Siège de Cthonia

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Black leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpg
Aquila corner hh.pngAquila corner hh.png




Marge hh.jpg
Marge hh.jpg
HH-sub-banner.png
Il ne reste plus que la haine.
Voici la vérité de l’Imperium.

C’est l’histoire de l’Âge des Ténèbres. Quand Horus s’est retourné contre l’Empereur et a brisé à jamais l’Imperium. Une époque de trahison et d’héroïsme qui a façonné notre propre époque à son image sanglante, nous condamnant à un avenir sinistre qui n’est fait que de guerres.

Les Légions de l’Empereur se sont affrontées jusqu’à ce que le nombre de morts dépasse celui des vivants. Des mondes innombrables furent ruinés, leurs peuples massacrés pour nourrir l’ambition d’Horus, et l’Imperium ne fut plus qu’une épave creuse de sa splendeur passée. Pourtant, nous regardons avec envie la gloire amère de cette époque, car bien qu’elle ait été marquée par des tragédies et des épreuves sans commune mesure, ceux qui ont emprunté cette route sanglante l’ont fait aux côtés des dieux.

Aujourd’hui, aucun vivant n’a été témoin de cette époque. Elle est passée au rang de légende, et même dans les grandes bibliothèques de Terra et d’Ophelia, il ne nous reste que des bribes de sa vérité. Pour ceux qui ont vécu dans l’ombre de cette tragédie, il a dû leur sembler que l’Imperium ne se remettrait jamais d’une haine aussi insensée. Pourtant, le cycle de l’histoire ne cesse de s’inverser, la misère et la gloire se répétant à parts égales. Aujourd’hui, en ces temps difficiles, l’histoire de l’ascension et de la chute de l’humanité est aussi vitale pour nous qu’elle l’était au cours de ces années sombres.

Tous connaissent la fin amère à laquelle l’histoire doit aboutir, et pourtant, dans son récit, on retrouve la force qu’exerçaient autrefois les héros des âges passés.

Telle est la vérité de l’Imperium.

C’est l’histoire de l’Hérésie d'Horus.

La récompense amère de l’orgueil : Le Siège de Cthonia.[1]

Le Siège de Cthonia

« Les guerres sont gagnées par ceux qui sont assez sages pour mettre de côté la vanité et l’orgueil, mais les légendes ne sont forgées que par ceux qui sont assez courageux pour embrasser l’adversité. »
-Leman Russ, Maître des Space Wolves.
Un Très Long Siège Commence.

Dans l’Œil du Cyclone

« Les flottes sont livrées d’un moment à l’autre, sans conséquence et éphémères. La guerre est une affaire plus importante, menée et décidée bien avant que les armées ne marchent ou que les guerriers ne lancent de vains défis, menée par la ruse de généraux qui ne se rencontreront jamais sur le champ de bataille, mais dont la stratégie décide du destin des empires. »
-Artemas Wrax, Stratagoi du Dodekathon de la IVe Légion

Les dernières années cataclysmiques de l’Hérésie d’Horus sont remplies d’ultimes combats désespérés et de massacres brutaux. La mort et la destruction étaient omniprésentes, car dans tout l’Imperium, le prétexte d’une guerre menée pour un objectif autre que la haine avait disparu. Désormais, les armées ne cherchaient qu’à assouvir leur soif de vengeance et de sang, ignorant la victoire ou tout espoir pour l’avenir, mais obsédées par le besoin d’abattre de vieux ennemis et de mettre un terme une fois pour toutes aux vieilles querelles.

Au milieu de toute cette folie, le Siège de Cthonia est l’exemple même du sacrifice inutile, de l’héroïsme oublié et de la haine tenace. C’est ici, sur le monde brisé qui a façonné le Maître de Guerre et sa Légion, et qui a été ignoré pendant près de sept ans de lutte acharnée, que se sont jouées toutes les haines des dernières années de l’Hérésie d’Horus. Alors que les hordes du Maître de Guerre dans le Système Sol franchissaient la Porte de l'Éternité et pénétraient dans le Palais de l’Empereur, les Imperial Fists de Cthonia se battaient jusqu’au bout, et alors qu’Horus succombait à l’attrait sombre du pouvoir dans les cieux de Terra, les Sons of Horus de Cthonia cherchaient à effacer le déshonneur de la perte de leur monde natal.

Dans les années qui suivirent, ces actes de courage futiles furent oubliés, éclipsés par la dernière bataille apocalyptique sur Terra, et ceux pour qui ces petites guerres auraient constitué leur dernière épitaphe ne sont plus guère que des notes de bas de page dans l’histoire que se disputent les érudits de l’ombre. Pourtant, malgré l’ironie de sa création, les annales de ce conflit ont beaucoup à nous apprendre sur la nature de l’Hérésie d’Horus et sur les guerriers qui ont mené la plus infâme des guerres.

Pour bien comprendre les événements du Siège de Cthonia et leur importance dans le conflit plus large de l’Hérésie d’Horus, il faut d’abord les replacer dans leur contexte et leur époque. Il ne s’agissait pas d’une bataille isolée, mais de la conclusion inévitable d’une chaîne d’événements qui s’était mise en branle bien avant son final sanglant. Tout comme l’Hérésie d’Horus, les derniers soubresauts de la guerre sur Cthonia furent le point culminant de décennies de rancunes, de rivalités et de malheurs, mais durant ces années sombres, les liens sinistres des griefs et du chagrin furent souvent négligés. Les archives de l’Âge des Ténèbres qui ont survécu mettent à nu le chemin qui mène à la fin inévitable de cette histoire, la piste des regrets et des rêves ratés qui nous amène à l’une des dernières et des plus emblématiques des batailles oubliées de l’Hérésie d’Horus.

Voici l’histoire du Siège de Cthonia.[2]

La Chute de Terra

« Il y a une logique dans le massacre, un processus inéluctable qui fabrique la victoire pour ceux qui ont l’estomac pour la mener jusqu’à sa fin inévitable. Tout ce qu’il faut, c’est la mort, pas de reddition ni de traité, seulement la mort. Tuez et continuez à tuer jusqu’à ce qu’il ne reste que des cadavres - c’est cela la vraie victoire. »
-Kharun Ingentius, Maître de la 95e Compagnie de la Death Guard.

La plupart des récits sur les dernières années de l’hérésie d’Horus ne mentionnent pas le Siège de Cthonia pour une raison : la Chute de Terra. Cette bataille, dernière tentative désespérée d’Horus et ultime confrontation avec son Père et créateur, éclipse presque tous les autres événements, quelle que soit l’importance qu’on leur accorde. C’est pourquoi nous reviendrons brièvement sur cette bataille épique afin de la mettre de côté pour le reste de ce traité et de l’aborder dans un tome à part entière.

Sol elle-même fut la cible de pillage des Traîtres et d’attaques de sabotage dès 010.M31, bien que ces incursions mineures fussent rapidement repoussées par les défenseurs. Ce n’est qu’en 013.M31 que l’ost des Traîtres entreprit une invasion totale du Système Sol, une attaque d’une telle ampleur que Rogal Dorn et ses forces assiégées ne purent que retarder son avancée sur Terra. Cet assaut se déroulerait en même temps que l’attaque des Sons of Horus sur Cthonia, le débarquement d’Horus sur Terra ayant lieu en même temps que l’attaque finale de sa Légion sur les défenses des Imperial Fists. Bien que certains aient remis en question la chronologie de l’événement, il est généralement admis que les dernières actions des Sons of Horus se déroulent au moment même où l’Empereur a vaincu son fils traître Horus en combat singulier. Cependant, tout lien entre ces deux événements reste purement spéculatif, étant donné la distance qui sépare le système de Cthonia et le Système Solaire.[3]

++Carta Galactica++

++Circumspecta++
+Verum-Absolotum/Nota : Optio.Primus+

Circumspectus : Cthonia - 001.000.M31

++ Spectaculum : Cthonia++
+ 001.000.M31+
+ Terrestre (V)
++ Sub-Tempéré
+++ Macrolithique
++++Monde Sauvage (Conforme)
++Notation++
+ De nombreuses installations pré-impériales existent : orbitales, de surface et souterraines.
+ La planète abrite une importante population souterraine régressive et une base industrielle limitée à la surface (population totale d’environ 2 milliards d’habitants).
+ Au moment de l’enquête, la planète est détenue en fief perpétuel par Horus Lupercal, Maître de Guerre de l’Imperium.
++ Solaire/Proximal - Troisième Quadrant++
++ 06-Trn/Lc-17++

Cthonia était un monde de roche dure, truffé de tunnels et de villes souterraines, en orbite autour d’une étoile bleue en colère qui se consume lentement, dans un système par ailleurs sans vie. Colonisée dans un passé lointain, Cthonia était un monde riche qui avait été systématiquement vidé de sa substance pendant des milliers d’années, ne laissant qu’une carcasse évidée. L’humanité s’était enfoncée de plus en plus profondément dans la croûte de Cthonia et avait recouvert sa surface de Ruches de traitement qui avaient fini par s’effondrer et s’écrouler dans les cavernes sans fin qui existaient sous sa surface stérile et empoisonnée. Ces royaumes sans lumière, constitués de trous miniers et de Ruches déchues, allaient servir de refuge et de prison à la brutale race humaine qui avait survécu à l’Ère des Luttes sur Cthonia.

Relativement proche de Terra dans le vide, et avec laquelle des contacts intermittents mineurs avaient été maintenus même pendant l’Ère des Luttes, Cthonia fut l’un des premiers mondes à entrer dans le giron du nouvel Imperium. Comme Cthonia n’avait à l’époque aucune forme de gouvernance organisée, l’opération fut entreprise sans le consentement de sa population, qui fut largement laissée en paix sous terre pendant que le jeune Imperium cherchait à récolter les maigres vestiges des richesses minérales de Cthonia. En effet, l’expédition de la Ve Légion qui a exploré Cthonia pour la première fois a préconisé l’éradication de la société autochtone brutale, la considérant comme « …un nid de serpents enroulés dans l’obscurité qu’il vaudrait mieux détruire ». Cependant, l’Imperium avait besoin de plus de mordants et voyait dans les profondeurs de Cthonia une nouvelle source de richesse dans les compétences barbares de son peuple.

L’étendue du Monde Souterrain de Cthonia et ses hordes invisibles allaient s’avérer un plus grand trésor que l’Imperium ne l’avait prévu, car non seulement elles constituaient un excellent vivier pour l’Armée Impériale et les Legiones Astartes, mais elles abritaient également l’un des Primarques perdus. Sous la direction d’Horus Lupercal, nouveau maître de la XVIe Légion, les habitants de Cthonia serviront à la fois de guerriers dans les armées de l’Imperium et d’ouvriers dans les usines nouvellement restaurées. En effet, la plus grande de ces Ruches renaissantes serait rebaptisée "La Porte de Lupercal" et servirait de pont entre le monde souterrain sans lumière qui entraînait les guerriers brutaux de Cthonia et le monde de la surface où les habitants du monde extérieur s’efforçaient de restaurer la moindre lueur de la gloire passée de Cthonia.

++Addendum++ Après l’éclatement de l’Hérésie d’Horus, Dorn ordonna l’assujettissement de Cthonia et la suppression de son peuple indigène, la considérant comme un bastion de traîtres aux portes de Terra. La petite garnison qu’Horus avait laissée pour veiller sur son monde natal fut dispersée, ses survivants disparaissant dans les profondeurs inexplorées de Cthonia pour poursuivre leur résistance, tandis que les Imperial Fists se contentaient d’occuper la surface et les infrastructures orbitales. La Ruche de "La Porte de Lupercal" fut rebaptisée "La Porte du Traître" et les monuments autrefois élevés en l’honneur du Maître de Guerre de l’Imperium furent renversés et brisés. Tous les travaux de restauration du monde brisé de Cthonia s’arrêtèrent et les occupants impériaux concentrèrent leurs efforts sur l’extraction de toutes les ressources possibles afin d’alimenter l’effort de guerre de plus en plus désespéré du Système Sol et au-delà.[4]

Chronologie

La chronologie suivante illustre les événements clés de l’Hérésie d’Horus qui ont directement affecté Cthonia, présentés dans l’ordre chronologique:

  • 005.M31: L’Hérésie d’Horus Commence

Horus déclenche sa rébellion dans les ruines d’Isstvan III, purgeant ceux de sa Légion traîtresse qui sont restés fidèles à leurs serments envers l’Empereur.

  • 006.M31: Le Massacre du Site d’Atterrissage

Rogal Dorn, Primarque des Imperial Fists et Sénéchal de Terra, envoie une flotte punitive assemblée à la hâte vers Isstvan pour mettre fin à la rébellion d’Horus. Cependant, la flotte est détruite par traîtrise lors du tristement célèbre Massacre du Site d'Atterrissage sur Isstvan V.

  • 006.M31: Le Premier Siège de Cthonia

Dans le cadre de la défense initiale du Segmentum Solar, une immense flotte d’Imperial Fists, de Space Wolves, de fidèles Taghmata du Mechanicum, de nombreux régiments de l’Armée Impériale et un détachement de la Legio Custodes attaquent Cthonia, le monde d’adoption d’Horus. La garnison de surface est rapidement submergée et contrainte de se retirer dans le monde souterrain pour mener une campagne de guérilla. Plusieurs officiers importants des Sons of Horus sont capturés et ramenés sur Terra pour y être exécutés publiquement, et Cthonia est occupée.

  • 006.M31: La Chute de Paramar

Les légions traîtresses d’Horus s’emparent de Paramar, obligeant Dorn à redéployer d’énormes quantités de troupes pour contrer cet assaut au cœur de l’Imperium. L’ost de Cthonia est vidé d’une grande partie de ses effectifs, ne laissant qu’une petite garnison d’Imperial Fists et du Mechanicum pour contenir les Sons of Horus survivants.

  • 007.M31: La Tempête de la Ruine

Sur la lointaine Calth, les Word Bearers déclenchent la Tempête de la Ruine et les défenseurs de Cthonia se retrouvent brièvement coupés du reste du Segmentum Solar. Assaillie par un ost des Word Bearers alors que les Sons of Horus Inductii mènent un nouvel assaut par le bas, la garnison des Imperial Fists parvient à tenir la ligne au prix de grands sacrifices. L’occupation des Thousand Sons devient de plus en plus précaire, mais Dorn n’a que peu de troupes supplémentaires à sa disposition, n’envoyant qu’un contingent de Thousand Sons "loyalistes" et leurs gardiennes de la Sororité du Silence.

Un détachement d’Iron Hands accablés par le chagrin arrive à Cthonia dans le but de poursuivre leur querelle privée avec les Word Bearers. Portant une panoplie d’armes interdites, les Iron Hands refusent tous les ordres et les supplications pour rejoindre la garnison et s’embarquer dans le monde souterrain. On n’entend plus jamais parler d’eux, mais pendant plusieurs mois, les Traîtres cessent leurs raids en surface.

  • 010.M31: La Guerre Solaire

Les forces de frappe des Traîtres brisent le périmètre autour du Système Sol et sèment le chaos dans le Segmentum Solar. La Tempête de la Ruine continue de perturber les communications et les déplacements dans le Warp pour les défenseurs loyalistes. Rogal Dorn a du mal à trouver des troupes pour contenir ces assauts.

  • 011.M31: Le Poison de l’Hydre

Un escadron de vaisseaux portant l’héraldique des Salamanders arrive sur Cthonia, utilisant des codes de sécurité désuets pour accéder à la plaque orbitale au-dessus de la planète. Cette force est rapidement révélée comme étant des infiltrés de l’Alpha Legion et chassée, mais pas avant que les Traîtres ne déposent du matériel et des renforts aux Sons of Horus en bas.

  • 012.M31: La Mort de Tallarn

Tallarn, le pivot des défenses loyalistes au sud galactique de Terra, est complètement dévasté par l’assaut des Traîtres. Les forces loyalistes étant désormais en lambeaux, la garnison de Cthonia a peu d’espoir de recevoir de l’aide de Rogal Dorn ou de Terra.

Alors que la galaxie sombre dans le chaos, le Lion et ses Dark Angels commencent à se déchaîner sur les franges méridionales de l’Imperium. Alors que les troupes déplacées et les traînards des deux camps se replient devant la fureur du Lion, plusieurs détachements des Légions Éclatées rejoignent la garnison de Cthonia.

  • 013.M31: Le Segmentum Solar est Brisé

Beta-Garmon tombe et les Traîtres brisent le cordon de Rogal Dorn autour du Segmentum Solar. Toutes les forces loyalistes restantes se replient sur Sol si elles le peuvent ou font front là où elles le peuvent. La garnison de Cthonia reçoit l’ordre de tenir jusqu’à ce qu’elle soit relevée, le message fatidique étant scellé par la main de Dorn lui-même.

  • 013.M31: Deuxième Siège de Cthonia

Une Flotte des Sons of Horus et des éléments de soutien se sépare de la vaste armada d’Horus et contourne Sol pour attaquer Cthonia. La garnison des Imperial Fists est en infériorité numérique et isolée, sans aucun endroit où se réfugier, et doit compter sur l’espoir d’une force de secours venant de Terra pour briser le siège.

  • 014.M31: La Chute de Terra

Le Maître de Guerre, Horus, écrase toute résistance dans le Système Solaire et prépare l’assaut final sur Terra elle-même. Cthonia est désormais complètement seule, sans espoir de salut extérieur.[5]

Siège de Cthonia 2.jpg

Partie I : Les Ombres du Futur

« Ceux qui parlent de victoire avant que l’ennemi ne soit mort sont des imbéciles. Ce n’est que lorsque le coup final a été porté que la lutte prend fin. »
-Angron, l’Ange Rouge, Maître des World Eaters.

642006.M31

« La guerre n’a que faire des listes de généraux à barbe grise ou des plans complexes de stratèges assis sur des chaises. La guerre est une chose vivante, comme la flamme, elle se déplace d’un endroit à l’autre au gré des caprices et du hasard. Vous ne pouvez pas la lier par des chaînes logiques, vous ne pouvez que courir devant elle de peur qu’elle ne vous consume et que vous n’arrachiez la victoire à ses flammes affamées. »
-Noyan-Khan Orbataar des White Scars

Cthonia ne connaîtra pas un seul siège pendant l’Hérésie d’Horus, mais deux. Le premier était un précurseur sanglant du second, un miroir sinistre du destin qui attendait Cthonia dans les dernières années de l’Hérésie d’Horus. Ce premier siège, bien que bref et bien moins cataclysmique que le second, sert à préparer le terrain pour ce qui deviendra l’une des batailles finales les plus emblématiques de l’Hérésie d’Horus.

Après le tristement célèbre Massacre du Site d’Atterrissage, où la puissance de plusieurs Légions Loyalistes a été anéantie par la trahison, Rogal Dorn a mis en place des plans pour fortifier le Segmentum Solar et le Système Sol. Une grande partie de sa Légion étant encore dispersée à la suite de cette bataille, Dorn ne put défendre que quelques mondes clés, cherchant à stopper l’avancée des Traîtres suffisamment longtemps pour rallier les autres Légions. Paramar, Beta-Garmon et Lorin Alpha allaient devenir les lignes de front de la guerre civile, des Mondes-Forteresses destinés à contenir l’avancée des Traîtres. Horus ne pouvait pas contourner ces bastions loyalistes et les laisser dans son dos alors qu’il se dirigeait vers Terra et l’inévitable confrontation avec l’Empereur, et serait forcé de livrer bataille sur un terrain choisi par Dorn.

Cthonia était le poignard dans le dos de Terra, un monde regorgeant de guerriers, d’armes et de munitions, loyal au Maître de Guerre désormais traître et suffisamment proche du Système Sol pour qu’une force d’attaque puisse arriver bien avant que des renforts ne puissent être détournés des Mondes-Forteresses du Segmentum Solar. Une telle menace ne pouvait être ignorée, et alors même que Dorn se précipitait pour stopper l’avancée d’Horus, il dirigeait également les troupes qu’il pouvait épargner pour neutraliser la menace de Cthonia et tourner ce danger à son avantage. En effet, ce monde, qui, s’il n’était pas contesté, deviendrait un bastion des Traîtres au cœur du Segmentum Solar, pourrait devenir l’arsenal de la Légion de Dorn dans les années à venir, une source importante d’armes de guerre et de guerriers capables de les manier.[6]

Le Premier Siège

« Sans général, une armée n’est qu’une foule indisciplinée. Sans tête, un général n’est qu’un cadavre. »
-Extrait de « Exodus » de l’Alpha Legion.

À cette fin, Dorn détourna vers Cthonia les 9e et 14e bataillons des Imperial Fists, la 13e Grande Compagnie des Space Wolves, plusieurs cohortes terriennes de l’Armée Impériale et même trois Sodalités de la Legio Custodes. Le groupe de combat était commandé par le Seigneur-Castellan Evander Garrius, un guerrier qui avait déjà servi aux côtés des Luna Wolves pendant les jours de gloire de la Grande Croisade, un Vétéran aujourd’hui en disgrâce auprès de son maître, Rogal Dorn. Pour cette mission, il était l’outil parfait, car il comprenait son ennemi comme peu d’autres pouvaient le faire et il était désespérément désireux de regagner l’approbation de Dorn. Seuls deux Chapitres des Sons of Horus étaient stationnés pour défendre Cthonia, les deux étant arrivés récemment sur la planète pour remplacer les pertes au combat par des recrues fraîches, ainsi qu’une compagnie renforcée de Word Bearers. Ces forces limitées ne pouvaient espérer résister à la colère de l’Imperium, un fait qui n’a pas pu échapper au génie militaire du Maître de Guerre, et qui implique qu’Horus n’avait pas l’intention de se battre pour conserver le contrôle de son monde d’adoption. Horus avait tout misé sur une grande attaque contre Terra à partir de son nouveau bastion dans l’extrême nord galactique - pour lui, il semble que Cthonia n’était qu’un bluff stratégique, un moyen de drainer une partie de la force de Dorn, et rien de plus.

C’est peut-être la connaissance préalable de cette stratégie, ou le simple pragmatisme face à une force écrasante, qui a affecté les forces des Traîtres sur Cthonia en 006.M31, car elles n’ont guère tenté de s’opposer à la flotte d’invasion dans une bataille ouverte. Leurs vaisseaux ont abandonné le système face à la flotte impériale qui est arrivé dans le système de Cthonia, tandis que les guerriers des Flottes traîtresses maintenant bloquées sur Cthonia ont choisi de ne pas contester le débarquement des Loyalistes. Au lieu de cela, ils se sont repliés vers la flèche de la Ruche de la Porte de Lupercal et l’Atlas Terminal, semblant avoir l’intention de monter une défense contre l’invasion à partir de ces points d’appui plus fortifiés. Déployés au compte-gouttes, les guerriers de la flotte de la 13e Grande Compagnie des Space Wolves ont mené l’assaut impérial et le premier sang a coulé dans les plaines grises devant l’imposante flèche de la Porte de Lupercal. Les Loups ne firent pas de quartier et balayèrent les unités isolées qu’ils rencontrèrent, déployant toutes les armes à leur disposition et ne laissant à l’ennemi aucune chance de se rallier ou de contre-attaquer. Parmi les unités des Sons of Horus qui affrontèrent les guerriers de Fenris ce jour-là, aucune ne survécut et rares furent les restes qui purent être identifiés, la plupart ayant été découpés en morceaux ou détruits au point d’être méconnaissables. Au cours de leurs batailles contre les Thousand Sons, qui s’étaient déroulées à peine un an plus tôt, les Thegns de la 13e Grande Compagnie avaient appris à ne rien retenir lorsqu’ils faisaient la guerre aux Legiones Astartes.

Alors que les Loups de Fenris oignaient le sol de Cthonia du sang de ses anciens seigneurs, les Imperial Fists attaquaient la vaste Flèche de la Porte de Lupercal. L’Armée Impériale ayant encerclé l’immense structure, une phalange de sept Dreadnoughts de Siège Léviathan a défoncé la porte principale, brisant l’œil d’or d’Horus qui l’ornait. Bien que le contingent de Sons of Horus défendant la porte se soit battu avec ténacité, il n’a pu que retarder les énormes Dreadnoughts, l’une des puissantes machines de guerre ayant été abattue par un barrage de Fuseurs et une autre par le tir à bout portant d’un char de siège Vindicator. Les tactiques brutales de la Grande Croisade se heurtèrent à la vaillance obstinée des Legiones Astartes, mais là où ces frappes audacieuses avaient déjà eu raison d’ennemis plus modestes, elles s’avérèrent moins efficaces contre les Space Marines de l’Empereur qui avaient changé de camp. Pourtant, les Sons of Horus, malgré leur défi, ne purent résister au nombre de leurs adversaires et les Imperial Fists poursuivirent leur attaque, ne laissant dans leur sillage que des cadavres vert marin.

Sur les talons des guerriers qui avaient franchi la porte, une escouade de Huscarls et de Varagyr, or et gris, menés par Evander Garrius de la 456e Compagnie, s’avança. Ces guerriers d’élite cherchaient à prendre rapidement le contrôle de la voûte céleste au sommet de la flèche de la Ruche, où reposait le trône noir de Cthonia, le siège même d’où le Maître de Guerre traître avait autrefois régné sur le monde qui l’avait élevé. Dans son empressement à s’emparer de ce grand trophée pour son propre Primarque, Garrius engagea les meilleurs de ses guerriers dans l’assaut de la voûte céleste, où quelques douzaines de Sons of Horus et d’Automatas fraichement intronisés firent obstacle à sa progression dans une série de batailles astucieusement planifiées. Les Sons of Horus, dépassés par l’élite des deux Légions, ont utilisé la Cité-Ruche elle-même comme arme dans ce qu’ils savaient être un combat futile. Des jonctions électriques ont été piégées pour exploser, des portes de cloisons ont été scellées et, dans un cas, une section entière du pylône supérieur dix-neuf a été détachée de la superstructure de la Ruche au moyen d’une salve de Bolts explosifs pour emporter une escouade de Huscarls vers une mort brûlante. Pendant près de quatre heures, les Sons of Horus tinrent en échec le Seigneur Castellan, sans se soucier de leurs propres pertes et des dégâts causés aux niveaux supérieurs de la Ruche. La défense ne s’effondra que lorsque Garrius et Thegn Colbey des Varagyr prirent d’assaut la voûte céleste et terrassèrent les chefs des Sons of Horus.

Bien plus bas, dans les profondeurs de la Porte de Lupercal, où les Imperial Fists s’attendaient à rencontrer une résistance tout aussi acharnée de la part des fiers Sons of Horus, ils ne trouvèrent que des bandes de défenseurs éparses. Les commandants de terrain loyalistes comprirent rapidement que les Traîtres n’avaient aucunement l’intention de défendre la vaste Cité-Ruche, mais plutôt de saboter les systèmes clés afin de la rendre inutile aux attaquants, un butin creux à déposer devant les pieds de leur Empereur. N’ayant guère le choix, les Imperial Fists se sont engagés à sécuriser quelques installations clés, tout en sachant qu’ils ne pourraient pas déjouer toutes les ruses de leur ennemi. Des Escouades de Brèche ont écrasé les saboteurs des Sons of Horus qui tentaient de surcharger les anciens réacteurs de la Porte de Lupercal, mais n’ont pas pu empêcher les Sons of Horus de détruire les réseaux d’Augures et les batteries de défense à Macrocanons des Ruches. Harcelée par les Rangers des Imperial Fists et les Traqueurs des Space Wolves, la grande majorité de la garnison des Sons of Horus s’est retirée par la vaste porte secondaire située à la racine même de la Porte de Lupercal et a disparu dans les profondeurs inexplorées du monde souterrain de Cthonia, où, bien qu’isolée, elle continue de représenter une menace pour les forces loyalistes qui occupent les lieux.[7]

Un Trophée Amer

« Là où l’ennemi est le plus fort, que ce soit en armure, en infanterie ou dans d’autres domaines de la guerre, il ne faut pas le défier. Au contraire, il faut l’amener à se battre là où il doit s’appuyer sur son atout le plus faible et faire de sa force un désavantage. »
-Codicille 14:2, Les écrits de Roboute Guilliman.

Malgré ces revers mineurs, Cthonia appartenait désormais à Rogal Dorn. L’immense bannière portant l’œil d’Horus, qui était autrefois suspendue sur les flancs de l’ancienne Ruche de la Porte de Lupercal, fut démolie et brûlée, la Cité-Ruche rebaptisée la Porte du Traître et cédée par ordre de l’Empereur au contrôle de Dorn. Les minerais et minéraux qui pourraient être extraits seraient envoyés à Graia pour alimenter les forges de guerre, tandis que les robustes habitants de Cthonia serviraient de main-d’œuvre brute, de matière première pour les usines à Adsecularis de Lacrymarta ou rempliraient les rangs des Imperial Fists en tant qu’Inductii. Toute trace et tout souvenir du Maître de Guerre traître devaient être supprimés et oubliés, sa Légion ne devait pas seulement être vaincue sur le champ de bataille, mais ceux qui auraient été son avenir devaient être subornés et transformés en loyaux guerriers de l’Empereur, par les Imperial Fists.

Cette tâche monumentale incombait au Seigneur Garrius, qui devait non seulement défendre Cthonia pour son Primarque et son Empereur, mais aussi se faire le champion de la Vérité Impériale, en remodelant la culture indigène pour la mettre au service de l’Imperium. Malgré le titre de "Protecteur de Cthonia", peu de gens voyaient dans cette nomination autre chose qu’un nouveau blâme sur le dossier d’Evander Garrius, car sa vanité au combat avait entraîné des pertes inutiles parmi les Huscarls et les Terminators Varagyr. Dorn lui avait imposé un lourd fardeau, une dernière tâche pour prouver sa valeur au Primarque et un châtiment amer pour ses échecs, car lié à son nouveau devoir sur Cthonia, Garrius ne pourrait pas se joindre à la guerre désespérée pour sauvegarder l’Imperium et il lui était interdit de se tenir aux côtés de son maître pour faire face à la tempête qui s’annonçait.

Alors que Garrius et sa 456e compagnie prenaient leurs nouvelles fonctions avec la discipline stoïque attendue de la VIIe Légion, la plupart des autres forces qui avaient combattu sur Cthonia au nom de l’Empereur furent réaffectées à d’autres Zones de Guerre. Le besoin de guerriers et de matériel étant devenu critique alors que les Légions d’Horus se pressaient contre les défenses que Dorn avait réussi à mettre en place à la hâte, les garnisons du Segmentum Solar furent dépouillées pour fournir des soldats et les Dîmes demandées aux planètes restées loyales furent augmentées, le risque de forcer davantage de mondes à se rebeller étant jugé acceptable face à l’assaut d’Horus. Sur la planète Cthonia, où Garrius régnait désormais sur l’ancien trône d’Horus, ces nouvelles exigences de Terra réduisirent les forces loyalistes à une compagnie renforcée des Imperial Fists et à plusieurs cohortes d’infanterie légère venues de sa voisine Necromunda. C’était à peine suffisant pour contenir les Sons of Horus qui se cachaient dans les tunnels labyrinthiques sous la surface de Cthonia, leurs assauts constituant une menace constante et entravant le travail de rééducation du fier peuple de Cthonia. Les rebelles, les criminels et les Sons of Horus n’avaient plus qu’à se tourner vers le monde souterrain, un labyrinthe de tunnels où les Imperial Fists n’avaient aucune autorité.

