Conquête de Galaspar : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
(Page créée avec « La première grande campagne indépendante menée de la XIV<small><sup>e</sup></small> Légion pour la première fois sous le commandement de Mortarion... »)
(Aucune différence)

Version du 25 mars 2020 à 23:46

La première grande campagne indépendante menée de la XIVe Légion pour la première fois sous le commandement de Mortarion fut la conquête du Monde-Ruche de Galaspar. C’est l’une des victoires les plus remarquables et les plus violentes de la Grande Croisade dans les environs du Segmentum Pacificus. C’est aussi l’un des deux plus grands triomphes de la Légion, alors Loyaliste, et un exemple de leur art de la guerre.

Cœur d’un petit empire composé de onze étoiles primaires à proximité des amas (ses limites étant son absence de la maîtrise du voyage Warp avec des Navigators), Galaspar était un Monde-Ruche de premier plan, comptant peut-être trente milliards d’âmes, dont les origines remontent aux débuts de l’expansion de l’Humanité. Sa surface était recouverte d’une propagation d’arcatures urbaines colossales et scellées, rivalisant en taille avec toutes celles trouvées dans le noyau du Segmentum Solar. En dehors des Ruches fortifiées, des millénaires d’expansion démographique et de déchets industriels avaient anéanti l’écologie planétaire et rendu Galaspar aride, des désolations irradiées et battues par le vent, et dont la durée de vie d’un être humain non protégé à la surface se mesurait en minutes. Pendant des siècles, Galaspar et ses mondes vassaux ont été soumis à une tyrannie bureaucratique connue sous le nom de "l’Ordre", qui réduisait ses habitants à des "unités de travail" anonymes qui devaient être immédiatement euthanasiées lorsqu’elles n’avaient plus de valeur pour son système, et qui régnait grâce à un mélange d’oppression écrasante et de dépendance chimique forcée.

Les vaisseaux d’explorations impériales qui sont entrés les premiers dans l’amas de Galaspar ont été immédiatement pris pour cible et attaqués par des navires à faible vitesse mais qui étaient lourdement armés et qui patrouillaient dans l’amas. Tous les efforts de communication qui ont suivi ont été contrés par la violence. Les missions de reconnaissance et d’infiltration ont révélé une poche d’Humanité grouillante mais horriblement opprimée, ce qui en a fait une cible de choix pour la Grande Croisade, mais l’estimation des ressources militaires nécessaires pour prendre l’amas était extrêmement élevée. De telles forces affectées au Segmentum n’étaient pas disponibles à l’époque, les 22e et 11e Flottes de Croisade s’étant engagées dans le renversement de l’Empire des Orks de Vulga Kar, pendant que le groupement tactique Gorgone V et la Légion des White Scars étaient occupés à pourchasser la retraite des Fra'al Sistrum vaincus dans les profondeurs d’Ophidia. Compte tenu de la position stratégique de la région, les Seigneurs Militants avaient décidé d’encercler l’Amas de GaIaspar jusqu’à ce que des forces suffisantes puissent être concentrées pour l’écraser dans ce qui serait une campagne de Conformité éreintante et sanglante. Cette décision fut rapidement renversée par la parole de l’Empereur, dont l’intercession fut obtenue par la pétition directe de Mortarion, son fils le plus récemment retrouvé.

Pour Mortarion, les péchés de l’Ordre ne pouvaient pas être tolérés pendant une autre génération, une autre année ou un autre jour, ni même pendant une autre heure et devaient d’être punis. C’est ainsi que, sans avertissement, la flotte de la XIVe Légion s’est écrasée à travers les défenses extérieures du système de Galaspar comme une comète noire venue du ciel, et comme on disait des comètes d’autrefois, elles apportaient le malheur. Conduisant devant elle des astéroïdes équipés de moteurs et des vaisseaux suicides qui absorbèrent les vagues d’attaque, le cœur de l’assaut de Mortarion, composé de Barges de Bataille et de navires de classe capitale, a simplement traversé les défenses extérieures du système en se dirigeant directement vers son monde cible. Ignorant les planètes extérieures et les anneaux en spirale des systèmes de défense, et bravant le feu des stations qui se déplaçaient lentement, la flotte Space Marine plongea sans donner de réponse, laissant l’ennemi se débattre futilement dans le sillage de la Death Guard.

