Vaisseaux Spatiaux des T'au

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png




« Il me semble que le manque total d’unité des Gue’la les empêche de réaliser leur insignifiance et les pousse à croire qu’ils peuvent s’arroger les étoiles, et même le vide qui les sépare. Je crois que seule notre présence peut à présent les convaincre du contraire. »
- Kor’o Tau’n Viel.

L’Empire T’au ne s’est étendu dans l’espace qu’au cours des mille dernières années, mais cette race a su développer d’excellents navires aussi bien civils que militaires, et ses vaisseaux sont comparables à ceux de l’Imperium. Le développement de la flotte T’au, connue sous le nom de Kor’vattra, a reçu la priorité maximum de la part de la Caste des Éthérés. Sans celle-ci, la destinée manifeste des T’au ne pourrait jamais être atteinte, et leur existence en tant que race serait à la merci de phénomènes célestes tels que des météores et autres supernovae. Une fois unis par les Éthérés, les T’au firent des progrès technologiques immenses. Avant M39, ils colonisèrent tout le système T’au et édifièrent alentour une ceinture de stations spatiales et d’usines orbitales. Néanmoins, une extension encore plus développée demandait un système de propulsion capable de voyages interstellaires, et cela allait s’avérer être un obstacle majeur.

Les vaisseaux T’au utilisaient déjà une propulsion gravitique, qui fonctionnait en projetant un champ de gravité autour du vaisseau, avant de le repositionner encore plus en avant, ce qui permettait au navire de se déplacer, sans cesse attiré par le champ. Pendant deux cents ans, la Caste de la Terre se battit avec le problème, mais la solution fut finalement découverte par accident. Sur l’une des sept lunes de T’au, la plus proche de la planète, une équipe de recherches archéologiques découvrit les restes d’un vaisseau extraterrestre. Cette trouvaille ne bouleversa pas outre mesure la société T’au : leurs philosophes avaient depuis longtemps compris qu’ils n’étaient pas seuls dans l’univers, et la découverte confirmait même la croyance qu’une grande destinée les attendait. Ils avaient trouvé la technologie qui leur faisait défaut, sur le pas de leur porte et au moment où ils en avaient le plus besoin, mais aucun T’au ne s’étonna de cette coïncidence inespérée.

« Chargez les capaciteurs, paré à intercepter? »

Kor’uil vash’ya tozhan se recroquevilla dans son siège anti-impact et regarda l’écran de contrôle avant de déclencher les systèmes de secours. Il ne se bloquait jamais qu’au dernier moment : il faisait partie de la Caste de l’Air, et progresser en apesanteur était pour lui plus naturel que marcher. Les hologrammes projetés par les drones du pont dansaient autour de son siège, et il les examina avec un œil expert. Son vaisseau avait accéléré jusqu’à atteindre sa vitesse optimale et se rapprochait prestement de sa cible humaine. Même si les drones avaient identifié cette dernière comme un vaisseau civil, elle avançait à une vitesse prodigieuse, rivalisant avec celle du Skether’qan de Tozhan, et son navire était aussi rapide que les autre du Kor’vattra.

« Interception dans 72,83 centidecs. »

Tozhan confirma que le point d’interception était apparu sur le dispositif tactique et le compte à rebours commença. Les fûts des railguns étaient chargés et l’énorme puissance de feu prête à être libérée sur son ordre. Voilà un convoi de ravitaillement qui n’atteindrait jamais les combats sur Arthas-Moloch.

