Squig

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Squig Bomb')
Aller à :navigation, rechercher

Ork-title-banner.jpg
Ork banner left.jpg
Ork banner right.jpg




Decor1PeauxVertes.jpg
Decor1PeauxVertes.jpg
UnSquig.jpg
Deco-ork-12.png
Deco-ork-13.png
{{{titre}}}
Un Squig.

Les Squigs, comme ils sont affectueusement nommés, se retrouvent invariablement dans la faune qui évolue autour des Orks, presque toujours présents en grand nombre dans les mêmes régions que les Peaux-Vertes. Les Magos de l’Ordo Biologis les ont identifiés comme une forme de vie à base de champignons et remplissant de nombreuses fonctions utiles, allant du rôle de chien de garde et de créatures d’attaque à celui d’être écrasé dans des cuves et brassé dans du jus de Squig - un nectar Ork ! Ils font partie intégrante de leur écosystème : ils mangent les reliquats des Orks (sans parler de la flore, des autres animaux et même des autres Squigs), avant d’être à leur tour mangés par ces derniers.

Il existe de nombreuses formes de Squigs, ou pour leur donner leur nom complet, les bêtes Squigeuses, chacune se divisant en diverses sous-espèces, au point que les xenologistes impériaux ont renoncé à les cataloguer. De nombreux Squigs sont petits et se déplacent en liberté dans les colonies Orks. D’autres sont élevés spécialement pour des rôles spécifiques. Les Mékanos extraient un lubrifiant visqueux des trompes des Squigs-Burettes pour graisser des mécanismes, et se servent de Squigs-Éponges pour essuyer les coulures inflammables. Les Médikos, utilisent des Médi-Squigs pour suturer les blessures, voire greffer des membres entiers. Les Kasseurs de Tanks exploitent la tendance des Squigs à pourchasser les véhicules ennemis en leur attachant des explosifs sur le dos et ainsi en faire des Squig Bomb’. Citons aussi les Squigs-Snacks, les Squigs-Pique-grox, les Squigs-Sacs, et même les très rares Squignious. Toutes ces espèces ont une utilité. Les plus gros Squigs sont appelés Squiggoths, et sont chevauchés au combat par des Orks, qui fixent sur leur dos des nacelles hérissées d’armes. Mais ce que les Orks préfèrent faire des Squigs, c’est de les lancer sur leurs ennemis. Aucun Squig n’est mieux adapté à cens tâche que le Squig d’Attak’. D’autres variétés moins connues, mais tout aussi vicieuses comprennent le mâcheur bavant et l’énucléeur à yeux porcins.

La plupart des Squigs sont de petites créatures courtaudes et grasses, ne faisant pas plus d’un mètre de haut. Ils déambulent avec un mélange de sauts et de pas sur deux pattes musclées. Tous, sans exceptions, ont un appétit insatiable. Leurs estomacs peuvent contenir une quantité improbable de nourriture.

Les Sous-Espèces

L’une des théories xénologiques les plus excentrique concernant les Peaux-Vertes est celle qui veut qu’ils ne soient pas des animaux, mais une forme d’ascomycètes (champignons) à la reproduction asexuée s’effectuant par la distribution de spores. D’après Zapdakka - l’informateur orkoïde du Libre-Marchand Janus Draik, apparemment pas assez malin pour faire preuve de duplicité - les formes qu’adopte la xéno-espèce appelée Squig sont innombrables et, d’après les croquis que Draik c’est procuré, presque tous les spécimens sont semblables à une sorte de mycète animé et sauvage. Serait-il possible que les Orks soient le fruit d’une hybridation du règne animal et du règne fongique ? Peut-être qu’au cours de leur évolution, les orkoïdes sont devenus les hôtes de parasites cryptogamiques qui ont noué avec eux une sorte de symbiose, en leur octroyant force et pouvoirs régénérants tout en dévorant leur intellect ? Cela ne reste qu’une théorie, mais si observe attentivement, on peut comprendre l’intérêt pour ces sous-espèces singulières d’Orks. Voici un aperçu des espèces de Squigs que Zapdakka a décrites à Draik : [1]

Squig d'Attak (Orkus Ferocitas)

Le terme Squig d’Attak’ est un nom générique désignant plusieurs bêtes champignons de nature hostile. Tous sont employés par les Orks de la même façon que les humains emploient des chiens particulièrement vicieux, c’est à dire à la fois comme animal de compagnie et comme arme. Leur morphologie est simple : il s’agit pour l’essentiel d’une gueule béante garnie de dents, munie d’une paire de jambes toniques et d’une queue puissante, bien qu’ils ressemblent à n’importe quel autre Squig-Croûte lorsqu’ils sont au repos.

