Yu'Vath

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher




- Tiré du journal de Kobras Aquairre.
Img-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.png
« Méfiez-vous des morts, même si vous craignez la mort. Seul l’Empereur-Dieu nous protège après la mort, mais ce qui sommeille éternellement peut se relever. »


Nous avons atterri sur la planète sous l’égide du diktat inquisitorial. Pour des raisons oubliées depuis longtemps, la planète avait été interdite pendant la Croisade d’Angevin. Un membre de l’Ordo Xenos - je sais qu’Alberses m’a donné son nom, mais cela ne signifiait rien pour moi - lui a demandé d’y jeter un coup d’œil. La dynastie en a évidemment tiré profit, mais cela n’allait pas affecter mes résultats.

Quand nous sommes arrivés, cela semblait assez sûr. L’atmosphère était brumeuse et rude, mais respirable. L’Inquisition avait fourni un équipement avancé, de sorte que l’équipage disposait d’une Armure Carapace étincelante qui correspondait parfaitement aux couleurs de la dynastie. Si j’avais pu voir clairement à travers le brouillard, je suis sûr qu’elles auraient eu l’air glamour. Au fur et à mesure, nous avons été obligés de recourir à des Auspex et des améliorateurs visuels pour tenter de nous situer.

Malgré tout cela, il n’y a pas eu de signes apparents expliquant pourquoi la planète avait été abandonnée. Mais Alberse avait reçu une carte, et nous avons été chargés d’en assurer le suivi. Il s’est avéré que notre cible se trouvait à plusieurs heures du site d’atterrissage et, étant donné les mauvaises conditions atmosphériques, on nous a dit de ne pas nous y poser. Au cours de notre voyage à pied à travers les marécages, nous savions tous que nous étions surveillé. L’escouade devenait nerveuse à cause de la tension. Harrigan a même tiré un chargeur complet sur un arbre qu’il accusait de lui avoir "sauté dessus". Même les Servocrânes se comportaient bizarrement, flottant dans des motifs comme s’ils attrapaient des images de choses qu’aucun d’entre nous ne pouvait voir.

Quand nous avons atteint le site, nous savions que ce n’était pas une montagne. C’était une ruine Yu’Vath. Nous avons exploré le complexe, et les choses se sont bien passées pendant les premières heures. Puis un des soldats a décidé de placer sa main sur un panneau de contrôle. En quelques instants, les structures du complexe ont commencé à bouger et à changer. Les murs se sont déplacés et l’énergie s’est mise à circuler. Nos armes étaient inutiles contre les forces d’écrasement de la structure et les énergies sombres qui se déchaînaient à travers les murs. Du peloton, seuls trois ont survécu à la rencontre. Je m’attends à ce que que deux d’entre eux passent le mois prochain en chirurgie alors que l’esprit du troisième a été brisé au-delà de toute la guérison. Nous avons vu des choses dans le flux d’énergie. Je ne peux pas me permettre d’y penser, mais ils hantent mon esprit chaque fois que je ferme les yeux.

Au cours des décennies où j’ai parcouru l’Étendue de Koronus, je n’avais jamais vu de site Yu’Vath. Mais j’ai vu une lueur dans l’œil d’Alberse. Je pense qu’il veut en trouver d’autres afin de laisser un héritage à sa dynastie. Ce serait certainement un héritage impressionnant ; même si la croisade bénie les a anéantis, ils ont laissé derrière eux assez de choses qui continuent à tourmenter les vivants. Le fait d’être connu comme le Libre-Marchand qui aurait finalement mis fin à leur menace serait certainement suffisant, même pour son démentiel ego. Pour l’instant, je ne peux que laisser jouer sa chance. S’il tombe, j’espère seulement avoir une plus grande influence sur son successeur.[1]

Les Yu'Vath

- Preem, savant.
Img-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.png
« Si ces choses ne pourrissent pas, si elles peuvent demeurer ainsi pour l’éternité… peut-on considérer qu’elles sont vraiment mortes ? »


On rencontre des essaims d’étoiles mortes partout dans les Étendues de Koronus, des zones anormales où les étoiles ne sont plus que des braises agonisantes, seuls vestiges d’un immense cataclysme au cours duquel elles se tordirent dans les affres de la mort et implosèrent, expulsant leurs couches externes en nuages de matière stellaire qui se dilatèrent ensuite dans le vide environnant. Les zones ténébreuses qui s’étendent le long des grands récifs d’Hecaton furent modelées, voici une éternité, par le violent trépas de dizaines ou peut-être de centaines d’étoiles. Un mal terrible a certainement parcouru les Étendues, dans un lointain passé, une sombre puissance qui a assassiné toutes ces étoiles, les unes après les autres, amas par amas. Des mondes Xenos morts orbitent autour de ces ruines stellaires, disloqués et liquéfiés par l’agonie de leurs soleils, puis paralysés par le froid glacial du vide sous les derniers rayons livides du pâle brandon de leur étoile moribonde. On y trouve des mines cyclopéennes et la croûte de ces planètes est sillonnée de labyrinthes souterrains. Quant aux sinistres symboles que l’on peut encore y voir, lorsqu’ils n’ont pas été érodés par le passage des millénaires, ils témoignent d’une redoutable sorcellerie Xenos et d’antiques cataclysmes ; ils témoignent du passage des Yu’Vath.

Ces créatures furent un véritable fléau dans les Étendues de Calix, du temps du Seigneur Militant Angevin, avant la fondation du Secteur Calixis, au quatrième siècle du 39e Millénaire. Les Yu’Vath vénéraient le Warp et asservissaient les mondes par de viles sorcelleries Xenos, consumant les vies et les âmes de leurs esclaves humains corrompus pour façonner des horreurs sur les mondes infernaux de Calix au point que les chroniqueurs de la Croisade d'Angevin ne voulurent pas en conserver le souvenir dans les annales. Avec leurs armées d’esclaves torturés, les Yu’Vath, ces viles créatures corrompues par le Warp, épuisèrent et harcelèrent les armées de la croisade durant des décennies avant leur ultime combat et leur anéantissement complet de la main du Général Drusus (qui fut ensuite canonisé), assisté de l’Adeptus Astartes. Aujourd’hui encore, les ouvrages qui évoquent les victoires de la Croisade d’Angevin contre les Yu’Vath sont des documents confidentiels ; quant aux érudits qui savent ce qui existait avant la sainte fondation du Secteur Calixis, ils ne sont pas nombreux.

Mort Depuis Longtemps Mais Toujours Mortel

Au temps de la Croisade d’Angevin, au 39e Millénaire, les Yu’Vath ont été éliminés de la partie de la galaxie qui deviendra plus tard le Secteur Calixis. Malgré cela, leur misérable souillure reste présente dans l’Étendue de Koronus. La technologie de ces anciennes créatures et les terreurs qu’elles ont engendré restent un fléau et un danger constant. Une grande partie d’entre eux dorment sous la surface de ce qui semble être des mondes calmes et dispersés parmi d’anciens vaisseaux spatiaux à la dérive à travers les âges.