Les T’au purent reproduire les Moteurs Warp du vaisseau étranger, mais les vols initiaux furent catastrophiques. Pénétrer dans le Warp demande non seulement des connaissances techniques mais aussi des esprits en phase avec l’Immaterium, et la race T’au ne recèle aucun Psyker. Sans un être de cette sorte, il est impossible de passer d’un univers à un autre. Au mieux, les T’au ne parvinrent qu’à entrer partiellement dans le Warp, se retrouvant pris dans le vide qui sépare les deux dimensions avant d’être renvoyé dans l’espace réel comme une balle maintenue sous l’eau puis relâchée. Les données rassemblées à grand prix durant les essais furent soigneusement étudiées. Les scientifiques de la Caste de l’Air comprirent que la frontière entre réalité et Warp n’était pas nette, mais plus semblable à une mer tumultueuse agitée par les orages qui éclataient sous sa surface. En adaptant l’angle d’approche et en orientant le champ de gravité de façon à maintenir le vaisseau immergé dans le Warp, les T’au parvinrent à accroître la durée de plongée dans l’Empyrean. En revanche, les vitesses adoptées au cours de la remontée étaient impressionnantes, ce qui, combiné avec l’effet qu’a le Warp sur le déroulement du temps, suscitait des bonds immenses. Les premiers tests virent plusieurs vaisseaux drones disparaître à tout jamais, hors de portée des senseurs des vaisseaux de récupération.

Ce problème fut toutefois rapidement résolu. Une contrainte subsistait : seul les générateurs les plus puissants et les plus encombrants pouvaient créer un champ suffisamment fort, sans compter qu’il leur fallait beaucoup de temps pour se recharger entre chaque saut. De plus, la progression dans le Warp était elle-même relativement lente. Par comparaison, un vaisseau T’au était cinq fois moins rapide dans l’Immaterium que son équivalent impérial. Ces progrès, si imparfaits qu’ils fussent, permirent néanmoins aux T’au de s’étendre au-delà des limites de leur système natal.

Le premier type de vaisseau construit était le massif Gal’eath (Explorer). Ces monstres établirent les bases de l’empire spatial des T’au et formèrent l’ossature du Kor’vattra lors des premières guerres contre les Orks et les Nicassars. Ces derniers étaient moins avancés que les T’au et furent rapidement assimilés dans l’empire après leur rapide défaite. Les Orks posaient quant à eux un problème plus grave. Leurs navires étaient plus rapides, mieux protégés et plus lourdement armés. Contre un ennemi aussi dangereux, le déploiement de vaisseaux aussi coûteux que les Gal’eath était trop risqué. Heureusement, l’apparition de nouveaux types de propulseurs gravitiques permit la création de la classe plus légère Il’fannor (Marchand). Pour contrer les nombreux escorteurs Orks, les T’au développèrent leur propre version de ce type de navire, le Kass’l (Orca). Les T’au étaient encore incapables de construire des propulseurs de taille suffisamment réduite pour en doter les escorteurs, les Kass’l devaient donc voyager à l’intérieur des champs de gravité de vaisseaux plus gros lors de voyages sur de grandes distances. Ces innovations, ajoutées à l’apparition de Canons à Ions extra-lourds et de chasseurs Barracudas permirent de renverser la vapeur, mais ce fut principalement l’efficacité et la puissance de la flotte spatiale T’au qui permirent la survie de leur jeune empire.

La Campagne de Tau'n[modifier]

« Notre empire sera un empire de planètes, pas de castes ou de nations, de races ou de peuples. Contrôler les mondes que nous conquerrons ne suffira pas : nous devrons également contrôler l’espace qui les sépare au risque d’être divisés et d’échouer. »
- Déclaration de la Caste de l’Air au début de la campagne de T'au'n.