Les Squigs d’Attak’ utilisent leur queue pour s’ancrer sur le côté de la dépozeuz’. La queue est étroitement enroulée (comme un ressort) alors que la créature attend juste sous la surface de la brume, ou cachée dans les excroissances fongoïdes sur le côté de la fosse. Lorsqu’une ombre passe au-dessus de lui, le Squig sort de sa cachette pour mordre le derrière d’un Ork, arracher le bras d’un Gretchin ou avaler un malheureux Snotling d’un seul coup. Évidemment, ce type de Squig rend un voyage vers les dépozeuzes un peu dangereux.

Zapdakka parlait avec tendresse de son propre Squig d’Attak, se faisant une fierté du carnage qu’il répandait chaque fois qu’il était lâché. Lorsque Janus Draik lui a demandé ce qu’était devenu l’animal, il lui a répondu jovialement « J’lai mangé », ce qui a donné l’impression que toutes les espèces de Squigs sont considérées comme comestible à un moment ou à un autre. [2]

Les Squigs d’Attak’ le plus fameux et le plus dangereux sont sans doute les Mange-Face, qui doivent leur nom à sa façon dont ils tentent de mordre le visage de leurs ennemis. Ces petits monstres sont un signe de statut social pour l’Ork qui a su en dresser un. La plupart des Boss ont un Mange-face apprivoisé auquel sont jetés en pâture ceux qui sont tombés en disgrâce.

En raison de leur nature violente, les Squig Mange-Face offrent aux Orks un divertissement sans fin, et le fait de manger un de ces Squigs est l’un des passe-temps favoris des Orks. L’idée de ce concours populaire est d’essayer de gober le Squig d’Attak avant qu’il n’ait le temps de vous arracher le visage. Les Orks assez téméraires pour s’adonner à ce sport saisissent les Squigs par la queue et les tiennent juste au-dessus de leur visage. Puis c’est la course, bouche de Squig contre bouche d’Ork, pour voir qui sera mangé en premier. Les observateurs Gretchin et Ork hurlent de joie (à bonne distance) en voyant Squig et Ork se déchirer l’un l’autre avec férocité, en bavant et en claquant des dents.

Parfois, un Ork tombe à la renverse avec un Squig fermement enfoncé dans le visage. Dans d’autres cas, l’Ork parvient à enfoncer ses grandes canines dans le Squig et à l’avaler avant qu’il ne fasse plus de dégâts. Les concours de gobage de Squigs sont toujours accompagnés de nombreux paris, et beaucoup de dents changent de mains au cours d’une série de concours. [3]

Squig-Bombe.jpg
Deco-ork-12.png
Deco-ork-13.png
{{{titre}}}
Un Squig Bomb’.

Squig Bomb' (Orkus Tumultum)

Une preuve de la puissance des tribus Orks est la menace qu’elles font planer tout en étant incroyablement faible d’esprit. Les Orks utilisent (ou élèvent ?) une espèce de Squig pour transporter des objets incendiaires au combat, quand bien même les créatures ne sont pas capables de suivre un ordre. Les Squigs sont prompts à se lancer aux trousses de n’importe quoi, et leurs dresseurs Orks en sont arrivés à la conclusion qu’ils peuvent attacher une bombe au dos d’un Squig afin qu’il charge le premier véhicule en mouvement dans son champ de vision. Même un benêt verrait la faille dans ce plan : les Squigs-Bomb’ se lancent souvent aux trousses de la mauvaise cible, y compris des membres de leur propre tribu. Cette méthode de guerre absurde résume la nature déconcertante des Orks. Ils sont grossiers et idiots, et pourtant ils gagnent tant et plus, même contre des ennemis éminemment supérieurs intellectuellement. Il y a quelque chose dans la manière qu’ils ont de se délecter de la destruction et du carnage qui les rend presque invincibles. Si un Squig-Bomb’ détruit par hasard l’un de leurs propres véhicules, les Orks y trouveront matière à rire plutôt qu’à se démoraliser. Ils seraient presque comiques s’il n’était pas si effroyable de voir un Ork rire à gorge déployée tout en massacrant des civils innocents. [4]