Tous attendent en silence qu’un signe antique ou un sentiment insensé déclenche leur activation. Beaucoup de ces dispositifs semblent inoffensifs car ils influencent subtilement leurs utilisateurs vers les voies des Puissances de la Ruine. D’autres sont manifestement hideux dans la mesure où ils exposent directement les victimes à la puissance brute du Warp. La technologie Yu’Vath représente l’une des menaces les plus blasphématoire aux yeux de l’Adeptus Mechanicus, et ceux qui osent s’en servir à leur guise risquent la destruction et la damnation totale.[2]

Histoire

- Hommage à Saint Drusus, à l’issue de la Croisade d’Angevin.
Img-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.png
« Dès leur première défaite, leur volonté de se battre a été brisée. Lorsque les Xenos ont fait face à leurs destins, ils ont su que leurs âmes tachées par le Warp seraient bientôt damnées. »


À l’aube du 39e Millénaire, l’Imperium s’est propagé dans les Étendues de Calix. Les Yu’Vath et leurs races clientes représentaient la plus puissante opposition Xenos active dans la région. Leur technologie blasphématoire, associée à leurs capacités psychiques inhérentes, constituait un défi de taille pour les efforts de l’Imperium visant à prendre le contrôle de la région. Les Yu’Vath avaient maintenu leur contrôle de cette section de la galaxie pendant des millénaires, et durant cette période, ils avaient établi d’innombrables colonies et créé ou vassalisés des dizaines d’autres espèces de Xenos dans leur empire. D’innombrables planètes portaient déjà les ruines abandonnées de l’ancienne civilisation Yu’Vath, alors même que l’expansion impériale se poursuivait dans toutes les Étendues de Calix. Dans l’ensemble du secteur, l’Humanité a trouvé des preuves de l’activité des Yu’Vath sur la grande majorité des mondes habitables qu’elle a rencontrés dans l’Étendue.

Dès le premier contact, les chances de relations pacifiques étaient minces. La technologie Yu’Vath avait clairement embrassé le Warp, ce qui la rendait hérétique pour l’Adeptus Mechanicus et l’Ecclésiarchie. Au lieu des traditionnels Boucliers Void, de nombreux vaisseaux Xenos incorporaient des dispositifs immondes qui fonctionnaient en interagissant directement avec l’Immaterium. Les fidèles serviteurs de l’Imperium ont perdu la raison en regardant simplement ces vaisseaux au combat sans qu’une seule salve ne soit tirée. Les histoires racontent d’innombrables créatures artificielles émergeant de ces appareils pour répandre la terreur et la destruction sur ceux qui s’y sont opposés. Les armes portatives des Yu’Vath et même leurs conceptions architecturales représentaient des menaces comparables pour les esprits et les âmes de tous ceux qui interagissaient avec elles. Les chefs de la Croisade d’Angevin ont sagement choisi de prendre des mesures rapides et décisives pour éliminer cette menace de la galaxie.[3]

Le Triomphe de la Croisade

À ce jour, on ne sait toujours pas combien de Yu’Vath étaient actifs dans la région lorsque la Croisade est arrivée. Cette espèce misérable avait atteint un niveau de décadence élevé alors qu’elle régnait sur des races asservies depuis leurs tours et installations blasphématoires. Selon les rapports, chaque Yu’Vath aurait eu plus d’un million d’esclaves pour répondre à tous ses besoins, et certains de ces êtres corrompus avaient clairement des mondes entiers consacrés à l’accomplissement de tous leurs caprices. Leurs besoins étaient aussi divers que leurs imaginations, mais presque tous impliquaient d’exploiter la nature instable du Warp pour s’adonner à la perversion à l’échelle planétaire.

Les rapports sur leur physiologie et leur psychologie sont fragmentaires. Des édits inquisitoriaux ont certainement éradiqué certains de ces documents, tandis que d’autres se sont perdus dans les aléas du temps et les excentricités des systèmes d’archives locaux. Il n’existe aucun rapport indiquant que l’un de ces misérables Xenos ait été capturé vivant.

Il existe de nombreuses références aux rapports compilés par les membres Magos Biologis de l’Adeptus Mechanicus, mais aucune des analyses réelles n’est connue pour être resté intact. Les dossiers fragmentaires indiquent qu’au moins trois autopsies ont été pratiquées, mais les données disponibles sont remarquablement incohérentes et peu instructives. Il se peut qu’aucune de ces études n’ait eu accès à un cadavre Yu’Vath complet ou que les échantillons disponibles aient été très divergents dans leur anatomie. Il est clair que la combinaison de l’influence du Warp et de leur technologie avancée a entraîné des degrés significatifs de variance morphologique entre les membres de l’espèce. Si les données disponibles sont une indication, alors les Yu’Vath n’avaient pas nécessairement une structure humanoïde, mais cela peut avoir été le résultat direct de modifications corporelles importantes ou de mutations accidentelles.

Certains membres de l’Ordo Xenos soupçonnent que la culture Yu’Vath était peut-être en déclin avant l’arrivée de l’Humanité dans la région. Il se pourrait que la race antique ait atteint un tel niveau de décadence qu’elle n’était plus capable de se maintenir, même avec l’aide des races qu’elle avait asservi. Quelques membres du Magos Biologis sont même allés jusqu’à suggérer que les marqueurs génétiques communs à ces races qui leurs étaient soumises pourraient en fait indiquer une origine commune. Si cela était vrai, alors ces espèces pourraient en fait être les descendants synthétisés des Yu’Vath plutôt que des Xenos uniques à part entière.

Ce cheminement logique commence par l’idée que les Yu’Vath devaient avoir une population totale incommensurablement importante pour avoir établi des colonies sur tant de mondes à travers l’Étendue. Cependant, lorsque la Croisade d’Angevin a vaincu leurs machines de guerre, le nombre de forces d’opposition était au mieux modeste. Cela pourrait également suggérer que quelque part au-delà des limites explorées de la galaxie, il reste encore une énorme civilisation Yu’Vath. Étant donné leurs capacités à manipuler les énergies du Warp, ils pourraient même avoir développé des installations dans les domaines démoniaques au-delà des frontières de la réalité. S’il reste de tels survivants, ils pourraient patienter pour rétablir leur empire aux dépens de tous les humains qui oseraient se mettre sur leur chemin.

Les innombrables ruines Yu’Vath disséminées dans l’Étendue de Koronus sont également préoccupantes. La grande majorité d’entre elles ne sont guère plus que des villes en ruines enterrées sous des tonnes de décombres, caractérisé en partie par les préférences architecturales des Yu’Vath. Bien que les styles varient considérablement, la plupart de leurs bâtiments étaient construits en pierre brute, en cristal ou en céramique semblable à l’os. Dans la majorité des cas, ces structures étaient recouvertes de couches polymères complexes qui préservaient la construction et pouvaient également jouer un rôle décoratif, ces revêtements inhabituels étaient appliqués sur les structures de telle sorte qu’ils inscrivaient des structures géométriques complexes, des formules obscures, ou des pictogrammes complexes et blasphématoires d’une iconographie inhumaine. En outre, beaucoup de ces structures semblent capables d’un certain degré d’autoréparation, une caractéristique qui rend la datation de leurs origines extrêmement difficile.

L’iconographie de ces sites représente un autre point de référence commun pour identifier leurs origines. Les symboles inscrits sont souvent inégaux et asymétriques dans leur style. Bien qu’aucune littérature connue n’ait survécu au passage de l’espèce, beaucoup de leurs dispositifs anciens portent également une telle iconographie. Des rumeurs suggèrent que certains agents de l’Ordo Xenos pourraient être capables de traduire ces inscriptions anciennes. Cependant, les rumeurs disent aussi que quiconque tenterait une telle traduction pourrait perdre tout semblant de raison dans le processus de déchiffrage des hideux glyphes.