Pour renforcer sa garnison qui s’amenuisait, Garrius commença à recruter, convertir et endoctriner rapidement les habitants les plus aptes à la guerre de Cthonia afin de constituer de nouvelles Compagnies d’Inductii pour renforcer ses défenses et fournir à Dorn de nouvelles troupes pour l’Hérésie d’Horus. Ce processus a donné naissance à une race de Space Marines dont le tempérament était bien différent de celui des vétérans de la Grande Croisade. Il s’agissait de guerriers élevés et entraînés pour combattre d’autres Space Marines, des armes de guerre jetables et rien de plus, sans ancrage dans les traditions de la Légion ni révérence pour le Primarque qui avait ordonné leur création. Ils portaient les couleurs des Imperial Fists avec indifférence et Garrius veillait à les éloigner des vieilles traditions de leurs ancêtres Cthoniens, de peur qu’ils ne tombent dans l’hérésie qui avait gagné les Sons of Horus, car ce n’était que l’endoctrinement éclair qui les conditionnait à la loyauté, et non les années de guerre qui avaient lié les premiers guerriers de la VIIe Légion les uns aux autres.

De nombreux Inductii levés à Cthonia seraient affectés à d’autres compagnies de l’Imperial Fists. Les tentatives de Garrius pour renforcer les défenses de Cthonia s’en trouveront ralenties, mais elles seront contrebalancées dans une certaine mesure par les bienfaits du destin, car Cthonia recevra quelques bénéfices inattendus des batailles menées dans l’ensemble de l’Imperium. Plusieurs détachements des Légions Éclatées, celles qui avaient subi les pires pertes lors du Massacre du Site d’Atterrissage, chercheraient à utiliser Cthonia comme base pour des incursions visant les bastions des Traîtres au sud galactique de Terra. Ils recevraient même un détachement de Thousand Sons, les restes de la Cinquième Communauté, qui avaient fui Prospero après sa destruction et cherché la miséricorde de l’Empereur. Ils avaient d’abord été condamnés aux prisons situées sous le Palais, mais le déclenchement de l’Hérésie d’Horus leur avait offert une chance de rédemption. Garrius, qui faisait aussi peu confiance à ces deux traîtres qu’à son Primarque, les avait installés dans le Pharos Obscurus, l’ancienne tour lumineuse qui s’écroulait au bord de la Mer des Poisons, et les avait envoyés combattre les restes de la garnison des Sons of Horus dans les profondeurs du monde souterrain.

Ces orphelins de guerre ne seraient pas les derniers à trouver le chemin de Cthonia, car à mesure que le vent de la guerre tournait en faveur des traîtres, chaque nouvelle défaite voyait des âmes désespérées renforcer les forces du Seigneur Garrius. Lorsque Tallarn tomba, sa surface désormais marquée à jamais par la fureur de l’ost des Traîtres, près de trois compagnies d’Imperial Fists et des troupes de l’Armée Impériale se frayèrent un chemin et entreprirent le périlleux voyage jusqu’à Cthonia, où elles attendraient le prochain assaut avec un stoïcisme fataliste. Moins d’un an plus tard, Bêta-Garmon elle-même, la grande forteresse que Dorn avait érigée pour protéger les frontières du Segmentum Solar, tombait sous les assauts du Maître de Guerre et les forces loyalistes dispersées se repliaient vers de nouveaux refuges à travers le Segmentum et au-delà. Chaque tragédie apportait à Garrius et à ses guerriers les récits d’héroïsme et de défi qui formeraient les os de la légende de l’Hérésie d’Horus, une légende qui s’écrivait sans eux, piégés qu’ils étaient par leur devoir de contenir les traîtres tapis dans le monde souterrain de Cthonia. Alors que l’Hérésie d’Horus s’acheminait vers son dernier chapitre et que le Maître de Guerre tendait enfin la main vers Terra, Cthonia était remplie de guerriers issus des derniers combats et de massacres innombrables, alors qu’elle-même n’avait pratiquement pas ressenti le contact sauvage de la bataille.

Ce marasme monotone ne devait pas durer, car dans les derniers mois de l’Hérésie d’Horus, la guerre, dans toute sa terrible fureur, vint enfin à Cthonia pour réclamer son dû.[8]

Siège de Cthonia 3.jpg

La Garnison de Cthonia 013.M31

« Un guerrier est connu par ses actes, par les victoires qu’il a remportées et les ennemis qu’il a vaincus. Un guerrier n’a rien accompli si personne ne connaît son nom ou n’a entendu parler de ses glorieux exploits. »
-Seigneur Commandant Eidolon des Emperor's Children.

Ceci est un enregistrement de ces âmes courageuses qui ont combattu jusqu’à la fin au nom de l’Empereur et pour la défense de son Imperium. Bien que leur sacrifice soit souvent éclipsé par l’horreur qui s’est abattue sur Terra, qu’il ne soit jamais oublié.

Seigneurs de Cthonia

Seigneur Castellan Evander Garrius

Capitaine de la 456e compagnie des Imperial Fists et maître des forces rassemblées sur Cthonia.

Archimagos Arkai Nomus

3e Illuminus du Conseil Technologique de Graia et chef des Magos du Mechanicum sur Cthonia.

Capitaine des Ombres Syban Nethkal

Dernier Capitaine des Libérateurs et représentant des forces de la Légion Éclatée sur Cthonia.

Magister Sul Kontep

Maître des vestiges de la Cinquième Confrérie des Thousand Sons, porteur du serment de pénitence.

Commandante de la Vigie Ambriel Malineux

Maîtresse du Cadre des Chiens d’Onyx et Commandante Générale des forces de la Confrérie des Sœurs du Silence sur Cthonia.

Seigneur-Maréchal Sember Atriox

Commandant de la 14e cohorte terrienne et officier supérieur de l’Armée Impériale sur Cthonia.

Les Legiones Astartes

Les Imperial Fists

Éléments des 5e, 18e, 19e et 456e Compagnies de l’Imperial Fists, comptant quelque 10 000 hommes aptes au combat et environ 5 000 Inductii issus de la population locale de Cthonia.

Les Thousand Sons

Vestiges de la Cinquième Confrérie, environ 3 000 combattants efficaces ayant prêté serment de pénitence et supervisés par la Sororité Silencieuse.

Les Légions Éclatées

Plusieurs groupes de guerre composés principalement de Space Marines de la Raven Guard et d’Iron Hands, comptant environ 1 500 hommes efficaces au combat, répartis en petites compagnies de différents niveaux de commandement. L’infâme tueur Kaedes Nex aurait fait partie de cette force.

L’Armée Impériale

Quelque 1 500 véhicules blindés et environ 400 000 fantassins issus de nombreux commandements, dont les suivants : la 14e cohorte Terran (les Gardes Dragons), l’Auxilia blindée de Tallarn, la 9e cohorte des Béliers de Saturne, les 3e, 77e et 142e cohortes Necromundienne, les trois cohortes de Jaguar des Légions Olmec, le 19e regiments des Pionniers Taraskan et la 3e Voie des Sentinelles Charonid.

Le Mechanicum

Taghmata de Graia

Force mixte comprenant quelque 500 véhicules blindés et 150 000 fantassins, principalement des Adsecularis.

Legio Titanicus

18 Titans de la Legio Astraman et 5 Titans de la Legio Osedax, ainsi que des effectifs combinés d’infanterie Adsecularis au nombre d’environ 6 000.

Maisons de Chevaliers

Environ 60 Chevaliers de différents modèles, la majorité provenant de la Maison Vyronii.

Auxiliaire

Les Sœurs du Silence

Un cadre complet, les Chiens d’Onyx et des éléments des Cadres des Léopards des Neiges et des Faucons d’Argent. Au total, environ 2 500 guerrières.

Milice Cthonienne Enrôlée

Environ 100 000 miliciens recrutés et équipés sur Cthonia après sa prise de contrôle par les Sons of Horus.

Équipage Libre-Marchand

Environ 3 000 guerriers, formant les troupes de sauvetage et de soutien de la flotte de la Libre-Marchande Marcela Karilanden, dont la flotte a été capturée en orbite de Cthonia.[9]

La Flotte d’Invasion des Vrais Fils

« Cthonia est le symbole permanent des Sons of Horus, l’emblème de notre héritage et de notre prestige. Tant qu’elle perdurera, les Sons of Horus resteront eux aussi inébranlables dans leur honneur. »
-Garviel Loken, Capitaine des Sons of Horus.

Il s’agit d’une liste de ceux qui ont renié leur serment à l’Imperium et ont apporté la mort et la ruine dans les domaines de l’Empereur. Bien qu’ils n’aient pas souillé Terra de leur trahison, ils n’en sont pas moins entachés par les actions de leur maître.

Les Seigneurs de l’Ost Traître

Cadre-Capitaine Vheren Ashurhaddon

Premier Ravageur et maître des Vrai Fils. Commande la 23e Compagnie des Sons of Horus et la flotte d’invasion des Traîtres sous l’autorité directe d’Horus Lupercal lui-même.

Capitaine Zedek Mordakar

Officier du Chapitre de la Main Ecorchée des Word Bearers, commandant une force détachée de guerriers sous le mandat d’Erebus des Word Bearers.

Archimagos Draykavac

L’infâme Archimagos de Cyclothrathe, rattaché à la Flotte par sa propre volonté et son propre mandat, sans ordre du Maître de Guerre ou de toute autre autorité Traître.

Archimagos Ferrok Trahn

Chef des Magos de Voss rattachés à la Flotte, les Seigneurs de Voss ont perdu leurs droits sur les richesses de Cthonia lorsque les forces loyalistes en ont pris le contrôle et sont impatients de récupérer ce qui leur appartenait autrefois.

Les Legiones Astartes

Les Sons of Horus

Les restes des 5e, 19e, 20e, 23e, 34e et 68e Chapitres, toutes des unités de vétérans de la Grande Croisade. Au total, environ 20 000 fantassins et 400 véhicules blindés.

Les Word Bearers

Eléments du Chapitre de la Main Ecorchée. 4.000 Space Marines, et environ 8.000 Avilis.

L’Alpha Legion

De nombreux groupes de guerre dont l’héraldique a été volontairement confondue. On estime leur nombre à moins de 2 000, avec des rapports contradictoires sur la présence du guerrier connu uniquement sous le nom d’Incursus.

Le Mechanicum

Taghmata de Cyclothrathe

Environ 1 000 véhicules blindés, dont 3 Ordinatus, et 5 000 fantassins.

Taghmata de Voss

Composée principalement d’Automates de Bataille de différentes classes, elle est forte d’environ 10 000 combattants.

Legio Titanicus

12 Titans de la Legio Andrastus, 21 Titans de la Legio Ulricon et 8 Titans de la Legio Magna - dont un Titan de classe Warmaster entièrement opérationnel.

Maisons de Chevaliers

Environ 80 chevaliers de différentes Classes, la majorité provenant de la Maison Atrax.

Armée et Milice Renégate

Plus de 800 000 fantassins et 500 véhicules blindés répartis dans de nombreux commandements, dont les 139e, 143e, 145e et 132e cohortes des Chasseurs de Têtes Cthoniens, 6 cohortes de Chercheurs Ydraniens, 4 régiments du Sombre Abattage et les Catéchistes de la Nouvelle Aube[10].

Siège de Cthonia 4 .jpg

Partie II: Le début de la fin

« Le bien et le mal sont comme le vent, ce sont des idéaux inconstants dont la valeur change à chaque instant. Le devoir est comme la pierre, il ne bouge pas facilement et sa valeur pèse lourdement sur ceux qui sont assez courageux pour l’accepter. »
-Evander Garrius, commandant de la 456e Compagnie des Imperial Fists

759013.M31

« Le vrai guerrier ne se soucie ni de la gloire, ni de l’honneur, ni d’aucune autre distraction éphémère. Seul le devoir le lie, la détermination à remplir son objectif quel que soit le prix à payer ou les scrupules de conscience. Le vrai guerrier est un outil dans l’arsenal de son maître, rien de plus. »
-Extrait de "La Longue Croisade", les écrits de Malcador le Sigillite.

Au cours des dernières années terribles de l’Hérésie d’Horus, peu de gens s’attendaient à une attaque sur Cthonia. Horus était alors au sommet de sa puissance, après avoir dispersé les armées des Loyalistes et brisé les défenses de Sol. Ses armées étaient désormais des hordes innombrables, ses Flottes régnaient en maître et sa propre puissance surpassait celle de tous ses frères et peut-être même celle de l’Empereur lui-même. Il n’avait pas besoin de Cthonia, car pour remporter la victoire finale, il lui suffisait d’écraser Terra et d’arracher la couronne du front de son père - le Maître de Guerre avait depuis longtemps dépassé les cavernes sans lumière de sa jeunesse. Pourtant, de nombreux Sons of Horus considéraient l’occupation de leur monde natal par les Imperial Fists comme une insulte à l’honneur de leur Légion, voyant en Cthonia l’image des jours de gloire de la Grande Croisade. C’était le symbole constant de la Légion, immuable même lorsque l’héraldique des guerriers d’Horus changeait, et l’abandonner aux mains de l’ennemi était pour ces guerriers impensable. L’assaut sur Cthonia n’était donc pas motivé par une nécessité stratégique, mais par une fierté blessée et un besoin désespéré de retrouver quelque chose que les Légions traîtresses avaient pratiquement oublié : l’honneur.

Même les Sons of Horus qui n’avaient jamais mis les pieds sur Cthonia y voyaient l’incarnation du guerrier, idolâtrant les rites brutaux et les traditions sanglantes des gangs qui régnaient autrefois sur le monde souterrain, et imitant les manières de ceux qui marchaient autrefois dans les ténèbres de ce monde. Beaucoup de guerriers vétérans de la Légion trouvaient que ces imitations étaient de piètres copies, dépourvues de la discipline et de la fierté qui avaient marqué ceux qui s’étaient battus pendant les épreuves de la Grande Croisade. Ils portaient les marques des gangs d’autrefois et se battaient avec la même férocité, mais là où les gangs de l’ancienne Cthonia considéraient le sang et la violence comme une nécessité de survie, les plus jeunes guerriers des Sons of Horus s’en délectaient, non pas comme un outil de conquête privilégié, mais comme le but de leur existence. Cette tare, la lente transformation des guerriers en simples tueurs, a progressé au sein de la Légion alors même que leur Primarque tombait de plus en plus sous l’influence de Lorgar et d’Erebus, un déclin que certains trouvaient répréhensible. Les vétérans qui dénonçaient cette dilution de la Légion étaient tout aussi loyaux envers Horus et sa rébellion contre l’Empereur que n’importe qui d’autre, mais ils veillaient à ce que la Légion reste la lame tranchante qu’elle avait été autrefois, à ce que le Maître de Guerre dispose des outils nécessaires pour bâtir son propre empire. Ils étaient connus au sein de la Légion sous un simple titre : les Vrais Fils de Cthonia.[11]

Les Vrais Fils de Cthonia

« Il y a peu de batailles qui comptent vraiment et les morts reposent mal à l’aise sur les ruines de centaines de milliers de champs de bataille oubliés, leur sacrifice n’étant pas commémoré et étant futile. Pourtant, ici et maintenant, nous nous tenons au sommet de l’histoire, où notre bravoure ne s’estompera jamais et où notre sacrifice ne sera jamais oublié. »
-Dernières paroles enregistrées du Capitaine des Ombres, Syban Nethkal, pendant les dernières heures de Cthonia.

Dans les rangs du Sons of Horus, les Vrais Fils étaient une société guerrière formée de ceux qui suivaient les anciennes lois de Cthonia et les traditions de la XVIe Légion. Ils avaient les mains rouges et étaient brutaux, comme l’exigeaient les épreuves de la Grande Croisade, mais ils se considéraient comme de vrais guerriers et des hommes d’honneur, et non comme des bouchers sans scrupules. Ils avaient vu comment les autres armées de Traîtres de cette période avaient été réduites à des hordes de berserkers assoiffés de sang et de tueurs exalté sous l’influence des puissances du Warp et après des années de massacres incessants, et les Vrais Fils de Cthonia cherchaient à endiguer cette vague au sein des Sons of Horus.

Ils ne cherchaient pas à se racheter, car ils restaient aussi dévoués au Maître de Guerre que n’importe lequel de ses disciples, mais plutôt à préserver la pureté de la Légion et son utilité pour le Primarque en tant qu’arme dans sa guerre contre l’Empereur. L’héritage Cthonien glorifié de leur Légion devint leur arme contre l’influence d’Erebus et de ceux qui cherchaient à avilir les anciennes Légions et à les rendre inférieures à ce qu’elles avaient été.

Étant donné leur obsession pour Cthonia et les traditions de ceux qui ont combattu et sont morts dans son monde souterrain sans lumière, il n’est pas surprenant que les Vrais Fils aient trouvé l’occupation de ce monde par les Loyalistes particulièrement exaspérante. Non seulement elle a interrompu l’approvisionnement de la Légion en sang Cthonien, mais elle a également porté atteinte à l’honneur et à la fierté de ceux qui considéraient ce monde comme la véritable patrie des Sons of Horus. Ils cherchaient depuis longtemps à la reconquérir, mais les Vrais Fils n’avaient que peu de défenseurs parmi les proches du Maître de Guerre, de plus en plus dominés par l’influence des étrangers à la Légion, et ce n’est que lorsque le Maître de Guerre se trouverait au seuil de la victoire qu’ils seraient autorisés à poursuivre cet objectif.[12]

Les Préceptes de Cthonia

L’auteur a choisi d’inclure à la fois le texte original, rédigé dans l’ancienne langue des premiers mineurs de fond de Cthonia, et une traduction en gothique impérial standard.
La victoire est l’or du guerrier,
Acheté par le sang et la ruse,
Son éclat n’est pas altéré par le temps,
Renouvelé dans le coeur rouge de la bataille,
Jusqu’à ce qu’à son tour elle soit récoltée à nouveau,
Non pas dans la défaite, mais dans l’éternité*,
Car l’or est le tombeau du guerrier.
*Le mot cthonien "eqequ" n’a pas de parallèle direct en gothique, mais semble évoquer un type d’immortalité.

Ce qui suit est extrait de l’un des rares textes Cthoniens datant d’avant l’arrivée de l’Empereur et de l’Imperium sur ce monde. Ces textes anciens étaient considérés comme sacrés par les Vrais Fils, exemples de la sagesse de Cthonia qu’ils cherchaient à imiter et à promulguer dans toute la Légion. Cet exemple particulier montre qu’un véritable guerrier doit faire preuve à la fois d’esprit et de violence, s’efforçant toujours d’apporter la victoire à la Légion jusqu’à ce qu’il soit vaincu par un guerrier supérieur et qu’il entre dans sa légende. Certains prétendent que c’est là l’origine de la tradition Cthonienne consistant à recouvrir d’or le crâne des ennemis honorés.[13]

Le Cœur de la Légion

« Je vois les armes de guerre que nous lâchons maintenant sur l’ennemi et je ne peux que pleurer. Autrefois, nous menions une guerre honorable, où la pureté du combat primait sur la simple boucherie. Aujourd’hui, tout ce qui compte, c’est la mort - tuer le plus grand nombre possible le plus rapidement possible. C’est la fin de l’âge d’or, la fin du rêve de l’Empereur et le début d’une ère sans fin de sang et de massacres. »
-Seigneur-Maréchal Sember Atriox, commandant de la 14e cohorte terrienne..

Le guerrier Vheren Ashurhaddon, réputé pour être le premier des ravageurs, fils du sombre gosier de Cthonia et vétéran de quelques-unes des batailles les plus sanglantes de la Grande Croisade, figurait au premier rang des Fils Véritables. C’est lui qui a demandé au Maître de Guerre le droit de reprendre Cthonia, afin de l’offrir en tribut à Horus lorsqu’il s’assiéra sur le Trône de Terra en tant que nouveau maître de l’humanité. Avec la montée en puissance de ses forces dans le Système Solaire et dans les systèmes environnants et les vagues rapports des autres Légions ayant prêté serment à l’Empereur, Horus n’avait guère de raison de refuser la requête d’un guerrier aussi loyal, sachant que de nombreux membres de son ost verraient dans la reprise de Cthonia un puissant symbole de son inévitable victoire, même si sa valeur stratégique était insignifiante. Vheren reçut le sceau du Maître de Guerre et l’autorisation de rassembler une Flotte et d’expulser l’ennemi de Cthonia, peu de membres de l’ost des Traîtres s’opposant à l’attaque. En fait, seul Alpharius mit en garde le Maître de Guerre contre cette extravagance, l’exhortant à consacrer toutes ses forces à la guerre sur Terra, mais le Maître de Guerre choisit de ne pas tenir compte des paroles de cet imprévisible seigneur de guerre.

Vheren ne tarda pas à rassembler ses forces, avec ses propres légionnaires, le 23e Chapitre des Sons of Horus des vétérans au cœur de sa Flotte, et fit appel aux autres Vrai Fils pour qu’ils apportent leur soutien à l’assaut. Menés par le vaisseau de Vheren, le Tombeau d’Or, les différents commandants des Vrai Fils commencèrent à se rassembler dans les ruines du Système Beta-Garmon, leurs vaisseaux jetant l’ancre près du Point de Mandeville en préparation du voyage à travers l’Empyrée qui les mènerait jusqu’à Cthonia. Ils assisteraient au départ de la vaste armada d’Horus vers le Système Sol, estimant que sa victoire était désormais inévitable, et mesureraient leur détermination à reprendre Cthonia par rapport à leur désir de se tenir aux côtés du Maître de Guerre lorsqu’il se tiendrait aux portes du Palais Impérial lui-même.

Le pragmatisme étant l’un des préceptes chers aux Vrais Fils, ils se contentèrent de savoir que leurs propres batailles figureraient aux côtés de celles de leur Primarque dans les annales de l’histoire, une fois le nouvel Imperium construit sur les cendres de l’ancien. Au total, six Chapitres des Sons of Horus allaient se rassembler pour l’attaque, soit près de 20 000 membres des Legiones Astartes, qui avaient tous été formés et testés au cours des longues années de l’Hérésie d’Horus, une force qui, à l’époque de la Grande Croisade, aurait suffi à conquérir des amas stellaires entiers, sans parler d’un seul monde. Pourtant, ils étaient maintenant confrontés à des Space Marines, et bien que la campagne du Maître de Guerre visant à isoler Terra ait éloigné de nombreuses unités de l’attaque sur Sol, elle avait également permis à d’autres de se rallier à la sécurité relative de Cthonia, qui disposait désormais d’une garnison assez importante. Vheren prendrait le commandement d’un important contingent d’unités de l’Armée Impériale ayant prêté serment au service du Maître de Guerre, dont quatre cohortes complètes des tristement célèbres Chasseurs de têtes Cthoniens ainsi que plusieurs unités de véhicules blindés, afin de constituer le noyau de son ost s’il devait assiéger les positions des Imperial Fists.

Du sinistre Monde-Forge de Voss, qui avait autrefois le droit d’exploiter les richesses de Cthonia, arrivèrent des escadrons d’arches de transport aux coques émoussées pour rejoindre la flotte d’invasion. Ces vaisseaux caverneux transportaient les machines de guerre de Voss et les Titans de la Legio Ulricon, Andrastus et Magna, envoyés pour s’assurer que Voss récolterait à nouveau les richesses de Cthonia et verrait ses rivaux, les Techno-Magos de Graia, humiliés et brisés. Bien que ces guerriers ne se soucient guère des objectifs plus ésotériques des Vrais Fils, ils s’avéraient essentiels à toute tentative de reprise de Cthonia, car, comme tout commandant impérial le savait, les Titans de guerre alignés par les Magos de Graia ne pouvaient être vaincus que par d’autres Titans. Les terribles guerriers de Voss et leurs osts d’Automates ne seraient pas les seuls étrangers à prêter leur concours aux plans des Vrais Fils, car un contingent de Croiseurs Word Bearers vint rejoindre la Flotte au mouillage, avec à son bord des guerriers du Chapitre de la Main Ecorchée qui avaient reçu l’ordre direct d’Erebus de se joindre à l’attaque et d’apporter toute l’aide nécessaire à la conquête de Cthonia.

Légionnaire Caliphernas Iax.
Cohorte d’Inshar du Chapitre de la Main Ecorchée des Word Bearers, affectée à la flotte d’invasion de Cthonia. Armure Énergétique MkVI. Inscriptions astrologiques post-fabrication gravées dans les couches extérieures de la Céramite à des fins rituelles inconnues et casque non standard de conception Colchisienne.[14]

Peu de Vrai Fils avaient du respect pour les factotums de Lorgar, en qui ils voyaient peu de vertus guerrières que le credo Cthonien épousait, et moins encore croyaient que ses émissaires étaient là uniquement pour aider à la bataille à venir. Cependant, Vheren ne pouvait se permettre de refuser les guerriers qui se proposaient de combattre à ses côtés, et il plaida auprès de ses collègues Capitaines pour que les Word Bearers soient autorisés à prouver leur valeur et leur honneur sur le champ de bataille avant d’être condamnés. « C’était, » dit-il aux Capitaines réunis, « la façon Cthonienne de juger un guerrier sur ses actes et non sur sa réputation, et s’il était jugé défaillant, le champ de bataille lui infligerait sa propre punition ». En signe de confiance, le Préteur Mordakar de la Main Écorchée fut intégré au conseil des Capitaines qui commandaient la flotte d’invasion, et montra un vif intérêt pour la planification de l’assaut et la topographie de Cthonia, plus particulièrement la configuration des tunnels souterrains qui se trouvaient juste sous la surface de la planète.

Le dernier arrivé, alors même que les seigneurs des Legiones Astartes tenaient le conseil final à bord de la Tombe d’Or, fut le Croiseur Éclaireur Sigma 9-14 de l’Alpha Legion. Il rejoignit l’avant-garde de la flotte en silence, sans fanfare ni même le salut habituel au commandant de la Flotte, prenant position aux côtés des autres vaisseaux de la flotte et réglant son transpondeur pour qu’il corresponde aux codes d’identification des Vrai Fils. Les guerriers de l’Alpha Legion ont repoussé toutes les invitations à rejoindre le conseil des Capitaines, leur commandant, connu uniquement sous le nom d’"Incursus", signalant leur acceptation du commandement stratégique de l’opération par les Vrai Fils et leur intention d’opérer en tant que force indépendante. Habitué au comportement secret des fils d’Alpharius et ne voulant pas retarder le départ de la Flotte pour un seul vaisseau, Vheren choisit d’accepter simplement les guerriers de l’Alpha Legion et, supposant qu’ils n’obéiraient qu’à leurs propres ordres, n’élabora aucun plan qui dépendrait d’eux.

La flotte d’invasion fut finalement rassemblée, une vaste armada de Croiseurs élancés, construits pour les Traîtres dans les grandes forges de Cyclothrathe et de Xana II, ainsi que les arches de transport et les vaisseaux de bombardement du Mechanicum. La bataille finale pour Sol étant déjà en cours, Vheren et les Vrai Fils n’eurent que peu de temps pour mener à bien leur attaque avant que leur maître, Horus, ne prenne définitivement le contrôle de l’Imperium. Vheren avait déjà commandé de nombreuses flottes et ordonné de nombreux assauts, mais il se trouvait maintenant au seuil d’un événement capital, une bataille qui pourrait bien décider du sort de sa Légion, de son Primarque et de l’Imperium lui-même. Il prononça un mot, « Commencez », et la réalité fut déchirée tandis que la Flotte entrait dans le Warp.[15]

Les Tomes d’Or

Dans les dernières années où votre humble auteur écrit, il n’existe que peu de récits primaires des événements de l’Hérésie d’Horus, et peu d’entre eux traitent des motivations, des plans et des tribulations des Traîtres. Dans de nombreux cas, les historiens sont obligés de prendre certaines libertés afin d’élaborer un récit complet et cohérent de ces années sombres, mais heureusement, dans le cas du Second Siège de Cthonia, votre auteur a accès à une source inaccessible pour la plupart.

Dans les voûtes scellées des bibliothèques d’Ophélia se trouve un ensemble de tomes reliés en cuir velt et en or de Cthonia, pris comme trophée sur la carcasse de la Tombe d’Or lorsqu’elle a été récupérée lors de l’Abordage. Il s’agit des archives d’Immerek Khedron, écuyer de Vheren Ashurhaddon, qui offrent un aperçu unique des actions des Vrai Fils d’Horus durant les dernières années de l’Hérésie d’Horus. Bien qu’ils ne puissent pas être entièrement pris au pied de la lettre, la plupart de ces documents utilisent les informations qu’ils contiennent pour rendre compte des actions des forces des Traîtres pendant le siège.[16]

Espoirs Brisés et Gloire Manquée

« Le succès d’un assaut orbital repose sur le choc et la surprise : l’attaque doit tomber comme l’éclair sur l’ennemi, à un endroit où il ne s’y attend pas. Ainsi, tout ce qu’il faut pour déjouer un tel assaut venu d’en haut, c’est de prévoir où et quand il commencera, et de permettre à l’ennemi de se piéger lui-même. »
-Divisio Tactica Archives, Carta Bellicosa Volume III, Codicille 8:03.

Suivant les Augures de leurs Navigateurs et les prévisions occultes des ésotéristes Word Bearers du Préteur Mordakar, la flotte d’invasion a voyagé sans être perturbée par la fureur de la Tempête de la Ruine. Maintenant qu’Horus se battait pour contrôler le cœur même de l’Imperium, la Tempête était devenue un maelström frénétique qui entravait toutes les tentatives des Loyalistes de se déplacer à grande vitesse dans le Warp, mais pour Vheren et ses vaisseaux, elle ne représentait aucune menace. En tout, il ne s’écoula que treize jours entre le départ de la flotte de Bêta-Garmon et l’arrivée de ses éléments de tête à Cthonia, car Vheren avait ordonné à tous les vaisseaux de se déplacer à la meilleure vitesse possible plutôt que de maintenir la formation avec les vaisseaux plus lents, une vitesse qui n’a jamais été égalée au cours de toutes les années qui ont suivi.

