Tanau Aleya

De Omnis Bibliotheca

Logo-OB-2021.jpg
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens


« La victoire n´exige nulle explication,
la défaite n´en admet aucune. »

- Doctrine militaire de l'Imperium
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png





Aquila.png
+++ Travaux en cours... +++
EnProgrès.jpg
Tout est sous contrôle, nos équipes de Technoprêtres se chargent de la mise en place de cet article.
- Technoprêtre Moulinex.


« À une époque où nous subissions tant de pertes, nous fûmes redécouvertes. Avec le recul, et maintenant que j’en sais davantage sur le sujet, je suis stupéfaite que nous ayons échappé autant à l’étreinte de l’Imperium. Nous tenions entre nos mains la graine du salut, et l’on nous avait oubliées. Évidemment, nous avions toujours servi, çà et là. Ils devaient toujours affecter des troupes à leurs Vaisseaux Noirs, et certains Inquisiteurs connaissaient notre valeur. Mais pour l’essentiel, ils nous avaient laissées flétrir. J’expliquai cela à Valerian, longtemps plus tard, alors que j’étais encore en colère. Il fit de son mieux pour le comprendre, mais je ne pouvais pas m’empêcher de comparer notre vie à la sienne, lui cloîtré dans ses salles d’or, entouré des plus belles et des plus anciennes créations d’un empire déclinant, nous dans le vide, luttant pour survivre tandis que d’horribles courants d’énergie nous léchaient les chevilles. »
- Tanau Aleya, Chasseuse de Sorciers de la Sororité Silencieuse.
Tanau Aleya, Chasseuse de Sorciers de la Sororité Silencieuse.
Tanau Aleya est un vétéran de son ordre, les Sœurs du Silence, et une Chasseuse de Sorciers aussi féroce que dévouée. Au fil de nombreuses années, elle a développé une perception tactique incroyable, ainsi qu’une connaissance profonde de sa cible. Elle emploie ses talents pour traquer les Psykers clandestins, et les faucher sous les coupes de sa lame, Somnus.[1]

À la fin du 41e Millénaire, les Sœurs du Silence avaient depuis longtemps perdu leur statut parmi les autres ordres militants de l’Imperium et étaient largement ignorées voir quasiment oubliées. La Sororité Silencieuse s’était donc fragmentée et a donné naissance à de couvents enclavés et isolés qui continuaient à servir l’Empereur du mieux que ses membres pouvaient. Le foyer d’Aleya se trouvait sur le monde d’Arraissa et avait été établie par la vétéran Sœur Atarine Hestia. Elle avait été capable de maintenir l’enclave approvisionnée en équipement et en personnel pour aider les Sœurs dans leur mission et de payer les dîmes et les pots-de-vin nécessaires pour garder les dirigeants d’Arraissa loin d’elles. Pourtant, Aleya ne pouvait s’empêcher de pester contre le sort des Sœurs du Silence et désespérait souvent de l’efficacité qu’elles auraient pu avoir contre les forces du Chaos si l’Imperium ne les avait pas abandonnées.

Au service de son couvent sur Arraissa, Aleya a chassé et tué de nombreux adorateurs du Chaos et même des Démons, mais sa vie a changé lorsque la Treizième Croisade Noire frappa l’Imperium en 999.M41. Tout a commencé après qu’Hestia ait immolé une société secrète appelée le Petit Cercle, enfouie sous les chantiers navals en orbite autour d’Eyrinan V, et qu’elle ait ensuite découvert des informations qui ont mené à plusieurs autres cultes et cultistes. C’est au cours de la cinquième année de la Croisade Noire qu’Aleya a été envoyée seule sur la station spatiale dans l’orbite d’Hellion Quintus pour traquer un Culte lié au Petit Cercle, mais elle a été saisie d’effroi après avoir saisi un appareil de communication de l’organisation hérétique. Elle découvrit que le Petit Cercle étant en lien avec la Black Legion, la plus puissante des Légions Renégates. L’appareil répétait sans cesse le nom d’Arraissa. Craignant que ses Sœurs ne soient en danger, Aleya s’empara rapidement d’une carte du Warp, qui se trouvait dans la cachette des cultistes, puis retourna rapidement sur Arraissa. Mais à son arrivée, elle s’est rendu compte qu’elle arrivait trop tard. La Black Legion avait déjà envahi Arraissa, la planète entière ayant été dévasté tandis que le couvent des Sœurs avait été la cible principale de l’assaut renégat. Quand Aleya entra dans son foyer, elle ne vit que les cadavres de ses Sœurs et du personnel qui les avait aidées dans leur mission. Voir cela a rempli Aleya de rage et quand elle a rencontré un Space Marine du Chaos de la Black Legion, qui avait été laissé derrière comme sentinelle, elle l’a chargé et l’a tué. Aleya commença par la suite à fouiller dans les ruines du couvent à la recherche de tout ce qui pouvait être récupéré. Elle tomba sur la chambre de l’Astropathe du couvent, du nom de Lokk, et découvrit un dernier message qu’il avait griffonné sur le mur avec son propre sang. Il était simplement écrit : "Il rappelle Ses filles auprès de Lui."

Alors qu’elle réfléchissait au message, Aleya décida de retourner sur le Cadamara, son transport spatial, pour décider de sa prochaine action, au moment où les Forces de Défense Planétaire d’Arraissa commençaient à pénétrer dans les décombres du couvent. Une fois en sécurité sur le Cadamara, Aleya fut soudainement frappée par la conviction que le dernier message de Lokk était un appel aux Sœurs du Silence à revenir sur Terra, pour se tenir une fois de plus aux côtés de l’Empereur. Après les préparatifs, Aleya donna l’ordre d’entrer dans le Warp et le Cadamara commença son périlleux voyage vers le Monde-Trône.

Le voyage dans le Warp fut périlleux, Aleya combattant de nombreux groupes d’abordage démoniaque aux côtés de son équipage. Finalement, ils ont été contraints de sortir du Warp en raison des dommages et de la disparition de l’Astronomican suite à l’ouverture de la Grande Faille qui plongea la galaxie dans un cauchemar absolu. Ils ont donc été confrontés à une mort lente par famine, échoués dans les profondeurs de l’espace. Cependant, par pure chance, ils ont été secourus par un Vaisseau Noir contrôlé par un Custodien en mission pour amener les Sœurs du Silence sur Terra. Aleya a ainsi réussi à atteindre Terra, mais le Monde-Trône était alors déjà sous l’assaut des Démons de Khorne, le Dieu du Sang, dans ce qui fut la Seconde Bataille de Terra. C’est ici qu’Aleya a rencontré un Capitaine-Protecteur Custodien nommé Valerian. Les deux ont combattu côte à côte contre un Buveur de Sang, développant une amitié entre eux. Cependant, après la bataille, elle aspirait toujours à se venger de la Black Legion pour la destruction de son monde et utilisa la carte localisant des routes Warp qu’elle avait capturé pour essayer de trouver des forces ennemies à affronter. Valerian, qui ne voulait pas la voir se sacrifier inutilement, accepta de l’aider et l’accompagna avec une quarantaine d’autre Sœurs et Custodiens à bord d’un navire de l’Adeptus Custodes.

