Sous-Secteur Drimor

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Imperium-maledictum-banner left.jpg
Imperium-maledictum-banner right.jpg




Imperium-maledictum-aquila.png
Imperium-maledictum-aquila.png

Le plus petit des Sous-Secteurs Machariens, Drimor est densément peuplé de systèmes potentiellement viables. Il est bordé par Cytheris, séparée par les tristement célèbres Abysses d’Ayzinith. La plupart des régions de l’espace entourant Drimor sont inexplorées et considérées comme "vides", mais il est plus juste de les décrire comme des Espaces Sauvages sans loi où l’Imperium n’a pas d’emprise.[1]


Carte stellaire du sous-secteur Drimor.


Planète Zone / Système Classification Influence majeure
L’Ancienne Congruence Les Abysses d’Ayzinith Monde Mort Aeldari
Proteus Secundus / Rahas Système Proteus Agri-Monde Navis Imperialis
Proteus Quartus / Chira Système Proteus Monde Industriel Navis Imperialis
Proteus Quintus / Taru Système Proteus Monde-Ruche Navis Imperialis
Somrot Système Sulmar Monde Féodal Adeptus Mechanicus
Virida Système Carceris Monde Réhabilité
Monde en cours de Colonisation
Administratum
Astra Militarum
Adeptus Mechanicus



Les Abysses d’Ayzinith

Région Spatiale
Warp Instable
Xenos

Le long de la bordure du Sous-Secteur Drimor se trouve une région de l’espace dont même le plus audacieux des Libres-Marchands ne souhaite pas parler, car il n’y a rien de bon à attirer l’attention des Abysses d’Ayzinith. Ici, depuis bien avant l’ouverture de la Grande Faille, l’Immaterium est en ébullition. Il n’y a aucune bonne route à travers le Warp, car il est rempli de courants étranges et trompeurs, et certains soupçonnent que même les irréprochables Navigators y ont perdu leur chemin, bien que les Grandes Maisons aient toujours nié de telles calomnies.

Lorsque la Croisade Macharienne atteignit les Abysses pour la première fois, de nombreux habitants les mirent en garde contre toute tentative de traversée, affirmant que même dans l’espace réel, quelque chose ne tournait pas rond dans la trame même de cette étendue. Les commandants de la flotte prirent ces avertissements pour de simples superstitions, mais ils commencèrent rapidement à comprendre que des vaisseaux étaient perdus, disparaissant dans ses profondeurs sans que l’on connaisse leur sort final, et que des "maladies de l’esprit" frappaient les équipages survivants. De nombreux systèmes viables ont été ignorés par l’Imperium dans les Abysses d’Ayzinith, et plus d’un pour des raisons qui ont été définitivement expurgées et scellées par l’Ecclésiarchie ou l’Inquisition.

Une secte Macharienne de Logi de l’Adeptus Mechanicus connue sous le nom de Lexio Arcani a estimé que le nombre de vaisseaux perdus dans la région dépasse de loin les probabilités, et que d’autres facteurs inconnus au-delà de l’Immaterium turbulent doivent être impliqués. Des rumeurs font état d’espèces Xenos hideuses, de planètes où les Psykers ont fui une juste purgation, de mondes où les liens de sang contaminés par les Xenos donnent naissance à des monstres, de vaisseaux dont l’équipage est composé de morts ; un catalogue d’horreurs chuchotées par les membres d’équipage dans les ports spatiaux les plus rudes de Drimor autour d’un verre de liqueur frelatée. Ce qui est certain, c’est que personne ne pénètre à la légère dans les Abysses d’Ayzinith.[2]

L'Ancienne Congruence

Monde Mort
Aeldari

Au plus profond des Abysses d’Ayzinith se trouve un monde si banal qu’il n’a pas de nom. Les équipages des quelques vaisseaux spatiaux qui le croisèrent l’oublièrent rapidement son existence après l’avoir quitté des yeux. Le monde n’offre rien d’intéressant pour les scanners Auspex, un rocher presque stérile avec une atmosphère ténue, mais il cache une merveille intemporelle. Dans la crevasse d’un cratère vieux de plusieurs éons se trouve un Portail sur la Toile, un passage vers un nœud de traversée Aeldari archaïque. Bien avant la chute de l’ancienne espèce Xenos, ils utilisaient cette ancienne congruence pour voyager à travers la galaxie.

