Tempestus Scion

De Omnis Bibliotheca
Les Tempestus Scions sont formées par la Schola Progenium pour se spécialiser dans les opérations sensibles et constituent souvent le fer de lance des assauts d’infanterie, c'est pour cela qu’ils sont rarement dotés d’armes lourdes qui les retarderait. Leur statut d’élite et leur traitement de faveur suscitent la jalousie des Gardes normaux.
« Valkyrie Beta, initiez votre descente en basse altitude, à cinquante mètres. Escouade Primus, préparez-vous pour saut à basse altitude. Le dernier arrivé porte mon sac ! »
- Tempestor Marcus Blaine, à l’occasion de son centième assaut aérien.

Les Tempestus Scion (ou Troupes de Choc) sont l’élite de la Garde Impériale, ce qui leur vaut une quantité non négligeable de jalousie de la part des Gardes Impériaux moyens et leur a valu des sobriquets tels que « beaux gosses », « grands p'tits soldats », « les bibelots», « soldat de plomb », « starlette », etc. Mais les Scions n’ont cure de cette rancœur. Ils sont formés aux opérations secrètes et aux tactiques d’insertion rapide, et sont persuadés que chacun de leurs actes contribue au bien de l’Imperium.

Équipée de lourdes armures carapace, de toutes sortes de matériel spécialisé et de Fusils Radiants capables de percer les armures, une escouade de Tempestus Scion peut se révéler plus dangereuse qu’une compagnie entière de Gardes Impériaux de base. Déployés contre l’infanterie, les Tempestus Scions ont souvent des Fusils Radiants à salves à la cadence de tir plus élevée, parfaits pour anéantir les Space Marines renégats et les bêtes Xenos. Ce sont des tueurs froids et diligents dont la puissance de feu peut réduire des vagues d’ennemis en tas de corps fumants.

La grande majorité des Tempestus Scion est issue des enfants des serviteurs impériaux (commandants de la Garde et de la Marine Impériale, membres de l’Administratum ou de l’Arbites) qui ont péri au combat. Ces orphelins rejoignent une des nombreuses Schola Progenium qui se trouvent un peu partout dans l’Imperium afin d’y être élevés. Ils y reçoivent une éducation poussée, consistant en un intense régime de prières, d’études et d’exercices physiques. Ils y apprennent à aimer l’Empereur et se voient inculquer une loyauté absolue, ainsi qu’un sens de l’immense dette qu’ils doivent à l’Imperium, qui a consacré tant de temps et d’effort à les éduquer. Une fois parvenus à l’âge requis, les orphelins qui manifestent la combinaison désirée d’aptitude et de talent sont affectés à d’éprouvants camps d’entraînement. Peu viennent à bout de leur entraînement et certains n’en reviennent même pas. Ceux qui survivent et complètent leur formation intègrent les Tempestus Scion.

Les Tempestus Scion sont les agents spéciaux de la Garde Impériale. Indéfectiblement loyaux à l’Empereur, les Tempestus Scions sont en outre des soldats polyvalents et virtuellement incorruptibles. Le haut commandement les déploie avec parcimonie, mais il peut leur confier n’importe quelle mission, quel que soit le danger encouru. Fonçant à la bataille à bord de transports blindés ou largués avec des Grav-Chutes depuis des Valkyries, les Scions sont l’outil de frappe chirurgicale de cette machine de guerre qu’est la Garde Impériale. Les escouades auxquelles ils appartiennent sont généralement affectées à divers régiments ou compagnies afin de les renforcer ou de leur apporter un soutien tactique. Les Tempestus Scion sont équipés et entraînés de sorte à pouvoir effectuer n’importe quel type de mission, qu’il s’agisse d’opérations de sabotage, d’assauts aériens, de mener la charge ou de mener des opérations dans les lignes arrières de l’ennemi.

