestrain Genestealer à l’origine de sa création demeurât tapi à l’insu de tous dans la super-barge Just Strength. Depuis le Strength se dressa un culte qui prêchait l’espoir, la solidarité et une nouvelle ère, un mélange enivrant pour les opprimés et la population désespérée des côtes calcinées de la planète. Le premier et le plus talentueux Démagogue du culte, le Magus Marovitch Tenndarc, évoquait une nouvelle vie parmi les étoiles avec tant de conviction que des milliers d’individus cédèrent à son emprise en l’espace de quelques semaines. Des pans entiers de la population s’unirent dans leur dévotion au Sauveur Stellaire. Chaque jour, le Magus prononçait un sermon aux foules euphoriques, décrivant la grandeur a venir. Tenndarc mourut en plongeant devant la balle d’un tireur Ratling qui visait le Sauveur Stellaire, Patriarche du culte. L’assassin abhumain fut taillé en pièces sur-le-champ, Tenndarc fut canonisé, et le nombre de fidèles du culte quadrupla. Depuis ce jour, le culte voue une haine féroce aux Ratlings, et dans toute zone abritant ces minuscules Gardes Impériaux, il s’acharnera à les détruire - car celui qui faillit tuer leur Patriarche pourrait un jour y parvenir, chose qu’ils ne peuvent tolérer.

Si un culte incarne l’obéissance aveugle à l’Esprit de Couvain, c’est bien le culte des Princes des Pauvres. Ces zélotes sont unis dans une dévotion frénétique à la cause : leurs fantassins hybrides feraient littéralement n’importe quoi pour sauver leurs maîtres et n’hésiteraient pas à braver des grêles de balles si ses chefs de guerre le leur ordonnaient, car ils vénèrent l’unité bénie avant tout. Les archives de l’Ordo Xenos rapportent une centaine de sacrifices désespérés, certains si choquants qu’ils s apparentent davantage au comportement d’une ruche d’insectes que d’un groupe d’humains. Certains flux vidéo montrent des hybrides mutants courant à travers des feux de prométhium pour se ruer sur des Escouades Aggressor dans le seul but d’'ffrir un répit à leurs chefs de guerre. Selon certaines informations, des Néophytes Hybrides auraient joué le rôle de boucliers humains pour leurs chefs de culte, encaissant des balles au phosphore d’un clade de guerre Kastelan sans émettre le moindre cri de douleur. De vieilles archives vidéo montreraient même des Princes des Pauvres se jetant sur les gigantesques béliers hérissés de pointes de l’Ork Bonebreaka afin de bloquer leurs mécanismes et de protéger leur Patriarche, lequel se serait échappé en escaladant le côté d’un bâtiment sans jeter le moindre regard en arrière.

Il est presque impossible de décapiter ce culte, car il semble pressentir le danger, surtout lorsque le cœur de sa sinistre organisation est menacé. Au vu de la vie de rêve que mènent ses chefs de guerre, ses méthodes extrêmes se sont révélées extrêmement efficaces. Comme disent ses fidèles, appartenir aux Princes des Pauvres revient à vivre pour l’éternité ; même si aucun d’eux n’admettra que cette existence pourrait s’écouler avez un autre corps, voire une autre anatomie, que celui de sa naissance.

Les Princes des Pauvres se targuent d’être bénis par un sixième sens, et à maintes reprises, cette affirmation s’est vérifiée. Vigilus, à la lisière nord du Gantelet de Nachmund, en est le parfait exemple. Sur cette planète déchirée par la guerre, les Princes des Pauvres s’étaient employés pendant des générations à infiltrer chaque strate de la société. Intrigués par un afflux de rumeurs et de rapports de disparition, des équipes de l’Adeptus Arbites et même des éléments de l’Inquisition décidèrent de fouiller les recoins les plus sombres du monde. Malgré tous leurs efforts, le Culte Genestealer gardait toujours une longueur d’avance, se fondant avec tant de talent parmi la population qu’il poursuivit son œuvre ignoble sans entrave. Le Patriarche de cette infestation planétaire, appelé Grand Sire Wyrm par ses fervents adeptes, était si doué pour esquiver ses poursuivants ou passer inaperçu que ses cultistes prétendaient qu’il était aussi intangible que de la brume et capable de passer d’une ombre à l’autre à volonté.

Lorsqu’une brusque invasion d’Orks venus de la Grande Faille menaça de tuer dans l’œuf l’insurrection de Vigilus, les cultistes se retrouvèrent à défendre les domaines qu’ils s’étaient échinés à ébranler. Tout ce pour quoi ils avaient combattu, tout ce qu’ils avaient planifié, serait perdu s’ils permettaient à la menace peau-verte de dominer la surface du monde, car les Orks avaient profité de la vulnérabilité de la planète lors de la Noctis Aeterna pour conquérir les terres en friche et envahir les abords des étendues ruchières, bastions des régions civilisées. Ce qui commença comme une invasion dévastatrice mais relativement simple se transforma en une guerre complexe et multicouche sur tous les fronts. Les Princes des Pauvres prirent le contrôle de la Ruche Dirkden et allèrent jusqu’à empoisonner génétiquement un grand nombre des Abîmes, de gigantesques réservoirs d’où était puisée une grande partie de l’eau de la planète. À force de complots et de pièges, le credo du culte atteignit les plus hauts échelons de la société, infectant même le Ministorum du Refuge du Saint et le Conseil Aquilarien. Seule l’intervention des Ultramarines de Marneus Calgar sauva la planète du désastre ; cependant, les Princes des Pauvres s’étaient déjà propagés, infestant la lune de la planète avant de s’aventurer encore plus loin.

Source

  • Codex Genestealer Cults, V8