En suivant la carte d’Aleya, ils trouvèrent le monde de Vorlese attaqué par la Black Legion. Les Traitres prévoyaient de larguer un éclat d’un Pylône Cadien, volé sur le Monde-Forteresse martyr de Cadia, sur la surface de la planète pour couper tout voyage Warp dans la région et isoler Terra du reste de la galaxie, laissant à Abaddon le Fléau, le Maître de Guerre du Chaos, le temps de mener sa campagne vers le Monde-Trône afin de renverser définitivement l’Imperium de l’Humanité. Valerian et Aleya ont mené une opération d’abordage contre le croiseur du Chaos accueillant le Pylône,, Le Cœur-de-Fiel, pour le neutraliser. Au centre de l’assaut, et dans une ultime résistance désespérée, ils ont empêché le largage de l’éclat du Pylône, sauvant Vorlese et Terra. Cependant, toutes leurs forces ont été massacrées dans le processus. Seuls Valerian, Aleya et un Custodien du nom d’Ujoma ont survécus. Tous trois étaient gravement blessés lorsque la flotte du Primarque Roboute Guilliman, ressuscité et revenu pour sauver l’Humanité de la destruction, est arrivée et a vaincu les forces restantes de la Black Legion en s’emparant du Cœur-de-Fiel. Aleya et les autres survivants ont alors été emmenés d’urgence sur Terra pour recevoir des soins médicaux prioritaires.[2]

Après sa guérison, Aleya rencontra sur Terra même Roboute Guilliman qui l’informa tristement que beaucoup voulaient que les Sœurs du Silence quittent le Monde-Trône. Ces détracteurs considéraient l’existence des Sœurs comme une gêne et voulaient qu’Aleya et son ordre soient envoyées sur le front pour s’en débarrasser. Guilliman refusa de le faire et déclara que les Sœurs du Silence étaient nécessaires dans une galaxie envahie par le Chaos. Après qu’Aleya ait déclaré vouloir servir, Guilliman accepta et lui fit deux demandes. Sa première était qu’elle soit honorée lors d’une grande cérémonie publique pour célébrer ses actions sur Terra et Vorlese, aux côtés d’autres participants dignes de ce nom. La seconde, qu’Aleya se rende à la Citadelle de Somnus sur Luna, qui avait servi de base aux Sœurs du Silence durant l’époque de la Grande Croisade et de l’Hérésie d'Horus. Guilliman avait ordonné qu’elle leur soit rendue et Aleya se devait d’aider la nouvelle Sœur-Commandeur de la Citadelle à reconstruire les forces de son Ordre sur place. Aleya hésita d’abord, car elle s’était lassée de la façon dont Terra traitait ses Sœurs et souhaitait retourner chez elle, sur Arraissa. Sentant cela, Guilliman remarqua qu’il ne savait pas pourquoi on avait laissé les Sœurs du Silence dépérir après l’Hérésie d’Horus. Il a déclaré, cependant, que les réponses à cette question pourraient se trouver quelque part dans la Citadelle de Somnus. Tout en sachant qu’elle était appâtée, Aleya avait longtemps cherché des réponses à ces questions et finalement, elle accepta. Elle et Valerian ont ensuite pris part à la cérémonie de Guilliman, bien qu’elle ait évité le Custodien, car elle n’était pas habituée à ce que des non-membres de son Ordre la traitent avec camaraderie plutôt qu’avec mépris. Lorsque ce fut son tour d’être honorée au cours de la cérémonie, Guilliman lui offrit la Lame de Somnus, une arme aussi ancienne que le Fils Vengeur en personne. Le Primarque essaya ensuite de lui dire qui avait autrefois manié cette arme, mais Aleya lui demanda de ne pas le faire, car elle pensait que ce serait trop pour elle de se montrer à la hauteur d’une ancienne légende.

À la fin de la cérémonie, elle reçut le titre de Chevalier-Centura et se rendit à la Citadelle de Somnus, pour y rencontrer son Commandant, Asurma. Une fois sur place, Asurma expliqua à Aleya qu’elle se devait de demander aux gardiens de la Citadelle, baptisé l’Ancienne Communauté, de l’aider dans sa recherche de réponses sur la chute de l’Ordre. Si quelqu’un pouvait l’aider, c’était bien eux, car ils descendaient des Sœurs restées à la Citadelle après la dissolution de l’Ordre. Cela a conduit Aleya à faire la connaissance de Telam, membre de l’Ancienne Communauté, et qui l’a aidée à consulter les archives que cette organisation native de Luna avait conservées. Bien que les archives n’aient pas été très utiles, Telam a ensuite conduit Aleya vers une colonie de Luna où quelqu’un pourrait l’aider à déchiffrer les symboles étranges qu’elle a trouvés inscrits dans la Citadelle. Cette personne s’est avérée être un membre des Scelle-nuit, descendants des cultes des Selenars qui régnaient autrefois sur Luna jusqu’à ce que l’Empereur s’en empare dix mille ans plus tôt. Bien que la Scelle-nuit ignorait les connaissances nécessaires pour déchiffrer les symboles, elle raconta à Aleya le folklore de son organisation, leur chute lorsqu’ils furent soumis par l’Empereur, puis la déchéance qui en a suivi suite à la mauvaise gouvernance qui a chassé les Sœurs du Silence et les descendantes des Selenars.

