Sigismund

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




Sigismund, Le Premier Capitaine de la Légion des Imperial Fists, Le Champion Martial de Rogal Dorn, Le Roi de l’Épée, Le Maître des Templiers, Le Premier Grand Sénéchal des Black Templars.
« Je ne supporte pas que les impurs puissent vivre.
Je brandis l’honneur de l’Empereur. J’abhorre et détruis les sorciers.
J’accepte n’importe quel défi, quels que soient les risques. »
- Sigismund, Grand Sénéchal des Black Templars, lors de la Première Croisade Noire.

Sigismund était un nom qui résonnait dans la Grande Croisade avant même que les ténèbres de l’Hérésie d'Horus ne fassent de lui un objet de légende. Né sur Terra et élevé dans les Legiones Astartes alors que la Grande Croisade était à son apogée, il a gravi les échelons et gagné en renommée grâce à un simple fait : il était un guerrier d’une létalité et d’une capacité inégalées. Sous le règne des Primarques, il n’y a peut-être jamais eu de guerrier plus habile au combat.

Sur les champs de bataille de centaines de mondes et dans les duels de chaque Légion, il n’a jamais été vaincu. Le feu du croisé a toujours brûlé en lui et si un guerrier pouvait incarner l’esprit de noble conquête de la Grande Croisade, c’était bien Sigismund. Ceux qui l’ont affronté dans le cercle des lames, ou qui se sont tenus à ses côtés au combat, parlent d’une furie enchaînée par une volonté de fer et d’un génie inhérent à la mort qui frise le surnaturel. C’est cette compétence et ce feu qui ont amené Sigismund à commander les Templiers de la Première Compagnie, et la position la plus élevée dans les Imperial Fists sous Rogal Dorn lui-même.[1]

Sigismund n’était pas homme porté aux émotions. Nombreux étaient ceux à le considérer avec une révérence mêlée de crainte, et certains l’estimaient mû par un zèle belliqueux ; celui d’un guerrier fanatique de la Grande Croisade. Sigismund était toutes ces choses aux yeux des autres, mais il n’était qu’un impératif, une nécessité de son époque.[2]

Sigismund possède l’Équipement suivant :
  • L’Épée Noire : L’Épée Noire est une lame légendaire de provenance inconnue qui prend la forme d’une ancienne lame à deux mains en métal noir lustré. Elle est capable de couper la pierre et le métal sans effort ni dommage pour la lame. Dans les mains d’un guerrier tel que Sigismud, l’Épée Noire était mortelle au-delà de toute croyance, et des chefs de guerre extraterrestres et de puissants guerriers sans nombre sont tombés devant elle.[3]

Jeunesse[modifier]

Né sur Terra, Sigismund eut une enfance dans les camps des tribus nomades du plateau d’Ionus. Le hasard et les circonstances avaient orienté dans une direction ce garçon originaire de campements itinérants, vif et rapide, qui savait encaisser les corrections que lui infligeaient les autres enfants, mais sans jamais se laisser briser. Il avait survécu seul des années après que la poussière et une fibrose du poumon eurent emporté son père.[4]

Plus tard, au début de l’Hérésie d’Horus, il se rappellera l’odeur d’une douzaine d’épices au moins sur le vent, et aussi des traces de fumée, de poussière, et l’odeur annonciatrice de la pluie prochaine, mais de cette brève enfance qu’il a eut, il ne se souviendra de rien d’autre.[5]

La Grande Croisade[modifier]

On ignore comment Sigismund est devenu un Space Marine et quel fut son parcours durant la Grande Croisade. Il devint néanmoins Premier Capitaine des Imperial Fists et bras droit du Primarque Rogal Dorn. D’une constitution robuste, Sigismund avait alors des cheveux d’un blond foncé et un visage patricien où se retrouvaient les mêmes lignes austères que sur celui de son seigneur et maître.[6]

Un Duelliste Invincible[modifier]

Durant la Grande Croisade Croisade, Sigismund est devenu un épéiste renommée, au point que la Légion des World Eaters, le considéra comme un frère particulièrement méritant, ouvrant ses fosses de gladiateurs au Premier Capitaine de la VIIe Légion. La notion de fraternité était dans le cœur des World Eaters et avait menée la tradition de s’enchaîner toujours par deux dans les fosses gladiatoriales, où on s’affrontaient sous les acclamations des Space Marines. Les duellistes entraient sans armure, nus à l’exception d’un pagne, pour montrer qu’ils ne craignaient aucune blessure, et pour que chacun se batte selon les mêmes termes. Dans les entrailles du vaisseau amiral de la XIIe Légion, le Conqueror, Sigismund, allié à un World Eater, Delvarus de la Triarii, remporta tous ses combats jusqu’au premier sang et qui ne duraient jamais plus de trente secondes. Personne ne parvenait à faire le poids face à lui. Personne ne s’en était même jamais approché. C’est dans ce contexte que Sigismund rencontra le Capitaine de la 8e Compagnie d’Assaut des World Eaters, Khârn, qui associé avec un Word BearerArgel Tal, affronta Sigismund et Delvarus. Sigismund jeta Khârn à terre en sept petites secondes, au même instant où Delvarus obtenait le premier sang sur la poitrine nue d’Argel Tal. Néanmoins, le World Eater et le Word Bearer serrèrent leurs poignets pris dans les fers avec le Premier Capitaine, conclusion traditionnelle d’un bon combat, gagné à la loyale. Sigismund comptera Khârn comme un de ses frères de serment, terrible ironie en sachant qu’ils seront dans les camps opposés durant la guerre civile.

Les Chaînes[7]

C’est dans les fosses gladiatoriales des World Eaters que Sigismund adopta, avec son zèle habituel, la coutume de relier avec d’énormes chaînes noires ses poignets pour retenir son épée. Ces attaches faisaient partie de ses traditions personnelles et elles avaient acquis une grande popularité dans les fosses gladiatoriales des World Eaters.

Sigismund continuera à se forger une impressionnante réputation, affrontant en duel la fine fleur des combattants de la XIIe Légion à la fin de la Grande Croisade. Il obtiendra un nouveau surnom que le suivra pour le reste de sa vie : le Chevalier Noir, en hommage à ses prouesses, sa noblesse et son blason personnel.[8]

Sigismund affrontera en duel d’autres guerriers, notamment le Premier Capitaine des Night Lords, Jago Sevatarion, dit Sevater. Ce fut le seul guerrier, en plus d’un siècle de guerre, ayant jamais réussi à contraindre Sigismund au match nul. Le duel avait duré presque trente longues heures, dans la sueur, les jurons et le fracas du métal s’écrasant sur le métal. Devant plusieurs centaines de guerriers des Night Lords et des Imperial Fists venus les regarder, Sevatar avait fini par tricher, mettant fin à ce duel, et s’étant du même coup disqualifié, en assénant un coup de tête à Sigismund, lui défonçant le visage. Fidèle à sa nature, Sigismund n’avait fait qu’en rire car si il était connu pour sa fierté et son stoïcisme, il n’en avait pas pour autant perdu toute humanité et tout humour.[9]

Sigismund affrontant Jubal Khan.
En 990.M30, il affronta le talentueux épéiste des White Scars, Jubal Khan, dans un macro-cratère du monde de Sutaris, sous une pluie torrentielle. Après que les White Scars et les Imperial Fists aient combattu un ennemi commun, et sans le souhaiter, Sigismund se retrouva face à Jubal Kahn qui jeta sa lame à ses pieds. Il comprit qu’il n’avait alors pas le choix que de celui d’accepter le duel. Sous le regard de dix mille guerriers qui se tenaient sur les pentes du macro-cratère, il se concentra sur la lame guan dao - une hallebarde - de Jubal Khan. Face au White Scar, il commença à enrouler une chaîne autour de son poignet, elle-même reliée à son épée. Cela interpella Jubal qui était interloqué par cette pratique, le narguant pour savoir si il craignait de perdre sa lame, symbole dans sa culture de liberté, de vent et de foudre qu’on ne pouvait entraver. Les deux Space Marines s’affrontèrent une fois que le Premier Capitaine eut terminé de serrer la chaîne autour de son poignet. L’affrontement fut intense, les deux armes des deux duellistes n’étant plus qu’une tornade d’attaques et de parades. Sigismund fut digne de sa réputation aux yeux de Jubal Khan. Le White Scar parvient à trancher la chaîne au niveau de l’avant-bras de Sigismund avant de lui balancer un coup de pied en pleine tête. Mais l’épée du Premier Capitaine bloqua le second coup et para un déchaînement de coups rapides avant de voir une ouverture, blessant le White Scar au bras gauche. Jubal Khan reconnu alors qu’il ne battra pas Sigismund, celui-ci lui expliquant que son triomphe venait de sa concentration, le White Scar contrant qu’il manquait de joie.[10]

En 977.M30, dans le Temple du Serment - lieu sacré où figuraient les noms et serments de tous les Imperial Fists qui servaient ou avaient servi l’Imperium - dont il menait la veille comme Templier, au sein du titanesque vaisseau des Imperial Fists, le Phalanx, Sigismund rencontra Alajos, Capitaine du 9e Ordre des Dark Angels, l’un des meilleurs guerriers à avoir jamais manié une lame à la bataille. Alajos était venu lui parler suite à une dispute entre Rogal Dorn et le Primarque des Dark Angels, Lion El'Jonson. Ensemble, les deux Space Marines discutèrent sur les risques d’un conflit entre des Légions avant de menacer le Dark Angel qui tenta d’avancer vers les portes du Temple du Serment, interdit aux étrangers, et prêt à faire couler le sang au nom de son devoir. Le Dark Angel souligna qu’ils étaient plus que des guerriers, mais des champions de leurs Légions. Alajos et Sigismund s’entendirent sur le fait que si un conflit devait naître, ce serait à eux seuls de le régler.[11]

En 995.M30, Sigismund - portant une robe blanche sans manches ornée d’une croix noire - retrouva Khârn - en kilt noir avec une corde en guise de ceinture - dans les cages de duel du Conqueror. Les deux Astartes s’affrontèrent, l’Imperial Fist maniant son épée face aux deux lames jumelles du World Eater jusqu’à ce que Sigismund place sa lame sur l’artère du cou de Khârn, remportant la manche. Khârn affirma que Sigismund aimait ce lieu, ce que le Premier Capitaine nia bien qu’il y revenait toujours. Il regarda le World Eater soupeser chaque arme sur un râtelier, Khârn choisissant enfin une hache avant de souligner la flatterie de l’imitation de la tradition de la XIIe Légion adopté par Sigismund, les yeux posés sur les anneaux de plastacier autour du poignet du Premier Capitaine. Sigismund lui raconta son duel avec Jubal Khan, expliquant que le White Scar comparait les chaînes à une prison. Puis le combat repris, hache contre épée, Sigismund envoyant un coup dans le visage de Khârn qui répliqua en lui balançant un coup de tête - imitant Sevatar - avant que l’Imperial Fist ne pivote sur lui-même en coinçant le poignet de Khârn entre la poignée de son épée et son bras et poser la pointe de son arme contre sa nuque. Khârn fut satisfait de voir enfin Sigismund lâcher prise bien que l’Imperial Fist critiqua sa trop grande exposition. Le World Eater affirma que le duel n’était pas le style de combat de sa Légion et qu’il lui fallait exprimer sur un champ de bataille ses talents, un lieu de chance et de furie, loin de la rigidité et du devoir qui définissait tant Sigismund qui affirma en retour que sans son code d’honneur il ne serait rien. Khârn espérait n’avoir jamais à affronter dans un vrai combat à mort le Premier Capitaine, car il serait alors obligé de le tuer…[12]

Le Départ Vers Terra[modifier]

« Nous allons passer nos vies à nous battre pour bâtir cet Imperium, puis j’ai bien peur que nous passions le reste de nos jours à combattre pour le défendre. Il règne de telles ténèbres parmi les étoiles. Même quand l’Imperium sera achevé, il n’y aura pas de paix : nous serons obligés de faire la guerre pour préserver ce que nous aurons construit de dure lutte. La paix est un vœu pieux ; notre croisade adoptera peut-être un autre nom, mais elle ne cessera jamais véritablement. Dans notre lointain futur, il n’y a que la guerre. »
- Sigismund.

