Centurio Ordinatus : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
m
m (Sources)
 
Ligne 60 : Ligne 60 :
  
 
[[Catégorie:Adeptus Mechanicus]]
 
[[Catégorie:Adeptus Mechanicus]]
[[Catégorie:Les Légions de l'Omnimessie]]
+
[[Catégorie:Les Légions de l'Omnimessie|Ordinatus]]
[[Catégorie:Machines de Guerre de l'Adeptus Mechanicus]]
+
[[Catégorie:Machines de Guerre de l'Adeptus Mechanicus|Ordinatus]]

Version actuelle datée du 29 juin 2020 à 13:32

L’Adeptus Mechanicus fait preuve, à travers tout l’Imperium, d’une très grande maîtrise des technologies les plus abouties. Du recyclage des plantes sur un Monde-Ruche à la fabrication des tanks Predator, la construction et l’entretien de toute chose est du ressort de cette organisation. Sa plus grande contribution à l’effort de guerre est sans doute la mise au point et la maintenance des nombreuses Legios Titaniques et des régiments de Technogardes. Parmi les innombrables machines à sa disposition, on trouve les terribles Ordinatus.

Centurio Ordinatus[modifier]

« Une arme de la taille d’un Titan. Une expression presque parfaite de la grandeur de l’Omnimessie et, bien sûr, de sa puissance. Les armées sont dispersées aux quatre vents par son chant glorieux, et les montagnes elles-mêmes se s’écartent à sa demande. Rien ne se dresse devant un Esprit de la Machine sacré si puissant sans son consentement. »
- Technoprêtre Garrulon Vyme.
Un Ordinatus du Centurio Ordinatus.
Un Ordinatus est une arme particulièrement massive, montée à l’arrière de ce qui est le plus souvent un châssis en trois parties. Chacun des trois éléments du châssis est disposé consécutivement, bout à bout. Ces véhicules massifs à chenilles sont chacun beaucoup plus grands qu’un Char Super-Lourd Baneblade, et ces grands composants à chenilles ont souvent servi de centres de commandement à des armées sans fin pendant des jours entiers. Un échafaudage renforcé et blindé s’étend verticalement depuis les deux châssis arrière, pour soutenir l’arme massive qui confère à l’Ordinatus sa véritable et terrifiante puissance.

L’histoire de la Grande Croisade indique que le Mechanicum a construit plus des douzaines de ces terrifiants véhicules. Chacun d’entre eux était spécialement entretenu par le Centurio Ordinatus, une secte du Culte du Dieu-Machine. Chaque Ordinatus était une construction distincte, un peu comme un Titan Impérial. Les anciens engins se caractérisaient surtout par leur armement massif - chaque Ordinatus ne supportant qu’une seule arme, bien que son échelle soit comparable à celles des principaux vaisseaux de la Marine Impériale. Parmi les exemples connus, on peut citer un Canon Nova, une série de Missiles Feu d’Enfer et un Disrupteur Sonique.

Les armes d’un Ordinatus sont normalement nommées soit en fonction du monde où elles ont été construites, soit en fonction de la bataille au cours de laquelle elles ont été utilisées pour la première fois. [1]

Ces énormes machines de destruction ne sont pas attachées à des Legios Titaniques particulières ou à des unités de Technogardes. Elles sont sous le contrôle d’une division connue sous le nom de Centurio Ordinatus. C’est elle qui décide de la mise en œuvre de ces machines, car nombres d’entre elles sont anciennes et nécessitent beaucoup de préparation et d’entretien pour rester opérationnelles.

Les Ordinatus font partie des plus grandes machines construites par l’Adeptus Mechanicus. Elles furent à l’origine conçues et réalisées pour une bataille ou une campagne particulière, et certaines n’ont jamais été mises en action depuis. L’Ordinatus Priam en est le parfait exemple. Cette énorme machine à creuser des tunnels fut assemblée durant le siège de Priam, une cité investie par des forces rebelles pendant l’Hérésie d'Horus. Elle avait été conçue pour creuser un tunnel qui devait traverser la croûte de la planète et passer par le manteau en fusion situé en dessous. Ceci devait la rendre indécelable par les forces de défense de Priam et permettre à quatre compagnies d’élite de la Garde Impériale de prendre d’assaut le Generatum Vulcanis de la cité et d’abréger le siège. Mais, en traversant les roches en fusion, l’Ordinatus Priam fut endommagé, une partie de sa coque vaporisée par la température extrême.

D’autres Ordinatus possèdent un armement et des applications utilisables d’une manière plus générale, et sont très demandés. Les Ordinatus ne sont envoyés en opération que pour les batailles ou les campagnes les plus importantes, et seulement pour des actions bien déterminées. Parmi les ennemis de l’Imperium, le nom des Ordinatus n’est prononcé qu’avec une peur empreinte de respect, leurs capacités destructrices furent prouvées sur des milliers de champs de bataille depuis l’ascension de l’Empereur sur le Trône d'Or.

