Chute de la Forteresse Parfaite

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 14 avril 2022 à 13:05 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « <noinclude>{{Page Hérésie d'Horus}}</noinclude> Fichier:Narsis.jpg|right|500px|thumb|++Carta Segmenta++<br/> Nom : Narsis<br/> Classification : Monde Industriel/Forte... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Logo-OB-2021.jpg
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens


« La victoire n´exige nulle explication,
la défaite n´en admet aucune. »

- Doctrine militaire de l'Imperium
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

Black leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpg
Aquila corner hh.pngAquila corner hh.png




Marge hh.jpg
Marge hh.jpg
HH-sub-banner.png


++Carta Segmenta++
Nom : Narsis
Classification : Monde Industriel/Forteresse
[Fortification de classe Indomitus]
Données système : Gd/034498//k/oe Ƹ
Grille stellaire : 03-CD-5692/Omega
Segmentum : Tempestus/Sinistere
Notation : Auparavant, ce monde était un Fief-perpétuel de Fulgrim, Seigneur des Emperor’s Children
++ [les agents de la Divisio Militaris ont précédemment listés ce monde en rébellion active contre l’Imperium]++
La Forteresse Parfaite était l’incarnation physique de la fierté des Emperor's Children ; une ville remodelée par le génie de leur Primarque, Fulgrim, et de ses principaux lieutenants pour devenir une forteresse imprenable à tout assaut. Située sur le monde de Narsis, que les Emperor’s Children avaient amené à la Conformité pendant la Grande Croisade, la Forteresse Parfaite servait à sécuriser les richesses de plusieurs Mondes-Forges et les forteresses impériales d’Agrapha, Chopix et Spartus, ainsi qu’à servir d’élément clé des défenses de l’Imperium. Cependant, avec le déclenchement de l’Hérésie d'Horus et la trahison de tant d’armées et de mondes autrefois loyaux, Narsis et sa garnison des Emperor’s Children constituaient le pivot de la présence des traîtres dans le sud de l’Imperium, une redoute si lourdement fortifiée que les forces loyalistes dispersées n’avaient ni le nombre nécessaire pour l’assiéger, ni la force des armes pour la prendre d’assaut.

Malgré tout, le Primarque Corvus Corax, maître de la Raven Guard, avait jeté son dévolu sur ce qu’on appelle la Forteresse Parfaite. Non seulement pour la valeur stratégique de ce monde ou les richesses qu’il gardait, mais aussi comme un message aux Traîtres que la Raven Guard ne se cacherait pas ; lui et sa Légion ne seraient pas intimidés par les terribles pertes qui leur ont été infligées sur Isstvan V, mais se battraient jusqu’à leur dernier souffle pour protéger l’Imperium. Pourtant, avec sa Légion en lambeaux, il n’y avait aucun moyen conventionnel par lequel le Seigneur Corbeau pourrait réussir à détruire la forteresse que Fulgrim avait conçue. Ses vastes murs, ses défenses astucieuses et ses formidables batteries d’artillerie la rendaient imprenable à l’assaut ouvert - de plus, la forteresse servait également de ville, abritant une population de millions de personnes qui servait à la fois de milice et de bouclier contre les bombardements aveugles depuis l’orbite, car le Seigneur Corbeau ne permettrait pas à tant d’innocents de périr au nom de sa vengeance.

Au lieu de vaincre la forteresse par la force brute, Corvus Corax se tourna vers la ruse et le subterfuge. Tout d’abord, il ordonna à la Cohorte Therion, des soldats de l’Armée Impériale liés au service de la Raven Guard, d’entreprendre un assaut complet de la forteresse, en dépensant une partie importante de leurs forces en un seul assaut massif. Cet assaut, voué à l’échec dès le départ, devait nourrir l’arrogance des Emperor’s Children et les faire sortir des défenses soigneusement placées de la forteresse tandis que la Raven Guard se dissimulerait pour frapper les sections exposées de la ville-forteresse. Cependant, alors que les étapes initiales de ce plan se déroulaient et que la Cohorte Therion lançait son assaut futile, le croiseur éclaireur en orbite, Fane of Shadow, détecta un réseau secondaire de batteries anti-aériennes dissimulées, dispersées dans la ville. Ces armes brutales contrôlées par des Serviteurs étaient toutes asservies à une salle de contrôle située sous l’une des tours centrales, à l’abri de l’assaut de la Cohorte Therion, une menace que le Seigneur Corbeau n’aurait aucune chance de contrer.