La préservation globale des complexes varie considérablement selon les sites et les planètes. Dans certains cas, les structures semblent souvent habitables, tandis que d’autres ne sont guère plus que des décombres enterrés. Les incohérences entre les différentes découvertes posent également leurs propres mystères. Dans certains systèmes comportant plusieurs mondes habitables, une seule planète présente des signes d’habitation Yu’Vath. Dans d’autres, les structures Yu’Vath sont densément entassées sur des planétoïdes trop petites pour avoir jamais accueillie une atmosphère. En raison de la technologie inhabituelle, la datation de leur création par les méthodes traditionnelles est rarement précise. Heureusement, dans certains cas, la roche et le sol environnants offrent un meilleur indice de leur âge que les structures de base. Bien sûr, cela n’est vrai que pour les structures les plus anciennes, où les éléments planétaires sous-jacents se sont déplacés en raison du passage du temps qui ne peut être mesuré que dans un sens géologique. Pour les sites qui étaient actifs jusqu’à l’arrivée de la Croisade d’Angevin, de tels points de référence sont beaucoup moins courants.[4]

Les Ruines d'un Empire

Quelques-unes des ruines semblent avoir encore quelques fonctionnalités, mais la nature de leur fonction précise est incertaine. Certains analystes ont conclu qu’elles ne sont guère plus que d’anciennes mines, mais d’autres émettent l’hypothèse que les dispositifs obscurs pourraient être conçus pour déclencher la mort des soleils locaux ou démêler la matière. Il est clair qu’elles tirent leur énergie de n’importe quelle source d’énergie disponible : les étoiles, les sources géothermiques, ou même le Warp sont exploitées pour maintenir ces machines complexes en activité longtemps après que leurs créateurs aient cessé de vivre. Cependant, leurs objectifs ultimes restent un mystère absolu. Des légendes racontent que certaines de ces machines pourraient être hantées - poussées à transmettre leur blasphématoire message Xenos à quiconque s’approcherait d’elles. D’autres semblent vouées à la défense d’un lieu contre toute menace qui pourrait apparaître. Chaque port impérial actif fait circuler des dizaines de légendes qui racontent les désastres auxquels ont été confrontés ceux qui ont trop creusé dans un ancien site Yu’Vath.

Au-delà des surfaces planétaires, une poignée d’anciennes stations spatiales Yu’Vath semblent actifs dans l’Étendue de Koronus. Certaines sont situées sur des astéroïdes, tandis que d’autres voyagent à la dérive dans les vastes espaces vides entre les étoiles. Les légendes font même allusion à des constructions stables dans le Warp, loin de toute civilisation mortelle. Grâce à leur technologie sophistiquée et blasphématoire, ces stations semblent continuer à poursuivre activement les tâches programmés par leurs maîtres morts depuis longtemps. Ceux qui osent s’immiscer dans le champ de bataille font face à des défenses conçues par ces puissants Xenos et risquent de faire partie du champ de débris d’une telle station.

Les Xeno-archéologues qui ont étudié ces ruines ne sont pas d’accord sur leur âge. Cela est dû en partie aux matériaux inhabituels, mais aussi à l’absence de toute progression culturelle dans les différentes structures. Il y a peu de signes de diversité culturelle au sein d’une population qui s’étendait clairement sur une énorme région du vide. De même, la technologie utilisée dans les ruines, même les plus usées, semble correspondre à celle trouvée dans les échantillons qui étaient habités à l’époque de la Croisade d’Angevin. Les meilleures estimations suggèrent que la civilisation Yu’Vath pourrait avoir atteint son apogée il y a plus de cent mille ans, mais elle a pu être stable pendant d’innombrables années avant que l’Imperium n’extermine la race. Même les échantillons que l’on croit être les plus anciens montrent des signes de contamination par le Warp et des races serviles dévouées ; il est fort possible que des ruines bien plus anciennes restent à découvrir.[5]

Technologie

- Magos Mortigen Hale, Disciple de Thule.
Img-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.png
« Il y a une logique corrompue présente dans ces artefacts, mais la comprendre serait risquer de corrompre l’âme et l’esprit. Le Dieu-Machine ne tolère pas de tels blasphèmes. »


Dans les ruines Yu’Vath, on trouve des artefacts qui incorporent une science impie. Pour certaines personnes, ces dispositifs anciens ont une énorme valeur simplement en raison de leur rareté et de leur âge. Beaucoup d’explorateurs peu scrupuleux exploitent volontiers cette situation en vendant les objets par le biais du marché noir pour un profit énorme. Certains de ceux qui se livrent à cette pratique ont été attrapés et punis par des agents de l’Inquisition ou de l’Adeptus Arbites. D’autres se sont retirés dans un style de vie sédentaire de paix et de richesse au sein du Secteur Calixis. Cependant, la grande majorité de ceux qui ont osé s’adonner à ces pratiques ont payé leur orgueil par des dommages à leur esprit, leur corps ou leur vie.

Les artefacts Yu’Vath sont plus facilement identifiables grâce à leur composition matérielle et leur iconographie. Presque tous ces dispositifs sont construits en un matériau cristallin ou céramique qui ressemble à un os naturel ou fossilisé. Ces dispositifs portent souvent des symboles corrompus et asymétriques qui semblent se déformer et se déplacer dans la plupart des conditions d’éclairage. La raison précise de ce phénomène n’est pas claire ; certains soutiennent qu’il s’agit simplement d’un effet holographique intrinsèquement conçu dans les matériaux de construction. Au-delà de ces points communs fondamentaux, on ne dispose guère d’autres informations sur ces dispositifs par le biais de ressources impériales légitimes.

Le problème principal de l’étude autorisée de la technologie Yu’Vath est qu’elle est intrinsèquement anathème à l’Adeptus Mechanicus. Seuls les Technoprêtres les plus courageux, les plus téméraires ou les plus hérétiques osent jouer avec ces artefacts. Les membres les plus conservateurs de l’ordre choisissent de garder leurs distances et préconisent que toute création Yu’Vath soit isolée, enterrée ou détruite (de préférence les trois). Lorsque de tels objets sont trouvés dans le vide, leurs conseils privilégient généralement le lancement des artefacts dans l’étoile la plus proche.[6]

Les Artefacts du Malheur

Une technologie maléfique.

Deux raisons principales expliquent cette attitude. La première est que beaucoup de ces dispositifs sont capables d’interagir directement avec le Warp. Pratiquement tous les artefacts survivants dépendent d’une connexion constante avec le monde non naturel comme principale source de puissance ; certains vont même plus loin et utilisent cette association impie dans leur fonction principale. Quelques-uns peuvent jouer un rôle relativement utile et mineur, comme avertir d’une présence dans le Warp ou surveiller l’Immaterium pour détecter toute anomalie qui pourrait causer des difficultés de déplacement et de communication. D’autres, cependant, ont des interactions beaucoup plus dangereuses, comme le déclenchement de vastes quantités d’énergie Warp selon des schémas imprévisibles, présenter une balise aux entités de l’Empyrée, ou même y ouvrir une faille.

Le deuxième grand blasphème de la technologie Yu’Vath est qu’elle incorpore en grande partie des esprits synthétiques. Contrairement aux Esprits de la Machine bénis qui habitent toute la technologie impériale sanctifiée, ces entités sont des créations non vivantes des Xenos éteints. Les quelques Technoprêtres qui parlent volontiers de ces dispositifs mentionnent que les esprits peuvent être des essences démoniaques capturées dans le Warp ou simplement des créations impies qui sont devenues plus malveillantes au cours des millénaires qui ont suivi leur création. Les imbéciles qui osent altérer ces artefacts sont souvent influencés par les esprits des ténèbres pour accomplir des actions qui pourraient damner leur esprit et leur âme. Certains peuvent, contre leur gré, établir une relation étroite avec les Puissances de la Ruine, tandis que d’autres peuvent simplement se détruire eux-mêle et tout ce qui leur est cher, car les appareils submergent leurs esprits pour leurs propres fins obscures.