Le prix payé pour cette alacrité fut dans la cohésion de la flotte. Le premier vaisseau à émerger du Warp fut Sigma 9-14, le Croiseur de l’Alpha Legion construit autour d’un réacteur à propulsion exotique de provenance inconnue, qui s’est rapidement heurté aux patrouilles extérieures des Loyalistes. Deux Frégates Légères de la Raven Guard, la Lame de Minuit et l’Ombre-Œil, prirent le vaisseau de l’Alpha Legion pour un pirate opportuniste et passèrent immédiatement à l’attaque, conformément aux ordres permanents donnés par le Seigneur Garrius. Pendant quatre minutes frénétiques, le vaisseau de l’Alpha Legion a effectué une série de manœuvres d’évitement impossibles pour un vaisseau de ligne normal. Des tirs de torpilles et des salves d’IEM à courte portée ont maintenu le vaisseau de la Raven Guard à distance, jusqu’à ce que les escadrons avancés des Sons of Horus traversent le voile de la réalité et pénètrent dans le système de Cthonia.

Avec l’ancien Croiseur Lourd Tombeau d’Or en tête, les Sons of Horus mirent rapidement en fuite la Raven Guard, l’Ombre-Œil se détournant pour retenir les vaisseaux traîtres pendant quelques instants afin que le Mécanoptère puisse sortir de leur champ de brouillage et diffuser un avertissement aux escadrons impériaux en orbite autour de Cthonia. Son devoir accompli, la Lame de Minuit se mit à brûler hors du système, laissant les Traitres se détourner de leur approche de Cthonia pour le traquer ou abandonner la poursuite. Vheren n’avait pas l’intention de se laisser distraire par la Raven Guard, car un Croiseur endommagé n’était pas une menace pour sa Flotte, et ses propres escadrons étaient de plus en plus nombreux à se translater dans l’espace réel à la périphérie du système. Les Traîtres étaient venus à Cthonia - non pas pour faire des incursions, mais pour conquérir.

Malgré la forte garnison qui attendait à la surface de Cthonia, les forces rassemblées en orbite étaient loin d’être aussi intimidantes, car le gros des Flottes impériales avait été rappelé dans le Système Solaire pour résister à l’assaut principal d’Horus. Seuls trois vaisseaux de classe capitale restaient pour défendre Cthonia : le Vaisseau Gloriana Fardeau du Devoir des Imperial Fists, l’immense Grendel des Iron Hands, de classe Golgotha, et une ancienne barge commerciale de classe Fortuna, la Pointe-Warp. De plus, ces navires titanesques n’étaient soutenus que par vingt-trois vaisseaux de ligne et moins d’une centaine de Destroyers et d’escorteurs - alors que la Flotte des Traitres comptait cinq immenses vaisseaux capitaux, près de cinquante vaisseaux de ligne et bien plus de 300 Destroyers et Corvettes.

Prévenu par les transmissions de la Lame de Minuit, Garrius savait pertinemment que la flotte loyaliste était surclassée par son adversaire, et il n’avait guère l’intention de gâcher ces navires sans raison valable. Cependant, il ne pouvait pas céder l’orbite de Cthonia sans se battre, et l’ordre fut donc donné, une centaine de soleils s’allumèrent au-dessus de Cthonia tandis que la flotte impériale entrait en guerre. Menés par le Grendel, dont l’équipage d’Iron Hands avait juré de ne plus céder de terrain aux traîtres qui avaient tué leur Primarque, les deux tiers de la flotte loyaliste quittèrent l’orbite pour engager le combat avec l’ennemi, tandis que les autres vaisseaux mirent le cap sur le labyrinthe d’astéroïdes et de rochers brisés qui se trouvait au cœur du Système de Cthonia. Attaque et défense en un seul mouvement audacieux, là où certains commandants n’auraient vu que défaite, Garrius a cherché à conjurer la victoire.

Le Grendel et ses escorteurs frappèrent les vaisseaux des Traîtres comme une avalanche, profitant du relâchement de la formation des Traîtres pour percer les escadrons les plus avancés. La bataille s’est rapidement transformée en une mêlée de vaisseaux à bout portant, tous absorbés dans des duels séparés sans aucun sens de la stratégie, chaque vaisseau se battant pour rester en vie. L’avantage numérique des Traîtres n’avait que peu d’importance, leurs vaisseaux s’éparpillant tandis que les vaisseaux loyalistes étaient rassemblés comme un Bolt lancé au cœur de la flotte d’invasion, les innombrables batteries de canons du Grendel déchiquetant les Croiseurs les uns après les autres.

Les arches de transport du Mechanicum étaient la cible du Grendel, Garrius ayant chargé les Iron Hands de les détruire, sachant que la perte de leurs Titans porterait un coup fatal à la puissance des Traîtres. Après avoir essuyé les tirs d’une douzaine de Croiseurs des Traîtres, dont les ponts inférieurs étaient en flammes et la coque criblée d’abordages, le Grendel arriva à portée de canon de l’objectif. Un redoutable tir de barrage illumina le vide, quelque chose de bien plus grand que ce que pouvaient produire les canons d’un simple Croiseur, un torrent de feu capable de frapper les cieux eux-mêmes - mais il ne provenait pas du Grendel. Au lieu de cela, il transperça le flanc du Grendel avec une force suffisante pour faire dévier ce mastodonte de métal de sa trajectoire et fendre son blindage d’un mètre d’épaisseur comme du papier. À mi-chemin, le Sacra Astra, le vaisseau de guerre à coque noire de l’infâme Archimagos Yelev Draykavac, avait ouvert le feu avec une vaste lance de lumière noire, sans se soucier des Traîtres de moindre importance qu’il avait détruits pour frapper le Grendel.

Sur les talons du Sacra Astra arrivèrent les vaisseaux de Cyclothrathe, dont la fureur suicidaire et les armes exotiques suffirent à faire pencher la balance en faveur des Traîtres. Le Grendel fut ouvert en grand, et bien que ses canons puissent encore tirer et que des poches de résistance de son équipage se battent encore pendant trois heures, il était mort dans l’espace. Une douzaine de Croiseurs loyalistes percèrent la formation des Traîtres et se dirigèrent vers la sécurité de l’espace profond, les autres brûlèrent dans le sillage de la flotte d’invasion qui se mettait en orbite autour de Cthonia. L’Archimagos Draykavac félicita Vheren et lui offrit ses services en échange d’une partie du butin de Cthonia, tandis que les Magos de Voss demandaient à Vheren d’exclure leur rival de la campagne. Cependant, Vheren était confronté à des problèmes plus importants que l’interminable politique des Techno-Magos du Mechanicum, car alors que le Grendel et la flotte impériale l’avaient retardé dans le vide, le Seigneur Garrius lui avait préparé un comité d’accueil sur Cthonia.[17]

Le Bûcher de L’ambition

« Un bon terrain est essentiel pour mener une bataille à la victoire. Si le terrain sur lequel vous vous battez offre un avantage à l’ennemi, la victoire vous échappera à jamais. Ne vous battez que là où vous avez l’avantage - et s’il n’y a pas d’endroit où le terrain vous est favorable, il faut en créer un. »
-Adjudant Khern Madgdar, artificier des Sentinelles Charonides (3e Temple).

La flotte d’invasion contrôlait l’orbite, les vaisseaux loyalistes fuyant hors du système ou se cachant au cœur du système, mais au-dessous d’eux, la vaste plaque orbitale qui servait de lien entre le vide et le sol était en ruines. Garrius ordonna que toute l’énergie de la plaque orbitale soit coupée, la rendant inutile aux Traîtres et informant Vheren de ses intentions, il verrait Cthonia devenir inutile avant de l’abandonner aux Traîtres, il sacrifierait chaque vaisseau et chaque guerrier qu’il commandait pour contrarier l’ennemi. Mais il ne le ferait que si leur sacrifice pouvait nuire à l’ennemi.

La plaque orbitale avait été le principal moyen de transport des marchandises lourdes vers la surface de Cthonia, via l’échelle orbitale reliée à la forteresse connue sous le nom d’Atlas. L’installation étant en ruine, le seul moyen pour Vheren de déployer ses guerriers était le largage orbital, droit dans les dents des canons des Loyalistes.

En plein cœur de la fureur de Garrius.[18]

++Catalogia Cthonia++

++998012.M31++ +++C’est une liste complète des macro-caractéristiques existantes de ce domaine+++.

La Surface de Cthonia.

L’Atlas Terminal

Vestige de l’Ère des Luttes, "Atlas" était le nom donné à l’immense câble qui reliait la surface aux plaques orbitales situées au-dessus. À une époque révolue, il avait servi à faire de Cthonia un module de commerce entre les anciennes colonies de l’humanité, acheminant de vastes quantités de marchandises et de passagers vers et depuis les vaisseaux en orbite.[19]

Le Mur

Outre les grandes fortifications, les Imperial Fists avaient également érigé une série de forteresses et de petits avant-postes dans un système de défenses interconnectées que la garnison appelait le Mur. Les petits avant-postes étaient disséminés dans les déserts occidentaux, tandis que les murs extérieurs et intérieurs servaient de défense plus directe du Praesidium Arx, les routes principales passant devant ces fortifications étant protégées par des champs de mines cachés. L’ensemble de ce système interconnecté était surveillé et contrôlé depuis les centres de commandement du Praesidium Arx.[20]

Les Chantiers des Titans

Les vastes Chantiers de Titans s’étendaient le long de la côte du Poison et utilisaient les abondantes matières premières pour produire des machines de guerre pour l’Imperium. Malgré son nom, peu de Titans ont été produits sur Cthonia, mais c’était l’un des sites de construction les plus prolifiques pour les tanks Leman Russ et Dominator.[21]

Le Pharos Obscurus

Ruine mineure de la gloire perdue de Cthonia, le Pharos Obscurus était probablement un ancien phare pour les navires de commerce, une tour mince qui s’élevait à plus d’un kilomètre.[22]

Le Praesidium Arx

Construit autour d’une forteresse centrale modulaire, larguée depuis l’orbite, le Praesidium Arx est un chef-d’œuvre de siège moderne. Son cœur était une immense citadelle, dotée d’un épais blindage et d’installations de commandement et de contrôle complexes qui permettaient au Seigneur Castellan de commander toute la garnison depuis une seule chambre, ainsi que de voûtes de garnison suffisamment grandes pour abriter un Chapitre complet de la Legiones Astartes et tout son personnel de soutien.[23]

La Porte du Traître

Ce mastodonte très ancien date d’avant l’Ère des Luttes et est probablement un vestige de l’Âge Sombre de la Technologie. Cette Cité-Ruche aux proportions gigantesques s’étendait dans la basse atmosphère et dans les racines de Cthonia. Elle a conservé une importance stratégique grâce au grand portail souterrain qui se trouvait en son cœur et qui permettait aux machines lourdes et aux troupes nombreuses de se déplacer entre la surface et le monde souterrain.[24]

Siège de Cthonia 5.jpg

Partie III: Un Retour Amer

« La victoire n’est pas un absolu. Un guerrier peut triompher dans la bataille et en être diminué, car c’est la fin qui sanctifie la guerre, et non les moyens. Le guerrier qui ne se bat que pour le sang a déjà été vaincu. »
-Vheren Ashurhaddon, Maître des Vrais Fils de Cthonia.

903013.M31

Premier Débarquement sur Cthonia.

Durant les longues années qui s’étaient écoulées entre le Premier Siège de Cthonia et l’arrivée de la Flotte d’invasion des Vrais Fils, les Imperial Fists n’avaient pas chômé. Le visage de Cthonia était bien différent de celui dont se souvenaient Vheren et les autres vétérans des Sons of Horus, marqué désormais par de vastes fortifications destinées à marquer les prétentions de l’Imperium et par les immenses raffineries qui cherchaient à drainer les dernières richesses de cet ancien monde pour alimenter l’effort de guerre de l’Empereur. Cet affront irrita les Sons of Horus de la flotte d’invasion, tout juste remis de leur victoire dans le vide et désireux de porter le combat sur le sol même de Cthonia. Au premier rang de ces guerriers se trouvait le Chef Ryaeve du 68e Chapitre, une force d’Inductii levée sur la lointaine Dagon et qui n’avait jamais mis les pieds sur Cthonia auparavant, ayant été créée au cours des premières années de l’Hérésie d’Horus pour poursuivre la rébellion d’Horus. Le Chef Ryaeve considérait les travaux de siège de Cthonia à la fois comme un défi et une insulte, une dernière épreuve que ses Inductii devaient surmonter avant de pouvoir se considérer comme de véritables Cthoniens, et au sein du conseil des Capitaines qui menaient l’invasion, il n’a eu de cesse de réclamer un assaut immédiat et irrésistible.

Vheren Ashurhaddon, le chef des Capitaines réunis, resta impassible face à l’ardent Capitaine du 68e Chapitre, car il connaissait bien les compétences des Imperial Fists en matière de poliorcétique. Fils de Cthonia et vétéran de la Grande Croisade et de l’Hérésie d’Horus, il n’avait plus besoin d’afficher sa fierté et ne cherchait que le chemin le plus sûr vers la victoire. Il n’hésiterait pas à envoyer les Sons of Horus pour faire couler le sang de leurs ennemis, mais il ne les gaspillerait pas non plus dans de vaines démonstrations de bravoure. Cthonia portait la marque des Imperial Fists depuis près de dix ans, qu’importaient quelques jours de plus ?

Le conseil des Capitaines était donc dans l’impasse, paralysant la flotte d’invasion pendant que les Loyalistes attendaient en bas. Vheren, le plus ancien des participants, bénéficiait du respect et de la confiance des compagnies de vétérans, tandis que la rhétorique féroce de Ryaeve avait capté le zèle des recrues les plus récentes. Il reviendrait à des étrangers de décider de la ligne de conduite de la Flotte, aux Capitaines des Word Bearers et de l’Alpha Legion qui accompagnaient la flotte, car les Sons of Horus ne s’abaisseraient pas à résoudre leurs désaccords par la violence comme les guerriers déchus des World Eaters. Le commandant de l’Alpha Legion, le guerrier connu sous le nom d’Incursus, refusait même d’assister au conseil, et encore moins de voter dans les affaires d’une autre Légion, mais le Préteur Mordakar des Word Bearers n’éprouvait pas la même réticence. Mordakar, malgré la faveur que lui avait témoignée Vheren Ashurhaddon, vota en faveur d’une attaque immédiate et proposa d’utiliser uniquement ses Word Bearers si les Sons of Horus souhaitaient éviter des pertes inutiles.

Outrés par cet affront déguisé en respect, Ryaeve et ses partisans furent poussés à la fureur : ils ne permettraient à aucun simple Word Bearers de se dresser sur Cthonia avant qu’ils ne le fassent eux-mêmes. Vheren n’aurait pas pu retenir un assaut maintenant, avec même les guerriers vétérans courroucés par l’idée qu’ils pourraient être dépassés par leurs propres alliés, tout ce qu’il pouvait faire était de chercher à limiter les dommages potentiels. Il donna son autorisation pour un largage orbital, la première étape étant entreprise par le 68e Chapitre via des |Modules d'Atterrissage, cédant l’honneur du premier largage à Ryaeve et ses Inductii, et suivie par les vétérans du 5e Chapitre dans des escadrons d’Atterrissage. Leur objectif était de détruire la nouvelle forteresse de commandement, le Praesidium Arx, érigée par les Imperial Fists à l’extérieur de la Cité-Ruche connue aujourd’hui sous le nom de Porte du Traître, en coupant la tête du vaste ensemble de fortifications et en les rendant inutiles alors que la flotte d’invasion se déployait en masse au pied de l’ancienne Cité-Ruche.[25]

La Fierté du Sénéchal

« Le premier plan d’attaque des Sons of Horus contre le système de Cthonia a failli être un désastre pour la flotte d’invasion. L’assaut a été piégé en atterrissant au milieu d’un vaste champ de mines et entouré de troupes loyalistes, et a été contraint à une série de batailles épuisantes - d’abord pour tenter de repousser l’attaque, puis simplement pour survivre. Ce n’est que grâce à l’habileté et à la force d’âme des guerriers des Sons of Horus sur le terrain que l’ost a pu transformer un désastre total en un semblant de victoire. »

De telles frappes audacieuses étaient le point fort des Sons of Horus, un seul coup pour briser la résistance de l’ennemi, frappant une cible qu’ils croyaient indestructible. Vheren avait perçu ce qui semblait être une faille subtile dans les défenses des Imperial Fists, car si les batteries orbitales construites autour du Praesidium Arx contreraient toute tentative de débarquement de transports lourds, le terrain vague ouvert et non gardé qui séparait le Praesidium Arx de l’Atlas Terminal n’était protégé ni par des fortifications, ni par des forces terrestres. Faire atterrir une force de frappe dans le mince chemin entre les canons de la forteresse et le Terminal aurait été un exploit impossible pour une force moins importante, comme les transports lourds de l’Armée Impériale ou les vastes atterrisseurs du Mechanicum, mais pour un essaim de Modules d’Atterrissage des Space Marines se déplaçant rapidement, c’était une tâche dangereuse, mais simple. Une fois débarqués dans les limites des fortifications érigées pour tenir l’ennemi à distance, les Sons of Horus pouvaient rapidement s’attaquer au Praesidium Arx et débarquer d’autres troupes à leur guise.

Leurs plans enfin arrêtés, les Capitaines de la flotte des Traîtres lancèrent l’assaut avec la rapidité qui caractérisait toutes les actions des Legiones Astartes. Les vaisseaux de la flotte passèrent brièvement au-dessus de la flotte des Traîtres en orbite haute, incapables de déclencher leurs propres canons sans anéantir le butin qu’ils cherchaient à s’approprier et ne voulant pas laisser aux canons du Praesidium Arx l’occasion de briser les boucliers de leurs vaisseaux. Ils restèrent en position assez longtemps pour lâcher une grêle de Modules d’atterrissage dans le ciel de Cthonia avant de sortir de la zone d’engagement pour lancer les Thunderhawks transportant le 5e Chapitre, tandis qu’en dessous d’eux les Imperial Fists lâchaient un barrage anti-char qui semblait presque mettre le ciel en feu. Les Modules d’Atterrissage du 68e Chapitre ne comptaient que sur leur vitesse pour échapper aux canons de leur ennemi, tombant avec une force qui aurait été mortelle pour des guerriers non augmentés, bien que des douzaines de Modules d’Atterrissage aient été touchés par des obus et des tirs, répandant dans l’atmosphère de Cthonia des cadavres brisés dans des armures vertes.

Malgré la précision infaillible de l’artillerie des Imperial Fists, les Inductii de la 68e étaient habitués à faire la guerre aux Space Marines et leur formation de largage avait été soigneusement planifiée pour exploiter les doctrines traditionnelles de tir antiaérien utilisées par les légions vétérans. La grande majorité des modules d’Atterrissage de la 68e passeraient le rideau de feu d’obus et s’approcheraient en hurlant de l’étroit corridor entre le périmètre du Bouclier Void du Praesidium Arx et les batteries défensives de l’Atlas Terminal. Dans cette brève bande de terrain libre, ils prévoyaient d’atterrir, de se rassembler et d’attaquer à pied, là où le vaste Bouclier Void qui protégeait le Praesidium Arx des canons orbitaux ne serait d’aucune utilité. Les petits modules d’Atterrissage non guidés commencèrent à allumer des rétro-propulseurs, si nombreux qu’ils soulevèrent un nuage de poussière qui couvrit des kilomètres de terrain vague, tandis que les gros modules Dreadclaw et Kharybdis manœuvraient pour atterrir à l’avant de la formation éparpillée. Malgré les pertes qu’ils avaient subies, le Chef Ryaeve et ses guerriers s’apprêtaient à toucher terre, les premiers de l’ost traître à marcher sur Cthonia depuis près d’une décennie.

Sergent Iridek Sanhar.
5e Compagnie des Sons of Horus, affectée à la Flotte des Vrai Fils et aux premiers débarquements. Armure Énergétique Mk VI, remarquez les runes de gang Cthonien sur la jambière droite et le crâne-trophée, rituellement plaqué d’or.[26]

La première vague de Modules d’Atterrissage s’est écrasée sur les plaines grises de Cthonia, presque exactement sur la zone cible que le Chef Ryaeve avait ordonnée et exactement là où le Seigneur Garrius s’attendait à ce qu’ils atterrissent. Atterrissant au milieu du vaste nuage soulevé par leurs propulseurs d’atterrissage et avec des liaisons Vox à longue portée brouillées par les Imperial Fists, le sort de la première vague de Modules d’Atterrissage n’a pas été immédiatement connu par les Capitaines en orbite, mais lorsque la poussière s’est dissipée, ils ont vu un désastre. Le terrain vague entre le Praesidium Arx et l’Atlas Terminal avait été transformé en une série de vastes champs de mines, fruit du talent des Imperial Fists en matière d’ingénierie de siège et de la maîtrise des munitions gravitiques par les Iron Hands. Astucieusement dissimulées face à un Auspex, les mines gravitationnelles faisaient s’écraser les Modules d’Atterrissage à pleine vitesse, réduisant à néant les efforts de leurs propulseurs pour les ralentir. Des centaines de Sons of Horus furent tués et la zone de largage fut plongée dans le chaos. Seuls les Modules Dreadclaw et Kharybdis évitèrent les mines, parvenant à changer de cap et à éviter le sort de leurs frères, et se posèrent dans des zones où les mines avaient déjà été déclenchées.

Des nuages de poussière étouffants, des champs gravitiques mortels et des explosions soudaines ont transformé la zone de largage en un paysage cauchemardesque, que le Seigneur Garrius appellera plus tard "son propre massacre du site d’atterrissage". Un tiers de la force d’assaut du 68e avait été tué ou trop gravement blessé pour pouvoir continuer à se battre, et les survivants tentaient désespérément de se regrouper et de trouver un moyen de sortir du piège tendu par Garrius. Malgré leurs armures lourdes, les Sons of Horus furent contraints d’utiliser des Auspexs à main et des scanners à Augures pour cartographier les mines et marquer des couloirs sûrs afin de se réorganiser, en rassemblant tous les guerriers disponibles et les munitions qui pouvaient être récupérées dans les Modules d’Atterrissage. Le Chef Ryaeve, furieux de la ruse de l’ennemi, ignora les ordres fragmentaires venus de l’orbite de se replier et d’abandonner l’attaque, et rassembla plutôt ses troupes pour se venger des Imperial Fists, mais les forces loyalistes, qui s’étaient préparées de longue date à cette attaque, ne lui laisseraient aucun répit.

Une série d’éclairs actiniques jaillit au milieu de la poussière lorsque les libérateurs de la Raven Guard, vêtus d’ocre, se téléportèrent au milieu de la force désorganisée des Sons of Horus, leurs Combi-Bolters crachant la mort alors même qu’ils se matérialisaient. Les Loyalistes connaissaient bien les zones de sécurité des champs de mines et, dans la confusion, la Raven Guard a récolté un grand nombre de vies, les Terminators vétérans démontrant aux Inductii la valeur réelle de leur expérience. Au même moment, des escadrons de Spartans portant l’héraldique dorée des Imperial Fists sortirent en trombe de hangars dissimulés près du Praesidium Arx et commencèrent à foncer tête baissée à travers le champ de mines pour atteindre la bataille, le lourd blindage et les boucliers des chars d’assaut Spartans étant à l’épreuve des charges gravitationnelles des mines. Le piège s’est refermé, et le terrain vague est désormais couvert d’escarmouches isolées, les Inductii des Sons of Horus opposant leur fierté à l’habileté éprouvée des Libérateurs.

Le Chef Ryaeve refusa de céder du terrain à ceux qu’il ne voyait que comme des reliques d’une croisade ratée, maniant ses haches jumelées avec une habileté comparable à celle de n’importe quel Space Marine chevronné pour abattre les Libérateurs qui défiaient Ryaeve et ses gardes du corps. Les Inductii, qui n’avaient d’autre choix que la victoire ou la mort, commencèrent à se rallier, leur nombre laissant les Libérateurs dans une position désavantageuse, chaque Terminator tombé étant une perte difficilement supportable. Animés par le besoin désespéré de se montrer dignes de la patrie qu’ils occupaient désormais, les guerriers du 68e Chapitre se jetèrent sur la Raven Guard, sacrifiant leur vie pour ouvrir une faille dans l’armure de l’ennemi que d’autres pourraient exploiter. Ryaeve savait qu’il n’avait qu’à tenir jusqu’à l’arrivée des renforts du 5e Chapitre transportés par des Thunderhawks, et tout en combattant, il exhortait ses guerriers à la bataille : « Combattez en vrai fils du Maître de Guerre - car les yeux d’Horus nous regardent maintenant ! »

La bataille était à couteaux tirés, les nuages de poussière se dissipaient et les traîtres constatèrent à quel point les libérateurs étaient peu nombreux, quelques centaines contre près d’un millier. Même avec les pertes qu’ils avaient subies, les Inductii du 68e étaient loin d’être vaincus pour peu qu’ils puissent se regrouper avant l’arrivée des colonnes d’Imperial Fists qui approchaient. Le Chef Ryaeve affronta un Centurion des Libérateurs, ses lourdes haches brisant l’épée du Raven Guard et fendant son Armure de Cataphractii, avant de lever ses lames ensanglantées avec un rugissement sauvage qui fit battre les cœurs des Inductii. Alors que Ryaeve exultait et que le vent de la bataille commençait à tourner, la mêlée tourbillonnante s’interrompit brièvement et un guerrier vêtu d’une Armure Énergétique noire comme la suie lâcha un tir de barrage foudroyant à l’aide d’une paire de pistolets archaïques, forant des trous dans l’armure forgée par Ryaeve et le renversant au moment même où il triomphait.

Kaedes Nex, l’infâme assassin de la Raven Guard, a scellé le destin du débarquement de la 68e dans le tonnerre de ses armes. Sans le Chef Ryaeve pour les diriger, les Inductii combattirent et moururent dans leurs propres batailles isolées, aussi féroces que n’importe quel Space Marine, mais sans la coordination tactique des vétérans de la Raven Guard. Seule l’arrivée du 5e Chapitre des Sons of Horus sauva les Inductii de la défaite en détail, leurs Thunderhawks arrivant en rase-mottes depuis le nord-est, sous les canons des Imperial Fists. Les Bolters Lourds des Thunderhawks repoussèrent la Raven Guard suffisamment longtemps pour embarquer les survivants du 68e et leur chef estropié dans une évacuation désespérée, avant de fuir lorsque la colonne blindée des Imperial Fists en approche ouvrit le feu alors qu’elle atteignait enfin le champ de bataille. Le premier engagement du Second Siège de Cthonia s’était soldé par une défaite cuisante pour les Traîtres, mais ce serait loin d’être la dernière bataille à livrer pour ce monde désolé.[27]

Le Massacre du Site d’Atterrissage de Cthonia.

La Colère du Maître de Guerre

« Sur la terre de mille mondes différents, j’ai combattu avec la lumière de mille soleils différents sur mon dos, mais ce ne sont pas les actes de ces batailles qui peuplent les recoins les plus sombres de mon esprit. L’horreur de ce qui s’est passé en temps de guerre, dont peu de gens ont été témoins et auxquels peu de gens ont survécu, réside là, dans les souvenirs d’actes commis dans des lieux qui sont au-delà de la lumière de n’importe quelle étoile. Ce sont des souvenirs que je ne veux pas consigner. »
-Extrait des mémoires privées du légionnaire Halda Theil, 8e Compagnie, Imperial Fists.
Attaque du Bassin de Shaitan.

La défaite de l’assaut du 68e Chapitre avait porté un coup à l’orgueil des Sons of Horus, mais elle n’avait pas mis fin à leurs ambitions. L’arrivée opportune du 5e Chapitre avait sauvé le 68e de l’anéantissement, les deux unités restant efficaces au combat, et la véritable ampleur des défenses des Imperial Fists avait été révélée. De plus, Vheren Ashurhaddon, dont les préoccupations stratégiques avaient été prouvées par l’échec de l’attaque, détenait désormais une autorité incontestée au sein du conseil des Capitaines et avait bien défini son prochain plan d’action. Certains guerriers auraient pu considérer qu’il s’agissait d’une période de repos, pour se regrouper et panser leurs plaies, mais Vheren n’était pas un guerrier comme les autres - c’était un véritable fils de Cthonia, né dans l’adversité et la lutte. Face à la défaite et à l’humiliation, il n’y avait qu’un seul moyen d’agir : l’attaque.

Les Sons of Horus avaient besoin d’une victoire pour restaurer leur moral et leur fierté, et la flotte avait besoin d’un point d’appui sur Cthonia pour poursuivre l’invasion. Compte tenu des fortifications en place autour de la Porte du Traître et de l’Atlas Terminal, une autre attaque directe à cet endroit était une entreprise futile. Au lieu de cela, Vheren ferait débarquer son ost en masse, suffisamment loin du Praesidium Arx pour éviter ses défenses et les pièges de Garrius, mais suffisamment près pour que les Imperial Fists ne puissent pas ignorer leur débarquement. Il attirerait les Loyalistes pour qu’ils se battent sur le terrain de son choix, où il pourrait dicter les termes de la bataille et utiliser ses forces supérieures à leur plus grand avantage.

Vheren choisit un terrain vague à l’ouest des montagnes de Vorhek, à l’abri des canons du Praesidium Arx. De cette position, il pourrait rassembler ses forces et avancer directement pour réduire les fortifications des Imperial Fists à l’assaut, une stratégie plus sûre mais plus lente que le gambit initial et qui permettrait à Vheren d’exploiter correctement la puissance de l’ensemble de l’armée des Traîtres. Déplaçant la flotte à l’extrémité de Cthonia, ne laissant que quelques Croiseurs Légers pour surveiller le Praesidium Arx depuis l’orbite, Vheren fit entrer la première vague d’atterrisseurs dans l’atmosphère de Cthonia. Ces vaisseaux à parois dures étaient bien plus lents que les Modules d’Atterrissage, mais sans la menace des canons des Imperial Fists, ils permettraient de débarquer un plus grand nombre de troupes en moins de temps, l’infanterie de masse et les blindés légers débarquant en premier pour sécuriser les zones d’atterrissage. À l’aube du deuxième jour de l’invasion, Vheren donna l’ordre de lancer l’assaut et les Sons of Horus revinrent une fois de plus dans le ciel de Cthonia.

Au sein de la garnison loyaliste, il y avait quelques dissensions concernant le débarquement des Traîtres. Le Seigneur Atriox de l’Armée Impériale et l’Archimagos Nomus de Graia ont tous deux demandé une contre-attaque immédiate, le premier voulant récolter sa part de gloire après avoir été tenu à l’écart du premier engagement, et le second voulant s’assurer qu’aucun Titan traître ne soit autorisé à faire à débarquer sur la planète. Cependant, le Capitaine Nethkal de la Raven Guard, dont les guerriers avaient subi de nombreuses pertes en repoussant la première attaque, et le Consul-Capitaine Adarus des Imperial Fists, héros oublié des premières batailles de la Grande Croisade, insistèrent pour qu’ils restent à l’intérieur des murs. Ces vétérans considéraient qu’un débarquement était inévitable et qu’il était inutile de gaspiller leurs forces dans une cause perdue d’avance tant que leurs défenses ne seraient pas percées.