Seul l’équipage du Fane of Shadow était au courant de cette menace cachée pour les plans de Corax, la flotte ayant reçu l’ordre strict de maintenir le vox-silence pendant que le Primarque et ses guerriers travaillaient à infiltrer les défenses extérieures de la ville. Pendant cet instant, le sort de tous ceux qui combattaient en dessous dépendait des actions d’un guerrier, le Centurion Beyar Kedron, qui commandait le détachement de Libérateurs affecté au 11e Chapitre, connu sous le nom de Nomades Pâles dans les rangs de la Raven Guard. Les Délivreurs étaient l’un des rares cadres de guerriers de la XIXe Légion entraînés à combattre dans l’Armure Tactique Dreadnought, l’Armure Terminator prisée dans de nombreuses autres Légions mais souvent boudée par la Raven Guard. Les quelques Terminators de la Légion étaient le plus souvent des vétérans terrans qui avaient combattu et saigné aux côtés des Justaerin et d’Horus avant le retour du Seigneur Corbeau, et étaient mal vus par Corvus Corax en raison de leur passé et de leur manière brutale de combattre. Cependant, ce sont ces Libérateurs, que Corax avait délibérément exclus de l’assaut sur Narsis, qui détenaient maintenant la clé du succès de son attaque.

Malgré le mépris que lui témoignait son Primarque, Kedron n’hésita pas, et le Fane of Shadow rompit sa formation sous ses ordres et se plaça en orbite basse, près d’une compagnie complète de Libérateurs prenant les armes et se rassemblant rapidement afin de pouvoir aller défendre le maître qui les avait abandonnés. Exposé maintenant aux batteries de défense orbitale de la Forteresse Parfaite, le Fane of Shadow a traversé une grêle mortelle de tirs de macro-laser et de tirs de DCA qui menaçaient de déchirer le vaisseau. Pourtant, il n’a pas tenté de riposter, son armement étant trop limité pour menacer la Forteresse Parfaite.

Au lieu de cela, il a plongé brièvement en orbite basse pendant quelques minutes seulement avant de revenir en orbite haute, hors de portée des redoutables batteries de défense orbitale de la Forteresse Parfaite. Pour un observateur au sol, il semblerait que le vaisseau ait entrepris une sonde téméraire pour soutenir l’attaque de la Cohorte Therion et qu’il ait été forcé de revenir les mains vides, mais le Fane of Shadow n’avait pas échoué dans sa mission.

À la surface, à la base du bloc auxiliaire Delta-19, l’air commença à scintiller et à se déformer alors que le Fane of Shadow effectuait son bref plongeon. Cette structure, qui n’avait rien d’exceptionnel, était marquée par des fortifications soigneusement dissimulées et abritait une demi-compagnie des Emperor’s Children qui ne prêtaient guère attention à la bataille qui faisait rage à l’autre bout de la ville, restant concentrés sur leur surveillance d’un bloc d’habitation apparemment sans importance. Les Emperor’s Children étaient des guerriers chevronnés et savaient parfaitement qu’un tel fuseau ne pouvait signifier qu’une seule chose - une téléportation massive en cours - et ils mirent leurs armes à feu à l’épreuve des attaquants dans un feu croisé mortel qui faisait un usage optimal des points de feu et des fortifications dissimulés dans la façade du bloc d’habitation. La téléportation se termina par une série d’éclairs aveuglants, le signal pour les Emperor’s Children de déclencher un barrage précis de tirs de bolt et de volkite mortels, une puissance de feu suffisante pour abattre presque n’importe quel ennemi ordinaire en un instant.

De ce maelström d’explosions de bolts, de rayons de volkite arqués et des vrilles persistantes de la décharge de téléportation, marchait une compagnie complète de Libérateurs. Vêtus d’une Armure Cataphractii complète d’un rouge terne et d’un noir profond, ils résistaient à l’assaut des Emperor’s Children avec une indifférence glaciale, tirant leurs propres Combi-Bolters alors même que des douzaines d’impacts crevaient leurs armures et déchiraient le sol autour d’eux. Pas plus d’une douzaine de Libérateurs tombèrent sous ce barrage, car le poids du feu dirigé sur eux était tel que certains Bolts trouvèrent inévitablement des points faibles dans leur armure, mais c’était bien trop peu pour dissuader une compagnie complète comptant près d’une centaine de guerriers en Cataphractii. Les Libérateurs victorieux se pressèrent en avant avec le Centurion Kedron à leur tête, impatients de venger ceux qui étaient tombés et de prouver leur valeur au Primarque. Des flammes lourdes furent utilisées et les Emperor’s Children furent chassés de leurs fortifications par de grands jets de prométhéum brûlant, tandis que les Libérateurs armés de Griffes Éclair et de Lames Énergétiques se frayaient un chemin à travers les flammes pour abattre des dizaines d’ennemis qui cherchaient à s’abriter de la conflagration.