La fin de la Grande Croisade fut marquée par le départ de l’Empereur vers Terra, le Maître de l’Humanité débutant un programme secret dans les cryptes de Son palais. Le Primarque Horus Lupercal avait été nommé Maître de Guerre lors du Triomphe d'Ullanor, faisant de lui le commandant en chef de toutes les armées de l’Imperium, même au dessus des autres Primarques. Rogal Dorn accompagna quelques mois Horus, Sigismund à ses cotés. Puis, peu avant le départ des Imperial Fists vers Terra, dans le pont du vaisseau amiral du Maître de Guerre, le Vengeful Spirit, Sigismund rencontra deux membres de la Légion d’Horus, les Capitaines Luna Wolves Torgaddon et Garviel Loken. Sigismund affirma à Loken que d’après lui, la croisade ne cessera jamais, car plus les flottes impériales se dispersaient, plus elles découvraient de nouveaux mondes à conquérir, menant à un cercle sans fin de guerre. Le Capitaine Torgaddon taquina Sigismund en affirmant que la VIIe Légion allait passer à côtés des gloires futures en surveillant Terra face à des menaces qui à l’époque, semblaient lointaines. L’idée de devenir les prétoriens de l’Empereur, de fortifier le palais de Terra et d’en garder les remparts emplissaient Sigismund de fierté avant qu’un jour, sa Légion reparte en guerre.[13]

L'Hérésie d'Horus[modifier]

La Fuite de l'Eisenstein[modifier]

Sigismund se trouvait à bord du vaisseau amiral de sa Légion, le Phalanx en route vers Terra aux côtés de son Primarque quand Horus Lupercal fut corrompu par le Chaos sur Davin par les Puissances de la Ruine. Le Maître de Guerre complota ensuite pour renverser l’Empereur et prendre Sa place, ralliant à sa cause les Primarques FulgrimMortarion et Angron et leurs Legiones Astartes à sa cause. Décidé à se débarrasser des éléments jugés comme loyaux à l’Empereur au sein de ces quatre Légions, Horus profita de la rébellion du monde impérial de Isstvan III pour envoyer l’ensemble de ces Space Marines Loyalistes à la surface de cette planète pour officiellement écraser les rebelles, mais pour en réalité pour les bombarder depuis l’orbite avec un virus dévoreur de vie qui transforma Isstvan III en une désolation stérile purger de toute vie. L’Hérésie d’Horus avait commencé par cet acte atroce.

Mais un Loyaliste de la Légion de la Death Guard était resté en orbite, le Capitaine vétéran Nathaniel Garro, qui comprenant la trahison d’Horus, s’était enfuit sur une frégate de sa Légion, l’Eisenstein en compagnie d’une poignée de Loyalistes de la XIVe Légion, du Luna Wolf Iacton Qruze, de l’Itérateur Kyril Sindermann et des Commémoratrices Mersadie Oliton et Euphrati Keeler, qui avaient été en première loge de la trahison sur le Vengeful Spirit. L’Eisenstein vécut un terrible périple dans le Warp, affrontant des monstruosités qui cherchèrent à l’empêcher de rallier Terra et prévenir l’Empereur de la trahison. L’Eisenstein se retrouva à la dérive, et perdu dans une zone de l’espace après que son Navigator ait été tué suite au choc psychique d’une sortie Warp d’urgence pour échapper aux entités de l’Empyrée qui avait tenté d’envahir et d’éliminer Garro et ses hommes. En perdition, le Capitaine de la Death Guard ordonna d’enclencher le compte à rebours d’autodestruction des Moteurs Warp de la frégate avant de les faire éjecter du vaisseau, dans l’espoir que l’explosion qui en résulterait dans l’Immaterium agirait comme une balise et attirerait l’attention de personnes disposés à enquêter sur l’origine de cette explosion. Par chance, la flotte des Imperial Fists qui avait été secoué par de terribles tempêtes Warp, inédites de par leur fureur, avait perdu tout point de repère et avait été déportés dans une région incohérente. Le Phalanx et la flotte de la VIIe Légion se sont retrouvés encalminés dans l’œil d’un cyclone où tous les vaisseaux qui ont essayé d’en sortir furent disloqués. Mais grâce à l’explosion des Moteurs Warp de l’Eisenstein, les Navigators des Imperial Fists ont pu retrouver un point de repère dans l’Immaterium et de sortir de l’ouragan. Dorn trouva le navire Death Guard en perdition et accueillit sur le Phalanx les survivants.

Sigismund les accueilli dans le sanctorum du Primarque, et assura à Garro que le courageux Capitaine de l’Eisenstein, Baryk Carya, sera réaffecté pour servir l’Empereur. Lorsque Dorn expliqua avoir quitté Horus pour rejoindre Terra, le Premier Capitaine remarqua le malaise de Garro à la mention du Maître de Guerre. Sigismund reprit son Primarque quand celui évoqua aux survivants Loyalistes les tempêtes Warp qui avait ralenti sa flotte, soulignant qu’il n’en avait jamais vu de telles, la première s’étant abattue sur eux dès le moment où ils avaient pénétré dans l’Empyrean, faussant toutes les routes de leurs Navigators. Puis le Premier Capitaine, avec une cohorte de ses hommes, s’est tenu en alerte sur le pourtour de la salle, écoutant avec son Primarque les péripéties expliqués par Garro et Qruze, de la trahison d’Horus sur Isstvan III, la félonie des quatre Légions Renégates des Sons of Horus, des Emperor's Children, de la Death Guard et des World Eaters. Avec ses hommes de la 1ère Compagnie, Sigismund s’est tenu aussi immobile qu’une statue, son visage demeurant stoïque malgré la portée de ce qu’il entendait. Lorsqu’il apprit que ce fut le Capitaine Garviel Loken qui, avant d’être envoyé mourir sur Isstvan III, avait demandé à Qruze d’emmener Kyril Sindermann, Mersadie Oliton et Euphrati Keeler, Sigismund interrompit Garro pour rappeler qu’il avait discuté avec le Luna Wolf, le qualifiant d’esprit solide, quoiqu’un peu naïf, mais avec des principes. Une fois le récit de Garro terminé, Rogal Dorn n’en crut pas un mot, au point d’être à deux doigts de tuer le Death Guard. Mais lorsque Euphrati Keeler, accompagnée de Sindermann et d’Oliton, arriva soudainement, elle proposa à ce que le projecteur hololithique relié au crâne d’Oliton montre tout ce que la série de bobines mnémoniques implantées dans la Commémoratrice avaient enregistré. Sigismund regarda, grimaçant de dégoût, Horus ordonner le bombardement viral de Isstvan III, confirmant la trahison du Maître de Guerre. Le Premier Capitaine demanda à Dorn ce qu’il devait à présent faire, se voyant ordonner par son Primarque de rassembler les Capitaines des Imperial Fists et de les informer de la trahison sans en ébruiter davantage. Il resta préoccupé de l’état de Dorn, profondément affecté par cette situation, le laissant seul dans son sancturum.

Plus tard, dans une chambre d’audience de Phalanx, Sigismund refit face à Dorn avec les hauts officiers de la Légion, Garro et Qruze ayant été invité par le Premier Capitaine à l’entretien. Dorn apprit à ses officiers la trahison de Isstvan III et qu’il était de son devoir de prévenir l’Empereur. Sigismund reçu l’ordre de prendre le commandement direct du reste de la Légion et de la flotte de guerre et de partir vers le système de Isstvan sous les auspices d’un déploiement de combat, de s’y considérer en territoire hostile, de porter secours à ceux de ses frères qui seront restés loyaux à l’Empereur et d’en apprendre davantage sur ce qui s’était passé sur ces mondes. Le visage pâle comme la cendre, le Premier Capitaine écouta son seigneur affirmer qu’Horus allait devoir répondre de ses actes.[14]

La Rencontre avec une Sainte[modifier]

Sigismund se prépara à envoyer une partie de la flotte dans le système de Isstvan comme Dorn le lui avait ordonné. Cinq cent soixante-et-un vaisseaux et trois cents Compagnies allaient partir punir les renégats sous son commandement mais c’est alors que le Premier Capitaine décida de se promener dans les ponts inférieurs de Phalanx. Il ignora pourquoi il se dirigea dans les couloirs, à part peut-être qu’il souhaitait avoir le désir de trouver un peu de paix. Il atteignit les quartiers où étaient cantonnés les civils ayant accompagné Nathaniel Garro mais l’endroit était désert, au point qu’il se pensa seul. Puis il rencontra la Commémoratrice Euphrati Keeler, rescapée de l’Eisenstein, qui apparue derrière lui en robe blanche, à cinq pas à peine, le Templier ne l’ayant même pas entendu approcher. Sigismund savait qu’une sorte de culte s’était formé autour de la jeune fille, une violation dangereuse de la Vérité Impériale qui était alors en train de commencer à s’effriter pour donner naissance dans le futur au Credo Impérial, dont Keeler deviendra une des Saintes. Keeler regarda le Premier Capitaine comme si elle l’attendait, comme si elle savait déjà qu’il viendrait. Avec un sourire, elle vit que l’Imperial Fist s’interrogeait avant de le mettre face à un choix qui allait changer ou non le futur et l’avenir de sa Légion. Totalement figé, Sigismund écouta Keeler lui affirmer qu’il devait choisir sa place, celle de partir avec la flotte comme on lui avait ordonné, ou rester aux côtés de son père génétique lors de "la fin de tout ce qui a été." Alors le Premier Capitaine eut une vision qui lui montra des vaisseaux au firmament, si nombreux que le ciel était de fer. Un déluge de feu comme une pluie de mousson, et des montagnes de cadavres en armures, si hautes qu’elles cachaient les Titans qui marchaient entre elles. Des ennemis par centaines de milliers, par millions, une horde innombrable qui se déversait par les brèches des remparts brisés. Il aperçu un ange aux ailes rougies par le reflet de l’immense bûcher qui engloutissait un palais dans ses flammes. Il vit des Imperial Fists brisés, ensanglantés, basculant du haut des murailles noircies, dégringolant en cascade et des colonnes de fumée si hautes qu’elles caressaient le ventre blindé du ciel. Keeler prophétisa un univers plongé dans une guerre sans fin ou l’Imperium se sera retourné contre lui-même. Enfin il vit sa mort, son propre corps gelé, flottant en lisière d’un système stellaire oublié, dans un futur impossible à déterminer.

Il demanda à la Commémoratrice qu'elle était l’autre voie à suivre, le jeune femme lui répondant que c’était la mort et le sacrifice, très loin, sous les rayons d’une étoile inconnue, seul et oublié de tous.

Sigismund demanda alors à Dorn de rester à ses cotés. Le Primarque, devenu le Prétorien de Terra chargé de fortifier le Palais Impérial pour affronter Horus et les Traîtres si jamais ils arrivaient, accepta. La flotte, avec un tiers de la VIIe Légion, partie vers Isstvan sous le commandement de Yonnad, le meilleur maître de flotte des Imperial Fists, avec son meilleur élève et héritier désigner, Alexis Polux.[15]

Le Schisme de Mars[modifier]

Sigismund et Zagreus Kane évacuant la Forge Mondus Occulum sur Mars.
L’Hérésie d’Horus s’accéléra lorsque le centre du Mechanicum, la puissante organisation gérant la technologie impériale - Mars, - sombra à son tour dans une guerre civile, le Fabricator-Général Kelbor-Hal se déclarant partisan du Maître de Guerre, formant ainsi le Mechanicum Noir. Les Traîtres prirent le dessus et en apprenant le désastre, Dorn convoqua Sigismund qui le rejoignit au sommet de la plus ancienne forteresse de Terra, le cylindre rocheux et irrégulier du Bastion de Bhab qui s’élevait au plus haut du toit du monde, comme un doigt pointé vers les étoiles. Le Primarque lui annonça que Mars était sur le point de tomber et qu’il avait pour mission de faire le nécessaire pour défendre Terra en s’emparant des armures des forges de Mondus Occulum et de Mondus Gamma avec quatre Compagnies, et le Capitaine Camba Diaz pour l’accompagner. Sigismund, comprenant que Dorn voulait que Camba Diaz tempère son humeur, s’exécuta.[16]

À la tête des quatre Compagnies et de troupes auxiliaires de l’Armée Impériale afin de sécuriser les forges Mondus Occulum et Mondus Gamma - des forges qui produisaient la plus grande partie des armures et des armes de l’Astartes. Sigismund se rendit sur Mondus Occulum, principale productrice de matériel pour les Astartes, à la tête de ses Compagnies et fut accueilli avec soulagement par Zagreus Kane, le second du Mechanicum qui était restait fidèle à l’Imperium. Sigismund récupéra le plus possible de munitions pour les rapatrier sur Terra, tandis que près de deux mille appareils - des Stormbirds, des Thunderhawks et des navettes de l’Armée Impériale - commandés par Camba Diaz, s’abattaient sur Mondus Gamma en profitant de la couverture que leur procurait une tempête de cendres poussées par les vents. Mais les Imperial Fists de Camba Diaz connurent moins de chance à Mondus Gamma, car ils furent repoussés en subissant de très lourdes pertes.