Bien que les autorités Impériales du Secteur Macharien ne soient pas au courant de la présence de l’Ancienne Congruence, elles savent que plusieurs troupes de voyageurs Aeldari vêtus de couleurs vives, connus sous le nom d’Arlequins, émergent occasionnellement des Abysses d’Ayzinith, ou y passent. Les membres de l’Ordo Xenos de l’Inquisition aimeraient beaucoup savoir pourquoi la région semble intéresser les Aeldaris.[3]

Proteus Secundus, Quartus et Quintus

Système Proteus
Monde Industriel

Le système Proteus est composé de trois planètes étroitement liées qui ont prospéré ensemble pendant des milliers d’années avant l’arrivée de l’Imperium. Lorsque la Croisade Macharienne est arrivée à leur porte, elles ont astucieusement accepté de rejoindre l’Imperium, comprenant qu’elles ne pourraient pas s’opposer à une telle force. Ainsi, les trois mondes furent autorisés à conserver certaines de leurs traditions lorsqu’ils entrèrent dans le royaume de l’Empereur.

Les désignations Impériales officielles des mondes de Proteus sont Proteus Secundus, Proteus Quartus et Proteus Quintus, mais seul un membre de l’Administratum les désignerait ainsi. Pour leur peuple, ils sont, comme ils l’ont toujours été, Rahas, Chira et Taru. Les trois mondes répondent aux besoins des uns et des autres : les riches carrières de Rahas approvisionnent le triumvirat, les usines de Chira fournissent des vaisseaux spatiaux de conception sommaire et d’autres technologies, et les tours d’entraînement de Taru forment la population à un travail efficace et la préparent à la guerre. Avant la Noctis Aeterna, le système Proteus comptait treize Cités-Ruches bien entretenues, plus de cent quarante milliards de citoyens, de multiples réseaux d’amarrage orbitaux ainsi que le grand port spatial de la Marche des Haut-Fonds, qui desservait les vaisseaux osant s’enfoncer plus profondément dans Drimor.

Dans les ténèbres de la Noctis Aeterna, plusieurs Kabales Drukharis de l’effroyable Commorragh décidèrent de s’amuser avec les citoyens du système Proteus, dans le cadre d’un concours cruel visant à déterminer quelle Kabale serait capable de susciter le plus de peur parmi les mondes, dans le but de les pousser à se retourner les uns contre les autres. Pendant trois ans, les Kabales menèrent des raids ciblés sur les mondes de Proteus, sabotant diverses structures, tuant les voix qui appelaient au calme et enlevant des citoyens, des familles et des blocs d’habitations entiers. Leurs communications restant sans réponse, leurs prières n’étant pas entendues, les mondes de Proteus se retournèrent enfin les uns contre les autres, ceux qui auraient appelé à la prudence ou à la retenue ayant depuis longtemps été envoyés au recyclage. Les Drukharis rirent du carnage qui suivit et se régalèrent de la souffrance de trois mondes entiers livrés à une guerre ruineuse et fratricide.

Après le déchaînement exponentiel du carnage provoqué par les Drukharis dépravés, la Noctis Aeterna battit en retraite et l’Imperium retrouva le triumvirat de Proteus en guerre contre lui-même. Les luttes intestines entre hérétiques furent rapidement éteintes par les stratégies intransigeantes du régiment de la Garde Impériale, les Viridan Trailblazers, qui prirent le contrôle des forces locales épargnées par les viles machinations des Drukharis. Leurs efforts permirent de contrôler les trois planètes au cours d’une série de campagnes écrasantes. La Navis Imperialis, désireuse de regagner leur port stratégique de la Marche des Haut-Fonds, déploya toutes les ressources disponibles et accepta même l’aide de Libres-Marchands et, selon la rumeur, d’un vaisseau d’une famille régnante marquée du sceau de l’Hereticus Absentia pour avoir refusé d’accepter l’Imperium après la conclusion de la Croisade de Macharienne.

Aujourd’hui, de nombreux champs agricoles de Rahas sont brûlés et ravagés par les tranchées, les Manufactorums de Chira manquent de personnel et les Caballeros Proteus de Taru tentent désespérément de reconstituer leurs rangs pour lutter contre les vestiges tenaces de la rébellion et les pillards rapaces Drukharis.[4]

Les Personnalités et Forces de Proteus

Les Matriarches

L’Imperium reconnaît officiellement les Matriarches mononymes Gulya, Yildiz et Kelebek comme les Gouverneurs Planétaires de Proteus Secundus (Rahas), Proteus Quartus (Chira) et Proteus Quintus (Taru) respectivement. L’énorme population industrielle de Chira l’a placée au-dessus des autres planètes du système Proteus avant qu’elle ne soit avalée par l’Imperium, et la tradition selon laquelle le dirigeant de Chira est le souverain du système a été autorisée à se perpétuer, au grand dam des dirigeants modernes de Rahas et de Taru. Les tensions sont plus vives que jamais entre les trois.[5]