Pourtant, c’était le Seigneur Garrius qui détenait la seule autorité sur Castellan, et sur toutes les forces présentes, par décret impérial, et il n’accepterait aucun débarquement dans le domaine que Dorn l’avait chargé de défendre. Il demanda à toutes les forces de se tenir prêtes à partir, tous les guerriers disponibles seraient engagés dans la contre-attaque, ne laissant qu’une force squelettique pour tenir le Praesidium Arx et les murailles. Les Traîtres étant encore sous le choc de l’échec de leur première attaque, le Seigneur-Castellan pensait pouvoir remporter une victoire décisive et se racheter aux yeux de son Primarque, en tenant Castellan malgré les forces déployées contre lui. S’accrochant à ce dangereux espoir, Garrius rassembla toutes les forces de la garnison et les mit en mouvement à travers les vastes Désolations.

Le fer de lance de la contre-attaque était constitué d’escadrons d’Intercepteurs Xiphons et de Thunderbolts de la Divisio Aeronautica, tous capables d’atteindre les lointaines montagnes de Vorhek en quelques heures. Suivaient au sol les contingents les plus rapides des Legiones Astartes, les Land Speeders des Imperial Fists, les chars d’assaut Sabre et l’infanterie d’élite à bord des transports Storm Eagle, qui pouvaient mettre une demi-journée à converger vers l’ennemi. Enfin, les cohortes de chars impériaux, les blindés lourds des Imperial Fists ainsi que les Chevaliers et les Titans du Mechanicum seraient mis à contribution. Garrius demanda même aux Techno-magos de Graia de libérer l’immense Ultrix Umbra, un Titan de classe Warmaster dont les réparations n’étaient pas encore achevées. Ces derniers éléments, le coup de marteau de l’assaut de Garrius, mettraient au moins une journée entière, voire plus, à arriver sur le champ de bataille, et il était donc essentiel que son avant-garde retarde les débarquements des Traîtres jusqu’à ce que l’ensemble de ses forces puisse être engagé.

C’est pourquoi les appareils loyalistes s’abattirent sur le gros des débarquements de la force d’invasion, avant d’être accueillis par une multitude d’éclairs verts et de Fire Raptors. Lancés depuis les Croiseurs en orbite, les traîtres pouvaient rivaliser avec la garnison en termes de puissance aérienne et de détermination, mais le Seigneur Garrius ne permettait pas à ses pilotes de faiblir, car même dans l’impasse, les combats féroces entravaient les opérations de débarquement. Alors que le ciel était rempli d’un ballet d’aéronefs ponctué d’explosions soudaines et d’épaves en chute libre, les éléments de tête des Loyalistes arrivèrent à la tête de pont des Traîtres. À ce stade, les Traitres n’avaient réussi à échouer qu’une demi-douzaine de barges de débarquement, chacun de ces énormes navires pouvant transporter une compagnie de troupes et servir de bastion de fortune sur le terrain, et ils avaient encore du mal à déployer les troupes en bon ordre. Les attaques de cavalerie des escadrons de Land Speeders des Imperial Fists entravaient leurs tentatives de déchargement, les Land Speeders Légers anti-grav étant bien trop rapides pour que l’infanterie puisse les contrer facilement.

Des combats intermittents se poursuivirent pendant une bonne partie de la matinée, les Loyalistes ne disposant pas du soutien d’infanterie nécessaire pour établir des positions défensives et les Traîtres étant incapables de mettre un terme à leurs attaques en rafale. Le vaisseau de débarquement Altor-17 de l’Auxilia, endommagé par des chasseurs Thunderbolts lors de son approche, fut détruit par un escadron de chars Sabre de la Raven Guard qui, après avoir franchi les lignes de remorquage de l’infanterie, déchaîna un barrage de lasers à neutrons sur les flancs de l’appareil. Malgré ces pertes, qui ont ralenti les efforts de débarquement, les traîtres ont rapidement débarqué une partie importante de leurs effectifs. Ces guerriers se sont empressés de protéger la zone d’atterrissage par un cercle de lames et de canons, mettant ainsi un terme à tout autre assaut. Au crépuscule, les aéronefs loyalistes s’étaient retirés et les Traitres avaient déployé quelque 500 000 fantassins et près d’un millier de véhicules blindés de différents types, bien que Vheren n’ait pas encore mis en danger l’un des vulnérables Convoyeurs de Titans dans le cadre du débarquement en force. Le terrain vague au pied des montagnes de Vorhek ressemblait désormais à une petite ville fortifiée, les vastes atterrisseurs de l’Auxilia Solar à son château et les cohortes de chars à ses vastes tours et les plus petits Stormbirds de la Legiones Astartes à ses faubourgs. Les Vrais Fils étaient arrivés en force, et cette fois, ils ne se laisseraient pas faire.[28]

Une Aube Sanglante et Amère

« La vaillance ne s’éprouve pas dans la victoire, mais dans la souffrance. Car un guerrier qui n’a jamais goûté à la défaite est une arme fragile et peu fiable. »
-Extrait de "La Sagesse de la Forêt", les écrits de Lion El’Jonson.
La Bataille de Luhman[29]

Livrée à peine dix ans après le départ de l’Empereur du Sytème Solaire, après son retour à l’ancienne Cthonia, mais avant qu’Horus ne reçoive officiellement le commandement de sa Légion, la bataille de Luhman a été oubliée depuis longtemps par tous les historiens, à l’exception des plus fervents d’entre eux. C’est là que les forces des VIIe et XVIe Légions ont opposé leurs forces à une branche perdue de l’humanité qui s’était tourné vers les arts les plus noirs de la sorcellerie génétique pour survivre à la Longue Nuit, une ramification de l’humanité si changée qu’elle ne ressemblait plus à rien de vaguement humain. Aucun document ne contient d’image des habitants de Luhman, mais les quelques rapports de bataille qui subsistent parlent d’immenses yeux vides capables de voir même dans les cavernes sans lumière, d’une peau noire que les lames ne peuvent percer et de griffes capables de déchirer la Céramite. Ils étaient si féroces que les pertes enregistrées lors des combats pour la purification de Luhman sont bien plus nombreuses que celles de la bataille elle-même.

Parmi ces pertes, la plus notable est celle du Préteur de la XVIe Légion, Maral Lupus, le guerrier qui a mené les attaques sur Luna, ce qui a valu à la Légion le sobriquet de "Luna Wolves". Connu sous le nom de Loup Blanc parmi ses propres frères, il avait mené l’attaque finale contre Luhman et, aux côtés d’un guerrier de la VIIe Légion, avait tué l’énorme géniteur de l’engeance tordue de Luhman, au prix de sa propre vie. Le guerrier des Imperial Fists était le jeune Imran Adarus, un simple Lieutenant qui avait suivi le vétéran des Luna Wolves au cœur de la bataille et avait porté son corps dans la foulée. Le vétéran mourant légua à Adarus sa lame d’argent lunaire étincelante en échange d’un serment à toute épreuve, une promesse entre guerriers qui avait plus de pouvoir que n’importe quel engagement écrit. Adarus jura de toujours défendre l’honneur de sa propre Légion et de celle de la XVIe, et que lorsqu’ils auraient besoin de lui, il viendrait toujours offrir son épée et sa vie pour eux.

S’attendant à devoir faire face à une nouvelle vague de pillages et d’attaques pendant la longue nuit de Cthonia, Vheren a déployé des équipes de Chasseurs de Têtes de l’Alpha Legion et des unités de cavaleries rapides pour explorer les terres désolées autour de sa nouvelle forteresse. Bien que cela risquait de faire perdre de précieux atouts à l’avant-garde loyaliste, qui s’était retirée endommagée mais invaincue, ce pari s’est avéré judicieux. Les éclaireurs de l’Alpha Legion découvrirent rapidement que Garrius avait ordonné à ses régiments de chars de se déplacer à toute vitesse dès les premières heures de la nuit, laissant derrière eux les Titans et les véhicules super-lourds, plus lents, mais leur permettant d’atteindre le camp des Traîtres à distance de frappe avant minuit, bien plus tôt que Vheren ne l’avait prévu.

N’ayant guère d’autre choix, Vheren rassembla ses propres blindés et son infanterie, et se lança à l’assaut de la contre-attaque de Garrius. Les blindés du Traître étaient plus nombreux que les cohortes loyalistes, mais les forces de Vheren étaient principalement composées de Kratos lourds du 19e Chapitre des Sons of Horus, connus sous le nom de "Loups de Fer", de chars Malcador des cohortes de Chasseurs de Têtes Cthoniens et des énormes Ordinatus de Cyclothrathe. Les deux forces se sont rencontrées sur une ancienne saline connue sous le nom de Bassin de Shaitan. Aucun des deux ost n’a fait semblant d’avancer furtivement, bannières déployées et armes au poing. Le Consul-Capitaine Adarus des Imperial Fists, placé aux commandes par Garrius qui était resté au Praesidium Arx, diffusa un message en clair, sur les Voxs ouvert, les canons de son char levés en guise de salut.

« Je vois devant moi la marque des Loups de Fer. Autrefois, j’ai combattu à leurs côtés et je les ai qualifiés d’honorables guerriers. Cela m’attriste au-delà des mots de lever mon épée contre eux maintenant dans la bataille. En souvenir de mes anciens serments, je leur offre un dernier salut avant de les détruire, car seule la mort peut effacer cette honte. »

Sans crier gare, le char de tête du 19e Chapitre, un ancien Kratos orné d’un loup blanc bondissant, leva son propre canon. Il y eut, pendant un bref instant, un silence. Seuls les Inductii continuaient d’avancer, sans se soucier de regretter une croisade qu’ils n’avaient jamais vue, et le moment passa. Soudain, des coups de feu illuminèrent la nuit, plus brillants que l’aube lointaine, tandis que les chars des deux camps commençaient à tirer. Les moteurs des chars Predators dorés rugissaient tandis qu’ils fonçaient vers l’avant pour décharger leurs canons à plasma. Les chars lourds Kratos, robustes, crachaient leurs Autocanons dans toutes les directions, et les lignes de combat ordonnées commençaient à s’estomper à mesure que les deux ost s’affrontaient. Une centaine de chars moururent dans les premières minutes de la bataille, et les transports Mastodon et Rhino Advancer dégorgèrent l’infanterie au cœur des combats pour traquer les bêtes de métal blessées qui tentaient de quitter la ligne de bataille. Pourtant, aucun des deux camps ne céda ni n’envisagea de battre en retraite, même si les rafales assourdissantes de force de concussion des Ordinatus creusaient des trous dans les escadrons impériaux qui continuaient d’attaquer, et que les détachements d’infanterie de Sons of Horus perdaient des dizaines de guerriers en tentant de se rapprocher des Sicarans Punishers, utilisant des Fuseurs à bout portant pour paralyser les chars d’assaut. Rappelant une fois de plus la trahison au cœur de l’Hérésie d’Horus, c’était comme si les deux camps étaient devenus fous et ne cherchaient que la mort.

Le Premier Sceau[30]

Bien que les archives officielles de la campagne ne le rappellent pas, le choix du Bassin de Shaitan comme champ de bataille pour cette rencontre ne fut pas celui de Vheren, mais plutôt celui du Préteur des Word Bearers, Zedek Mordakar. N’ayant plus les faveurs du Cadre-Capitaine Vheren, le Word Bearers fut chargé de précéder l’avant-garde des Traîtres, ses guerriers servant de boucliers aux champions des Sons of Horus. C’est ainsi que Mordakar décidait où les Traîtres se tenaient et se battaient, une position qu’il appréciait car elle lui donnait l’occasion d’appliquer les ordres qu’Erebus lui avait transmis avant qu’il ne rejoigne la flotte d’invasion.

Il existait sur Cthonia des points nodaux d’une grande importance occulte, des confluents propices de passages dans le monde souterrain qui pouvaient servir à canaliser et à amplifier l’influence obscure du Warp. L’un de ces confluents se trouvait sous les salines du Bassin de Shaitan, comme l’avait constaté Mordakar, qui avait bien étudié les cartes de l’ancienne Cthonia que les Sons of Horus avaient emportées avec eux. Ces connaissances lui permettraient d’exaucer les souhaits d’Erebus, dont la première étape consisterait à oindre de sang le premier confluent.

Alors que ses guerriers atteignaient le Bassin de Shaitan, il donna l’ordre de se préparer au combat avant que les Loyalistes ne soient en vue, s’assurant ainsi que la bataille se déroulerait exactement là où il le fallait. Ses guerriers vêtus de pourpre seraient les premiers à charger, leurs vies données volontairement pour pousser les combattants vers de nouveaux sommets de carnage et pour faire avancer les objectifs ésotériques de leurs maîtres. Le cri de guerre sur leurs lèvres était « Tempestus Sangis ».

L’aube se leva sur le Bassin de Shaitan, et la bataille faisait toujours rage. Les salines étaient jonchées de carcasses de chars en flammes et de tant de corps que les vivants se servaient des morts comme de remparts pour se battre, aucun des deux camps n’ayant cédé un pouce. C’était un terrain d’abattage, dont le seul but était de broyer des hommes et des machines, une nécessité de la guerre que le Cadre-Capitaine Vheren détestait, et de tout l’ost des Traîtres, seul Mordakar des Word Bearers exultait dans ses excès sanglants. Chaque minute de combat se payait en vies humaines : une paire de chars Predators des Sons of Horus brisée par une salve de rayons de Canons Laser, une autre minute, une équipe de Chasseur de Têtes de l’Alpha Legion fauché par une grêle de tirs de plasma, une autre minute. Tout cela a été sacrifié pour que le dernier groupe de transports orbitaux se rapproche de la bataille, pour que la victoire de Vheren soit plus sûre.

Pourtant, les premières lueurs de l’aube apportèrent un répit aux Loyalistes : les formes imposantes des Titans de la Legio Astraman, les Étoiles du Matin, apparurent à l’horizon comme un mirage, rendues réelles par le son tonitruant de leurs cornes de guerre. Les quinze Titans étaient accompagnés des Chevaliers et des blindés lourds des Loyalistes, et les premières salves des Titans détruisirent des escadrons entiers de chars en arrivant à l’horizon. Vheren avait besoin de plus de temps pour contrer la terrible menace que représentaient les Titans, et il se tourna vers l’Archimagos Draykavac de Cyclothrathe pour acheter ses services, car ses Ordinatus étaient les seules armes à sa disposition qui pouvaient espérer retarder les Titans. L’Archimagos n’hésita pas à envoyer ses Serviteurs à la mort, et les Ordinatus se tournèrent vers la Legio Astraman, des faisceaux d’énergie brûlants atteignant les guerriers de Graia. Un Titan de classe Warlord chancela et des explosions se produisirent à travers la ligne de Titans qui avançait, mais en retour, l’avancée des Graiens ralentit et l’Ultrix Umbra lui-même se retourna pour libérer la puissance de feu de ses Destructeurs à Plasma et les Ordinatus cessèrent d’exister.

Bien que le barrage ait été dévastateur, la destruction des Ordinatus a servi la cause des Traîtres. Draykavac a gagné dix minutes de plus, et dans le ciel se profile la forme de deux douzaines d’atterrisseurs portant l’héraldique de trois Legios de Titans différentes. Les Loyalistes tournèrent leurs canons vers le ciel, lançant des tirs de plasma et des faisceaux d’énergie sur les arches d’atterrissage blindées, déchirant plusieurs d’entre elles et envoyant les Titans qui s’y trouvaient vers une mort ardente, mais ils ne purent pas tous les arrêter. S’écrasant au sol, des Bolts explosifs firent sauter les portes des arches, les Titans renégats lançant des défis dans leurs cors de guerre et s’avançant à la rencontre de leurs frères dans la bataille. Menés par la Legio Andrastus, autrefois jumelle des Étoiles du Matin mais désormais ennemie jurée, et par le Titan Warmaster Imperus Nox de la Legio Magna, ils débarquèrent en trombe sur le champ de bataille. Plus de quarante guerriers de la Legio Andrastus, Magna et Ulricon formaient une force d’une puissance terrifiante, et dans leur hâte de se rapprocher des Titans loyalistes, ils écrasèrent tous ceux qui se trouvaient sur leur chemin, loyalistes ou traîtres, laissant dans leur sillage une traînée de décombres et de cadavres déchiquetés. En infériorité numérique, les Titans de la Legio Astraman se sont regroupés en phalange et ont avancé toutes armes dehors, le Princeps Seniores voxant à ses troupes de soutien à ses pieds :

« Souvenez-vous de nos noms lorsque l’Empereur vous demandera qui s’est battu pour Cthonia et le trône. »

Combattant comme un seul corps, les Titans loyalistes avancèrent à la rencontre des traîtres, protégeant du mieux qu’ils pouvaient les machines de guerre et l’infanterie de moindre importance grâce à leurs Boucliers Void et à leurs membres blindés. Les traîtres déchaînèrent leur fureur sur le chef de la Legio Astraman, dont le Princeps mit toute sa puissance dans les boucliers, absorbant l’assaut tandis que le second rang de la phalange répliquait - la fureur brute rencontrant la détermination calme. Les Traîtres ont souffert de leur rage, mais la fine ligne viridienne lumineuse de la formation des Étoiles du Matin n’a pas pu rivaliser avec le nombre de leurs adversaires, chaque Titan qui a trébuché et est tombé étant une perte terrible pour leur puissance de feu. Il ne restait plus qu’à déterminer le prix final que les Traîtres paieraient pour leur victoire, et les guerriers de Graia étaient déterminés à obtenir un prix digne de leur mort. Ils se battirent avec la bravoure stoïque de ceux qui étaient déjà morts, continuant à se battre alors même que leurs Titans brûlaient, et écrasant les carcasses mourantes de leurs machines de guerre sur les Traîtres afin que, même dans la mort, ils fassent saigner l’ennemi.

Alors que les Titans des Étoiles du Matin livraient leur dernière bataille, les chars et l’infanterie loyalistes restants se replièrent, conservant ce qu’ils pouvaient de leurs forces pour les batailles à venir. Menés par le vétéran Adarus, la lame rougie par le sang des Sons of Horus et le cœur lourd de regrets, ils portèrent leurs propres blessés loin du carnage éclatant de la bataille entre Titans. Alors qu’ils se repliaient, ils purent deviner à l’intensité des explosions loin à l’arrière qu’un Titan était tombé, les fusées éclairantes à l’horizon marquant le passage d’un glorieux martyr de plus dans une guerre qui avait déjà fait tant de victimes parmi les héros. Le dernier à mourir fut l’Ultrix Umbra, l’imposant Titan Warmaster, si massif qu’on pouvait le voir longtemps après que le reste du champ de bataille ne soit plus qu’un lointain flou. Entouré d’une douzaine de Titans de moindre importance, la puissante machine de guerre des Loyalistes a été mise en pièces, comme un ours dévoré par des loups. Ce n’est qu’une fois les armes de l’Ultrix Umbra réduites au silence que l’Imperus Nox s’approcha pour porter le coup de grâce, le tonnerre de la chute du corps du Titan Warmaster frappant le sol étant encore audible pour les Loyalistes battant en retraite à la limite de l’horizon. Vheren Ashurhaddon avait gagné sa bataille, et Garrius ruminait en silence dans la sécurité de sa salle de commandement, à une centaine de kilomètres de là, son unité Vox brisée et en ruine. Ses pires craintes s’étaient réalisées, les Sons of Horus avaient touché terre et la plupart de ses Titans avaient été détruits. Il ne lui restait plus qu’à attendre que les Sons of Horus passent à l’action.[31]

++Catalogia Subterranea Cthonia++

++998012.M31++ +++C’est une liste complète des caractéristiques Chtoniennes existantes de ce domaine+++.

Surface de Cthonia.

Gouffre d’Aanlok

Le gouffre d’Aanlok est l’un des nombreux gouffres qui relient la surface de Cthonia au monde souterrain. Pendant des siècles, les nomades de Cthonia l’ont utilisé comme un module commercial et un abri contre le climat féroce de ce monde hostile, avec des groupes de guerre et des caravanes se déplaçant entre les profondeurs noires et les déserts éblouissants au-dessus.[32]

Le Deuxième Sceau de Sang

Sous la surface de Cthonia, au cœur des anciens puits miniers du noyau de la planète, se trouvait une chambre où convergeaient des dizaines d’autres puits et passages. Cette chambre était le point central de la corruption rituelle de la planète par les Word Bearers, et si elle pouvait devenir le dernier des grands sceaux arcaniques, alors les plans d’Erebus seraient achevés et une terrible puissance serait libérée.[33]

Les Mâchoires du Serpent

Les Mâchoires du Serpent est un autre des gouffres naturels qui parsèment la surface de Cthonia. Les armées belligérantes ont largement ignoré ces passages, car ils étaient trop instables pour permettre le passage d’équipements lourds et de machines de guerre, et abritaient souvent des tribus nomades belliqueuses.[34]

Le Premier Sceau de Sang

Sous le champ de bataille trempé de sang du Bassin de Shaitan, les tunnels du monde souterrain convergeaient vers un nexus d’une grande importance ésotérique. Les Word Bearers allaient profiter de l’effusion de sang et de la convergence des tunnels pour graver un sceau de sang sur l’âme Æthérique de Cthonia - une marque de corruption essentielle aux plans mis en place par Erebus.[35]

L’Antre du Tyran

À des kilomètres sous la surface, à l’abri d’un labyrinthe de tunnels tortueux et de redoutes cachées pour tenir les patrouilles loyalistes à distance, se trouvait l’Antre du Tyran. C’était le dernier refuge de la première garnison de Cthonia, les Sons of Horus qui avaient été vaincus par Garrius et ses Imperial Fists, assiégés d’en haut alors même que leurs semblables assiégeaient les Imperial Fists. Cachés, ils attendaient le moment de leur revanche, préservant ce qui leur restait de force et recrutant de nouveaux guerriers parmi les guerriers sauvages qui vivaient dans les profondeurs.[36]

La Porte du Traître

Aux racines de l’ancienne Cité-Ruche connue sous le nom de Porte du Traître se trouvait l’immense porte secondaire, le seul passage stable par lequel les grandes machines de guerre ou les troupes massées pouvaient pénétrer sans risque dans le monde souterrain. Quiconque contrôlait la porte secondaire contrôlait le monde souterrain, car aucune armée ne pouvait entrer ou sortir de ce sombre royaume sans s’emparer au préalable de la porte des Traîtres.[37]

Siège de Cthonia 19.jpg

Partie IV: Tenir jusqu’au bout

« Peu d’ennemis de valeur sont abattus d’un seul coup, c’est pourquoi je porte deux haches. »
-Chef Ithan Ryaeve, Capitaine du 68e Chapitre des Sons of Horus

904013.M31

« Jamais une action appropriée au contact de l’ennemi n’a eu autant d’importance que dans les limites des zones mortelles. Dans de telles situations, l’immobilité condamne son auteur à une mort certaine. »
-Extrait du volume IV des Principa Militia de la Garde Estrienne.

Le Seigneur Garrius n’eut pas longtemps à attendre, car alors même qu’il s’efforçait de contenir sa rage face à la victoire des Traîtres et à sa propre humiliation, l’Atlas Terminal tomba sous les assauts. Il ne s’agissait pas des cavaliers de la grande armée qui consolidait sa position à l’ombre des lointaines montagnes du Vorhek, mais d’une menace que Garrius considérait comme anéantie, les restes des 68e et 5e Chapitres des Sons of Horus. Réfugiés dans les terres de la péninsule d’Atrakaan pour panser leurs plaies et se réorganiser, ils avaient émergé après que les Loyalistes eurent engagé la majorité de leurs forces dans la bataille, loin du cœur de leurs fortifications, longeant la côte des mers empoisonnées de Cthonia à bord de leurs Thunderhawks pour contourner les défenses et frapper la Force de Frappe, qui était isolée. C’était la revanche du Chef Ryaeve pour la défaite qui lui avait été infligée et, son corps blessé grossièrement rapiécé avec des Augmentiques du champ de bataille, il mena lui-même les premières troupes d’assaut contre le terminal.

La majorité des Imperial Fists ayant encore battu en retraite après l’échec de la tentative d’empêcher le débarquement des Traîtres, le terminal ne disposait que d’une garnison limitée. Au total, moins d’une centaine d’Imperial Fists soutenus par une cohorte Necromundienne de l’Auxilia Solar résistaient à l’assaut de plus de deux mille Sons of Horus, soit à peine assez de guerriers pour tenir les murs du terminal. Ces murs constituaient une formidable barrière, plus haute qu’un Dreadnought de Siège Léviathan et suffisamment épaisse pour repousser les tirs de toute arme plus petite que les puissants canons portés par les Titans de guerre, mais avec si peu de guerriers pour les défendre, ils étaient vulnérables. Seules les sections clés des fortifications étaient entièrement défendues par des unités de vétérans des Imperial Fists, tandis que le reste des murs était tenu par des soldats de l’Auxilia Solar légèrement équipés.

Le Chef Ryaeve envoya de petites unités de tirailleurs et de tireurs d’élite de Sons of Horus pour ralentir et désorienter les forces des Imperial Fists, en mettant juste assez de pression sur les sections fortement défendues des murs pour clouer les défenseurs sur place, mais pas assez pour l’engager dans une attaque décisive. Des tirs bien placés de Bolters Némésis ont abattu des officiers et des salves de missiles à fragmentation ont arrosé les parapets de shrapnels et de flammes, donnant aux défenseurs peu de chance de réagir aux véritables intentions de Ryaeve. Les unités de Terminators vétérans du 5e Chapitre et les pillards du 68e Chapitre ont mis en place des rampes d’assaut improvisées, ciblant les sections du mur sans détachement d’Imperial Fists pour leur donner une chance de s’échapper. Désireux de se venger de l’humiliation subie lors de l’assaut manqué, les Terminators des Sons of Horus constituaient une force que les soldats Nécromundiens de l’Armée Impériale ne pouvaient pas arrêter, seulement ralentir par leur sacrifice, en espérant que les renforts de la garnison principale pourraient les atteindre avant qu’ils ne soient massacrés.

Ve Confrérie des Thousand Sons, affecté à la garnison de Cthonia après avoir purgé une pénitence de garde sous la supervision de Malcador le Sigillite.
Armure énergétique Mk VI de type "Corvus". Rééquipés à partir des réserves terriennes, les Thousand Sons qui ont choisi de réaffirmer leur loyauté envers l’Empereur ont utilisé une iconographie divergente, une ancienne icône de la Légion et une symbologie impériale pour afficher clairement leur allégeance.
[38]

Pourtant, Garrius n’avait que peu de troupes à envoyer à leur secours. Un convoi de chars d’assaut Spartan transportant des rangers d’élite de la 5e Compagnie fut envoyé en toute hâte, mais les quelques heures qu’il leur faudrait pour arriver condamneraient la cohorte Nécromundienne à une mort sinistre aux mains des Sons of Horus vengeurs. N’ayant d’autre choix que de tenir bon, l’Auxilia Solar opposa une résistance acharnée, des volées de faisceaux Volkites jaillissant le long des murs alors que les Sons of Horus commençaient leur attaque. Cependant, pour chaque Terminator vert de mer qu’ils abattaient, quatre autres se frayaient un chemin à travers leurs défenses et sur les murs. Les Terminators provoquèrent la ruine de ceux qui avaient eu le courage ou la folie de s’opposer à eux sur les murs, et les survivants s’enfuirent vers la sécurité temporaire de la redoute suivante, les guerriers des Sons of Horus sur leurs talons. Quelques unités éparses d’Imperial Fists purent leur venir en aide, luttant jusqu’au bout pour endiguer temporairement la marée verte qui déferlait sur les murs pendant quelques courtes minutes, mais même les vaillants fils de Dorn ne purent s’opposer à la fureur et au nombre de l’ennemi.

Le Chef Ryaeve se trouvait au seuil de la rédemption, une victoire pour effacer son échec, et il se fraya un chemin vers la porte de l’Atlas terminal, ignorant le mal qu’il faisait à son corps blessé en se battant. Chaque coup de hache emportait la vie d’un autre Loyaliste, et chaque adversaire qui se dressait sur son chemin le rapprochait de la victoire, le triomphe étant un baume contre la douleur de ses blessures. Ryaeve considérait que c’était là la façon de faire des Vrais Fils, d’affronter l’ennemi de front dans une bataille ouverte, d’affronter l’habileté dans un combat honnête, et il se délectait de le faire sur Cthonia, comme si chaque ennemi vaincu faisait de lui un vrai Fils d’Horus. Cependant, Ryaeve n’était pas le seul guerrier à se battre ce jour-là pour faire ses preuves, et alors que le chef des Inductii fendait le casque d’un Imperial Fists portant les galons d’un Sergent d’armes, le parapet autour de lui éclata en une soudaine tempête d’éclairs qui s’enroulaient et tourbillonnaient comme s’ils étaient vivants.

Soudain, les murailles se remplirent de guerriers en rouge vif et or, sortant de portes percées dans la réalité pour affronter les Sons of Horus. Chacun d’entre eux portait un "M" soigneusement gravé sur son armure de combat, la marque de l’ancienne XVe légion, avant que Magnus ne la fasse sienne, car il s’agissait des Thousand Sons venus se battre pour Garrius et l’Empereur. Sul Kontep était leur maître ; il avait combattu à Prospero bien des années auparavant pour sauver sa légion des Space Wolves et il allait maintenant combattre les Sons of Horus pour la sauver à nouveau. Les murs s’embrasèrent d’un feu d’enfer et de l’éclat actinique des boucliers télékinétique tandis que les Thousand Sons menaient un nouvel assaut contre les Traîtres, stoppant finalement leur attaque dans son élan. Les haches du chef Ryaeve rencontrèrent la lance de Sul Kontep et les deux se livrèrent un duel acharné au sommet des murs de l’Atlas terminal, chacun cherchant à prouver sa valeur par la victoire et aucun ne voulant reculer, quel qu’en soit le prix.