Quelques temps plus tard, Tanau Aleya apprit par Telam qu’un atterrisseur approchait de la Citadelle de Somnus et qu’il ne contenait pas des recrues pour l’Ordre comme cela était normalement prévue. Aleya décida de faire confiance à Telam et ensemble, ils firent refermer à temps les portes du hangar avant que l’atterrisseur n’explose avec une force telle que seul des explosifs placés pour détruire la Citadelle de Somus pouvaient expliquer une telle dévastation. Grâce à Aleya, les dommages causés à la Citadelle ont été considérablement réduits, mais malheureusement, Telam fit partie des victimes de l’explosion. Emplie de rage, Aleya s’est ensuite rendue seule à la station relais d’où était parti l’atterrisseur et a pu rapidement trouver le saboteur, apparemment un membre de l’Ancienne Communauté, mais qui préféra se suicider plutôt que d’être capturée par la Chevalier-Centura. Lorsque son corps fut ramené à la Citadelle pour être examiné, Aleya eut la conviction que ce saboteur n’était pas vraiment un membre de l’Ancienne Communauté et se mit en quête de retrouver le vaisseau de ravitaillement qui avait amené le saboteur à la station relais. Ses recherches permirent à la Sœur du Silence de découvrir qu’il se trouvait à Port Luna. Mais à son arrivée, le vaisseau avait été entièrement détruit et une foule s’était rassemblée pour le regarder brûler. L’un des membres de la foule attira son attention, et elle le suivit, découvrant cet individu en plein échange avec un autre homme dans une pièce. Avant qu’elle ne puisse les neutraliser et les interroger, l’homme qu’elle suivait fut abattu par l’autre. Aleya désarma ce dernier avant qu’il ne se fasse à son tour abattre par sa première victime qui trépassa de ses blessures. Frustrée, Aleya fouilla les corps et découvrit un appareil d’autocatéchisme rempli de versets de l’Ecclésiarchie. L’appareil contenait également des notes et des ordres, dont beaucoup faisaient référence à un certain Peder. La Sœur du Silence contacta Asurma pour recevoir des renforts afin de l’aider dans sa chasse et qu’elle avait la preuve que le saboteur n’était pas un membre de l’Ancienne Communauté. Aleya se rendit avec un groupe de ses Sœurs sur Terra pour découvrir le où les commanditaires de l’attentat, et recontacta Valerian dans le Palais Impérial pour lui demander son aide. Elle soupçonnait l’Église Impériale d’être à l’origine de l’attaque actuelle contre la Sororité Silencieuse, cette organisation haïssant ces dernières pour leur absence "d’âme". En analysant l’autocatéchisme, Valerian a pu déterminer que le Peder dans les notes faisait probablement référence à l’Ecclésiarque déchu et Haut Seigneur Baldo Slyst, qui avait été écarté du pouvoir par Guilliman. Avec cette nouvelle cible en tête, Aleya demanda à Valerian de se joindre à elle, mais le Capitaine-Bouclier refusa, car il devait de son côté pourchasser les chefs de cultes dissidents qui ravageaient Terra, bien qu’Aleya sentait qu’il voulait la rejoindre. Avant de partir, Valerian lui offrit un Misericordia à utiliser contre Slyst.

Aleya et son groupe de Sœurs, baptisé les Lames Revenantes, se mirent alors à la recherche de Slyst et découvrirent qu’il se trouvait dans la Cathédrale de l’Empereur Divinisé. Mais une fois sur place, il s’avéra que Slyst était un membre d’un groupe de Hauts Seigneurs actuels et déchus, qui cherchait à renverser le règne de Guilliman et à stopper ses réformes : l’Hexarchie. Avec l’aide du terrifiant Chapitre des Space Marines des Minotaurs, l’Hexarchie avait réussit à détruire les Cultes du Chaos qui ravageaient Terra et diffusèrent à la population de Terra la nouvelle, se présentant comme les garants de l’ordre. L’Hexarchie a ensuite exigé que les Hauts Seigneurs fidèles à Guilliman se retirent et leur cèdent le pouvoir. Mais cela ne changea rien aux yeux d’Aleya, et elle ordonna à ses Sœurs d’entrer dans la cathédrale et d’abattre Slyst, quitte à provoquer une complication dans les négociations entre les deux camps. Le Capitaine-Général des Custodiens, Trajann Valoris, a ordonné à Valerian, qui se trouvait à proximité, d’arrêter la Chevalier-Centura, ce dernier obéissant et menant un groupe de ses frères à la poursuite de la Sœur du Silence vengeresse. Grâce à la balise de détresse du Misericordia qu’il lui avait donné, Valerian a pu rattraper le groupe d’Aleya, au moment où ces membres commençaient à combattre une escouade de Minotaures qui les avait découverts. Valerian a immédiatement mené ses forces à leur secours et ensemble, éliminèrent les Minotaurs, non sans avoir subi des pertes. Aleya refusa de se retirer malgré les demandes de Valerian, et lui demanda à la place de se joindre à elle pour attaquer Slyst. Valerian accepta finalement de l’aider et les deux groupes ont avancé sur la position de l’ancien Haut Seigneur et alliés putschistes. Alors que leur cible était en vue, le Haut Seigneur Fadix, Grand Maître des Assassins et membre de l’Hexarchie, a révélé que sa loyauté à la cause des conspirateurs était une ruse depuis le début. Il donna un signal et chacun des membres de l’Hexarchie furent abattus par les assassins bien placés de Fadix. Il s’avéra que le Capitaine-Général Valoris avait utilisé l’attaque d’Aleya comme une excuse pour faire entrer Valerian dans la Cathédrale, afin de protéger Fadix. Les Sœurs et les Custodiens se sont alors précipités aux côtés de Fadix et l’ont défendu à la fois contre les régiments de l’Astra Militarum qui avaient été dupés pour aider l’Hexarchie, et contre le Chapitre des Minotaurs. Dans la confusion qui a suivi la destruction de l’Hexarchie, les deux groupes ont finalement retenu l’Astra Militarum et les Minotaurs suffisamment longtemps afin que les ordres de repli émanant des Hauts Seigneurs loyalistes atteignent les forces engagées, qui se sont retirés sur le champ.

Après cette bataille, Aleya exprima sa déception en constatant que Slyst avait été tué avant qu’elle ne puisse déterminer s’il était responsable de l’attaque de la Citadelle de Somnus et se venger sur sa personne si nécessaires. Cependant, elle n’était pas assez stupide pour croire que d’autres comme lui ne tenteraient pas de détruire les Sœurs du Silence. Aleya jura de protéger son Ordre et était déterminé que ce serait désormais sa raison de vivre. Elle avait l’intention de garder intactes les Lames Revenantes afin de protéger l’Ordre de toute menace et demandera également à la Sœur-Commandant Asurma de créer des cadres similaires. Avant de retourner sur Luna, cependant, elle a rendu visite à Valerian et au cours de leur rencontre, elle l’informa qu’elle avait l’intention de garder le Miscericordia que lui avait offert le Capitaine-Bouclier jusqu’à ce qu’elle ait tué quelqu’un de valable avec. Lorsque Valerian lui déclara que cela signifiait que leurs chemins allaient se croiser à nouveau, Aleya exprima son espoir que cela soit vrai avant de repartir sur Luna.[3]

La Fin du 41e Millénaire[modifier]

La Chasseuse de Sorciers[modifier]

L’histoire de Tanau d’Aleya débuta à la toute fin du 41e Millénaire, alors que la Treizième Croisade d’Abaddon le Fléau s’abattait sur le Monde-Forteresse de Cadia depuis l’Œil de la Terreur. Aleya était une Sœur du Silence profondément aigrie envers l’Imperium qui avait oublié son Ordre autrefois au service direct de l’Empereur de l’Humanité, au même titre que les Custodiens. Elle se demandais d’ailleurs qui avait inventé le terme "Sœur du Silence", une expression qu’elle jugeait stupide, à la place d’Anathema Psykana, pensant que cela venait d’un Haut Seigneur de Terra qui par définition à ses yeux, était le synonyme d’idiot.