Matriarche Gulya

La très méticuleuse Gulya a désespérément concentré tous ses efforts sur la reconstruction de l’industrie agricole nécessaire à l’acquittement de la Dîme qui se profile à l’horizon. Consciente de l’impossibilité de mener à bien cette tâche à temps, elle a confié un continent entier de Rahas - y compris sa population - au scrupuleux Magos Biologis Palladius-XI d’Ibal. Elle espère que les secrets arcaniques de ces "têtes d'engrenage" pourront revivifier son monde, mais au moins, le potentiel des légions Skitarii stationnées sur Rahas incitera Yildiz et Kelebek à réfléchir à deux fois avant de devenir à nouveau des traîtres.[5]

Matriarche Kelebek

Réalisant à juste titre que la guerre est la seule véritable constante du 41e millénaire, Kelebek a détourné la population de Taru de toute formation industrielle et l’a orientée vers une préparation isolationniste à la guerre. La présence des Trailblazers de Viridan contribue à cet effort, en liaison avec les Caballeros de Proteus, qui se réarment rapidement, afin d’éradiquer toute insurrection restante et les forces Drukharis qui subsistent. Kelebek a noué de solides relations avec le Colonel Serpen des Trailblazers et le Commodore Labrasca, le nouveau dirigeant du dock de la Marche des Haut-Fond, et s’impose comme le chef de facto des questions militaires dans le système.[5]

Matriarche Yildiz

Jusqu’à récemment, Yildiz était considérée comme une héritière peu convenable de Chira. Son géniteur fut tué lors d’un raid particulièrement audacieux, d’abord attribué à une équipe d’assaut de Taru, puis découvert comme étant l’œuvre d’un Drukhari Hémoncule particulièrement cruel. Peu après le retour de l’Imperium au sens large, Yildiz a fait preuve d’une intelligence inhabituelle dans de multiples transactions : elle a négocié le retour de l’Administratum sur les trois mondes, et a autorisé l’augmentation des Dîmes à condition que Proteus reçoive un soutien supplémentaire. Grâce à cet accord, les deux autres gouverneurs planétaires ont été contraints de gérer leurs propres ressources avec prudence et d’ignorer la situation politique délicate. Yildiz a également fait appel à l’Archiconfesseur Venykar pour obtenir un soutien spirituel, demandant directement à des missionnaires de raviver la foi dans le système. Au fur et à mesure que les missionnaires se répandaient sur Chira, elle s’assura subtilement que leurs sympathies se porteraient sur son monde avant qu’ils ne se répandent sur les deux autres. Enfin, elle a fait preuve d’une compréhension intelligente de l’ancien dogme selon lequel les Gouverneurs Planétaires ne peuvent pas être impliqués dans les ports spatiaux, en invitant à plusieurs reprises le Libre-Marchand Darius Klaskoloff à dîner avec elle. Klaskoff est l’un des plus anciens membres de sa dynastie à avoir été déployé pour aider au renouveau de la Marche des Haut-Fonds, et grâce à lui, Yildiz entretient un réseau complexe d’informations.[5]

Somrot

Système Sulmar
Cité-Forge
Adeptus Mechanicus

Autrefois un Monde Féodal en voie de développement avec des biomes très variés, Somrot et son peuple ont été pratiquement détruits il y a un siècle lorsqu’une force d’horribles pillards Xenos appelés les Khraves découvrit leur planète. L’absence d’industrie et de technologie sophistiquée sur Somrot était telle que l’Imperium avait choisi de la laisser pratiquement sans surveillance, ne s’y rendant que tous les vingt ans pour prélever une modeste Dîme. De même, aucune défense n’aurait pu atteindre le monde à temps pour le sauver des immondes Xenos carnivores s’il n’y avait pas eu un événement fortuit. Suite à un accident dans l’Immaterium, le Filia Fulmen, le vaisseau explorateur de l’Adeptus Mechanicus, fut projeté d’urgence dans l’espace réel, où le vaisseau vide, lourdement endommagé, s’écrasa à la surface de Somrot.

