Catégorie:Machines-Démons : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
(La Forge des Âmes)
m (Machines-Démons du Chaos Universel)
 
Ligne 37 : Ligne 37 :
 
*[[Ferrocerberus]]
 
*[[Ferrocerberus]]
 
*[[Heldrake]]
 
*[[Heldrake]]
 +
*[[Helstalker]]
 
*[[Venomcrawler]]
 
*[[Venomcrawler]]
  

Version actuelle datée du 10 novembre 2019 à 00:42

« Les Âmes tu moissonneras.
Elles seront ton seul Butin
Car tu es Gardien de la Forge.
Un Prix dérisoire en échange de la Faveur qui t’es accordé. »
- Extrait du Pacte de Fer.
Les Machines-Démons sont des engins de guerre gigantesques aux membres mécaniques. Il est impossible de les comparer à des véhicules conventionnels, car ces monstres ne possèdent aucun équipage mortel, animés à la place par un esprit maléfique.
Les Machines-Démons sont des engins de guerre gigantesques aux membres mécaniques, des bêtes de métal vivant, mues non par la technologie, mais par un savoir-faire mécanique diabolique. Ils prennent de nombreuses formes, depuis les béhémoths à chenilles jusqu’aux géants imposants, et ils transportent une panoplie d’armes redoutables, dont la plupart sont inconnues ou interdites par les canons mécaniques du Culte Mechanicus. Il est impossible de les comparer à des véhicules conventionnels, car ces monstres ne possèdent aucun équipage mortel, animés à la place par un esprit maléfique. Dans la coque blindée de chaque Machine-Démon est piégé un habitant du Warp, un être traîné hors de l’Immaterium contre sa volonté et en dépit de sa nature, et emprisonnée dans un corps indestructible par l’utilisation de rituels impies et de runes de gardes, afin de servir les Space Marines du Chaos dans leur guerre longue et amère. Ces créatures sont poussées par une haine irraisonnée pour l’univers matériel dans lequel elles se trouvent et ne cherchent qu’à verser le sang de ses habitants mortels et à se régaler de leurs âmes à la dérive. Ils sont autant une menace pour leurs maîtres supposés que pour l’ennemi, et doivent souvent être retenus par de lourdes chaînes de soumission entre les combats, de peur qu’ils ne se précipitent sur ceux qui les ont invoqués dans une orgie sanglante.

L’Imperium ignore la façon dont ces créations abominables voient le jour. Même parmi les rangs des Space Marines du Chaos, rares sont ceux à comprendre comment ces monstres sont créés. Les Machines-Démons sont le produit d’un blasphème tripartite, car pour en engendrer une, qu’il s’agisse de bêtes artilleuses ou de Titans du Chaos, un Sorcier, un Apôtre Noir et un Techmancien ou Magos Noir doivent se rassembler en un alignement impie. Le Sorcier doit utiliser les arts obscurs interdits pour affaiblir le maigre écheveau de la réalité et créer un portail à travers lequel un Démon peut être extrait. L’Apôtre Noir doit implorer les Puissances de la Ruine et lier ce résident du Warp à sa volonté féroce, le traînant ainsi à travers le portail que le Sorcier a créé. Les entités du Warp sont retenues prisonnières à l’aide de cordes tressées avec des cheveux de meurtriers, ou avec des chaînes faites d’os gravés à proximité des forges des âmes de l’Immaterium. Ces Démons captifs sont ensuite traînés, hurlant et griffant, vers les flammes des citadelles du Mechanicum Noir. C’est dans la fournaise de ces forges que les Techmanciens les piègent à l’intérieur des corps mécaniques de monstres qu’ils ont créés. Un tel processus est coûteux à l’extrême, et chaque étape implique l’effusion du sang d’innocents et l’invocation de pouvoirs indicibles. Si des dizaines de serviteurs périssent avec la création de chaque bête - un revers mineur considérant la puissance offerte par ces monstres - le plus grand danger est pour les participants eux-mêmes, car tout faux pas, toute faiblesse de détermination ou toute expression prononcé en oubliant une inflexion dans les incantations rituelles peut entraîner la mort de toutes les personnes impliquées. Dans le meilleur des cas, la convocation échouera, ce qui provoquera la colère du Seigneur du Chaos au nom duquel elle est en train d’être exécutée. Au pire, le Démon apparaîtra non-lié ou possédera l’un des trois participants, et déchaînera une violence inimaginable. Dans certains cas, ceux qui cherchent à créer la Machine-Démon sont traînés à travers le portail qu’ils ont créé et dériveront sur les courants du Warp, leurs corps déchirés en quelques secondes par les prédateurs de cette dimension irréelle, et leurs âmes passeront l’éternité à servir de jouet aux Démons qu’ils tentaient d’invoquer.[1]