Elle avait parfaitement consciente du l’état déplorable de l’Imperium, un empire déclinant dont l’ignorance érigée en doctrine conduisait l’Humanité droit vers sa perte. Néanmoins, elle se rendait compte que le Gène du Paria qu’elle possédait depuis sa naissance lui offrait une perception différent des choses. Elle se considérait à l’époque comme une Chasseuse de Sorciers bien avant que ce ne fût un rang rétabli. C’était ce qu’elle faisait : traquer les faibles d’âme dans les ombres, ce qui pour elle était presque instinctif. Elle faisait partie d’un ordre comptant neuf membres, sept ayant fait vœu de silence, et deux autres à l’essai. Sa petite organisation était basée sur le monde d’Arraissa, et ses membres tentaient de suivre les anciens rites de l’antique Sororité Silencieuse du mieux que possible. Au sein de son couvent, Aleya appréciait communiquer avec le langage des signes des Sœurs du Silence, l’Empreinte Mentale, y exprimant une clarté qu’elle avait toujours recherché. Elle adulait le leader de leur groupe, Sœur Atarine Hestia, celle qui l’avait trouvé, prise en main et transformé en guerrière digne de ce nom.

Ainsi, Aleya a œuvré avec ses camarades sur une centaine de mondes, parfois nantie d’une bénédiction officielle, parfois persécutée, mais toujours là, accomplissant son devoir dans l’ombre. Jusqu’à ce que les évènements de la fin du 41e Millénaire changent à jamais sa destinée.[4]

La Mission sur Hellion Quintus[modifier]

Tanau Aleya se rendit un jour au relais du monde d’Hellion Quintus, où elle avait des raisons de croire qu’une femme avait vendu son âme pour échapper brièvement à l’enfer de la vie. À bord d’un intercepteur de classe Cull à siège unique - car les équipages humains, et même les Serviteurs, avaient du mal à travailler avec les Sœurs du Silence à cause de leur aura dérangeante - elle pénétra dans la zone orbitale d’Hellion. Elle se rendit droit vers l’une des stations reculées, construite il y a très longtemps, à l’époque où les commerçants tentaient encore d’effectuer des bonds Warp sans Navigators agréés, puis se retrouvaient coincés dans l’espace, forcés de tout annuler en toute hâte. La station s’était développée autour de ce que les anciens capitaines appelaient un conduit provisoire, un puits sécurisé dans l’espace réel, niché à la base d’un amas de sorties capillaires, et était devenu un lieu réputé. Mais les caprices du Warp s’accentuèrent au fil du temps, au point qu’entrer dans cette dimension pour voyager était devenue très dangereux, portant un coup sévère aux stations d’Hellion, et menant à l’abandon de ces domaines, favorisant la dégénérescences des populations restées sur place.

C’est dans une station du vide à moitié désertée, grouillant de contrebandiers et d’esclavagistes qui opéraient loin des routes du Warp les plus fréquentées tandis que l’Empyrée crépitait sauvagement tout autour d’elle, qu’Aleya débarqua. Via leurs méthodes, leurs informateurs et leurs intuitions, les Sœurs du Silence de l’Ordre d’Aleya avaient repéré un développement au cours des quelques décennies précédentes : des cellules d’adeptes des shedim - les Démons - s’étaient multipliées, au point que leur élimination n’allait pas assez vite. Hestia en personne avait immolé une société secrète appelée le Petit Cercle, enfouie sous les chantiers navals en orbite autour d’Eyrinan V. Avant de les massacrer, des renseignements avaient été récoltés et qui avaient mené à d’autres foyers d’hérésie, dont Hellion Quintus.

Avec son ancienne armure et son Lance-Flammes calciné en main, elle guida son aéronef sous une poutre qui soutenait l’un des grands rayons de la station et mit pied à terre, activant son Auspex cartographique de son heaume pour trouver la route la plus directe traversant les strates inférieures en évitant les zones peuplées de la station. En chemin, elle croisa quelques Serviteurs et quelques déchets d’humains traînant dans ces puits d’obscurité qui dès qu’ils posaient les yeux sur elle, affichaient un air encore plus nauséeux avant de se carapater comme des insectes. Apercevant des taches grises dans le noir, ainsi que leurs yeux laiteux, et leurs mains émaciées qui serraient des manteaux élimés, Aleya ressentit un dégoût pour la race humaine, sa misanthropie se faisant que s’accentuer au fil du temps. Elle atteignit sa destination, une porte verrouillée anonyme au milieu de toute une rangée de portes, qu’elle fracassa d’un coup de pied. Elle y détecta les mouvements de six corps et fut la cible de tirs de laser précis. Aleya riposta de son Lance-Flammes et les élimina facilement, leurs corps carbonisés étant une source de fierté à ses yeux. Au milieu du massacre des cultistes du Petit Cercle, elle repéra sa cible, une femme corpulente, enveloppée d’une couche de gras probablement synthétique et conçue pour résister aux voyages dans le vide, qui reculai face à elle. Cette femme informa Aleya qu’elle savait qu’elle allait arriver et que tout allait bientôt prendre fin. Pour toute réponse, la Chasseuse de Sorciers la noya dans les flammes…

Balayant la pièce du regard, Aleya repéra sur l’un des murs une grande carte en peau humaine, partiellement brûlée par son Lance-Flammes. Elle était couverte de symboles représentant les systèmes planétaires, reliés par un écheveau de routes Warp imprimées dans une sorte d’encre brun foncé. C’était une représentation cohérente de l’espace Warp, comme aurait pu en utiliser un Navigator ou un Général Impérial, un almanach de systèmes, organisés selon un ordre ésotérique imposé par des courants Warp. Elle regagna le cadavre de la grosse femme qui tenait ce qui ressemblait à un miroir à main, serti d’un épais cadre en bronze qui évoquait une sorte de bouche grand ouverte. En le ramassant, Aleya sentit une étincelle d’énergie lui traverser le poing, puis le verre se clarifia soudain, la Sœur du Silence se retrouvant en train de contempler les yeux morts de quelque chose de bien plus troublant que la femme brûlée à ses pieds : son cœur s’arrêta en croisant le regard d’un guerrier maudit de la Black Legion. Elle comprit que ce n’était pas une transmission en direct, mais les derniers babillements de la conversation arcane qui s’était tenue avant son arrivée. Elle écouta un charabia déformé par la distance ou brouillé par de la sorcellerie ou peut-être prononcé dans une sorte de code de bataille guttural, tout en ramassant des boîtiers du Petit Cercle dans la pièce et la carte en cuir. Elle posa des charges sur le pourtour de la pièce, et régla le compte à rebours afin de ne laisser aucune trace de sa présence. Alors qu’elle allait sortir de la pièce, Tanau Aleya entendit un mot que le Légionnaire du Chaos lâcha : Arraissa.

Paniquée, elle se mit à courir pour rentrer d’urgence vers son foyer menacé.[5]

La Chute d'Arraissa[modifier]

Tanau Aleya regagna son transport, le Cadamara, à bord de son interceptor et ordonna au capitaine de retourner sur Arraissa en toute hâte. Le voyage se passa mal, ponctué de plusieurs plongeons dans l’espace, ce qui fit fulminer la Chasseuse de Sorciers.

