Un Port dans la Tempête (Nouvelle)

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

Sur le monde de Mesmoch, les forces impériales luttent pour repousser l’invasion de la jungle, mais une nouvelle menace attire leur attention. Des vaisseaux remplis de mystérieux réfugiés débarquent, apportant un danger que les Arbites de la planète auront du mal à tenir à distance.

+ + + + +


Entassés dans l’étroit périmètre de leur véhicule Repressor, Sirius et le reste de son équipe d’Adeptus Arbites ont vérifié leur équipement pendant que le véhicule sillonnait les rues de la ville.

L’Arbites tenait une jambe de force en criant pour être entendu au-dessus du bruit du moteur. « D’après ce que l’on nous a dit, ils ont atterri dans un des secteurs industriels. Les forces planétaires locales sont en route pour établir un périmètre, mais vous savez tous comment cela se passe. »

« Je suppose que personne n’a eu la brillante idée d’abattre cette chose avant qu’elle ne touche terre ? » demande Yhern, l’un des autres exécuteurs, alors qu’il resserrait les sangles de son Armure Carapace.

Sirius sourit avec ironie. « Notre estimé gouverneur planétaire était probablement trop occupé à se tourner les pouces pour prendre une décision avant qu’il ne soit trop tard. Alors nous y voilà. »

« Merveilleux, » grogna l’un des autres exécuteurs avec dérision.

« Oui, eh bien, » poursuivit Sirius, « tout le monde doit rester aux aguets, parce que nous devons garder cela sous contrôle. »

+ + +

Alors qu’ils dégageaient la trappe d’embarquement, Sirius et son équipe ont jeté un coup d’œil sur la scène qui s’offrait à eux. L’atterrisseur des réfugiés s’était posé au milieu d’une friche industrielle partiellement défrichée où la jungle planétaire de Mesmoch avait déjà commencé à se reconstituer. La cargaison humaine du navire avait déjà commencé à se disperser, s’éloignant de la coque de la péniche de débarquement.

Un second Repressor s’est arrêté à leurs côtés, l’équipe de son homologue, Lere, débarquant du véhicule en quelques instants.

L’autre chef d’équipe s’est approché, ses mouvements était rapides et serrés pendant qu’il parlait. « Ça fait beaucoup de monde. Nous allons devoir gérer cette situation avant qu’elle ne devienne complètement incontrôlable. »

Sirius se retourna et regarda leurs deux équipes, qui avaient déjà commencé à se disperser. « Pourquoi s’embêter à envoyer les effectifs dont vous avez besoin quand vous pouvez juste envoyer les Arbites, hein ? »

« C’est la vérité de l’Empereur. » L’arbites lui fit une bourrade sur le bras. « Apparemment, d’autres équipes ont été confrontées à des activités sectaires assez sérieuses à bord de certaines de ces choses. Gardez les yeux ouverts. »

« C’est bon à savoir, »répondit Sirius, l’arbites grimaçait alors que de plus en plus de gens sortaient de la carcasse du vaisseau. Beaucoup d’entre eux étaient soutenus par leurs pairs, les yeux vitreux et choqués transportés parfois sur leurs camarades qui luttaient pour supporter leur poids. Mais, en regardant le long de leurs rangs, Sirius ne voyait aucun signe visible de combat ou de lutte parmi eux.

Il reniflait avec dérision l’air chaud de la jungle. « Trône, encore une de ces enveloppes sans vie. Qu’est-ce qui ne va pas chez eux, à votre avis ? »

« Qui sait ? » répondit Lere. « Ces vaisseaux de réfugiés en sont remplis. Allez, nous avons un travail à faire. »

+ + +

L'alerte a été donnée, suivie immédiatement par le bruit d'un coup de feu.

Autour de lui, le reste de l'escouade de Sirius réagit instantanément, brandissant leurs armes et pointant leurs canons émoussés sur le reste de la foule. L'Arbites a serré son propre fusil contre son épaule, ses yeux balayant d'avant en arrière les visages paniqués de la population devant lui, à la recherche de signes révélateurs de pourriture morale ou d'hérésie naissante.