Apprenant que de l’infanterie, des blindés, des Skitarii et au moins l’équivalent de deux legios en machines de guerre diverses se dirigeaient vers sa position, Sigismund, plein de rage, apprit les difficultés de Camba Diaz et des régiments joviens de l’Armée Impériale ainsi que celle des compagnies saturniennes chargées de rompre le siège de la forge d’Ipluvien Maximal, puissant Magos étant resté loyal et opposé à la trahison de Kelbor-Hal. Tandis que ses hommes travaillaient à évacuer le plus d’armures, d’armes et de munitions possibles, il fut rejoint par Kane en qui le Premier Capitaine avait reconnu les efforts pour assurer un transfert aussi organisé que possible des productions de sa forge vers les vaisseaux qui attendaient sur leur ancrage orbital. Il apprit à Kane les difficultés rencontrées à Mondus Gamma avant d’écouter le rapport du Fabricator-Général supplétif qui avait réussi à évacuer douze mille Armures Mark 4 et deux fois plus d’armes. Sigismund ordonna d’aller plus vite car la surveillance orbitale avait détecté le déplacement d’une importante force ennemie arrivant sur leur position : deux Legios Titaniques réunissant prêt de soixante Titans ! Sigismund fut tenté de se battre mais obéissant aux ordres initiaux de Rogal Dorn, il décida de renoncer, au grand désarroi de Kane qui rappela que si sa forge tombait, les Loyalistes n’auront plus les moyens de se procurer de nouvelles armures. Sigismund coupa court au débat lorsqu’un tir ennemi toucha une tour de la forge, son effondrement ravageant des kilomètres carrés de paysage industriel. Le pilonnage ennemi s’intensifia, et Sigismund aperçu un bataillon de six Titans Warlord avancer vers Mondus Occulum. Le Premier Capitaine ordonna un repli immédiat, et fit comprendre à un Kane médusé que sa forge était perdue. Il lui ordonna d’embarquer car à présent, Zagreus Kane était le nouveau Fabricator-Général reconnu par l’Imperium.

Quittant Mars, Sigismund laissait les derniers Loyalistes face à leur destin.[17]

Le Massacre du Site d'Atterrissage[modifier]

De retour sur Terra, Sigismund senti que l’incertitude et la peur semblaient grandir chaque jour dans les esprits, comme si Terra tout entière retenait son souffle, dans l’angoisse de découvrir où s’abattrait le prochain coup. Rogal Dorn avait envoyé les Légions Space Marines des Iron Hands, des Salamanders, de la Raven Guard, des Word Bearers, des Iron Warriors, des Night Lords et de l’Alpha Legion écraser les quatre Légions Renégates sur le monde de Isstvan V.

Alors qu’il lisait des rapports dans la chambre des cartes du Palais Impérial, centre de commandement de Dorn qui était en train d’écouter le maçon de guerre impérial Vadok Singh lui décrire les fortifications qu’il se proposait d’ajouter au plateau du Dhawalagiri, l’Astropathe Armina Fel, escortée par quatre Custodiens, arriva en pleurs. Fel avait déjà apporté un nombre incalculable de messages au Primarque mais aucune n’avait jamais nécessité une escorte. Fel annonça avoir reçut un message de Isstvan, Dorn s’avançant à sa rencontre sous les yeux du Premier Capitaine, bras tendus. Doucement, il lui prit le visage et lui releva le menton jusqu’à ce que ses orbites vides le regardent et lui demanda ce qui c’était passé. Fel se reprit et annonça que l’armée de contre-offensive impériale avait été massacrée sur Isstvan V, que les Primarques Vulkan et Corvus Corax étaient portés disparus et que Primarque Ferrus Manus avait été tué. Les Night Lords, les Iron Warriors, l’Alpha Legion et les Word Bearers s’étaient rangés aux côtés d’Horus Lupercal !

En entendant ce désastre, Sigismund se crut assommé, anesthésié, comme si ce qu’il venait d’entendre lui avait ôté toute sensation. Il repensa à Keeler, et compris que c’était le commencement de la fin. Si quatre Légions de plus pouvaient se retourner contre l’Imperium, pourquoi n’y en aurait-il pas d’autres ? Il trembla, ses muscles tendus comme des cordes sous son épiderme balafré frémissaient et il se demanda brièvement s’il s’agissait de peur, avant de comprendre que c’était la haine.

Rogal Dorn, devenu de marbre, ordonna à Sigismund de débusquer les derniers de ces nouveaux traîtres qui se dissimulaient encore dans le Système Sol, de les capturer ou de les tuer. Quand à la flotte des Imperial Fists parti punir les renégats, ordre fut donné de les prévenir de rebrousser chemin immédiatement, ces derniers recevant la missive après la terrible bataille spatiale de Phall contre les Iron Warriors.[18]

La Purge du Temple de la Comète[modifier]

Sigismund durant l’Hérésie d’Horus.
Obéissant aux ordres de Dorn qui étaient de mettre la main sur les éléments des Légions Renégates présents dans le Système Sol, Sigismund prit la tête d’une force composée de vingt Imperial Fists. La moitié était les élus de ses Templiers au surcot blanc réduit à des plis grisés dans le clair-obscur. Les autres étaient les hommes du Sénéchal Fafnir Rann, aux boucliers et armures cabossés, marqués des deux haches des briseurs de lignes. Il prit un appareil d’assaut avec ses frères, accompagné d’une émissaire du Conseil de Terra sur ordre du bras droit de l’Empereur, Malcador le Sigillite, une vieille femme avec un exosquelette étincelant fait de chrome et de carbone polis, du nom d’Harpocratia Morn. L’émissaire avait été imposé à Sigismund et elle lui demanda si il avait alors déjà tué un Space Marine. Rann tenta de la faire taire, mais cette dernière le regarda avec dédain avant de le remettre à sa place, faisant bien comprendre qu’elle jouissait d’une position supérieure à la sienne, et était une guerrière vétérante. Sigismund ne lui avait pas répondu, faisant interroger Rann sur pourquoi Morn voulait savoir si il avait déjà fait couler le sang d’un frère des Légions. Pour l’émissaire, cette information était importante, car leur aéronef arrivait droit sur une comète évidée qui accueillait un temple servant de lieu de repos pour les ossements des plus grands héros qui avaient pris part aux Guerres d'Unification et à la Grande Croisade. Des Word Bearers en gardaient les murs bien avant qu’ils n’aient porté ce nom et la tâche de Sigismund était de les éliminer maintenant que leur trahison était connue de tout l’Imperium. Lorsque la rampe d’assaut s’abaissa, le Premier Capitaine avoua alors que jamais il n’avait abattu un autre Space Marine, et lorsqu’il posa le pied sur la comète, il sut qu’il allait franchir la porte ouvrant sur une nouvelle ère, qui changera à jamais le sens de ce qu’était un guerrier de l’Imperium.

En mettant le pied sur la comète, Sigismund vit les murs de crânes et d’os polis qui le dominait avec des mots qui recouvraient les visages et qui précisaient qui ils étaient de leur vivant et les exploits qui leur avaient valu de finir ici dans la mort. Une centaine de guerriers des Word Bearers y montaient la garde, et ces derniers accueillirent les Imperial Fists avec des tirs de Bolter. Face à un fils de Lorgar Aurelian prêt à tirer sur lui, Sigismund abattis son épée, tuant son premier Astartes. Il était déjà en mouvement avant même que le cadavre ennemi ait touché terre, frappant, encore et encore, et tuant à chaque pas. Il avança, et un crescendo de sensations morcelées envahit son monde : un torse fendu de la clavicule à l’aine ; une main qui cherche à se refermer sur la poignée d’une épée ; l’aboiement des Bolters. Avec ses frères en arrière-garde, Sigismund progressa en tirant sur des tourelles de guet, quand ils ne tailladent pas les silhouettes des Word Bearers, se dirigeant droit vers le temple lui-même. La résistance rencontrée jusque-là était bien maigre, les effectifs et la tactique de l’ennemi n’étant pas à la hauteur. Puis un Word Bearer vint à lui, plus rapide que les autres, la tête nue et couverte de tatouages. Sigismund vit une grosse lame en dents de scie fondre sur sa gorge, le coup étant puissant, fruit d’un entraînement et d’une expérience incontestables. Il visait à le tuer proprement mais le tempo meurtrier de Sigismund n’avait pas faiblit et il évita le coup, se retournant et abattant à son tour son épée. C’est à ce moment seulement qu’il aperçut une dague : un éclat d’obsidienne fixé à une poignée d’os, qui chatoyait par intermittence, comme si elle se perdait dans une brume de chaleur. Le Word Bearer frappa de bas en haut, forçant Sigismund à se dégager en se contorsionnant, abattant brusquement son épée pour tenter de parer le coup. Le poignard ébène creusa un sillon sur son plastron et la douleur le foudroya aussitôt. Son épée frappa le bras gauche du Word Bearer qui chancela avant de contre-attaquer. Le fer de hache de Rann mit fin au combat quand il fendit le crâne en deux du Traître. Ensemble, les deux Imperial Fists se sont tenus épaule contre épaule, alors que d’autres fils de Dorn formaient une ligne compacte derrière eux, armés de boucliers et d’épées, ouvrant le feu en reformant les rangs. Sigismund tua un autre ennemi en lui enfonçant son épée dans le ventre alors que la hache de Rann le décapitait.

Les Word Bearers se replièrent avant de commencer à refermer de grandes portes de laiton et d’os qui menaient droit vers le Temple. Sigismund ordonna la prise des portes, ses frères s’exécutant aussitôt et s’élançant en formant un rempart contre les Bolts ennemis avec leurs boucliers. Ils tirèrent avec des Fuseurs au moment où les portes étaient quasiment fermées et qui firent fondre le plastacier et le laiton de la porte qui bascula de ses gonds dans une cascade de métal chauffé à blanc. Sigismund se remit à courir, Rann à ses côtés, arrivant dans un lieu désert et silencieux plongé dans le noir, avec un vent artificiel qui soufflait sur lui, comme aspiré par une brèche. Tandis que Rann et ses frères avançaient, Sigismund semblait attendre, se sentant mal à l’aise, jusqu’à ce que Morn, armée de ses pistolets, le rejoignit, lui annonçant que ce sentiment qui l’envahissait venait du fait qu’il était devenu un tueur au sang froid.

Sigismund avança enfin en compagnie de l’émissaire du Conseil de Terra, trouvant que les Word Bearers avaient été éliminés trop facilement. Pire, l'air devenait plus lourd et les ombres s’agitaient, Sigismund faisant remarquer à Rann que seule la moitié des effectifs renégats les avaient attaqués. Puis Morn déclara qu’un sacrifice blasphématoire allait commencer. Face à une porte à double battant lui barrant le chemin, Sigismund exigea le silence et écouta tandis que Morn s’avança avec ses gardes du corps et défonça la porte. Sigismund et Rann la suivirent et se retrouvèrent face à des dizaines de Space Marines réunis en cercle au centre de la pièce, agenouillés, la tête nue et inclinée, chacun tenant un poignard - un éclat de verre noir, de fer ou de cristal opaque. Au milieu se tenait un Apôtre Noir qui en voyant Sigismund prononça le mot "Paix". Alors tous les Word Bearers s’enfoncèrent leur lame sous le menton et le monde se figea. Puis les corps des Word Bearers se levèrent, du sang et de la fumée sortant de leur bouche, leurs corps altérés comme possédés par des entités venues d’ailleurs. Sigismund fut horrifié et envahi par une foule de pensées, de doutes et de souvenirs qui assaillirent sa volonté, avant de se rependre pour seulement laisser la furie s’exprimer. Il courut vers l’Apôtre Noir qui observait la bataille engagée entre les Possédés et les Imperial Fists, se ruant pour venir au secours de Rann en difficulté devant l’un des Traîtres, fauchant au passage les horreurs qui l’encerclaient. Il secourut Rann avant de se retrouver face à l’Apôtre Noir qui affirma que ce ne devait pas être lui qui aurait dû venir dans le Temple de la Comète car une autre mort l’attendait. Sigismund et Rann se jetèrent sur lui, mais quelque chose bougea dans un cercueil de pierre ouvert et posé sur l’estrade au milieu de la pièce, l’Apôtre Noir plongeant sa main dans un bain de goudron placé dans le cercueil. Des arcs électriques grisâtres remontèrent le long de son bras et les marques de son armure ondulèrent au moment où les contours de son corps devenaient flous. Rann frappa mais l’Apôtre Noir se retourna à une vitesse surhumaine et quelque chose percuta le bouclier de Rann qui disparut avant que sa silhouette ne change, hésitant entre plusieurs formes, se solidifiant et se dessoudant tour à tour, s’apprêtant à porter le coup de grâce sur Rann qui était paralysé. Mais Sigismund bloqua la longue épée en dents de scie dégoulinante de sang du Traître qui lui annonça qu’un tombeau d’étoiles attendait le Premier Capitaine le jour de sa mort. Le duel final débuta mais le Word Bearer esquivait, sans paraître avoir bougé, les coups de Sigismund, comme s’il se jouait du temps. L’épée ennemie se transforma en une masse d’armes noire, pourvue d’une lourde tête barbelée, que Sigismund para mais dont l’impact le renversa. Le Word Bearer lui demanda si il avait avoué à Dorn pourquoi il avait renoncé à son devoir pour regagner Terra au lieu de se rendre dans le système de Isstvan, expliquant que le Warp lui avait révélé ce secret, que les Dieux Sombre voulaient sa mort et que Keeler lui avait menti.

