Temple Callidus

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Assassinorum-banner left.jpg
Assassinorum-banner right.jpg
DeathwatchBar.jpg




Deco-dark-angel-10.png
Deco-dark-angel-10.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
Aquila-imperium.png
Imperium gothic.jpg
Aquila-imperium.png
Imperium page corner.png
DeathwatchSymbol.png
TempleCallidusSymbole.jpg
« Nous prenons la forme de l’accusé pour mieux lui donner la mort avec notre pureté intérieure. »
- Dictatus Callidus.

Le Temple Callidus est le plus subtil des antiques Temples de l’Officio Assassinorum. Il est spécialisé dans la tromperie habile des ennemis de l’Imperium. Les méthodes des Assassins Callidus sont celles de la ruse et de la duplicité. Ils sont parfois utilisés lors de mission où une intervention ouverte de l’Imperium bousculerait l’équilibre des pouvoirs maintenu par les Hauts Seigneurs de Terra. Il est très possible pour un agent Callidus d’accomplir sa tâche sans que la force ennemie visée sache qu’il était présent. Toutefois, alors que les temps agités du 41e Millénaire touchent à leur fin, le Temple Callidus fait plus que jamais sentir sa présence sur les champs de bataille.

Les techniques utilisées par le Temple Callidus pour abattre ses cibles sont diverses et variées, et vont bien au-delà de simplement tuer la victime. Le Temple entreprend beaucoup d’opérations secrètes qui impliquent l’infiltration d’un agent au sein d’une civilisation ennemie pendant des semaines, des mois, voire des années. Spécialistes en infiltration, duperie et imposture, ces caméléons humains prendront souvent la place d’une personne de confiance à l’aide de leur maîtrise du déguisement. Grâce à cela, l’Assassin peut approcher les commandants ou des dignitaires ennemis, influencer leur stratégie et enfin les éliminer lorsque l’opportunité se présente. Sur le champ de bataille, ils se rapprochent aussi près que possible de la cible avant de la tuer à un moment critique, souvent au point d’orgue d’un conflit qui bat son plein. Le commandant d’une force ennemie soudainement mort, l’équilibre peut basculer en faveur de l’Imperium.

Si sa cible est éliminée sans alerter ses acolytes, l’Assassin peut alors en endosser l’identité. En se déguisant avec les habits, armure et équipement du défunt et en utilisant des élixirs pour altérer son apparence, l’Assassin Callidus peut assumer l’identité de quasiment n’importe qui au sein de la force ennemie. Fort de sa nouvelle personnalité, il perturbera son organisation d’accueil à l’aide de quelques ordres choisis, ou sèmera autant de pagaille que possible avant de disparaître. De la sorte, le Callidus assassine non seulement l’individu, mais aussi les croyances ou la politique qu’il a répandues auprès de ses fidèles. Comme le Seigneur des Assassins du Temple aime le rappeler, bien que les autres Temples puissent abattre leurs cibles de façon plus rapide ou dramatique, seul le Callidus en tue également l’idéologie.

La Créature Infiltrée

Équipement du Temple Callidus.
(Cliquez pour agrandir)

Pour accomplir ses tâches, le Temple Callidus se spécialise dans l’emploi d’une drogue change-forme appelée Polymorphine. Lorsqu’il l’utilise, un Assassin doit avoir un contrôle total de son corps, ainsi qu’une compréhension approfondie du sujet qu’il tente de répliquer. Le niveau de discipline requis par les arts martiaux et la gymnastique du Temple aide l’Assassin à obtenir le calme et la concentration nécessaires au changement de forme. Au fil des siècles, les maîtres du Temple Callidus ont appris que le corps et la psyché des femmes sont plus capables d’appliquer ces changements, et que les femmes font de meilleurs caméléons que les hommes. Pour cette raison, les agents du Temple Callidus sont presque exclusivement des femmes.