Cet assaut brutal permit de dégager rapidement l’entrée du bloc Delta-19, car ce type d’attaque avait été perfectionné par les Libérateurs sur d’innombrables champs de bataille, des lunes joviennes à la tristement célèbre Bataille de la Porte Quarante-Deux. Sous le bloc Delta-19 se trouvait la chambre du cogitateur, que les scanners augures du Fane of Shadow avaient repérée depuis l’orbite, et qui était désormais vulnérable aux assauts des Libérateurs s’ils parvenaient à percer les défenses déployées dans les niveaux inférieurs du bloc d’habitation. C’est dans le dédale de couloirs délibérément sinueux et de pièces fortifiées situés en dessous que les Emperor’s Chidren survivants s’étaient repliés, établissant une nouvelle ligne de défense au milieu des fortifications parfaitement agencées, battues mais loin d’être brisées. Attirés par l’alarme donnée par leurs frères, les différents cadres de défense des Emperor’s Chidren affectés à ce secteur de la ville commencèrent à prendre des positions préparées à l’avance dans les blocs d’habitation environnants, déchaînant un torrent dévastateur de tirs sur les imposants Terminators en contrebas alors qu’ils consolidaient leur position au seuil du bloc Delta-19. Pire encore, déclenchées par l’assaut des Libérateurs ou par l’approche de la force d’assaut aéroportée de Corax, qui avait finalement été enregistrée sur les grilles d’auspex de la ville, des macro-batteries de défense automatisées ont commencé à se déployer dans toute la ville. Si ces canons étaient toujours actifs lorsque la Raven Guard atteindrait les murs de la ville, alors ce qui aurait dû être un coup décisif se transformerait en une autre bataille gagnée seulement avec un coût catastrophique en vies pour la Raven Guard, quelque chose que la Légion meurtrie ne pouvait pas se permettre.

Le Centurion Kedron, n’ayant pas les guerriers nécessaires pour sécuriser ne serait-ce qu’un petit secteur de la ville tentaculaire et mal équipé pour mener une bataille défensive face à un ennemi retranché, choisit la seule option qui lui restait - un assaut frontal brutal dans les dents des canons ennemis. Avec une discipline bien rodée, les restes de la compagnie des Libérateurs se divisèrent en petits détachements, chacun d’entre eux essuyant les tirs défensifs concentrés des Emperor’s Chidren alors qu’ils se déplaçaient pour attaquer les blocs d’habitation qui entouraient Delta-19. L’attaque sur plusieurs fronts servait à la fois à diviser le feu des Emperor’s Chidren retranchés et à les distraire de la véritable intention des guerriers de la Raven Guard alors qu’ils couvraient la descente de leur chef dans la forteresse de l’ennemi sous le bloc Delta-19. Une seule escouade accompagnait le Centurion Kedron dans les profondeurs où la chambre de contrôle cachée avait été détectée, déterminée à briser toutes les défenses qui les attendaient. Le signal à distance qui contrôlait les batteries de défense cachées de la Forteresse Parfaite devait être réduit au silence à tout prix, sinon tous les efforts des Libérateurs auraient été vains.