C’est alors que Sigismund entendit la voix de la jeune Commémoratrice depuis les corridors de sa mémoire, le Premier Capitaine se reconcentrant sur son espace comme jamais en se souvenant des nobles paroles de la future Sainte. Puis soudainement, alors que le Word Bearer allait le tuer de sa masse, le Premier Capitaine se referma sur son épée et la pointe de sa lame cueilli sous la cuirasse de l’Apôtre Noir, perforant armure, chairs et os, avant de traverser son Réacteur Dorsal. La cage thoracique du Word Bearer explosa, son sang se consumant par les flammes et les décharges d’énergie avant même qu’il ne touche le sol. Sigismund inversa sa prise et enfonça dans la bouche du Word Bearer sa lame, puis lui transperça le crâne avant de se planter dans le sol.

Les Possédés commencèrent à s’effondrer et un vent éthéré parcourut la pièce, des flammes vertes s’élevant des corps des créatures. Sigismund fut rejoint par Morn dont les gardes du corps soulevèrent le cercueil de pierre et prirent la lame de l’Apôtre Noir mort. Puis l’émissaire lui annonça que c’était terminé, ce que nia Sigismund qui expliqua que rien n’était jamais fini.[19]

La Colère de Rogal Dorn[modifier]

Plus tard, Sigismund se rendit dans l’Investiaire, le lieu où était exposé les statues des Primarques - ceux des Traîtres ayant été dissimulée par des voiles blancs. Il y retrouva Rogal Dorn perdu dans ses pensées et qui en l’apercevant, lui affirma que l’Imperium survivra à cette trahison. Puis, mal à l’aise, Sigismund osa expliquer à son père génétique pourquoi il avait refusé de prendre la tête de la flotte pour aller mener la guerre sur Isstvan. Face à un Rogal Dorn devenu de marbre qui le dévisageait, Sigismund lui raconta sa rencontre avec Euphrati Keeler, sa vision, et le choix qu’il avait fait. Mais pour Dorn, le Premier Capitaine avait désobéi à son ordre non pas pour des raisons compréhensibles et rationnels, mais par orgueil et par superstition et qu’il avait cru aux mensonges de ce qui était à ses yeux une falsificatrice, une démagogue qui prétendait répondre à des pouvoirs allant à l’encontre de la Vérité Impériale. Sigismund s’agenouilla devant son Primarque furieux, dégainant son épée en affirmant que sa vie appartenait au Prétorien qui s’empara alors de son épée et la fit tournoyer si vite que Sigismund ne perçut qu’un vrombissement et un mouvement flou. Dorn abattit la lame dans le marbre poli, à près d’un pied de profondeur. Le Primarque refusait d’accorder une fin si facile au Premier Capitaine mais déclara que personne ne devait jamais savoir ce qu’il avait fait, ne pouvant permettre que la peur et l’orgueil sèment le doute dans les rangs de sa Légion. Sigismund se vit ordonner qu’il devra porter seul sa honte. Il conservait son rang et sa position, mais il ne devra jamais parler à personne de cette conversation avant de lui rugir qu’il n’était pas son père ! Cette dernière déclaration ébranla Sigismund qui s’écroula. Il ne ressentit plus rien alors qu’un vacarme retentissant lui emplissait le crâne, celui d’un cri de souffrance et d’affliction, la clameur déchirante d’un sentiment oublié par une âme qui n’était plus humaine depuis si longtemps. Dorn parti et le Premier Capitaine se senti perdu. Mais il reprit courage et se jura de ne pas échouer dans sa tâche.[20]

La Bataille de Pluton[modifier]

Sigismund reçut de Dorn le commandement de la Première Sphère de Défense, l’une des cinq Sphères qui défendaient le Système Sol, allant des limites du système jusqu’à Terra. À la tête d’un flotte de guerre, le Premier Capitaine était en première ligne en cas d’invasion renégate, avec la planète Pluton comme base. Durant cinq années, sous le titre de Seigneur Castellan de la Première Sphère, Sigismund a éliminé quelques vaisseaux ennemis qui arrivaient régulièrement, mais rien d’assez menaçant pour qu’on puisse parler d’invasion.

Mais un jour, alors que Sigismund attendait l’arrivée prochaine des Traîtres, la fortification du Palais Impérial étant terminée, des équipes de l’Alpha Legion, chargées par le Maître de Guerre de plonger le Système Sol dans le chaos en vue de l’arrivée de sa flotte, infiltrèrent Terra tandis que leur flotte approchait silencieusement du système, allant jusqu’à baisser au minimum sa signature thermique pour éviter d’être détectée. Ces équipes ont déclenché une série d’actes terroristes sur le Monde-Trône et dans le Palais Impérial même avant de se faire éliminer par le Prétorien et ses guerriers.

Durant ces évènements, Sigismund venait juste de massacrer des fanatiques et pourchasser des vaisseaux en maraude. Sur son vaisseau de guerre, le Lachrymae, dans la région trans-plutonienne, le Premier Capitaine avait toujours Fafnir Rann à ses côtés. Ce dernier ne comprenait pas pourquoi le second de la Légion avait ce piètre poste, considérant que sa place était auprès du Primarque. Sigismund lui expliqua que c’était la volonté de Dorn et qu’il n’avait pas à en discuter.

Les choses s’accélèrent lorsque la flotte de l’Alpha Legion apparut dans le Système Sol afin de conquérir Hydra, la forteresse lunaire en orbite autour de Pluton et qui était le noyau de communication principal de la Première Sphère de Défense. L’ensemble des attentats et des attaques autour de Sol ne visait qu’à attirer l’attention ailleurs. Pire, le Primarque de la XXe Légion, Alpharius en personne, dirigea une escouade d’Alpha Légionnaires dans l’attaque de la forteresse lunaire.

Sur le pont du Lachrymae, avec le Sergent de la 1ère Compagnie des Templiers, Boreas, Sigismund vit les vaisseaux ennemis sortirent de la nuit en un nuage dispersé, squelettes et carcasses de bâtiments de guerre, aux flancs creusés par les impacts d’astéroïdes, nimbés de l’atmosphère intérieure qui s’en était échappée. Il observa le flux vidéo de cette flotte en approche et ordonna à Boreas que sa flotte se mette en position, que les navires tirent pour neutraliser les réacteurs et aux Imperial Fists de se préparer à aborder, laissant aux canons des lunes fortifiées de Pluton le soin d’abattre un maximum les navires ennemis parvenant à passer le ligne de défense. Il reçut la confirmation d’un des opérateurs de relais astropathique que la Troisième Sphère et la Quatrième Sphère subissaient des attaques jusqu’à ce que la plus haute gradée parmi les officiers de communication, reliée par une jonction directe à l’Astropathe Prime de la forteresse lunaire d’Hydra, prononce le code d’invasion : "du feu sur les montagnes". En entendant ces mots, Sigismund eut des visions des murs du Palais Impérial dévorés par les flammes, d’un ciel de fer et des morts jonchant le sol. La guerre était enfin arrivée dans le Système Sol et le Premier Capitaine avait bien l’attention d’être en première ligne.

La flotte de frappe de la VIIe Légion plongea parmi les vaisseaux qui émergeaient de l’obscurité, mais les Imperial Fists de Sigismund étaient peu nombreux, trente contre une centaine de vaisseaux, mais leur assaut fut brutal, le Lachrymae en tête. Avec cent de ses Templiers et les élus de Rann qu’il salua en levant son épée, il prit un appareil d’assaut et parti dans le vide. Sigismund débarqua dans un vaisseau intrus et prit le pont, taillant les renégats avec toujours Rann à ses côtés. Le Premier Capitaine se sentait mal à l’aise dans ce navire qui avait quelque chose de terne, de presque clinique, troublé de ne pas constater la moindre trace de corruption chaotique, contrairement aux centaines de vaisseaux ennemis qui s’en étaient pris au Système Sol durant tout le temps du conflit. Le Lachrymae le recontacta pour lui apprendre que les autres groupes d’abordage de toute la sphère de combat rapportaient que certaines forces d’abordage faisaient face à peu de résistance, certaines ne trouvant aucun équipage. Conscient d’un danger, le Templier ordonna le repli immédiat de toutes les forces d’abordage. C’est à ce moment que des yeux verts s’allumèrent dans le noir et que de grandes silhouettes avec de longues de griffes et de lames émergèrent du noir du pont. C’était une embuscade et Sigismund fonça à la rencontre de l’ennemi tandis que Rann et les Imperial Fists présents entamèrent une fusillade.

Sigismund en sortit victorieux, et il quitta les profondeurs obscures du vaisseau ennemi à moitié défunt, émergeant d’un passage, son armure et son tabard couverts de sang qui l’éclaboussait en nuances de marron et de rouge. Il ordonna le rapatriement de ses forces vers les forteresses lunaires aussitôt que le Lachrymae fut à portée de ses transmissions mais reçu pour toute réponse celle de l’Alpha Legion qui affirma que la forteresse Hydra était tombée et que Pluton était entre les mains ennemies. C’est alors que le Phalanx apparu à la tête d’une énorme flotte, avec Rogal Dorn à bord, fonçant droit sur Hydra pour affronter Alpharius. Le Prétorien se téléportera dans la forteresse, fera face son frère en combat singulier et le tua

De retour dans les baies de lancement du Lachrymae, Sigismund constata le retrait de la flotte de l’Alpha Legion mais ordonna à des armuriers en train de réparer son armure qu’ils lui apportent son épée.

Le combat final approchait.[21]

La Guerre Solaire[modifier]

Les Parchemins[22]

En attendant l’arrivée des Traîtres, Sigismund avait écrit durant des années des parchemins de serment, avec des pigments d’une encre mélangés avec la cendre des morts qui étaient tombés. Ces dizaines de parchemins furent apposés sur son armure et il allait les porter avec lui durant la Guerre Solaire et la Bataille pour Terra

En 0000014.M31, la puissante flotte d’Horus Lupercal atteignit enfin le Système Sol, démarrant la Guerre Solaire qui avait pour enjeu le contrôle du Système Sol.

À bord du Lachrymae, sur l’estrade de commandement de sa Frégate d’Attaque, dans le golfe trans-plutonien, Sigismund mena sa flotte et les plates-formes de défense contre les premiers vaisseaux renégats qui apparaissaient du Warp aux abords du de Sol. Secondé par Fafnir Rann et Boreas, le Templier était à la tête de centaines de navires de guerre, soutenus par les lunes de Pluton qui attendaient, hérissées d’armes et creusées de tunnels, chacune était une forteresse qui à elle seule aurait pu tenir tête à une flotte. Sigismund invita tous les membres de sa flotte à rester fidèles à leurs serments et à être forts dans leur résolution. Puis un pic éthérique fut détecté, annonçant l’arrivée d’une armada gigantesque. Le golfe plutonien brilla de plates-formes d’armes, de bancs de torpilles et de nuages de mines. L’ensemble forma une trame profonde de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres, qui s’étendait des bords de la nuit jusqu’à l’orbite même de Pluton. Sous ses yeux, Sigismund vit enfin le début de la bataille du destin de l’espèce humaine débuter, lorsque le premier navire qui appartenait aux Légions Astartes Renégates refit surface depuis le Warp, l’Erinyes, de la IVe Légion. Le Lachrymae engagea le combat avec vingt croiseurs de frappe et des destroyers rapides en formation serrée, avec qu’un seul et unique but : tuer autant de leurs ennemis que possible alors que ces derniers s’extirpaient toujours du Warp. Sous les encouragements du Premier Capitaine, l’équipage du Lachrymae massacra de nombreux vaisseaux ennemis. Mais pour un qui mourait, trois de plus arrivaient du Warp. Des milliers de transitions depuis l’Empyrée et l’arrivée des flottes de réserves Loyalistes menèrent à une bataille confondus dans une ondulation lumineuse de dizaines de milliers de kilomètres alors que les alarmes et les sirènes sonnèrent jusqu’à Terra pour annoncer l’arrivée d’Horus.

Dans le devoir que j’accomplis, je serai inébranlable.
Dans les actes que je dois exécuter, je me montrerai résolu.
Bien que marchant dans les ténèbres, je ne faillirai pas, ni ne m’égarerai…
Alors que les vagues d’arrivée ennemis semblaient sans fin, les défenses de la Première Sphère commandées par Sigismund finirent encerclées. De toutes parts, les ennemis saturaient le vide. Les lunes de Nix et Charon, les lunes-forteresses, de Pluton, étaient tombées. Kerbéros et Hydra allaient suivre. Sur le pont de commandement du Lachrymae, Sigismund manœuvra pour que chaque élément de la flotte se trouve à un endroit spécifique et selon un vecteur précis, le but derrière tout cela devant rester caché de l’ennemi. Il s’agissait là d’un acte de volonté autant que de talent aux armes et le Premier Capitaine avait confié cette tâche à Boreas. Face à l’hololithe de son bras droit, il ordonna qu’on envoie une transmission aussitôt que Kerbéros sera tombée : celui du retrait intégral de tous les vaisseaux à propulsion maximale vers le centre du système, laissant Pluton entre les mains de l’ennemi.