Une injection de Polymorphine permet à un Assassin Callidus entraîné de modifier drastiquement son apparence. Sous l’influence de la drogue, le corps de l’utilisateur subit des changements que seul un individu entraîné à outrance peut garder sous contrôle. Fondamentalement, ce qui relie la chair, les os et le système nerveux est suspendu, ce qui accorde à l’utilisateur une brève période durant laquelle réarranger son physique par la force de sa volonté. Sous son influence, il peut allonger les os, étirer la peau, changer la taille et la forme de ses organes internes, convertir du muscle en graisse et vice versa. Même les sanctuaires censément inviolables peuvent être pénétrés par un fin utilisateur de la Polymorphine, dont les propriétés permettent à l’utilisateur de se glisser tel un serpent à travers les conduites qui mènent à sa cible avant de reprendre une forme humanoïde pour procéder au meurtre. Ce n’est que lorsque la drogue Polymorphine a fait son œuvre que l’Assassin libère son corps de son étreinte douloureuse. L’agent conservera son nouvel aspect jusqu’à ce qu’une autre injection de Polymorphine lui permettre de reprendre sa forme d’origine, ou d’en adopter une autre.

Grâce à la seule Polymorphine, un Callidus peut usurper l’identité de n’importe quel humain de son choix, d’un jeune officier à un prêtre rabougri du Ministorum. Plus étrange encore, les Adeptes Medicus de l’Imperium ont développé une gamme d’implants chirurgicaux afin que les Assassins Callidus imitent des membres de cultures Abhumaines ou d’espèces Xenos, même celle aux morphologies aussi extrêmes que les Orks et les Aeldaris. Ces implants se composent de cartilages flexibles et de synthéderme rigide, des substances similaires à celles de la carapace noire des Space Marines. Quand l’Assassin est sous sa forme normale, ces implants sont inertes sous sa peau et dans ses os. Une injection de Polymorphine les fera réagir aux stimulants de la drogue et se transformer. Des formes encodées génétiquement se mêlent au corps de l’Assassin, lui permettant de restructurer sa silhouette selon la forme grotesque d’un Ork ou celle gracile d’un Aeldari. Des légendes font état d’un agent révéré qui subit une chirurgie poussée pour adopter l’aspect d’un hybride Génovore. L’Assassin ne pouvait plus alors adopter que la forme du monstre rôdant en lui-même, signe d’une dévotion à son art qui n’a jamais été surpassée.

Les Assassins Callidus se soumettent à des années de formation rigoureuse pour devenir l’une des armes vivantes de l’Imperium. Dans le cadre de l’entraînement, le Temple pratique d’innombrables arts martiaux anciens et secrets. Ces agents doivent se comporter avec l’ennemi comme faisant partie de ses rangs, donc leurs armes sont toujours limitées ; l’Assassin peut même être forcé de combattre à mains nues. Un Assassin Callidus désarmé est un adversaire mortel, mais équipé des armes de son Temple, il est virtuellement impossible à arrêter.

Bien que les Assassins Callidus portent généralement une variété de lames empoisonnées et de garrottes dissimulées sur sa personne, les armes caractéristiques de son Temple sont l’Épée de Phase et le Neuro-Lacérateur. La première est un artéfact censément d’origine Xenos. Certains érudits pensent que les Épées de Phase ont été forgées à l’origine à partir d’échardes de nécroderme C'tan, le matériau utilisé par les Nécrons pour lier leurs anciens maîtres à leur service. Quelle que soit leur provenance, ces lames peuvent tailler à travers les protections physiques et métaphysiques. Le Neuro-Lacérateur est quant à lui une arme à l’origine conçue pour l’Adeptus Astra Telepathica, capable de tuer l’esprit d’un homme d’un faisceau de puissance psychique. Tous doivent redouter l’Assassin Callidus, car il n’existe aucune protection contre ses coups : même en cherchant des alliés, la cible invite la mort chez lui.


Extrait de l’interrogatoire de Milord Radisch,
aide de l’ancien Commandant Imperial Brassika d’Orlenza


Destinataire : Inquisiteur Lourdh
Archive : Impériale CALA 322/28a
Inquisition INR[OrdSic] 23412/323
Référence : Élimination des renégats
Transmetteur : Orlenza Triartes
Date : 7386143.M38


Inquisiteur Kale : Veuillez décrire selon vos propres termes les événements qui ont conduit à la mort du Commandant Brassika.

Milord Radisch : Tout est la faute de ce mercenaire, Leh Kard. Il a, je veux dire, elle… Je… Ha ! Je ne sais plus que penser !

IK : Commencez par le début. Qui est ce Leh Kard ?