Les Tempestus Scion font des recrues de choix pour l’Inquisition à cause de leur versatilité et de leur compétence. Les Saints Ordos n’entretiennent pas d’armée régulière, mais ils possèdent néanmoins de nombreuses forteresses dispersées dans la galaxie, certaines dissimulées, d’autres bien connues mais non moins énigmatiques. Les Troupes de Choc sont chargés de la protection de ces fameuses forteresses et de la sécurité des Vaisseaux Noirs lors de leurs missions les amenant d’un bout à l’autre de l’Imperium. Les Inquisiteurs ont également souvent besoin de ces soldats professionnels dans l’exercice de leurs fonctions, mais la pureté et l’incorruptibilité de ces fantassins d’élite sont soumises à examen minutieux avant qu’ils ne soient autorisés à porter le symbole de l’Inquisition, ce qui les rendra aptes à opérer aux côtés des Inquisiteurs si les effectifs des Sœurs de Bataille venaient à s’avérer insuffisant. En effet, quand le besoin s’en fait sentir, les Inquisiteurs prennent le contrôle d’escouades appartenant aux compagnies de Troupes de Choc et les mobilisent pour la durée de leurs opérations. Les Inquisiteurs les plus militants développent parfois un genre d’entente avec certaines escouades de Tempestus Scion, qu’ils gardent alors à leur service pour des périodes plus étendues encore. Enfin, certains Inquisiteurs sont parfois si impressionnés par les prouesses de l’un d’entre eux qu’ils le réquisitionnent de façon permanente afin de servir au sein de son cadre.

La formation des Tempestus Scion ne dispose guère ceux qui y survivent à apprécier les subtiles méthodes auxquelles ont recours les Inquisiteurs dans leurs opérations et leurs enquêtes. Leur éducation à la Schola Progenium omet délibérément tout enseignement ésotérique et toute mention des connaissances secrètes et anciennes afin de préserver la pureté spirituelle des élèves. Les Tempestus Scion demeurent malgré tout de précieux atouts pour un cadre d’agents du Trône. L’escorte d’un Inquisiteur ne peut pas compter de membres plus doués pour mettre sur pied des opérations armées tactiques contre les Xenos, les mutants et les hérétiques que les Tempestus Scion. Qu’il s’agisse de mener un assaut sur un culte des sous-ruches, de descendre en aéro-chute sur une cible Xenos ou de guider le reste de ses confrères dans la furie des combats, les Tempestus Scion apportent une expertise sans égale.

« En formation  ! » Le Tempestor Heisen avait aboyé son ordre à l’instant même où le dernier des Faucons Harakonniens touchait le sol et effectuait une roulade sur le côté, avant de désactiver d’un geste expert sa ceinture antigrav. L’escouade se mit en position dans la clairière, les voix des hommes grésillant dans les micro-intercom alors qu’ils faisaient leur rapport. Aucun ennemi en vue. Le cliquetis des armes enclenchées se fit entendre, et en bruit de fond le bourdonnement du lance-plasma de Van Stoken qui se chargeait à pleine puissance.

Heisen passa sa visière en mode thermique et zooma sur les positions ennemies. Trois tanks Hydre capturés par les Orks avaient été placés en batterie sur l’escarpement. La couverture qu’elles procuraient permettait aux Orks d’établir un périmètre pratiquement impénétrable : les pilotes de Bombardiers Marauders qui avaient testé les défenses extraterrestres pouvaient, ou plutôt ne pouvaient plus, en témoigner. Heisen put voir les grossières plaques de blindage couvertes de glyphes et les trophées fixés sur les châssis des chars, et des silhouettes s’agitant autour d’eux, rendues rouges par la vision thermique.

« Équipe Delta, en mouvement. Dallere en éclaireur, » ordonna-t-il. « Rapidité et efficacité les gars. » Les Faucons glissèrent comme des ombres entre les arbres, atteignant sans bruit la lisière de la forêt, puis se mettant à couvert derrière les troncs. Dans l’espace découvert qui s’étendait, de petits groupes de Grots s’affairaient autour des pièces antiaériennes. Heisen prit une profonde inspiration avant d’ouvrir le canal de sa radio.