La retraite était en réalité une feinte. Car les lunes de Pluton avaient été saturées de vastes munitions placés près des commandes principales, secondaires et tertiaires de réacteurs et dans des magasins saturés, l’ensemble relié à un djinn numérique crée par les Technoprêtres et baptisé le Vanth-Primus-Nul. Sigismund, la lame de son épée au contact de son front, ses pensées tournées vers l’intérieur, le murmure des serments emplissant le pont du Lachrymae, face aux holoprojections de Boreas et de Rann, ordonna que la flotte vire de bord pour aller massacrer les renégats et fit exploser la lune Kerberos. L’onde de choc de la mort de Kerberos eut raison de deux cent cinq vaisseaux. Quelques secondes plus tard, Hydra et Charon suivirent leur sœur. Les soutes à munitions et le carburant de centaines de vaisseaux de combat contribuèrent au brasier. La flotte composée majoritairement de Sons of Horus et d'Iron Warriors fut plongée dans le chaos total et les Imperial Fists foncèrent sur eux, plongeant dans les orbites encore embrasées des lunes de Pluton. Ce fut dans ce chaudron que les nefs de la flotte de Sigismund se jetèrent et commencèrent à tuer, le Lachrymae en tête avec à ses côtés le vaisseau Persephone de Fafnir Rann et l’Ophelia de Boreas. Ensemble, ils éliminèrent le croiseur de combat Fire Gorgon avant de foncer vers le cœur des l’armada des Traîtres. Mais le Lachrymae fut frappé par des obus gravitiques qui lui martelèrent le flanc, froissant et tordant son blindage sous leurs vagues de force déchirante, le navire se mettant à tourner sur lui-même. En passerelle, Sigismund sentit des explosions faire trembler le pont, apprenant la perte des boucliers et l’approche rapide d’un vaisseau ennemi prêt à les aborder. Le Templier ordonna à se tenir prêt à repousser l’abordage mais à cet instant, un pilier d’éclair brillant apparut sur le pont de commandement, une téléportation qui fit apparaître des Sons of Horus dirigé par un des plus porches lieutenants du Maître de Guerre, Horus Aximand - dit l’Autre Horus, - qui avait dirigé l’offensive renégate avant que les explosions des lunes de Pluton ne ruinent son assaut. Sigismund se rua en avant, les paroles d’un serment sur les lèvres, le tranchant de sa lame atteignant les Sons of Horus avant même que la lueur de la téléportation se fût dissipée. Arrivé au milieu d’eux, il tailla et tailla, tuant de simples coups alors que les tirs et les lames se tendaient vers lui. Le Lachrymae se vidait dans l’espace tandis que des nuées de béliers et de griffes d’assaut venaient s’enfoncer dans ses flancs, les guerriers d’Horus se disséminant partout alors que Sigismund vit tomber la poignée de Templiers qui s’étaient trouvés sur le pont avec lui, pris pour cibles isolément par des rafales accablantes, puis achevés à la lame. Ce sort aurait aussi été le sien s’il s’y était soumis. Alors il vit Aximand, et persuadé que sa fin avait sonné, seul et oublié de tous comme Keeler l’avait prophétisé, il décida d’emmener le chef Son of Horus avec lui dans la tombe. Il se traça une vois sanglante jusqu’à Aximand et quand il l’atteignit enfin, une nouvelle téléportation inonda de sa lueur le pont, faisant apparaître des Imperial Fists avec des boucliers d’abordage encastrées en cercles défensifs. C’était les hommes de Rann, venus au secours du Premier Capitaine. Une bataille rangée commença, et au milieu du carnage Boreas mena les Templiers percuter les Sons of Horus sous les yeux de Sigismund qui taillait et avançait en luttant face à la marée, sentant sous son armure ses plaies coaguler. Il eut les côtes percutées par un coup porté par derrière lui, l’obligeant à renverser son épée et qu’il pique par-dessous son bras, transperçant son agresseur de l’aine à la clavicule. Mais les doigts de sa main gauche refusèrent de serrer encore le manche de son épée car quelque chose lui était rentré dans le flanc, planté entre ses côtes, qui lui éparpillait sa douleur dans les nerfs. C’est alors qu’Aximand le rejoignit et l’attaqua avec son épée, l’obligeant de parer avec seulement sa main droite. Sigismund se dégagea et alors qu’il allait bloquer la lame d’Aximand, Boreas intervint et frappa avec son épée l’arme de l’Autre Horus, la rabattant vers le sol. Aximand lui catapulta sa plaque faciale dans celle de Boreas avant que le courageux guerriers ne puise frapper, chancelant sous les yeux de Sigismund qui ne put intervenir à temps à cause d’un renégat qui lui barra le passage avec une masse à la mains. Ce fut le bouclier de Rann qui sauva Sigismund du coup du Traître et qui le tua de sa hache. Des Imperial Fists entourèrent Sigismund de leurs boucliers afin de le téléporter en sécurité dans le Persephone. Mais le Templier refusa d’abandonner Boreas toujours en prise avec Aximand. Mais Aximand abattit Boreas qui se retrouva gisant au sol, l’armure en ruine et en sang. Aximand se dressa au-dessus de Boreas dans son triomphe, l’épée renversée, descendant pour le coup final mais la lame de Sigismund dévia le coup de pointe porté vers le bas. Le Templier trancha le bras d’Aximand qui tenait l’épée et lui fit sauter la main au niveau du poignet. Un second coup de taille suivit le premier qui passèrent à travers le plastron de l’Autre Horus alors vaincu. Au moment où Sigismund allait achever le lieutenant du Maître de Guerre, il fut téléporté avec l’ensemble de ses frères pour apparaître sur le pont de téléportation du Persephone. Boreas gisait à ses côtés, et sans un mot, il porta le plat de sa lame contre son front.

Alors que les derniers défenseurs de Pluton se repliaient vers la lumière de l’astre et maintenaient leur cap, et tandis que de nouveaux vaisseaux ennemis continuaient de surgir du Warp, Sigismund se rendit dans la soute du Persephone et s’arrêta au seuil d’un sanctuaire isolé, Rann à ses côtés. Ensemble, ils entrèrent dans un espace où étaient inscrits sur les murs une liste de tous les guerriers à avoir un jour navigué sur ce vaisseau avant de mourir au combat. Étendus sous un puits de lumière tamisée, se trouvait Boreas, mourant car sa chair et son armure ne pouvaient plus être séparées sans achever ce que les Sons of Horus avaient commencé. Le Premier Capitaine se mit à genoux pour écouter les mots difficilement prononcés par son fidèle bras droit qui refusait de reposer dans le sarcophage d’un Dreadnought. Boreas lui demanda pourquoi il avait voulu mourir sur le pont du Lachrymae condamné, Sigismund lui expliquant alors son désir d’expier le serment qu’il avait trahi envers Dorn. Il raconta sa rencontre avec Euphrati Keeler, des jours qui s’étaient passés après que les porteurs du premier message annonçant la trahison d’Horus furent parvenus jusqu’à Dorn, sa vision que Keeler avait eue de l’avenir, et du choix qui allait de pair avec cette vision : se trouver ici lorsque les ténèbres approcheraient pour engloutir Sol, et pouvoir lever son épée contre elles, ou bien suivre l’ordre de leur Primarque et commander une flotte qui aurait frappé Horus aux premiers jours de cette guerre. Il raconta comment il avait choisi, comment il s’en était retourné sur Terra auprès de Dorn, et quand la flotte qu’il lui appartenait de commander avait été perdue. Il détailla comment il avait expliqué à leur père la raison de son retour, ce qu’il craignait que pouvait signifier la vision de Keeler. Enfin, il évoqua la colère de Dorn face à ce motif qu’il lui avait donné. Boreas donna raison à Sigismund, affirmant que ce n’était pas dans la mort qu’on expie un pêché, mais en vivant jusqu’au dernier coup d’épée. Le Templier fit le serment à Boreas de se battre jusqu’au bout avant que ce dernier ne meurt dans ses bras.

Plus tard, alors que la Guerre Solaire ravageait l’ensemble se Sol, le Persephone atteignit le golfe du système intérieur, se dirigeant vers Terra. Sur son pont, Sigismund regarda un des vaisseaux de sa flotte, le Sun Child, mourir et dériver dans le vide suite aux dégâts de la bataille, dernier d’une longue liste de navires. Ramenant avec lui moins de cent vaisseaux, tous endommagés et n’étant pas en condition de se battre, il ordonna de rejoindre Terra, annonçant qu’il se tiendra aux côtés de Rogal Dorn. Rann lui assura qu’il se tiendra à ses côtés jusqu’au bout.

Mais le Persephone fut frappé par un arc d’éclairs qui trancha à travers l’espace, là où le vaisseau s’était trouvé. Une brume de sang enfla dans le vide tandis que le vaisseau tangua. Le Premier Capitaine ordonna l’ouverture des volets de la passerelle, lui révélant une immense faille entre les dimensions, cernés d’ectoplasme et de créatures du Warp. Sigismund compris qu’Horus avait déployé un rituel qui avait permis à la majorité de sa flotte d’apparaître dans l’orbite de Terra. Les instruments de navigation étant hors service, le Templier ordonna qu’on guide sa flotte par rapport au soleil toujours visible. Il arriva prêt de Terra où le Phalanx s’extirpait dans le vide hors de la gravité du Monde-Trône, envahi de Démons et cible de vaisseaux renégats qui fonçaient pour tenter d’éliminer le célèbre vaisseau de Dorn. Sigismund ordonna de foncer droit vers la station spatiale mobile de son père génétique. Les portes du bras d’abordage du Persephone s’ouvrirent, et Sigismund commanda à l’ensemble de ses forces de partir à l’abordage du Phalanx afin de venir en aide à Dorn alors en lutte contre les entités démoniaques qui cherchaient à le tuer. Mais avant de que les bras d’abordage atteignent le flanc du Phalanx, quelque chose frappa le Persephone en le retournant comme un jouet lancé par la main d’un enfant. Le métal des portes devant Sigismund se couvrit d’une éclosion de rouille, à travers laquelle des créatures jaillirent en une vague de larges gueules et de griffes tendues. Néanmoins, les Démons finirent par être banni à l’intérieur du Phalanx, et une fois la victoire acquise, Dorn ordonna à ce que sa station spatiale mobile et une partie de sa flotte se mettent hors de portée des forces d’Horus. Sigismund accueilli sur le Persephone Dorn qui sans le regarder ni lui adresser la parole, mit le cap vers Terra afin de mener le Siège du Palais Impérial qui allait décider du sort de cette guerre civile, le Premier Capitaine à ses cotés.[23]

La Bataille de Terra[modifier]

Le Système Sol perdu, les forces d’Horus entamèrent le siège du Palais Impérial sur le Monde-Trône, protégé en partie par la puissance psychique de l’Empereur qui avait crée un bouclier anti-Démons et dont l’affaiblissement allait devenir un enjeu pour les renégats. Les Loyalistes comptaient d'importantes troupes de l'Armée Impériale ainsi que les Légions des Imperial Fist, des Blood Angels et des White Scars, avec les Primarques Sanguinius et Jaghatai Khan se tenant aux côtés du Prétorien. Dans la Bastion de Bhab qui servait de centre de commandement à Dorn et son état-major, Sigismund se tenait aux côtés de son Primarque, accompagné aussi par Rann. Le Prétorien discutait avec Malcador le Sigillite sur la stratégie à adopter alors que les murs étaient attaqués. La situation était délicate, car les derniers rapports montraient que les renégats s’apprêtaient à envahir la Porte aux Lions, un objectif se trouvant en dehors du rempart en lui-même, qui avait été fortement sécurisé et où se trouvait un spatioport qui pouvait offrir au Maître de Guerre les moyens de déployer ses Titans. Sigismund proposa de ne rien faire, supposant que tant que le coup ennemi ne s’abattait pas, toutes leurs tentatives de réaction lui profiteraient plus qu’à eux. Malcador lui demanda s’ils faillaient ajuster leur dispositif à une attaque, mais le Premier Capitaine développa sa pensée en affirmant qu’ils devaient réfléchir à quel sera leur prochaine action plutôt qu’à essayer de deviner les intentions de l’adversaire, cherchant à forcer l’ennemi à prendre des décisions difficiles au lieu de les prendre eux-mêmes. Le temps jouait pour les Loyalistes car les forces des Primarques Roboute Guilliman et Lion El’Jonson fonçaient vers le Système Sol, menaçant Horus de se faire pendre en tenaille. Mais aux yeux de Dorn, si les forces assaillantes dirigées par le Primarque des Iron Warriors, Perturabo, voulaient le spatioport, c’était pour servir dans une offensive contre la Porte aux Lions en elle-même. Sigismund suggéra que la folie d’Horus menait cette entreprise, et non pas Perturabo, remarque judicieuse aux yeux de Malcador. Dorn craignait une tentative d’affaiblissement de l’emprise psychique de l’Empereur sur Terra, pour finalement se décider à laisser les défenses déjà considérable le soin de repousser l’offensive. Sigismund se proposa pour assurer le succès de cette entreprise mais le Prétorien le remit sèchement à sa place, lui ordonnant de rester à ses côtés, donnant plutôt le commandement des forces du spatioport à Rann, qui fut choqué par cette remontrance implicite. Mais Sigismund ne laissa rien voir laissant penser qu’il voulût remettre en cause ce jugement et se contenta de l’accepter, en courbant la tête et en pliant le genou. Tandis que Rann assura à Dorn de faire de son mieux, Sigismund fixa le sol, mâchoire serrée, maîtrisant à peine les émotions qu’il pouvait bien éprouver.