Mortarion ne se souciait pas des cibles secondaires ni de la froideur des engagements de la flotte, pour lui, le combat se déroulait à la surface de Galaspar. Un tumulte de missiles et de Macrocanons éclata de la planète et brisa le dernier des fers de lance ablatifs d’astéroïdes et d’épaves chargées de bombes qui formaient l’avant-garde de la flotte, leurs morts par explosion déversant des débris brûlants et des bombes sur la surface en contrebas et aveuglant temporairement les batteries au sol. Les vaisseaux de la Death Guard se sont rapprochés, déclenchant un ouragan de tirs de soutien tandis que Mortarion en personne, dans sa barge d’assaut spécialement configurée, le "Quatrième Cavalier", descendit au milieu de la tempête de feu et de cendre. Les batteries défensives virent trop tard la barge d’assaut de trois kilomètres de long plonger dans les cieux torturés et ont essayé de recalibrer les armes conçues pour engager des cibles au-delà de l’atmosphère, sans grand succès. Au dernier moment, des propulseurs gargantuesques ont tiré sur le "Quatrième Cavalier", qui s’est écrasé dans la structure supérieure de la principale Forteresse-Ruche de Galaspar, comme une flèche lancée de l’arc d’un dieu vengeur. Le séisme de la Ruche qui en a résulté a renversé les spires et réduit les barbacanes défensives en ruines, tuant des milliers de personnes en quelques minutes alors que le "Quatrième Cavalier" s’immobilisait profondément dans la structure de la Ruche à moitié effondrée. Une grande plaie s’est ouverte derrière laquelle une pluie d’acier sombre de nacelles de la Légion et d’aéronefs de combat Storm Eagles s’est abattue dans le sillage flamboyant de la barque. Dans l’espace, le reste de la flotte de la Death Guard s’est retirée, loin de la colère du monde blessé, sa tâche accomplie. Leur poison avait été injecté au cœur de Galaspar - 11 000 Space Marines vêtus de gris avec la figure spectrale de Mortarion à leur tête. La mort était venue.

La Ruche principale de Galaspar est tombée en une nuit et un jour alors que la Death Guard se déployait à un rythme implacable et régulier, tuant tout homme ou femme qui prenait les armes contre elle, détruisant les cloisons et s’emparant des points d’appui les uns après les autres, piétinant leurs défenseurs dans la poussière sanglante sous leurs talons. Les troupes de l’Ordre, si longtemps habituées à l’obéissance et à la peur de ceux qu’elles opprimaient, se sont retrouvés à reculer dans la terreur face à l’assaut d’un ennemi dont ils comprenaient à peine la puissance et l’implacabilité, et encore moins contrés. Les généraux de l’Ordre ont continué à envoyer aveuglément leurs bataillons d’esclaves-soldats drogués contre les géants en armure à l’intérieur de leurs murs, en espérant les retenir par le poids du nombre. Le résultat fut un massacre d’une ampleur inimaginable, la Death Guard défendant les points d’étranglement et capturant des forts. Elle a dû faire face à des redoutes lourdement défendues, supportant avec insouciance des tirs qui déclinaient. Elle a brisé les assauts des vagues humaines qui l’a attaqué avec des lames et des poings, et qui ont tiré des coups de feu inutiles sur les Armures Énergétiques. Sans relâche, le schéma de l’attaque fut répété : la Death Guard s’emparait du terrain, détruisait la contre-arche qui suivait et avançait dans son sillage. Elle inonda les chambres d’accès avec du Phosphex et coupa les jonctions électriques, plongeant des niveaux entiers de la Ruche dans l’obscurité totale qu’elle massacra avec un feu de Bolt hurlant. Partout, où Mortarion passait - une vision de la Mort elle-même pour les esprits chimiquement embrumés des soldats esclaves, sa grande faux répandait un bain de sang. La peur devint une panique que même les dirigeants ne pouvaient pas surmonter et la panique devint une déroute. Brisé et repoussée par la Death Guard, l’Ordre et ses troupes n’avaient nulle part où aller si ce n’est dans le sanctuaire désespéré des niveaux inférieurs de la Ruche où se trouvait sa colossale infrastructure infernale de systèmes et de mécanismes d’alimentation, ou dans les désolations au-delà avec la protection qu’ils pouvaient trouver, mais même là, l’implacable Death Guard les a suivis et les a tué. Les masses opprimées étaient laissées à la merci des figures grises dans leurs armures brûlées et ensanglantées, se recroquevillant de terreur dans leurs donjons, mais de Mortarion et de sa Death Guard, ils n’avaient rien à craindre.