À la surface, les guerriers des Libérateurs, immenses et vêtus de noir, brandissant des Autocanons Faucheurs au nez retroussé, explosant les humbles façades des blocs d’habitation, révélant les remparts blindés cachés derrière lesquels les Emperor’s Chidren attendent. Les défenses astucieuses de la Forteresse Parfaite, comme son nom l’indiquait, donnaient aux Traîtres l’avantage sur n’importe quelles troupes de moindre importance - mais pas sur les guerriers des Libérateurs, vêtus comme ils l’étaient de l’imposante et quasi-imprenable Armure Cataphractii. Les Emperor’s Chidren furent obligés de concentrer une énorme puissance de feu pour mettre hors d’état de nuire un seul Terminator Libérateur armé et, alors qu’ils cherchaient à réduire le nombre d’envahisseurs, les guerriers imposants des Libérateurs atteignirent les murs des blocs d’habitation dispersés. Là, même si la conception soignée des blocs d’habitation permettait aux équipes de tir des Traîtres sur les blocs voisins de continuer à tirer sur eux, les Terminators de la Raven Guard, avec leurs Poings Tronçonneuses rugissants, firent un travail rapide sur les cloisons blindées et la transformèrent en une ruine sanglante des guerriers en armure violette qui attendaient à l’intérieur, la simple force brute des armes des Libérateurs se moquant de l’habileté superlative de leurs adversaires.

Ouvrant des brèches dans les murs des blocs d’habitation avec feu et fureur, les Loyalistes ont dispersé la première vague de défenseurs, mais n’ont trouvé que peu de répit. Chaque couloir et escalier ayant été construit pour donner aux défenseurs tous les avantages possibles, chaque virage un point d’embuscade et chaque arche un piège mortel. Dans les couloirs tortueux et les cages d’escaliers exiguës, la Raven Guard a traversé une tempête de tirs d’armes et d’éclats, chaque nouvel assaut ébranlant leur armure robuste et les laissant avec un nombre toujours croissant de blessés et de morts. Chaque fois que la Raven Guard brisait une ligne de défense pour disperser leurs tourmenteurs dans une mêlée furieuse qui opposait des Griffes Éclair brutalement crochetées à des lances élégantes, les Emperor’s Children laissaient une force symbolique pour combattre en arrière-garde tandis que leur corps principal se repliait sur une autre couche de fortifications habilement conçues. Des corps de couleur pourpre et noire tachée d’ocre jonchaient chaque intersection et chaque escalier, les armures étaient fendues et brisées, mais chaque Cataphractii immobile et silencieux était un coup révélateur de la force limitée des Libérateurs.

Dans ce sinistre concours d’armes, la Raven Guard savait qu’elle ne pourrait pas surpasser la conception de la Forteresse Parfaite et balayer son ennemi, mais qu’elle ne pourrait que le tenir dans une impasse brutale et épuisante. Cela a toujours été le lot de leur sombre fraternité et ils n’ont pas reculé devant le sacrifice qu’ils consentaient à faire au nom de leur Légion, mais ont plutôt cherché à transformer la défaite amère en une victoire sanglante. De plus en plus d’unités de réserve des Emperor’s Children arrivèrent par des routes dissimulées et des chemins sur les toits, attirées par le carnage délibérément horrible des Libérateurs et désireuses de venger leurs frères tombés au combat. Ce qu’ils trouvèrent, c’est un abattoir à faire basculer les soldats les moins expérimentés dans la terreur, une traînée de destruction qui menait aux chambres les plus profondes du bloc d’habitation, où les dernières escouades survivantes de Libérateurs les attendaient. Retournant les fortifications contre leurs constructeurs, la Raven Guard mena son dernier combat, attirant les Emperor’s Children dans leurs propres pièges et défenses. Dans l’obscurité, des Terminators lourdement armés déchaînèrent des torrents de munitions de leur Autocanons depuis les remparts, tandis que des Libérateurs armés de griffes percent les murs de ferrobéton pour déborder les Emperor’s Children et causer des ravages avant qu’ils ne puissent être abattus, submergés par le nombre. Chaque mort gardait les yeux des Emperor’s Children sur la petite force qui osait leur faire honte dans leur propre forteresse, et les éloignait de la véritable cible de la Raven Guard sous le bloc d’habitation Delta-19.

L’Assaut de Corax[1]

En parallèle à l’assaut des Libérateurs, Corvus Corax dirigea son invasion, avec pour objectif d’épargner le plus de civils dont la ville de résidence avait été intégrée à la Forteresse Parfaite. Les Auxiliaires mortels de la Cohorte Therions formèrent la première vague tandis que les vaisseaux spatiaux de la Raven Guard, pourvus de boucliers miroirs les dissimulant, les suivirent. Aucun bombardement ne fut effectué pour limiter les pertes civiles et les Therions durent se poser sous couvert de la nuit à vingt-huit kilomètres de la Forteresse Parfaite, dans les collines au nord-est. Sachant que marcher prêt de trente kilomètres vers leur cible en une nuit pour attaquer une ville-forteresse était voué à l’échec, Corax avait prévu d’infiltrer directement la place-forte tandis que les Emperor’s Children seraient concentrés sur la Cohorte Therion. Les Therions débarquèrent et subirent de lourdes pertes. Le Capitaine Hasten Luthris Armanitan, commandant des Emperor’s Children sur Narsis, surveilla le déploiement Loyalistes dans la salle de commandement de sa tour, se moquant de leur stratégie malgré l’assaut d’infanterie massif des Therions.