Alors que les deux commandants tranchaient et chargeaient, faisant couler le sang en déchirant l’armure et la chair de l’autre, les forces autour d’eux faisaient de même. Les Augmentiques rudimentaires qui maintenaient ensemble les chairs déchiquetées de Ryaeve s’opposaient à la puissance psychique qui parcourait Sul Kontep. Avec l’arrivée des Thousand Sons, les Loyalistes étaient désormais aussi nombreux que les Traîtres, mais les Sons of Horus tenaient la brèche qu’ils avaient ouverte dans les murs et ne se laisseraient pas facilement repousser. Pendant quelques terribles instants, la bataille resta dans l’impasse et les deux forces s’infligèrent un terrible tribut, les cadavres recouvrant les remparts et les blessés tombant des murs au fur et à mesure que la bataille faisait rage. Les deux forces se seraient sans doute mutuellement réduites en poussière si on les avait laissées se battre, aucune ne cédant du terrain, mais l’arrivée d’une douzaine de chars d’assaut Spartans et des rangers de la 5e compagnie des Imperial Fists a fait basculer la situation en faveur des Loyalistes. Épuisés et meurtris par leur duel, Sul Kontep et Ryaeve furent séparés lorsque les Sons of Horus se retirèrent, le chef Inductii se voyant une fois de plus privé de sa victoire et encore plus ensanglanté par l’ennemi. Le Chef Ryaeve ne gardera de cette bataille que la colère qui couvait dans son cœur et les blessures que Sul Kontep lui avait infligées. En montant à bord d’un des Thunderhawks qui attendaient pour sauver ce qui restait de la force d’attaque des Sons of Horus, il jura qu’il reviendrait et qu’il ferait tout ce qu’il fallait pour remporter la victoire qui lui revenait de droit.[39]

Le Festin du Corbeau

« Une présence opportune à un endroit opportun multiplie le potentiel offensif de n’importe quelle ressource par un facteur estimé à dix points quatre. Il serait négligent de la part d’un commandant de terrain de négliger ce fait. »
-Principe 17.8.1 de la Thèse du Combattant.
Vigilator Isele Orithame.
Escouade Epsilon Vigilator Léopard des Neiges, 32e Dominion des Sœurs du Silence et attaché en tant que gardiens des Thousand Sons, affectés à la Garnison de Cthonia.
Armure Énergétique Vratine, une marque unique d’armure partielle adaptée à chaque guerrière et offrant un degré de mobilité supérieur à celui d’une Armure Énergétique.
[40]

Au lendemain de la bataille de l’Atlas terminal, Garrius a donné du fil à retordre à ses commandants en renforçant les défenses et en insistant pour que les forces revenant de l’ouest accélèrent leur retour. Il n’accepterait plus aucune brèche dans les fortifications et ne permettrait plus qu’aucune erreur ne vienne entacher son palmarès, de peur que son Primarque ne juge qu’il ait manqué à son devoir une fois la bataille gagnée. Pour les Thousand Sons qui avaient sauvé l’Atlas Terminal, Garrius n’avait que peu d’éloges à faire, car cela reviendrait à reconnaître que la seule raison pour laquelle ils avaient été en place pour contrer l’assaut était qu’il leur avait refusé une place au sein de l’ost principal envoyé à l’ouest. Garrius n’avait pas confiance dans les Thousand Sons, qui étaient doublement des traîtres, et le fait que ce soit eux qui sauvent son honneur l’exaspérait au plus haut point. Pour sa part, Sul Kontep ne fit aucun commentaire sur son traitement, le nouveau respect que lui témoignaient les autres commandants loyalistes étant toute la récompense dont il avait besoin.

Les quelques jours qui précédèrent le retour de la force principale de la garnison au Praesidium Arx se déroulèrent sans grandes escarmouches, les Chasseurs de Tête de l’Alpha Legion traquant les loyalistes en retraite et sondant l’anneau extérieur des défenses. Cependant, les Loyalistes étant désormais renforcés et désireux de rembourser les Traîtres pour leurs récentes pertes, Vheren ordonna que toutes les forces évitent un affrontement majeur et la guerre pour Cthonia entra dans une nouvelle phase. C’était presque comme si les deux ost s’étaient épuisés avec la violence soudaine et écrasante des premiers assauts, s’attendant à balayer l’ennemi en une seule bataille décisive comme ils l’avaient fait si souvent au cours de la Grande Croisade. Pourtant, comme dans de nombreuses batailles de l’Hérésie d’Horus, la puissance des Legiones Astartes, opposée à elle-même, a abouti à un désastre - un massacre qui n’a laissé aucun vainqueur clair, à l’exception du Corbeau.

Garrius s’enferma dans le stratège du Praesidium Arx, élaborant plans sur plans pour renverser la situation critique qui menaçait de l’accabler et de le ternir à jamais aux yeux de son Primarque. Les officiers de la garnison loyaliste recevaient ses ordres de plus en plus belliqueux par le biais du réseau tactique et du réseau Vox, seuls quelques privilégiés étant convoqués à des briefings dans le Strategium. Le plus important d’entre eux était le Consul-Capitaine Adarus, dont le char de commandement avait échappé au massacre du Bassin de Shaitan, et qui servait de porte-parole de Garrius auprès des autres Légions qui participaient à la défense de Cthonia, car sa bravoure sans faille et sa franche honnêteté lui avaient valu la confiance de ceux qui en étaient venus à douter du comportement de plus en plus sombre de Garrius.

Le Capitaine des Ombres Nethkal, de la Raven Guard, fut envoyé dans l’étendue de Yedig, au nord, pour contrer les incursions de l’Alpha Legion avec les guerriers des Légions Éclatées et des Imperial Fists. Au sud, après la flèche de Zoeker, Garrius a concentré ses ressources blindées les plus mobiles, des cohortes de chars de l’Armée Impériale aux Cerberus et Typhons des Iron Hands, dans l’espoir de décourager une poussée ennemie directement vers l’imposante ruine de la Porte du Traître. Les Thousand Sons et leurs gardiennes des Sœurs du Silence furent envoyés dans les profondeurs, où ils menèrent avec les rangers de la 5e Compagnie une guerre cachée pour contenir les forces des Traîtres dans le monde souterrain. Ce n’est qu’au centre que Garrius a négligé ses défenses, retirant de nombreuses unités de vétérans des Imperial Fists vers le Praesidium Arx et comptant sur la force des murs extérieurs pour repousser l’ennemi.

De leur côté, Vheren Ashurhaddon et l’armée des Traîtres étaient en proie à des difficultés de nature plus directe. La victoire au Bassin de Shaitan leur avait coûté cher en hommes et en machines, nombre de leurs Titans ayant été lourdement endommagés par le largage impromptu au combat et l’assaut suicidaire de la Legio Astraman. Pire encore, la bataille avait pratiquement épuisé le peu de renforts qui avaient été débarquées dans la précipitation pour abattre le gros de l’ost. Les Traîtres ne pouvaient pas se permettre un autre engagement prolongé jusqu’à ce qu’ils puissent renforcer leur position et remplir leurs caissons, malgré le désir de certains Capitaines et Commandants de poursuivre l’attaque. Ceux qui, comme le Chef Ryaeve et l’Archimagos Draykavac, souhaitaient ardemment une nouvelle attaque, Vheren les laissa harceler et presser les positions loyalistes, tandis que les autres s’employèrent à transformer la zone d’atterrissage désordonnée en une forteresse.

Enfin rentré à Cthonia, Vheren s’employa sans relâche à préparer l’ost pour les batailles à venir. Réunions quotidiennes du conseil des Capitaines, exercices de combat sans fin et succession de duels et de défis qui faisaient partie de la culture guerrière des Sons of Horus, Vheren semblait être partout à cette époque. En tant que maître des Vrais Fils, il s’imposait les normes les plus élevées de ce qu’il considérait comme le guerrier Cthonien idéal : féroce, inflexible, impitoyable, mais honorable à sa manière. Avec tant d’Inductii dans les rangs des Sons of Horus, Vheren considérait qu’il était de son devoir, en tant que maître de l’ost, de démontrer l’honneur pour lequel ils se battaient, de reprendre à la fois Cthonia et le cœur de leur Légion - car parmi les préceptes de Cthonia figurait la plus ancienne des sagesses :

« Un guerrier apprend de ses amis comme de ses ennemis, il imite ceux qui excellent jusqu’à ce qu’il puisse les remplacer. »[41]

Feinte et Riposte

Les Affrontements des Deux Assassins.

Le Seigneur Garrius et le Cadre-Capitaine Vheren hésitant à s’engager dans un assaut total et se consacrant à leurs propres plans, la guerre pour Cthonia se poursuivit par une guerre éclair d’incursions et d’escarmouches. Le champ de bataille de cette guerre était la série de petits forts que les Imperial Fists avaient construits dans la vaste étendue de Yedig, à l’ouest de la Porte des Traîtres et du Praesidium Arx. Chacun d’eux était une forteresse miniature en soi, avec ses propres murs, ses canons et un réseau de capteurs relié au stratège du Castellan. En fait, ils étaient les yeux du Seigneur Garrius. En frappant ces avant-postes isolés, les Traîtres cherchaient à la fois à ensanglanter leurs lames et à aveugler les yeux des Loyalistes, tandis qu’en retour les unités de cavaleries de la garnison se battaient pour préserver les avant-postes et suivre les mouvements des Traîtres dans les étendues sauvages de Cthonia.

Le Mur[42]

Au milieu des Désolations, les Imperial Fists avaient érigé des dizaines de sections de murs et d’avant-postes fortifiés dans un système de défenses interconnectées, connu de la garnison sous le nom de "Mur". Ce système comprenait un grand mur intérieur qui s’étendait sur plus de cent kilomètres à l’ouest de la Porte du Traître et protégeait l’approche principale du Praesidium Arx, ainsi qu’une série de segments de murs extérieurs, chacun étant une petite forteresse en soi conçue pour perturber et retarder tout assaut de grande envergure sur les murs intérieurs. Enfin, plusieurs douzaines d’avant-postes étaient disséminés dans les terres désolés de Cthonia, chacun n’abritant pas plus de cinquante guerriers et devant servir de postes d’alerte rapide et d’observateurs d’artillerie si les Traîtres débarquaient en force, sans oublier les champs de mines cachés disséminés à des endroits clés dans les terres incultes. Tout ce système interconnecté était surveillé et supervisé depuis le Praesidium Arx.

L’Alpha Legion et la Raven Guard étaient à la pointe de ces batailles, les deux Légions étant passées maîtres dans l’art de l’attaque soudaine et de l’embuscade cachée. Incursus et ses Chasseurs de Têtes frappaient à volonté à travers les Désolations, tendant des embuscades aux convois de ravitaillement et aux patrouilles loyalistes avec une facilité déconcertante - leur présence étant souvent signalée à plusieurs endroits simultanément. Les Mor Deythan de la Raven Guard ont récolté un nombre similaire de vies de Traîtres, leurs compétences en matière de pistage et de furtivité étant inégalées, et de nombreux groupes de pillards traîtres ont été traqués jusqu’à leurs bases cachées et massacrés alors qu’ils étaient en train de se reposer. Cependant, la lutte qui marqua ces Légions rivales fut la guerre privée que se livrèrent Incursus et Kaedes Nex, l’assassin de la Raven Guard, qui s’efforçaient de se dépasser et de s’éliminer l’un l’autre. Du tristement célèbre Siège de l’Avant-Poste Phi-19 à la brutale embuscade de huit jours aux Dents du Serpent, les deux tireurs d’élite et tueurs se sont traqués l’un l’autre et ont fait autant de ravages qu’une Compagnie entière des Legiones Astartes, bien qu’aucun des deux n’ait réussi à porter un coup décisif à l’autre.

Pourtant, les cavaliers des Imperial Fists, les Griffons d’or de la 19e Compagnie et les équipes d’assaut lourds du 5e Chapitre des Sons of Horus étaient de redoutables ennemis à part entière. Les infatigables cavaliers utilisaient leur vitesse pour courir d’avant-poste en avant-poste, brisant les sièges des Traîtres avec les volées de leurs canons et harcelant l’ennemi partout où il se trouvait. Plus d’une garnison isolée remerciait l’éclair aurifère à l’horizon qui marquait leur arrivée, tout comme plus d’un maître des assauts des Sons of Horus maudissait le tonnerre de leurs moteurs lorsqu’il l’obligeait à battre rapidement en retraite. En revanche, les guerriers du 5e Chapitre des Sons of Horus n’ont pas cherché à se dissimuler, utilisant leurs Réacteurs Dorsaux pour bondir à travers les Désolations et annonçant chaque assaut à grands coups de Cornes Vox. Leurs ennemis savaient que le son de leurs cornes était une sentence de mort, car une fois qu’ils avaient retenti, ils ne battaient pas en retraite et ne laissaient rien d’autre que la mort dans leur sillage.

Les avant-postes des Imperial Fists étant des îlots au milieu des vastes étendues vides, les batailles entre ces forces faisaient rage, les deux camps cherchant à contrôler ces installations clés et à les interdire à l’ennemi. À chaque feinte correspondait une riposte de l’ennemi, à chaque victoire correspondait une riposte, à chaque gain de terrain une perte ailleurs, une impasse sanglante qu’aucun des deux camps ne parvenait à briser. Pourtant, il suffirait d’un léger changement dans le cours de la bataille pour faire basculer l’équilibre et raviver la fureur qui avait marqué les premières batailles du siège.[43]

Ce qui Attend en Bas

« Dans les tunnels de l’Étendue de Yedig, l’Archimagos Draykavac libère une marée d’Automates. Programmés avec des protocoles de purge et de mort, ils déferlent dans les réseaux souterrains, cherchant et massacrant les loyalistes qui sont contraints à des positions défensives désespérées. Pris au piège et assaillis de toutes parts, les Loyalistes doivent bloquer les points d’accès critiques pour stopper l’avancée des hordes cybernétiques. »

Même si la guerre se déroule dans les plaines, elle se déroule également dans l’obscurité silencieuse du sous-sol. Le labyrinthe de passages, certains à peine assez larges pour laisser passer un seul guerrier et d’autres assez pour permettre à de petits véhicules de circuler, s’étendait sur toute la planète Cthonia et ses étendues étaient bien connues des vétérans des Sons of Horus, ce qui leur conférait un avantage stratégique sur les Imperial Fists. Cependant, il y avait peu d’endroits où de grandes bandes de guerriers pouvaient passer de la surface au monde souterrain, et encore moins où l’on pouvait transférer de l’équipement lourd - le plus important étant le passage souterrain situé sous la Porte du Traître. À proximité de la zone d’atterrissage des Traîtres, seul le grand gouffre connu sous le nom de Mâchoires du Serpent permettait aux Sons of Horus d’accéder au monde souterrain, tout en étant une plaque tournante du commerce entre les tribus nomades locales, et les Sons of Horus n’ont pas tardé à revendiquer la région et à y installer des garnisons.

Des équipes d’éclaireurs composées des plus anciens vétérans des Sons of Horus furent dispersées dans les tunnels, à la recherche d’anciens repaires et d’alliés d’un passé lointain. Ces fils de Cthonia allaient rapidement découvrir plusieurs faits essentiels, le plus important étant qu’ils n’étaient pas la seule force de Traîtres sur Cthonia. Dans les profondeurs de la planète, les restes de la garnison d’origine se cachaient encore, bien qu’ils aient été réduits depuis longtemps à quelques milliers de guerriers utilisant des armes et des équipements de récupération pour monter des incursions inefficaces à la surface. Leur commandant, le Centurion Boros Kurn, avait installé son repaire dans les anciens tunnels miniers situés près de l’ancien noyau de Cthonia, dans le "repaire du Tyran", où seuls les natifs de ce monde connaissaient les tunnels sûrs et où les Loyalistes ne pouvaient s’aventurer. Vheren dissimulait ce secret avec le plus grand soin, s’assurant que ses propres éclaireurs n’avertissent pas les Imperial Fists de l’existence de cette sombre forteresse sous leurs pieds.

Depuis leur base cachée, ces résistants combattaient le Seigneur Garrius depuis près de dix ans et fournissaient à Vheren une mine d’informations et de nouvelles places fortes, ainsi que de nouveaux guerriers - tant les Sons of Horus survivants que les gangs de Castellan qui combattaient à leurs côtés. Nombre d’entre eux avaient été transformés en guerriers Inductii avec une rapidité qui les avait rendus moins stables que ceux qui combattaient à la surface, mais en nombre que Garrius n’aurait jamais pu soupçonner. Le réseau d’avant-postes cachés et de souterrains fortifiés était le reflet des avant-postes des Imperial Fists à la surface, mais il était contrôlé par les Traîtres, et comme à la surface, il était assiégé. Les Imperial Fists montèrent des expéditions dans le monde souterrain pour éliminer les Sons of Horus restants et contrôler la vaste population qui se cachait sous la surface, sous la direction des rangers vétérans de la cinquième Compagnie des Imperial Fists, des guerriers dont l’entraînement aux combats de la zone mortalis leur avait été très utile dans le monde souterrain. Désormais rejoints par la puissance ésotérique des Thousand Sons sous les ordres de Garrius, les traîtres qui rôdaient dans le monde souterrain avaient été durement éprouvés, nombre de leurs retranchements ayant été brûlés et brisés par le feu arcanique.

Afin d’égaler les pouvoirs des Thousand Sons, l’Archimagos Draykavac libéra une marée d’Automates de Bataille Vorax dans le labyrinthe situé sous l’étendue de Yedig. Insensibles aux ténèbres et aux ruses des sorciers, ces machines sans âme ont été programmées pour rester dans une zone déterminée, en évitant les bastions souterrains des Sons of Horus, et pour massacrer tout ce qu’elles rencontraient. Si l’une d’entre elles était détruite, elle ne faisait qu’appeler d’autres machines, les entraînant dans une frénésie inhumaine, une marée de griffes métalliques qui ne se fatiguaient jamais et ne se relâchaient jamais. Le nombre impressionnant d’Automates, dont les griffes de fer ne craignaient pas les flammes du Warp, obligea les Loyalistes à rester dans les galeries supérieures, plus vastes, à l’est, où leurs canons lourds et leurs boucliers télékinétiques pouvaient résister à la horde. Les Automates, qui n’étaient mus ni par la loyauté ni par le devoir, s’agitaient sous l’étendue de Yedig, tuant et brûlant, repoussant les Loyalistes mais massacrant aussi les Cthoniens qui vivaient dans les ténèbres, un prix que Draykavac considérait comme peu important s’il débouchait sur la victoire. Vheren, quant à lui, refusa de sacrifier le sang des Cthoniens qu’il espérait utiliser pour revitaliser sa Légion, mais il dut admettre que, sans victoire, il importait peu que quelques milliers de nomades Cthoniens périssent.[44]

La Clé de la Victoire

La Guerre Souterraine de Draykavac.

Une fois de plus, les guerriers de l’Imperium se tournèrent vers la destruction de ce pour quoi ils se battaient afin de remporter la victoire, même si Vheren estima que le sacrifice d’une petite partie du monde souterrain n’était pas un prix trop élevé pour la victoire. Le massacre en bas serait la clé du massacre en haut, car là où les forces impériales avaient pu tenir les tirailleurs traitres dans une impasse, Draykavac avait donné à Vheren l’arme parfaite pour renverser le cours des choses. Près d’un mois s’était écoulé depuis que les Traîtres avaient touché terre, et leurs munitions étaient désormais réapprovisionnées, bien qu’ils n’aient pas les installations adéquates pour réparer entièrement les dommages causés à leurs Titans, mais s’attarder dans cette guerre de frappes et de fuites les verrait bientôt épuisés à nouveau. Heureusement, les renseignements recueillis lors des incursions et ceux fournis par Boros Kurn avaient permis d’identifier un certain nombre de faiblesses importantes dans les défenses impériales.

La férocité de la défense de la Raven Guard au nord et des chars stationnés au sud avait mis en évidence la solidité des défenses loyalistes, mais au centre, les pillards de l’Alpha Legion avaient rencontré beaucoup moins de résistance. En effet, certaines bandes de guerre des Sons of Horus s’étaient aventurées au-delà des avant-postes de l’étendue de Yedig jusqu’en vue des murs extérieurs, constatant le nombre limité de défenseurs présents sur les parapets. Cependant, pour exploiter cette faiblesse et amener toute la force de son ost contre les murs, Vheren devait d’abord éliminer les avant-postes fortifiés afin qu’ils ne puissent pas avertir de son avance ou bloquer la progression de son guerrier par de longs sièges. Au moins une demi-douzaine d’entre eux devraient être pris ou détruits en succession rapide pour garantir la surprise de tout assaut.

Vheren élabora ses plans avec soin, mais avec la rapidité qui caractérisait toutes les opérations des Legiones Astartes. Incursus et ses Chasseurs de Têtes reçurent l’ordre d’intensifier leurs attaques au nord, tandis que les Titans Traîtres restants, dont l’immense Imperus Nox, furent rassemblés au sud du Bassin de Shaitan, deux stratagèmes visant à éloigner le plus grand nombre possible de défenseurs. Pendant ce temps, des colonnes rapides de Sons of Horus et de Word Bearers se déplaçaient à travers l’étendue, prenant position pour tomber sur les avant-postes presque simultanément afin qu’aucun avertissement ne puisse être diffusé. La touche finale fut apportée par l’Archimagos Draykavac, car le coup décisif ne viendrait pas de l’extérieur, mais d’en bas.

La première chose que les petites garnisons Imperial Fists des avant-postes Phi-19, 21 et 36 ainsi que Theta-03, 07 et 09 remarquèrent fut une soudaine éruption du sol gris cendré à l’intérieur des murs de leurs petites forteresses. Les proues des transports d’assaut Termites brisèrent la surface, leurs foreuses projetant un nuage de terre dans l’air, tandis que les Automates-Vorax se frayaient un chemin à travers les nouveaux tunnels laissés dans le sillage des Termites. Les enceintes envahies d’Automates tourbillonnants, les Imperial Fists s’élancèrent à la défense, les Bolters lançant des salves d’une précision mortelle, mais ils se retrouvèrent face aux Sons of Horus, grimpant sur les murs désormais déserts, et aux Loyalistes piégés dans leurs propres fortifications.

Presque tous les avant-postes tombèrent en l’espace d’une heure, seuls les défenseurs de Theta-09 parvinrent à tenir pendant une heure de combat désespéré, vendant chèrement leur vie pour transmettre un bref avertissement brouillé. Malgré ce signal, aucune force de secours ne vint les secourir et les lointains murs extérieurs restèrent silencieux et intacts, leurs défenseurs ignorant apparemment le massacre qui se déroulait sur l’étendue et le sort qui leur était réservé. Les Sons of Horus accordèrent à leurs ennemis la seule grâce qu’un guerrier de Cthonia connaissait, une mort rapide, et en peu de temps, les principaux avant-postes furent soit détruits, soit aux mains des Traîtres.

Les Magos de Cyclothrathe se mirent à disséquer les Cogitateurs des bases capturées, recueillant les données qu’ils pouvaient, alors même que Vheren donnait l’ordre de lancer l’assaut principal. Trois Chapitres entiers des Sons of Horus et des Word Bearers de la Main Ecorchée, tous à bord de transports blindés, s’élancèrent vers l’avant. Leur cible était la section centrale du mur extérieur, le point le plus faible des défenses, et avec Vheren à leur tête, ils avaient l’intention de le laisser en ruines, ainsi que les espoirs des loyalistes.[45]

Une Brèche dans le Mur

« L’ignorance de la position exacte de l’ennemi ne justifie pas l’arrêt du feu. Un tir spéculatif tient souvent lieu de reconnaissance, révélant la position de l’ennemi et, si les marées capricieuses de la guerre lui sont favorables, réduisant sa capacité de riposte. »
-Centurion Sharl Gendor, Inductii-orientis des Iron Warriors.
Evander Garrius tente de tenir malgré tout.

À l’instar des petits avant-postes déjà tombés, le mur extérieur des Imperial Fists n’était pas une seule fortification contiguë comme le mur intérieur, mais une série de forteresses distinctes. Celles-ci étaient stratégiquement placées dans les Désolations pour perturber toute attaque ennemie avant qu’elle n’atteigne les murs intérieurs et pour servir de bases à partir desquelles les Loyalistes pouvaient contre-attaquer une fois que l’assaut ennemi était bloqué. Il s’agissait d’une structure gigantesque, capable d’abriter un millier de guerriers des Legiones Astartes et à l’épreuve de tous les canons, à l’exception des plus puissants, un chef-d’œuvre d’artisanat de siège érigé par les artificiers de la VIIe Légion. Même la puissance totale de l’ost aurait payé un prix sanglant pour réduire de tels bastions à néant, les laissant mal équipés pour affronter les fortifications encore plus redoutables de la muraille intérieure.

Cependant, le bastion situé au centre de la muraille était vulnérable aux attaques, car Garrius avait apparemment rappelé de nombreux défenseurs pour défendre le Praesidium Arx ou la Porte du Traître. Au sommet de la forteresse centrale, le Bastion Aleph-Prime, le Consul-Capitaine Adarus dirigeait à peine cinq cents guerriers, son commandement étant une punition pour l’officier en chef de la bataille ratée du Bassin de Shaitan. Une telle force était à peine suffisante pour assurer les défenses, et ne laissait aux défenseurs aucune réserve sur laquelle s’appuyer en cas d’assaut violent. Les forteresses voisines avaient également été vidées de leurs troupes, mais pas autant que le commandement d’Adarus, ce qui apparaissait aux yeux des observateurs des deux camps comme une condamnation à mort pour ce commandant chevronné.

Compte tenu de cette faiblesse évidente, Vheren ordonna que l’attaque principale se concentre sur la forteresse centrale. La force principale des Traîtres s’y concentrerait, cherchant à briser les défenses et à se frayer un chemin jusqu’au mur intérieur, tandis que des forces plus petites couvriraient leurs flancs pour s’assurer qu’ils ne tombent pas dans un piège tendu par les Loyalistes. Les armures des Traîtres et les Automates de Cyclothrathe formaient ces forces sur les flancs, des remparts inflexibles mais indomptables qui bloqueraient toute tentative de débordement ou de piégeage de l’infanterie lourde des Legiones Astartes qui avançaient sur le Bastion Aleph-Prime. Comme les Traîtres s’y attendaient, la destruction des avant-postes leur avait apparemment donné l’avantage de la surprise, et Bastion Aleph-Prime se tenait seul, les Loyalistes n’envoyant aucune force de secours alors qu’ils prenaient position pour l’assaut.

Mordakar des Word Bearers prit joyeusement position à la pointe de l’attaque, libérant une nouvelle terreur sur le champ de bataille. Les portes de ses transports d’assaut Spartan cramoisis s’ouvrirent en grand et laissèrent échapper une marée de déments, des Space Marines déformés et tordus en un simulacre des fières Legiones Astartes qu’ils étaient autrefois. Les armures se gonflent et se brisent au fur et à mesure que de nouvelles formes horribles apparaissent. L’avant-garde des Word Bearers traverse les Désolations en direction des murs imposants du bastion, poussée non pas par le devoir ou l’honneur mais par une soif de mort. Cette fureur rouge les consumait entièrement et leur arrachait les prouesses tactiques qui avaient fait d’eux les plus grands guerriers connus de l’humanité, et lorsque les tirs provenant du mur frappaient les créatures de tête, ils les ralentissaient à peine.

Les tirs précis des canons lourds préprogrammés déchiraient la charge des Word Bearers, arrachant les membres des Space Marines monstrueusement transformés et brisant les corps en éclats malgré leurs Armures Énergétiques. Pourtant, de nombreux blessés continuaient à courir, inconscients des terribles blessures qui les marquaient, hurlant non pas de douleur, mais de rage. Ils traversaient des champs de mines tripodes qui s’élançaient dans les airs et explosaient au niveau des yeux sans discontinuer, des cadavres sans tête jonchant le sillage de leur charge, et se jetaient tête baissée dans des fossés remplis de pointes de fer, les morts les remplissant pour que d’autres puissent patauger dans le sang afin d’atteindre le mur. Chaque couche des défenses astucieusement mises en place par les Imperial Fists était percée, non pas avec habileté mais avec une brutalité désinvolte qui faisait mal au cœur.

Le Préteur Mordakar et les vétérans de la Main écorchée observaient stoïquement depuis l’arrière, sans lever de lame pour aider leurs frères, sans dépenser d’obus pour couvrir leur avancée. Les Word Bearers se contentaient de psalmodier, une sinistre diatribe dans la langue de Colchis qui glaçait même les guerriers endurcis des Sons of Horus qui attendaient l’ordre d’attaquer, et obligeait les maîtres d’œuvre en armure noire à rétablir l’ordre par la violence parmi les réservistes de l’Armée Impériale. Ce que d’autres considéraient comme du gaspillage, Mordakar le voyait comme une bénédiction, une offrande aux nouveaux dieux qui inaugureraient l’avenir choisi et favoriseraient l’ascension finale d’Horus. Une fumée noire et la puanteur des chairs brûlées et brisées emplissaient l’air du champ de bataille, une brume sanglante s’élevait et teintait le ciel de rouge, et Mordakar souriait à la vue de tout cela.[46]

Du Sang pour les Fils de Cthonia

« Sur le champ de bataille, chaque pas en avant doit être payé par le sang, mais dans l’enceinte de ce lieu, cette monnaie n’a aucune valeur. Ce théâtre de guerre ne tient pas compte des sacrifices, ne révère aucun devoir et ne respecte pas ceux qui sont tombés au combat. Du haut de la montagne des morts que vous pouvez gravir, sachez que ce n’est qu’une question de temps avant que vous ne tombiez. L’échange de vies, quelles qu’elles soient, n’achète rien dans ce domaine. »
-Échange-Vox ouvert par le Sergent Halduur Groste de la XIIIe Légion, Ultramarines, lors de la Chute de Vrina XV.

À la pointe de l’attaque, des Automates bruts portant le sinistre blason de Cyclothrathe et des Canons à Plasma montés sur leurs épaules commencèrent à bombarder les tours ancrées aux deux extrémités du bastion Aleph-Prime. Les tirs de riposte des Autocanons et des Armes Volkites fusèrent, stoppant les Automates massifs mais ne parvenant pas à briser leur formation, les équipes d’artilleurs des tours étant incapables de faire feu pour soutenir les murs en plein affrontements avec les monstres de fer de Cyclothrathe. C’est donc sous le couvert des canons de Cyclothrathe que les Word Bearers atteignirent les murs eux-mêmes - seize pieds de Ferrobéton sans aucune faille. Sans se décourager, les Space Marines aliénés ne ralentirent pas, déchirant le mur à l’aide de griffes démoniaques et se servant de leurs morts comme de plates-formes pour aller plus haut, ignorant les tirs précis de Bolters qui les martelaient depuis les parapets.

Aussi impassible que son ennemi était furieux, Adarus des Imperial Fists aboya des ordres, et une nouvelle force prit place sur les murs. Plus petits que les Space Marines des Imperial Fists, avec de longues capes pour cacher leurs Augmentiques, les ingénieurs de siège des Sentinelles Charonides avancèrent des douzaines de boîtes d’arcanes, toutes trois fois scellées et forgées en Adamantium. Les sentinelles les jetèrent des murs vers la masse bouillonnante de chair griffue en contrebas, où elles éclatèrent en flammes brûlantes qui rampaient d’un corps à l’autre comme un être vivant - des bombes de Phosphex, la terreur de la Longue Nuit libérée une fois de plus. Les flammes affamées consumèrent les derniers Word Bearers, ne laissant que des cadavres carbonisés, dont certains griffaient encore faiblement les murs, même dans la mort.