Blasphème sans Limites

Un amalgame de l’essence du Warp et du métal au service des Dieux Sombres.
Le contact du Chaos est aussi évident sur les machines de guerre des Space Marines du Chaos que sur les corps et les âmes des Traîtres eux-mêmes. Tout comme chaque renégat se consacre entièrement à l’une des Puissances de la Ruine, les machines de guerre s’imprègnent des bénédictions d’un dieu particulier du Chaos. Ayant fait la Longue Guerre pendant d’innombrables siècles, beaucoup de ces machines ressemblent plus à des autels mobiles à la gloire de la puissance à laquelle elles sont dédiées qu’à une simple machine de guerre, et en effet, beaucoup sont traitées comme tels par les serviteurs du Chaos. Certaines sont entraînées au combat par de longues processions de cultistes, l’air rempli de chants sonores blasphématoires et corrompus. D’autres sont traitées comme le maître-autel d’une sombre et interminable offrande de sang jetée devant eux à la gloire des dieux démoniaques du Warp.

Les machines dédiées à l’un des Dieux du Chaos présentent de nombreuses caractéristiques communes avec d’autres serviteurs servant l’une de ces puissances. Celles dédiées au Dieu du Sang, Khorne, sont souvent ornées de sceaux crâniens et leurs côtés sont montés avec des pointes et des lames cruelles sur lesquelles sont posés des ennemis morts ou mourants. Les machines dédiées au Dieu de la Peste, Nurgle, sont atteintes par la pourriture et la corruption, mais sont en vérité plus insensibles aux dommages que d’autres de la même classe. Les machines de guerre dédiées à Tzeentch sont revêtus de runes malsaines et scintillantes aux couleurs indéfinissables. Celles au service du Prince du Chaos, Slaanesh, sont souvent entourées d’une brume de musc psychoactif, de rangées d’instruments bizarres qui font résonner un chant atonal qui rend les ennemis flegmatiques et les alliés extatiques.[2]

Le Démon dans la Machine

L’Âge de l’Imperium est une époque où des merveilles technologiques d’une puissance inimaginable coexistent avec une irrationalité totale et une superstition endémique. Les machines sont construites par cœur en utilisant des schémas inchangés depuis des millénaires, et l’innovation, au-delà des limites approuvées, est une hérésie passible de la peine de mort. On prie les machines autant qu’on les fait fonctionner, accumulant les rituels au fil d’innombrables générations, de sorte que peu de gens comprennent maintenant la différence entre l’entretien vital et le rituel dogmatique, s’il en existe effectivement.

Les Techmanciens des Space Marines renégats et les Magos déchus du Mechanicum Noir ne sont pas liés par les mêmes restrictions qui limitent les sciences de l’Adeptus Mechanicus. Libérés de l’adhésion rigide à des dogmes technologiques millénaires, ils ont exploré des éléments mécaniques totalement anathème pour les Seigneurs de Mars. Parce qu’ils parcourent le Chemin de la Gloire, ils sont inévitablement attirés vers ce qui est le plus totalement interdit des disciplines technologiques - la fusion de la machine et de l’Immaterium, pour créer des machines animées par l’essence du Warp ou possédées par une entité issue de ce royaume des ténèbres.

