Temple Culexus

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Assassinorum-banner left.jpg
Assassinorum-banner right.jpg
DeathwatchBar.jpg




Deco-dark-angel-10.png
Deco-dark-angel-10.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
Aquila-imperium.png
Imperium gothic.jpg
Aquila-imperium.png
Imperium page corner.png
DeathwatchSymbol.png


TempleCulexusSymbole.jpg
« Ce qui est à la fois inconnu et invisible suscite la plus grande peur. »
- Dictatus Culexus.

Le Temple Culexus est selon toute vraisemblance le plus sinistre de tous les Temples d’Assassins. Même dans les échelons les plus élevés de l’Officio Assassinorum, ce Temple est toujours considéré avec une prudence extrême. Ce n’est pas en raison du mode opératoire du Culexus, ni de quelque méthode particulièrement hideuse avec laquelle il élimine ses cibles, mais à cause de l’Assassin lui-même.

Les Assassins du Temple Culexus ne sont pas choisis en raison de leur sauvagerie, de leur ruse ou de leurs talents martiaux, bien qu’il s’agisse de qualités requises. En premier lieu, un Assassin Culexus potentiel est choisi car il possède une tare génétique rare, quelque chose à la fois unique et abject pour l’Imperium.

Le Gène du Paria

Symbol mechanicus.png
L’Omnis Bibliotheca est vaste, peut-être vouliez-vous aller voir quelque chose qui porte le même nom : Paria

Chaque être vivant a un écho dans de Warp, où son âme se reflète à travers l’univers réel. Pour les non-Psykers, ce sera généralement à peine plus qu’une étincelle. Chez les Psykers, cependant, leur âme luit tel un fanal qui peut être vu par les autres Psykers et les créatures qui vivent dans le Warp. Plus le Psyker est puissant, plus brillante est son âme dans le Warp. Les Assassins Culexus sont terrifiants car ils n’ont, ou semblent n’avoir, aucune présence dans le Warp, juste un vide. Ils sont, à tous les égards, sans-âme.

Cette tare rarissime touche moins d’un individu sur un milliard. Ceux qui en sont affligés sont appelés Parias, ou intouchables, et en croiser un est une chose qu’aucun humain normal ne peut oublier. Leur regard froid et calculateur attire l’attention sur leurs yeux ; deux puits de noirceur qui semblent aspirer leur proie dans le néant. Il n’est guère surprenant que les Parias soient traités comme des lépreux, rejetés par leurs parents et bannis des villes et villages. L’Inquisition trouve souvent des Parias devenus ermites, ou réduits à une existence sordide dans les tréfonds d’une Cité-Ruche.

Le nom de cette anomalie, voire abomination, génétique a vu le minerai ésotérique appelé sombreroche, ou Noctilithe en haut gothique, appelée parfois à tort Pierre du Paria. La sombreroche a une propriété particulière qui la polarise soit pour attirer l’énergie du Warp, comme celles des Forteresses Noires d’Abaddon pendant la Guerre Gothique, soit pour la repousser, comme avec les pylônes de Cadia. La zone neutre que peut créer la sombreroche est analogue au vide spirituel projeté par un Assassin Culexus, mais seul le Culexus sait comment utiliser cette aura en tant qu’arme.

À l’aube de l’Imperium, les Parias étaient transportés sur Terra à bord de Vaisseaux Noirs avec les Psykers clandestins. Arrivés à destination, ils étaient remis aux Magos Biologis de l’Adeptus Mechanicus pour expérimentation. Au fil des ans, un nombre croissant de Parias croupissaient dans les cellules des prêtres de l’Omnimessie. Un tel effectif commença à créer un trou dans le Warp. Leur absence psychique interféra avec l’Astronomican, le fanal crucial utilisé pour guider les navires aux confins de l’Imperium. D’autres branches de l’Administratum, celles s’appuyant sur les Psykers en particulier, furent horrifiées par cette découverte. Bientôt, plusieurs Hauts Seigneurs de Terra militèrent en faveur de l’interdiction des Parias, et l’Inquisition reçut l’ordre d’éliminer tous ceux qui seraient découverts. Certains Hauts Seigneurs, dont l’Ambassadeur Paternoval des Navigators, le Maître de l’Adeptus Astra Telepathica et le Maître de l’Astronomican, poussèrent à la rédaction d’un décret officiel afin de débarrasser l’Imperium de ces phénomènes problématiques.