Il n’a pas fallu longtemps pour que les gémissements et les cris commencent. Du coin de l’œil, il pouvait voir la forme froissée de l’homme qui avait été abattu, un grossier fusil à canon court posé près de son cadavre. Déjà, la foule s’approchait, s’entassant autour du corps du malheureux idiot, des vagues de colère et d’indignation déferlaient sur la masse assemblée. Les enfants pleuraient, les hommes et les femmes hurlaient, un mélange palpable de peur et de désespoir se dégageait d’eux alors que le stress et les frustrations de la fuite effrayante des mois passés se dissipaient. Des voix se sont élevées dans des prières stridentes pour la délivrance.

Et puis, alors qu’il continuait à scruter la foule devant lui, Sirius a repéré ce qu’il cherchait. Parmi les masses paniquées, il y avait un visage de défi pur et effréné ; les muscles du cou de l’homme étaient tendus et palpitaient visiblement tandis que ses jeunes yeux sombres se fixaient sur le cadavre. Soudain, des projectiles improvisés se sont mis à frapper la ligne des Adeptus Arbites alors que les réfugiés s’emparaient de tout ce qui n’était pas cloué pour le lancer.

Sirius se débarrassa des rochers et des débris qui s’entrechoquaient fortement contre son gilet pare-balles et fit un pas dans le no man’s land entre les deux groupes, braquant son arme sur le mécontent qui se trouvait devant lui. « Toi ! »

Les yeux de l’homme se sont instantanément ouverts, une sorte de sauvagerie dans ses mouvements.

« Mets-toi à terre au nom de l’empereur, » s’écria l’arbites.

Un de ses collègues s’approcha de lui, utilisant le bouclier anti-émeute qu’il portait pour les couvrir tous les deux, et Sirius sentit une tape sur son autre épaule alors que quelqu’un d’autre s’approchait de son autre côté. Le moment semblait s’éterniser, les deux hommes se regardant au milieu du chaos environnant.

« Ne faites pas ça, »murmura-t-il dans son souffle, sachant très bien ce qui allait se passer.

Comme sur un coup de tête, le jeune homme ouvrit son long manteau, révélant un pistolet automatique en bandoulière alors qu’il s’approchait de l’arme. Sirius pressa la gâchette, sentant le bruit sourd et satisfaisant de l’arme dans ses mains. Son deuxième tir fit sauter le bassin de l’autre homme, le projetant à ses pieds dans le sang. Sirius s’est forcé à sortir de l’effet tunnel, essayant de retrouver un certain degré de conscience de la situation.

Une pierre de la taille d’un poing s’écrasa sur le casque de son camarade, le faisant tituber et faisant vaciller la prise de la main de l’homme sur son bouclier. Sirius réussi à enrouler une main autour de la plaque dorsale de l’homme blessé avant qu’il ne tombe, le remettant ainsi en position. Alors que Sirius faisait des allers et retours sur leur ligne, il a finalement pu profiter du chaos total de la scène, leurs escouades étant lentement repoussées par le poids des projectiles lancés sur leur chemin.

« Cela devient incontrôlable ! » cria Yhern derrière.

Puis une série de bourdonnements furieux s’est mise à passer devant sa tête, leur proximité donnant un frisson de froid à Sirius. C’était des balles d’Autocanon !

« D’où cela venait-il ? » cria-t-il désespérément.

« Je les vois… » répondit Yhern.

Une autre série de craquements, suivis de plus de bourdonnements, mais moins de colère cette fois. Puis un poids lourd s’est écrasé derrière Sirius. Il se tourna pour vérifier derrière lui. À genoux, Yhern essayait désespérément de se tenir droit, appuyé sur une main. L’autre pendait mollement, une noirceur liquide s’échappait des plaques blindées qui recouvraient un des côtés de sa poitrine. Son collègue arbites essaya de dire quelque chose, mais tout ce qui sortait de sa bouche était un crépitement et une respiration sifflante.