Arrivant enfin en vue du système d’Arraissa, toutes ses craintes furent rapidement confirmées, car les balises avaient disparu, réduites à une ceinture de métal qui tournoyait. Aux abords du Point de Mandeville, se trouvaient les carcasses de deux postes de surveillance de la Marine Impériale. Elle retourna dans les hangars de son navire pour rejoindre son interceptor et partit seule, laissant le Cadamara balayer le système à la recherche d’ennemis encore présents. Elle plongea sous les nuages et aperçue six des grandes Ruches de ce monde en feu. Elle fonça vers son objectif sans prendre la peine de dissimuler son approche, droit vers son couvent qui était abrité dans ce qui semblait être une basilique lambda de l’Ecclésiarchie, la Sororité pouvant facilement passer pour un ordre mineur de l’Adepta Sororitas. Elle atterrit dans les ruines de son ancienne demeure, sous le grondement de la destruction en cours et les cris de milliers de victimes. Enjambant les cadavres, Lance-Flammes au poing, elle suivit de violence se faisaient plus nombreuses durant sa progression, fonçant vers le nexus de commandement, enfoui sous la façade du Ministorum. Puis elle se retrouva nez à nez avec un Space Marine du Chaos de la Black Legion, qui était resté au milieu du carnage pour attendre d’éventuels survivants, le corps d’une de ses Sœurs entre l’un de ses poings…

Aleya le chargea en hurlant et fit rugir son Lance-Flammes, percutant le monstre en armure dans une violence inouïe. Un duel s’engagea, le Space Marine du Chaos maniant une Épée Tronçonneuse qu’Aleya évita, profitant du fait que son ennemi était déjà gravement blessé, une profonde entaille lui ouvrant le flanc, ce qui expliquait peut-être son abandon en ces lieux. Aleya plongea, esquivant la lame renégate et s’empara de sa dague rondel qu’elle planta dans la mâchoire de la créature. Le Marine du Chaos l’agrippa, l’enserrant avec la force dans un étau de manufactorum. Alors qu’elle étouffait, elle bougea la lame dans la chair de son adversaire, et sentit quelque chose exploser, une cascade de pus à l’odeur pestilentielle giclant sur elle. Alors qu’elle perdait conscience, son armure ce déformant sous la pression de son adversaire, la forçant à rassembler le reste de ses forces et poussa vers le haut d’un geste sec. Sa lame plongea jusque dans le crâne du Marine qui s’effondra enfin telle une poupée désarticulée. Elle arracha le casque du Space Marine et tout en contemplant sa peau blafarde comme du cartilage et ses yeux injectés de sang et enflés, elle lui cracha dessus, en geste de mépris en mémoire de ses Sœurs assassinées.

N’ayant à son grand regret nul le temps du deuil, ni celui d’immoler les corps de ses camarades selon les rites adéquats, sachant que des renforts arriveraient pour fouiller l’épicentre et trouver la raison de cette attaque, Aleya fouilla le nexus de commandement et pénétra dans le réseau de salles, constatant que tous les membres servant son ordre avaient été massacré et que les arsenaux avaient été pillés, tout cela frustrant Aleya qui se remémora l’heure de gloire de la Sororité Silencieuse quand ses membres disposaient de vastes ressources et des effectifs adéquats. Aleya ne trouva aucune trace d’Hestia et une partie des autres Sœurs avait également disparu. Quand elle atteignit la station de communication, elle y trouva un émetteur à portée locale, qui fonctionnait à peine. Elle l’alimenta en se servant d’une cellule à moitié vide et transmis un signal crypté avisant les voyageurs de se tenir à l’écart. Au-dessus d’elle, elle entendit un fracas et le bruit lointain d’une équipe de recherches qui se frayait un chemin dans la basilique, la forçant à disparaître au plus vite. Mais avant, elle se rendit dans le foyer de l’Astropathe qui servait son couvent depuis vingt ans, un dénommé Lokk, espérant y trouver des indices. Tout ce qu’elle vit fut une phrase, peinte en travers d’une porte dans ce qui ressemblait à du sang, écrite dans la langue privée qu’employaient les Sœurs pour les affaires les plus secrètes, et qu’un œil profane aurait considérée comme de simples dessins. Aleya y lut ses mots : Il rappelle Ses filles auprès de Lui.[6]

Vers Terra[modifier]

Troublée, Aleya regagna le Cadamara, et apprit de son Capitaine, Erefan, des ravages considérables qu’avaient subis Arraissa. Le Cadamara quitta le système, laissant l’Astra Militraum débarquer bien trop tard sur le monde ravagé. Regagnant ses quartiers, Aleya étudia les objets récupérés sur Hellion, puis fut interrompu par le Navigator du vaisseau, Slovo, relativement compétent et accro à des narcotiques, mais épuisé de par sa simple présence auprès d’une Sœur du Silence qui était une inhibitrice de ses facultés psychiques. Tanau Aleya trouvait elle aussi sa présence désagréable, mais cela était surtout dû à son hygiène. La Sœur du Silence lui montra la grande carte en peau humaine, Slovo y identifiant des représentations des canaux majeurs dans le Warp, le genre de chose qui permet de faire traverser une flotte et permettre de coordonner des frappes à travers une distance phénoménale. En y regardant de plus prêt, et malgré son ignorance de la langue employée sur la carte, Aleya vit un centre de diagramme, avec des cercles et des pentagrammes qui se chevauchaient, attirant son regard vers un unique monde : Terra.

Retournant sur la passerelle du Cadamara, Aleya se remémora la phrase qu’elle avait lu dans les quartiers de l’Astropathe Lokk. Face au Capitaine Erefan, elle ordonna d’entrer dans le Warp afin de rallier le Monde-Trône, se disant que si l’Empereur l’avait, elle et ses Sœurs dispersées, rappeler à Lui, elle se devait d’y répondre.[7]

Un Périlleux Voyage[modifier]

Un Terrible Deuil[8]

Durant le voyage vers Terra, Aleya fut nauséeuse, car elle s’était refusée de pleurer, préférant canaliser son énergie dans une activité. Mais au fil de son séjour dans l’éther, ses pensées s’étaient de plus en plus tournées vers les pertes qu’elle avait subi. Elle avait adoré ses Sœurs, Erynn, Catale et Ruja, un amour intense, presque désespéré, né du fait qu’elles partageaient un lien unique. Ensembles, elles s’étaient souvenus du jour où elles avaient été traînées au couvent, sales et affamées, davantage habituées aux coups qu’à des explications, avant de se rendre compte que cet endroit était sûr, qu’il avait été conçu pour elles et qu’elles n’étaient pas seules dans l’univers. Malgré un entraînement intensif, parfois brutal, imposé par leur leader, Sœur Hestia, Aleya avait trouvé sa place et un but dans la vie. Avant de faire vœu de silence, elle se rappela avoir ri avec ses camarades, partageant quelques blagues sur leurs instructrices acariâtres. Même après avoir renoncé à parler, elles partageaient encore ces liens, l’Empreinte Mentale, sous sa forme la plus complète, étant un langage expressif, à certains égards davantage que la parole normale, et les amitiés qu’Aleya avait noué étaient d’autant plus intenses au vu de l’adversité dans laquelle elles avaient été forgées. À présent, elle ne se rappelait plus que des visages maculés de sang de ses amies, un souvenir qui constituait une blessure, béante, à vif, qui la ramenait aux jours où elle n’était qu’une enfant traquée, incapable de comprendre pourquoi le monde entier semblait déterminé à lui faire du mal.