Ce fut le signal de l’attaque des Sons of Horus, car les Word Bearers s’étaient frayé un chemin jusqu’au pied du mur avec leurs corps. Dans un grand rugissement, les Sons of Horus commença à avancer, les rangs de verts marins se précipitant à l’unisson, forts de plus de trois mille hommes, et d’autres en réserve. Pourtant, il ne s’agissait pas d’une charge de berserkers, les Ravageurs brandissant des haches et les Ravageurs d’élite avançaient lentement en formation disciplinée, couverts par les volées de Bolters des Escouades d’Attaques Ravageuses et les tirs de Canons Lasers des chars d’assaut Spartans. Les chants brutaux des Ravageurs étaient leurs hymnes de marche, des hymnes de gloire et de sang qui résonnaient à travers les Désolations alors qu’ils s’enfonçaient dans les nuages nauséabonds qui envahissaient le champ de bataille.

Ces chants étaient repris par les guerriers en jaune sur les murs éloignés, dont beaucoup avaient été élevés sur Cthonia, et qui ne se distinguaient de leurs compagnons d’en bas que par la couleur de leur armure. Malgré tout ce qu’ils partageaient, ils ne faisaient pas de quartier, et les fils de Cthonia s’entretuaient avec rage - les tireurs d’élite en bas abattaient les guerriers sur les parapets, tandis que ceux en haut lançaient des Grenades et des Charges Thermiques sur leurs anciens frères lorsqu’ils atteignaient les murailles. Le massacre était énorme, mais le nombre seul permettait de faire avancer l’assaut. Les Sons of Horus firent des trous dans le mur à l’aide de charges creuses, tandis que les Escouades de Brèches repoussaient les tirs et les bombes venant d’en haut grâce à leurs larges boucliers verrouillés.

Le Chef Ryaeve ouvrit la voie aux Sons of Horus, qui ouvrirent une brèche dans la forteresse et se retrouvèrent enfin face à leur ennemi, ses haches saignant les Inductii ennemis qui cherchaient à lui barrer la route. Ses guerriers firent leurs preuves en se frayant un chemin à travers l’ennemi et en pénétrant dans les entrailles de la forteresse, même si la résistance qu’ils rencontrèrent semblait moindre que ce à quoi on pouvait s’attendre d’une forteresse aussi grande, même si chaque Inductii à l’armure jaune se battait avec une détermination égale à celle de son homologue vert de mer. Ryaeve chercha l’ancien vétéran Adarus, à la recherche d’un trophée digne de ce nom pour sa collection, mais le Consul-Capitaine était introuvable. Pourtant, ses guerriers avaient remporté la victoire et il jeta le corps brisé du dernier défenseur hors des murs, un signal au Cadre-Capitaine Vheren et un hommage sanglant à ceux qui étaient morts pour reprendre ce morceau de Cthonia à l’ennemi.

La forteresse brisée et en flammes, les Imperial Fists restants et leurs alliés battirent en retraite, trop peu nombreux pour tenir et ayant épuisé une grande partie de leurs réserves de munitions pour détruire l’assaut des Word Bearers. Derrière eux, l’armée des Traîtres se déversait à travers la forteresse brisée, cherchant à tirer profit de leur victoire, leur nombre et leur formation étant limités par leur ferveur à écraser l’ennemi. Aleph-Prime était tombé, et la voie de la victoire semblait toute tracée. Même le Cadre-Capitaine Vheren sentait monter en lui le frisson sauvage de la victoire, le poussant à avancer avec la deuxième vague.

Comme il l’avait juré, il en serait ainsi - les espoirs des Loyalistes étaient maintenant en ruines, piétinés sous les pieds de ses guerriers qui avançaient vers la victoire.[47]

Partie V : Les fils de Cthonia

« Au dernier moment, lorsque la victoire brille d’un tel éclat qu’elle aveugle ceux qui la cherchent, c’est le moment le plus périlleux. »
-Consul-Capitaine Imran Adarus des Imperial Fists.

963013.M31

Attaque d’Aleph-Prime.

Le Bastion, Aleph-Prime, était en ruines. Un trou vital avait été percé dans les défenses des Imperial Fists, par lequel Vheren Ashurhaddon espérait faire passer l’attaque de ses compagnies mécanisées des Sons of Horus. Plutôt que d’assiéger et de détruire chacun des bastions extérieurs à tour de rôle, il allait oblitérer le plus faible et risquer de concentrer ses troupes sur un point de la ligne afin de pouvoir la déborder et rendre les autres bastions extérieurs impuissants. Cette stratégie audacieuse reposait sur la surprise totale de l’attaque initiale et sur le fait que les bastions restants de la ligne de défense extérieure ne disposaient pas des forces ou des ordres nécessaires pour s’opposer à l’assaut des Sons of Horus. Grâce aux données extraites des avant-postes détruits et aux découvertes de ses propres éclaireurs, Ashurhaddon pensait que les bastions avaient été vidés de leurs troupes, et l’absence de réponse à son attaque sur Aleph-Prime prouvait la véracité de son hypothèse. Une preuve achetée avec les vies des centaines d’Imperial Fists Inductii qui s’étaient battus jusqu’à la mort à Aleph-Prime.

Vheren Ashurhaddon engagea la majeure partie des trois Chapitres qu’il avait rassemblés dans l’attaque, libérant ses réserves et ordonnant à tous les commandants de s’engouffrer dans la brèche. Les guerriers affluèrent par les portes brisées d’Aleph-Prime, Space Marine et unités de l’armée des Traîtres confondus, tous enivrés par le frisson de la victoire et désireux de prendre part à ce qui semblait être la bataille décisive. S’avançant sur la mince bande de Désolations qui séparait les bastions extérieurs de l’immense muraille intérieure, les différentes unités de Traîtres avaient reçu l’ordre de se regrouper et d’établir des lignes de communication et d’attaque appropriées avant de poursuivre leur route, mais au lieu de cela, nombre d’entre elles continuèrent à foncer à l’aveuglette. En effet, dans les plaines grises de Cthonia, les restes de la garnison d’Aleph-Prime, à peine deux cents Imperial Fists avec le Consul-Capitaine Adarus à leur tête, attendaient à l’écart - trop lents pour atteindre la sécurité du mur intérieur sans transport et trop peu nombreux pour retenir l’ost des Traîtres à l’entrée de la brèche.

Attirés par la gloire de la mise à mort et l’achèvement brutal de la bataille, les Word Bearers et les Sons of Horus Inductii assoiffés de sang, qui n’avaient pas la discipline de leurs homologues vétérans, s’abattirent sur l’ennemi qui se présentait à eux. Leurs ordres furent oubliés dans la frénésie de revendiquer l’honneur de la victoire finale, et ils forcèrent l’ost à les suivre dans leur sillage, éparpillés dans la plaine alors que les armures lourdes plus lentes et les Terminators étaient abandonnés dans la course effrénée vers la gloire. Adarus et sa poignée de guerriers tinrent bon face à la tempête qui s’annonçait, les ordres calmes et le comportement stoïque de l’ancien vétéran étant tout ce qui permettait aux Inductii en jaune impérial de rester stables, car aucun ne voulait quitter sa place alors qu’il se tenait debout, imperturbable, face à la certitude de la mort.

Vheren ne recevait que des rapports épars sur la situation, son unité de commandement étant toujours en place dans les ruines d’Aleph-Prime et rassemblant les guerriers de la seconde vague. Les appels triomphants de son avant-garde errante se mêlaient aux demandes quérulentes des troupes de soutien abandonnées sur son Vox de commandement multi-spectre, l’attaque soigneusement planifiée devenant plus chaotique que le commandant vétéran ne le souhaitait.

Pourtant, Vheren ne voyait pas comment deux cents guerriers, aussi déterminés soient-ils, pourraient arrêter les Sons of Horus maintenant. Bientôt, ils seraient aux portes de la muraille intérieure, les défenseurs démoralisés et mal préparés à l’assaut, et l’étape finale de sa conquête serait franchie. Il laisserait ses commandants goûter à la gloire, tout en savourant la plus grande victoire à venir lorsqu’il présenterait une fois Terra tombée et l’Imperium appartenant aux Traîtres, Cthonia conquise au Maître de Guerre. Son Vox de commandement se tut brusquement et le réseau-Vox des Traîtres s’effondra ne laissant plus que des grésillements.[48]

Le Moment le plus Périlleux

« Ne vous endormez pas facilement, car la mort peut venir vous chercher à tout moment. »
-Devise officieuse du CDVIIe bataillon d’artillerie d’Ullustrie.
Le Deuxième Sceau[49]

Tout comme le Bassin de Shaitan, la zone située sous Aleph-Prime formait un autre nexus occulte, le labyrinthe de tunnels sous la surface prenant la forme d’une rune Colchisienne d’une certaine importance. Lorsque Vheren ordonna l’assaut sur Aleph-Prime, Mordakar fut l’un des plus ardents partisans de l’attaque, proposant ses propres guerriers pour former l’avant-garde. C’est le pouvoir du Premier Sceau qui a permis la transfiguration de tant de membres de la Main Ecorchée, qui ont tous vu le Second Sceau se concrétiser dans la chair de Cthonia. À la fin de la tentative ratée de Vheren de briser les murs des Imperial Fists, alors qu’une quantité de sang inimaginable maculait le sol gris, Mordakar verrait le sceau consacré par son propre sang, marchant volontairement vers la mort pour le bien du dessein caché d’Erebus.

Avant que Vheren ne puisse réagir, une série de détonations catastrophiques se déclencha soudain dans les plaines, soulevant un vaste nuage de débris et de poussière qui masquait tout de sa vue. Le chef de guerre traître pensa d’abord qu’il s’était aventuré dans un nouveau champ de mines, mais les explosions étaient bien trop importantes et trop éloignées de l’avancée de ses colonnes, et les Imperial Fists venaient à peine de traverser la zone. En revanche, lorsque la poussière commença à se dissiper, elle ne révéla aucun cadavre étalé en vert de mer, car la charge de Traîtres dispersée était indemne, mais désormais entourée de rangs serrés d’un jaune taché de terre. Les explosions avaient ouvert une série de tunnels, d’où les guerriers censés s’être retirés au Praesidium Arx avaient émergé pour porter le combat contre les Traîtres.

Le silence régna sur le champ de bataille pendant un instant de flottement, la poussière se déposant sur les armures et les canons en attente, puis un officier des Imperial Fists aboya l’ordre et le tonnerre s’abattit sur les Traîtres. La première salve s’abattit sur les Traîtres, mais leur formation dispersée permit de limiter les pertes, même si une force moins importante aurait été brisée par la salve soudaine de Bolts qui faucha des guerriers non préparés à droite et à gauche. Au lieu de cela, avec leur réseau-Vox neutralisé et leur commandement réduit au silence, les guerriers des Sons of Horus et des Word Bearers s’en remirent à leurs instincts les plus basiques ou à une discipline longtemps enracinée. Les Inductii et les Word Bearers de l’avant-garde chargèrent, tandis que les vétérans de la Grande Croisade se rangèrent en ordre serré, prêts à repousser l’ennemi, et l’ost sombra dans le chaos, chaque unité livrant sa propre bataille, isolée de ses alliés.

Depuis les remparts brisés d’Aleph-Prime, Vheren ne pouvait que regarder son pari stratégique tourner au désastre. Toutes les tentatives d’accès ou de redémarrage du réseau-Vox et des systèmes de commandement tactique des Sons of Horus avaient échoué, ses Techmarines étant engagées dans une bataille contre un féroce dévoreurs de données qui menaçait de désactiver entièrement leurs systèmes, une arme cyber-théurgique qui devait provenir de l’extérieur du réseau des Traîtres. Toute l’attaque était un piège, depuis la faiblesse feinte des murs, où les guerriers manquants étaient cachés dans des tunnels et des casernes souterraines, jusqu’à la chute des avant-postes qui a permis aux traîtres de piller les banques de données loyalistes où le dévoreur de données avait été implanté. Des centaines de guerriers loyaux ont été sacrifiés dans le seul but d’attirer les traîtres jusqu’à ce point, loin du soutien de leurs Titans, où ils pourraient être saignés et peut-être blessés si gravement que le siège devrait être abandonné.

Le dernier maillon du piège se mit en place lorsque les Huscarls des Imperial Fists sortirent des voûtes situées sous les ruines d’Aleph Prime pour attaquer l’arrière-garde de Vheren, cherchant à empêcher toute fuite à la partie de l’ost des Traîtres maintenant piégée dans les plaines. A la tête des Huscarls, dans sa lourde armure Cataphractii, se trouvait Garrius, venu enfin présider à sa victoire, son Gantelet gainé d’énergie pulvérisant les plaques de Céramite et brisant les membres de ses ennemis avec une facilité déconcertante. Les deux chefs de guerre se retrouvèrent enfin face à face, Vheren rassemblant désespérément ses gardes du corps pour couvrir un repli général, tandis que Garrius libérait sa fureur refoulée pour tenter de se frayer un chemin jusqu’à son ennemi juré. Les Champs Énergétiques s’entrechoquaient dans une pluie actinique tandis que les haches rencontraient les poings. Autour d’eux, les guerriers de Cthonia, en vert et en jaune, s’entretuaient dans une mêlée sans répit, les mâchoires du piège de Garrius étant maintenant sur la gorge des Traîtres.

La hache de Vheren transperça les articulations de la jambière de Garrius, tandis que le poing de Garrius écrasait les côtes de Vheren à l’aide de puissants coups digne d’un marteau pilon. Pourtant, malgré la violence de leur rencontre, ce sont les mots qui trancheront le plus, Garrius se réjouissant :

« Voyez comme les fils de Cthonia se battent bien en jaune, quand vous serez morts et oubliés, ils feront tous d’excellents Imperial Fists. »

En guise de réponse, Vheren ne prononça que quelques mots :

« Ils ne seront jamais à toi. »[50]

Les Cendres de la Victoire

« À l’apogée de la bataille pour Cthonia, les Sons of Horus jetèrent toutes leurs forces sur les murs construits par les Imperial Fists, cherchant à les briser par leur nombre. Après plusieurs batailles acharnées, ils parvinrent à franchir les murs, mais ils se retrouvèrent pris dans un piège habilement tendu, leur avant-garde coupée du monde et isolée. Seule une défense acharnée leur permettrait de capitaliser sur leur succès et de se libérer de l’étau des Imperial Fists. »

Avec l’ost en déroute, ses éléments avancés coupés dans le terrain vague entre les murs intérieur et extérieur et ses commandants privés de la possibilité de contacter leurs troupes, il semblait que les Traîtres allaient subir un coup paralysant. Cependant, Vheren avait prévu la possibilité d’un piège, bien qu’il n’ait pu imaginer l’ampleur de la tromperie de Garrius, et il était maintenant à la merci des commandants placés sur les flancs et à l’arrière de son ost pour faire écran à l’avancée des Sons of Horus. A l’arrière se trouvaient le Préteur Mordakar et les vétérans des Word Bearers qui n’avaient pas subi l’horrible transformation qui avait gagné les guerriers les moins valeureux de cette Légion, tandis que sur les flancs se trouvaient les Automates de Cyclothrathe sous la bannière de l’Archimagos Draykavac, des guerriers plus connus pour leur mépris insensible que pour leur fidélité à leurs alliés.

Pendant un instant, il sembla qu’ils se contenteraient de regarder les Sons of Horus se faire malmener, de regarder et de préserver leur propre force. Puis les bannières de Colchis furent hissées haut et les rangs des guerriers vétérans en formation précise lancèrent un cri tonitruant, « Tempestus Sangis », et Mordakar lui-même s’avança et grava une rune sanglante sur son cuir chevelu à l’aide d’une lame de combat brisée. Alors que le sang de leur Seigneur touchait le sol, les Word Bearers se mirent en marche, le chant sinistre de Colchis retentissant sur le champ de bataille, leur avancée tenant autant du rituel que de l’action militaire. Le rugissement de leurs armes était leur catéchisme et le sang versé, le leur et celui de leurs ennemis, l’offrande qu’ils faisaient aux dieux sombres auxquels ils étaient liés.

Pourtant, le rythme des Word Bearers était lent et obscur, et même si leurs armes rongeaient les franges de la force loyaliste qui enveloppait Aleph-Prime et emprisonnait les Traîtres entre les murs, ils ne la briseraient pas seuls. Du haut des murailles, Vheren vit leur avancée, Garrius assénant coup sur coup à sa garde, et sut qu’il ne survivrait pas à la bataille. Fidèle aux anciennes coutumes de Cthonia, il rassembla ce qui lui restait de force, afin de livrer un combat dont même l’ennemi se souviendrait, mais un cri qui s’éleva jusqu’à devenir assourdissant força une pause dans le combat. Une nuée de guerriers de métal s’approchait du flanc opposé, traversant les Désolations sur des jets de flammes aveuglantes à une vitesse qu’aucun Space Marine n’aurait pu égaler, le hurlement de leurs jets les précédents.

Asservis aux ordres de leur Archimagos et capables d’une obéissance servile, les Thallax foncèrent au cœur des combats, les Fusils à Foudre allumés. Des dizaines d’entre eux furent abattus par les tireurs d’élite des Imperial Fists, les guerriers de métal s’embrasant à cause de la défaillance de leurs Réacteurs Dorsaux, et des dizaines d’autres périrent dans la mêlée lorsque des Dreadnoughts plaqués de jaune les déchiquetèrent, mais leur nombre et leur mépris total pour leur propre survie firent basculer le cours de la bataille. Vheren et Garrius furent séparés par la pression des guerriers et les Imperial Fists se replièrent, rejoignant le gros de leurs frères dans les plaines entre les murs intérieurs et extérieurs.

De plus, l’Archimagos Draykavac, à la suite de ses sbires, a réussi à nettoyer les canaux clés du réseau-Vox des Sons of Horus, et Vheren est à nouveau en contact avec ses commandants. Sans attendre, il envoya l’ordre de repli, ordonnant aux commandants présents dans le fourgon de se replier sur Aleph-prime, de peur que les Imperial Fists ne détruisent ces unités isolées. De l’autre côté des plaines, où les mêlées brutales et les tirs à bout portant faisaient des ravages dans les deux camps, les Sons of Horus commencèrent à se replier - non pas dans une retraite frénétique, mais avec la discipline lente et délibérée des guerriers. Seuls ceux qui étaient à la pointe de l’avancée se sont retrouvés pris, le Chef Ryaeve commandant une arrière-garde de guerriers issus de plusieurs unités malmenées ; vétérans, Inductii et Chasseurs de Têtes Cthoniens ont tous participé à la bataille désespérée pour tenir les loyalistes à distance, tous les fils de Cthonia, qu’ils soient des Space Marines ou de l’Auxilia Solar.

Son Armure déchirée et brisée, ses haches ébréchées avec des champs énergétiques vacillants et erratiques, Ryaeve et ceux qui se battaient à ses côtés n’avaient que peu de chances de survivre. Leur désespoir leur donna de la force, et chaque guerrier de l’arrière-garde qui tomba entraîna dans sa chute au moins un adversaire, se battant sans retenue ni hésitation. Les guerriers se jetèrent sur les Dreadnoughts pour donner à leurs frères une chance de frapper les mastodontes en leurs points faibles, et les Justaerins meurtris en Armures Cataphractii servirent de boucliers aux Auxiliaires Chasseurs de Têtes. Le Consul-Capitaine Adarus, qui menait l’assaut des Loyalistes, vit dans leur bravoure les derniers vestiges des Luna Wolves, qu’il avait autrefois connus comme d’honorables guerriers, et s’avança pour affronter Ryaeve en duel.

Imran Adarus.
Ithan Ryaeve.

Le combat autour d’eux s’interrompit lorsque les deux guerriers s’affrontèrent, et Ryaeve se jeta en avant, la rage et la haine alimentant ses coups, pour se heurter au dégoût calme d’Adarus, la lame d’Argent Lunaire brandie par l’Imperial Fists vétéran parant et bloquant chacun de ses coups. D’un seul coup à deux mains, Adarus brisa la garde de Ryaeve et transperça son armure, laissant le guerrier des Sons of Horus en sang sur le sol gris de Cthonia. Pour les non-initiés, la chance aurait pu permettre à Ryaeve de survivre à ce coup, mais l’habileté d’Adarus à manier la lame lui avait permis de porter un coup assez violent pour mettre le guerrier des Sons of Horus hors d’état de nuire, sans pour autant lui être fatal. Debout au-dessus du chef déchu, sa suite vêtue de jaune s’apprêtant à massacrer les derniers guerriers verts de mer qui se tenaient dans l’arrière-garde des Traîtres, Adarus réprimanda son ennemi.

« Jadis, j’ai combattu aux côtés des Luna Wolves et je les comptais parmi les meilleurs guerriers de la croisade. J’ai fait des serments qui pèsent lourd sur moi. Ce que je vois devant moi n’est pas à la hauteur de ceux que j’ai juré de protéger, mais en leur honneur, je te donne une chance d’être digne de leur héritage. Partez maintenant, car je me lasse de votre présence. »[51]

La Voix de Terra

« La simple victoire est éphémère et ce n’est que dans la destruction totale d’un ennemi que la satisfaction peut être prise. Déjouez non seulement ceux qui vous défient, mais cherchez aussi ceux qui fuient et livrez-leur leur destin. Ce n’est que lorsque vous vous tenez, sans opposition, devant le foyer de la dernière demeure d’un roi que celui-ci est vaincu. »
-Transcription partielle des discours du Tyran-Duc de Borrant.

Les Sons of Horus se retirèrent du champ de bataille, emportant leur chef blessé et laissant leurs morts éparpillés dans les plaines. Son ennemi désormais renforcé par le Mechanicum et les Word Bearers, et la surprise perdue, Garrius ne donna pas la chasse et au contraire replia ses propres forces en bon ordre vers les murs intérieurs. Il n’avait jamais eu l’intention de tenir le mur extérieur, car il savait que les Titans ennemis reviendraient, et il se repliait maintenant vers le mur intérieur avec des effectifs suffisants, un moral en hausse et un ennemi réduit. Il avait réussi à saigner les Traîtres, mais le coup décisif lui avait été arraché. Son ire serait ressentie par ses propres hommes, en particulier par le Capitaine-Consul Adarus, dont la conduite honorable avait coûté à Garrius la satisfaction de massacrer l’arrière-garde devant l’armée des Traîtres. Ceux qui, selon lui, n’avaient pas poursuivi la bataille avec assez d’ardeur, furent placés en sentinelle à la première porte du mur intérieur, où ils seraient les premiers à recevoir toute contre-attaque des Traîtres.

Pendant que Garrius se préparait, la majorité des Traîtres furent contraints de retourner dans les "forteresses" composés de leurs navettes et convoyeurs cloués au sol, seules quelques unités de vétérans restant pour surveiller les Loyalistes sous les canons du Praesidium Arx. Là, les Magos de Voss et de Cyclothrathe s’efforcèrent de purger leur équipement de la malédiction de Graia, car tant qu’elle demeurerait dans leur réseau-Vox et leurs relais de commandement, les Traîtres seraient à la merci des stratagèmes et des tromperies de Garrius. Pour cette raison et pour l’aide que lui a apportée Cyclothrathe au combat, Vheren a été contraint de reconnaître les droits de Draykavac sur les ressources de Cthonia. Bien que cela ait irrité les Magos de Voss, le sens de l’honneur du seigneur de guerre Sons of Horus ne lui permettait pas d’ignorer la dette qu’il avait contractée. Accablé par la politique du commandement, Vheren laissa ses commandants subalternes poursuivre le siège, et organisa des raids contre les positions loyalistes isolées quelques heures à peine après le retrait.

Il ne fait aucun doute que la bataille aurait repris de plus belle après une brève pause, l’effusion de sang n’ayant jamais cessé, à moins d’un événement singulier. A travers le voile de l’Empyrée, la voix de Terra se fit entendre, un message si terrible que les deux forces en présence sur Cthonia furent immobilisées par ses mots, Loyalistes et Traîtres confondus par la réalité de ce qu’il représentait. L’impensable était arrivé, ce que beaucoup parmi les ost avaient souhaité ou craint, mais qu’aucun n’avait jamais vraiment cru possible. Horus avait débarqué sur Terra et assiégeait maintenant le Palais même de l’Empereur. L’Hérésie d’Horus était dans son dernier mouvement.

Garrius s’installa sur les remparts du Praesidium Arx, où il rumina le sort de son Primarque et de l’Empereur pendant des jours, tandis que Sul Kontep et ses Thousand Sons s’enfermaient dans le Pharos Obscurus, tentant vainement de contacter Terra. Le Capitaine des Ombres Nethkal conduisit de nombreux guerriers de la garnison dans les plaines, pour chasser et tuer tous les traîtres qui croiseraient leur chemin, fous de chagrin, de rage et de haine. Seul Adarus affrontait l’avenir inconnu avec calme, sa détermination résolue étant un baume pour ceux qui assuraient la défense du Praesidium Arx et des murs intérieurs lorsque toute raison semblait brisée. Ce que Vheren n’avait pas réussi à faire avec des canons et des lames, à briser l’esprit des défenseurs, avait été réalisé en quelques instants par quelques mots.

Même au sein de l’armée des Traîtres, la nouvelle sema la discorde, car Vheren était devenu obsédé par l’idée qu’il devait s’emparer de Cthonia avant que le Maître de Guerre n’affronte son père, l’Empereur. Cette obsession était alimentée par Mordakar des Word Bearers, qui avait lui-même été chargé de satisfaire les désirs de sa propre Légion sur Cthonia avant que ce duel fatidique ne puisse avoir lieu. Le chef Ryaeve et Incursus de l’Alpha Legion durent repousser les loyalistes dont la rage les fit déferler sur les plaines, les deux camps étant meurtris par la brutalité frénétique de ces escarmouches soudaines.

Les deux camps étaient plongés dans l’obscurité, les grands seigneurs comme les simples soldats s’efforçant de trouver la volonté de poursuivre le combat alors que toutes leurs luttes avaient été réduites à l’insignifiance par une bataille proche et pourtant totalement hors d’atteinte. Les deux forces attendaient en vain des nouvelles, mais Terra ne parlerait plus et il n’y aurait plus de nouvelles de la victoire ou de la défaite d’Horus, seulement un silence sinistre qui enveloppait Cthonia et tous les systèmes qui l’entouraient. Beaucoup se demandèrent si la guerre avait déjà été décidée, si le sang qu’ils avaient versé sur Cthonia n’avait d’autre sens que d’alimenter la haine muette qui avait rempli leurs cœurs pendant les dernières années de l’Hérésie d’Horus. D’autres se demandaient si ce silence soudain dans le vide ne présageait pas une nouvelle et terrible calamité, si cette ère de destruction ne s’achevait jamais et si les ténèbres de l’avenir ne leur réserveraient que la guerre.[52]

La Fin de L’espoir

Le dernier message reçu par Terra avait été diffusé depuis la Tour d’Opale, dans l’enceinte extérieure du palais, par un Chœur Astropathique secondaire, et portait tous les codes-mémoires et les empreintes d’authentification prouvant sa véracité. C’était l’un des nombreux messages envoyés lorsque les puissantes armées du Chaos et de la destruction ont posé le pied sur Terra, mais le seul à percer la Tempête de la Ruine et à atteindre Cthonia, aussi faible et déformé qu’il ait été par son passage. Ce qui suit est une transcription de la translittération présentée au Seigneur Castellan Garrius :

« Le ciel brûle. Le soleil brille rouge comme le sang. Tous les Démons de l’enfer se sont déchaînés contre nous, menés par le prince des traîtres lui-même. Toutes les longues années de notre lutte se réduisent à ceci, une bataille qui résonnera dans l’histoire jusqu’à ce que les étoiles elles-mêmes s’éteignent. Ce sera l’heure de gloire de l’Imperium, et ceux qui mourront pour le défendre vivront à jamais dans la gloire. »[53]

Partie VI : L’Œil du Cyclone

« Pour les faibles, la défaite est définitive. Pour les forts, elle n’est qu’une brève pause sur le chemin de la victoire. »
-Incursus, Alpha Legion.

003014.M31

« Notre guerre dans les ténèbres ne donnera pas de vainqueur, car tout survivant deviendra sûrement un monstre, diminué par ce qu’il a mis en œuvre pour y parvenir. »
-Sergent Ivar Droke de la 2e escouade des Imperial Fists Rangers.

Frappés par le fait que la bataille culminante de l’Hérésie d’Horus se déroulait alors même qu’ils versaient un sang futile sur Cthonia, les guerriers des Legiones Astartes se trouvaient face à un dilemme qu’ils étaient mal préparés à affronter. Ils avaient toujours fait face à l’adversité, sûrs de pouvoir l’emporter par la force des armes sur n’importe quel ennemi - mais dans la défaite potentielle ou même la mort de leur cause, ils se trouvaient face à un ennemi que la lame ou le Bolt ne pouvaient pas arrêter. Si Horus ou l’Empereur tombait, qu’adviendrait-il de leurs serviteurs ? Sans cause pour laquelle tuer, ne deviendraient-ils rien de plus que des vagabonds, condamnés à une éternité de sang et de mort insensés ?

Les guerriers des deux ost trouvèrent leurs propres réponses, suivant souvent l’exemple des guerriers qui avaient fait leurs preuves au cours des longues années de l’Hérésie d’Horus. Certains cherchèrent à abandonner Cthonia et les combats sur Terra, mais Garrius et Vheren refusèrent ces demandes, Vheren allant même jusqu’à demander à l’Archimagos Draykavac de désactiver les propulseurs des plus gros vaisseaux de débarquement, ne laissant aux Traîtres d’autre choix que la victoire. Le Préteur Mordakar, soutenant le plan de Vheren, les a exhortés à tourner leur colère vers l’ennemi qui se trouvait devant eux, afin de continuer à faire couler le sang sur le sol gris de Cthonia. Les Word Bearers et les Sons of Horus, plus assoiffés de sang, portèrent leur fureur sur les terres désolées, harcelant et attaquant les patrouilles et les éclaireurs loyalistes. Vheren, laissant ses guerriers les plus têtus occuper les troupes de Garrius, entama une nouvelle série de préparatifs et envoya ses émissaires dans les profondeurs du monde souterrain.

Garrius, dont la rage et le mécontentement couvaient, renforcé par le fait qu’il savait que tout ce qu’il avait sacrifié pour tenir Cthonia avait peut-être été vain, fut contraint d’affronter ses propres officiers. Nombre d’entre eux refusaient de rester inactifs pendant que leur Primarque se battait sur Terra et préconisaient un assaut immédiat contre les Traîtres avec tous les guerriers capables, sans se soucier du fait que cela entraînerait presque certainement la destruction de la garnison en tant que force de combat. Malgré son désir de se battre, même si ce n’était pas aux côtés de Dorn, Garrius interdit toute attaque de grande envergure, mais consentit à une série d’attaques de reconnaissance, à la fois pour garder la trace des traîtres et pour permettre à ses hommes d’évacuer leur colère et leur frustration. Pour chacune de ces attaques, Garrius affecta un détachement des Sœurs du Silence, dont l’aura froide atténuait l’ardeur qui aurait pu conduire les Imperial Fists, normalement stoïques, au désastre.