Squigs-Burettes

Le corps du Squig-Burette exsude une sécrétion noire épaisse et huileuse de son corps de limace, et cette substance est utilisée par les Orks comme huile pour les machines. Pour les travaux de graissage ponctuels, un Mékano saisit le Squig-Burette et le serre fort, faisant jaillir l’excrétion huileuse directement là où la lubrification est nécessaire (sauf bien sûr, s’il le tient accidentellement dans le mauvais sens…). Comme de grandes quantités d’huile sont nécessaires lorsque les Orks sont en campagne, des barils d’huile sont préparés à l’avance et emportés avec eux. La manière la plus efficace d’extraire l’huile des Squigs est d’utiliser une grosse machine à presser. L’autre méthode consiste à mettre les Squigs dans un grand tonneau et à demander à des Gretchins de les faire éclater en sautant dessus. Avec cette méthode traditionnelle, beaucoup d’huile est gaspillée, car elle éclabousse les Gretchins et déborde du tonneau, mais la vue de ces pauvres Gretchins glissant dans la mixture noire fait bien rire les Orks. [5]

Squigs Chasse-Parasites

Les Squigs Chasse-Parasites sont de minuscules mangeurs voraces utilisés pour débarrasser le corps et les vêtements d’un Ork des différents nuisibles. Un Ork dépose simplement une poignée de ces Squigs dans ses vêtements et les laisse ramper. Les Squigs s’attaquent aux poux, aux tiques ou aux sangsues que l’Ork a pu accumuler au cours de ses nombreuses habitudes douteuses. Lorsque les Squigs Chasse-Parasites repus tombent de l’Ork, ce dernier les ramasse et les met dans sa bouche pour les mâcher (« Fo pa gâcher… », comme disent les Orks). [6]

Squigs-Cheveux

Le corps et la tête du Squig-Cheveux (qui sont essentiellement les mêmes sur tous les Squigs) sont petits, et consistent principalement en de minuscules griffes et une bouche pleine de dents acérées. La queue est une longue touffe de poils, souvent d’une couleur spectaculaire. Ces Squigs sont récoltés en grand nombre pour fournir aux Orks - naturellement glabres - leurs tignasses et leurs crêtes. L’Ork demande à ses serviteurs Gretchin de poser les Squigs sur son crâne chauve, où ils s’accrochent et s’enfoncent avec leurs dents et leurs griffes. Les Squigs peuvent y vivre indéfiniment, puisant leurs nutriments dans la peau de l’Ork. Chaque Squig fait une touffe de cheveux, et il faut en accrocher des centaines pour obtenir une chevelure recouvrant toute la tête. Comme les Squigs-Cheveux existent dans une grande variété de formes et de couleurs, et qu’ils peuvent être coiffés ou teints, les Orks peuvent choisir parmi une gamme de styles pour différencier les clans ou exprimer leur individualité. L’un des grands mystères de la civilisation humaine, selon les Orks, est de savoir pourquoi les humains ne parviennent à élever que des Squigs-Cheveux aussi médiocres et chétifs. Les Orks ont de la peine pour les Humains, qui semblent limités dans leur choix à quelques misérables Squigs jaunes, bruns ou noirs. Toutes les tentatives de troc de Squigs avec les Humains ont échoué, car les Humains semblent être trop stupides pour apprécier la qualité supérieure des Squigs-Cheveux des Orks. [7]

Squig-Croûte (Orkus Consumit)

