Sorcier

De Omnis Bibliotheca
« La pyromancie rudimentaire de l’Imperium est l’arme d’un enfant apeuré. Nous seuls avons le courage de brandir la force brute de l’Immaterium. »
Un Sorcier du Chaos.
Les Sorciers du Chaos modèlent la destinée de la galaxie à travers des rituels et des pactes indicibles avec les entités maléfiques de l’Empyrean. Ils canalisent la dangereuse énergie du Warp pour lancer des maléfices et des boules de feu éthérique, et peuvent façonner la trame de l’univers matériel d’une simple malédiction haineuse. En raison de leur constante exposition aux pouvoirs du Chaos, les Sorciers redoutent de succomber à des mutations débilitantes ou de perdre la raison. Bien qu’ils s’estiment au-dessus des considérations des mortels, ce ne sont en vérité que des pions pour les Dieux du Chaos, qui se délectent de leurs péripéties comme de leur trépas.

La frontière entre pouvoir psychique et sorcellerie est ténue. Les Chapitres de l’Adeptus Astartes peuvent s’en défendre, mais chaque fois qu’un Archiviste Space Marine utilise la force de son esprit, il risque de souiller son âme. Dans le feu de la bataille, même le plus compétent des Psykers peut excéder ses limites, et au lieu d’être révulsé par les conséquences, ressentir une fascination prohibée. Ces émotions sont le premier pas sur la voie d’un mal insondable. Les rêves du Psyker se peuplent de murmures de promesses doucereuses et de visions d’immortalité. Ceux qui y succombent deviennent des Sorciers, capables de véhiculer les pouvoirs maléfiques du Warp.

Les Sorciers ne cherchent qu’à étendre leur influence et leur savoir. Ils pensent avoir reçu l’illumination, et ne plus être aveuglés par leur loyauté futile au seigneur charognard de l’Imperium, ce qui les a rendus plus inhumains que les guerriers à leurs côtés. Certains sont des stratèges dépourvus d’empathie qui déversent toute leur haine sur l’univers ; Ygethmor le Trompeur a jadis instauré un culte du Jugement Dernier qui dépeupla tous les mondes habités du système Corriallis. D’autres agissent comme éminence grise auprès des Seigneurs du Chaos. Ils adoptent une attitude faussement servile tout en prodiguant des conseils servant subtilement leurs propres desseins. Plus rares sont les Sorciers à arpenter les recoins cachés de l’univers afin d’en révéler les secrets et faire sombrer davantage la galaxie dans le Chaos.

Quels que soient leurs buts, les Sorciers savourent l’anarchie de la Longue Guerre. La moindre résistance est un prétexte à déchaîner les vents hurlants de l’Immaterium. Leur amertume se manifeste sur le champ de bataille comme une force palpable ; des crânes chauffés à blanc s’abattent depuis les cieux, la maladie étouffe les âmes à proximité et les hommes sont changés en monstruosités sur leur passage. Les prouesses martiales communes à tous les Space Marines du Chaos sont exacerbées par les armes des Sorciers, des artéfacts saturés de l’énergie du Chaos et capables d’arracher à leur corps l’âme de leur victime.

Thousand Sons

Les Thousand Sons sont à l’origine des premiers Sorciers Space Marines. Avant même l’Hérésie, la Légion de Magnus le Rouge avait une soif de connaissance impossible à étancher, ce qui causa sa perte. La plupart des Thousand Sons furent réduits à l’état d’automates par l’Effacement d’Ahriman, bien que les plus puissants d’entre eux fussent capables de résister aux conséquences imprévues de ce grand rituel. Beaucoup de ces vieux Sorciers ont conclu des pactes avec Abaddon le Fléau, et se sont joints au Maître de Guerre pour renverser l’Imperium de l’Humanité, en ajoutant la puissance de leurs gardes du corps Rubricae à celle de la Black Legion.