Douze jours après le début de l’assaut sur le spatioport, Sigismund accompagnait toujours Dorn. Dans le Mur Ultime, suivant son Primarque avec le Sigillite, le Capitaine-Général de la Legio Custodes Constantin Valdor, le Custodien Amon Tauromachian, Keeler et de Kyril Sindermann, il fut témoin d’un débat concernant l’influence religieuse de Keeler et de la propagation au sein des réfugiés impériaux à l’intérieur des murs du Palais d’un culte révérant l’Empereur comme une dieu, à travers une livre baptisé le Lectitio Divinitatus. Amon exigeait une enquête pour lutter contre ce qu’il percevait comme une menace intérieure, accusant Keeler d’en être à l’origine, le tout renfoncé par des tentatives d’incursions démoniaques qui plaçaient les pratiquants de ce nouveau culte impérial comme potentiel outil aux Démons de pénétrer dans le palais. Sigismund fut très intéressé d’apprendre durant ce débat qu’il semblait être possible de canaliser l’essence de l’Empereur, de la même manière que la puissance des Démons pouvait être canalisée par la sorcellerie, une personne de foi pouvant alors agir comme point de concentration de celle du Maître de l’Humanité. Finalement, Keeler fut autorisée à poursuivre son culte, sous étroite surveillance bien entendue. Une fois ce débat terminé, les Custodiens partirent de même que Malcador. Mais Keeler demanda à Dorn la permission de discuter avec Sigismund mais le Primarque refusa qu’elle lui empoissonne, selon lui, encore l’esprit. Keeler souligna que son intervention avait permis la survie de Sigismund qui n’avait pas ainsi été tué à Phall, mis le Primarque pensait que son Premier Capitaine se croyait depuis spécial, à présent et que son choix de rester était celui d’un lâche. Keeler décida de parler à Sigismund resté en retrait, la Sainte lui annonçant que l’Empereur avait besoin de lui, à la fureur de Dorn mais Keeler expliqua que le Grand Ennemi se choisissait des champions et déversait en eux tout leur fiel et leur puissance, tel Horus, un réceptacle pour toute la souffrance, la tragédie et la colère qu’un corps déformé par le Warp peut contenir. Implorant Sigismund, Keeler l’invita à devenir le Champion de l'Empereur, celui qui allait devoir affronter les champions des Puissances Obscures. Dorn la menaça de mort avant de partir, le Premier Capitaine le suivant silencieux. Son glorieux destin allant devoir attendre encore un peu.

Finalement, les forces du spatioport dirigées par Rann furent mis en difficultés. Sigismund fut amené à se préparer sur ordre de Dorn, se devant de mener une force de frappe pour aider Rann. À la tête de ses Templiers, il prit un Stormbird qui le mena vers le spatioport de la Porte aux Lions. Sigismund resta silencieux, troublé par les paroles de Keeler et se demandant si Dorn ne l’avait pas envoyé là pour se débarrasser de lui. Mais il tenait là l’occasion de démontrer sa valeur car si il délivrait le spatioport de la présence ennemie, cela prouverait qu’il avait eu raison de revenir vers Terra plutôt que de rejoindre la funeste expédition de Phall. Puis son pilote, Kassar, le contacta sur la fréquence vox de commandement pour lui indiquer un trou notable dans le déploiement des Iron Warriors qui menaient l’assaut. Un tablier d’atterrissage avait l’air d’avoir été laissé sans protection derrière leur avancée, montrant l’absence d’une arrière-garde au quatrième éperon d’amarrage oriental et assez grand pour déployer la force de frappe. Sigismund décida d’exploiter cette brèche et quand les rampes d’assaut s’abattirent, le Premier Capitaine fut le premier à débarquer. Les renforts menés par Sigismund avaient attiré à eux une bonne partie de l’ire des Iron Warriors et de leurs alliés, soulageant les hommes de Rann. Le Templier arriva à temps pour sauver Rann qui avait eu la poitrine fracassée d’un coup de Gantelet Énergétique donné par un Maître de Forge Iron Warrior, l’épée du Premier Capitaine détournant le coup du renégat avant de le repousser. Sigismund ordonna l’évacuation de Rann et fit par la suite de son mieux pour venir appuyer la défense faiblissante. En ayant toujours en tête les paroles de Keeler, il se plaçait à l’avant de chaque contre-attaque, et pendant deux jours entiers, se battit comme s’il pouvait repousser à lui seul les Iron Warriors et leurs alliés retors. Puis embarquant à bord du Rhino qui allait l’emmener de l’autre côté du niveau jusqu’à la station d’ascenseur près des ponts de connexion du spatioport assiégés, Sigismund reçu un communiqué lui ordonnant de tenir encore dix-huit heures. Mais plus important, il reçut la confirmation de la présence de Premier Capitaine des Sons of Horus, Ezekyle Abaddon. L’idée d’abattre Abaddon était pour Sigismund un acte qui pouvait le mener à devenir le fameux Champion de l’Empereur prédit par Keeler, sans compter que cela aurait été une grande victoire pour tous les serviteurs de l’Empereur.

Vingt et un jours après le début de l’assaut du spatioport, l’épée de Sigismund continuait de trancher, massacrant des Iron Warriors arrivant sans fin au seuil des ponts de connexion, là où se jouait le sort de cette bataille. Le Premier Capitaine recherchait Abaddon avant de recevoir une transmission de Dorn qui lui ordonna le rempli immédiat. Sigismund tenta de convaincre son seigneur qu’il pouvait tenir, et qu’Abaddon était était ici ainsi que d’autres commandants ennemis. Dorn s’en moqua et l’invita à oublier les paroles de Keeler et de cesser de dilapider les vies de ces guerriers pour sa superstition, lui donnant néanmoins la permission de traquer Abaddon une fois le repli effectué. Puis le Premier Capitaine vit le vaisseau amiral de Perturabo, l’Iron Blood, se diriger vers les points d’ancrage en hauteur du spatioport, les combats dans les ponts de connexion ne révélant être qu’une mise en scène pour que les Loyalistes y retirent des défenses. Il comprit enfin que l’intention de Rogal Dorn n’avait été que de ralentir l’ennemi puis de se retirer, son but n’ayant été que de gagner du temps en attendant l’arrivée des renforts venant de l’extérieur de Système Sol.

Au vingt-deuxième jours de l’assaut, Sigismund affronta des World Eaters et vit une silhouette à l’armure écarlate bondir en arc par dessus le mur de boucliers de ses frères, sans pouvoir croire qu’un tel saut pût être exécuté. Son incrédulité fut poussée encore plus loin lorsqu’il vit qu’il s’agissait de Khârn, devenu un monstre assoiffé de sang servant une divinité sanguinaire. Il ordonna que les tirs se concentrent sur les Sons of Horus et les Iron Warriors qui avançaient dans le sillage de la charge menée la tête la première par les World Eaters. Il aperçut la masse d’une Armure Terminator parmi la masse des fils génétiques du Maître de Guerre et reconnut les marquages d’Ezekyle Abaddon. Il prit la décision de tuer Khârn avant d’affronter Abaddon. Khârn fonça vers lui, bien décidé à le battre. Les crocs motorisés de la Hache Tronçonneuse du World Eater s’écrasèrent contre le bord de l’épée du Templier avec une force qu’il n’avait pas escomptée. La puissance du coup ébranla Sigismund au beau milieu de sa foulée et lui fit perdre l’équilibre. Pris de court, Sigismund pivota, en évitant le coup suivant tout en pesant ses options mais Khârn ne lui en laissait pas le temps, se ruant sur lui comme un taureau dans un beuglement inarticulé. La hache de Khârn résonna contre son épée, et Sigismund dut reculer, détournant chaque coup en succession. Son ancien frère de serment se moqua de lui, et de sa notion de devoir. Sigismund attaqua à nouveau, en lança sa pointe vers l’aine de Khârn, mais le manche de la hache l’arrêta avant de s’abattre en grondant sur son bras et trépida contre son avant-bras en faisant sauter les maillons de la chaîne qui retenait son épée. Profitant d’un moment d’inattention de son adversaire, Sigismund enfonça son épée dans le ventre de Khârn qui en retour le repoussa en arrière. Le Templier vit les joints d’armure de Khârn s’enfler et s’écarter à la rencontre des plaques. Des pans de muscles énormes les poussaient par en dessous, d’une grosseur impensable même pour un Space Marine, avec des veines aussi épaisses que des câbles d’alimentation tendues sous la peau, tout cela prouvant que Khârn servait une puissance supérieure. Le World Eater fracassa avec sa hache la cuisse droite de Sigismund, arrachant des morceaux de céramite et de muscle géno-amélioré du Premier Capitaine. En cet instant, Sigismund comprit les paroles de Keeler et sut qu’il était battu. Alors qu’il regardait cet être à la morphologie déformée qui avait été jadis un compagnon d’armes, il comprit que ceux qu’il affrontait n’étaient plus des guerriers des Légions. Il lui fallait changer lui aussi, tendre vers quelque chose de pur pour contrer leur ignominie et tirer sa force d’une puissance par-delà lui-même : l’Empereur. Cette précieuse leçon allait le changer à jamais. Dorn sauta de son appareil et atterri à quelques mètres de Sigismund qui vit Khârn se jeter sur son Primarque, qui en retour, projeta son Épée TronçonneuseDents de la Tempête, qui expulsa Khârn d’une dizaine de mètres à travers l’air. Sigismund perdit de vue Khârn derrière la mêlée qui s’engagea, un instant avant que des mains de ses frères ne l’agrippent par les épaulières et ne le traînent en direction d’un Thunderhawk. La cuisse de Sigismund n’était alors que douleur, mais cela n’était rien, comparé à sa honte. Peu après, le spatioport du la Porte aux Lions fut pris, entamant un nouveau épisode la Bataille de Terra.[24]

Le siège s’accéléra lorsque Dorn repéra une faille située à l’intérieur de la Porte Saturnine. Conscient que les Traîtres finiront par la repérer - ce qui était le cas de Perturabo et d’Abaddon - et qu’une tentative d’infiltration ennemie risquait d’arriver, le Prétorien rassembla des équipes d’extermination. Chaque équipe se devait d’attendre l’arrivée des Traîtres et des les prendre en embuscade, pariant sur le fait que se sera l’élite de l’ennemi. Sigismund fut appelé par son Primarque, ainsi que sept autres guerriers dont Nathaniel Garro et le Luna Wolf Loyaliste Garviel Loken, rescapé de Isstvan III, dans l’une des chambres de préparation arrachée à la roche sous les rues du quartier Saturnin. Face à ces guerriers d’élite, Dorn annonça qu’il allait les mener lui-même dans cette mission, supervisée par Katarin Elg, une Maîtresse Tacticae, depuis son poste de commandement avancé, sous l’identifiant Dupeuse. Puis à la demande de Dorn, comme tous les guerriers présents, Sigismund prêta un serment de l’instant. Le Premier Capitaine se vit confier la chambre de déploiement 7 avec une centaine de ses Templiers et avec pour identifiants Dévotion. Durant les préparatifs, il alla voir Loken en train d’affûter une vieille lame, lui proposant de lui trouver à la place une bien meilleure épée qu’il pourra enchaîner au poignet afin de ne plus à avoir à la reposer. Loken déclina l’offre, gardant cette épée qui était à un ami. Sigismund lui avoua alors qu’il avait apprécié le serment de l’instant du Luna Wolf, un serment court qu’il aurait aimé avoir : Jusqu’à la mort.

