Xenocide de Hoadh

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png

Le Xenocide de Hoadh fut la première campagne de Jaghatai Khan durant la Grande Croisade en M30.884. La Ve Légion, surnommée alors "Horde de Jaghatai". Hoadh - la désignation impériale étant 90-2-12 - était le monde d’origine supposé de la dangereuse race Xenos des Nephilim. Ces aliens avaient mis en esclavage plusieurs milliards d’humains. Des planètes entières et des systèmes planétaires complets étaient sous le joug répugnant de cette race sordide au point que son seul but, son seul désir et sa seule occupation étaient d’être idolâtrée, bâtissant des cathédrales bulbeuses où une fois à l’intérieur, les humains étaient enchaînés aux collecteurs psychiques et apprêtés pour recevoir des matrices garnies d’aiguilles. Une fois insérées sous leurs plis crâniens, elles étaient prêtes à ponctionner peu à peu leur vitalité, nourrissant les Nephilim.

Le Khan avait été chargé d’exterminer définitivement les Nephilim, suite à la défaite des Xenos sur Melchior contre Horus Lupercal et Sanguinius.[1]

Les défenses planétaires et la flotte Xenos furent annihilées par la flotte du Khan avant que les vaisseaux impériaux ne bombardent ce monde gris qui fut ravagé par un incendie propagé par la réaction en chaîne d’explosions gazeuses, attisées par les vents concentriques.

Un débarquement massif des armées impériales, comprenant en plus des Astartes de la Ve Légion, six régiments de l’Armée Impériale, dévastèrent l’ensemble de Hoadh, exterminant les Nephilim et leurs esclaves fanatiques. Quelques bastions de résistance se mirent en place, des endroits où les gouvernants de cette race de Xenos, après avoir mis en esclavage des milliards d’individus et englouti leurs esprits, avaient décidé de livrer leur dernière bataille. Tandis que leurs flottes orbitales brûlaient dans l’espace et que leurs immenses cuves hydroponiques étaient percées et purgées, les derniers Nephilim s’étaient repliés vers leur dernière métropole.

Cependant, le Khan n’avait pas envoyé ses fils se battre les yeux bandés et pendant plusieurs semaines, sa Légion avait intercepté et épluché les messages qu’on lui avait transmis. Le Primarque avait fait travailler ses xeno-lexicographes sans relâche pour mettre à nu les retombées de la philosophie morbide des Nephilim. Puis il les associa à une longue période de scan supra-orbital du milieu urbain, puis les recoupa avec les archives des services de renseignement concernant la culture et la psychologie Nephilim, extraites des rapports de batailles des IXe et XVIe Légions.

Ainsi, avec toutes ces informations, Jaghatai Khan envoya son élite, le Keshig, contre le dernier carré de résistance des Nephilim pénétrant dans le cœur vacillant de la cité. Les Nephilim avaient activé des anneaux d’explosifs atomiques, destinés à incinérer les fondations de leurs cathédrales, afin de transformer le complexe en offrande sacrificielle à leur caste divinisée menacée d’extinction. Si les bombes avaient explosé, le souffle aurait couvert un rayon de près de cinquante kilomètres, assez grand pour annihiler la totalité des assaillants en première ligne dans une orgie de destruction mutuelle. Mais le Primarque l’avait prévu et avait posté des Légionnaires dans les téléportariums, prêts pour cette éventualité finale. Il envoya dans chaque dépôt atomique des Prophètes des Tempêtes qui se téléportèrent au sol et qui passèrent immédiatement à l’action, recouvrant les unités de confinement endommagées de champs de stase. L’un après l’autre, les décomptes s’immobilisèrent et les équipes de Technaugures escortées sur place désactivèrent les connecteurs neuraux contrôlant les réserves.

La victoire finale eu lieu lorsque Jaghatai Khan se téléporta dans la salle du trône du patriarche des Nephilim. Le chef Xenos était affalé sur le sol sanglant à la merci d’un des fils du Khan. Le Khagan demanda à son guerrier si le patriarche s’était bien battu, méritant ainsi que le Primarque mette fin à sa vie avec sa propre lame. Le guerrier répondit que non, avant de lui même décapiter la créature.

Le Khan ordonna de raser l’ensemble de la planète, l’euthanasie des humains esclaves irrécupérables et repartit pour de nouvelles conquêtes. Il organisa pour la première fois la scission des White Scars sous l’autorité de plusieurs Noyan-Khans, entamant sa politique très décentralisée de sa Légion.[2]

Sources[modifier]

  • MERRET ALAN, Signus Daemonicus - L’Ange Tombe, Black Library, 2012
  • WRAIGHT CHRIS , Jaghatai Khan - Le Faucon de Chogoris, Black Library, 2018
  1. Informations issues de Signus Daemonicus - L'Ange Tombe, Chapitre - Melchior de SWALLOW JAMES, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Jaghatai Khan - Le Faucon de Chogoris, Chapitre IV, Chapitre V de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.