De tous les guerriers de Cthonia, ce sont les Inductii au sang neuf qui ont été le moins affectés par la nouvelle venue de Terra. Ils n’avaient jamais mené de croisade glorieuse, ni posé les yeux sur l’Empereur ou même sur leurs propres Primarques, et la chute de Terra n’avait pour eux aucune signification. Tout ce qu’ils avaient connu, c’était la guerre des Space Marines contre les Space Marines, et même si l’Empereur ou Horus tombait au combat, leur guerre se poursuivrait, pour eux il n’y avait ni victoire ni défaite - seulement la survie. Là où d’autres s’en prenaient à l’ennemi ou à leur propre incapacité à rejoindre le combat, les Inductii se préparaient simplement à la prochaine bataille avec un simple pragmatisme né de leur rapide hypno-endoctrinement et de leur entraînement. Les néophytes des Imperial Fists n’avaient jamais quitté Cthonia et savaient qu’ils ne le feraient probablement jamais, car ce monde serait leur tombeau, quelle que soit l’issue de la guerre sur la lointaine Terra. Les Sons of Horus, en revanche, avaient vu la brutalité de l’Hérésie d’Horus dans toute son indifférence à leurs souffrances. Pour eux, Cthonia était la fin de leur guerre, une ultime récompense qu’ils pourraient fouler sur la terre qui leur avait donné leur identité, et plus importante que le destin d’un monde lointain dont les années dorées étaient terminées depuis longtemps.

Ainsi, alors que Terra brûlait, la férocité qui avait marqué la guerre sur Cthonia s’estompa, comme si la galaxie avait détourné son regard de Cthonia pour le fixer sur l’ancien foyer de l’humanité. Pendant un bref moment, une paix tendue s’installa sur Cthonia, la guerre se limitant à d’âpres escarmouches et à des affrontements avortés qui ne débouchèrent sur aucune confrontation décisive. Les chefs de guerre de Cthonia, Garrius et Vheren, savaient que les nouvelles en provenance de Terra les obligeraient à agir, mais aucun ne souhaitait dévoiler ses cartes en premier, car leur prochaine rencontre au combat déciderait probablement du sort de la guerre sur Cthonia - soit pour racheter Garrius aux yeux de son Primarque, soit pour accorder à Vheren la récompense dont il avait besoin pour restaurer l’honneur de sa Légion.[54]

Du Sang dans les Terres Désolées

« Alors que vous êtes au bord de l’anéantissement, vous devez choisir de frapper l’ennemi une dernière fois, que ce soit avec les dernières réserves de vos munitions épuisées, une dernière poussée d’une lame brisée ou le coup défiant de vos poings ensanglantés. Vous devez choisir de vous battre. »
-Extrait du discours final des défenseurs d’Hallax IX.

Les guerriers des deux camps, incapables de se battre ouvertement, se livrèrent à une guerre de l’ombre silencieuse dans les terres désolées de Cthonia. Les ruines de la muraille extérieure et les avant-postes abandonnés du monde souterrain étaient les champs de bataille, chacun étant un trophée sans valeur qui était pris, perdu et repris simplement pour contrarier l’ennemi. Les objectifs stratégiques et les buts de la guerre n’étaient pas pris en compte, seuls comptaient le nombre de morts et le nombre de lames ensanglantées. C’était un massacre pour le plaisir de massacrer, et seuls les Word Bearers éprouvaient une véritable joie à le pratiquer, tandis que les Sons of Horus et même les guerriers des Légions Éclatées ne trouvaient aucun réconfort dans le fait de tuer, se contentant d’atténuer la blessure creuse que l’Hérésie d’Horus avait laissée en eux. Même le Chef Ryaeve ne tirait que peu de satisfaction de ces brefs échanges, le sang qu’il avait versé ne parvenant pas à atténuer l’amertume des paroles du Consul-Capitaine Adarus à Aleph-prime.

Pour Ryaeve, la bataille sur Terra ne signifiait pas grand-chose, ce n’était qu’un trophée de plus à saisir pour Horus, tandis que Cthonia était pour lui son droit d’aînesse et l’épreuve par laquelle il prouverait qu’il était digne du titre de Sons of Horus. Pourtant, en voyant les vétérans de sa propre Légion et l’intérêt qu’ils portaient au sort de ce monde lointain, il vit en eux une lueur de ce qu’il ne pourrait jamais être, de vieilles gloires et des idéaux perdus qui n’avaient rien à voir avec la guerre pour laquelle il avait été créé. Il n’y aurait pas de grand triomphe pour les Inductii, même si Cthonia tombait entre leurs mains et rendait aux vétérans leur monde natal perdu.

Vheren avait ordonné au Préteur Mordakar et aux guerriers qui le suivaient de sonder les murs intérieurs, de repérer leurs faiblesses et de tester leurs forces, mais Mordakar ne fit guère d’efforts pour faire plus que dépenser des vies dans des attaques futiles contre les murs. Des Chasseurs de Têtes Cthoniens et d’autres unités de l’Auxilia furent jetés dans les canons des Imperial Fists à des endroits du mur qui semblaient stratégiquement sans intérêt, et même ses propres frères s’engagèrent allègrement dans des attaques suicidaires qui ne firent guère plus que verser du sang. Le Chef Ryaeve et ses Inductii répondaient aux objectifs de Mordakar, mais la soif de sang qui avait autrefois dominé le chef avait été dissipée par sa défaite face à Adarus et il n’avait pas l’intention de laisser le Word Bearers sacrifier ses troupes. Il évita à ses guerriers le massacre, le démembrement désinvolte de l’ost pour quelque objectif occulte, et se concentra plutôt sur les murs où ses attaques prudentes lui permirent de compter les armes des Imperial Fists et de repérer les maillons les plus faibles de leur défense. Il surveillait également les lueurs d’argent lunaire sur les parapets et l’armure d’un certain Consul-Capitaine.

Si les traîtres cherchaient les faiblesses de leurs ennemis, les loyalistes les mettaient aussi à l’épreuve en retour. La Raven Guard n’attendait pas l’ennemi sur les murailles, mais le chassait dans les lieux sauvages des Désolations. Ils tombaient sur les blessés qui se retiraient du combat et s’attaquaient aux caches de ravitaillement, toujours hors de portée du corps principal de l’ost des Traîtres, tels des fantômes imbibés de sang. Le Capitaine des Ombres Nethkal et le dernier des célèbres Libérateurs exerçaient la vengeance d’un Primarque qui les avait oubliés depuis longtemps, des guerriers froids et amers qui tuaient avec l’abandon serein qui caractérisait de nombreux vétérans de l’Hérésie d’Horus. Face à eux se trouvaient les guerriers de l’Alpha Legion qui, bien que peu nombreux, n’avaient rien à envier à la Raven Guard en termes de ruse et de furtivité. Comme par le passé, les deux forces se livrèrent une guerre privée, se souciant peu de savoir qui contrôlerait Cthonia, une bataille qui culmina avec le tristement célèbre raid sur Incubi-18.

Pourtant, malgré la férocité de ces escarmouches, le gros de l’ost des Traîtres resta inactif. Plusieurs milliers de vétérans des Sons of Horus et de troupes d’assaut lourdes furent même retirés de leurs positions le long du mur extérieur en ruines dont la prise avait coûté tant de vies à Vheren, ne laissant que les Inductii, les soldats de l’Auxilia et les forces du Mechanicum pour surveiller les murs intérieurs. De nombreux membres du commandement loyaliste y virent le signe que les traîtres avaient l’intention d’abandonner l’assaut jusqu’à ce que la bataille pour Terra soit décidée, ou que les assauts précédents leur avaient montré la solidité des murs des Imperial Fists et qu’ils chercheraient d’autres moyens de poursuivre l’attaque. Le Seigneur Garrius ne prendrait aucun risque et chargerait ses propres compagnies d’Inductii de tenir les murs, sans se laisser perturber par le changement de rythme du conflit, laissant ses vétérans patrouiller dans les Désolations et occuper l’ennemi dans des batailles stériles qui ne pouvaient pas menacer son contrôle sur Cthonia.[55]

L’Incubi-18

« La défaite n’enseigne qu’une seule leçon : comment plier le genou. Pour le guerrier, il ne peut y avoir que la victoire ou la mort, la dernière étant aussi honorable que la première. »
-Extrait de "Les Sables Rouges : Analectes de la Rage", tel qu’enregistré par Khârn des World Eaters.

L’Incubi-18 était un Convoyeur titanesque de Classe Golgotha, portant l’héraldique du Titan Warlord Domitus Carnae de la Legio Ulricon. Échoué lors des premières phases de l’attaque sur Cthonia, l’Incubi-18 avait été transformé en atelier de réparation de fortune, les Magos travaillant jour et nuit pour réparer les dégâts infligés à leurs charges par les Titans loyalistes de la Legio Astraman et par le largage de combat ordonné par Vheren. Ces imposantes machines de guerre étaient les armes les plus intimidantes de l’arsenal des Traîtres, rendues temporairement vulnérables par les réparations.

C’était une cible que la Raven Guard risquait gros pour frapper, à la fois pour aider la cause des Loyalistes et comme peut-être le coup ultime dans leur guerre clandestine contre l’Alpha Legion. De plus, ils avaient l’intention d’utiliser les propres ruses de l’ennemi pour arracher une telle victoire. Les Libérateurs de la Raven Guard s’étaient autrefois entraînés aux côtés des fameux Justaerins des Sons of Horus et connaissaient bien leur héraldique et leurs tactiques, car les leurs étaient basées sur ce credo. Alors que les tireurs d’élite Mor Deythan préparaient une attaque sur les postes les plus éloignés du camp des Traîtres, le Capitaine des Ombres Nethkal et ses cohortes en Armure Cataphractii s’infiltrèrent dans la zone de débarquement sous le couvert de fausses couleurs et de la confusion. Une fois dans les immenses convoyeurs, ils sabotèrent le réacteur à fusion de l’Incubi-18 et tuèrent les Magos qui l’accompagnaient ainsi que leurs gardes Automates avant de s’enfuir grâce à des Balises de Téléportation qui les emmenèrent à travers l’Æther jusqu’au lointain Praesidium Arx.

L’explosion qui en résulta mit en pièces l’Incubi-18, détruisit un Titan de classe Reaver et paralysa deux Titans de classe Warhound qui étaient en réparation. Les Magos et les Princeps d’Ulricon, furieux, exigèrent du Cadre-Capitaine Vheren qu’il punisse les sentinelles qui n’avaient pas réussi à contrecarrer le raid et, peu désireux de perdre le soutien des agents du Mechanicum et de leurs Titans de guerre restants, Vheren fit mettre à mort une compagnie complète de Chercheurs Ydraniens. Incursus, de l’Alpha Legion, prit ce raid comme une insulte personnelle, les propres méthodes de sa légion ayant été utilisées si efficacement contre les Traîtres, et jura de venger cette insulte à sa fierté et à l’honneur de l’Alpha Legion.[56]

Une Ombre dans le Vide

« Il est illusoire de penser que les conditions dans lesquelles se déroule une bataille seront complémentaires des stratégies employées. Ceux qui se dressent contre vous, armés de fusils et de lames, ne sont que quelques-uns des ennemis qu’il faut vaincre pour remporter la victoire. Beaucoup d’autres sont à l’affût, prêts à frapper ceux qui ne sont pas préparés. »
-Données fragmentaires reconstituées à partir des banques de Cogitateurs du Solarium Victris.

Alors que le rythme des combats à la surface se ralentissait, les vaisseaux en orbite étaient confrontés à un nouveau dilemme. Depuis le début de l’invasion, les Traîtres jouissaient d’une supériorité orbitale totale, bien que les Macrocanons du Praesidium Arx les empêchaient de survoler la principale zone de conflit en orbite basse. Pourtant, dans les semaines qui ont suivi la transmission Astropathique de Terra, les vaisseaux en orbite ont été soumis à une lente dégradation de l’efficacité des capteurs et des communications à longue portée. Alors qu’ils étaient auparavant capables d’effectuer des balayages profonds sur plusieurs années-lumière dans n’importe quelle direction, toutes les tentatives pour sonder l’espace au sud de la galaxie étaient maintenant brouillées par une force inconnue, tous les contacts avec les avant-postes et les Flottes des Traîtres dans cette région de l’espace avaient échoué, sans aucune réponse aux communications Vox à longue portée ou aux requêtes Astropathiques.

C’était comme si une grande obscurité s’était installée au sud du Segmentum Solar, recouvrant les étoiles de silence. Ne voulant pas laisser un tel phénomène dans l’inconnu, l’amiral de la Flotte envoya un trio de vaisseaux pour enquêter, les frégates Sons of Horus Hurlement Vide et Loup Stellaire, ainsi que le Croiseur de l’Alpha Legion Sigma 9-14, avec l’ordre pour les vaisseaux d’enquêter sur les bases et les relais des Traîtres dans les systèmes au sud de la galaxie. Le Hurlement Vide et le Loup Stellaire ne furent jamais revus, mais deux semaines après leur départ, le Sigma 9-14 sortis du Warp à la limite du système de Cthonia, dérivant silencieusement. Après enquête, la Flotte des Sons of Horus découvrit ce qu’il restait du Sigma 9-14, une carcasse carbonisée et brisée, son système de propulsion ayant fondu et sa coque ayant été largement éventrée par une série de décharges d’énergie.

Le fait que l’épave ait atteint Cthonia était un miracle, mais ce qui restait de l’équipage avait péri lorsque leur Champ de Geller s’était rompu pendant la traversée, et les Sons of Horus ne purent extraire que peu d’informations des noyaux des Cogitateurs en ruine au cœur du vaisseau de guerre brisé. Les seules données cohérentes semblaient dater de peu de temps avant que le vaisseau ne soit paralysé, une image d’un ancien vaisseau d’un modèle jamais vu depuis l’Ère des Luttes, un vaisseau à la coque noire qui avait ouvert le feu sur le Sigma 9-14 sans avertissement ni retenue. Les amiraux de la Flotte envoyèrent deux autres expéditions, mais même prévenus, les deux disparurent sans laisser de traces et toute nouvelle tentative de percer le voile fut jugée inutile. Au lieu de cela, la Flotte des Sons of Horus retira toutes ses ressources de combat vers Cthonia même. Sûrs de leur nombre, les amiraux se sont assurés que toute menace pourrait être contrée par la seule puissance de feu des canons désormais rassemblés autour de Cthonia.

Bien que cette stratégie ait permis à la Flotte des Traîtres de maximiser sa puissance de feu, elle a laissé le système extérieur ouvert non seulement aux vaisseaux de l’extérieur, mais aussi à ceux de l’intérieur. Les restes de la Flotte impériale qui s’étaient réfugiés dans les astéroïdes et les débris des profondeurs du système de Cthonia détectèrent le changement soudain dans les patrouilles des Traîtres et entreprirent une manœuvre rapide. Un petit escadron de Croiseurs rapides, mené par la Barge Commercial de classe Fortuna, la Pointe Warp, quitta le couvert des astéroïdes et se dirigea vers la périphérie du système, cherchant à apporter des nouvelles de la situation critique de Cthonia à tous les alliés qu’ils pourraient trouver. Après une brève poursuite qui a paralysé le Croiseur loyaliste Serment Inébranlable, la Pointe-Warp et ses escorteurs restants se sont glissés dans le Warp, en direction d’Inwit. Tout comme l’expédition des Traîtres, le vaisseau des Loyalistes disparut dans l’Æther sans laisser de traces.[57]

La Dernière Porte

« Les Imperial Fists sont arrivés à Cthonia en conquérants vengeurs, apportant avec eux toutes les armes qu’ils avaient forgées pour vaincre leurs propres frères et toutes les connaissances qu’ils avaient glanées au cours des batailles qui les avaient menés jusqu’ici. Ils les utiliseraient avec leur détermination stoïque habituelle, car ils savaient que la fin approchait pour l’Hérésie d’Horus et ceux qui se battaient pour décider du sort de l’Imperium.[58] »

Isolés en bas, Garrius et ses Imperial Fists ne savaient rien des batailles qui se déroulaient dans le vide. Le Seigneur Castellan savait seulement qu’il devait tenir le plus longtemps possible et espérer que les guerriers qui se trouvaient à présent sur Terra parviendraient à l’emporter et à lui venir en aide. Lorsque le Seigneur Dorn arriva en orbite dans le cadre de la contre-attaque vengeresse des Loyalistes, Garrius était déterminé à garder le contrôle du monde et à retrouver enfin les bonnes grâces de son Primarque. Ses forces étant réduites par l’attrition constante, il ne pouvait plus se permettre d’offrir une bataille ouverte à l’ennemi et s’efforça plutôt de renforcer la dernière couche de fortifications.

Le mur intérieur était une vaste forteresse qui s’étendait sur plus de cent kilomètres, protégeant l’accès principal au Praesidium Arx et à la Porte du Traître. Le long des murs se trouvaient de vastes champs de mines gravitationnelles et d’autres explosifs cachés, des armes dont les Traîtres connaissaient parfaitement l’efficacité, obligeant un attaquant à attaquer les murs de front ou à subir la colère de l’artillerie du Praesidium Arx pendant qu’il est pris au piège par les mines. Même si un attaquant parvenait à franchir les murs, il devait toujours faire face à la forteresse qu’était le Praesidium Arx, aux canons de l’Atlas Terminal et aux vastes murs de la Porte du Traître. Le seul véritable problème auquel Garrius était confronté était la difficulté de tenir une garnison complète dans toutes ces forteresses à la fois.

C’est pourquoi Garrius a concentré ses meilleurs guerriers le long des murs intérieurs, là où toutes les attaques de sonde des Traîtres étaient tombées, avec ses réserves au Praesidium Arx. L’Atlas Terminal était tenu par le Mechanicum et une petite force d’Imperial Fists, les derniers Titans loyalistes sur Cthonia protégeant de leurs canons ce lien vital avec l’orbite. La Porte du Traître restait difficile à défendre correctement, ses tunnels internes n’ayant pratiquement pas été cartographiés et nombre de ses systèmes n’étant toujours pas fonctionnels après les sabotages infligés lors du Premier Siège de Cthonia. Cependant, la présence de la porte secondaire à ses racines, seul passage sûr pour les troupes nombreuses et les machines lourdes entre la surface et le monde souterrain, restait vitale. C’est là que Garrius arma le vaste corps de domestiques et de serfs Cthoniens qui avaient été enrôlés pour servir de main-d’œuvre aux Imperial Fists. Cette milice mal formée assurerait la police de la Ruche et la garde de ses halls, tandis que les Rangers d’Élite des Imperial Fists et les Thousand Sons veilleraient sur la porte secondaire elle-même.

Sul Kontep et ses guerriers s’aventurèrent à travers la porte pour patrouiller dans les couloirs silencieux du monde souterrain, leurs divinations psychiques leur permettant de déjouer les sens aiguisés des habitants de ce monde sans lumière. Ils le trouvèrent abandonné, les avant-postes dépourvus d’ennemis et de munitions, avec peu de signes des batailles que les Rangers de l’Imperial Fists y avaient livrées pour garder les tunnels à l’abri des patrouilles de Traîtres. Cependant, les adeptes du Culte des Corvidae parmi les Thousand Sons ont rapporté des témoignages d’une confluence soudaine de puissance obscure dans les tunnels inférieurs, une catastrophe psychique qui se prépare, alimentée d’une manière ou d’une autre par l’effusion de sang en haut et amplifiée par des rituels d’origine inconnue. Le Seigneur Garrius n’accordait que peu de valeur aux vagues avertissements de Sorcellerie et de magie noire et refusait d’envoyer davantage de guerriers dans le monde souterrain pour chasser les esprits et les rumeurs.

Sul Kontep, qui avait vu de ses propres yeux sur Prospero les terribles destructions que pouvait entraîner l’utilisation abusive des pouvoirs psychiques, se chargea de donner suite aux divinations de ces guerriers. Il arma les Thousand Sons pour la guerre, demandant la permission à la Commandante de la Vigie Malineux de la Sororité du Silence de récupérer tout leurs équipements. Des cercueils Parias et des coffres de transport scellés furent ouverts pour révéler des lames incrustées de circuits psi-réactifs, des armures dans le style baroque d’une Prospero perdu et même des Automates arcaniques guidés non pas par des Cogitateurs mais par la volonté psychique de leurs maîtres marionnettistes. Ceints pour la guerre comme au temps de leur gloire interdite et accompagnés d’un groupe de Sœurs du Silences, les Thousand Sons descendirent dans le cœur sombre de Cthonia pour accomplir leurs serments ou mourir en essayant de le faire.[59]

Partie VII : Du Cœur de Hel

« L’honneur est un sentier d’épines qui traverse une pièce sombre. Le parcourir est douloureux et nous ne pouvons pas savoir ce qui nous attend au bout, mais nous le faisons quand même. » -Sul Kontep, Maître de la Cinquième Confrérie des Thousand Sons

013014.M31

« Les Sons of Horus qui ont combattu sur Cthonia ont utilisé un certain nombre de tactiques et d’équipements uniques. Nombre d’entre eux étaient issus des enseignements des préceptes de Cthonia, tandis que d’autres avaient été développés au cours des combats qui s’étaient déroulés sur ce monde déchiré par la guerre. Cependant, tous étaient très efficaces sur le champ de bataille et seraient utilisés ailleurs une fois que Cthonia aurait connu son destin final.[60] »

Le Seigneur Garrius ne prêta guère attention au départ des Thousand Sons, car des nouvelles et de terribles nouvelles lui parvenaient des lointaines Désolations. De l’autre côté de l’Etendue de Yedig, cette plaine ravagée par la guerre où les cadavres éparpillés et les carcasses de chars calcinées marquaient le bilan sanglant du siège, où les navettes et les convoyeurs des Traîtres s’abritaient derrière les montagnes de Vorhek, les Titans commençaient enfin à s’agiter. Les dégâts infligés par la Legio Astraman et le largage d’assaut improvisé avaient été réparés, et Vheren avait enfin jugé utile de risquer la colère des canons du Praesidium Arx pour mettre toute la puissance des Titans et de leurs cohortes de Chevaliers sur le terrain. Vingt-cinq Titans pleinement opérationnels restaient aux mains des Traîtres, car les loyaux guerriers de la Legio Astraman avaient payé un lourd tribut pour leur mort, les Titans tombés au combat, qu’ils soient loyaux ou traîtres, ayant été dépouillés de leurs précieuses pièces et munitions afin de maintenir les machines de guerre restantes prêtes au combat. La Legio Andrastus, autrefois jumelle de la Legio Astraman, avait été la plus durement touchée et n’avait pu aligner que trois Titans pour la grande marche.

En revanche, la Legio Magna n’avait subi qu’une seule perte et l’Imperus Nox, l’immense Warmaster, avait été entièrement réparé et n’était désormais surpassé par aucune autre machine de guerre de Cthonia. Les cors de guerre retentissant dans les vastes plaines de Cthonia, le grand ost de Titans quitta la petite forteresse de convoyeurs et de transports convertis, une nuée de Chevaliers portant l’héraldique noire et rouge de la Maison Atrax passant devant eux pour prévenir toute embuscade ou attaque. En effet, après la bataille du Bassin de Shaitan, il ne restait plus dans l’arsenal de Garrius que les Titans de la Legio Osedax, soit à peine cinq Titans de combat d’ancienne provenance. En combat ouvert, même la célèbre sauvagerie des Cockatrices, surnom de la Legio Osedax, n’a pas pu arrêter une telle force, et Garrius a dû s’en remettre à la puissance de ses armes et à la solidité de ses murs pour les stopper. Vheren se méfiait également de la ruse de son ennemi juré, car il en avait déjà fait les frais auparavant, et il était bien décidé à ne pas se laisser entraîner dans un autre piège de Garrius. Il savait que le commandant des Imperial Fists n’avait pas chômé dans ses préparatifs, et comme ses propres préparatifs avaient porté leurs fruits, les Word Bearers et leur commandant avaient brillé par leur absence, ce qui avait quelque peu réduit ses propres forces.

Ainsi, lorsque les Titans avancèrent, ils furent précédés par des Chasseurs de Tête de l’Alpha Legion et des Sons of Horus, tous chargés de découvrir et de déjouer les stratagèmes placés sur le chemin des Traîtres. Des batailles acharnées éclatèrent le long de la ligne d’avancée tandis que ces précurseurs éradiquaient les loyalistes à l’affût, qu’il s’agisse d’escadrons cachés de chars Shadowsword de l’Armée Impériale ou de détachements des Imperial Fists qui avaient juré de se sacrifier pour aborder et saboter les Titans qui passaient devant leurs positions dissimulées. La plupart de ces attaques n’aboutirent à rien, la férocité des traîtres submergeant les loyalistes isolés, mais quelques-unes d’entre elles firent des ravages chez les traîtres. Le plus remarquable fut la mort du Titan Carnossus de la Legio Andrastus, à la limite extérieure de l’avancée, qui fut attiré dans un gouffre déguisé où il s’enfonça jusqu’à la taille dans le monde souterrain. Attaqué par le bas par des Brécheurs Imperial Fists et par le haut par des guerriers de la Raven Guard utilisant des Réacteurs Dorsaux pour monter à bord de la superstructure du Titan, le Carnossus a été submergé et détruit de l’intérieur, son réacteur ayant été saboté puis a explosé.

Malgré ces revers, seuls quelques Titans Traîtres furent blessés avant de traverser l’Étendue de Yedig et de s’approcher des murs intérieurs des fortifications de Garrius, alors que l’obscurité couvrait encore cette face de Cthonia. Ici, ils ne devaient pas faire face à une ruse subtile, mais à la puissance brute de l’artillerie placée sur les murs et du Macrocanon du Praesidium Arx lui-même. Dans un rugissement si assourdissant qu’il fut entendu à des centaines de kilomètres, ces puissants canons vomirent flammes et fumée, envoyant une salve d’obus massifs sur l’Imperus Nox qui marchait à l’avant-garde de l’avancée des Traîtres, mais toute sa puissance étant consacrée à renforcer ses Boucliers Void, l’explosion ne fit guère plus qu’étourdir l’énorme Titan. L’Imperus Nox avançait, l’énergie crépitant autour de lui comme une tempête, tandis que l’artillerie plus petite des murs ouvrait le feu, détruisant les boucliers des Titans de moindre importance où le poids des tirs de centaines de canons commençait à se faire sentir.

Les canons du Praesidium Arx firent entendre leur voix deux fois de plus, avant que les Titans, suivis par des chars, de l’infanterie et des Dreadnoughts, n’arrivent à portée de leurs propres armes sur les murailles. Le Titan Meggido Anax, Warlord de la Legio Magna, reçut une volée de plein fouet et fut pratiquement désintégré, sa carcasse en ruine étant projeté vers l’arrière sur l’un de ses frères comme un boulet de démolition, tandis que la dernière attaque emporta deux Titans Reaver dans une série d’impacts qui projetèrent un rideau de terre grise cendrée sur des kilomètres du champ de bataille. Trois autres Titans furent détruits ou forcés de battre en retraite, lourdement endommagés par les canons du mur, puis, dans un rugissement à faire trembler les cieux, les Titans restants ouvrirent le feu sur la dernière ligne de défense des Imperial Fists. La dernière bataille pour Cthonia avait commencé.[61]

Sul Kontep face à la Démence.

La Dernière Lumière

Alors que le ciel tremblait sous le tonnerre des armes des Titans, les profondeurs du monde souterrain semblaient silencieuses et calmes. La colonne de Thousand Sons et de Sœurs du Silence qui sillonnait ses passages sombres et tortueux ne trouva aucune trace de l’ennemi, ni même des nomades et des charognards qui peuplaient ce labyrinthe lugubre. Ils s’enfoncèrent toujours plus profondément, attirés par les traces psychiques de la corruption et enveloppés par l’aura sinistre des Dames du Néant, sous les passages les plus couramment utilisés et jusqu’au véritable cœur de Cthonia. Les anciens tunnels et les ruines ensevelies de ceux qui avaient colonisé Cthonia pour la première fois étaient gravés dans la croûte même de ce monde, un monde d’une violence soudaine et invisible qui grouillait des fils perdus de Cthonia et où les Imperial Fists ne s’étaient jamais aventurés dans leur quête pour dompter la planète et son peuple. C’est ici, dans l’Antre du Tyran, que la première garnison s’était repliée lorsque les Fils de Dorn étaient arrivés sur Cthonia, et c’est ici qu’ils avaient rassemblé leurs forces et attendu, levant un nouvel ost de guerriers Cthoniens.

Sul Kontep et ses alliés voyaient un cauchemar, une armée de Sons of Horus levée dans les profondeurs sans lumière en quelques années par l’avilissement du processus Inductii et tordue par les immondes sorcelleries déclenchées par les Word Bearers. Tel était l’avenir qu’Erebus et les siens souhaitaient pour l’Imperium : une humanité soumise à l’appétit des Démons et réduite à l’état d’être à demi-vivant. Pourtant, ce n’était là qu’un effet secondaire du terrible rituel que les Thousand Sons avaient pressenti, et il suffirait d’une dernière grande saignée pour que ce rituel atteigne son apogée et libère une puissance obscure qui ferait paraître insignifiante en comparaison la terreur déchaînée sur Prospero. La horde hurlante de Space Marines déments se déversa, dirigée vers la surface par des maîtres d’œuvre, des vétérans en armure des Sons of Horus, bien trop nombreux pour que les Thousand Sons puissent s’y opposer.

Heureusement, la malédiction des Dames du Néant et leurs propres talents de furtivité et d’obscurcissement les protégèrent, leurs ennemis assoiffés de sang ne cherchant qu’à atteindre la bataille en haut, et Sul Kontep n’ayant guère le choix, il s’enfonça plus profondément dans les profondeurs tortueuses de Cthonia.

Maîtres des arts ésotériques de l’Empyrée, les Thousand Sons savaient qu’un tel rituel nécessitait un foyer, et qu’aucun site de ce type n’était présent à la surface - il devait donc exister dans les profondeurs de Cthonia. S’il pouvait être trouvé et détruit, les plans des Word Bearers pourraient être perturbés, voire complètement défaits. Sul Kontep transmit ses ordres, les Sœurs du Silence s’éloignèrent pour former une arrière-garde et restèrent dans les tunnels supérieurs, tandis que les guerriers-érudits des Thousand Sons laissaient tomber les rênes qu’ils avaient gardées sur leurs pouvoirs, se préparant à la guerre de la manière dont Magnus avait voulu qu’ils se battent. Ce serait leur bataille, leur devoir envers l’Imperium - traquer les ennemis que sa technologie ne pouvait pas atteindre et combattre ce que les Bolts et les lames ne pouvaient pas blesser.