MR : Il nous a été présenté comme un commandant mercenaire du système Aleti, nos voisins. Il répondait à la demande du Commandant Impérial concernant des hommes capables de diriger des unités de combat. Nous avions déjà entendu parler de lui, il avait aidé Laskith Ireni, le Duc d’Aleti, contre les Flibuztiers Orks, quelques années plus tôt. À la demande du Commandant Impérial, j’ai soigneusement sondé sa loyauté envers Terra.

IK : Et à quel point ce Leh Kard était-il loyal ?

MR : Oh, il était très grossier, uniquement motivé par l’argent. Très matérialiste et superficiel.

IK : Et cela vous convenait ?

MR : Indubitablement ! C’était un homme rustre, vulgaire, mais très expérimenté. Je dis homme, mais…

IK : Ne vous écartez pas du sujet !

MR [tousse doucement] : Oui, excusez-moi. Il avait beaucoup de choses à dire au Commandant Impérial. Disposition des forces, lignes d’approvisionnement, logistique et ce genre de choses terre à terre. Un soldat très technique, méticuleux mais sans panache, si vous voyez ce que je veux dire.

IK : Non, mais continuez.

MR : Comme prévu, notre décision de rompre tout lien avec l’Imperium jusqu’à la renégociation de meilleures conditions commerciales n’a pas été très bien accueillie. Nous avions déjà emprisonné les hommes de loi de l’Adeptus Arbites, grâce à un habile subterfuge si je puis me permettre. Nous les avons amenés à…

IK : Ne nous éloignons pas de Leh Kard, nous parlerons des Arbitrators plus tard.

MR : Pourrais-je avoir un peu de vin, s’il vous plaît ?

IK : Non. Continuez.

MR : Un minimum de savoir-vivre ne… [MR crie tandis qu’un bâton de douleur est appliqué sur sa colonne vertébrale].

[Pause pendant que MR récupère. Blasphèmes, Jurons Vulgaires et Suggestions Immorales ajoutés à la liste des charges pesant sur MR.]

MR : Désolé. Alors l’Empereur a envoyé deux régiments entiers pour faire respecter ses conditions commerciales. Mais nous n’allions pas nous soumettre devant de telles tactiques d’intimidation et nous les avons attaqués. Les hommes se sont battus bravement, hélas, ils étaient tous au mauvais endroit. Nos armées furent encerclées ou isolées en une semaine. Bien sûr, le Commandant Impérial était très fâché contre Leh Kard. Il nous avait menti et nous avait utilisés à son profit. Il nous avait promis la victoire mais était clairement un charlatan. Bref, nous avons réussi à l’attraper et à le jeter au cachot jusqu’à ce que le Commandant Impérial décide de son sort. Et puis il a eu comme une inspiration, et a décidé d’empaler le traître devant le portail. Nous n’avions empalé personne sur Orlenza depuis des siècles : c’était un choix très décadent, mais populaire à la cour, qui est descendue tout entière pour voir Leh Kard apprendre son funeste sort. Quand on ouvrit les portes du cachot, Leh Kard avait disparu, et ses habits étaient empilés dans un coin ! Encore plus étrange, il y avait une femme en collant noir à sa place. Très jolie et athlétique. À côté d’elle, la favorite du Commandant Impérial avait l’air grassouillette. La porte était à peine ouverte que cette furie sautait sur le commandant pour l’étrangler avec sa perruque ! Nous étions tous surpris et horrifiés, et je me rappelle vaguement avoir vu Milady Winter s’évanouir. Tout était si soudain que je ne me souviens plus très bien de la suite. Elle m’a poussé en me perçant la jambe - avec l’aiguille à chapeau de Milady Dorian s’il vous plaît ! L’un des gardes essaya de la maîtriser, mais se retrouva en boule sur le sol, gémissant et répandant ses tripes. Cela me rend malade rien que d’y penser. Et elle est partie.

IK : Et vous n’avez jamais vu cette femme, ni avant ni après ces événements ? Peut-être en compagnie de Leh Kard ?

MR : Jamais. Il était plutôt solitaire, il ne laissait jamais personne entrer dans ses appartements, dont la porte était toujours barrée et verrouillée. Il a même trouvé le passage secret et l’a bloqué avec une table ! Je vous le répète : c’est incompréhensible.


Fin de l’extrait

Sources

Pensée du Jour : « Les courageux marcheront toujours dans la lumière de l’Empereur. »
  • Index Imperialis : Assassins, du White Dwarf N°268 (Mars 2019)
  • Codex Assassins, V3