Ces deux dangers combinés représentent une menace importante, même pour les membres les mieux entraînés de l’Adeptus Mechanicus. Pour ceux qui n’ont pas un tel bagage, ces objets représentent un danger encore plus grand. Beaucoup d’artefacts Yu’Vath deviennent actifs dès qu’un être sensible s’approche. Plus d’une enquête inquisitoriale commence lorsqu’un seul individu indiscipliné a acquis et activé un tel dispositif sans même se rendre compte que son esprit était déjà sous son influence. Dans de nombreux cas, ces artefacts représentent une menace encore plus grande à bord d’un vaisseau qui voyage dans le Warp. C’est pour cette raison que tant de Libres-Marchands qui s’adonnent au marché noir se sont perdus. Ces créations Xenos interagissent déjà directement avec l’Immaterium, et certaines créent un portail à travers le Champ de Geller protecteur d’un vaisseau. En présence d’une tempête Warp, ce trou de la taille d’une tête d’épingle peut parfois permettre à des entités hostiles d’accéder à l’intérieur du navire avec des résultats prévisibles.

Bien entendu, pour certaines personnes, les récompenses offertes par ces puissants artefacts font plus que compenser les risques qui y sont associés. Les légendes parlent de dispositifs Yu’Vath qui pourraient transporter des planètes à travers le Warp, fournir une énergie illimitée, ou même éteindre des étoiles. Des exemples plus modestes sont manifestement capables de lire et de contrôler les esprits ou de tuer un être sensible d’innombrables façons subtiles. Un seul appareil, s’il est utilisé efficacement, pourrait rendre une personne incroyablement riche ou sauver une planète au bord de la famine ou de la destruction écologique. Ces constructions blasphématoires exploitent des forces incroyablement puissantes de manière efficace et efficiente. Ce ne sont pas les dispositifs qui paient le prix de leur utilisation, mais plutôt les utilisateurs qui osent travailler avec les artefacts en sachant que cela peut leur coûter leur âme.

Quelques Libres-Marchands ont découvert des composants du vaisseau Yu’Vath parmi les coques spatiales qui dérivent dans l’Étendue de Koronus. Bien que rares, ces dispositifs améliorent souvent les vaisseaux d’une manière qui ne correspond pas à la compréhension scientifique de l’Imperium. Des Maîtres du Vide parlent de moteurs Yu’Vath qui peuvent permettre à un vaisseau d’effectuer un transit Warp à une vitesse incroyable, voyageant d’un bout à l’autre de l’Étendue en quelques instants. D’autres histoires racontent des boucliers totalement impénétrables et des armes capables de cisailler un cuirassé en une seule salve. Pourtant, presque toutes ces histoires évoquent le sombre prix que les navires ont payé pour leur utilisation. Les vaisseaux qui n’ont pas été perdus pendant un voyage dans le Warp ont inévitablement été bientôt peuplés d’équipages rendus fous par les éléments qui leur avaient semblé être leur salut. Lorsque la technologie de l’Imperium tombe en panne, elle n’est généralement qu’inutile ou mortelle. Lorsqu’un composant Yu’Vath tombe en panne, le navire et son équipage peuvent subir des destins bien pires que la mort.

Quelques artefacts Yu’Vath connus présentent un risque individuel important dans la mesure où ils se greffent sur le propriétaire lors de leur utilisation. Ces dispositifs représentent clairement un analogue Xenos aux dispositifs cybernétiques. Les remplacements cybernétiques impériaux ne sont généralement installés qu’à la discrétion du patient, le plus souvent après la perte d’un membre. Mais ces créations impies sont capables de subsumer complètement les organes d’un utilisateur lorsqu’elles sont activées pour la première fois. Les observateurs Astropathes ont même suggéré que tout comme l’objet se fond dans le corps de l’individu, son esprit et son âme fusionnent avec ceux de l’utilisateur. La plupart d’entre eux meurent immédiatement au cours du processus, car les dispositifs tentent d’interagir avec la neurophysiologie, ce qui est clairement en contradiction avec leur conception d’origine. Ceux qui survivent à ce processus peuvent être transformés lorsque l’esprit synthétique impie tente de prendre le contrôle de leur corps. Au moins trois rapports anecdotiques indiquent des cas où ce qui a commencé comme un appareil portable a fini par remplacer complètement le corps de l’utilisateur par un exosquelette osseux, dévorant le corps et l’esprit pour le conduire vers une tâche qui avait été préprogrammée des millénaires auparavant.

Il est intéressant de noter que certains de ces dispositifs semblent physiquement augmenter en taille et en capacité au fur et à mesure de leur utilisation. Les histoires anciennes suggèrent qu’une telle expansion de capacité se produit lorsqu’ils dévorent l’âme de l’utilisateur. Des rapports mieux documentés de la Croisade d’Angevin indiquent que cela pourrait en fait être une partie inhérente à la fabrication des Yu’Vath. Certains documents de l’époque de la croisade suggèrent qu’avec une utilisation suffisante, certains de ces artefacts produisent en fait des dispositifs fonctionnellement identiques. Ainsi, un composant essentiel d’un navire pourrait produire sa propre pièce de rechange ou un dispositif qui a servi à un besoin fréquent pouvait être dupliqué et répandu dans tout l’Empire Yu’Vath. En dépit de ces récits, il reste rare de trouver des artefacts Yu’Vath identiques. Il se peut que ces copies ne soient pas aussi faciles à conserver ou qu’au fil des millénaires, l’appareil original les absorbe à nouveau. Sans confirmation ni analyse par les agents de l’Adeptus Mechanicus, l’Ordo Xenos ne conserve qu’une compréhension limitée de ces créations incompréhensives qu’il a saisies et détruites.[7]

Des Liens avec le Warp

Une caractéristique moins courante de la technologie Yu’Vath est que certains de ces artefacts affichent de manière flagrante les énergies maléfiques qu’ils déploient. Alors que certains artefacts peuvent canaliser le Warp dans une arme, beaucoup d’entre eux en rayonnent l’essence immonde pendant qu’ils fonctionnent. Des panaches et des arcs vulgaires de lumière sombre et mal focalisée forment souvent des figures maléfiques lorsque les dispositifs convertissent l’énergie en fonction. Cette lumière peut jouer des tours aux yeux et à l’esprit de tous ceux qui l’observent. Certains voient de la pourriture et de la dépravation dans tout ce qui est éclairé par l’énergie sombre. D’autres ont simplement envie du pouvoir que représentent les artefacts - et peuvent être amenés à tenter de s’emparer de ces objets pour leurs propres besoins. Aucun de ceux qui ont vu ce pouvoir en action ne peut l’oublier, car la simple vue d’un tel flux laisse sa marque sur l’âme du spectateur.

Certains des appareils Yu’Vath exposent leur sensibilité de manière plus directe. Quelques artefacts sont en fait mobiles et indépendant, voyageant à travers les mondes pour se nourrir des esprits et des âmes. Ceux qui rencontrent ces terreurs impie sont souvent complètement dévorés. La combinaison d’un esprit propulsé par le Warp fusionnée avec le miracle de la technologie Yu’Vath constitue une menace presque inarrêtable pour les guerriers impériaux, même les plus courageux.[8]

Conquérant d'Os

- Missionnaire Jacobus, durant la Croisade d’Angevin.
Img-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.png
« Ces Xenos reconnaissent le vrai pouvoir quand ils le trouvent, car ils osent profaner l’Humanité pour participer à notre grand destin. Ce blasphème doit encore alimenter notre haine et notre dévotion ! »


La journée s’est mal passée, mais d’une manière étrange, cela m’a permis de me sentir mieux par rapport à la façon dont les choses se sont déroulées. Alberse a organisé une rencontre avec un commerçant avec lequel il avait déjà traité par le passé. Le vaisseau devait nous rencontrer dans un système inhabité pour effectuer un échange de marchandises, et j’ai délibérément choisi de ne pas apprendre les détails. Malgré le fait que cela devait être une opération de routine, Alberse m’a demandé de l’accompagner pour sceller l’accord - je pense qu’il voulait une démonstration de force, et sur le navire d’un autre parti, il ne pouvait pas simplement emmener son partenaire commercial faire un tour prolongé dans son propre trésor d’Armes Digitales, en expliquant les subtilités de chaque instrument de mise à mort spécialisé avec des détails sanglants.