Le voyage dans le Warp pour rallier Terra fut pour Aleya une expérience très désagréable, se rendant compte de la folie qu’était devenu en cette époque sombre un voyage dans cette dimension cauchemardesque. Elle se demanda ce qui se passerait si elle levait les volets anti-Warp et qu’elle regardait, comme le font les Navigators, l’Immaterium, sachant qu’elle n’avait pas d’âme comme les humains normaux. Cette pensée prit fin quand elle apprit la perte de l’un des systèmes de transmission secondaires de son vaisseau, ce qui avait provoqué une décélération à travers le bourbier galactique et amplifiait chaque fracas que l’abîme imposait. Le Cadamara empruntait la route du pèlerin mais malgré cela, les conditions étaient telles que mêmes arriver à destination n’était pas garantie, ce qui inquiétait Aleya, sans compter qu’elle comprenait que l’époque qu’elle vivait était un tournant pour l’histoire de l’Humanité.

Soudainement, quelques chose sembla frapper le vaisseau au fin fond du Warp, suivit d’un deuxième qui fit tournoyer le vaisseau sur lui-même, comme sous l’effet d’un violent coup de poing. Aleya se rendit au pas de course au sanctum de Slovo, tout en haut de la quille, entendant ses cris. En chemin, elle vit des brèches dans la structure du navire, nimbées de foudre crépitante qui s’enroulait et dansait à travers le vide. Elle vit Slovo sortir de son sanctum, hurlant de quitter le Warp immédiatement, ce qu’Aleya ordonna au Capitaine Erefan de faire immédiatement. Slovo annonça que les Démons arrivaient car le Champ de Geller chargé d’empêcher une telle invasion allait céder. Alors que la Sœur du Silence traînait le Navigator sonné, la sortie du Cadamara dans l’espace réel s’effectua. Mais les murs semblaient couler comme du liquide visqueux, suintant de la sous-structure du vaisseau et s’accumulant en un bourbier de métal fondu. Puis des panneaux intérieurs s’effondrèrent, des lignes de puissance explosèrent, le transpacier soudain grêlé d’impacts. Aleya se retrouva devant un Serviteur encore debout qui lui adressa un sourire si large qu’il lui arrachait les côtés de la bouche. À chaque fois que la lumière clignotante du vaisseau s’allumait, il s’agrandissait et s’assombrissait, puis il porta la main à sa bouche, attrapa sa langue et se mit à tirer. Voyant quelque chose de long, de noir et de luisant sortir de sa bouche, Aleya le carbonisa avec son Lance-Flammes, apercevant quelque chose de sombre et de gluant se ramasser parmi les flammes. Le Démon ressemblant à une masse de membres préhensiles et de pointes affûtées se jeta sur Aleya qui le découpa en morceaux avec sa lame affûtée, l’abomination tentaculeuse exprimant son désir de la tuer avant qu’Aleya ne lui arrache les membres. Elle fut rejointe par les envoyés d’Erefan qui eurent des hauts le cœur et se mirent à vomir devant le cadavre démoniaque du Serviteur, Aleya comprenant alors qu’ils ne voyaient pas la même chose qu’elle, l’aspect psychique du monstre embrouillant les sens des mortels possédant une âme. Elle ne vit que des humains bien faibles, se redemandant comment ces êtres fragiles pouvaient survivre assez longtemps pour se reproduire…

Elle ordonna à Slovo d’aller se laver puis le rejoignit dans l’une des salles d’interrogatoire doublées de plomb du vaisseau, le Capitaine Erefan à ses côtés. Slovo expliqua alors quelque chose de terrifiant : le Warp s’étendait, la galaxie tout entière s’écroulant en son centre, les frontières qui tombaient dans le vide infini et l’Astronomican en partie voilé ! En réalité, sans le savoir, la Grande Faille coupait la galaxie en deux suite à la chute du monde de Cadia qui abritait des Pylônes des antiques Xenos Nécrons qui empêchaient, par la composition de leur matière, le Warp de s’étendre via l’Œil de la Terreur. La Chute de Cadia devant Abaddon le Fléau avait coupé la galaxie en deux et marqué le début d’un nouvel âge cauchemardesque.

Tanau Aleya voulait repartir au plus vite, mais le Navigator, paniqué, lui affirma que les Démons voulaient la tuer en particulier. Nullement impressionnée, la Sœur du Silence ordonna que les centaines d’hommes d’équipage barricadent les sections les plus vulnérables comme la bulle du Navigator, la passerelle du commandement et les salles d’enginarium exposées. Elle avait bien l’attention de se frayer un chemin jusqu’à Terra, quitte à affronter l’enfer les yeux dans les yeux.

Le Cadamara réparé, le retour dans le Warp fut effectué. Et l’enfer s’abattit.

Les Démons entrèrent. Aleya et son équipage les affrontèrent au corps à corps mais peu à peu, les pertes s’accumulèrent malgré le bon niveau d’entraînement des hommes qui combattaient aux côtés de la Sœur du Silence. Le Capitaine Erefan maintenait le vaisseau dans le Warp aussi longtemps qu’il le pouvait, parfois plusieurs jours, parfois quelques heures à peine, mais dès que Slovo détectait une fissure dans le Champ de Geller, l’ordre était donné de replonger dans l’espace réel. Ils évitaient parfois une véritable brèche, et regagnaient le monde des sens sans une égratignure mais parfois, les dommages du système principal étaient tels qu’ils devaient se démener pour éviter toute surcharge des accélérateurs à plasma. Plus grave, ils leur arrivaient d’émerger dans le vide physique en emportant des Démons avec eux. L’un d’eux fut une horreur à la peau lisse qui ressemblait à un enfant bossu dépourvu d’yeux avec une tête voûtée trois fois plus grosse que son corps filiforme, donnant du fil à retordre à Aleya - qui le baptisa "grignoteur" - la mordant violemment à la cuisse. La Sœur du Silence parvint à s’en débarrasser avec son Lance-Flammes après un duel désespéré.

Les choses s’aggravèrent lorsqu’Aleya reçut la visite de six soldats, accompagnés de l’un des serviteurs de Slovo, le Navigator Rehata, qui informa que l’Astronomican avait totalement disparu, empêchant de continuer leur route.

