Siège de Damantyne la Petite

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png
Damantyne la Petite[1]

Damantyne la Petite était un petit planétoïde qui se trouvait dans un champ de débris encombré de roche, de métal et de glace tournoyants. La planète possédait une gravité tolérable, mais rien ne vivait à cause de l’atmosphère acide qui rongeait les blindages et les armures. Même les mieux protégés ne pouvaient espérer survivre en surface plus de quelques minutes. Mais par quelque phénomène pervers des premiers jours de Damantyne, l’écorce planétaire était criblée de poches d’air, de cavités et de vastes espaces : un système de cavernes aux proportions ahurissantes et d’une folie labyrinthique. Ce fut là que fut bâtie une forteresse des Iron Warriors vers la fin de la Grande Croisade, sous la supervision du Maître de Forge Barabas Dantioch, dans un espace souterrain à la voûte si colossale qu’il possédait son propre climat rudimentaire. Ce fort fut baptisé le Fort de la Misère et allait être le site d’un siège violent qui verra les Traîtres de la IVe Légion subir le génie de Dantioch. Il existait sur Damantyne des créatures baptisé Mégacéphalopodes, des monstres aux tentacules sinueux, mais qui furent exterminés par les Iron Warriors afin d’assurer la construction de la forteresse.

Le Siège de Damantyne la Petite fut un acte héroïque mené par une poignée d’Iron Warriors exilée sur le planétoïde perdu de Damantyne la Petite au début de l’Hérésie d'Horus.

Toutes les sources de l’époque soulignent que ce fut un Maître de Forge, Barabas Dantioch, qui défendit brillamment cette positon fortifiée, lui et ses frères ayant refusé de rejoindre la perfide trahison de leur Primarque Perturabo, ce dernier ayant juré allégeance à Horus Lupercal et sa rébellion.

La raison de l’exil de Dantioch s’explique par sa défaite sur le monde de Gholgis durant la Campagne des Profondeurs de Sak'Trada. Cette guerre entre la IVe Légion dirigée par Perturabo et la race Xenos des Hruds fut un fiasco militaire et bien que les raisons ne furent pas notés dans les archives, Dantioch, pourtant l’un des plus talentueux commandants de sa Légion, paya le prix de la colère du Seigneur de Fer et exilé avec les survivants de sa 14e Grande Compagnie.

Dantioch se retrouva isolé dans son Fort de la Misère, la terrible forteresse qu’il avait bâti sur Damantyne la Petite, à la tête d’une trentaine de ses frères et de la 9e Garde des Adamantiphractes d’Angeloi dirigé par le Colonel Kruishank. Paradoxalement, cet exil l’épargna de la damnation car il ne fut pas présent et acteur des actions criminelles qui allaient perdre Perturabo sur Olympia lors de la purge de son propre peuple d’adoption, et ne sera pas tenté par les fausses promettre murmurés par Horus et ses sbires.

Dantioch apprendra la trahison de sa Légion grâce à un prêtre originaire de Damantyne la Grande, la planète voisine, qui via des pirates et commerçants douteux, lui apprit la guerre civile qui ravageait l’Imperium, le Génocide des Olympiens et les tragédies de Isstvan. Ces terribles faits furent confirmés par l’arrivée d’un ambassadeur envoyé par le Primarque des Ultramarines, Roboute Guilliman, alors plongé dans la folie de la guerre suite à la cataclysmique Bataille de Calth. Cet ambassadeur était Tauro Nicodemus, que les archives Ultramarines désigne comme l’un des quatre Tétraques - les dirigeants de l’Ultramar antique aux côtés de Guilliman - et alors Champion de la XIIIe Légion. Il fut demandé à Dantioch de prouver sa loyauté envers l’Empereur en refusant au Maître de Guerre ses ressources et ses renforts et de tenir le terrain aussi longtemps que possible afin d’offrir le temps nécessaire à l’Empereur de fortifier Terra.

Le Fort de la Misère[2]

Construite dans un espace souterrain à la voûte colossale et qui possédait son propre climat rudimentaire, le Fort de la Misère répondait à un décret de l’Empereur en tant qu’élément de Sa stratégie, afin que les architectes de la Grande Croisade pussent veiller sur les domaines conquis et les nouveaux sujets d’un Imperium toujours grandissant. Des témoignages affirment que rien n’était comparable au Fort de la Misère, Dantioch l’ayant doté de toutes les fortifications structurelles modernes comme des ouvrages à cornes concentriques, des bunkers, des zones de mitraillage, des donjons en tambour, des emplacements d’artillerie et des tours d’armement. Le Fort de la Misère avait été taillé dans une gigantesque formation de roche conique dépassant de la voûte de la caverne et une citadelle inversée fut taillée, celle-ci pendait vers le bas, mais toutes ses salles, ses escaliers et son architecture intérieure étaient orientées vers le haut. Les flèches de communication et les spires des scanners, tout au bas de la forteresse surplombaient à plusieurs kilomètres de hauteur un grand lac naturel de prométhéum brut et bouillonnant remonté des profondeurs de la planète. La forteresse constituait une étude complète et monstrueuse en matière d’art du siège au 30e Millénaire.

