Campagne de Charadon

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 12 décembre 2021 à 14:27 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « <noinclude>{{Page Theme}}</noinclude> {{Travaux}} :''« La galaxie brûle.'' :''Au fil des jours, la conflagration enfle et se répand. La moitié du royaume de l’Em... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png






Aquila.png
+++ Travaux en cours... +++
EnProgrès.jpg
Tout est sous contrôle, nos équipes de Technoprêtres se chargent de la mise en place de cet article.
- Technoprêtre Moulinex.


« La galaxie brûle.
Au fil des jours, la conflagration enfle et se répand. La moitié du royaume de l’Empereur-Charogne suffoque sous les panaches de fumée. Étouffés, ses mondes flétrissent. Parmi les cendres, ses armées se ratatinent et meurent comme autant de parchemins jetés dans les flammes.
Ce n’est pas suffisant.
Les adeptes du Cadavre s’entêtent à me défier. Les Dieux Sombres continuent de murmurer leurs fausses promesses. D’aucuns persistent à me considérer comme un faible, un fou, un raté docile à l’instar de mon sire génétique.
Qu’ils déblatèrent à leur guise. Leurs railleries se transformeront en hurlements lorsque les flammes les dévoreront.
Il reste beaucoup à faire.
Vous trouverez le Voyageur et prendrez son commandement en mon nom. Ensemble, vous rassemblerez une force capable d’assombrir les étoiles et plongerez le Secteur Charadon dans l’anarchie.
La galaxie brûle. Attisons le brasier. »
- Abaddon le Fléau.


La Campagne de Charadon.
La Grande Faille a scindé l’Imperium en deux. La région connue sous le nom d’Imperium Nihilus a sombré dans les ténèbres, ses mondes assaillis par des conquérants hérétiques et des pillards Xenos. Si l’Humanité veut subsister, les armées de l’Empereur doivent stabiliser l’Imperium Sanctus - un domaine encore éclairé par la lumière de l’Astronomican - au plus vite. Hélas, les plans du Maître de Guerre Abaddon le Fléau sont bien avancés, et sa fureur se tourne désormais vers le Secteur Charadon.

Le Trône d'Or sur Terra exerce un pouvoir absolu sur le royaume de l’Humanité. Cependant, un empire si vaste nécessite d’être compartimenté. L’Imperium est donc réparti entre les Segmentums Solar, Obscurus, Pacificus, Tempestus et Ultima. Chaque Segmentum est lui-même divisé en plusieurs secteurs, reliés par des voies de transit Warp majeures et comprenant de multiples sous-secteurs. Ces derniers contiennent des kyrielles de systèmes stellaires, dont la plupart abritent de nombreux mondes régis par l’Imperium, ainsi que des myriades d’écueils, d’anomalies, de territoires pirates et d’empires Xenos secondaires.

Niché aux tréfonds de l’Ultima Segmentum, le Secteur Charadon est situé à la périphérie d’Ultramar, l’empire stellaire des Ultramarines. Il débouche sur l’Imperium Sanctus et constitue une place forte pour les Technoprêtres de l’Adeptus Mechanicus. Mais surtout, il se trouve à portée de tir d’un des rares canaux permettant de traverser les tempêtes Warp de la Grande Faille.

Le Secteur Charadon a connu son lot d’épreuves au fil des millénaires. Au cours des derniers siècles, les Sous-secteurs Palan et Anungul ont été envahis par l’immense empire Ork de Charadon. Des vrilles de la Flotte-Ruche Tyranide Léviathan se sont frayé un chemin dans le plan galactique de la quasi-totalité des sous-secteurs de la région avant d’être finalement repoussés dans l’obscurité d’où ces monstruosités étaient venues. Plus récemment, les Sous-secteurs Psyphos et Palan ont été le théâtre de nouvelles invasions Xenos, cette fois lancées par les légions fantomatiques de la Dynastie Nécron Sautekh.

Le Monde-Forge Metalica s’est avéré la puissance motrice derrière la défense contre ces menaces. Ses cohortes de Skitarii et ses manipules de Titans ont surgi du Sous-secteur Obolis pour écraser les ennemis de l’Humanité à maintes reprises Et ils n’étaient pas seuls. Les célèbres Chevaliers de la Maison Raven, les valeureux Space Marines du Chapitre des Excruciators, les cuirassés de la Flotte Charadon, les Sœurs de Bataille du Monde Cardinal d’Alexistor et de nombreux régiments de l’Astra Militarum ont tous combattu pour faire de ce secteur une forteresse imprenable.

Mais aujourd’hui, alors que les ténèbres de la Noctis Aeterna reculent et que l’Ère Indomitus naît dans les flammes, un ost d’adeptes du Chaos s’abat sur le Secteur Charadon. La Guerre de la Rouille et de la Vase est sur le point de commencer.