L’autre capitaine était un imbécile obséquieux et bavant. Il avait une certaine notion de la courtoisie, mais je pense que c’était toute l’étendue de son répertoire. Une fois les présentations faites, un officier nous a conduits à la soute pour que nous puissions voir les marchandises avant leur acceptation officielle. C’est là que le problème a commencé. Juste avant d’atteindre la baie, le navire a tremblé et nous avons entendu un bruit sourd et aigu. Les sons de la bataille étaient dans l’air.

Juste au moment où nous avons ouvert la porte de la soute, un cadavre auquel il manquait plusieurs membres a volé à travers la porte. Après nous être remis de ce spectacle choquant, nous nous sommes prudemment déplacés à l’intérieur. Dans la baie, nous avons vu les restes d’une douzaine d’hommes armés morts joncher le sol, et ce que j’ai reconnu des contes de taverne comme une construction Yu’Vath composée des corps d’autres cadavres. Comme beaucoup de choses dans l’Étendue, ce n’était plus seulement une histoire, mais maintenant une menace mortelle. Plusieurs membres de l’équipage du navire tiraient aveuglément des tirs de lasers sur la chose, mais leurs efforts semblaient n’avoir que peu d’impact, même lorsqu’ils parvenaient à toucher l’énorme cible. D’autres se cachaient derrière les caisses d’emballage qui remplissaient la soute, priant pour leur salut.

Je n’ai même pas pensé à ce qu’il fallait faire. Mon fidèle Bolter que j’avais toujours sur moi, était clairement inadapté pour ce combat et il n’y avait pas d’autres armes adéquates à trouver. Au lieu de cela, je n’ai trouvé aucune autre arme appropriée. J’ai déclenché l’alarme d’urgence pour évacuer la soute dans le vide, en éliminant la créature, la cargaison du navire et les hommes armés survivants qui ont eu la malchance de se trouver à l’intérieur. Le capitaine était tellement sous le choc et si heureux d’être en vie qu’il n’a même pas soulevé la question de la perte de son équipage et de sa cargaison - jusqu’à ce qu’Alberse lui envoie la facture de mes services.[9]

Le Gardien des Morts

Un Conquérant d’Os.

Il y a des signes évidents que les Yu’Vath se sont engagés dans une forme de culte des ancêtres. Dans leurs tours et leurs catacombes, il y a des sanctuaires énormes consacrés aux morts. Bien que tous les restes identifiés appartiennent à des races asservies connues, les analystes pensent que des lieux similaires non identifiés doivent abriter les restes des Yu’Vath. Cependant, ceux qui recherchent et enquêtent sur de tels sites et foulent le sol interdit des Yu’Vath, découvrent souvent que ces ruines sont fréquentées par les plus horribles des gardiens.

Beaucoup de ces enquêteurs sont des mercenaires non formés qui ne s’intéressent qu’aux esprits des morts enterrés et à d’autres superstitions. Les explorateurs plus expérimentés dans la nature des ruines de Yu’Vath, cependant, savent qu’ils doivent craindre davantage les dangers corporels, comme le redouté Conquérant d’Os. En effet, pour ceux qui le voient pour la première fois, le Conquérant d’Os pourrait bien sembler être les esprits des anciens morts qui se lèvent de la tombe pour terrasser les intrus qui foulent négligemment leur sol sacré. Ce n’est pas la vérité, mais la réalité des Conquérants d’Os est tout aussi terrifiante.

Ces constructions semblent être créées dans le seul but de garder les restes des morts, ou peut-être d’utiliser les morts pour rendre un dernier service à leurs anciens maîtres. L’Ordo Xenos n’a pas de rapports confirmés indiquant les origines ou les causes de l’activation d’un Conquérant d’Os. Il est clair qu’on ne les trouve que dans des endroits qui ressemblent à des mausolées Yu’Vath, à moins qu’ils ne soient déplacés vers un nouvel endroit par des ambitieux, des étrangers négligents ou ignorants. Cependant, certains analystes suggèrent que ces supposés cimetières Yu’Vath n’apparaissent que dans les mausolées en raison du désir instinctif du Conquérant d’Os de maintenir un stock de cadavres. Il est également possible que, bien plus souvent qu’on ne le pense, les cimetières Yu’Vath n’existent que dans les mausolées. Les Conquérants d’Os qui ne peuvent pas obtenir assez de cadavres pour former des corps sont tout simplement passés inaperçus des chasseurs de trésors, et ont été classées comme de simples babioles, attendant en sommeil entre les mains de quelques malheureux sans méfiance que les conditions adéquates soient réunies pour les réveiller à leur sombre dessein et se mettre à leur terrible besogne.

La base physique d’un Conquérant d’Os est un petit artefact, généralement de moins de cinquante centimètres de long. La forme et la masse précises de sa composition varieraient considérablement, bien que tous semblent être composés d’un matériau céramique ressemblant à un os. Lorsqu’ils sont inactifs, ces composants sont souvent confondus avec un outil fabriqué à partir d’un os, car ils sont lourdement inscrits avec de nombreux caractères indéchiffrables suggérant peut-être la langue Yu’Vath. En général, cela leur donne une apparence inoffensive et primitive qui ne donne aucune raison de s’alarmer pour les non-initiés.

Si l’un de ces artefacts est amené à une vingtaine de mètres d’un ou plusieurs cadavres, ils commencent immédiatement à assembler un corps humanoïde surdimensionné à partir des restes. En général, le Conquérant d’Os est capable d’utiliser sa technologie inhérente basée sur le Warp pour réanimer ces parties du corps et les maintenir actives pendant une période extrêmement longue. Si longtemps, en fait, que la majorité des rencontres confirmées d’un Conquérant d’Os ont commencé lorsque des individus ont découvert un exemple actif plutôt que l’artefact isolé. On pense également que ces artefacts ont une certaine capacité inhérente à préserver les restes qu’ils utilisent activement. De cette manière, les corps composants un Conquérant d’Os se décomposent généralement à une vitesse beaucoup plus lente que celle normalement observée.

La taille des Conquérants d’Os varie généralement en fonction de leur accès aux cadavres disponibles. Les plus grandes observations confirmées dépassaient les six mètres de hauteur, tandis que les spécimens moins bien conservés sont généralement beaucoup plus petits. Dans certains cas, les Conquérants d’Os utilisent des corps non-humanoïdes afin de s’assembler. Ces variantes peuvent être des constructs distinctement différents, ou elles peuvent simplement être un exemple de l’entité travaillant dans le contexte des ressources disponibles. Les constructs montrent aussi clairement les variations environnementales. Dans les cas où un mausolée est situé dans une pièce avec un plafond plus bas, les Conquérants d’Os réforment leurs structures physiques afin que la hauteur réduite ne soit pas un inconvénient.