Une réunion d’urgence fut organisée entre Aleya, Slovo, Erefan et ses lieutenants. Slovo pouvait diriger le vaisseau, mais il était aveugle dans le Warp sans l’Astronomican. Il n’y avait aucun point de repère alors que la galaxie s’effondrait sur elle-même. Des sauts sporadiques furent envisagés ou un trajet continu dans l’espace réel qui prendrait des semaines, mais avec peu d’hommes pour tout surveiller. Un lieutenant du Capitaine proposa d’isoler la soute et le fond de cale grâce au Champ de Geller, ce qui ferait moins d’espace à patrouiller. Aleya approuva cette idée qui fut appliquée. Puis elle reparla de la carte d’Hellion Quintu à Slovo, obligeant ce dernier à l’étudier à grand coup de pied aux fesses afin d’exploiter les canaux Warp qui y étaient inscrits et les mener sur Terra.

Une fois chose faite, Aleya regagna la passerelle de commandement alors que le peu qui restait de sa force de défense avait été déployé en travers des ponts et attendait dans l’angoisse. Puis le Cadamara retourna au cœur du Warp et c’est avec soulagement que Slovo annonça qu’il avait trouvé un chemin. Pendant des heures, le voyage dura sans accrocs quand soudainement, un signal s’activa, annonçant la présence d’un vaisseau plus gros qui les suivait, chose quasi impossible dans le Warp. Puis le Champ de Geller s’est affaibli et Aleya fut informé par Slovo d’une nouvelle incursion démoniaque, l’ensemble de la structure du Cadamara tremblante sous le choc. Aleya ordonna un retour d’urgence dans l’espace réel, de lever les bouclier, d’allouer la puissance des accélérateurs à plasma aux banques d’artillerie et de commencer la séquence de tir afin accueillir le mystérieux vaisseau si il se révélait menaçant. Revenu violemment dans l’espace réel, le Cadamara fit face à l’apparition du vaisseau mystérieux, Aleya apercevant depuis le pont de commandement sa coque noire comme du charbon, nimbée de flammes du Warp, énorme et bien trop puissant à la vaincre. Les tirs du Cadamara ratèrent, à l’inverse du navire noir qui les toucha au point de détruire leurs boucliers.

Tanau Aleya et les Custodiens[9]

Lorsqu’elle a été découverte par le Custodien Navradaran dans le Vaisseau Noir l’Abondance Éternelle, Aleya découvrit pour le première fois cet ordre légendaire avec qui l’antique Sororité Silencieuse partageait le privilège de servir l’Empereur directement. Mais cette rencontre ne fit en réalité exacerber sa méfiance qui n’était que l’expression de sa fureur qui explosa quand elle vit les merveilles de technologie - ainsi que l’ordre et la grandeur - dans l’Abondance Éternelle, merveilles qui auraient pu appartenir à son Ordre si l’Imperium n’avait pas perdu foi dans les Sœurs du Silence d’une manière aussi inexplicable. La comparaison entre son équipement déplorable et celui fantastique du Custodien ne fit que développer son aigreur, ayant l’impression d’être injustement oubliée et utilisée par l’Adeptus Custodes selon leur bon vouloir.

Néanmoins, durant son voyage vers le Monde-Trône, en observant Navradaran et d’autres Custodiens s’exercer sans relâche dans les cages d’entraînement, elle fut impressionnée par leurs capacités martiales, les étudiant un long moment tout en s’efforçant de ne pas les envier, ce en quoi elle échouait souvent. Elle en venait à détester leur détermination silencieuse et implacable, le fait qu’ils ne se plaignaient jamais, ne se mettaient jamais en colère parlaient même avec éloquence, et la traitaient avec une grande politesse et considération. N’ayant aucun un prétexte pour les mépriser, Aleya décida de les imiter, s’entraînant jusqu’à l’épuisement tout en absorbant tout ce qu’elle pouvait de mon entourage, que cela soit des Custodiens, de ses Sœurs du Silence et même du commandement de la garnison du Vaisseau Noir, s’imprégnant de tout ce que son isolement lui avait empêché d’apprendre au cours de toutes ces années.

Tanau Aleya pensa que sa fin était venue, mais lorsque une téléportation s’effectua sur le pont de commandement, elle vit six silhouettes apparaître : quatre Sœurs du Silence et deux Gardes Custodiens. Leur chef s’avança droit sur elle et se présentant comme étant Navradaran de l’Ephoroi de l’Adeptus Custodes, employant l’Empreinte Mentale de manière impeccable. Il lui demanda si elle était la seule survivante du couvent d’Arraissa, ce qu’Aleya lui confirma. Puis Navradaran l’informa qu’il avait pour mission de la ramener sur Terra, sur ordre du Capitaine-Général de l’Adeptus Custodes, Trajann Valoris, qui secrètement avait commencé à rassembler les Sœurs du Silence en préparation de l’âge des ténèbres qui arrivait.

Aleya apprit que le navire de Navradaran était un Vaisseau Noir baptisé l’Abondance Éternelle. Ce dernier fonça à travers le vide, suivit du Cadamara flanqué d’une miniflotte de bâtiments similaires et d’une kyrielle d’engins aux coques largement délabrés qui peinaient à rester dans le sillage du vaisseau de tête. La Sœur du Silence découvrit qu’elle et son équipage n’étaient plus qu’à un bond du Système Sol, Slovo ayant réussit avec brio à la guider jusqu’au Monde-Trône. Quand à Navradaran, une fois la Grande Faille formée, il avait mit le cap vers Terra en s’arrêtant sur des mondes où se cachaient des couvent de Sœurs du Silence, apprenant l’existence d’Arraissa au passage et ordonnant par la suite à ses Astropathes de projeter leurs esprits dans l’éther à la recherche des derniers vestiges à récupérer avant qu’ils ne soient balayés. Tanau Aleya rencontra alors d’autres Sœurs du Silences issues de couvents différents, de la Ligue des Vaisseaux Noirs ou de troupes de guerre de l’Inquisition. Elles étaient quarante-cinq au total, issues de douze unités différentes, chacune avec sa propre armure, ses propres insignes et son propre passé macabre. Prudente, Aleya cacha à ses sauveurs la carte Warp en sa possession, voulant la partager qu’avec quelqu’un en qui elle aurait confiance. Elle reçut une nouvelle armure dorée et une splendide cape pourpre, ainsi qu’un heaume d’Auramite pure. Puis elle s’empara d’une lame presque aussi grande qu’elle, ce genre d’extravagance l’attirant.

Quand leur destination fut en vue, Aleya s’attendait à ne trouver qu’un champ de ruine après avoir appris l’ampleur de la crise et les divisions au sein des dirigeants impériaux. Elle attendait dans un Module d’Atterrissage en compagnie de quatre de ses Sœurs, sympathisant avec une d’elle, Reva, qui venait d’un couvent semblable au sien sur l’Agri-Monde d’Ertecia, et qui partageait une grande partie de sa fureur face à la manière dont on les avait traitées. Arrivé en orbite de Terra, le module d’Aleya fut largué tandis que des informations lui était envoyé à elle et ses Sœurs : le Palais Impérial était attaqué par des Démons de Khorne, avec une concentration de troupes au croisement principal de la Porte du Lion !