MET/C1/CHRON - 716LRC-854LRC : Premières Alertes

« La puissance de Nurgle n’est ni évidente ni directe. Pas de prime abord. Nos ennemis bordent leurs remparts de soldats. Ils sillonnent le vide dans des vaisseaux de guerre hérissés d’armes. Ils pointent leurs canons vers les cieux assombris pour nous repousser au nom du Dieu—Charogne. Mais ils ne se rendent pas compte que Nurgle est déjà en eux, qu’il s’insinue dans leur chair et ronge Leurs âmes. Lorsqu’ils sentiront ses crocs noirs s’enfoncer, il sera bien trop tard… »
- Typhus, passerelle du Terminus Est, juste avant la Translalion Warp dans le Système Duralim.

Lorsque la Cicatrix Maledictum fendit les cieux, le Secteur Charadon se trouvait suffisamment loin pour échapper aux pires effets des tempêtes Warp. Mais à mesure que les ombres de la Noctis Aeterna se levaient, il devint évident au Fabricator-Général Heptus Rho-Decima Khleng - gouvernant du Monde-Forge Metalica - que des dangers bien plus insidieux se rapprochaient.

L’ouverture de la Grande Faille eut de profondes répercussions qui menaçaient l’intégralité de l’Imperium. Le Warp s’agitait furieusement. Ses convulsions rendaient les communications astropathiques et les voyages empyriques encore plus périlleux qu’avant, allant même jusqu’à perturber le cours du temps.

Au lendemain du désastre, le Fabricator-Général Khleng, réfractaire à l’impureté de l’illogisme, instaura une nouvelle méthode pour déterminer la date et le temps. Le Secteur Charadon travaillerait désormais en fonction de la Chronologie Circonscrite métalicane, soit le nombre de Cycles de Rotation de Labeur que ce monde avait effectué depuis l’ouverture de la Grande Faille. Ce ne fut pas le seul Édit de Rationalisation promulgué par le Fabricator-Général Khleng, et il fut appliqué avec une sévérité telle qu’il faillit déclencher une guerre civile sur plusieurs mondes. Cependant, l’imposition de la Met/Ci/Chron ne serait pas le décret le plus extrême publié par la prêtrise de Metalica.

Mauvais Augures

Tout commença par des murmures superstitieux et des phénomènes surnaturels. Sur Heliotyr, dans le Système Alumax, un prophète de malheur apparut parmi les ouvriers itinérants. Ses élucubrations furent réduites au silence par les forces de l’ordre, mais pas avant qu’il n’ait conduit des centaines d’adeptes à lire dans leurs propres entrailles. Une panique superstitieuse s’empara de la Ruche Achtorian dans la Baie de Dyroch lorsque les nappes phréatiques de la cité s’emplirent d’un sang fétide et coagulé. Dans le Système M’bor, un culte de la foi déviant, dénommé Ceux Qui Entendent les Murmures, apparut sur Dhaku, mais fut exterminé par les clans d’extraction minière avant que les autorités impériales puissent intervenir. À Brezantius, l’on vit des oiseaux de proie voler à contre-courant des tempêtes, tandis que sur Conception, dans le Système Feiror, les profondeurs de l’océan scintillaient d’une étrange lueur. Le taux de naissances mutantes et de phénomènes psychiques grimpa en flèche dans toute la région, notamment parmi les systèmes densément peuplés du Sous-secteur Obolis. Malaise et fanatisme s’amplifiaient de jour en jour.

Pour les gouvernants de Metalica, la source de cette perturbation était évidente. En tant qu’adorateurs du Dieu-Machine qui avaient réduit leur propre monde à un désert dans leur désir d’optimiser la production, les Technoprêtres considéraient la prolifération de la vie organique dans les systèmes voisins comme une faiblesse. L’extrait suivant d’un litho-sermon du Dogmatus Guidiocrites Ohm démontre l’ampleur de cette conviction :

« Ne vous fourvoyez pas, mes frères. C’est un fait : les émissions crypto-spectrales délétères qui répandent un trouble impie à travers le royaume de l’Omnimessie affectent les unités biologiques de chaque ordre de la création divine. Clarification : les unités biologiques qui placent à tort leur optimisation spirituelle dans la soi-disant divinité de l’Empereur sont également exposées. Conclusion : les phénomènes négatifs qui prolifèrent prendront fin par la purge de toutes les unités biologiques. La pureté réside uniquement dans la machine. »

Le Fabricator-Général Khleng eut la clairvoyance de pressentir que des idées aussi extrêmes compromettraient la sécurité de la région. Même s’il ne partageait pas l’attachement irrationnel de ses alliés impériaux pour la vie humaine, il savait que la purge biologique de mondes autres que le sien se heurterait à une violente hostilité.