Les corps qui composent un Conquérant d’Os sont reliés entre eux par une série d’arcs d’énergie toujours en mouvement et ondulants. Le type exact d’énergie impliqué n’est pas clair. Les Technoprêtres de l’Adeptus Mechanicus l’identifient généralement comme une "énergie sombre" et refusent de donner des informations supplémentaires, et ceux qui recherchent ces informations les trouvent régulièrement indisponibles par les canaux impériaux standard. Ces entités utilisent souvent cette même énergie pour lancer des attaques contre ceux qui s’immiscent dans leurs domaines. Ceux qui survivent aux attaques d’un Conquérant d’Os se plaignent souvent d’être hantés par cette expérience à jamais. Au moins deux victimes connues sont délibérément retournées auprès de leur agresseur pour que leur corps puisse leur servir. Cela suggère qu’il pourrait y avoir un élément télépathique présent dans les réserves d’énergie des constructs, mais il y a peu de données disponibles pour confirmer cette théorie.

On ne sait pas encore si ces constructs ont été mis en place pour garder des vestiges pour des raisons sentimentales ou s’il y avait une base plus pragmatique. Il est clair qu’ils représentent une menace importante pour quiconque les rencontre. Il est également évident qu’ils sont capables d’utiliser des restes humains pour créer leurs "corps" aussi efficacement qu’ils peuvent utiliser les restes des races soumises par les Yu’Vath. Dans le même temps, il n’y a pas de rapports indiquant qu’ils se servent de restes non sensibles dans leurs structures. La raison d’une telle exigence n’est pas claire, et les agents de l’Ordo Xenos ont demandé à plusieurs reprises aux membres de l’Adeptus Mechanicus d’enquêter sur ce phénomène.

Une caractéristique inhabituelle du Conquérant d’Os est que, en raison de ses composants organiques, ils semblent être beaucoup moins stables que la plupart des autres constructs Yu’Vath. Lorsque ces terreurs sont laissées isolées de tous les cadavres disponibles, elles finissent par redevenir inactif. Cependant, si elles sont ensuite déplacées dans une région où des corps sont disponibles, elles se réactivent rapidement. Des rapports anecdotiques suggèrent que dans de tels cas, leur capacité est proportionnelle au nombre de corps disponibles, mais aucune limite supérieure à sa capacité n’a été identifiée. Lors d’au moins un incident, l’équipage d’un navire a découvert un Conquérant d’Os actif dans sa cale après que des restes humains en attente de transformation en amidon aient été temporairement stockés près d’une cache d’artefacts Xenos inconnus.[10]

L'Éclat de Cristal

- L’Officier Gordon Horne, à son retour sur le destroyer Legacy of Truth.
Img-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.pngImg-noise-300x300.png
« Quand nous avons vu les lumières venir vers nous, nous avons pensé que c’était une équipe de recherche venue nous sauver. Nous nous sommes totalement trompés. »


L’équipage a été surpris lorsque nous avons détecté un autre vaisseau impérial déjà en orbite autour du rocher isolée que nous connaissions sous le nom de DN-382. La frégate, qui portait le nom d’Honour’s Shield, n’a pas répondu à nos appels vox. Les augures ont montré que tous ses systèmes semblaient pleinement fonctionnels et actifs, mais que même les tentatives des Astropathes ne pouvaient pas provoquer de réaction de la part du vaisseau. Alberse m’a mis à la tête d’une équipe pour enquêter. Si la frégate était abandonnée, elle représentait un trésor précieux, et nous avions certainement l’équipage pour au moins la remettre en sécurité dans une décharge.

En arrivant, j’ai découvert que les couloirs du vaisseau étaient jonchés de corps desséchés par les purificateurs d’air du navire. Il n’y avait aucun signe de lutte, de sorcellerie ou de maladie. Les cadavres étaient simplement assis contre les murs, comme s’ils avaient choisi d’attendre la mort avec consentement.

En quelques heures, nous avions vu des centaines de corps, mais les choses sont vite devenues encore plus laides. L’ennui de la fouille de ce vaste vaisseau s’était installé lorsqu’un rayon de lumière vive, provenant d’un coin de couloirs, s’est fixé sur la tête du Sergent Tarbin. La lumière ne semblait pas avoir de substance physique. Nous avons ouvert le feu, mais les explosions ont traversé l’énergie sans aucun effet. Au moment où nous avons tourné au coin, il n’y avait aucun signe de ce qui avait déclenché cette étrange lumière. Quand Tarbin est revenu à lui, il n’a reconnu aucun d’entre nous, et ne s’est même pas souvenu de l’Aureus. La vrille d’énergie avait en quelque sorte atteint son esprit et avait fait disparaître ses souvenirs du temps passé à bord du navire. Après l’avoir fait sortir de sa stupeur, et après avoir fait de gros efforts pour calmer le Sergent maintenant paniqué, je l’ai renvoyé sur l’Aureus avec une escorte et je me suis mis en route pour m’occuper de la créature.

J’ai fini par trouver et éliminer la créature sphérique flottante qui avait pris les souvenirs de Tarbin, laissant des éclats de cristaux brisés sur le sol du pont avec mes douilles de Bolts usagées. Bien que les morceaux d’énergie n’aient pas été affectés par mon Bolter, le corps cristallin s’est avéré vulnérable à un feu suffisamment concentré, et une fois que les balles explosives l’ont déchiré, il a expiré. Avant de partir, un des membres de mon groupe a tenté de récolter une partie de la créature comme trophée, mais je suis intervenu pour l’avertir de ne pas laisser de telles abominations se produire, et nous avons laissé la créature morte à bord de l’Honour’s Shield.

Malheureusement, lorsque nous sommes retournés au navire, j’ai découvert que trois autres personnes n’avaient aucun souvenir de l’incident ou des protocoles d’engagement standard du navire. De plus, les souvenirs de Tarbin ne sont pas revenus lors du trépas de la créature. Je crois que c’est cette chose qui a tué l’équipage l’Honour’s Shield, vidait leur esprit et laissait leur corps mourir d’une lente mort d’apathie.

Étant donné que les trois autres ont perdu la mémoire au cours de l’expédition, je crains que la créature ne s’attarde davantage sur l’Honour’s Shield. J’ai conseillé à Alberse de détruire le navire plutôt que d’essayer de le récupérer, et avec un peu de chance, il écoutera au lieu de s’empresser d’en tuer un et de le monter sur son mur à trophée. Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons pas risquer de subir le même sort que l’équipage de l’Honour’s Shield.[11]

Le Voleur de Souvenirs

Les Éclats de Cristal Yu’Vath s’emparent de toutes les informations présents dans les esprits.

Les outils des Xenos ne dépendent pas toujours des ténèbres. Certains présentent la fausse lumière du salut, seulement pour noyer ceux qui la voient avec sa nature blasphématoire. L'Éclat de Cristal - que l’on croit être une création des Yu’Vath - est l’un de ces outils. Ces horreurs ont été trouvées sur des mondes qui accueillent les ruines de cette ancienne civilisation, souvent en présence d’autres artefacts. Les légendes suggèrent que les Yu’Vath ont créé ces êtres en tant que gardiens angéliques de leurs trésors. Si c’est le cas, alors ces créatures sont suprêmement capables de remplir leurs fonctions.

Physiquement, l’Éclat de Cristal ressemble à un amas de cristaux flottants entrelacés avec de l’énergie de crépitement. En général, l’un de ces cristaux est beaucoup plus gros que les autres. Le plus grand spécimen rapporté a été estimé avoir un cristal central de plus de deux mètres de diamètre. Les plus petits cristaux ont généralement moins de la moitié de la taille du cristal central. Ils se déplacent sur des orbites excentriques autour du plus grand cristal, renvoyant constamment des vrilles d’énergie vers celui-ci. Cet arc constant d’énergie crée des éclairs lumineux caractéristiques qui illuminent la créature et tout autour d’elle d’une manière stroboscopique et non naturelle.