Les quelques Technoprêtres et Skitarii ayant survécu au crash étaient dirigés par le Magos Artisan non conventionnel connu sous le nom de Callulus l’Énumérateur. Les habitants de Somrot trouvèrent les Technoprêtres inquiétants, mais bien moins effrayants que les cauchemardesques Khraves. En conséquence, un conclave de Nobles dirigeants rapidement rassemblé demanda officiellement à l’Énumérateur l’assistance et la protection de l’Adeptus Mechanicus. Callulus accepta, tout en précisant que cette protection n’était pas gratuite.

Travaillant avec les matériaux dont ils disposaient, y compris les corps de nombreux Skitarii brisés par le crash, l’Énumérateur dirigea le peuple de Somrot dans la construction d’appareils hybrides incorporant l’armement local, mélangé à diverses technologies et secrets de l’Omnimessie connus de l’Énumérateur grâce à ses études des modèles d’adaptation de plusieurs SCS. Les combattants produits par l’Énumérateur et ses alliés étaient uniques : des chevaliers équipés de claymores motorisés équilibrées par des membres augmentés, des éclaireurs de cavalerie équipés de harnais de combat portant des armes Skittari récupérées, et des lanceurs d’armes explosives qui pouvaient facilement percer la peau d’un char d’assaut.

Les troupes améliorées se sont avérées suffisantes pour la tâche, et les Khraves ont été repoussés avec des pertes massives de part et d’autre. l’Énumérateur fut acclamé comme un héros, mais sa volonté de bafouer l’orthodoxie ne passa pas longtemps inaperçue. Lorsque l’Imperium retourna sur Somrot et que les récits de ce qui s’était passé commencèrent à circuler dans le Secteur Macharien, diverses factions de Technoprêtres accusèrent l’Énumérateur de blasphème contre le Dieu Machine et déclarèrent que l’Artisan Magos était un Heretek.

Bien que certains groupes de l’Adeptus Mechanicus aient réclamé la tête de l’Énumérateur, d’autres ont loué son travail, qui a permis d’apporter la parole de l’Omnimessie à un monde autrement improductif. Depuis un siècle, Somrot est en guerre contre les Khraves et l’industrie prospère grâce à l’influence de l’Énumérateur. Ils manquent encore de machines avancées et d’installations de cogitation, mais en récupérant le Filia Fulmen et en le transformant en une Ciré-Forge ad-hoc, l’Énumérateur a réussi à faire d’un matériel limité et d’une population plus ignorante qu’un citoyen Impérial standard une force de travail utilisable.

Même parmi les habitants de la planète, certains voient dans l’Énumérateur un signe avant-coureur de la décadence morale et cherchent à se soulever contre lui, mais comme Somrot fournit désormais une Dîme régulière et mène une bataille importante dans son Secteur Macharien, l’Artisan Magos peu orthodoxe a de nombreux partisans.[6]

Les Personnalités et Forces de Somrot

XVI-Cortus

L’un des critiques les plus virulents de l’Énumérateur est aussi l’un de ses plus proches alliés, un Technoprêtres acariâtre, Manipulus, nommé XVI-Cortus. Cortus reconnaît la précarité de leur situation sur Somrot, mais estime que les légères variations de modèles que le recenseur a apportées pour armer les natifs de la planète sont au minimum un blasphème qui nécessite une pénitence auprès de l’Omnimessie. À cette fin, Cortus a démantelé à contrecœur Filia Fulmen pour construire plusieurs sanctuaires en l’honneur du Dieu Machine et travaille avec des Technoprêtres pour endoctriner les nouveaux membres de l’Adeptus Mechanicus. En se mêlant à la population, Cortus a identifié deux autres obstacles majeurs à leur retour à une véritable civilisation. Le premier est la lenteur insidieuse du temps - sans les ressources offertes par un Monde-Forge, ils finiront par manquer de matériel pour prolonger artificiellement leur vie.[7]

Lohot Brandelis

Le second est le peuple de Somrot lui-même, et plus particulièrement Lohot Brandelis, un Noble. Brandelis fait partie des quelques natifs de Somroti qui s’opposent totalement à l’Énumérateur, dégoûtés par les modifications qu’ils ont apportées à la forme humaine pure, et qui ont mis à profit leur pouvoir héréditaire pour construire une révolution naissante contre l’Adeptus Mechanicus. Cortus soupçonne que la capacité surnaturelle de Brandelis à persuader les gens de se ranger de leur côté est un signe que le Noble est un Psyker, d’autant plus qu’il a réussi à repousser plusieurs incursions Khraves de sa cité féodale archaïque, d’après des rapports faisant état de flammes bleues s’élevant dans l’air.[7]