Mais lorsque des maladies surnaturelles se répandirent dans la région, Khleng en profita pour prendre des mesures extrêmes. Le monde industriel de Ferryk dans le Système Feiror connut une épidémie d’engorgisme pestilentiel qui transformait la chair vivante en bouillie rance et faisait enfler les organes jusqu’à l’implosion. Parmi les sous-Ruches du Don de Saint Espin Rhodior, des milliers de victimes de la peste ressuscitèrent. Des bataillons de prévôts entiers périrent en affrontant les cadavres bouffis de maladies qui se répandaient dans les hautes-Ruches depuis les usines de fécule de cadavre. Même le Monde Cardinal d’Alexistor fut profané lorsqu’une pandémie de sorcellerie démente balaya les taudis des pèlerins jusqu’au moment où des foules d’aliénés assiégèrent les sites sacrés de la planète. Pendant ce temps, une manifestation maléfique s’empara du relais astropathique sur Kobolt dans le Système Cadras, forçant le Chapitre des Excruciators à envoyer des Forces de Frappe contre ce monde maudit et à priver le sous-secteur de leur précieuse protection.

En guise de riposte, Khleng déploya un escadron de trois Arches d’éradication de classe Quietus depuis des hangars spatiaux secrets surplombant Metalica. Dotés de trésors d’archéotechnologie interdite et commandés par les archi-Magos les plus zélotes de Khleng, les vaisseaux se dirigèrent vers le Monde-Ruche du Don de Saint Espin. Ignorant les appels alarmés des autorités de la planète, les arches d’éradication se postèrent en orbite basse. Là, elles déclenchèrent des batteries d’extermination à macroradiations sur la planète. En quelques heures, le Don de Saint Espin fut rasé. Les Ruches colossales - déjà envahies par des milliards de zombies de la peste - furent réduites à des lacs de scories. L’atmosphère fut étouffée par les cendres tourbillonnantes de milliards de victimes.

Cet acte choquant fut condamné par les Gouverneurs Planétaires effrayés. Cependant, personne ne pouvait nier qu’il avait empêché l’hérésie du Don de Saint Espin de se propager. À deux autres reprises, les Arches d’éradication frappèrent sur ordre de Khleng. Elles purgèrent la masse continentale septentrionale de Borthreas, un monde frontalier du Système Alumax victime d’une épidémie de Psykers et ravagèrent l’un des trois oublioplexes du monde carcéral d’Impie dans le Système Brezantius suite à des rumeurs de mutations parmi les condamnés.

Malgré ces mesures drastiques, les mauvais présages et les troubles ésotériques se succédèrent. Conscient que le désordre avait atteint un stade critique, le Fabricator-Général proclama de nouveaux édits. Des appels à l’aide astropathiques percèrent le Warp depuis le sanctum de Ferrovigilum. Des Légions de Skitarii, de grandes processions de zélotes du Culte Mechanicus et des manipules entières de Titans des Crânes de Fer embarquèrent depuis le Système Metalica pour renforcer les garnisons des Portes Métalicanes. Des rafales laser cryptées et des autotranslithographies psychiques émirent des ordres : toutes les garnisons planétaires devaient se tenir prêtes - tous les Esprits de la Machine devaient être éveillés et toutes les armes pointées vers les cieux. Les augures analytiques du Fabricator-Général suggéraient tous que quelque chose de pire qu’une mutation ou une épidémie ne tarderait pas à survenir. À ce stade, aucune mesure n’était considérée comme excessive si elle renforçait le contrôle de Metalica sur le Sous-secteur Obolis. De fait, deux des vaisseaux à radiations de Khleng étaient en route pour le Monde Cardinal malade d’Alexistor - le Fabricator-Général n’ayant aucun remords à irradier un monde sacré pour le Credo Impérial - quand la tempête éclata.

Le Voyageur

D’Osts et de Champions

Grâce à sa propre influence et à celle d’Abaddon, Typhus amassa une vaste force d’invasion pour frapper Metalica. Cependant, les adeptes des Dieux Sombres agissent rarement de manière cohérente et concertée. Ainsi, l’ost de Typhus n’était en réalité qu’une vague coalition de bandes, chacune servant ses propres champions effroyables, dont un grand nombre était autant rivaux qu’alliés de circonstance. Typhus lui-même envoya une puissante assemblée de vectoriums de la Death Guard et de cuirassés de Flotte de la Peste menée par son effroyable vaisseau amiral, le Terminus Est. Cette ignoble armée incluait des bandes venues de toutes les Compagnies de la Peste de la Death Guard, mais son plus grand atout résidait dans les vectoriums des 1ère, 2e, 3e et 4e Compagnies. Elles étaient appuyées par des milliards de mutants, de cultistes de la peste et de renégats de la Garde Impériale.