Le Culte Mechanicus vénère les Ordinatus en tant qu’avatars du Dieu-Machine, des créations si abouties et d’une puissance telle qu’elles ne peuvent plus être améliorées et ne sont jamais obsolètes. Bien sûr, elles ont toujours été entretenues avec soin et, lorsqu’elles sont envoyées au front, elles sont gravées de runes sacrées, ointes des huiles et des onguents les plus précieux, et bénies par le Maître du Centurio Ordinatus. Leurs équipages sont les mieux entraînés des Technogardes et se battent avec le fanatisme de ceux qui servent un dieu vivant.

Ordinatus Golgotha[modifier]

Après la cuisante défaite que subit Ghazghkull Thraka sur Armageddon, il repartit en direction des étoiles. Son ennemi juré, le Commissaire Yarrick, le pourchassa jusqu’au monde de Golgotha. Le Commissaire fut capturé et dans le but d’humilier son ennemi acharné, Ghazghkull ne le tua pas, mais décida de l’enfermer. C’était sans compter sur les ressources inépuisables de Yarrick qui parvint à s’échapper et revint plus tard sur Golgotha accompagné d’une force punitive composée de Titans et de Technogardes. Les premiers combats furent défavorables à l’Imperium dont les armées furent submergées par la multitude des Orks. Pour tenter d’écraser les immenses bandes, on construisit l’Ordinatus Golgotha dans une place fortifiée qui avait été reprise. Les terrifiants Missiles Feu d’Enfer de Golgotha dévastèrent les rangs Orks. Ces derniers furent mis en déroute et repoussés hors du monde. Depuis, l’Ordinatus Golgotha a été vu sur tous les fronts, lors de batailles livrées contre des ennemis en supériorité numérique.

Ordinatus Armageddon[modifier]

L’Ordinatus Armageddon versa le sang pour la première fois lors d’une attaque massive du Chaos tentant d’envahir la planète du même nom. Les Banelords de Khorne, les terribles Seigneurs des Batailles et les Machines-Démons détruisirent de nombreuses cités, mais un grand génie de l’Adeptus Mechanicus, Geronimus Undersen, modifia un Ordinatus en moyen de défense contre les machines de guerre ennemies. Undersen fit monter une énorme arme de vaisseau spatial sur un châssis terrestre, donnant ainsi à la Garde Impériale un engin dont la puissance était capable de détruire les ennemis les mieux blindés. Lors de la bataille qui suivit pour le contrôle de la Ruche Tartarus, Armageddon détruisit pas moins de quatre Titans du Chaos et deux détachements de Machines-Démons. Privés de la puissance de feu de ces engins, les assauts du Chaos se brisèrent sur les murailles de la Ruche Tartarus. L’Ordinatus Armageddon est craint par les ennemis de l’Imperium et sa réputation est celle d’une terrible machine capable d’abattre n’importe quelle opposition.

Ordinatus Mars[modifier]

Au cours de l’Hérésie d’Horus, les mondes de l’Adeptus Mechanicus furent déchirés par la guerre civile. Les armées rebelles, menées par le Magos Solomon Abbadon, se retournèrent contre l’Empereur dans le but de submerger les maîtres de Mars. De sa citadelle de Jericho située dans les montagnes, il envoya ses forces attaquer les usines et les installations de ceux qui étaient restés fidèles à l’Empereur. L’Imperium organisa des représailles et dépêcha une armada pour anéantir les adorateurs d’Abbadon et soumettre le rebelle à la justice impériale. Ceci s’avéra impossible car la forteresse de Jericho était protégée par un système énergétique extraterrestre découvert au cours de la Grande Croisade. Le générateur de champ vortex, qui était un artefact fabriqué par les mystérieux C'tan, empêcha toute attaque de vaisseaux placés en orbite. Tous ceux qui approchaient était repoussés et projetés dans le Warp. Une force armée se fraya un chemin jusqu’aux contreforts de la montagne, à quelques kilomètres de Jericho et découvrit que le champ vortex ne descendait pas jusqu’au sol.

La citadelle, appelée aussi Castelum Jericho, avait des murailles hautes d’un demi kilomètre qui se perdaient dans les nuages. Le bastion central était construit dans le métal le plus dur et pouvait supporter les bombardements les plus violents. Il fallait trouver autre chose, et l’Adeptus Mechanicus apporta la solution. L’Ordinatus Mars utilise une technologie unique pour produire une onde sonore qui se répercute sur tout le champ de bataille. Lorsque cette vibration heurta les murs de la forteresse Jericho, ils se mirent à trembler et tombèrent en poussières. L’infâme tour de métal bascula et s’effondra comme du vulgaire papier, les hurlements du métal torturé remplissant les airs. Des milliers de technogardes s’élancèrent à travers la brèche, et Solomon Abbadon fut capturé et immédiatement exécuté pour sa traîtrise.