C’était malheureux pour l’Officio Assassinorum, qui avait collaboré étroitement avec les Magos Biologis et Genetors de l’Adeptus Mechanicus. Leur travail était presque achevé, et de nombreuses années avaient été consacrées à développer un équipement spécialisé et des techniques d’entraînement. Tout allait être ruiné par la courte vue d’une poignée d’individus avides de pouvoir. Mais le décret du Maître de l’Administratum ne vint jamais. L’Adeptus Mechanicus annonça la fin du projet Paria, fermant ses laboratoriums et exécutant les cobayes dans un spectacle excessif. Satisfaits de ne rien avoir à faire de plus, les Hauts Seigneur tournèrent leur attention sur d’autres sujets. Cependant, un examen minutieux des archives aurait révélé que le nombre d’exécutions ne correspondait pas au nombre de Parias détenus à cette époque en laboratoire. Avec l’aide de l’Officio Assassinorum, l’Adeptus Mechanicus avait déplacé les Parias les plus prometteurs dans une forteresse secrète en bordure de la galaxie. Ce fut là que le Temple Culexus fut créé.

La Forteresse des Sans-Âmes

La plupart des autres Temples jouissent d’une certaine autonomie, ce qui permet aux Seigneurs Assassins plus âgés et plus expérimentés de s’occuper de la gestion quotidienne, de l’entraînement et parfois de la mission. Cependant, le Temple Culexus est gouverné directement par de hauts responsables de l’Officio Assassinorum. Le Temple lui-même n’est pas situé sur la Sainte Terra, mais dans un complexe fortifié sur une lune morte, en dehors de la portée de l’Astronomican. C’est la Forteresse des Sans-Âme, une structure blindée, qui se trouve toujours sous une couverture suffocante de terreur. Tous les Parias et Assassins Culexus sont gardés à l’intérieur de la forteresse sauf lors du service actif. S’il quelqu’un à l’autorisation d’en partir, alors c’est toujours sous le voile du secret et avec le plus haut niveau de sécurité. Il ne fait aucun doute que le Temple Culexus s’est avéré d’une utilité inestimable pour l’Imperium en d’innombrables occasions. Néanmoins, il y a des factions au sein de l’Imperium qui voudraient que chaque Paria soit exécuté et le Temple Culexus complètement détruit.[1]

Le Chasseur Sans Âme

Équipement du Temple Culexus.
(Cliquez pour agrandir)

Quand le Temple Culexus reçoit une mission, un Assassin est choisi et transporté sur le lieu du conflit par un navire spécialement voilé, comme les Vaisseaux Noirs de l’Inquisition. Outre cela, l’Assassin porte un large heaume appelé Animus Speculum. Au combat, il est utilisé pour projeter des décharges d’énergie psychique, mais son but premier est de bloquer les aptitudes innées du Culexus. Le heaume n’est que partiellement efficace à puissance maximale ; la plupart des gens peuvent à peine rester dans la même pièce que le porteur en raison des effets nauséeux et du mal au crâne caractéristique de la présence d’un Assassin Culexus. Lorsqu’il est désactivé, le chaos qu’il engendre est terrifiant à contempler.

Arrivé sur les lieux, le Culexus attaque en employant ses aptitudes innées, exacerbées par des années d’entraînement et un équipement ésotérique. Il ne porte ni arme à feu ni arme de corps à corps, car il n’en a pas besoin. Lorsqu’il se rapproche de sa cible, le Culexus opère sous le voile protecteur de l’Éthérium, une forme avancée de combinaison Ægis intégrée au Synthéderme de l’Assassin. Ceci combiné aux aptitudes innées du porteur le rend presque invulnérable aux attaques psychiques. Les armes connectées aux dimensions non-matérielles le traversent comme s’il n’était qu’un fantôme.

Sous le couvert de sa propre répugnance, l’Assassin se glisse dans les lignes et les gardes rapprochées, son aura négative brouillant les esprits des troupes conventionnelles. En se rapprochant de la cible, le Culexus jette des grenades anti-psy, contenant chacune de la poussière du Trône d'Or, qui plonge dans une confusion totale ceux à proximité. Tandis que la cible paniquée est ébranlée par l’attaque extrasensorielle, l’Assassin avance pour la tuerie.

Lorsque l’ennemi est en vue, l’Animus Speculum est enfin employé. Cette arme est mortelle pour quiconque, mais l’enfer incarné de celui qui a des aptitudes psychiques. Une fois désactivé, le grand œil du heaume s’ouvre en grand et l’intensité amplifiée de l’horrible capacité de l’Assassin noie la zone alentour. Le Culexus se tourne alors vers sa cible et la vise avec l’Animus Speculum avant d’oblitérer son cerveau, ne laissant de sa proie qu’une carcasse flétrie.