Mais à peine les Therions atteignirent les limites de la Forteresse Parfaite qu’ils se replièrent, encourageant Luthris Armanitan à rassembler ses troupes pour riposter et détruire les Therions jusqu’au dernier. Les rues de la cité devinrent des abattoirs à ciel ouverts, ce qui offrit aux Space Marines de la Raven Guard le temps de se déployer via leurs engins sub-orbitaux. Hasten Luthris, trop concentré sur le massacre de la Cohorte Therion, eut à peine le temps de comprendre son erreur que Corax apparu de nulle part et massacra l’escouade du Capitaine renégat qui fut le dernier à être tuer. Le Seigneur Corbeau se déplaça dans chaque pièce de la Forteresse Parfaite, exerçant sa terrifiante vengeance sur les Traîtres. Une fois que le Primarque eut atteint le dernier étage du bâtiment de commandement, les Modules d’Atterrissage de sa Légion tombèrent des cieux, suivis des Thunderhawks et des oiseaux d’assaut.

La Raven Guard prit d’assaut l’ensemble de la place-forte, tandis que derrière le rempart, les Therions se remirent à avancer. Corax se rendit par les airs vers le donjon central de la Forteresse Parfaite, à plus de trois cents mètres des constructions qui l’entouraient, décimant à l’intérieur les derniers renégats avant de tenir son conseil de commandement dans les quartiers du commandant de la garnison? Là, il décida de laisser une importante garnison dans la Forteresse Parfaite désormais sienne afin de contrôler le secteur.

Pendant que ses guerriers à la surface gagnaient du temps avec leurs vies, le Centurion Kedron et son équipe de commandement se frayaient un chemin dans un labyrinthe de cauchemar dans les profondeurs de la Forteresse Parfaite. Ils se frayèrent une voie parmi des dizaines de Serviteurs de Combat sans cervelle, à travers des couches désorientantes de champs électromagnétiques qui brouillaient les capteurs, et ouvrirent des brèches dans des couches presque infinies de cloisons blindées, à la recherche des réseaux de cogitateurs vitaux qui permettaient à ses défenses automatisées complexes de fonctionner. Le Centurion Kedron a troqué la sécurité contre la vitesse, conscient que chaque instant de l’assaut était payé avec le sang de ceux qui se battaient et mouraient au-dessus de lui, et sa compagnie a lentement diminué alors qu’elle se dirigeait vers la cible qu’elle avait identifiée depuis l’orbite. Pourtant, le plus grand défi de l’assaut attendait au seuil de la victoire, une phalange de guerriers vêtus d’Armures Terminator, laquées d’un violet profond et artistiquement garnies de filigrane d’or - un contraste marqué avec le style brutalement efficace de l’armure des Libérateurs - bloquait la dernière cloison. Ce cadre de la Garde Phénicienne était dirigé par le Gardien Phénicien, Daric Ashmoune, qui avait disposé ses guerriers de manière à maximiser leur efficacité au combat et à montrer à l’ennemi le caractère artistique de leur équipement. Au signal du gardien Ashmoune, les guerriers d’élite des Emperor’s Children abaissèrent leurs lances énergétiques scintillantes en un seul mouvement synchronisé, avant de foncer comme un seul corps sur le groupe de Libérateurs en lambeaux.

L’habileté et le courage se sont heurtés à la fureur du combat entre la Garde Phénicienne et les Libérateurs. Il ne restait plus qu’une douzaine de membres de la Raven Guard, opposés à des adversaires deux fois plus nombreux, une bataille qui, dans des circonstances normales, aurait abouti à l’anéantissement des guerriers de la XIXe Légion. Cependant, les Libérateurs n’avaient guère l’intention de se battre honorablement, et plutôt que de livrer une bataille ouverte dans un engagement dramatique, ils se divisèrent en paires et en trios et attirèrent la Garde Phénicienne dans le dédale de tunnels où la simple obscurité et les champs électromagnétiques qui les avaient auparavant gênés, se révélaient maintenant leurs alliés. L’orgueil ne permettait pas au Gardien Ashmoune de tenir bon face à l’ennemi qui lui manquait de respect, et il ordonna à la Garde Phénicienne de les poursuivre, laissant son orgueil retourner leurs propres fortifications contre eux. Dans l’obscurité, la Raven Guard divisa les rangs de l’ennemi et les attaqua à partir d’une embuscade cachée, utilisant la force brute et la frénésie de l’esprit unique qui envahissait parfois les guerriers de la Raven Guard pour vaincre l’habileté et le nombre supérieur de l’ennemi.