Callulus l’Énumérateur

Somrot est effectivement dirigée par l’Énumérateur, un personnage qui est à la fois loué et décrié par l’Adeptus Mechanicus. Les Nobles de Somrot ont juré fidélité à l’Artisan Magos qui s’est écrasé sur leur planète il y a un siècle, et l’on s’attend donc à ce que le monde devienne un jour un vassal d’Eskutchax.[8]

Adeptus Administratum

L’Administratum, qui s’est réjoui de voir Somrot payer régulièrement une Dîme plus importante, a commencé à poster des rédacteurs et des surveillants dans la Cité-Forge formée à partir de l’épave du Filia Fulmen. Bien que leurs agents sur la planète trouvent la population et la cohorte d’explorateurs de l’Énumérateur étranges, la productivité l’emporte toujours sur la superstition.[8]

Virida

Système Carceris
Monde Réhabilité
Monde en cours de Colonisation
Servo-Cités
La sensibilité de la jungle n’avait pas disparu avec les Viridars...

Lorsque la Croisade Macharienne découvrit Virida pour la première fois, ses éclaireurs furent ravis de trouver un monde aussi luxuriant, non revendiqué par d’autres, car leurs augures ne détectèrent aucune trace de colonisation ou d’industrie, ni aucun signe pouvant indiquer la présence de Xenos à la conscience développée. Les premières équipes de géomètres furent accompagnées par des troupes d’Astra Militarum, mais uniquement par mesure de sécurité, car aucune menace n’avait été détectée et aucune résistance n’était attendue. Néanmoins, toutes les équipes qui se sont aventurées dans les immenses jungles équatoriales qui s’étendaient en une large ceinture autour de la planète entière disparurent systématiquement sans laisser la moindre trace.

Les équipes suivantes étaient bien plus lourdement armées et portaient des auspex différents. Une heure après leur entrée dans la jungle, elles commencèrent à signaler des lumières vacillantes sous la canopée, qui n’apparaissaient pas sur leurs instruments. Peu après, ils commencèrent à parler difficilement ; ils évoquèrent des chuchotements dans l’obscurité, puis se mirent à décrire des horreurs indescriptibles en hurlant, avant de se taire. Les images transmises semblaient indiquer des traces de mouvement dans la jungle, mais rien de facilement discernable. Alors que le général Cyrus réfléchissait à ses options, le Chapitre des Space Marines des Star Phantoms annonça qu’il s’était déployé sur Virida. En moins d’une heure, ils envoyèrent un seul message au Septième Groupe d’Armées : Engagé. C’est la jungle.

Les Star Phantoms furent les premiers à survivre au combat contre la jungle consciente de Virida, un immense organisme collectif qui couvrait près des deux tiers de la planète et exerçait un contrôle quasi total sur de larges portions de la biosphère, ce qui lui permettait de créer, entre autres substances, des spores puissamment hallucinogènes. La faune et la flore extrêmement mobile de la planète étaient toutes dirigées par des êtres que les troupes appelaient Viridars, de gigantesques xénos qui ne ressemblaient à rien d’autre qu’à des arbres ambulants, et qui servaient de nœuds à la sapience de la jungle. Il fallut plus de six mois de combats prolongés pour que l’Imperium parvienne enfin à vaincre les Viridars, car ils ne voulaient pas détruire l’abondance de la planète en recourant à des munitions lourdes. Les deux derniers Viridars furent enchaînés pour être présentés à Macharius, et la planète fut considérée comme soumise à l’Imperium.

Dans les siècles qui suivirent, Virida resta vaguement colonisée et fonctionnait comme un Monde en développement, destiné à devenir un monde Agri-Monde à terme. À l’insu de l’Imperium, la sensibilité de la jungle n’avait pas disparu avec les Viridars. Elle étudiait passivement l’humanité depuis l’arrivée des premiers colons sur la planète. L’ouverture de la Grande Faille et l’Éveil Psychique ont réveillé quelque chose dans la jungle longtemps silencieuse et des centaines de nouvelles formes de Viridar ont été discrètement ensemencées. Lorsque les troupes d’invasion du Chaos ont surgi de la tourmente de la Noctis Aeterna, ce ne sont pas les colons qui ont détruit le gros d’entre elles, ou renvoyé à leurs vaisseaux des fanatiques contaminés de spores pour les saborder. Virida s’est réveillée, et les Humains qui vivent à sa surface n’ont survécu que parce que la jungle les a revendiqués comme siens.[9]