Pour sa part, le Seigneur Zeid détacha une flotte de cuirassés renégats ainsi qu’une immense horde de Machines-Démons et de Chevaliers du Chaos, appuyés par plusieurs bandes de la Black Legion. D’autres guerriers de l’Hereticus Astartes rallièrent l’ost de Zeid sous la forme de bandes renégates. Certaines n’étaient que des poignées de guerriers charognes tandis que d’autres - comme les Rapacitors, les Glaives Gris et les Frères de l’Anarchie - comprenaient des armées entières. L’Apôtre Noir Tsorr’ Kanath des Word Bearers et le Sorcier de l’Alpha Legion Yharron Thayl menaient également de vastes bandes qui rallièrent la bannière de Typhus, appuyant leurs légions en satisfaisant les désirs d’Abaddon. Puis vinrent les Titans de la Legio Morbidus, menés par la fantomatique Funestereine Lathfyr la Noyée et accompagnés de Maisons de Chevaliers Renégates.

La créature qui approcha les Sous-secteurs Obolis et Lirae était monstrueuse et impure. Sur ordre du Maitre de Guerre Abaddon, Akhorath Zeid de la Black Legion avait sollicité l’aide de Typhus, Premier Capitaine de la Death Guard. Zeid demanda à Typhus de mettre de côté sa croisade sanglante et de rassembler une puissante armée au nom d’Abaddon. Typhus - le Voyageur, Hôte de la Ruche du Destructeur - était un grand seigneur de guerre. Il détesta d’emblée l’arrogant Seigneur Zeid, et en temps normal, aurait cherché à le tuer pour avoir osé lui donner des ordres. Mais même Typhus ployait le genou devant Abaddon.

En outre, les entités du Warp avaient évoqué les Métalicans et leur croisade de stérilité à Typhus. Il était au courant de leur croyance selon laquelle la pureté de la machine pouvait vaincre toutes les contagions empyriques et de leurs efforts pour purger les maladies de son martre, Nurgle. Typhus voyait dans l’arrogance des Métalicans une chance de les briser en leur prouvant que leurs précieuses machines pouvaient succomber au contact du Dieu de la Peste. Alors qu’il rassemblait son ost d’invasion, Typhus ordonna à ses Biologus Putréfacteurs de concocter une souche épidémique appelée Ver Némésis. S’il parvenait à porter cette maladie dans les défenses métalicanes, il scellerait le sort de ce monde.

MET/CI/CHRON - 855LRC-890LRC : Offensive Trident

Quand l’assaut eut enfin lieu, il visa trois fronts distincts du Sous-secteur Obolis. À la lisière des Systèmes Chromyd, Alumax et Duralim, la trame de l’espace réel se recroquevilla comme de la chair nécrosée et le Warp se mit à vomir une série de cuirassés hérétiques hérissés de pointes. Le Voyageur était arrivé, héraut du désespoir.

L'Attaque de Chromyd

La première frappe cibla le Système Chromyd. Considéré comme secondaire, il constituait cependant le principal lien entre la voie Warp du canal de Barlech et les Sous-secteurs Obolis et Charus. Pourtant, aucun avertissement n’avait émané du Sous-secteur Charus, ce qui n’augurait rien de bon pour les commandeurs impériaux présents lors de la première offensive du Chaos. Et ils étaient nombreux, encore plus que les envahisseurs ne l’avaient escompté. La raison en était simple : des pirates Drukharis sévissaient dans le Système Chromyd depuis de nombreux cycles.

Ces raids avaient débuté sur le monde-mausolée du Repos de la Martyre où l’infâme Lelith Hesperax avait établi une arène gladiatoriale aussi vaste qu’effroyable. Les carnages artistiques qui s’y déroulaient avaient commencé dans la capitale de Pureté avaient de se répandre à travers le globe. Ce conflit avait englouti la Mission du Châtiment Providentiel, dont la Palatine Luminas avait été chargée de récupérer une relique essentielle à la défense spirituelle de la lointaine Alexistor. Il déclencha également une série de raids lancés par d’autres chefs de guerre Drukhari désireux de surclasser Lelith.

INTERCEPTION VOX PARTIELLE

76/87/36 : ORIGINE COMMANDEUR

HÉRÉTIQUE (APLT)SEIGNEUR

THRAXOPLASMOX///

"…BROYEZ-LES LENTEMENT, SUPPÔTS DE LA CRASSE. TRANSFORMEZ-LES EN OFFRANDES, EN RUINES PUTRIDES. INUTILE DE VOUS PRESSER. LE GRAND-PÉRE AIME QU’UN LENT DÉSESPOIR SUINTE DE LEURS ENTRAILLES PUTRIDES. ENVOYEZ-LEUR UNE VAGUE APRÈS L’AUTRE. FAITES PLEUVOIR SUR EUX LES PLUS DOUX DES PESTES ET DES FLÉAUX. QU’ILS SOUFFRENT. QU’ILS FLÉTRISSENT. C’EST AINSI QUE NOUS INSTILLERONS LA VÉRITABLE DÉSESPÉRANCE."