Tau’n était un objectif de choix pour l’empire en expansion : suite à une exploration scrupuleuse, une flotte de colonisation fut mise sur pied, basée sur dix-sept Gal’leath et vingt-trois Il’fannor. Ces croiseurs pouvaient en tout transporter quarante Kass’l et, plus important, de quoi assembler une demi-douzaine de forteresses orbitales lourdement armées. Après avoir chassé les pillards Orks, les T’au installèrent les forteresses autour de la planète pour contrôler la colonisation depuis l’espace, et elles servirent de point d’ancrage pour repousser les attaques des Peaux-Vertes, dont une impliquant neuf Kroiseurs Kitu et Kikraint. Les tactiques T’au étaient néanmoins encore trop rigides, et il arriva souvent que des Orca et des Barracuda soient entraînés loin du reste de la flotte puis détruits. Le conflit toucha à sa fin lorsqu’une armée T’au vainquit une horde Ork hâtivement rassemblée à la surface de la planète, ce qui permit dès lors à la colonisation de suivre son cours sans rencontrer d’obstacle. La victoire coûta aux T’au quatorze de leurs vaisseaux de ligne, pour un seul bâtiment Ork de taille comparable. Ils en tirèrent d’importantes leçons.

Il leur fallait d’abord améliorer la coordination des troupes au sol et des troupes spatiales. Il en résulta l’apparition du Manta, une machine capable de se battre dans l’espace comme bombardier (sa taille le rend toutefois plus proche de l’escorteur) ou en atmosphère pour faire office de vaisseau de débarquement et de soutien lourd. L’utilisation de forteresses spatiales comme appui devint partie intégrante des doctrines de combat du Kor’vattra, en plus de la mise en place de stations plus petites (appelées relais) pour faire office de spatioport et de point de ralliement dans l’espace, hors de détection de l’ennemi. Le problème des communications intergalactiques devait de même être résolu : privée de ressources télépathiques, une flotte T’au en mission se retrouvait assez rapidement livrée à elle-même, incapable de communiquer avec ses supérieurs ou avec le reste des forces envoyées. Des réseaux de relais furent établis pour transmettre les messages, mais ils n’étaient efficaces que sur des distances relativement courtes. On construisit donc le Skether’gan (Messager). Celui-ci était d’une taille réduite comparée au reste de la flotte, et n’était dirigé que par un seul pilote assisté de plusieurs drones très avancés. La réduction de son équipage lui permit de recevoir les plus petits propulseurs gravitiques qui soient, ce qui le rendit capable d’effectuer des sauts Warp. Ses systèmes furent optimisés pour stocker le maximum de données. Les communications se faisaient donc par le biais de chaînes de Messager, chacun effectuant un bond pour transmettre le message au suivant, et ainsi de suite jusqu’à ce que le message arrive à bon port. Cette méthode reste assez laborieuse, et coordonner l’action de plusieurs flottes demeure l’un des points faibles du Kor’vattra.

Les Noms des Vaisseaux T’au

Comme dans d’autres domaines, les T’au adoptent une approche très riche et structurée lorsqu’il s’agit de baptiser leurs vaisseaux. Le nom de chaque vaisseau ou escadron est composé d’une série d’éléments.
Le premier élément est le Sept responsable de la construction du ou des appareils.
Le deuxième rappelle la classe du vaisseau.
Le troisième élément est le nom du commandant original du vaisseau ou de l’escadron. Il s’agira toujours d’un membre de la Caste de l’Air de rang Kor’ui ou plus élevé.
Le quatrième élément est le nom du commandant actuel, et est omis s’il s’agit aussi de son premier capitaine.
Ainsi, Dal’yth Gal’leath A’proh M’lath est un vaisseau de classe Exlorer construit sur le monde d’origine des T’au, originellement commandé par Kor’O A’proh et à présent sous les ordres de Kor’ui M’lath.

En sus de ceci, les T’au firent d’autres progrès mineurs, l’un des plus marquants étant les améliorations apportées à la technologie des drones qui permirent le déploiement d’appareils espions en augmentant la portée des senseurs. La Caste du Feu mit quant à elle au point des programmes d’entraînement destinés à améliorer les compétences martiales de la Caste de l’Air.