Sirius serra la bretelle de son fusil, l’accrochant à son corps, et martela le porte-bouclier sur l’épaule de l’homme, criant pour être entendu par-dessus la foule qui hurlait. « Aidez-moi ! »

Sirius était presque certain que l’homme avait souffert d’une commotion cérébrale lors de l’impact précédent. Les deux hommes ramassèrent Yhern, un de chaque côté de lui, et le traînèrent rapidement jusqu’à leur Repressor, au ralenti.

« Nous devons nous retirer et nous regrouper, » déclara l’arbites aux autres alors qu’ils s’empressaient de charger Yhern à l’arrière du véhicule.

+ + +

Les médecins de l’équipe ont travaillé rapidement sur le corps d’Yhern, enlevant l’armure de l’homme pour tenter d’atteindre la blessure par balle alors que leur petit convoi descendait un certain nombre de petites ruelles. Même ici, la flore vorace du Monde Frontière luttait pour se frayer un chemin vers le district de Manifactura, avec des vignes rampantes et des jeunes plants tordus et maladifs qui s’étaient plantés au bord de la route.

« On nous signale de plus en plus de débarquements non autorisés, » cria le conducteur du véhicule par-dessus son épaule au groupe réuni. « Il y a des zones de conflit qui émergent des bidonvilles jusqu’à la Place des Pénitents. »

« Empereur, comment est-ce possible ? » s’écria quelqu’un. Le chauffeur fit une embardée soudaine pour éviter une statue de Saint Chet renversée et brisée avant de continuer. « Il semblerait que nos procédures de quarantaine n’aient pas été aussi strictes qu’on le pensait. »

L’orateur se tourne vers Sirius. « Vous pensez que c’est lié aux rapports sur les mutants dont nous avons entendu parler ? »

L’arbites répondit en se tournant vers le chauffeur. « Essayons de rejoindre une forteresse des Arbites, nous devons savoir ce que nous faisons avec… »

Sirius s’est ensuite rendu compte qu’il était écrasé contre l’intérieur du véhicule blindé, le poids d’un de ses coéquipiers le pressant contre lui, son ouïe résonnant d’une sorte d’explosion.

Les hommes autour de lui ont lutté pour retrouver leur sens de l’équilibre, des regards de choc incompréhensibles s’inscrivant sur plusieurs de leurs visages. Poussant l’autre soldat hors de son corps, Sirius se sentit rassuré de réaliser que leur véhicule était au moins encore à la bonne hauteur, et se pencha pour regarder par les hublots latéraux. Le parcours de l'’autre Repressor ne s’était pas aussi bien terminé ; il n’était plus qu’une épave en feu, sa coque complètement engloutie par les flammes.

N’ayant pas le temps de s’attarder sur ce qui venait de se passer, l’Arbites se dirigea en titubant vers la cabine du conducteur, criant à l’oreille de l’homme pour essayer d’être entendu. « Sortez-nous de là ! »

« Je ne peux pas ! » Le conducteur, Denlen, se débattait avec les commandes. « Le véhicule est endommagé, on ne peut plus bougé. »

Sirius jure bruyamment, tandis que le bruit des tirs d'armes légères résonnait dans leur véhicule. En regardant par l’écoutille avant fissurée, il ne lui fallut pas longtemps pour repérer la zone d’habs à partir de laquelle on leur tirait dessus.

« Je ne veux pas jouer les confesseurs ici, monsieur, » dit Denlen en se tournant vers Sirius et en désignant le Repressor accidenté. « Mais je ne veux pas être ici quand ils rechargeront ce qui vient de faire ça. »

Sirius se retourna vers le reste de l'équipe, d’une voix alarmé. « Tout le monde dehors, maintenant ! »

+ + +

« Si nous voulons réparer le véhicule, nous devons d’abord nettoyer la zone d'hab, » pensait Sirius à voix haute.

« Et ces gens là-bas ? Si ce que nous avons entendu à propos de ces mutations rampantes parmi les réfugiés est vrai, nous ne pouvons pas les laisser partir, » déclara l’un des autres Arbites, Jovah.

« Et comment allons-nous faire cela ? » s’écria l’arbites. « Il n’y a plus qu’une poignée d’entre nous. »

« Nous ne savons même pas pourquoi tous ces gens viennent ici.» Yhern luttait pour parler malgré sa blessure, et a immédiatement toussé après avoir réussi à faire sortir les mots.