FIN DE L’EXTRAIT

/ AUDIOCORRUPTION GHUOU543I4TH9E<<<<<<<

Les milices de la défense planétaire du système avaient alors été renforcées de vingt régiments de l’Astra Militarum - dont le 14e Lumess et le 88e Savlar - ainsi que de la 2e Macroclade de Skitarii métalicane menée par le Maréchal Skitarii Decitor Septrax-Tertian. Ce dernier était un personnage bien connu à travers le Sous-secteur Obolis, à la fois pour la vitesse et l’efficacité avec lesquelles ses guerriers d’élite répondaient aux menaces ennemies, et pour la cruauté avec laquelle ils les exterminaient.

Le Maréchal Tertian avait pris le commandement des opérations antipirates dans le Système Chromyd. Il avait mené ses propres troupes et celles de ses alliés avec brio, et malgré des pertes importantes qui suscitèrent des plaintes de la part de plusieurs commandeurs de l’Astra Militarum, il avait remporté des victoires décisives contre les Xenos sur le monde industriel d’Okharium et dans les cavernes bioluminescentes de Torthusa. Malheureusement pour les défenseurs impériaux, les mesures qui avaient contribué à châtier les aliens les laissaient en très mauvaise posture pour riposter à une invasion en masse du Chaos. C’est ainsi que le seigneur Thraxoplasmox trouva ses ennemis dangereusement éparpillés.

Les conséquences les plus flagrantes se manifestèrent sous les nuages écarlates d’Okharium. Une force substantielle de Savlari venait d’achever la purge du sud de la cité tentaculaire de Linkagar quand des ogives pestilentielles et des capsules de largage saturées de maladies s’étaient abattues. Les Drukharis avaient éliminé la plupart des auto-tourelles Icarus de Linkagar quelques cycles plus tôt. Conscient que le peu qui restait ne pourrait pas empêcher le largage de troupes hérétiques, le Capitaine Savlar Glaine Kherrus avait ordonné à ses forces assiégées de battre en retraite dans le quartier nord de Linkagar en détruisant les ponts qui enjambaient les canaux chimiques au passage. L’objectif était de se replier sur des positions tenues par les cohortes Skitarii au nord de la cité. Mais dans un dernier élan de malveillance, des infiltrés Drukharis avaient tué les messagers de Kherrus avant qu’ils aient pu faire part de ses intentions aux forces du Mechanicus. Faute de consignes, des manipules entiers de Serviteurs de Combat avaient tiré sur les Savlari lorsqu’ils s’étaient trouvés à portée. Au moment où l’erreur avait été découverte, de nouvelles forces hérétiques avaient atterri sur les flancs de leurs adversaires. Les deux forces impériales furent massacrées.

Les ruches-déserts scintillantes de l’Isthme de Dyroch furent également prises pour cible en raison de leur proximité avec le site où les dizaines de cuirassés du Chaos avaient émergé du Warp. Les envahisseurs étaient menés par une bande de Chevaliers Affrelames - bientôt connue sous le nom de Compagnie Malveillante - qui étrilla les milices impériales et ouvrit les défenses de plusieurs ruches. Une série de combats dévasta chaque cité et batterie de défense orbitale sur la planète, tandis que les Chevaliers sillonnaient les déserts et attaquaient les convois de ravitaillement impériaux.

Le Seigneur Thraxoplasmox mena ses troupes de la Death Guard contre l’Agri-Monde de Torthusa. Sept vectoriums marchèrent à sa suite, dont les infâmes Hommes Creux et les hordes de Machines-Démons de la Garde Suppurante. Une force aussi puissante aurait dû écraser les défenseurs torthusiens, même avec le Maréchal Tertian à leur tête. Mais Thraxoplasmox était du genre à prendre son temps, et manquait d’imagination selon ses rivaux. Il progressa lentement d’un réseau de grottes à un autre, permettant à Tertian de déborder ses troupes à plusieurs reprises et de saigner leurs forces par des raids parfaitement exécutés. Pourtant, malgré une série de victoires à travers les agri-galeries de la Seconde Strate et les fermes-mines de l’Imperitus Nocta, les forces impériales ne purent surmonter les ravages pestilentiels, la résistance impie et l’avantage numérique de leurs adversaires. Les galeries tombèrent les unes après les autres, et les agri-grottes s’emplirent de cadavres bardés de blessures. La guerre pour Torthusa s’était mue en une impasse coûteuse et consternante.