La Croisade du Golfe de Damoclès[modifier]

Le système militaire T’au resta immuable jusqu’à ce que la Croisade du Golfe de Damoclès les mette en contact avec l’Imperium. Il est probable qu’en cas de rencontre avec une Waaagh! avant cette époque, les T’au auraient été défaits, mais la destruction de la Waaagh! Scraghurtz par le Vaisseau-Monde d’Alaitoc en M40 permit leur survie. Le conflit limité (d’après les références humaines) poussa le Kor’vattra à adopter de nouvelles approches. L’expansion de l’empire signifiait que les T’au pouvaient compter sur le soutien de races dotées de leurs engins spatiaux, comme les Kroots, alors que les Libres-Marchands leur firent découvrir de nouvelles technologies. Moins de vingt ans après l’armistice, les T’au lancèrent leur premier vaisseau de classe Lar’shi (Héros), inspiré du Croiseur Impérial de classe Lunar. Une flotte incluant un grand nombre de ces bâtiments défit par la suite une force Ork d’une taille équivalente s’en prenant au système D'yanoi.

Le Kor’vattra est désormais une puissance avec laquelle il faut compter sur la Bordure Orientale, reste à savoir s’il saura se montrer à la hauteur des Flottes-Ruches Tyranides et des autres dangers que recèlent les profondeurs de l’espace…

Armes T'au[modifier]

« Nous sommes au-delà de leur portée effective, Monseigneur. Les rares tirs que nous essuieront auront un effet négligeable. »
- Maître Artilleur Dopern, quelques minutes avant d’être brutalement contredit.

Tourelles[modifier]

Les Railguns et les tourelles T’au sont très perfectionnées et combinent différentes armes aux angles de tirs croisés. Elles disposent de systèmes de visée qui permettent à plusieurs tourelles d’engager une cible particulière quelle que soit sa position. Là où une seule tourelle reste peu puissante, leurs zones de tir combinées les rendent très dangereuses, en particulier lors de tirs vers l’avant, car la totalité des tourelles du vaisseau peut alors se concentrer sur un seul navire ou escadron ennemi.

Canons Ioniques[modifier]

Les Canons Ioniques vaporisent leurs cibles en une décharge foudroyante. Ils fonctionnent à tous points de vue comme de l’artillerie navale.

Batteries de Railguns[modifier]

Les Railguns montés sur un vaisseau requièrent énormément de puissance, et ce malgré les superconducteurs utilisés, c’est pourquoi l’énergie n’est jamais dirigée que vers un seul fût à la fois. Cette procédure est soigneusement minutée de sorte que le premier fût est rechargé avant d’être réutilisé.

Canons Gravitiques[modifier]

Les Canons Gravitiques sont d’énormes Railguns à l’accélération décuplée par le champ de gravité du vaisseau, ce qui propulse les projectiles à une vitesse inouïe. Les missiles eux-mêmes sont probablement la plus grande réussite des T’au et utilisent une technologie à base de drones pour atteindre les vaisseaux ennemis.

Crochets Gravitiques[modifier]

Les Crochets Gravitiques sont de grands bras mécaniques entourés d’un champ gravitique qui servent à transporter des appareils de taille réduite, comme les Orca.

Vaisseaux T'au[modifier]

  • Déflecteurs : Les boucliers T’au sont générés par une déformation du champ de gravité entourant le vaisseau. Le déflecteur est un bouclier spécial généralement monté sur la proue des vaisseaux T’au les plus récents. Il transforme le champ de gravité autour du vaisseau en un bouclier convexe très efficace contre les tirs ennemis.
  • Système de Visée : Les Messagers T’au disposent de systèmes de transmission des données très évolués. Lorsqu’elles sont combinées avec les senseurs d’un vaisseau, ces capacités sont mises à contribution par ses tourelles, sachant que lors d’un engagement, un Messager peut transmettre les données de tir aux autres vaisseaux T’au.

Vaisseau Stellaire de Classe Gal'leath (Explorer)[modifier]

Le Gal’leath fut l’invention qui permit l’expansion spatiale des T’au. Ses massifs réacteurs étaient capables de maintenir son champ gravitique lors de long saut Warp. Même si la vitesse Warp de ce navire était cinq fois moindre que la vitesse moyenne d’un appareil impérial, elle était suffisante. de plus, l’Explorer était doté d’une impressionnante capacité de transport, d’installations de recherches performantes, sans parler de sa capacité à servir de docks pour des vaisseaux semi-indépendants.