Les Machines-Démons sont diverses dans leurs formes et selon le Dieu du Chaos qu’elles servent.
Ce qui se cache dans le noyau de nombreuses machines de guerre au service des Space Marines du Chaos n’est pas ce qu’on appelle "Esprit de la Machine" auquel les Techmarines et les Technoprêtres de l’Imperium font des supplications avant que cette machine ne soit mise en marche. Au contraire, les choses à l’intérieur sont sombres et haineuses, féroces dans leur mépris total du royaume matériel et des mortels qui y vivent. Elles doivent être calmées avec le sang des innocents de peur qu’elles ne tournent leur colère contre ceux qui les ont invoqués. Même alors, les Démons dans la machine ont l’habitude de désobéir à leurs gardiens ou même de se retourner contre eux dans le feu de l’action. Une telle discorde est toujours présente dans les rangs de ceux qui servent les Puissances de la Ruine, la guerre continue pour la suprématie étant à la fois leur plus grande faiblesse et leur arme la plus puissante.[3]

Sur la Contrainte du Démon à l'Intérieur de l'Enveloppe de la Machine

Les quelques savants de l’histoire des machines ayant survécu à un examen attentif de n’importe quelle forme de Machines-Démons ont remarqué que beaucoup d’entre elles sont équipés d’une sorte de réceptacle de confinement, souvent étroitement gardé et enchaîné et invariablement englouti par les pouvoirs du Warp. La nature exacte et la finalité de cet appareil restent en grande partie un mystère, mais plusieurs observations ont été faites. Premièrement, le réceptacle n’est présent que sur les machines de guerre construites dans le royaume des mortels - il n’a pas encore été observé dans les machines forgés et invoqués dans le Warp. On l’a constaté, par exemple, sur les Massacreurs Sanglants, car on considère qu’ils sont faits de la main des mortels, mais pas sur les Scorpions d’Airain, qui sont tenus pour être des invocations issus de l’Abîme. Deuxièmement, ce réceptacle présente une ressemblance troublante avec le cortex et les chambres de réacteur utilisés depuis longtemps par diverses constructions mécaniques du Culte Mechanicus, des constructions presque entièrement reléguées à l’histoire car les mystères de leur construction et de leur entretien ont été perdus.

Plusieurs technosavants et démonologues au service de l’Ordo Malleus soupçonnent maintenant que ces réceptacles sont utilisés pour attirer et peut-être contenir l’esprit infernal dans la Machine-Démon. En effet, il a été observé qu’une brèche dans le réceptacle a provoqué l’évasion du Démon et la destruction catastrophique de la machine elle-même. Bien qu’une telle entreprise assurera la destruction de la Machine-Démon, l’esprit qui s’échappe a l’habitude de perpétrer une dévastation totale alors qu’il est repoussé d’où il est venu par l’inexorabilité froideur de l’espace matériel, faisant même de son bannissement une perspective dangereuse.[4]

La Forge des Âmes

Toutes les forges des Puissances de la Ruine ne sont pas les dominions des mortels tels que les Techmanciens des Space Marines du Chaos ou les Magos Noirs du Mechanicum Noir. L’un de ces lieux est la Forge des Âmes, qui existe entièrement dans l’au-delà, au plus profond des désolations sans forme du Royaume du Chaos. La Forge des Âmes est entretenue par les maîtres forgerons démoniaques, ses processus infernaux alimentés par les âmes des mortels tués par les Machines-Démons que la forge produit. Parmi les plus puissants d’entre eux se trouve le terrifiant Broyeur d'Âmes, mais il en existe d’innombrables autres types, dont beaucoup sont tout à fait uniques. Quand un Magos Noir ou un Techmancien pratique les rituels d’invocation et fait appel aux services d’une Machine-Démon incarnée, il est probable que la source de la monstruosité soit la Forge des Âmes, et que chaque vie que la Machine-Démon récolte condamne encore un autre esprit mortel à l’éternité dans sa fournaise ardente.[5]

Machines-Démons du Chaos Universel

Machines-Démons de Khorne

Machines-Démons de Tzeentch

Machines-Démons de Nurgle

Machines-Démons de Slaanesh

Source

  • Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned
  1. Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - Daemons Engines (traduit de l’anglais par Christer)
  2. Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - The Machina Infernus - Limitless Blasphemy (traduit de l’anglais par Guilhem)
  3. Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - The Machina Infernus - The Deamon in the Machine (traduit de l’anglais par Guilhem)
  4. Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - Chaos Decimator - On the Binding of the Daemon within the Shell of the Machine (traduit de l’anglais par Guilhem)
  5. Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - The Machina Infernus - The Forge of Souls (traduit de l’anglais par Guilhem)