Le nom Squig couvre toute une variété de créatures qui accompagnent les tribus Peaux-Vertes. Lorsque Draik demanda à Zapdakka comment ils transportaient cette ménagerie singulière jusqu’aux mondes qu’ils envahissent, il apparu troublé. Il raconta au Libre-Marchand que les Squigs vivent dans des fosses d’aisances, sous-entendant qu’ils émergent d’une manière ou d’une autre des déjections des Orks. Gardant cela à l’esprit, il est particulièrement grotesque d’imaginer que la première forme de Squig que Zapdakka lui décrit, soit le soi-disant "Squig-Croûte", était élevé uniquement pour sa chair. Zapdakka a évoqué avec enthousiasme les nombreuses façon de manger des Squigs-Croûtes, prétendant qu’il commençait à avoir faim simplement à en parler. [8]

En effet, si pratiquement tous les Squigs sont mangeables, certains ont meilleur goût que d’autres. Certains Squigs ont d’autres usages et ne sont généralement pas mangés, mais il y en a d’autres qui ne sont utiles que comme nourriture. Les Squigs-Croûte peuvent être mangés crus ou cuits, mais les Orks ont tendance à les préférer cuits. Les Gretchin sont très doués pour cuisiner les Squigs, et ont un certain nombre de méthodes : en kebab, mariné dans du vin de champignons, farci de champignons et d’herbes, rôti à la broche, en friture avec des chips de champignons, ou grillé sur un feu de camp. Les Orks mangeront des Squigs crus s’il n’y a pas de Gretchins pour les cuisiner, ou s’ils sont trop affamés pour attendre un vrai repas. Les Squigs Mange-Face les plus vicieux sont conservés pour des concours spéciaux de gobage de Squigs. [9]

Squigs Juteux

Les Squigs les plus nourrissants vivent tout au fond de la dépozeuz’, et sont non seulement rares, mais aussi difficiles à trouver et à remonter à la surface. Comme ces Squigs sont rarement capturés par les Gretchin, ils deviennent souvent assez gros et encore plus savoureux en vieillissant. Ce type de Squig est mieux cuisiné par des serviteurs Gretchin experts, et n’est généralement offert qu’aux Nobz gourmets qui savent apprécier les aspects les plus raffinés de la Kultur’ Ork. [10]

Chien-Squig (Orkus Canis)

Certains Squigs sont des espèces hybrides qui combinent le pseudo-mycète orkoïde avec l’anatomie d’animaux reconnaissables. Le Chien-Squig ressemble à un croisement entre un Squig d’Attak et un chien féroce, et sont assez vivaces pour être gardés comme animaux de compagnie ou mascottes. Zapdakka décrit la créature comme ayant quatre jambes et un poil dru, ainsi que la gueule béante typique de la plupart de ces créatures[11] . Selon Zapdakka, les Chiens-Squigs sont autorisé à courir derrière leur maître, qui les contrôle pour ainsi dire très peu. Cela ne manque pas d’amuser leur propriétaires, surtout lorsque le Squig s’en prend aux chevilles d’un autre Ork. Les Squigs de compagnie sont souvent gardés par des Nobz et des Brikolos excentriques. Ils sont choyés par leurs propriétaires, se voient offrir des friandises par des serviteurs Gretchins (d’une façon ou d’une autre) et font régulièrement de l’exercice en poursuivant des Snotlings. [12]

Squigs de Berger

Les Squigs de Berger ont été spécialement élevés et développés par les Fouettards dans le but de rassembler et de contrôler les troupeaux d’avortons. Ils sont apparentés aux nombreuses variétés de Squigs-Chiens, mais ont été sélectionnés pour leur vitesse, leur intelligence, leur férocité et leur endurance. Leur long museau sensible et leurs oreilles affûtées leur permettent de traquer les Snotlings et les Gretchin errants, où qu’ils se cachent. Les Squigs de Berger sont d’excellentes bêtes de traque, et peuvent suivre des pistes vieilles de plusieurs jours. Les Fouettards qui possèdent de bons Squigs de Berger sont souvent engagés par les Nobs locaux pour retrouver des objets d’équipement perdus ou disparus, même s’il est pratiquement certain que la piste mènera à la Bande de Deathskulls la plus proche.