Sortant la première du module, Tanau Aleya posa les yeux sur Terra pour la première fois, la planète qui avait inspiré tous ses actes depuis si longtemps, et devant le spectacle déplorable de ce monde sale et répugnant, elle hésita entre pleurer ou vomir. Mais la folie et l’enfer autour d’elle la força à plonger au cœur de la mêlée afin d’aller tuer les Démons qui menaçait son maître éternel.[10]

Le Sac de la Porte du Lion[modifier]

Aleya plongea dans l’enfer de la bataille, faisant face aux Démons de Khorne, arrivés sur Terra via une incantation de cultistes ayant profité de la formation de la Grande Faille, pour s’abattre sur les murailles du Palais Impérial. Face aux Démons, Aleya, à cause du Gène du Paria en elle, ne vit jamais les rideaux rugissants de feu Warp, pas plus que les regards narquois dans le noir, ou la terre luisante comme du magma. Navradaran l’avait fait atterrir prêt des murailles afin qu’elle et ses camarades rejoignent au plus vite les Custodiens, comprenant enfin que son rôle était de combattre à leurs côtés afin de dissiper les auras de destruction créées par les Démons et aider les gardes de l’Empereur à les abattre.

Trop éloignée de la muraille malgré les lignes de défenseurs qui avançaient, Aleya se tourna vers le centre du champ de bataille, là où un puits d’horreur trônait, dominé par huit Buveurs de Sang colossaux. Là, elle aperçu un éclair argenté, suivi d’un autre, plus bref et doré, à travers une forêt de Démons qui tentaient de les submerger mais se faisaient éradiquer. Elle fit signe à ses Sœurs et chargea dans cette direction en faisant tournoyer sa grande épée en de grands arcs meurtriers.

Le combat fut terrible, surtout pour une Sœur du Silence entraînée à se déplacer dans les ombres en armure légère. Aleya et ses camarades formèrent un groupe compact, luttant dos à dos pour s’enfoncer aussi rapidement que possible à travers le terrain découvert. Elle sentit une substance gluante éclabousser son front exposé et grésiller sur sa peau alors qu’un couperet s’abattit sur son mollet, mordant profondément son amure et frôlant sa chair, tandis que sa cape était en lambeaux et son plastron enfoncé par un coup qui faillit lui faire perdre l’équilibre. Aleya entendit le cri de désespoir de Sœur Jeranda, qui fermait la marche, et la vit se faire entraîner parmi les Démons qui commencèrent à festoyer… Aleya ne put que redoubler d’effort et parvint à enfin atteindre un groupe de guerriers composé de Chevaliers Gris, les Chasseurs de Démons, et un Custodien, qui se nommait Valerian, un Capitaine-Protecteur de son ordre. La présence des Sœurs du Silence galvanisèrent les guerriers transhumains, du fait que l’aura anti-Warp de la Sororité Silencieuse entravaient les capacités des Démons à se battre. Le groupe mené par Valerian se dirigea droit vers les hauteurs d’une ancienne plateforme d’atterrissage afin de bénéficier d’une position en hauteur pour repousser la marée inextinguible de l’ennemi, et les rendre visibles des forces du Capitaine-Général Valoris qui avançaient depuis le nord. Si ils tenaient la position assez longtemps, des téléportations ou des largages seraient envisagés, ouvrant ainsi un deuxième front afin de diviser l’ennemi. Mais c’est à ce moment-là qu’une ombre s’abattit sur Aleya et ses nouveaux compagnons : un Buveur de Sang.

Face à cette brute colossale, physiquement et psychiquement au point que mêmes les auras de suppression combinées des Sœurs du Silence ne parvenaient pas à l’affaiblir, Aleya et ses nouveaux compagnons se jetèrent sur lui avec l’énergie du désespoir. Tanau Aleya n’éprouvais que mépris pour les Chevaliers Gris, qui le lui rendaient bien, et elle trouvait toujours la piété infinie de Valerian agaçante au plus haut point. Mais elle les trouva aussi sublimes, leurs capacités guerrières étant pour elle époustouflants. Elle admira le bond de Valerian sur la poitrine du Buveur de Sang et comment il planta sa Lance-Gardienne dans le cœur du Démon Majeur avant de se replier. Le Buveur de Sang répliqua en levant sa hache pour abattre le Custodien, mais ce dernier brisa le manche de l’arme démoniaque, recevant en retour un coup direct en plein torse. Il faillit être achevé mais c’est à cet instant qu’Aleya le sauva en plantant son épée dans le mollet du Buveur de Sang, inclinant sa grande épée en un angle parfait. Avec sa force, le poids combiné de son armure et de l’épée elle-même au bond, les fibres musculaires furent proprement transpercées. Au moment où le membre se mit en mouvement, il arracha le manche de ses mains mais sa lame s’était fichée de travers dans la jambe qui supportait le poids du Démon Majeur, ce qui était une blessure assez handicapante pour le déséquilibrer et le faire rater son coup fatal contre le Capitaine-Protecteur. Le Buveur de Sang s’effondra, offrant à Valerian l’occasion de plonger la pointe de sa Lance-Gardienne à travers la gorge du Démon, soutenu par les Chevaliers Gris qui brisèrent son dos. Sombrant dans une sorte de folie sanguinaire, Aleya et tour les autres fondirent sur l’immense carcasse et le tailladâmes comme s’il s’agissait d’un vulgaire quartier de viande.

C’est suite à cette victoire que Valerian lui adressa pour la première fois la parole, la félicitant pour son combat. Aleya trouva sa voix assez agaçante avant de se jeter de nouveau dans la bataille, bien que le progression des Démons avait été entravée et que l’issue de la bataille était encore indécise.

Après des heures éprouvantes, la plateforme fut tenue, et Aleya aperçue de nouvelles troupes qui furent larguées, lui offrant l’occasion de regagner la plaine. Elle atteignit avec son groupe le périmètre de l’ancien spatioport, et finalement, les Démons furent bannis, et la victoire totale fut acquise. Par la suite, Tanau Aleya se jura de ne plus employer de Lance-Flammes, trouvant le combat au corps à corps plus exhalant.[11]

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « Mieux vaut mourir pour l’Empereur que vivre pour soi-même. »
  • Codex Adeptus Custodes, V9
  • WRAIGHT CHRIS, Gardiens du Trône, la Légion de l'Empereur, 2017, Black Library
  • WRAIGHT CHRIS, Gardiens du Trône, l'Ombre du Régent, 2020, Black Library
  • Warhammer Community - Valerian and Aleya on the Battlefield[1]
  1. Informations issues du Codex Adeptus Custodes, V9 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Gardiens du Trône, la Légion de l'Empereur de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Gardiens du Trône, l'Ombre du Régent de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2020 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Gardiens du Trône, la Légion de l'Empereur de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Gardiens du Trône, la Légion de l'Empereur de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Gardiens du Trône, la Légion de l'Empereur de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Gardiens du Trône, la Légion de l'Empereur de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Gardiens du Trône, la Légion de l'Empereur de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Gardiens du Trône, la Légion de l'Empereur de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de Gardiens du Trône, la Légion de l'Empereur de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de Gardiens du Trône, la Légion de l'Empereur de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.