Il semble que Dantioch fut au début récalcitrant, mais tout s’accéléra lorsque un vaisseau des Iron Warriors, le Benthos, à la tête de la 51e Expédition commandé par le Maître de Forge Idriss Krendl, désormais nouveau commandant de la 14e Grande Compagnie des Iron Warriors à la place de Dantioch, arriva dans le secteur. Dantioch reçut Idriss Krendl et ses seconds dans le Fort de la Misère et reçut l’ordre de céder sa forteresse à Perturabo afin de préparer l’invasion contre le Système Sol tout en lui confirmant la trahison du Maître de Guerre. Dantioch proclama alors son allégeance à l’Empereur de l’Humanité et rejeta ses liens avec sa perfide Légion, chassant Krendl qui en retour, lança le début d’un siège.

Les détails de cet affrontement seront sûrement à jamais inconnu mais tout s’accorde à dire que plus d’un an après le début du siège, le Fort de la Misère tenait toujours face à tout un Grand Bataillon des Iron Warriors ! Dantioch aurait fait face à une nuée de Stormbirds lourdement chargés de troupes et d’artillerie, à des Titans de la Legio Argentum envoyés contre les remparts, à de l’artillerie sans nombre et à des Warhawks qui attaquaient sa forteresse. L’un des rares fait connu fut lorsque que le Maître de Forge ordonna que les pompes géantes du sol fussent enclenchées, libérant un lac de prométhéum brut qui déborda de ses berges, inondant le sol des immenses cavernes sous un flot noir et rageur, emportant ainsi le 4e Juntariens de Nadir-Maru, les auxiliaires de Krendl et plus de pièces d’artillerie qu’on ne pouvait en compter dans une vague d’hydrocarbure et de mort. Lorsque les Traîtres marchèrent vers les pompes afin d’en saboter la mécanique, Dantioch a ordonné que le feu fût mis autour d’eux à la surface huileuse du prométhéum, provoquant un brasier qui fut si intense qu’il fit cuire les Iron Warriors à l’intérieur de leurs armures. Ce fut un tel massacre que les pertes de Krendl furent assez importantes pour l’obliger à demander des renforts alors qu’il avait été envoyé à Damantyne pour obtenir des renforts à fournir aux armées de l’Architraître.

Le siège prit fin après trois cent soixante-six jours terrans de combat lorsque les Titans renégats et les machines de guerre du Mechanicum Noir occupèrent les grottes du Fort de la Misère et que des vols de Warhawks venaient mitrailler en rase-mottes les tours de la citadelle

Conscient que c’était la fin, le Maître de Forge et les derniers survivants, dont l’Ultramarine Nicodemus, s’échappèrent grâce à un passage secret, les menant dans une chambre qui abritait un petit teleportarium et surtout un détonateur relié à des explosifs installés sur des points de faille stratégiques au sein des fondations du Fort de la Misère. Alors que le Titan Imperator de la Legio Argentum, l’Omnia Victrum, attaquait la face sud du fort avant d’y débarquer des troupes, Dantioch profita de la vulnérabilité des Traîtres qui avaient déployés toute leur force pour se téléporter sur le Benthos. Au moment de la téléportation, il activa les explosifs et provoqua un carnage lorsque les détonations massives se propagèrent depuis des failles stratégiques au sein des fondations du Fort de la Misère qui chuta littérale depuis le plafond de la caverne sur laquelle elle était construite, emportant des milliers d’Iron Warriors et de soldats impériaux renégats et l’Omnia Victrum.

Puis les Loyalistes s’emparèrent du Benthos, jouant sur l’effet de surprise, et prirent la fuite vers Ultramar où Dantioch continuera à œuvrer pour l’Imperium en servant Guilliman après avoir prouvé que peu pouvait résister à beaucoup.[3]

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Il est toujours en train de regarder. »
  • SANDERS ROB, L'Âge des Ténèbres : Cœur de Fer, Black Library, 2011
  1. Informations issues de L'Âge des Ténèbres : Cœur de Fer de SANDERS ROB, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de L'Âge des Ténèbres : Cœur de Fer de SANDERS ROB, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de L'Âge des Ténèbres : Cœur de Fer de SANDERS ROB, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.