Le dernier à tomber fut Daric Ashmoune, que les Libérateurs avaient laissé vivant en dernier, son armure ciselée à l’or toujours intacte et non marquée par la mêlée vicieuse qui se déroulait autour de lui. Vainement, le F Gardien Ashmoune lança défi sur défi, exigeant que le Centurion Kedron le rencontre en combat singulier, comme c’était le droit de tout commandant de la Legiones Astartes. Kedron n’avait guère l’intention de combattre le gardien d’élite Phénicien selon ses conditions, et ne sortit de l’ombre qu’une fois que tous les autres guerriers des Emperor’s Chidren furent abattus. Alors que le Gardien Ashmoune s’avançait pour le rencontrer dans un duel honorable, toujours confiant que ses propres compétences pourraient renverser le cours de la bataille, les Libérateurs restants se jetèrent sur lui et la Raven Guard déchira son ennemi dans un massacre bref et superficiel qui n’offrit aucune gloire au guerrier tombé. La chambre du cogitateur étant désormais sans défense, les quelques Libérateurs survivants ont utilisé des Griffes Éclair et des charges explosives pour détruire les noyaux vulnérables du cogitateur. Les machines-animus qu’elles abritaient furent anéanties, les macro-batteries cachées autour de la Forteresse Parfaite devinrent silencieuses et immobiles, tandis que les vaisseaux d’attaque du Seigneur Corbeau balayaient les murs et déversaient leurs occupants sur l’ost principal des Emperor’s Children, qui restait concentré sur le massacre de la Cohorte Therion et fut pris complètement par surprise. La perfection avait été souillée et la fierté des Emperor’s Children brisée. Dans l’enceinte meurtrie de leur forteresse en ruines, Corvus Corax appliqua une vengeance sanglante sur les fils de Fulgrim qui est bien documentée dans d’autres traités.

Au lendemain de la victoire rapide de Corax sur la supposée Forteresse Parfaite de Narsis, les pertes parmi le corps principal de la Raven Guard étaient légères, car les défenses cachées dans les fortifications de la ville avaient été désactivées avant qu’elles ne puissent être pleinement utilisées. Les Libérateurs, sous les ordres du Centurion Kedron, ont cependant payé un lourd tribut à leur bravoure, et avant de quitter Narsis, ils ont enterré plus des deux tiers de leurs frères dans le mausolée de la forteresse déchue de Narsis. Aucun honneur ne sera accordé à ces guerriers tombés pour leurs actions, et Corvus Corax n’est pas connu pour avoir prononcé un mot d’éloge ou de condamnation pour les Libérateurs lorsqu’il a été informé de leur assaut. Dans les mois qui suivirent la chute de Narsis et la nouvelle campagne de la Raven Guard dans les régions méridionales de l’Imperium, le Centurion Kedron, ainsi qu’un certain nombre de commandants de la Cohorte Therion qui avaient critiqué le plan qui avait pratiquement détruit leurs rangs pour distraire les Emperor’s Children, furent affectés à la prise et à la sécurisation du monde isolé de Galaspar, loin de la guerre qui, dans les années à venir, vaudrait au Seigneur Corbeau une grande renommée.[2]

Sources

Pensée du Jour : « La loyauté est sa propre récompense.
La trahison est sa propre punition.
 »
  • The Horus Heresy - The Breaking of the Perfect Fortress
  • THORPE GAV, Délivrance Perdue - Les Fantômes de Terra, Black Library, 2011
  1. Informations issues de Délivrance Perdue - Les Fantômes de Terra, Chapitre Dix-Huit - Les Ailes du Corbeau - Horus Récupère son Trophée - Narsis de THORPE GAV, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  2. The Horus Heresy - The Breaking of the Perfect Fortress (traduit de l’anglais par Guilhem)