Tous les cristaux semblent être constitués d’une substance partiellement translucide, blanc laiteux. La plupart présentent des motifs étendus de fissures et d’éclats qui couvrent leur surface. Les rapports des observateurs - du moins ceux qui se souviennent de leur rencontre - indiquent que les motifs changent constamment. Cela peut être dû à des effets d’éclairage ou à une rotation inhabituelle, ou bien les motifs peuvent en fait prendre de nouvelles formes. Les légendes suggèrent que la construction enregistre tous ces souvenirs sur sa surface, et ces changements d’apparence caractérisent les fluctuations constantes de ses derniers souvenirs.

Ces légendes évoquent également les dangers de rencontrer un Éclat de Cristal. Lorsque la monstruosité se déplace, elle étend constamment des vrilles supplémentaires de sa lumière impie vers l’extérieur de ses structures cristallines. Chaque fois qu’une de ces vrilles lumineuses entre en contact avec un objet stockant des informations, les données sont progressivement effacées par des moyens inconnus. Cet effet fonctionne sur les supports de stockage électroniques, mécaniques et vivants ; les parchemins et les peintures murales peuvent être absorbés tout aussi facilement que les informations stockées dans les cogitateurs d’un vaisseau ou dans l’esprit humain.

Les motifs de ces créatures, en revanche, sont beaucoup moins évidents que leurs méthodes de fonctionnement. La plupart des xenobiologistes pensent que leur comportement est instinctif, comme le besoin d’une bête de chasser et de se nourrir, mais d’autres affirment que leurs prédations font partie d’un sombre dessein.

Alors qu’un contact bref est généralement insuffisant pour détruire complètement tous les souvenirs d’une personne, un contact prolongé peut être dévastateur. De plus, la créature commence toujours par éliminer les souvenirs les plus récemment stockés. Ceux qui survivent à une première attaque d’un Éclat de Cristal n’ont aucun souvenir de la rencontre et sont momentanément désorientés alors qu’ils tentent de s’orienter. Cela permet souvent à la créature de les surprendre avec une autre attaque avant qu’ils ne réalisent ce qui se passe. Après une série d’assaut de ce type, l’esprit d’un individu peut être complètement effacé, le laissant sans mémoire du langage ou de la façon de contrôler son corps. Une fois ce point atteint, l’Éclat de Cristal passe généralement à une nouvelle proie, car le stockage de données a été complètement vidé.

En raison de ce mécanisme d’attaque inhabituel, les membres de l’Adeptus Mechanicus qui osent étudier les artefacts Yu’Vath pensent que ces constructions peuvent être assez courantes dans l’Étendue de Koronus. Ils affirment que la plupart des rencontres ne sont pas enregistrées, alors que l’Éclat de Cristal dévore la mémoire des individus et les appareils d’enregistrement qu’ils pourraient porter. Ceux qui ont été blessés mais qui ont survécu à la rencontre avec quelques souvenirs intacts pourraient ne pas être capables de retrouver le chemin de leur vaisseau - ou même de savoir où ils étaient et comment ils étaient arrivés à ce point. Ces facteurs suggèrent que les rencontres non documentées d’Éclat de Cristal pourraient constituer une part importante des personnes perdues dans l’Étendue chaque année pour des raisons inconnues. L’Adeptus Mechanicus, en particulier, trouve que cette possibilité - que des connaissances précieuses et irremplaçables puissent être dévorées avec tant de désinvolture - est un anathème horrifiant pour leur croyance, et un affront à l’Omnimessie. Les Explorators de l’Étendue, plus fanatiques et à l’esprit martial, font parfois tout leur possible pour traquer un Éclat de Cristal, ou plus souvent, payer d’autres personnes ayant des souvenirs plus sacrifiables et moins sacrés pour tuer les abominations.

Les légendes suggèrent également que la seule façon qu’à la créature pour percevoir son environnement est à travers ses vrilles d’énergie. Il n’y a certainement pas d’organes sensoriels visibles à la surface de la créature. Comme les cristaux flottent dans l’air, ils évitent constamment d’entrer en contact avec des objets solides, leur seule interaction se faisant par ces coups de fouet d’énergie et de lumière impie. Ces facteurs font qu’il n’est pas clair sur comment la créature perçoit le monde qui l’entoure ; Bien qu’ils montrent une étrange capacité à détecter la présence d’appareils contenant des informations enregistrées, on ne sait pas grand-chose d’autre sur leurs mécanismes sensoriels.

Lorsque ces constructions traversent les passages sombres des mondes Yu’Vath, les arcs d’énergie qu’elles répandent émettent souvent un crépitement caractéristique. Beaucoup de ceux qui les ont vus et ont survécu (et se sont souvenus) pour raconter leurs rencontres avertissent de fuir lorsqu’ils entendent le bruit qu’ils décrivent comme "zzt-tk-tk-tk". Étrangement, tous ceux qui ont entendu le son le reconnaissent et l’enregistrent avec la même vocalisation et les mêmes lettres, et il se peut que ceux qui l’entendent soient psychiquement imprégnés de ce son unique.

Bien qu’un Éclat de Cristal soit résistant, elle n’est pas indestructible. Il existe plusieurs rapports confirmés d’individus qui ont réussi à éliminer un de ces spécimens. Dans tous les cas connus, les rencontres se sont conclues lorsque le plus gros cristal s’est brisé et que son aura énergétique s’est éteinte. Dans certains de ces rapports, les composants cristallins restants se sont décomposés en fines granules semblables à de la poussière en quelques instants. Dans d’autres, les cristaux sont restés intacts, mais sombres. Au moins deux analystes ont utilisé des cogitateurs et des systèmes Auspex pour tenter de récupérer les données de ces cristaux, mais aucune de ces tentatives n’a été couronnée de succès. Si l’information que l’Éclat de Cristal vole est contenue dans sa forme cristalline, sa récupération peut être au-delà de la technologie impériale. Malgré cela, les membres de certains groupes au sein de l’Adeptus Mechanicus paient un prix élevé pour les morceaux cristallins d’un Éclat de Cristal tué, dans l’espoir de récupérer des connaissances volées depuis des temps immémoriaux. Et cela sans parler des murmures sombres que l’on entend parfois à propos des sectes Heretek qui prétendent que la clé pour récupérer le savoir est de prendre un de ces horribles spécimens vivants.[12]

Le Chuchoteur

Les Chuchoteurs.

Un jour, un phénomène étrange a commencé à apparaître au sein des citoyens de Svard. Les gens rêvaient d’une grande présence sombre - à la fois proche et invisible - qui leur murmurait à l’oreille pendant leur sommeil. Personne ne pouvait se souvenir de cette présence ou de ce qu’elle leur avait chuchoté, mais le fait qu’elle affligeait tant de gens, de toutes les castes, de tous les âges et de tous les lieux, a incité l’organe directeur du système - le Conseil de Cristal - à entamer une enquête basée sur la crainte d’une sorcellerie ou de l’émergence d’un culte proscrit.

Malheureusement, avant que l’on ne découvre la véritable nature des rêves, l’ensemble du système a commencé à subir des actes de terrorisme et de sabotage. Les citoyens ordinaires ont commencé à s’en prendre à leurs voisins et à s’attaquer aux infrastructures même du système. Au début, le conseil pensait que c’était sa crainte d’une secte qui se confirmait, mais au fur et à mesure que les rapports affluaient, ils n’ont pu trouver aucun plan derrière les attaques au-delà de l’anarchie et aucun lien entre les attaquants au-delà du fait que la plupart semblaient avoir rêvé du Chuchoteur.