Ses jambes puissantes et son corps bas permettent au Squig de se déplacer rapidement et sûrement sur les terrains les plus accidentés. Ce sont des travailleurs infatigables, qui tournent constamment en rond autour des avortons, talonnant ceux qui se laissent distancer et chassant ceux qui reviennent vers le troupeau.

Les Fouettards contrôlent leurs Squigs de Berger par une combinaison d’appels et de sifflets. Le dressage d’un Squig commence tôt dans sa vie, et le répertoire des ordres qu’il peut comprendre et auxquels il peut obéir augmente au fur et à mesure qu’il grandit. La relation entre un Squig de Berger et son maître est très étroite, et leur communication semble parfois presque empathique. Le système de commande utilisé par chaque Fouettard est unique, et il serait impossible pour un Fouettard de commander les Squigs de Berger entraînés par un autre Ork. [13]

Squigeon (Orkus Aerium)

Le Squigeon est une forme de Squig ailé de petite taille. Ils n’ont peu voire pas de capacités d’attaque et seraient inoffensifs si les Peaux-Vertes n’avaient pas eu l’idée d’en faire des messagers. Cela peut sembler absurdement archaïque mais, d’une manière curieuse, la simplicité des tactiques Peaux-Vertes leur confère souvent un avantage. Dans les rapports de Hydrus Ulterior, le Magos Calx décrit avec une frustration palpable comment les Orks ont utilisé des Squigs messagers ailés pour communiquer lorsque ses propres moyens (vox, etc.) avaient été mis hors service par la destruction du générateur à plasma. Il a bien essayé d’envoyer l’un de ses Archéoptères abattre les Squigeons, mais sa colère n’a fait que croître quand il s’est rendu compte qu’il gaspillait ses ressources en vain. [14]

Squigs-Gob

Les Squigs-Gob sont assez petits pour être mis dans la bouche d’un Ork et y rester pour le reste de la journée (ou les quelques jours suivants, si l’Ork l’oublie). Le Squig nettoie la bouche de l’Ork en fouillant autour des dents et en mangeant les morceaux juteux de nourriture qui sont coincés entre elles. Une autre variante de ce type de Squig est le Chewin’ Squig, qu’un Ork peut mettre dans sa bouche et le mâcher pendant qu’il s’assoit et réfléchit (ou s’assoit et apprécie de ne pas réfléchir). [15]

Squiggoth (Orkus Prodigium)

GrosSquig.jpg
Deco-ork-12.png
Deco-ork-13.png
{{{titre}}}
Un Squiggoth.

Aussi vrai qu’ils varient en matière d’anatomie, les Squigs varient grandement en taille, allant de la petite créature de la taille d’un "en-cas" jusqu’aux énormes Squiggoths. Certains Squiggoths sont à peine plus gros qu’un Squig d’Attak, mais Zapdakka a laissé entendre que certains atteignaient des tailles telles que les Orks sont capables de bâtir des howdah bardés d’armes sur leurs dos pour les monter au combat Si le moindre Peau-Verte de taille moyenne a le cuir épais, ces montagnes ambulantes ont une peau épaisse comme un blindage et sont capables d’enfoncer des redoutes et des emplacements d’armes aussi aisément qu’une haie. [16]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : le Squiggoth


Le xenologue réputé Magos Calx a été témoin de l’action de ces béhémoths lors de la chute de Hydrus Ulterior, et ses rapports décrivent le carnage perpétré sur l’une de ses installations de recherche. Calx avait à sa disposition une impressionnante force de Skitarii, mais ils n’ont pu arrêter le Squiggoth. Il aurait détruit la base dans son entier s’il n’avait pas par inadvertance démoli un générateur à plasma et fini piégé dans son courant. Cependant que le Squiggoth commençait à cuir, les Peaux-Vertes alentour se sont précipités pour aider en essayant de libérer le monstre. Eux aussi finirent piégés par le courant, mais cela n’empêcha pas d’autres Orks de tenter de le sauver à leur tour. À mesure que les Orks étaient piégés avec le Squiggoth, un immense feu de joie de chair Peau-Verte commença à se former. Calx ordonna à ses troupes de se retirer, et ils observèrent de loin les Orks et le Squiggoth fondre en une masse hideuse. Calx a inclut un croquis à Draik, qui a décidé de l’écarter pour des raisons de bon goût.