« J’ai entendu des choses sur les vox, des fragments interceptés par les équipages des atterrisseurs, » dit Denlen, pensif, le groupe se tournant vers lui pour le regarder. « Quelque chose à propos d’une grande noirceur, d’un vide. » Il pointa vers le ciel. « Là-bas. »

« Vous pensez que ces gens vont nous donner une explication ? » Jovah souri. « Vous avez vu dans quel état ils étaient, ils savaient à peine où ils étaient. Ce sont probablement des hérétiques. »

« Il y avait autre chose aussi. » Le ton de Denlen était devenu sombre. « Les autres équipes ont rapporté avoir vu des choses étranges chez certains de ces rescapés. »

Sirius considérait ses hommes avec sang-froid. Ce n’était pas le moment pour eux de craquer sous la pression. « Tenez bon. Faites une prière s’il le faut. Nous allons nettoyer ce bâtiment, réparer notre Repressor et ensuite découvrir ce qui se passe au nom de l’Empereur. »

+ + +

Les membres valides de l’équipe se sont rapidement déplacés vers le bloc d’habitation abandonné, grimpant la cage d’escalier vers les étages où il avait pris feu. En chemin, ils ont rencontré une résistance sporadique ; de toute évidence, certains des civils qui s’étaient échappés avaient réussi à passer en douce quelques armes de base lors des contrôles de sécurité avant de disparaître dans la population locale.

Arrivé au dernier étage du bâtiment, Denlen, dont les nerfs étaient de plus en plus tendus, se mit à marmonner sous son souffle, attirant les regards inquiets du reste de l’équipe.

« Vous n’entendez pas ?, » dit-il finalement.

« Réduisez le bruit au minimum, » répondit Sirius à voix basse.

« Je peux entendre sa voix, »continua Denlen, ses yeux oscillant entre les autres Arbites, à la recherche d’une confirmation. « Aussi facilement que n’importe laquelle des vôtres. »

Sirius était de plus en plus frustré par l’exécuteur. Les épreuves de l’époque lui donnaient l’impression que quelque chose se tramait dans son cerveau, et les divagations de Denlen alimentaient les feux d’une peur superstitieuse dans la poitrine de Sirius. « Et si les réfugiés avaient apporté avec eux une sorte de sorcellerie sur Mesmoch ? »

« Je jure par le Trône, Denlen, que si tu ne te calmes pas, je t’assommerai moi-même, » dit-il en regardant l’homme.

« Elle dit que nous ne devrions pas être ici, » répondit Denlen, les yeux écarquillés et déconcentrés.

Sirius secoua la tête avec dégoût, en faisant signe aux autres. « Allez, viens. »

+ + +

Le groupe s’est déplacé dans le couloir délabré, ses mouvements étant serrés et synchronisés. De petites pièces menaient de chaque côté, qu’ils vérifiaient et nettoyaient au fur et à mesure de leurs déplacements, en suivant le couloir vers le bas, alors qu’il donnait sur un seul grand espace. Une jeune femme était assise au milieu de la pièce, les genoux enfoncés dans son corps. Sirius la regardait pendant que le reste de son équipe vérifiait les coins. Aussi loin qu’il ait pu s’en apercevoir, la frêle créature couverte de chiffons était désarmée. Ne voyant aucune menace apparente, il a laissé son arme s’abaisser.

L’un des autres hommes de main mis son fusil en bandoulière derrière lui et s’est approché d’elle, une main ouverte, en l’invitant à s’approcher. « Tout va bien se passer, vous pouvez me faire confiance. »

La jeune fille a levé lentement les yeux, ses grands yeux entrant en contact avec l’homme avant de prendre le reste du groupe. Elle s’est levée avec hésitation, et le coéquipier de Sirius a fait un pas de plus.

« Où est le lanceur de missiles ? » dit Denlen avec une voix tremblante.