Sorcier des Thousand Sons

Un Sorcier des Thousand Sons.
Un Sorcier investit le champ de bataille baigné dans un halo de flammes scintillantes et d’éclairs éthériques crépitants. D’un geste cruel il plie le tissu du temps et de l’espace à sa volonté, broyant les os de ses ennemis dans des replis soudains de la réalité ou plongeant ses victimes dans la folie d’un murmure blasphématoire. Chaque Sorcier est un cauchemar incarné, capable d’utiliser la peur et la colère pour pousser les soldats d’une armée adverse à s’entre-tuer.

Les Sorciers servent d’officiers au sein des innombrables servitudes des Thousand Sons. Ce sont eux qui commandent les rangs de Rubricae au front et dirigent les hordes hurlantes de Cultistes et de Tzaangors sur l’ennemi. Alors que la démence qui entoure le Sorcier envahit le champ de bataille, il entonne des invocations pour attirer les enfants démoniaques de Tzeentch à travers le voile qui sépare l’espace réel de l’Immaterium. Un Sorcier est souvent libre de livrer la bataille psychique comme il l’entend, mais il demeure au service de sa secte, et sous les ordres d’un Sorcier Exalté plus puissant ou d’un Prince Démon.

Malgré leur soumission, les Sorciers sont rongés par l’ambition. Tout en servant leurs maîtres, ils cherchent à les affaiblir, accroissant leur pouvoir en s’associant à des cabales secrètes et forgeant des pactes avec des entités du Warp. A mesure qu’un Sorcier gagne en puissance, il risque de succomber à l’énergie qu’il manipule, si bien que nombre antre eux sont victimes d’incontrôlables mutations et deviennent des Enfants du Chaos. Pourtant, leur ambition dévorante les pousse à prendre tous les risques pour accroître leur pouvoir, dans l’espoir d’atteindre le rang de Sorcier Exalté, puis devenir un jour un Prince Démon.

Il arrive que Tzeentch pousse un puissant mage d’une autre Légion du Chaos à chercher la Planète des Sorciers pour se mettre au service de Magnus. Cependant, la plupart des Sorciers Thousand Sons sont d’anciens Sorciers Aspirants. Ces mages de rang subalterne sont souvent des Psykers venus d’un culte de Tzeentch dont les talents attirent l’attention d’une secte lors d’une invasion. Ils sont conduits à Tizca, où ils subissent des transformations rituelles pour fortifier leur corps et leur esprit. La plupart deviennent fous ou sont détruits par l’afflux soudain d’énergie, d’autres connaissent une mort lente et douloureuse comme leurs implants transforment leur corps. Mais les rares qui survivent deviennent des mages-guerriers au sein des Thousand Sons.

Familiers

L’Immaterium abrite d’nnombrables entités maléfiques qui sont prêtes à offrir leurs pouvoirs à ceux qui sont assez fous pour faire appel à elles. Traiter avec de tels êtres est dangereux, et nombreux sont ceux qui se retrouvent dévorés par ces créatures. Seul un puissant Sorcier peut imposer sa volonté à une telle entité, piégeant son essence dans un objet magique ou un hôte appelé un familier. Ainsi lié, le familier augmente les pouvoirs du Sorcier, qui se gorge d’énergie psychique brute. Lier des familiers - appelés des tutélaires - était une pratique secrète des Thousand Sons avant leur chute. Là où d’autres forces impériales employaient des créatures psybernétiques, les fils de Magnus apprirent bien vite à quel pouvoir ils auraient accès en faisant directement appel au Warp.

Sorcier de la Death Guard

« Qu’ils viennent. Ils n’ont aucune arme que je craigne, et avec chacun de leurs corps pitoyables que j’infecte, Nurgle me sourit davantage… »
- Blathlok le Putride, Sorcier de la Death Guard.
Un Sorcier de la Death Guard.
Domptant l’énergie du Warp, les Sorciers de la Death Guard invoquent les répugnantes bénédictions de Nurgle sur l’allié comme sur l’ennemi. Des maux dégénératifs rendent les os cassants et changent les muscles en bouillie rougeâtres. De viles incantations cachent la Death Guard derrière des tourbillons de mouches noires ou confèrent à ses guerriers bouffis une force impie et une résistance impossible. Des fléaux démoniaques invoqués du néant consument l’ennemi comme une traînée de poudre, et le champ de bataille lui-même se dégrade alors que les fortifications s’écroulent, sapées par des parasites Empyreanns. Les Sorciers de la Death Guard canalisent la dégoûtante puissance de Nurgle directement à travers un corps malade, et leur bouche s’ouvre démesurément pour vomir de la bile ectoplasmique à profusion, tel un flot de corruption qui recouvre et noie l’ennemi.