Squigniou

Ce type particulier de Squig est utilisé par les Orks comme instrument de musique. Plusieurs appendices tubulaires émanent du corps de ce Squig, qui ressemble à un sac. Le Squigniou peut être glissé sous un bras et gonflé en soufflant dans un tube. Ensuite, en serrant le Squig, des sons étranges et terrifiants peuvent être émis par les tuyaux des trompes de la créature. Cela transforme le Squig en un instrument de musique, un peu comme la cornemuse, mais mille fois plus cacophonique. Les Orks aiment partir au combat accompagnés par le bruit du Squig. [17]

Squig Krazeur

En tant que créatures violentes et brutales, les Nobz Alpagueurs aiment souvent modifier leurs montures Squig pour maximiser les dégâts qu’ils infligent en fonçant sur l’ennemi. C’est ainsi qu'est né le Squig Krazeur, un monstre dont le crâne épais en fait d’excellents candidats pour foncer tête baissée sur les troupes ennemies afin de broyer les armures et pulvériser les os, aidés en cela par les épaisses plaques de métal qui sont souvent grossièrement boulonnées sur leur tête. Pour compenser une vie de commotions cérébrales, la nature a doté les Squigs Krazeurs d’une absence totale de facultés mentales, aussi faut-il être un Ork d’un rare calibre pour le guider dans la bonne direction.[18]

Médi-Squigs

De nombreuses sortes de Squigs ont des usages médicinaux, et certaines variétés, comme les Squigs-Seringue, sont utilisées exclusivement dans ce but. Les Médi-Squigs ont des propriétés naturelles que les Médikos trouvent utiles dans leur travail de réparation des Orks endommagés par la guerre.

Les Squigs-Seringues ont un long rostre pointu avec lequel ils injectent du venin dans leur proie. Ce venin n’est pas mortel pour les Orks, mais il peut les assommer pendant trois jours d’affilée. Les Médikos utilisent des Squigs-Seringues pour administrer l’anesthésiant, en plantant simplement le proboscis dans la chair de l’Ork et en pressant le Squig pour libérer le venin. Le venin peut également être extrait et utilisé dans les grandes seringues en laiton préférées de certains Painboyz - particulièrement utile si une plus grande dose de venin est nécessaire. Les Squigs seringue existent en plusieurs tailles différentes, selon la puissance de la dose requise (il y a trois tailles principales : "petit", "grand" et "kifémal"). Les plus gros Squigs-Seringues - ceux qui sont munies d’aiguilles épaisses de 45 cm - sont particulièrement appréciées par les Médikos Flibuztiers, connus sous le nom de Doks Mabouls, qui sont connus pour utiliser les Squigs-Seringues les plus kifémal qu’ils peuvent trouver.

Le plus courant de ces Squigs est probablement le Squig-Cheveux, qui est utilisé pour coudre ou agrafer les patients. Le Médiko l’applique simplement sur la plaie ouverte, qu’il maintiendra ainsi fermée avec ses minuscules dents en forme d’aiguille. Le Painboy retire ensuite sa queue, laissant la tête enfoncée dans la chair, et répète le processus jusqu’à ce que la plaie soit "rivetée". Il est également possible d’utiliser un seul Squig et d’enfiler sa queue dans une aiguille pour recoudre la plaie. Le Squig-Cheveux se nourrit alors du sang qui suinte de la plaie, la gardant ainsi propre et exempte d’infection. Le Squig peut vivre comme ça pendant des années, si nécessaire. Lorsqu’il se ratatine et tombe, la blessure est généralement guérie depuis longtemps, laissant une rangée de petits trous de chaque côté de la cicatrice. Ces cicatrices sont prisées par les Orks car elles servent de marques de combat et d’ornements décoratifs.

Le Squig-Écouvillon est un type de Squig poilu, mais contrairement à ses cousins qui ont de longs poils, son corps rond est couvert d’une fourrure courte et duveteuse. Les Orks utilisent les Squigs-Écouvillon pour éponger les dégâts pendant les opérations, et ils sont aussi très utiles comme mouchoirs de secours.