Ses baies sont suffisamment vastes pour accueillir des stations orbitales modulaires, des relais et plus récemment des navettes. Il s’agit de fait du galion de l’empire T’au, et pendant près d’une centaine de T’au’cyr, il fut le seul vaisseau en production constante. Au cours de cette période, il passa par vingt-trois étapes d’évolution et d’améliorations, mais les conflits avec les Orks sonnèrent son glas : il ne s’agissait pas d’un vaisseau spécialisé dans la guerre, et son armement était incapable de tenir les Kroiseurs Kitu et Kikraints à distance. Les recherches sur la classe Marchand s’accélérèrent, et une fois celles-ci terminées, la production de l’Explorer chuta de 85%. Certains ont été rééquipés et les caractéristiques ci-contre représentent le type le plus fréquemment utilisé en campagne.

Vaisseaux Célèbres : Dal’yth Gal’leath Kessan

Ce vaisseau est peut-être le dernier navire de classe Explorer à être construit sur Dal’yth. La construction d’Explorer est désormais pratiquement nulle, et les plus gros travaux consistent essentiellement à transformer des Mk XXIII en Mk XXIV, configuration développée par la Caste de l'Eau de Bork'an. Kor’O Kessan est l’actuel capitaine de ce navire, lui-même et la majorité de son équipage ayant été réassignés sur le Da’lyth après qu’ils eurent survécu à une attaque de pirates Orks aux frontières du Golfe de Damoclès. Le Da’lyth a été équipé de Manta et sera le vaisseau-amiral d’une expédition majeure dans l’Enclave Farsight, commandée par Aun’shi en personne et incluant une équipe scientifique menée par le vénéré biologiste Por’O Jess’l. Une grande partie des immenses soutes du navire ont du coup été transformées en laboratoire.

Gal’leath.png

Vaisseau Stellaire de Classe Il'fannor (Marchand)[modifier]

« Des marchands ?!? Vous allez peut-être nous expliquer comment des marchands ont détruit quinze frégates de l’Empereur ? »
- Capitaine Antonder lors de la Conférence de Dal’yth.

Le vaisseau de classe Marchand fut conçu pour devenir l’un des piliers de l’Empire T’au : même si ses réacteurs étaient bien moins importants que ceux d’un Explorer, il était néanmoins capable d’atteindre un tiers de la vitesse Warp moyenne, ce qui était essentiel pour maintenir le contact entre les différentes parties de l’Empire. Les guerres contre les Orks entraînèrent des modifications dans sa conception, et sa capacité de transport peut être entièrement remplacée par des systèmes d’armement si besoin est. Du coup, le vaisseau de classe Marchand fit essentiellement office de vaisseau de guerre jusqu’à l’apparition de la classe Héros.

Vaisseaux Célèbres : T’au’n Il’fannor Ur’akym Drimma

Armé selon la configuration Ke’lshan, si populaire, ce vaisseau stellaire de classe Marchand parcourt l’Imperium depuis presque deux siècles, sous divers capitaines. Grâce à un réseau de trafiquants et de points de rencontre dans l’espace, les marchandises T’au sont échangées contre la technologie impériale et le service de citoyens impériaux. En trois occasions différentes, le Vash’ya Il’fannor Ur’akym Drimma a été pris en chasse par des frégates impériales et il a à chaque fois réussi à les repousser, bien que lors du dernier combat il ait perdu ses escorteurs Orcas lorsque ceux-ci attirèrent des Destroyers Cobras dans une ceinture d’astéroïdes.