Mais Sigismund ne participa pas à l’embuscade qui verra l’annihilation de la 1ère Compagnie des Sons of Horus et le retrait déshonorant de son seul survivant, Ezekyle Abaddon, car il reçut l’ordre de Dorn de rejoindre les remparts du Mur Saturnin pris d’assaut par les Emperor’s Children menés par le Primarque Fulgrim. Sigismund arriva à temps pour sauver un des ses frères Imperial Fists, du nom de Madius, qui allait se faire achever par Fulgrim, percutant et tailladant le Phénicien. Furieux de cet assaut téméraire, Fulgrim frappa du pied le Templier, du même geste dont un homme aurait écarté de lui un chien agressif et Sigismund fut projeté en arrière, se réceptionnant en roulant et se relevant aussitôt. Il revint frapper de son épée la cuisse de Fulgrim qui poussa un cri aigu, d’indignation plus que de douleur, sur une note couvrant des répertoires étranges et qui fit frémir les pierres du mur. Le Premier Capitaine fut saisi à la gorge et soulevé d’une seule main, portant des coups d’épée répétés au Primarque renégat qui le tenait en l’air, parvenant néanmoins à trancher une mèche de ses cheveux et à lui entailler la lèvre. Fulgrim jeta Sigismund qui percuta un mur loin de lui et allait se jeter sur lui quand Dorn arriva pour défier son frère. Le Prétorien combattit Fulgrim et l’empala avec son épée, mais le Phénicien était devenu un Prince Démon immortel et se dégagea avant de prendre sa forme serpentine démoniaque et disparaître dans une faille Warp. Sigismund et Dorn se retrouvèrent seul, encerclé par une cinquantaine d’épéistes d’élite des Emperor’s Children laissé par Fulgrim. Ensemble, père et fils affrontèrent les Traîtres et leur donnèrent du fil à retordre. Le bras droit de Fulgrim, Eidolon, était de loin le plus dangereux, poussant des cris polyphoniques perçant par deux fois l’armure de Dorn. Sigismund décapita le dangereux Quine Mylossar, empala l’épéiste Janvar Kell avant d’éliminer le champion Jarkon Darol en abattant sa lame par deux fois. Le Templier se campa dos à dos avec le Prétorien, les deux surhommes se couvrant l’un l’autre, pivotant ensemble pour repousser leur cercle d’assaillants. Ensemble, ils détournèrent les coups et les estocs, rompirent des lances dorées et endurèrent le choc des hurlements perçants et accablants. Reprenant le serment de Loken « Jusqu’à la Mort ! », Sigismund massacra encore et encore les Traîtres jusqu’à faire face à Eidolon qu’il chargea en repoussant tous les autres et en lui faisant quitter le cercle. Les deux se battirent comme deux furies le long du bord du mur, tous deux possédés, bien qu’un seul par un Démon. Quand Eidolon jubila de lui avoir enfoncé son épée à travers la clavicule, Sigismund grogna, ferma une main sur la lame nue qui le transperçait et usa du poids de son corps pour faire lâcher prise à Eidolon. Le Seigneur Commandeur parut effaré lorsque Sigismund se remit à avancer sur lui, l’épée logée au travers de l’épaule. L’épée enchaînée du Templier déchira les plaques roses d’Eidolon et un sang pareil à du vif-argent, à du chrome liquide, jaillit et moucheta l’armure de Sigismund. Eidolon hurla lorsque le Premier Capitaine le poussa d’un coup de pied par-dessus le rebord du rempart, le renégat plongeant en battant des bras, sur onze cents mètres, dans les ténèbres brûlantes en contrebas du Mur Saturnin. Des renforts Imperial Fists arrivèrent par la suite et purgèrent les remparts de la présence des derniers Traîtres.[25]

La Bataille de Terra prit fin lorsque l’Empereur, Sanguinius et Rogal Dorn et leurs guerriers les plus loyaux portèrent le combat à l’ennemi et affrontèrent Horus dans son saint des saints : son vaisseau amiral le Vengeful Spirit en orbite autour de Terra. La plupart des Imperial Fists restèrent toutefois sur Terra pour protéger le Palais Impérial, et Sigismund se vit charger par Dorn de tenir les défenses. Sigismund devint ainsi le premier Champion de l’Empereur: il prêta serment que, sous sa garde, les remparts ne tomberaient pas, et qu’il abattrait les plus puissants chefs ennemis.

L’Empereur et Ses guerriers se téléportèrent à bord du navire d’Horus, mais hélas quelque noire sorcellerie les éparpilla dans tout le navire. L’Empereur se fraya un chemin jusqu’à Son rival, mais Il arriva trop tard pour sauver Sanguinius, qu’Horus tua lorsque le Primarque angélique refusa de se soumettre aux Puissances des Ténèbres. Horus et l’Empereur s’affrontèrent lors d’un combat titanesque, aussi bien physique que mental. Horus, galvanisé par les pouvoirs du Chaos, blessa mortellement son adversaire, mais ce dernier restait le plus puissant des deux, et Il abattit Horus de Ses ultimes forces. Avec la mort du Maître de Guerre, les armées ennemies furent décapitées. Lorsque Dorn et ses guerriers atteignirent finalement le pont où s’était déroulé le combat, ils y trouvèrent la forme brisée du Maître de l’Humanité, et l’on raconte que leurs pleurs et leurs lamentations furent entendus jusqu’à la surface de Terra. Rogal Dorn, le plus déterminé et le plus inflexible des Primarques, porta le corps de son maître jusque sur Terra et sous la direction de ce dernier, le plaça dans le Trône d'Or, qui pourrait assurer Sa survie grâce à ses mécanismes baroques et à des sacrifices constants. Les serviteurs des Puissances de la Ruine étaient défaits, mais la victoire avait un prix terrible. La confrérie des Primarques n’était plus et leur rêve n’était désormais que poussière, son unique espoir de réalisation disparu. L’Imperium qui avait été forgé fut jeté à bas, et il fallut des années de guerre avant que les dernières enclaves des hérétiques fussent purgées et l’ennemi repoussé jusque dans l’Œil de la Terreur. Les pertes subies se comptaient en milliards d’âmes, maintes planètes se résumaient à de vastes charniers, et l’Humanité était une fois de plus menacée d’extinction.[26]

Après l'Hérésie[modifier]

Le Premier Grand Sénéchal des Black Templars[modifier]

« La Volonté de l’Empereur est votre torche. Avec elle, vous ferez reculer la Nuit. »
- Les Dits de Sigismund, Livre CIV, Verset I.

Suite à la guerre civile, le Primarque des Ultramarines, Roboute Guilliman, décréta que les Legiones Astartes devaient se diviser en Chapitres Chapitre de mille guerriers afin d’éviter que quiconque puisse plonger de nouveau l’Imperium dans un désastre similaire à celui de la Grande Hérésie.

Rogal Dorn résista à cette réforme mais la raison l’emporta et les Imperial Fists furent divisés en trois Chapitres. L’un garda le nom de l’ancienne Légion, le second fut les Crimson Fists et le troisième fut les Black Templars. Ce fut la Deuxième Fondation et Dorn désigna Sigismund pour diriger les Black Templars qui adoptèrent dès lors la livrée noire et blanche. Sigismund, qui avait été choisi pour être le Champion de l’Empereur pour sa foi ardente et son extrême dévotion envers l’Humanité, décida qu’un acte de foi sans précédent était nécessaire. En tant que nouveau Grand Sénéchal des Black Templars, il déclara qu’une fois que ses guerriers auront quitté Terra, ils mettront en œuvre une croisade implacable contre les ennemis de l’Empereur afin que leur loyauté ne fût plus jamais mise en doute. Ce vœu sera renouvelé par tous ses successeurs et engendrera la plus importante et la plus longue croisade Space Marine que l’Imperium ait connue. Cette croisade perdure sans interruption depuis dix mille ans. Au lieu de s’établir sur un monde, Sigismund décida de sillonner inlassablement les étoiles dans ses flottes spatiales pour éliminer chaque nouvelle menace envers l’Humanité qu’il croisait.[27]

La Purge[modifier]

La première croisade du Chapitre de Sigismund fut menée contre les forces du Chaos dans le Système Donatello. Au cours d’une de ces ultimes campagnes de la Purge, une force de Night Lords qui menait une action d’arrière-garde pour permettre à ses alliés de s’échapper dans l’Œil de la Terreur fut totalement éradiquée.[28]

La Mort d'un Héros[modifier]

« Je vous ai cherché pendant que Terra brûlait dans les feux de l’hérésie de votre père. Je vous ai traqué jour et nuit. Chaque fois, des hommes me barraient la route. Chaque fois, ils mourraient pour que vous puissiez vivre. Mais je n’ai jamais cessé de vous chercher, Ezekyle. Pas une seule fois durant ces longues années. »
- Sigismund lors de son duel final face à Abaddon le Fléau.
L’Eternal Crusader[29]

Lors de la fondation du Chapitre des Black Templars, Sigismund reçu de la part de Rogal Dorn l’Eternal Crusader, l’un des vaisseaux préférés du Prétorien. L’Eternal Crusader allait s’imposer comme le vaisseau amiral des Black Templars et allait représenter l’esprit de Sigismund et in fine, celui de son Chapitre : jamais il ne se reposerait, jamais les Black Templars ne construiraient de remparts mais seraient toujours en mouvement afin d’unifier la galaxie sous la férule de l’homme car pour les disciples de Sigismund l’attaque sera la seule forme de défense.

Dans l’Eternal Crusader se trouve la Chambre de la Première Proclamation, plus souvent connue comme la Salle de Sigismund car c’est dans ce lieu que, d’après la légende, l'ancien Premier Capitaine s’est tenu avec les frères qui allaient devenir les premiers seigneurs des Black Templars, et que en regardant le champ de bataille connu sous le nom de la |Cage de Fer, ils jurèrent que la Grande Croisade continuerait, peu importe quelles étaient les blessures de l’Imperium. Sigismund y revêtit sa nouvelle amure pour les batailles à venir, et décréta qu’il continuerait de porter le message de l’Empereur dans le vide.

Des siècles après le Siège de Terra, les Space Marines renégats étaient devenus des légendes quasi inconnues par le peuple de l’Imperium, les Traîtres ayant disparu depuis leur retraite dans l’Œil de la Terreur, l’immense déchirure dans la réalité qui menait droit dans le Royaume du Chaos. Tous les avait oubliés. Sauf Sigismund.

À la tête de son Chapitre des Black Templars, le Grand Sénéchal, désormais barbu, patrouilla aux alentours de l’Œil de la Terreur, attendant patiemment que les Traîtres reviennent. Sa patience fut récompensée lorsque une importante armada renégate sortit enfin du royaume cauchemardesque, avec à sa tête l’homme que Sigismund voulait abattre plus que tout : Ezekyle Abaddon, alors devenu nouveau Maître de Guerre et héritier d’Horus.

À peine la flotte des Traîtres arrivée dans l’espace réel, la flotte des Black Templars fonça vers l’armada d’Abaddon, qui dirigeait sa force depuis le Vengeful Spirit. Sigismund mena l’assaut depuis le pont de son vaisseau amiral, l’Eternal Crusader, et envoya une transmission externe directement sur le pont du Vengeful Spirit, sa silhouette en armure noire apparaissant devant Abaddon, assis sur un trône à bord de son vaisseau amiral et tenant sa lame, l’Imperator Rex. Abaddon exprima sa joie sincère de revoir Sigismund, guerrier qu’il admirait sincèrement mais le Grand Sénéchal ne lui répondit pas, se contentant d’embrasser la poignée de sa lame et de la presser contre son front, récitant une litanie de la haine. Sigismund toisa le Fléau et ses hommes comme si ils n’étaient qu’une bande de barbares hurlants et ne donna qu’un seul ordre, celui d’attaquer.