Les Personnalités et Forces de Virida

Colonelle Elysia Dirge

A l’origine un régiment pénitentiaire, les Viridan Trailblazers recrutent aujourd’hui parmi les natifs des Servo-Cités qui rampent à la surface de la planète, leurs rangs étant gonflés par un nombre inhabituel de volontaires attirés par la réputation héroïque du régiment - et en particulier de la colonelle Elysia Dirge. La colonelle Dirge commande l’Astra Militarum dans la Servo-Cité Carrion’s Retort, actuellement occupée à nettoyer le sous-continent oriental de Virida connu sous le nom de Tunfarl. Elle mena plusieurs campagnes réussies, sauvées du désastre absolu, et de nombreuses histoires furent inventées pour expliquer les nombreuses cicatrices de flammes sur une moitié de son corps. Elle ne se souvient guère de l’incident qui l’a meurtrie, mais elle pense que les effets altérants de la jungle contre laquelle elle fait la guerre ont pu pousser certaines de ses troupes à la trahison. La colonelle Dirge est connu pour être aussi intransigeante qu’un commissaire lors des inspections de ses troupes, et il est vrai qu’elle tente d’éradiquer un culte Xenos dans les rangs de ses soldats.[10]

Magos Biologis Heshaton Chomica

Bien que les principales responsabilités de l’Adeptus Mechanicus sur Virida soient l’entretien des Servo-Cités et la maintenance de l’armement de la Garde Impériale, le Magos Biologis Heshaton Chomica ne s’intéresse guère à ces deux aspects. Virida elle-même fascine Chomica, qui pense pouvoir exploiter les pouvoirs biosphériques de la planète pour aider l’Imperium. Son objectif officiel est inconnu de la plupart des gens, y compris de Chomica lui-même, dont les rapports sont en fait remis à un agent de l’Ordo Xenos.[10]

Les Servo-Cités de l’Adeptus Mechanicus

Les bastions du véritable contrôle Impérial sont peu nombreux sur Virida, et ils sont en constante évolution car la jungle rapace engloutit la civilisation aussi vite qu’elle est brûlée ailleurs. L’Astra Militarum et l’Adeptus Mechanicus travaillent de concert, les Technoprêtres déterminant que les hab-bunkers construits sur des servomoteurs en mouvement ont le plus de chances d’échapper à la croissance infinie de la jungle. Les Soufredogues Serberys galopent le long des Servo-Cités de Virida, brûlant la nature irrationnelle avec leur souffle de flamme alimenté par le Prométhéum.[11]

Adeptus Administratum

Les adeptes de l’Administratum tentent en vain de répertorier ce monde en constante évolution, mais bien qu’ils détiennent ostensiblement le pouvoir, ils sont trop peu nombreux pour assurer le développement complet de la civilisation sur Virida. Néanmoins, ils répertorient chaque soldat perdu et chaque balle tirée par l’Astra Militarum, alors que les machettes et les Lance-Flammes sont utilisés dans les régions sauvages pour revendiquer des terres au nom de l’Empereur. C’est ainsi que les Servo-Cités de Virida continuent de parcourir sa surface verte et agitée, réalisant de petites avancées tandis que l’Administratum, l’Astra Militarum et l’Adeptus Mechanicus travaillent ensemble pour repousser à la fois les forces des Puissances de la Ruine et de la planète elle-même.[11]

Source

Pensée du Jour : « Un serviteur curieux est plus dangereux qu’un hérétique ignorant. »
  • Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)
  1. Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)
  2. Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor - Ayzinith Abyss (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)
  3. Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor - The Ancient Congruity (traduit de l’anglais par Blacklisted Jack)
  4. Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor - Proteus Secundus, Quartus and Quintus (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)
  5. 5,0 5,1 5,2 et 5,3 Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor - Proteus Secundus, Quartus and Quintus - The Powers and Personalities of Proteus (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)
  6. Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor - Somrot (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)
  7. 7,0 et 7,1 Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor - Somrot - Personalities of Somrot (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)
  8. 8,0 et 8,1 Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor - Somrot - The Powers of Somrot (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)
  9. Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor - Virida (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)
  10. 10,0 et 10,1 Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor - Virida - Personalities of Virida (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)
  11. 11,0 et 11,1 Warhammer 40 000 JdR - Imperium Maledictum : Rulebook - Chapter 10 : The Macharian Sector - Drimor - Virida - The Powers of Virida (traduit de l'anglais par Blacklisted Jack)