« Go ! » cria-t-il. Immédiatement, son escouade surgit du couvert des arbres. Van Stoken libéra une rafale sur l’arrière de la première Hydre et la fit exploser dans une gerbe de métal en fusion. Les autres Faucons ouvrirent le feu de leurs fusils radiant, criblant les équipes de Grots avant même qu’elles ne puissent réagir. Des membres verdâtres furent projetés dans les airs alors que les troupes de choc pilonnaient les Peaux-Vertes encore et encore. Van Stoken épaula alors son lance-plasma et visa l’arrière du second char. Une décharge incandescente atteignit le réservoir de carburant, provoquant une détonation épouvantable et envoyant voler les corps carbonisés des Grots. Leurs hurlements d’agonie se mêlèrent aux cris d’alarme de leurs camarades qui fusaient dans la clairière. Dallere fut mis à terre et battu à mort par la marée de Grots, des mains griffues arrachèrent sa visière alors qu’un coup de clé vicieux l’atteignait au visage.

Heisen entendit un grognement rageur et se retourna pour voir un Ork balafré se ruer sur lui. Il leva son arme un dixième de seconde trop tard, le monstre le percuta et le fit chuter lourdement au sol. Il lâcha son fidèle fusil à pompe, qui tomba quelques mètres derrière lui, mais par chance, son armure carapace absorba l’impact. Heisen roula sur le côté avant de s’accroupir et de tirer vivement son schlass hors de son fourreau. L’Ork se jeta de nouveau sur lui mais cette fois il était prêt, et il esquiva l’attaque tout en enfonçant profondément sa lame dans l’orbite de son adversaire. Il regarda autour de lui et vit que les tirs des Faucons avaient fini d’exterminer les Grots. Toutefois, la dernière Hydre était intacte et il vit du coin de l’œil que sa tourelle se tournait vers eux d’un air menaçant.

Pire encore, l’Ork entêté revenait à la charge en dépit de sa blessure. Heisen récupéra le fusil à pompe qui gisait à ses pieds et actionna son mécanisme d’un geste sec, avant de faire volte-face et de planter la bouche de son canon dans celle vociférante de l’Ork. La créature fut propulsée plus de trois mètres en arrière malgré sa masse, sa tête remplacée par un cratère fumant.

« Détruis-moi ce tank ! » cria-t-il à Van Stoken. Celui-ci mit un genou à terre alors que son lance-plasma se rechargeait en produisant un son strident, qui s’amplifiait alors que le plasma était porté à température de fusion. Les quatre autocanons de l’Hydre se pointaient peu à peu vers lui, et bien que les Orks fussent des tireurs lamentables, une telle puissance de feu à courte portée ne lui laissait aucune chance de survie. Le hurlement strident du lance-plasma semblait interminable tandis que les canons massifs mettaient en joue Van Stoken. Heisen put voir distinctement la gueule des autocanons une seconde avant que l’Hydre soit pulvérisée dans une explosion aveuglante. Il remercia sa visière photoréactive pour avoir protégé ses yeux et s’autorisa un soupir de soulagement. Le silence était de nouveau tombé sur la clairière, entrecoupé du bruit des débris métalliques qui pleuvaient autour de lui.

« Heisen à Escadron Drako, préparez-vous à bombarder dès que possible. Terminé. » Le Tempestor remit son arme dans son étui et fit signe à son escouade de se replier.

Alors que les Tempestus Scion s’éloignaient silencieusement des carcasses fumantes, le camp Ork au loin fut illuminé par un concert d’explosions.

Sources[modifier]

  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Ascension
  • Codex Astra Militarum, V8
  • White Dwarf N°115 (Novembre 2003)