Ces aptitudes sont indéniablement aussi efficaces qu’horribles, et pourtant Mortarion et plusieurs de ses champions de premier plan les voient d’un mauvais œil. Le Seigneur de la Mort hait toujours les Psykers, malgré sa propre transformation en être d’énergie immatérielle. S’il ne refuse certes point à ses fils les dons que Nurgle leur accorde, Mortarion n’est nullement obligé de les apprécier pour autant.

Les Sorciers de la Death Guard ne semblent pas tenir rigueur à leurs frères de ce mépris à leur égard. En vérité, ils prospèrent dans les rangs de la Death Guard comme une affliction chez un hôte involontaire. Certains adorent dominer leurs frères moins nantis, d’autres forment des sous-sectes chamaniques et des cultes d’adorateurs mortels à leur service. Au fil des siècles, les Sorciers de la Death Guard ont baptisé ce sectes de noms extravagants d’après leurs pouvoirs. Ainsi naquirent les Malignant Plaguecasters, les Larvemanciens Saliveurs ou les Affameurs Cadavériques, pour ne citer qu’eux.

Les Seigneurs de la Death Guard admettent l’utilité des Sorciers en tant qu’armes vivantes. S’il le faut, certains seigneurs octroient même à leurs Sorciers quelque latitude à commander, en triant le bon grain de l’ivraie parmi leurs propos décousus. Les Sorciers ne sont eux-mêmes que rarement appréciés, et ils demeurent des parias parmi leurs propres frères. Seuls les vectoriums de la 4e Compagnie de la Peste se distinguent en la matière, car le Dévoreur de Vies y prévaut. Cette entité ancienne apprécie les Psykers pour leur talent à manipuler le Warp et à invoquer des vagues de Démons au combat, et c’est pourquoi il insiste pour qu’ils dirigent à la place des Seigneurs de la Death Guard.

Malignant Plaguecasters

Les Malignant Plaguecasters saturent l’air d’émanations malsaines. A chaque inhalation gargouillante, ils inspirent de pleines goulées de sapeurs nocives du Jardin de Nurgle - le domaine nauséabond du Dieu des Pestes niché dans le Warp - avant de les recracher sous forme de nuages chargés de glaires qui peuvent faire pourrir un homme sur place en quelques secondes. Ces puissants Sorciers de la Death Guard sont des Psykers pourris par le Warp, aux entrailles mouvantes et à la peau livide. Ils ont échangé les dernières bribes de leur âme contre la bénédiction de Nurgle, et le don de canaliser les maux de son royaume.

C’est ainsi que le corps enflé des Malignant Plaguecasters sert de déversoir vivant aux miasmes toxiques du Jardin de Nurgle. Spores carnivores, mouches à peste, brumes de vomi et gaz cadavériques gonflent les tripes des Plaguecasters, tendant leur peau à craquer. Dans une exhalaison obscène, ceux-ci lâchent un nuage mortel sur le champ de bataille, nuage dont les effets sur les victimes mortelles sont aussi prompts qu’horribles. Les guerriers s’écroulent en toussant leurs poumons pourris tandis que leurs muscles noircis se liquéfient. Les armures s’émiettent et les armes crachotent ayant d’être entièrement rongées. Même les fortifications fermées n’offrent aucune protection, car les relents du Plaguecaster attaquent le métal et la pierre aussi facilement qu’ils dissolvent la chair.

Sources

  • Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8
  • Codex Heretic Astartes Thousand Sons, V8
  • Codex Heretic Astartes Death Guard, V8
  • Codex Space Marines du Chaos, V6