Alumax Assailli

Vu les turbulences créées par la Grande Faille, le Fabricator-Général Khleng cogita que même des cuirassés ne pourraient lancer une invasion coordonnée sans concentrer leurs efforts le long de canaux Warp stables. Cette assertion se révéla fausse lorsqu’une flottille de Space Hulks de la peste et de cuirassés Death Guard surgit du Warp pour frapper les mondes du Système Alumax. Le Capitaine de la Peste Oghlosmus Bilge mena cette seconde branche de l’invasion du Chaos depuis son vaisseau amiral, Cankersore. Bilge était un tas répugnant de chair coagulée et de crasse suppurante fusionnée à la passerelle de commandement. C’était aussi un commandeur brillant et l’un des lieutenants de Typhus. Les bâtiments de Bilge et les osts maladifs qu’ils transportaient étaient soutenus par les macro-landers ornés de crânes de la Legio Morbidus menés par la Funestereine Lathfyr, ainsi que par une flottille de vaisseau renégats et de guerriers de l’Hereticus Astartes.

Ils se retrouvèrent face à un 72e Groupe Armé cadien en sous-effectif mené par la Colonelle Elena Broski. Un aide de camp de la Colonelle raconte comment, malgré l’ampleur de la force assaillant les mondes sous sa protection, Broski demeura d’un calme glacial :

« Je ne pense pas que la Colonelle croyait pouvoir gagner. Elle n’était pas stupide. Mais elle était cadienne, et haut gradée. Vous n’êtes pas comme nous, vous ne pouvez pas comprendre ce que ça signifie, surtout à un moment pareil. Cadia résiste, toujours. Nous devons faire de même, quoi qu’il en coûte. »

La Colonelle Broski établit une défense efficace autour du Monde-Ruche du Trône de St Bartolph, matant des soulèvements hérétiques et repoussant des groupes d’éclaireurs Death Guard. Elle parvint également à émettre un appel de détresse astropathique depuis la Ruche Rastigan, mais faute de conduit viable, il y avait peu de chances pour que des forces impériales l’entendent. Ces succès furent impressionnants, mais ils n’étaient que des bougies dans un ouragan. Les Titans de la Legio Morbidus s’abattirent sur le Monde Minier pour s’approprier sa richesse minérale. Les milices de défense battirent en retraite sous leur progression, tel des insectes devant l’avancée de géants. Avec l’aide de coopératives minières, les défenseurs impériaux terrassèrent plusieurs Titans en truffant les ouvrages de charges explosives et en faisant tomber les machines dans les cratères. Mais cette résistance ne pouvait pas durer ; alors que les défenseurs cherchaient à se retirer sous terre, des vaisseaux de la peste se servirent de leurs téléporteurs pour déployer des Terminators Rouillarques et déverser des torrents de vase infectieuse dans les galeries. Les défenseurs succombèrent ou émergèrent à la surface pour affronter la fureur de Lathfyr. Heliotyr tomba en moins d’un cycle.

D’autres atrocités suivirent lorsque Oghlosmus Bilge tourna son attention vers l’invasion du trône de St Bartolph. Lors du dix-neuvième cycle de leur défense, les Cadiens avaient été forcés de céder deux Cités-Ruches aux envahisseurs ainsi que le réseau de train magnétique de la planète. Mais ils tenaient encore les ruches nord. Plutôt que de jeter de nouveaux guerriers dans la mêlée, Bilge ordonna à ses chasseurs d’aborder l’arche d’éradication Omnissiah Optimalis qui avait récemment éradiqué le monde de Borthreas. Submergeant les défenseurs du vaisseau, les Capitaines de la Peste conduisirent l’Omnissiah Optimalis en orbite élevée au-dessus du Trône de St Bartolph. Puis ils évacuèrent le bâtiment non sans l’avoir fait plonger sur la Ruche Rastigan.

L’explosion atomique vaporisa la ville - en même temps que Broski et la moitié du reste de ses forces - et bannit les Esprits de la Machine de chaque générateur de bouclier et tourelle des deux Ruches survivantes de la planète. Lorsque de nouveaux vectoriums attaquèrent les défenseurs trois cycles plus tard, ils se retrouvèrent face à de pauvres bougres irradiés jusqu’à la moelle et désespérés, dont la résistance fut de courte durée.

Un seul facteur sauva le Système Alumax d’une invasion totale. Ses voies spatiales grouillaient d’Orks Flibuztiers menés par le Capitaine Dregbad Skullbusta, qui tourna alors ses hordes contre les vaisseaux de la peste. Les Orks remportèrent plusieurs victoires sur des bandes renégates mineures avant que Bilge ne lui tende une embuscade et n’étrille sa flotte à la Clameur de Totha. Cette distraction permit à la poignée de défenseurs impériaux restante de se replier sur la station de surveillance Meta-Obol Gamma 4, cachée aux confins du système parmi les récifs skothiens. Des rapports sporadiques signalèrent que des membres de l’Adeptus Astartes avaient répondu à l’appel de détresse de la Colonelle et lançaient des raids contre les envahisseurs. Mais en pratique, Alumax était tombé.