Il’fannor.png

Vaisseau Stellaire de Classe Lar'shi (Héros)[modifier]

Sommet de la technologie T’au, le Héros est le résultat d’une expérience qui se déroula durant la Croisade du Golfe de Damoclès. Les T’au voulaient en effet disposer d’un vaisseau capable d’égaler le croiseur impérial de classe Lunar. Il devint rapidement évident qu’ils en étaient incapables, mais leurs efforts aboutirent à la création d’un vaisseau de ligne assez efficace.

Vaisseaux Célèbres : Sa’cea Lar’shi Khas’a’tah

Son armement contrôlé par des Guerriers de Feu, le Khas’a’tah s’est rapidement forgé une solide réputation au combat. Depuis son baptême du feu au cours duquel il abattit pas moins de trois Massakreurs Orks d’une seule salve, jusqu’à sa récente rencontre avec le croiseur Dauntless Jarall’s Bane où ses Barracudas pénétrèrent les boucliers ennemis et provoquèrent de nombreux incendies, le Khas’a’tah a volé de victoire en victoire. La principale raison de ces succès est Kor’O Khas’a’tah en personne, qui bien que faisant partie de la Caste de l’Air et ayant été élevé en orbite autour de Sa'cea, reste proche de la Caste du Feu et de ses méthodes. Cet équipage est l’un des meilleurs exemples de deux castes œuvrant de concert pour le Bien Suprême.

Lar’shi.png


Vaisseau Stellaire de Classe Kir'qath (Defender)[modifier]

De même que le Lar’shi est la réponse des T’au au croiseur impérial Lunar, le Kir’Qath est calqué sur la frégate Sword. Il s’agit du seul véritable escorteur de la flotte T’au et il est déployé en escadrons pour appuyer les vaisseaux plus grands. Sa principale faiblesse est le temps de recharge conséquent que demande son réacteur. Il peut effectuer jusqu’à une demi-douzaine de sauts Warp d’affilée, mais il doit ensuite demeurer inactif pendant au moins un rot’aa. Cela signifie qu’il ne peut faire office d’éclaireur, car il doit soit progresser lentement, soit courir le risque d’être incapable de faire quoi que ce soit une fois arrivé. Cela peut poser un grave handicap à une flotte, c’est pourquoi les escadrons de Messenger sont répartis dans tout l’Empire T’au, prêts à soutenir les unités plus lourdes des environs. Kir’qath.png

Vaisseau Stellaire de Classe Skether'qan (Messenger)[modifier]

Le Messenger est le plus petit vaisseau T’au autonome. Il possède un moteur gravitique, et il est généralement utilisé par la flotte comme éclaireur car il est très manœuvrable et possède des systèmes d’acquisition et de transmission de données sans égal. Ces derniers ont d’ailleurs été rapidement mis à profit lors des combats. L’armement du Messenger est destiné à son autodéfense c’est pourquoi lors des engagements il reste généralement non loin d’un vaisseau de ligne pour le défendre des appareils d’attaque ennemis tout en se protégeant ainsi lui-même contre les vaisseaux de guerre.

Canonnière de Classe Kass'l (Orca)[modifier]

L’Orca a été conçu pour doter la flotte T’au d’escorteurs. Les T’au sont toutefois pour l’heure incapables de construire des propulseurs assez légers pour être montés sur un escorteur normal, l’Orca est donc transporté dans le champ de gravité d’un vaisseau plus gros. Une fois libre de ses mouvements, il reste néanmoins une canonnière redoutable capable d’en remontrer à ses équivalents Orks ou impériaux.

Kass’l.png

Appareils d'Attaque[modifier]

Comme pour leurs vaisseaux stellaires, les appareils d’attaque comme les bombardiers Manta et les chasseurs Barracuda des T’au sont pilotés par des membres de la Caste de l’Air. Ces deux types d’appareils forment une part importante des forces d’attaque planétaires des T’au : les Manta transportent des Cadres de Chasse de plusieurs douzaines de Guerriers de Feu tandis que les Barracuda assurent leur soutien aérien.