L’Eternal Crusader et le Vengeful Spirit se canonnèrent, leurs flottes respectives s’affrontant dans ce qui fut la première incursion du Chaos dans la Porte Cadienne et la première bataille de la Longue Guerre : la Première Croisade Noire.[30]

Le Templier contre le Fléau[modifier]

« Vous mourrez comme est mort votre avorton de père. Sans âme. Sans honneur. En sanglots. Couvert de honte. »
- Dernières paroles de Sigismund.
Représentation idéalisée de Sigismund, en tant que Grand Sénéchal des Black Templars.
Abaddon était bien décidé à aller affronter Sigismund, le vieux Space Marine étant resté l’incarnation de tout ce que le Maître de Guerre combattait. Le Grand Sénéchal était une légende impériale incarnée et avec sa garde Terminator, le Fléau aborda l’Eternal Crusader, se traçant un chemin sanglant jusqu’au trône de Sigismund, qui était alors assis, entouré de corps de Space Marines du Chaos qu’il avait massacrés. Lorsqu’il vit Abaddon et ses hommes face à lui, le Grand Sénéchal constata enfin leur retour, montrant qu’il avait supporté le passage des siècles que grâce à sa volonté de châtier les renégats jusqu’au dernier. Son tabard maculés de taches de sang issues des cadavres des Traîtres qui gisaient sur le sol de sa salle du trône et entouré de ses Frères d’Épée qui faisaient face aux hommes épuisés du Fléau, Sigismund se leva tandis qu’Abaddon s’avança à sa rencontre, faisant signe à ses compagnons de baisser leurs armes, imité par Sigismund qui fit le même signe à ses hommes. Sigismund expliqua au Fléau que depuis la Bataille de Terra, il l’avait traqué jour et nuit durant des siècles, massacrant tout ceux qui osaient se mettre sur son chemin. Puis Abaddon jeta alors son épée au sol, suppliant Sigismund de ne pas le forcer à le tuer et lui proposant de le rejoindre car l’Imperium appartenait selon lui aux Astartes qui avais conquis la galaxie et que les idéaux auxquels ils s’étaient battus avaient été pervertis avec le temps. Plein d’honneur, Sigismund lui refusa le droit de parler du destin de l’Imperium qu’il avait ravagé durant la guerre civile aux côtés d’Horus, mais Abaddon persista, soulignant qu’ils s’étaient rebellés pour empêcher la tyrannie de l’Empereur de s’exercer sur la galaxie, et que le Maître de l’Humanité se serait débarrassé des Space Marines une fois la Grande Croisade achevée.

Pour seule réponse, Sigismund dégaina l’Épée Noire et la leva pour saluer Abaddon qui brandit en retour sa propre épée. Leurs lames se croisèrent sous les yeux respectueux des Astartes loyalistes et renégats. Sigismund combattit avec une précision glaciale alors qu’Abaddon était la passion et le feu. Le Grand Sénéchal restait encore un épéiste légendaire, malgré la vieillesse qui le ralentissait, ses talents étant tels que même le Fléau vit qu’il aurait pu affronter n’importe quel Space Marine malgré le poids des ans. Malheureusement, Ezekyle Abaddon était lui aussi un guerrier formidable, il se rua sur Sigismund en rugissant et crachant pour lui assener des coups amples et puissants de sa lame et de la Griffe d’Horus qu'il avait prise à son Primarque défunt. Ne se fatiguant ni ne ralentissant, Sigismund planta soudainement son épée jusqu’à la garde à l’intérieur du torse du Fléau, conscient que cela allait le mettre à portée de la Griffe d’Horus. Abaddon le trancha alors en deux avec l’arme qui avait tué deux Primarques et blessé l’Empereur à mort, mais Sigismund survécu à ce coup mortel. Le Maître de Guerre s’agenouilla auprès de lui et malgré ses poumons morts, dans son dernier souffle, Sigismund prophétisa à Abaddon qu’il mourra comme son père génétique, sans âme, sans honneur, en sanglots et couvert de honte. Puis blessé mortellement, le Fléau fut traîné par ses hommes hors de l’Eternal Crusader.

Le corps de Sigismund fut emmené avec celui du Fléau, mortellement blessé, à bord du Vengeful Spirit, alors que les deux flottes s’éloignaient l’une de l’autre.[31]

Le Dernier Voyage[modifier]

Alors qu’Abaddon le Fléau débutait sa Première Croisade Noire dans le Segmentum Obscurus, il décida que la Longue Guerre qu’il allait mener pendant les dix prochains millénaires contre l’Imperium devait être déclarée en bonne et du forme à l’Imperium.

Cette déclaration allait se faire dans un geste étonnement respectueux et formel. Ce fut le corps de Sigismund qui servit de missive. Un conclave solennel fut réuni autour de son corps posé dans un cercueil, un des vaisseaux des Black Templars capturés lui servant de mausolée. Puis son cercueil fut transporté avec respect et déposé sur l’un des postes de commandement de la Black Legion où Adaddon lui-même s’assura que l’Épée Noire, l’arme du vieux Space Marine qui avait lacéré sa propre armure, se voit gravée par un de ses Sorciers, le Thousand Sons Iskandar Khayon, d’un message sur le tranchant. Puis il redéposa l’épée sur le corps de Sigismund, en refermant ses mains autour du manche, le Fléau lui essuyant la majeure partie de la barbe barbouillée de sang avec soin, avant de toucher la cicatrice sur son propre visage, celle laissée par la lame de Sigismund, une marque qu’il portera pour toujours.

Enfin, un destroyer léger fut équipé de Serviteurs et d’esclaves sacrificiels, ses banques de données contenant toutes les informations disponibles de la Première Bataille de Cadia, depuis l’émergence de l’Œil jusqu’à la chute des Black Templars, y compris les images de la blessure d’Abaddon et de la mort de Sigismund telles qu’enregistrées par les casques des Black Légionnaires. Le petit vaisseau rapide s’éloigna de la flotte renégate et perça un trou dans la réalité avant de plonger dans le Warp pour entamer son long retour vers Terra. Le corps de Sigismund rejoindra Terra, et les Hauts Seigneurs de Terra reçurent le message d’Abaddon, inscrit sur la lame de l’Épée Noire qui annonçait une terrible vérité : Nous sommes de retour.

Ainsi s’acheva l’histoire du premier Champion de l’Empereur.[32]

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « C’est dans les moments les plus sombres que la lumière de l’Empereur brille le plus fort. »
  • ABNETT DAN, Siege of Terra - Saturnine, Black Library, 2020
  • ABNETT DAN, L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Black Library, 2006
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, La Légion Noire, Black Library, 2018
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, L'Héritage de la Trahison - Que Brûle la Galaxie : Les Clous du Boucher, Black Library, 2016
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Blood and Fire, Black Library, 2014
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Félon - Du sang pour le Dieu du Sang, Black Library, 2013
  • FRENCH JOHN, Siege of Terra - La Guerre Solaire, Black Library, 2019
  • FRENCH JOHN, Prétorien de Dorn - L'Alpha et l'Oméga, Black Library, 2017
  • FRENCH JOHN, Les Ombres de la Traîtrise - Le Poing Écarlate, Black Library, 2012
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Les Ombres de la Traîtrise - Le Prince des Corbeaux, Black Library, 2012
  • FRENCH JOHN, La Guerre des Ombres - Templier, Black Library, 2014
  • McNEILL GRAHAM, Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Black Library, 2009
  • SWALLOW JAMES, La Fuite de l'Eisenstein - L'Hérésie s'Étend, Black Library, 2007
  • THORPE GAV, Siege of Terra - Le Premier Rempart, Black Library, 2020
  • The Horus Heresy, Book Three - Extermination
  • Codex Black Templars, V9
  • Codex Black Templars, V4
  1. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Sigismund (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Huit - Le Règne du Massacre - Une Fin au Devoir - Voué à cet Instant de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  3. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Sigismund - The Black Sword (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Huit - Le Règne du Massacre - Une Fin au Devoir - Voué à cet Instant de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Les Ombres de la Traîtrise - Le Poing Écarlate, Chapitre - La Veille de la Bataille de Phall de FRENCH JOHN, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de La Fuite de l'Eisenstein - L'Hérésie s'Étend, Chapitre Quatorze - La Fureur de Dorn - Divinité - Vers Terra de SWALLOW JAMES, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de L'Héritage de la Trahison - Que Brûle la Galaxie : Les Clous du Boucher de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de L'Héritage de la Trahison - Que Brûle la Galaxie : Les Clous du Boucher de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016
    Informations issues de Félon - Du Sang pour le Dieu du Sang - Chapitre Dix- Convocation - Le Carnage de Ghenna - La Guerre est Terminée - Achèvement de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Les Ombres de la Traîtrise - Le Prince des Corbeaux, Chapitre Quatre - Le Kyroptera de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de La Guerre des Ombres - Templier de FRENCH JOHN, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de La Guerre des Ombres - Templier de FRENCH JOHN, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de La Guerre des Ombres - Templier de FRENCH JOHN, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  13. Informations issues de L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie I : Les Abusés, Chapitre Six - Conseil - Une Bonne Réponse - Deux Dieux dans une Même Pièce de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de La Fuite de l'Eisenstein - L'Hérésie s'Étend, Chapitre Quatorze - La Fureur de Dorn - Divinité - Vers Terra de SWALLOW JAMES, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de Les Ombres de la Traîtrise - Le Poing Écarlate, Chapitre - Cent quarante et un jours avant la bataille de Phall, Chapitre - Vingt-huit jours avant la Bataille de Phall de FRENCH JOHN, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  16. Informations issues de Les Ombres de la Traîtrise - Le Poing Écarlate, Chapitre - Cent Quarante et un Jours Avant la Bataille de Phall de FRENCH JOHN, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  17. Informations issues de Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Origens Mechanicus - 3.01 - 3.03- 3.04 de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.
  18. Informations issues de Les Ombres de la Traîtrise - Le Poing Écarlate, Chapitre - La Veille de la Bataille de Phall de FRENCH JOHN, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  19. Informations issues de La Guerre des Ombres - Templier de FRENCH JOHN, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  20. Informations issues de Les Ombres de la Traîtrise - Le Poing Écarlate, Chapitre - Vingt-huit jours avant la Bataille de Phall, Chapitre - La Veille de la Bataille de Phall de FRENCH JOHN, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  21. Informations issues de Prétorien de Dorn - L'Alpha et l'Oméga, Première Partie : Terra, Chapitre Deux, Chapitre Quatre, Partie II : Les Gardiens aux Portes, Chapitre Deux, Partie IV : L'Hydre, Chapitre Deux, Chapitre Trois, Chapitre Quatre, Chapitre Six de FRENCH JOHN, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  22. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Cinq - Le Seigneur de la Foudre d’Été - Un Brasier au Bord de la Lumière - Fraternité de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  23. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Un - L’Heure Zéro - Commémorer les Loups - L’Attaque, Chapitre Cinq - Le Seigneur de la Foudre d’Été - Un Brasier au Bord de la Lumière - Fraternité, Chapitre Sept - Le Mur à l’Intérieur - Kerberos - Espaces, Chapitre Huit - Le Règne du Massacre - Une Fin au Devoir - Voué à cet Instant, Chapitre Dix - Expiation - Petites Vies - Seigneurs de la Guerre, Chapitre Quinze - Temple - Chants de Peur, Rêves de Guerre - Au Côté de mon Père, Chapitre Vingt - Samus - Librarius - Une Volonté de Pierre et de Feu, Chapitre Vingt et Un - Tu Vois à Présent - Quand les Épées ne Suffisent Pas - Une Histoire à Raconter, Chapitre Vigt-Deux - Ainsi Tombent les Remparts des cieux - Le Treize Secundus de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  24. Informations issues de Siege of Terra - Le Premier Rempart, Chapitre Trois - Dorn Attend - En Transit - Les Largesses de Mortarion, Chapitre Vingt-Trois - Le Cas Keeler - Le Plan de Kroeger - Phosphex, Chapitre Vingt-Quatre - L’Appel à un Champion - Complications - L’Infection de la Croyance, Chapitre Vingt Cinq - Seigneur des Huscarls - Évasion - Une Armée en Attente, Chapitre Vingt-Neuf - Dorn Capitule - Fragments de Fer - Une Terrible Révélation, Chapitre Trente - Les Custodiens Attaquent - La Foi - L’Épreuve de Sigismund de THORPE GAV, Black Library, 2020 et résumées par Guilhem.
  25. Informations issues de Siege of Terra - Saturnine, Deuxième Partie : Je Suis la Forteresse Désormais, Chapitre Six - Toutes - Les Armes Indispensables - De l’Abîme, Chapitre Un - Lignes Mortes - Dupeuse - Discorde, Chapitre Deux - La Tour Blessée - Cible Potentielle ou Avérée - Mauvais Climat, Chapitre Quatre - Oanis en Flammes - Rien que Nous et les Monstres - Frère contre Frère de ABNETT DAN, Black Library, 2020 et résumées par Guilhem.
  26. Informations issues du Codex Black Templars - Guerriers Légendaires - La Grande Trahison, V4 et résumées par Guilhem.
  27. Informations issues du Codex Black Templars, - Le Saint Chapitre V9 et résumées par Guilhem.
  28. Informations issues du Codex Adeptus Astartes Space Marines - La Croisade Éternelle V8 et résumées par Guilhem.
  29. Informations issues L'Éveil de la Bête, Tome 5 : Monde Trône, Chapitre Un - Le Dernier Rempart se Rassemble de HALEY GUY, Black Library, 2016
    Informations issues Blood and Fire, Chapter II - Hight Marshal de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  30. Informations issues de La Légion Noire, Chapitre XII - Black Templars, Chapitre XIII - La Guerre dans le Vide, Chapitre XIV - Le Marteau et l’Enclume de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  31. Informations issues de La Légion Noire, Chapitre XIV - Le Marteau et l’Enclume, Chapitre XVI - Silence de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  32. Informations issues de La Légion Noire, Terra de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.