Insondables Mystères

Le Vaisseau-Monde Alaitoc glissait au milieu du vide de l’espace, à vingt années-lumière de l’astre le plus proche. Kilomètre après kilomètre se succédaient des dômes scintillants et des tours de Moelle Spectrale, il n’était possible d’estimer la taille du vaisseau qu’en la comparant avec celle des appareils qui l’accompagnaient, parmi lesquels certains de classe Void Stalker qui n’en ressemblaient pas moins à du menu fretin. C’était là l’une des dernières forteresses d’une race en voie d’extinction, mais Alaitoc ne rendrait pas les armes et dans la très secrète Chambre des Étoiles, des mesures allaient être prises pour contrer une nouvelle menace.

Le Grand Prophète Alladrios Kulcassian était âgé d’un point de vue Aeldari, mais il lui avait tout de même fallu se rendre à la Chambre des Étoiles pour ne faire qu’un avec le Circuit d’Infinité et laisser son esprit marcher avec ceux qui avaient connu la beauté des mondes Aeldaris et la terreur de la Chute.

Cette perspective revêtait un aspect tragique pour Alladrios. Seule la nécessité la plus extrême avait pu le pousser à rechercher cette communion ; il n’y avait alors qu’ici, dans le silence et l’isolation, qu’il serait à l’abri de la Grande Ennemie et sûr que ce qu’il verrait et entendrait serait véridique. Avec un profond respect, Alladrios tira une Pierre-Esprit de son ample robe pour la sertir dans un fermoir, sur un socle de cristal gravé de la rune du clan Kulcassian. Alladrios en portait une identique contre sa poitrine, l’autre avait appartenu à sa sœur. Elle était vide désormais, mais l’aidait à se souvenir d’elle et de l’abomination qui l’avait traquée. Son âme était l’une de celles qu’il ne retrouverait jamais.

Avant de s’immerger dans le Circuit d’Infinité, Alladrios passa quelques instants à méditer afin de purger son esprit de tout élément extérieur au périple qu’il allait entreprendre. Depuis des siècles, les Prophètes avaient craint les tueurs des mon-keigh, les Assassins Culexus, des fragments de néant porteurs d’un gène qui affaiblissait les Psykers autour d’eux. Que les plus grands esprits des Aeldaris soient devenus des proies était tout autant pour eux source de honte que de terreur. La galaxie entière avait été passée au peigne fin à la recherche de leur antre et il était revenu à Alladrios de coordonner les efforts. Peut-être la quête touchait-elle à son terme. Il laissa calmement s’apaiser ses attentes et son excitation puis, d’une légère impulsion psychique, propulsa son âme dans la Pierre-Esprit qui allait faire office d’interface avec la conscience collective du Vaisseau-Monde.

L’esprit d’Alladrios parcourut le Circuit d’Infinité aux côtés de myriades de présentes avant d’atteindre une branche particulière reliée à la Matrice Éternelle. Se hâter n’était pas chose aisée sur un chemin bordé d'amis depuis longtemps disparus, mais le Grand Prophète poursuivit de l’avant, poussé par son sens strict du devoir.

Sa conscience finit par rejoindre le Circuit d’Infinité du Legacy of Eldanesh, un croiseur de classe Shadow qui opérait à une certaine distance du tunnel Warp le plus proche. Lorsqu’il s’y connecta, Alladrios ressentit la peur qui habitait chaque Pierre-Esprit et chaque être vivant à son bord. L’esprit d’Erannion, dix-septième maître du Legacy of Eldanesh, lui souhaita la bienvenue, mais la communication était rendue difficile par une sorte de torpeur née de l’horreur que ressentaient Erannion et le reste de son équipage. Alladrios se glissa au travers de la Moelle Spectrale jusqu’aux instruments de navigation qui lui montrèrent ce qu’il était venu chercher.

Devant eux se trouvait au loin une planète que la mort de son soleil avait depuis longtemps plongée dans les ténèbres. Ce monde orphelin était tracté par un point de force gravitationnel singulier, qui ne suffisait pas à l’attirer vers lui mais détournait progressivement sa course elliptique vers le centre de la galaxie. Alladrios tenta de tourner l’œil de son esprit vers ce monde, mais il n’y parvint pas et dans la Chambre des Étoiles, son corps se mit à frissonner de façon incontrôlable, son âme réprimait l’envie oppressante de fuir le Circuit d’Infinité du Legacy of Eldanesh pour retourner vers la sécurité et ne plus jamais revenir contempler cette planète.