Avec la Ruche principale de Galaspar sous le contrôle de la Death Guard, les Techmarines ont pris en charge les commandes principales des principales défenses orbitales planétaires, qui les ont rapidement désactivées. La voie était alors ouverte pour le retour de la flotte de la Death Guard et le ciel s’est assombri de toute la force de la Légion qui atterrirent sur la planète. Les autres forteresses demeuraient et l’Ordre n’était pas encore vaincu. Comme un nid perturbé d’insectes, les Ruches secondaires ont craché des dizaines de millions de soldats et des milliers de chars d’assaut, lâchés dans les désolations pour repousser les envahisseurs. Mais les Galaspariens se sont vite rendu compte que s’aventurer hors des murs fortifiés était un suicide, car la Death Guard se déplaçait facilement dans les désolations empoisonnés, et qu’elle tournait à son avantage l’environnement sauvage et les tempêtes. Avec la flotte de la Death Guard dominant le ciel, le sort de toute armée qui tenterait de s’emparer du terrain en masse courrait vers une destruction certaine, si ils n’étaient pas éradiqués au coup par coup par les guerriers en armure qui chassaient dans les désolations. Bientôt, chaque Cité-Ruche ne devint plus qu’un piège mortel pour tous ceux qui essayaient de la défendre, car elles furent méthodiquement assiégées, prises et placées sous le contrôle de la Death Guard - toute offre de reddition ignorée. La simple victoire de Mortarion, quelle que soit la chance qu’il avait de s’en sortir, ne suffisait pas. Des escouades furent envoyées après que quelques membres de l’Ordre aient survécu. Il n’y avait aucune pitié et aucun relâchement dans la punition appliquée par la Death Guard, que l’ennemi doive être terrassé par empoisonnement, dans les Ruches puantes ou les désolations irradiées... aucun n’a survécu.

Lorsque la flotte de soutien impériale arriva pour traiter les vaincus et faire le point sur ce nouveau territoire gagné pour l’Imperium, elle fut horrifiée par les conséquences du massacre que la Death Guard avait perpétré et l’inspiration qu’elle a donné aux milliards de personnes qu’elle avait "libéré". Le peuple de Galaspar, les sujets opprimés de l’Ordre, étaient maintenant presque enfantins et désireux d’accepter les serviteurs de l’Empereur et d’adopter leurs coutumes. Mais les notaires de l’Administratum ne parviennent pas à dissuader les Galaspariens de mener à bien la dernière tâche que leur avait confié Mortarion avant le départ de sa Légion : le décompte des morts.

Dans le sillage de la conquête de Galaspar, le groupe de mondes autrefois dominé capitula à une vitesse terrifiante, tous prêts à se soumettre à la Conformité Impériale à n’importe quelles conditions, afin d’éviter la faux du faucheur. Ainsi, plus de cent milliards de vies humaines furent livrées à la grâce de l’Imperium.[1]
  1. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Space Marine Legions - The Death Guard - Exemplary Battles - The Conquest og Galaspar (traduit de l'anglais par Guilhem)