La patience de Sirius s’épuisait avec l’homme, et il lui jeta un regard de côté. « Quoi ? »

« Le lanceur de missiles. » Les yeux de l’homme étaient étrangement brillants, presque fous. « Celui qui a fait sauter toute l’équipe de Lere. Nous n’en avons pas trouvé. » L’arme de Denlen était encore pointée sur la fille, ses bras tremblaient visiblement. « Et elle est tout ce qui reste. »

« Ressaisis-toi, » grogna Sirius, mais quand il revint vers la femme, il sentit que quelque chose avait changé, et maintenant son instinct criait à la sorcellerie.

Avait-elle l’air aussi petite et faible qu’avant ? Elle le regarda calmement en retirant les cheveux de son visage. Y avait-il autre chose, derrière ces yeux ? L’arbites avait passé des années à apprendre à lire les gens. À maintes reprises, il avait découvert qu’écouter ses tripes était le meilleur moyen de rester en vie, et pourtant, les choses commençaient rapidement à lui sembler anormales à ce moment-là.

Ces yeux, il essaya de s’en détacher, mais ils l’ennuyaient, le poids de son fusil semblant augmenter à chaque instant.

Elle lui dit de ne pas venir. La voix de Denlen s’éloigna et se tut.

Sirius réalisa, avec une surprise étrangement détachée, que la jeune fille ne clignait pas des yeux. Pourquoi ne clignait-elle pas des yeux ? L’homme en face de lui tendit la main pour la toucher, et un sourire se forma sur le visage de la jeune fille.

L’arbites essaya de bouger, essaya de donner un avertissement, mais il avait l’impression d’être attaché, son corps enchaîné, sa bouche bâillonnée.

Denlen s’est mis à crier. Les yeux de la jeune femme s’illuminèrent d’une lumière soudaine de sorcière. Tout explosa en une flamme verte et brillante.

+ + +

Quand Sirius s’est réveillé, son corps lui fit mal. L’arbites eu du mal à respirer, ses poumons craquaient sous la tension et son bras gauche refusait de bouger. En ouvrant les yeux, son cerveau a lutté pour assimiler ce qu’il voyait. Tout le mur arrière du bâtiment avait été détruit, la ville et la jungle environnante étaient clairement visibles à travers le trou ouvert. Des flammes vertes brûlaient autour de ce qui restait de la structure, et tout ce qui restait de son équipe était une série de cadavres carbonisés.

Se redressant de sa bonne main, il tituba en avant, mais ne trouva aucune trace de la sorcière. Il tourna en rond au bruit des tirs de l’extérieur, gardant à peine son équilibre. Ce n’est qu’alors qu’il a pu prendre conscience de la tourmente qui avait enveloppé la ville d’en bas.

De son point de vue, l’Arbites pouvait voir d’autres vaisseaux de réfugiés s'écrasés, leurs coques anciennes et ravagées, éparpillés dans la ville et nichés dans les lisières de la jungle. Pris d’un seul coup, leur nombre était stupéfiant, et, alors que les tirs et les explosions retentissaient depuis les blocs d’hab entourant nombre de ces vaisseaux de réfugiés, Sirius savait que la situation avait déjà dégénéré au-delà de tout contrôle.

Il n’y avait aucun moyen pour ses forces, ou celles de leur gouverneur inefficace, de maintenir l’ordre face à un tel afflux massif de personnes. Quoi qu’il fasse, Mesmoch était condamné à se noyer sous le poids de tout cela.

L’arbites se mis à genoux, implorant désespérément l’aide de la seule source de salut qu’il connaissait. « Empereur- Dieu, je vous en prie, écoutez votre serviteur en cette heure de détresse. » Sirius sentit la pierre de son cœur s’éclaircir. « Je ne connais pas la cause de cet exode, je ne sais pas quelle force maligne assaille votre création divine. Mais je vous implore de calmer ces eaux, de mettre de l’ordre dans ce chaos et d’apporter la paix à votre royaume. »

Alors qu’il ouvrait les yeux et regardait la destruction au-delà des murs, quelque chose lui a dit que sa prière ne resterait pas sans réponse.

Source[modifier]

Pensée du Jour : « La mort n’apporte pas la paix aux infidèles. »
  • Warhammer Community - Psychic Awakening : Port in the Storm de WAUGH DUNCAN[1] (traduit de l’anglais par Trazyn l'Infini)