Mort a Duralim

Dans les Ombres

L’invasion de Typhus était focalisée sur Metalica. Une fois le Monde-Forge contaminé. la puissance du Secteur Charadon et de nombreux autres bastions impériaux s’atrophierait. Le Voyageur était néanmoins conscient du danger représenté par le Sous-secteur voisin de Lirac ; si la Maison Raven venait à l’aide de Metalica, la situation se corserait. C’est pourquoi il envoya Tsorr’ Kanath des Word Bearers et Varron Thayl de l’Alpha Legion dans le Sous-secteur Lirac, accompagnés de leurs bandes. Leur mission consistait à lancer des raids contre des cibles impériales à travers les Systèmes Eladagh, Cyclos et M’bor pour convaincre les chefs de la Maison Raven que leur propre système était menacé. Distraits, les Chevaliers seraient moins susceptibles d’envoyer de l’aide à leurs alliés. Du moins, c’était ce que Typhus espérait. Toutefois, même si ses alliés rallièrent le Sous-secteur Lirac, ils le firent pour leurs propres raisons. Une fois sur place, ils demeurèrent dans le vide et attendirent que leurs propres plans arrivent à maturité.

Les sacrifices que Typhus et ses alliés offrirent aux Dieux Sombres demeureront toujours un mystère. Mais ils durent en accomplir, car tandis que la flotte de Bilge fendait le voile pour attaquer le Système Alumax, l’ignoble Terminus Est de Typhus conduisait une flotte de guerre encore plus vaste hors du Warp pour se poster au-dessus du Système Duralim. Typhus, le Seigneur Zeid et un assortiment sinistre de champions du Chaos menèrent cette offensive. Pendant des cycles, le vide étincela de tirs de batterie et d’explosions alors que les envahisseurs attaquaient les moniteurs de défense et les plateformes spatiales de Duralim. Plusieurs frégates impériales se réfugièrent dans les Systèmes Brezantius et Feiror, leurs capitaines cherchant à avertir le Système Metalica. Par la grâce de l’Empereur, deux d’entre elles, l’Indomitable et le Lady Grezenta, parvinrent à plonger dans le tumulte du Warp et à s’y frayer un chemin.

Ailleurs, la guerre consuma les mondes colonisés du système. L’antique Monde-Ruche Resplendis avait longtemps maintenu sa magnificence en confinant la populace dans des macroghettos dans les sous-Ruches de ses cités. À présent, grâce à la sorcellerie des Cystlings - des Princes Démons réunis en alliance tripartite - ces ghettos s’étaient mus en foyers de vérole ambulante. Des milliards de cadavres - soutenus par des Équipes d’Extermination de Marines de la Peste et des batteries d’artillerie démoniaque - jaillirent des taudis fortifiés pour assaillir les magnifiques Ruches de Resplendis. Deux d’entre elles tombèrent en quelques cycles pendant que les défenseurs des autres Ruches, assiégés au sommet de leurs flèches, dépendaient désespérément des vols de ravitaillement effectués par des escadrons d’escorteurs Valkyrie à travers les cieux infestés de Drones Fétides.

La situation était encore pire sur le Monde-Ruche voisin de Magnifiria. Par le biais de sorts psychiques soigneusement contrôlés et de raids renégats orchestrés par le Seigneur Zeid, le vaisseau à radiations à destination d’Alexistor changea de cap pour s’installer au-dessus de les nuages saphir de ce monde tempétueux. Sourde aux suppliques des défenseurs de la planète, l’Arche d’éradication Necessitus-Ajax déchaîna son arsenal dans une purge mondiale qui dura quatre cycles entiers. Des milliards d’individus périrent, sacrifiés à la croyance des fanatiques métalicans, selon laquelle "la vie biologique étrangère" sapait les défenses du monde. La Black Legion et la Death Guard frappèrent en force. Le Necessitus-Ajax déploya trois macrodades de Skitarii et des processions du Culte Mechanicus dans la zone de guerre irradiée pour soutenir le peu de soldats de l’Astra Militanun ayant survécu à la purge. Cependant, face à la puissance des Marines de la Peste, des Machines-Démons et desChevaliers du Chaos du Seigneur Zeid - tous bien plus résistants aux radiations que les ennemis impériaux - Magnifiria était une cause perdue. Le Necessitus-Ajax fut l’une des dernières victimes de la campagne; détruit non pas par des forces renégates mais par la dernière batterie orbitale de Magnifiria détenue par les loyalistes.

Alexistor était un moribond et Typhus un ver qui lui dévorait le cœur. Cette pensée le rasséréna, autant que les nuages de mouches de la peste qui vrombissaient à travers l’air empli de fumées et des hurlements des innombrables victimes de la Peste Spirituelle.