D’autres Squigs sont tués, conservés et utilisés pour fabriquer des médicaments. Les Médikos élèvent parfois des Squigs dans des cages ou des bouteilles, mais le plus souvent, ils creusent des dépozeuzes spéciales et cultivent les diverses créatures étranges qu’elles contiennent. Ces dépozeuzes doivent être spécialement surveillées par les aides-soignants du Médiko, à la fois pour éviter que les Squigs ne soient volés par des rivaux et pour éviter qu’un Ork inconscient n’utilise accidentellement une de ces dépozeuzes sans le savoir. Il n’est pas rare que des Orks sans méfiance se fassent piquer par un Squig-Seringue alors qu’ils font leur petite affaire, avec pour résultat qu’ils sont terrassés par l’anesthésiant, tombent dans la fosse et disparaissent à jamais. Heureusement, la plupart des petits Squigs peuvent être élevés dans des bocaux ou des réservoirs.

Chaque Médiko élève sa propre souche de Squigs et est très fier de leur puissance. Ils essaient toujours de créer de nouveaux types de Médi-Squigs ou d’adapter des Squigs connus à des usages médicaux. Les tentatives d’utiliser des Squigs Mange-Faces pour amputer les membres d’un patient n’ont pas été couronnées de succès car ils ont tendance à mordre les bras et les jambes des aides soigants, voire les doigts du Médiko. [19]

Mine Squig

Cette sous-espèce inhabituelle de Squig sans jambes possède plusieurs estomacs, chacun contenant un épais bouillon de produits chimiques digestifs instables. Lorsqu’ils sont agités, généralement par de violentes secousses, les sucs digestifs du Squigs Éclateur se combinent en un liquide combustible, qui le fait exploser dans une pluie de viande, de dents et de fragments d’os. Bien qu’ils soient généralement balancés en plein sur les ennemis lors des combat, les Squigs Éclateurs sont aussi souvent enterrés et utilisés comme mines. Certains Orks sont réputés pour gaver ces Squigs de morceaux de ferraille avant le combat, afin d’améliorer leur létalité. [20]

Squigs-Peinture

Ce petit Squig aux couleurs vives excrète des colorants puissants qui sont utilisés comme peinture de guerre. Ces peintures sont également utilisées par les artistes Gretchin comme pigments pour les peintures murales et les bannières décoratives. De nombreux Squigs-Peinture ont des touffes de poils sur leur queue, ce qui permet à l’artiste d’utiliser le Squig comme pinceau et tube de peinture simultanément. Les coquilles des Squigs comestibles sont également utilisées par les artistes Gretchins comme pots de peinture et palettes. [21]

Squigs-Sac

Ce type de Squig a une grande bouche béante et un corps en forme de sac, qui n’est ni plus ni moins qu’un énorme estomac. L’estomac fonctionne accessoirement comme une poche qui permet au Squig de survivre en digérant lentement la nourriture qu’il stocke dans son corps. Si le Squig est séché, on peut en faire une gourde pour les boissons. S’il est tanné comme du cuir, il peut servir de sac ou de poche de ceinture. [22]

Squig-Viseur (Orkus Scopum)

C’est un abus de langage lorsqu’on parle de "tireurs d’élite" ici. Les Orks obtiennent la victoire grâce au poids du nombre et à la sauvagerie de leurs attaques plutôt que par leur habilité martiale. Les ayant observés en action, Janus Draik ne crois pas qu’ils suivent une quelconque forme d’entraînement avant d’engager le combat.