Ordinatus Minoris[modifier]

Un Ordinatus Aktaeus.
Les légendaires macro machines du Centurio Ordinatus sont des systèmes d’armes rares et véritablement obscurs, d’une puissance stupéfiante, qui vont de l’Ordinatus Primaris unique et colossal, comme la Mars et l’Endymion, à l’Ordinatus Minoris, plus petit mais toujours gargantuesque, telles que les classes Ulator, Sagittar et Urkallac, qui restent néanmoins parmi les plus puissantes machines de guerre dont dispose l’Imperium. Bien qu’ils ne soient pas vraiment uniques, comme les machines de guerre de l’Ordinatus Primaris, les macro machines Minoris étaient encore plus rares que les Titans de Bataille des Legios Titaniques, et seule une poignée de Mondes-Forges avaient les ressources ou même la bénédiction doctrinale et l’autorité religieuse pour produire ou maintenir de telles incarnations de la colère divine de l’Omnimessie. Le caractère sacré de ces machines était tel qu’un sous-culte entier du Mechanicum était consacré à leur vénération et à leur propitiation, et même les savants dont la vie entière était consacrée à cette tâche les comprenaient rarement pleinement, même les acolytes du Dieu-Machine qui s'occupait d'eux.[2]

Ordinatus Aktaeus[modifier]

Un Ordinatus Aktaeus.
L’Aktaeus est le plus reconnaissable des Ordinatus Minoris créés et exploités par le Mechanicum, un transport super-lourd conçu pour se frayer un chemin à travers le cœur de pierre d’un monde afin de livrer sa cargaison de guerriers au centre du champ de bataille. Connu des armées de l’Empereur sous le nom de Taupe Impériale, ce véhicule est utilisé principalement comme machine de siège capable de rendre inutiles les fortifications les plus redoutables en s’enfouissant sous celles-ci.

L’Ordinatus Aktaeus est à la fois un moyen de transport et une machine de guerre lourde ! Cette machine de destruction permet de livrer un bataillon de troupes au cœur même de l’ennemi, en déclenchant un séisme meurtrier pour couvrir leur avance avant de fournir une grêle fulgurante de puissance de feu de soutien.[3]

Ordinatus Sagittar[modifier]

L’Ordinatus Sagittar est une machine de guerre incroyablement destructrice, aussi rare que puissante. Sa conception est similaire à celle de l’Ordinatus Ulator. Le Sagittar se distingue par le fait que son arme principale est un Canon Volcano d’une puissance prodigieuse.

L’Ordinatus Sagittar porte un trio de Coulevrines Volkites comme armement secondaire, tandis que son arme principale est un Canon Volcano de modèle Belicosa, plus souvent porté par des Titans de Bataille de classe Warlord. Il s’agit d’un ancien modèle d’arme dont la puissance de destruction est comparable à celle de nombreux canons de bord et de lasers de défense planétaire. Peu de plates-formes d’armes mobiles sont capables de monter le Belicosa simplement en raison de ses besoins en énergie.

Un Ordinatus Ulator.
Lorsqu’ils sont engloutis dans la lumière cohésive du canon, les murs les plus solides de la forteresse peuvent être réduits à des braises incandescentes et le blindage le plus résistant à des scories et des vapeurs en fusion.[4]

Ordinatus Ulator[modifier]

L’Ordinatus Ulator, un système d’arme rare et véritablement obscur d’une puissance stupéfiante, fait partie des petites classes de l’Ordinatus, mais est néanmoins l’une des machines de guerre les plus puissantes dont dispose l’Imperium.

L’Ordinatus Ulator porte un trio de Coulevrines Volkites comme armement secondaire, mais son arme principale est le Destructeur Sonique de classe Ulator. Une arme terrifiante dont l’origine se situe dans les tréfonds des l’Ère des Luttes. Le Destructeur Sonique génère une vague d’annihilation qui fait des ravages sur le champ de bataille.[5]

Sources[modifier]

  • White Dwarf N°20 (Décembre 1995)
  • Warhammer 40 000 JdR - Only War : Final Testament
  • The Horus Heresy - Mechanicum Taghmata Army
  • Forge World - Mechanicum Ordinatus Aktaeus[1]
  • Forge World - Mechanicum Ordinatus Sagittar[2]
  • Forge World - Mechanicum Ordinatus Ulator[3]
  1. Warhammer 40 000 JdR - Only War : Final Testament, Chapter - Gazetteer : Hervara - Ordinatus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy - Mechanicum Taghmata Army - Ordinatus-Minoris Macro Engine (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Forge World - Mechanicum Ordinatus Aktaeus (traduit de l’anglais par Guilhem)
  4. Forge World - Mechanicum Ordinatus Sagittar (traduit de l’anglais par Guilhem)
  5. Forge World - Mechanicum Ordinatus Ulator (traduit de l’anglais par Guilhem)