La démence des sorciers. Voilà comment l’avaient appelée les prêtres d’Alexistor. Un terme inélégant pour une maladie sublime, mais Typhus ne s’attendait pas à mieux de la part d’esprits aussi limités. De toute façon, la plupart d’entre eux étaient morts, ou erraient dans les rues parmi la marée de victimes. La maigre protection conférée par le pitoyable saint d’Alexistor s’était évanouie. Ses statues s’écroulaient, ses dômes se brisaient, ses sanctuaires brûlaient et ses nobles défenseurs moururent les uns après les autres, enfouis sous les monticules de cadavres appartenant aux individus qu’ils étaient censés défendre. Une chape de désespoir planait au-dessus de la planète. Typhus savourait son odeur âcre et priait pour que Nurgle fasse de même.

Mais le travail n’était pas terminé. C’était ce qui l’avait conduit sur le toit-esplanade de l’ancien Cathedrum Sanctus Absolis dans la Cité du Suppliant. C’était la raison pour laquelle Typhus et sa bande de guerriers triés sur le volet avançaient sous une grêle de tirs de Bolter qui lacérait les nuages de mouches et déchiquetait les lambeaux des jardins autrefois somptueux de l’esplanade.

Les foules criaient et hurlaient en contrebas. Dans les rues, les transports d’évacuation des Sœurs de Bataille étaient enterrés sous des strates de corps convulsants.

« Pas d’échappatoire, cette fois. Chanoinesse Joghilde, » grommela Typhus, ses paroles rendues encore plus menaçantes par le vrombissement de sa Ruche du Destructeur.

À sa droite, les Rouillarques des Âmes Gâtées de Ghorioch avançaient dans le feu ennemi. Les tuiles de la place cédaient sous leurs pas. Des douilles de Bolts ricochaient sur leur armure renforcée de maladies. Des jets de vase corrosive et des nuées de projectiles gravés de runes fusaient de leurs armes pour cingler les ennemis à peine visible dans l’obscurité tourbillonnante.

À sa gauche, les Marines de la Peste des escouades de Sholgh et de Myukus avançaient, rivalisant l’une avec l’autre pour prouver leur valeur. Ils échangèrent des tirs avec les Sœurs de Bataille, des statues et des sanctuaires explosant sous les tempêtes d’éclats de marbre chaque fois qu’un projectile ratait sa cible.

Typhus ne prêtait guère attention à la bataille. en avait vu des centaines de semblables. Il en connaîtrait bien d’autres. Son attention était rivée sur une silhouette imposante, armée d’une épée blanche qui scintillait dans son poing. Ses yeux luisaient de zèle et sa voix s’élevait en un hymne empli de défi alors même que les élus de Typhus s’efforçaient de la terrasser. Elle devait pourtant savoir qu’elle était condamnée, que son existence en tant que parangon de la résistance était terminée. Joghilde ne quitterait jamais ce toit. Néanmoins, elle ne cédait pas au désespoir Sa détermination agaçait Typhus.

Il y mettrait un terme.

Le Voyageur hurla et s’élança en faisant tournoyer sa faucheuse d’hommes tandis que Joghilde pivotait vers lui. Typhus abattit sa faux rouillée en un arc meurtrier qui aurait dû fendre la Chanoinesse en deux. Mais elle recula d’un bond avec une rapidité surnaturelle et lâcha une volée de Bolts en direction de son plastron. Les tirs ricochèrent et il se rua sur sa proie en enchaînant les moulinets avec sa faucheuse d’hommes. Sa lame trancha une malheureuse Céleste et frappa la tête d’une statue en marbre, mais elle échoua à s’abattre sur la nuque de Joghilde.

Le grondement de frustration de Typhus se mua en un rire guttural lorsque la Chanoinesse traversa le toit pour se replier. Il assena un coup suffisamment puissant pour fendre la genouillère d’un Chevalier. Mais elle parvint à parer, sa lame flamboyant de feu ivoire, ses talons au bord du vide. Les gémissements et les cris des malades s’élevaient en un chœur maudit, leurs voix implorant la Chanoinesse de tomber dans leurs bras. Au lieu de cela, elle s’adressa aux cieux torturés :

« Empereur, donnez-moi la force d’accomplir Votre volonté !"

La Chanoinesse se fendit, nimbée d’un halo blanc et Typhus gémit lorsque sa lame fendit sa garde et plongea dans son torse. Il n’éprouvait plus aucune douleur depuis longtemps, mais la brûlure qu’il sentit fut ce qui s’en approchait le plus depuis des siècles. Sa chair putride se mit à noircir. Son armure gangrenée fondit comme de la cire autour de la lame luisante.

« Ça suffit ! » beugla Typhus en rassemblant sa puissance psychique avant de la déchaîner sur la Chanoinesse tel un raz de marée. Mais alors que son halo s’éteignait enfin, que sa chair pourrissait sur ses os et que son armure se couvrait de rouille, son regard rebelle brûlait avec autant d’intensité que sa lame bénie.

Source

Pensée du Jour : « Il n’y a pas de miséricorde parmi les étoiles, seulement une éternité de guerre. »
  • Zone de Guerre Charadon - Acte I : Le Livre de la Rouille