Certains Squigs quittent rarement le corps de leur maître, et se perchent sur leurs épaules ou leur tête pour exécuter une tâche simple. Les Squigs-Viseurs ont un unique œil démesuré qui remplit presque entièrement leur visage et lorsqu’un tireur d’élite Ork choisi une cible, le Squig-Viseur semble l’assister d’une quelconque manière. Certains xenologues ont suggéré qu’il existait là une forme de lien psychique noué grâce à la nature fongique et gestaltique des Peaux-Vertes. Draik était plus enclin à croire qu’il s’agit d’un phénomène plus trivial : le Squig doit parler à l’Ork, ou bien oriente l’arme. [23]

Squig-Wyrd

Né et élevé sur le monde de Groin, les Squig-Wyrd sont des boules de dents imprévisibles avec une très mauvaise haleine, un Squig Wyrd est aussi un mélange instable de potentiel psychique Orkoïde provenant du monde sauvage de Groin, situé au plus profond du réseau de systèmes connu sous le nom de Bokou Bokou de Kro. Les Bizarboyz des Étendues de Koronus apprécient ces créatures et certains font des efforts extravagants pour en acquérir personnellement un venu du monde de Groin déchiré par la guerre et le sang. Bien qu’aucun Psyker humain sain d’esprit ne s’en approcherait, dans l’immensité de l’Etendue de Koronus, il y en a beaucoup qui sont moins sains d’esprit.[24]

Sources

Pensée du Jour : « La peur renie la foi. »
  • Codex Orks, V9
  • Codex Orks, V8
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Créatures et Anathèmes
  • Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Navis Primer
  • HINKS DARIUS, Liber Xenologis - Observations depuis une Forteresse Noire, Black Library, 2021
  • Waaargh the Orks!
  1. Informations issues de Liber Xenologis - Observations depuis une Forteresse Noire - Squigs de HINKS DARIUS, Black Library, 2021 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Liber Xenologis - Observations depuis une Forteresse Noire - Squigs - Squig d'Attaque de HINKS DARIUS, Black Library, 2021 et résumées par Guilhem.
  3. Waaargh the Orks! - Face-Eater Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
  4. Informations issues de Liber Xenologis - Observations depuis une Forteresse Noire - Squigs - Squig-Bombe de HINKS DARIUS, Black Library, 2021 et résumées par Guilhem.
  5. ‘Ere We Go - Oily Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
  6. Waaargh the Orks! - Parasite-Hunting Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
  7. Waaargh the Orks! - Hairy Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
  8. Informations issues de Liber Xenologis - Observations depuis une Forteresse Noire - Squigs - Squig-Croûte de HINKS DARIUS, Black Library, 2021 et résumées par Guilhem.
  9. Waaargh the Orks! - Eatin’ Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
  10. Waaargh the Orks! - Juicy Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
  11. Informations issues de Liber Xenologis - Observations depuis une Forteresse Noire - Squigs - Chien-Squig de HINKS DARIUS, Black Library, 2021 et résumées par Guilhem.
  12. Waaargh the Orks! - Growlers (traduit de l'anglais par Christer)
  13. ‘Ere We Go - Herd Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
  14. Informations issues de Liber Xenologis - Observations depuis une Forteresse Noire - Squigs - Squigeon de HINKS DARIUS, Black Library, 2021 et résumées par Guilhem.
  15. Waaargh the Orks! - Gob Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
  16. Informations issues de Liber Xenologis - Observations depuis une Forteresse Noire - Squigs - Squiggoth de HINKS DARIUS, Black Library, 2021 et résumées par Guilhem.
  17. Waaargh the Orks! - Squigpipes (traduit de l'anglais par Christer)
  18. 5 Ways the Beast Snaggas Prove Squigs Aren’t Just For Biting People - ‘Eadbuttin’ Fings (traduit de l'anglais par Christer)
  19. Waaargh the Orks! - Mendin' Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
    ‘Ere We Go - Medical Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
    Freebooterz - Syringe Squig (traduit de l'anglais par Christer)
  20. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : Into the Storm - ‘Sploding Squig (traduit de l'anglais par Christer)
  21. Waaargh the Orks! - Paint Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
  22. Waaargh the Orks! - Bag Squigs (traduit de l'anglais par Christer)
  23. Informations issues de Liber Xenologis - Observations depuis une Forteresse Noire - Squigs - Squig-Viseur de HINKS DARIUS, Black Library, 2021 et résumées par Guilhem.
  24. Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : The Navis Primer - Chapter IV : Mental Arsenal - Psychic Familiars - Tusk-Born Wyrd Squig (traduit de l'anglais et résumées par Trazyn l'Infini)