Systèmes Orbitaux des T'au[modifier]

Depuis leurs premiers pas dans l’espace, les T’au ont fait un usage intensif de systèmes orbitaux. La Caste de l’Air a été à la tête de leur conquête spatiale, fournissant des éléments pour les premières stations spatiales. Beaucoup de systèmes orbitaux lui servent d’ailleurs de demeure permanente ; d’autres sont des usines ou des comptoirs commerciaux.

Systèmes Orbitaux[modifier]

Ce sont généralement des assemblages d’un maximum de cinq sous-éléments appelés modules. Ils consistent en un unique module central auquel jusqu’à quatre modules auxiliaires peuvent être ajoutés.

  • Module Central : Un module central rassemble les systèmes de commandement, de communications, d’énergie et de détection ainsi que les habitations du personnel clé.
  • Module d’Habitations : Les modules d’habitations permettent à davantage de T’au de vivre dans la station : ils ne lui donnent pas de capacités spéciales mais la rendent plus grande.
  • Module de Recherche & de Fabrication : Chacun de ces modules fournit des habitations aux travailleurs et aux chercheurs tout en ajoutant des réserves d’énergie.
  • Module de Sécurité : Chaque module de sécurité ajoute 1 tourelle au module central ainsi qu’un des systèmes de défense parmi les suivants :
  • Baie de lancement : Peut envoyer un escadron de Barracuda ou de Manta.
  • Crochet Gravitique : Permet d’amarrer un Orca.
  • Batterie de Railguns
  • Tourelle de Canon Ionique

Station de Balisage T'au[modifier]

Les stations de balisage sont très nombreuses au sein de l’Empire T’au. Elles indiquent les routes entre les différents Septs et sont utilisées pour relayer les communications entre les avant-postes.

Alliés, Sujets et Mercenaires[modifier]

Lors de leur expansion au-delà de leur empire, les T’au rencontrent inévitablement des races inconnues et leur offrent systématiquement la possibilité de prêter allégeance au Bien Suprême. Toutefois, beaucoup de ces races sont trop arrogantes, égoïstes ou agressives pour accepter une telle offre, et les contacts des T’au avec ces dernières résultent généralement en une guerre sanglante. Il en est malgré tout qui reçoivent avec bonne volonté le message de paix des T’au et qui se joignent à leur empire. Certaines de ces races n’existent que sur une unique planète ou sont trop primitives pour servir les T’au d’une manière ou d’une autre, auquel cas leur entrée dans l’empire n’est qu’une formalité : les T’au leur offrent leur aide et leur protection et n’attendent en retour que de la sympathie de la part de leurs protégés.

Il est en revanche des races dont les connaissances ou les talents sont utiles aux T’au, et le partage de la technologie et du savoir se révèle profitable aux deux protagonistes. Lorsqu’elles en ont la possibilité, ces races remplissent leur devoir envers l’Empire T’au en s’acquittant d’impôts pouvant adopter de nombreuses formes. Par exemple, des artisans talentueux peuvent se voir demander de fournir des produits manufacturés, tandis que des peuplades guerrières ou belliqueuses devront fournir des troupes aux armées. Enfin, il est également des races qui ne souhaitent pas se soumettre aux T’au mais qui signent avec eux des armistices et des pactes de neutralité, ouvrant ainsi de nouveaux marchés ou échangeant des promesses de protection mutuelle. Ces races sont souvent employées par les T’au en tant que mercenaires lorsque l’opportunité se présente.

Les flottes T’au reflètent cette variété de peuples et de connaissances, et présenteront généralement un mélange de vaisseaux fabriqués, créés ou parfois manœuvrés par des sujets du Bien Suprême autres que les T’au eux-mêmes, remplissant ainsi leur devoir. D’autres ne sont que des mercenaires offrant leurs talents aux T’au en échange d’une récompense plus tangible. Enfin, certains s’allient aux T’au et choisissent de combattre à leurs côtés au nom d’une protection mutuelle. Trois races apparaissent régulièrement au sein des flottes T’au : les Kroots, les Nicassar et les Demiurg.