Ce monde n’existait pas à ses yeux. Son esprit aurait dû voir derrière les choses leur passé, leur présent et leur futur, tout un panorama de possibilités. Il aurait dû percevoir les auras des vivants et les Âmes des défunts récents, appréhender toutes les intentions, ambitions, espoirs et peurs comme autant d’images projetées dans le Warp. Mais il n’y avait là qu’une roche exilée, meurtrie par l’absence de son reflet. Quand il l’observait, il lui semblait que soudain l’univers s’était changé en un lieu silencieux et monochrome. Sa quête touchait bien à sa fin, car cette planète était celle qu’il recherchait depuis longtemps. Quelque part sur sa surface, ou probablement en dessous, se trouvait le Temple Culexus.

Il n’avait longtemps rêvé que de réduire cet antre de monstres en ruines calcinées. Le temps était venu, pourtant, l’entraînement et la discipline de la Voie du Prophète continuait de guider ses actions, desquelles il fallait toujours considérer les conséquences irrévocables. Sa prescience le conduisit le long des chemins de la destinée dans l’examen des issues qui suivraient cette destruction. Il s’attendait à trouver une ère libérée de toute peur qui justifierait son acte, mais il projeta ses pensées dans une dizaine de futurs alternatifs qui ne lui renvoyèrent comme conséquence commune qu’une même vision d’Alaitoc se consumant dans l’espace, de ses tours jetées à bas et de ses dômes éventrés.

Le Circuit d’Infinité du Legacy of Eldanesh résonna de son long cri de rage et de colère. Mais les Aeldaris avaient vécu dans la rancœur depuis la Chute, en comparaison, Alladrios comprit que ce qu’il ressentait n’était que de la frustration. Il se reprit, mit de côté sa fierté et abandonna calmement le labeur de plusieurs siècles pour le bien de leur futur.

Un mot aux membres d’équipage fit s’éloigner le Legacy of Eldanesh, et à chaque seconde qui passait, la peur qui les avait paralysés s’évanouissait un peu plus. Ni eux, ni Alladrios n’osèrent regarder en arrière.

La Chambre des Étoiles lui parut froide lorsque le Grand Prophète regagna son enveloppe charnelle. Ce n’était pas seulement la sueur glacée qui baignait sa peau, de fines veines de cristal avaient commencé à monter le long de ses bras. Il s’était éloigné pendant un temps dangereusement long et toute sa volonté lui fut nécessaire pour revigorer son corps et le tirer loin du bord du précipice. Tandis que le cristal se refaisait chair, il se remémora ce qu’il avait vu.

Comment la destruction du temple mon-keigh pouvait-elle causer la perte d’Alaitoc ? Si ces ignorants d’impériaux en avaient eu le pouvoir, ils les auraient déjà massacrés sans autre prétexte que leur haine. La réponse devait se cacher parmi les origines des Culexus. Alladrios avait examiné bien des chemins et savait des énigmes qui demeuraient l’apanage de la Bibliothèque Interdite, il avait médité les secrets que lui avaient confiés les siens dans le Circuit d’Infinité jusqu’à donner un sens aux plus anciennes légendes.

Il y avait bien longtemps, avant la Chute, les mon-keigh n’étaient rien. Des animaux arboricoles plutôt ridicules, une part de l’écosystème de leur monde, mais sans rôle majeur défini pour eux par les Anciens. C’était avant que les guerres entre les Nécrons - aidés des C'tan - et les Anciens soutenus par leurs successeurs ne consument pratiquement toute la galaxie. Un nombre incalculable de mondes avait été dévasté et les reconstruire avait demandé du temps. Dans cet état de néant, les créations inférieures des Anciens, telles que les mon-keigh, s’étaient développées de façon imprévisible. L’évolution brute, élémentaire, avait pris le pas pour transformer des animaux bruyants mais inoffensifs en cette forme de vie qui infestait aujourd’hui un million de mondes. Les Aeldaris l’avaient laissée exister, rechignant à détruire le peu de vie qui subsistait dans la galaxie. D’autres n’auraient pas ces scrupules.

Les légendes disaient que les Dévorés avaient semé une terrible récolte. Elle avait poussé, mûri, et le temps de la moisson approchait.

Sources

Pensée du Jour : « C’est en les voyant mourir que nous connaîtrons leur valeur. »
  • Index Imperialis : Assassins, du White Dwarf N°268 (Mars 2019)
  • Dataslate : Officio Assassinorum
  • Codex Nécrons, V3
  1. Dataslate : Officio Assassinorum - The Culexus Temple - The Fortress of the Soulless (traduit de l'anglais par Guilhem)