En renforçant la sécurité et le contrôle, le Conseil a toutefois réussi à réduire les effets des attaques, les Chuchoteurs, comme on les appelait, ont continué à sévir sur les lunes de Svard. La chose la plus terrifiante était qu’il ne semblait y avoir aucune défense possible contre eux ; un homme pouvait s’endormir en citoyen ordinaire et se réveiller en tant que Chuchoteur. Le conseil employa même ses quelques précieux Psykers pour tenter de remonter à la source de ces rêves, mais leurs compétences se révélèrent trop faibles, indiquant seulement que c’était la puissance du Warp à l’œuvre.

La source de ces rêves et de la subversion des esprits humains ne venait pas du Warp (du moins pas directement), mais du système lui-même : le Chuchoteur était bien réel et caché à quelques centaines de kilomètres seulement sous la surface turbulente de la géante gazeuse. Ni Démon ou dieu extraterrestre créé par le Warp, le Chuchoteur était en fait une énorme construction Yu’Vath à énergie noire ; une union blasphématoire de technologie extraterrestre et de puissance Warp brute créée il y a longtemps par cette race Xenos morte pour combattre l’Imperium.

Ignorant l’existence de cette horreur, le conseil continua à essayer de combattre les Chuchoteurs de manière plus conventionnelle, mais c’était une bataille qu’ils étaient condamnés à perdre. Au fil du temps et au cours de ce qui s’apparentait à une guerre civile, les contacts avec les lunes et les stations éloignées se sont perdus un à un à mesure que le nombre de Chuchoteurs augmentait et que les citoyens perdaient toute confiance dans la loyauté de leurs semblables.

Finalement, seule la lune de glace de Svard, la plus éloignée de la surface de la géante gazeuse et donc de la portée du Chuchoteur, est demeurée. Elle était devenue une colonie assiégée et paralysée par la peur. Il ne s’agit plus que de savoir ce qui tuera Svard en premier : les cellules des Chuchoteurs qui infestaient ses Ruches, ou la mort lente de sa population privée de ressources.[13]

Apparence

Le Chuchoteur, une antique arme Yu’Vath fait d’énergie Warp.

En apparence, les Chuchoteurs sont comme les citoyens impériaux normaux - des copies parfaites de leurs prédécesseurs, maintenant complètement et irrévocablement sous le contrôle du Chuchoteur. Ce n’est que lorsqu’ils sont poussés à la violence et à la rage que les Chuchoteurs deviennent faciles à repérer - leurs yeux deviennent noirs lorsqu’ils sont remplis d’énergie noire Yu’Vath. Sinon, les Chuchoteurs ne sont détectables que par des moyens psychiques. Les pouvoirs psychiques qui peuvent détecter les points de corruption, voir l’âme d’un sujet ou sa connexion au Warp fonctionneront. Cela signifie qu’on pourrait avoir une conversation avec un Chuchoteur, lui poser même des questions détaillées sur sa vie et avoir l’impression d’interroger un citoyen impérial ordinaire. Les Chuchoteurs ne révéleront jamais non plus leur nature sous la torture, bien qu’ils puissent être brisés et tout dire à leurs interrogateurs sur leur vie - y compris sur leurs récentes activités séditieuses. Il appartient alors au tortionnaire de décider s’il s’agit d’une indication d’un Chuchoteur ou simplement d’une erreur.[14]

Motivation

La motivation des Chuchoteurs est simple : accomplir la volonté du Chuchoteur. En substance, ils sont ses marionnettes et exécutent sa volonté au sein de Svard. La motivation du Chuchoteur est de se remettre de ses blessures et de se libérer du puits de gravité de la géante gazeuse, détruisant ainsi le système de Svard, puis de s’échapper dans le vide pour accomplir son ancienne mission de mener une guerre contre l’Imperium. À cette fin, il a passé des années à dominer les esprits humains les plus faibles de Svard et à les utiliser pour lui fournir des matériaux fabriqués et des quantités massives d’énergie brute. Il va sans dire que si le Chuchoteur était parvenu à s’échapper, il aurait fait des ravages dans l’Étendue.[15]

Origine

Les origines du Chuchoteur, et par extension des Chuchoteurs, peuvent être fermement établies aux pieds de la dynastie des explorateurs. Au lendemain de la guerre sanglante de la Croisade d’Angevin contre les Yu’Vath, les restes des armées d’esclaves de Xenos et des constructions techno-Warp ont été dispersés, brisés et mourants, à travers l’Étendue. Pour la plupart, ces sombres reliques de l’empire des ténèbres Xenos se sont glissés dans les coins sombres du vide, et ont été oubliés pour toujours. Cependant, certains ont été retrouvés par ceux qui sont venus après - explorateurs, chasseurs de trésors et Libres-Marchands. Le Chuchoteur est l’un de ces trésors, découvert sur un champ de bataille oublié entre des étoiles anonymes par un Libre-Marchand de la dynastie des explorateurs. Ne pouvant retourner avec lui dans le Secteur Calixis (où les puissances impériales l’auraient à coup sûr détruit), mais le jugeant trop précieuse pour être abandonnée, le Libre-Marchand l’a apporté jusqu’au système de Svard et l’a dissimulé sous les couches de nuages du géant gazier. C’est là qu’il est resté, considéré comme inoffensif, jusqu’à ce que le Libre-Marchand puisse revenir et apprendre ses secrets. Malheureusement, il ne le fit jamais et fut perdu dans le vide comme tant d’autres avant lui - et ainsi le Chuchoteur fut oublié.[16]

Destruction

Le Chuchoteur fut finalement détruit par un groupe d’explorateur.

Suite à la bataille de l’Installation 23 - une station orbitale parsemé de silos à carburant et de réservoirs - qui vit la défaite des Chuchoteurs, l’antique création Yu’Vath apparu dans un nuage d’orage qui se brisa, se roula et se tordit, comme s’il était moulé par une main géante et invisible avant qu’une pointe de cristal ne perce cette tempête et que d’autres cristaux suivent. Un énorme léviathan sorti des profondeurs et un noyau sphérique incroyablement sombre prit forme. Le Chuchoteur attaqua les explorateurs impériaux mais fut finalement défait, mettant fin à la menace qui pesait sur le système de Svard.[17]

Sources

Pensée du Jour : « L’espoir est le premier pas vers la déception. »
  • Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : Livre de Règles
  • Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary
  • Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Game Master's Kit
  1. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse - The Yu'vath (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse - Long Dead But Still Deadly (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse - History (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse – The Crusade's Triumph (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse - Ruins of an Empire (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse – Technology (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse – Artefacts of Doom (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse - Ties to the Warp (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse - Bone Conqueror (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse - Guardian of the Dead (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse - Crystalwisp (traduit de l’anglais par Guilhem)
  12. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Koronus Bestiary - Chapter II : Aliens of the Expanse - Stealers of Thoughts (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Game Master's Kit - Chapter : Whispers on the Storm - State of Decay - The Whisperers (traduit de l'anglais par Guilhem)
  14. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Game Master's Kit - Chapter : Whispers on the Storm - State of Decay - Appearance (traduit de l'anglais par Guilhem)
  15. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Game Master's Kit - Chapter : Whispers on the Storm - State of Decay - Motivation (traduit de l'anglais par Guilhem)
  16. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Game Master's Kit- Chapter : Whispers on the Storm - State of Decay - Origin (traduit de l'anglais par Guilhem)
  17. Informations issues de Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Game Master's Kit- Chapter : Whispers on the Storm - State of Decay - Origin et résumées par Guilhem.