Boutre Nicassar[modifier]

Les Nicassar furent la première race à rejoindre l’Empire T’au et continuent de lui fournir des vaisseaux, car ils ne sont pas adaptés au combat planétaire. Les Nicassar ont des capacités télékinétiques très développées qui compensent en partie leur mobilité limitée. Leurs familles comptent de nombreux membres et sont semi-nomades, se déplaçant constamment d’un système à l’autre, poussées par une curiosité insatiable. Ils ont exploré ainsi leur système natal et ont été capables de s’aventurer bien au-delà de celui-ci, car même s’ils ne voyagent que lentement, ils peuvent survivre pendant de longues périodes en entrant dans une sorte d’hibernation. Leur premier contact avec les T’au eut lieu lorsqu’un Explorer, affairé à assembler une station de balisage, rencontra une caravane Nicassar qui voyageait dans l’espace depuis des siècles. En tant que sujets de l’empire, les Nicassar doivent servir le Bien Suprême en fournissant des vaisseaux qui vont en éclaireur dans les systèmes en bordure de l’empire Tau. Ils sont transportés à destination par leurs alliés avant de sillonner lentement les systèmes à explorer et de faire leur rapport sur ce qu’ils y trouvent. Les T’au ont pris soin de ne pas divulguer à l’Imperium l’existence des Nicassar car ils savent que les pouvoirs psychiques de ces derniers ne feraient qu’alimenter la xénophobie humaine. Lorsqu’une famille Nicassar voyage, plusieurs boutres sont accrochés les uns aux autres pour constituer une caravane. La plupart des membres entrent alors en hibernation tandis que d’autres se relaient pour faire le guet. Les boutres sont des petits vaisseaux de plaisance propulsés par les pouvoirs psychiques de leur capitaine. Ils sont très manœuvrables mais ne disposent pas de capacité de voyage interstellaire et jusqu’à un passé récent, ils n’étaient que peu armés. Toutefois, depuis qu’ils ont rejoint l’Empire T’au, ils ont été équipés avec l’armement de leurs alliés.

Sphère de Guerre Kroot[modifier]

« Dans l’espace au moins, ils ne mangent pas leurs ennemis… »
- Kor’el Dal’yth Dasthui à propos des Kroots.

Contrairement aux T’au, les Kroots sont en mesure d’effectuer de véritables voyages dans le Warp, mais ils ont réussi à garder secrète la méthode exacte qu’ils utilisent. Pour eux, la traversée du Warp est une sorte de migration, car ils ne semblent capables de se rendre que vers des systèmes contenant des mondes colonisables : ils sont inexplicablement attirés par ces derniers. Les célèbres Sphères de Guerre Kroots sont des villes réduites où sont gardés les secrets technologiques des Kroots ainsi que tout le butin accumulé en paiement de leurs services. C’est pourquoi ils n’engagent que rarement de tels engins dans un combat spatial et évitent toute confrontation directe avec des vaisseaux de guerre, à moins que la situation ne l’exige ou que la récompense promise ne soit particulièrement attractive. Les sphères de guerre possèdent un seul moteur supraconducteur qui s’étend du cœur du vaisseau jusqu’à ses extrémités nord et sud, tandis que la circonférence de leur coque est parsemée de propulseurs. Ce système est d’une technologie fiable mais d’un rendement faible, ce qui explique la lenteur proverbiale des sphères de guerre. Ces moteurs sont suffisamment puissants pour permettre l’atterrissage et le décollage de la sphère de guerre d’une planète, même si le procédé est loin d’être élégant. Lorsqu’elle est au sol, ses propulseurs sont utilisés pour l’enterrer sous la surface.

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Il n'y a pas de paix parmi les étoiles. »
  • Battlefleet Gothic - Armada