Des vrilles d’augures psychiques sentirent la puanteur de la corruption et les guidèrent vers l’avant, mais elles attirèrent également l’attention des Diabolistes des Word Bearers. Les devins présents dans leurs rangs alertèrent les Thousand Sons de la soudaine déchirure du voile de la réalité alors que les Word Bearers lâchaient sur eux une nuée de Démons se tortillant, manifestation affamée de la colère du Warp, lancée comme une marée pour balayer les intrus. En retour, les rangs des Thousand Sons s’illuminèrent de mille feux, les lames de force et les boucliers télékinétiques s’enflammant, Sul Kontep lui-même libérant sa maîtrise de la discipline Pyrae et baignant les tunnels devant lui d’une flamme furieuse. La volonté concentrée rencontrait la haine rampante, tandis que les Thousand Sons se frayaient un chemin vers l’avant et s’enfonçaient toujours plus profondément dans une bataille sans répit ni pitié.[62]

Le Sang Répond au Sang

Ignorant tout du combat qui se déroulait sous ses pieds, Garrius faisait face à l’assaut des Traîtres sur les murs intérieurs avec un froid dédain. Ses murs tenaient toujours et ses armes grondaient toujours, et bien que pressé, il était loin d’être vaincu, car s’il parvenait à tenir les Titans à distance, les Traîtres paieraient un prix si élevé pour franchir les murs que le Praesidium Arx et la Porte du Traître seraient inattaquables. Sur son ordre, tous les guerriers, tous les canons, toutes les lames étaient sur les remparts des murs intérieurs, le tonnerre de leurs canons suffisant à étouffer même les cors de guerre des Titans qui se rapprochaient de plus en plus. Volées après volées, les rangs des Traîtres qui fonçaient sur les Titans, les Dreadnoughts vert de mer se frayant un chemin à travers les flots de cadavres pour frapper les murs et les Baneblades barbouillées de sang et de runes criardes, écrasant ceux de leurs propres troupes dont l’avancée était trop lente.

Les Loyalistes dépensaient leurs munitions sans compter, vidant le vaste arsenal du Praesidium Arx de son Phosphex, de ses bombes radioactives et roquettes dévoreuses pour tenter d’éloigner l’ennemi des murailles. Des escouades de vétérans en Armures Cataphractii lancèrent des assauts depuis les portes de sortie au pied des murs, tuant et brûlant avant de se replier, tandis qu’au sommet des murs, des Escouades de Brèche défonçaient les traîtres qui parvenaient à atteindre les parapets. Alors que les Titans se rapprochaient inexorablement, les ténèbres de l’aube s’illuminaient tandis que leurs Boucliers Void étaient battus par une marée ininterrompue de tirs de canons, l’énergie décrivant des arcs et crépitant à travers la phalange des géants de fer. C’était une impasse brutale qui coûtait aux deux forces des centaines de vies à chaque minute, un coût que Garrius était prêt à payer pour saigner à blanc l’ost des Traîtres.

Pourtant, alors que cette stratégie brutale et inélégante aboutissait à une impasse sanglante sur un champ de bataille qui s’étendait sur près de cent kilomètres le long de la muraille intérieure, tout contact avec la Cité-Ruche de la Porte du Traître fut soudain rompu. Pendant plusieurs minutes vitales, le silence régna sur les canaux Vox de la garnison de la Ruche, Garrius ne voulant pas retirer des murs les guerriers dont il avait désespérément besoin pour renforcer la Cité-Ruche, à moins qu’il n’ait pas d’autre choix. Les commandants de l’Imperial Fists à la Porte du Traître commencèrent à envoyer de sinistres nouvelles de trahison et de massacre qui annonçaient un désastre pour les Loyalistes. La milice cthonienne avait retourné ses armes contre les Imperial Fists qui montaient la garde à la porte secondaire, la surprise leur permettant de franchir plusieurs postes clés et d’ouvrir la porte secondaire reliant les niveaux inférieurs de la Ruche au monde souterrain. Les rangers de l’Imperial Fists qui se trouvaient à la porte secondaire se sont rapidement ralliés, leurs fusils à pompe infligeant un terrible tribut à cette milice de renégats, mais ils ont été contraints de se réfugier dans le labyrinthe de chambres de la Ruche lorsque les Sons of Horus Inductii assoiffés de sang, enfin libérés du Tyran des Ruches, ont commencé à déferler par la porte secondaire ouverte.

La Porte du Traître n’était plus qu’un charnier, les Sons of Horus Inductii sortirent des profondeurs n’étant guère plus que des tueurs aux mains rouges qui ne se souciaient guère de tactique, mais seulement de mort. Ils ne cherchèrent pas à sécuriser la Ruche, mais à chasser les Imperial Fists qui s’étaient repliés devant eux, impatients de croiser le fer avec l’ennemi que leur hypno-endoctrinement précipité les avait conditionnés à haïr au-delà de toute raison. Les rangers vétérans attiraient les Inductii frénétiques d’embuscade en embuscade, fusils à pompe rugissants et lames de combat prêtes, mais à chaque combat, quelques nouveaux cadavres à l’armure jaune étaient laissés derrière eux tandis que les rangers se retiraient vers de nouvelles positions. Pressés de survivre, les Imperial Fists ne purent arrêter le flot de nouveaux guerriers venus des profondeurs de Cthonia, d’abord la horde d’Inductii déments, puis les vétérans de la garnison d’origine, désormais avides de se venger de leurs anciens bourreaux. Les vétérans des Sons of Horus laissèrent la première vague de leurs charges à la poursuite des Imperial Fists qui se cachaient dans la Cité-Ruche, mais rassemblèrent ceux qui les suivaient et les dirigèrent sur le champ de bataille, poussant jusqu’au Praesidium Arx et au commandement central des Loyalistes.

Avec de nouveaux ennemis à ses trousses et une installation clé compromise, Garrius n’eut d’autre choix que de retirer les guerriers des murs, chargeant le Consul-Capitaine Adarus de reprendre la Porte du Traître à n’importe quel prix. Alors que la colonne d’Adarus montait à bord de chars d’assaut Spartans et de Rhinos pour se porter au secours de la Porte du Traître, les tirs en provenance des murs se relâchèrent et les Titans purent enfin détourner l’énergie de leurs boucliers et libérer toute la puissance de leurs canons. L’un après l’autre, les Titans lancèrent une fusillade d’énormes obus et de faisceaux d’énergie scintillants, arrachant des morceaux aux murs et anéantissant des escouades entières de défenseurs à chaque explosion, mais les murs tenaient toujours. Finalement, l’Imperus Nox lui-même donna libre cours à sa fureur et l’énorme Destructeur à Plasma Jumelé qu’il portait au combat émit un torrent d’énergie plus brillant que le soleil qui se profilait à l’horizon, découpant le mur comme s’il s’agissait d’une simple feuille de papier et non de Ferrobéton durci incrusté de barres de Céramite. Les murs étaient tombés et les Traîtres s’engouffrèrent dans la brèche.[63]

Le Goût de la Victoire

Les murs ayant été démantelés, les guerriers loyalistes qui les défendaient n’avaient plus qu’un choix à faire : rester et mourir sur les murs ou tenter de rejoindre la sécurité du Praesidium Arx. Ceux qui se trouvaient sur les hauts parapets n’avaient aucune chance de s’échapper et se retrouvèrent rapidement encerclés, des cercles jaunes se rétrécissant lentement dans une marée de vert de mer dont le sacrifice permettait à ceux qui se trouvaient en dessous de battre en retraite. Dans la brèche ouverte par l’Imperus Nox, un mince coin de noir et de rouge se dressait contre les vagues successives de Chasseurs de Têtes Cthoniens, de Syban Nethkal et des quelques centaines de Terminators de la Raven Guard qui avaient choisi de mourir selon leurs propres termes pour défendre leurs frères, les Bolters rugissant la mort et les griffes déchirant l’ennemi. Ils tinrent bon pendant près de quinze minutes contre tout ce que l’ennemi pouvait rassembler, jusqu’à ce qu’un Titan de la Legio Ulricon, le Prince Vengeur, les anéantisse d’une simple rafale de son Canon Turbo-Laser.

Pourtant, dans la mort, la Raven Guard avait assuré la vie de la cause loyaliste, car sa vaillante arrière-garde avait permis à des milliers de soldats des Imperial Fists et de l’Armée Impériale d’atteindre le Praesidium Arx, dont les murs moins solides et les puissants canons offraient un dernier abri. A l’intérieur, Garrius s’en prenait impuissamment à Vheren, à ses alliés et au destin lui-même, car tous avaient conspiré pour lui ôter sa chance de se racheter aux yeux de Dorn, et il ne lui restait plus qu’à se venger. Ignorant les petits capitaines des Imperial Fists qui cherchaient à rallier ce qui restait de la garnison et à défendre le Praesidium Arx, Garrius lâcha sa dernière arme et rassembla ses fidèles Huscarls à ses côtés.

Le dernier atout de l’arsenal loyaliste était les Cockatrices, les cinq derniers Titans loyalistes de Cthonia. Gardées en réserve après la disparition de la Legio Astraman, les guerriers de la Legio Osedax ne demandaient qu’à venger leurs camarades tombés au combat et, à la demande de Garrius, ils abandonnèrent avec empressement leur position de sentinelles à l’Atlas Terminal. Telle une flèche décochée par un arc, les Titans de la Legio Osedax passèrent à l’action, fonçant sur la horde de Traîtres, piétinant l’infanterie et les machines de guerre de moindre importance pour s’attaquer aux Titans des Traîtres. Bien que le Princeps des Titans des Cockatrices ne se soit guère soucié du sort des autres guerriers loyalistes, leur charge fulgurante a profité aux défenseurs du Praesidium Arx, réduisant l’avancée des Traîtres grâce au chaos et laissant dans leur sillage une traînée de cadavres écrasés et de chars brisés.

Les Titans Cockatrices étaient tous d’anciennes machines de classe Warlord, chacun portant des Gantelets massifs et des Armes Tronçonneuses conçues pour déchiqueter les Titans ennemis, mais ils n’épargnèrent rien de leur fureur aux premiers Titans qui se dressèrent sur leur chemin. Les Titans ennemis de classe Reaver et Warhound furent simplement écartés tandis que la Legio Osedax avançait en phalange serrée, leurs canons montés sur leurs carapaces crachant du feu sur le seul ennemi qu’ils considéraient comme digne de leur colère : l’Imperus Nox. Le vaste Titan Warmaster n’y prêta guère attention, faisant confiance à ses escortes pour décourager de tels assauts insensés, et les Titans de la Legio Magna, Ferro Rex et Crux Mortis, s’avancèrent pour bloquer les Cockatrices. A la tête de la phalange Cockatrice, le Hemlok baissa simplement la tête et chargea, percutant le Crux Mortis et le forçant à s’agenouiller avant d’arracher le poste de commandement dans sa tête et de le jeter de côté tandis que ses escorteurs taillaient le Ferro Rex en pièces dans une mêlée frénétique. N’ayant d’autre choix que d’abandonner son avancée sur le Praesidium Arx, l’Imperus Nox se retourna lentement pour faire face à ses adversaires.

Malgré l’héroïsme de la Legio Osedax, les guerriers de Vheren s’engouffrèrent dans la brèche du mur intérieur, contournant le duel des Titans et assiégeant les dernières cohortes loyalistes dans le Praesidium Arx et l’Atlas Terminal. Vheren avait caché la horde secrète créée par Boros Kurn et les survivants de la garnison d’origine, attendant que ses Titans reviennent sur le terrain pour pouvoir employer une force maximale contre les restes des Imperial Fists. À présent, les défenses des Loyalistes étaient brisées, leurs forces divisées et leurs derniers bastions assiégés. Pour Vheren, la victoire semblait enfin acquise, et il laissa le commandement de l’attaque finale sur le Praesidium Arx à l’Archimagos Draykavac, car le sinistre Magos souhaitait passer au crible les Cogitateurs de commandement logés en son cœur, tandis qu’il emmenait sa suite à la Porte du Traître. Il avait l’intention de s’élever jusqu’à la voûte céleste au sommet de la Cité-Ruche, de reprendre le trône où s’était assis autrefois Horus lui-même, puis d’assister à la mort définitive de ses ennemis depuis les hauteurs.[64]

Partie VIII : Eskaton

« Je ne suis ni un boucher, ni un tueur sans scrupules, mais plutôt un cultivateur d’empires. Je ne prends pas plaisir à l’acte, mais pour que le jardin s’épanouisse, il faut arracher les mauvaises herbes à la racine. »
-Marduk Sedras, Eskaton de la Dreadwing, Seigneur du Vingt-Troisième Ordre des Dark Angels

015014.M31

Alors que Vheren menait les Sons of Horus à la Porte du Traître, ses guerriers étaient accueillis à chaque cloison et à chaque intersection par des tirs de fusil et des lames énergétiques. Les Imperial Fists se battaient jusqu’au bout pour défendre le monde que Dorn leur avait confié, chaque moment qui passait apportant de nouvelles informations sur la victoire imminente des Traîtres. La muraille intérieure était en ruines, seules quelques unités impériales parmi les plus tenaces tenaient encore bon dans des chambres fortifiées enfouies dans les murs, le Praesidium Arx était encerclé de toutes parts et l’Atlas Terminal avait été infiltré par l’Alpha Legion et était le théâtre d’âpres combats. Sur toute la planète Cthonia, les Sons of Horus exultaient de la victoire qu’ils avaient remportée pour le Maître de Guerre, une offrande qu’ils déposeraient à ses pieds une fois que sa propre victoire à Terra serait annoncée.

Pourtant, aux confins du système, dans le vide obscur, loin des derniers soubresauts de la bataille pour Cthonia, l’espace commença à se tordre et à se déchirer. Ces signes d’une translation Warp en cours furent rapidement détectés par les vaisseaux de remorquage des Traîtres, et la Flotte au-dessus de Cthonia, dont les capitaines répugnaient à abandonner la supervision de la victoire qui se déroulait en bas, tourna son regard vers l’extérieur, de peur qu’une flotte impériale vengeresse ne soit dégorgée pour ruiner ce que la bravoure des guerriers de la surface avait permis de réaliser. Cependant, ce ne serait pas une flotte de vaisseaux de guerre à la coque ambrée qui pénétrerait dans le système, mais un seul Croiseur Léger, dont les réacteurs s’épuisaient alors qu’il sortait de l’Empyrée et pénétrait dans le système à un rythme effréné, sans aucune tentative de subterfuge. C’était le Lame de Minuit, le vaisseau de la Raven Guard qui avait fui Cthonia des mois auparavant lorsque l’invasion des Traîtres avait commencé, et seul, il ne représentait aucune menace pour la flotte des Traîtres ou pour la victoire qui était presque totale sur la planète en dessous.

Le Croiseur loyaliste poursuivit sa route, ses sabords fermés et ses réacteurs allumés, se dirigeant droit vers Cthonia et ignorant l’escadron de vaisseaux Traîtres qui s’élevait pour le défier. Toute sa puissance était consacrée aux flammes actinique de ses moteurs et à un seul message vox, diffusé en boucle et à fond au Praesidium Arx : « La mort arrive et rien ne peut arrêter sa main. Fuyez tant que vous le pouvez. »

Une deuxième vague de distorsion Warp commença à se former aux abords du système, la première dégorgeant la macro-barge de classe Fortuna malmenée, la Pointe-Warp, qui, comme son homologue plus petit, accéléra dans le système à vitesse maximale, moins une charge vers la bataille qu’une fuite désespérée pour échapper à un ennemi inconnu. Un sentiment d’inquiétude s’empara des capitaines Traîtres, et leur Flotte s’éleva en masse vers les stations de combat en orbite haute de Cthonia, ignorant la Lame de Minuit et la Pointe-Warp alors qu’ils se tournaient pour fuir vers le cœur du système, et en attendant ce qui allait émerger du Warp.

Puis, traversant la réalité avec une facilité qui surpassait celle des réacteurs Warp ordinaires, arriva une sinistre Flotte d’anciens vaisseaux, dont les coques étaient d’un noir absolu et ne portaient aucune marque. Chacun d’entre eux était une relique des temps anciens, des vaisseaux forgés dans les années précédant la chute de l’humanité et d’une puissance inégalée par les vaisseaux créés à des époques plus récentes, de vastes Cuirassés hérissés de canons et des Croiseurs élégants dont la vitesse surpassait celle de n’importe quel autre vaisseau. C’était une flotte qu’aucune des Legiones Astartes ne pouvait confondre, même si elle ne portait pas de bannière et ne diffusait pas de code d’identification, une Flotte qui faisait trembler les étoiles par sa puissance. C’était la Première Légion, les Dark Angels. C’était la mort.[65]

Les Récompenses de la Corruption

« Des vestiges de la Cinquième Confrérie des Thousand Sons cherchent à mettre un terme au rituel entamé par les Word Bearers au plus profond des cavernes du monde souterrain de Cthonia. Un réseau de nexus Warp, construit par les Apostats Noirs de la XVIIe Légion, menace de donner vie à une nouvelle Tempête de la Ruine. Seule la puissance psychique des Loyalistes de la XVe Légion a une chance de les arrêter. »

Alors que la bataille se déroulait dans les cieux au-dessus de Cthonia et sur sa surface ensanglantée, elle faisait également rage au cœur même de la cité. Au plus profond des tunnels les plus anciens, ceux creusés par les explorateurs qui avaient colonisé Cthonia pour la première fois, sous le repaire du Tyran et la forteresse de Boros Kurn, se trouvait le dernier sceau de sang. Créé par le Préteur Mordakar des Word Bearers, il servait à canaliser le sang et la mort de l’assaut de Vheren, les concentrant en un sombre miasme d’énergie psychique si puissant qu’il rongeait le tissu de la réalité, un chancre qui s’était manifesté au centre de ce monde qui avait façonné Horus, comme une grande tumeur maligne de pierre veinée de sang. Chaque mort dans la bataille qui faisait rage alimentait le miasme, et comme Erebus le lui avait demandé, Mordakar cherchait à libérer ce qu’il avait récolté avec tant de diligence.

Malgré tous ses efforts, Mordakar ne fut pas épargné, car alors que lui et ses acolytes se rassemblaient pour entamer le rituel final, l’entrée de la chambre fut traversée par des éclairs et une vague de flammes brûlantes. Traversant les Démons et les Space Marines Possédés qui gardaient la chambre, les Thousand Sons et ceux qui avaient survécu à la longue bataille qui les avait menés jusqu’ici se frayèrent un chemin. La sorcellerie et le diabolisme s’affrontèrent tandis que les guerriers des Thousand Sons et des Word Bearers s’affrontaient, la caverne primordiale et sans lumière étant éclairée par le souffle des lances psychiques et des Bolter dans une lutte pour décider du sort de Cthonia.

Les rangs des Word Bearers avaient été réduits par les sacrifices que Mordakar avait exigés d’eux dans la lutte pour le contrôle de Cthonia, mais ceux qui restaient se battaient sans se soucier de leur survie. Ils déchaînèrent des pouvoirs qu’ils comprenaient à peine, des pouvoirs avec lesquels les Thousand Sons eux-mêmes n’osaient pas jouer, et laissèrent le voile de la réalité en lambeaux. Les guerriers des deux camps furent vaincus, les Word Bearers se délectant des terribles changements apportés à leur chair, tandis que les Thousand Sons abhorraient la malédiction du Changement de la Chair et la folie qu’elle entraînait. Les anciens sages des Thousand Sons en Armures Terminator se tordaient de douleur et hurlaient tandis que les Dreadnoughts des Word Bearers, composé de plus de chair que d’acier, labouraient les rangs de leurs amis comme de leurs ennemis en se réjouissant du carnage. C’était un champ de bataille tiré des pires enfers de la légende, où les éclairs et les flammes révélaient une masse de formes en lutte dont l’humanité s’évanouissait à chaque instant.

Sul Kontep maniait sa Lance de Force avec une habileté consommée, utilisant chaque once de sa volonté pour tenir la puissance du Warp à distance, mais pour chaque ennemi qu’il tuait, les Word Bearers conjuraient plus de créatures démoniaques pour remplir leurs rangs. Pire encore était la douleur d’utiliser sa lance contre ceux de ses propres frères qui avaient succombé au changement de la chair, même si cette pitié brutale était nécessaire, car cela signifiait que le nombre de ses propres guerriers diminuait alors que l’ennemi ne faisait que se renforcer. Une telle bataille était vouée à l’échec, et Sul Kontep n’avait pas l’intention d’échouer à l’épreuve finale de la loyauté de ses guerriers. Sur son ordre tacite, un groupe d’Automates, des marionnettes psychiques, s’élança vers l’avant, frappant les Word Bearers et dégageant l’espace autour de leur maître. Profitant d’un bref instant, Sul Kontep enveloppa sa lance d’une flamme Æthérique et la lança de toutes ses forces.

Sa cible n’était pas le Préteur Mordakar, qui dirigeait l’assaut des Démons et des Space Marines corrompus, mais la tumeur de pierre suspendue dans les voûtes du grand plafond de la caverne. Aucun projectile normal n’aurait pu endommager un tel artefact, mais imprégnée de la puissance d’un des derniers magisters des Thousand Sons, la lance de Sul Kontep l’éclata comme un fruit pourri et, avec elle, les derniers vestiges de la réalité furent déchirés. Mordakar et de nombreux Word Bearers furent consumés par la puissance débordante, leur chair se convulsant violemment et ne laissant derrière elle que des créatures sans esprit dont la seule envie restante était la faim, et une nouvelle vague ininterrompue de Démons, incontrôlée et exultante, explosa dans le monde souterrain.[66]

Un Miroir Sombre

Pendant les quelques instants qui suivirent la rupture du sceau de sang, de nombreux combattants de Cthonia eurent des visions et des hallucinations. Beaucoup ne rapportèrent qu’un vague mais écrasant sentiment d’effroi, tandis que d’autres furent témoins de visions détaillées de l’Empereur et d’Horus enfermés dans un combat mortel, chacun blessé et prêt à remporter la victoire. Seules quelques personnes assisteraient à la fin de cette vision, et celles qui l’ont fait possédaient toutes une certaine sensibilité au flux et au reflux du Warp. Ces quelques personnes allaient être témoins d’un avenir terrible où Horus terrasserait son père, une vision si puissante que certains parmi les rangs loyalistes furent pris de désespoir à sa vue, et pourtant c’était la vision d’un avenir qui ne se réaliserait jamais. On ne saura jamais s’il s’agissait de l’avenir qu’Erebus et Mordakar avaient cherché à créer avec le sang et les vies récoltés sur Cthonia, car les événements qui suivirent allaient effacer toute trace du rituel.[67]

L’Ultimatum Final

Le chaos qui régnait en bas n’avait d’égal que celui qui régnait dans les cieux : les vaisseaux du vingt-troisième ordre des Dark Angels s’attaquaient à la Flotte des Sons of Horus. Tirant à des distances que les petits vaisseaux des Vrais Fils ne pouvaient égaler, les Dark Angels mirent en pièces les vaisseaux des Traîtres à l’aide de faisceaux de neutrons et de macro-obus, puis s’enfoncèrent dans leur formation brisée. Le Tombeau d’Or et les Croiseurs Lourds des Sons of Horus tinrent bon, mais trois Cuirassés anonymes à coque noire de la Première Légion les mirent en pièces en quelques minutes, la carcasse du Tombeau d’Or s’éloignant de la bataille avec un seul propulseur allumé tandis que ses frères se battaient pour protéger sa retraite. L’action qui laissa la flotte des Sons of Horus en ruines ne pouvait être qualifiée de bataille, c’était un massacre, tant la puissance des anciens vaisseaux des Dark Angels était grande.

Les restes brisés de la flotte des Sons of Horus se dispersèrent dans le système intérieur, pour rencontrer les vaisseaux vengeurs des Imperial Fists et de la Marine Impériale, qui avaient attendu cachés pendant des mois pour exercer leur vengeance. Les derniers vaisseaux de la Flotte des Traîtres et de la flotte des Loyalistes étant maintenant engagés dans de féroces abordages et escarmouches, les Dark Angels possédaient l’orbite de Cthonia, mais ils ne firent aucun geste pour aider les autres vaisseaux loyalistes ou pour soutenir les combats désespérés qui se déroulaient à la surface. Au lieu de cela, le vaisseau de tête, un Cuirassé massif qui ne diffusait aucun code d’identification et portait la marque d’un crâne luisant dans un sablier, diffusa un message simple en clair, suffisamment puissant pour que tous les Vox de Cthonia puissent l’entendre :

« Nous sommes le jugement dernier. Nous ne vous offrons qu’une seule chance : cessez tout conflit et quittez la planète. Si vous vous opposez à nous, vous mourrez, ou si vous fuyez, vous connaîtrez les récompenses de la trahison. Nous sommes la mort des mondes et ceci est l’Eskaton. »

Bien qu’aucun de ceux qui se trouvaient à la surface ne doutât de la détermination des Dark Angels, les combats qui s’y déroulaient ne marquèrent pas de pause, ne serait-ce qu’un instant. Les rangs des guerriers verts de mer continuaient leur assaut contre les défenseurs du Praesidium Arx et de l’Atlas Terminal, tandis qu’Adarus, des Imperial Fists, menait une contre-attaque désespérée sur la Porte du Traître. Les canons continuaient de gronder et les guerriers de mourir, car la haine des deux ost était telle qu’ils s’attaquaient à l’ennemi alors même que la planète brûlait autour d’eux. Depuis son nouveau poste de commandement au sommet de la Porte du Traître, Vheren ordonna qu’aucun Dark Angels ne pose le pied sur le sol sacré de Cthonia, tandis que Garrius demandait furieusement aux guerriers de la Première Légion de débarquer pour soutenir ses troupes restantes.

Fidèles à leur parole, les Dark Angels ignorèrent tous les messages Vox, qu’il s’agisse de demandes d’aide ou de menaces, et lancèrent plusieurs escadrons de canonnières Thunderhawk escortés par des dizaines d’Intercepteurs Xiphon. Des Fire Raptors vert de mer s’élevèrent pour défier les lourds transporteurs, mais ils se retrouvèrent pris entre les Dark Angels et des escadrilles de Primaris-Lightning aux couleurs de la Raven Guard. Alors que les deux forces s’affrontaient dans un combat tournoyant, les vaisseaux vaincus tombant en spirale pour s’écraser dans les terres désolées de Cthonia, les pilotes d’élite de la Raven Guard prirent l’avantage, mais les intercepteurs des Dark Angels à la coque noire ouvrirent le feu sans discernement. La Première Légion balaya loyalistes et traîtres, leurs canons éventrant aussi bien les vaisseaux de la Raven Guard que les Sons of Horus, ne prenant aucun risque quant à l’allégeance de ceux qui se trouvaient sur leur chemin.

Les premiers Dark Angels débarquèrent dans des endroits qui n’avaient guère de sens pour les combattants, un détachement de guerriers vêtus de noir prenant d’assaut le campement nomade des Mâchoires du Serpent, à des centaines de kilomètres des lignes de front de la guerre pour Cthonia. Ces premières cibles tombèrent facilement aux mains des guerriers de la Première Légion, mais ils se déplacèrent ensuite pour prendre la zone d’atterrissage des Traîtres, où les convoyeurs échoués formaient une vaste forteresse et une compagnie de réserve des Sons of Horus renforcée par les blessés des batailles précédentes. Les vrais Fils avaient déjà combattu leurs frères des Legiones Astartes et se croyaient préparés, mais la Première Légion était une force d’une brutalité singulière et d’une concentration terrible.

Les guerriers en armure noire, portant la marque du sablier de la Dreadwing, ne tentèrent pas de prendre d’assaut les fortifications improvisées ou de se battre à travers les canyons étroits entre les imposants convoyeurs. Au lieu de cela, ils ont lancé une salve d’obus chargés de Phosphex à l’aide de mortiers d’artillerie modifiés, transformant les vastes convoyeurs qui abritaient les défenseurs en bûchers funéraires. Les flammes chimiques brûlantes rongeaient le Plastacier et la Céramite, comme si elles cherchaient les guerriers qui s’y trouvaient, et ceux qui tentaient de fuir le feu rampant étaient abattus par les Dark Angels. Plutôt que de se terrer dans les atterrisseurs en flammes, les Sons of Horus et les Chasseurs de têtes Cthoniens qui avaient survécu, dont beaucoup étaient gravement blessés, lancèrent une dernière attaque futile face aux canons de la Dreadwing. Ils s’élancèrent, la bannière de Cthonia brandie, mais leur bravoure ne leur permit pas de se défendre contre les armes à plasma de la Première Légion. La bataille qui suivit fut brève, et aucun survivant ne put témoigner de la bravoure des Cthoniens, car les légionnaires de la Dreadwing tuèrent toutes les âmes qu’ils trouvèrent, des soldats blessés à l’équipage des navettes.[68]

Une Marée de Folie

L’Antre du Tyran[69]

Bien que les Thousand Sons aient brisé le rituel que Mordakar avait cherché à mettre en œuvre, ils avaient libéré une marée ininterrompue de Démons qui déferlaient à travers les passages des profondeurs du monde souterrain. Avec leurs pouvoirs amplifiés par la puissance Æthérique qui imprégnait désormais le monde souterrain, Sul Kontep et les derniers de ses guerriers se libérèrent et cherchèrent un moyen de remonter à la surface, tout comme la horde démoniaque. La forteresse souterraine de l’Antre du Tyran fut la première à subir leur colère, la petite garnison de Sons of Horus qui s’y trouvait encore étant submergée par le nombre de leurs ennemis démoniaques. Les Space Marines épuisèrent leurs Bolters, coupèrent et taillèrent jusqu’à ce que leurs lames se brisent, mais des Démons informes rampaient toujours sur les morts pour les traîner à terre. Une fois que l’antre du Tyran ne fut plus qu’un charnier de morts et de possédés, la nuée de Démons déchaînés se tourna vers la surface, massacrant et consumant tout ce qu’elle rencontrait.

Alors que les Sons of Horus luttaient pour conserver leur zone d’atterrissage, les Dark Angels se lancèrent à l’assaut de l’Atlas Terminal, mais les Thunderhawks noirs se retrouvèrent au cœur d’une bataille de géants. L’immense Imperus Nox était toujours engagé dans une bataille d’attrition avec les Cockatrices, et ses batteries auxiliaires arrachèrent un Thunderhawk du ciel, des corps noirs en armure s’échappant de sa soute. Sans se soucier des dégâts catastrophiques causés à Cthonia, aux fortifications voisines et aux milliers de guerriers, loyaux ou traîtres, qui se battaient aux pieds du Titan, un Cuirassé en orbite lâcha une salve de son Macrocanon et enveloppa le Titan de fumée et de flammes. Les ondes de choc de l’impact du bombardement furent ressenties jusqu’à la Porte du Traître et la poussière soulevée mit des heures à se dissiper, mais lorsqu’elle le fit, elle ne révéla que des débris. De l’Imperus Nox, il ne restait plus qu’une jambe, toujours debout au milieu des nuages de poussière et désormais forteresse pour les survivants de l’infanterie qui s’étaient battus parmi les cadavres des Titans, et les braves Cockatrices n’étaient guère plus qu’inidentifiables.

Furieux de voir ses derniers Titans abattus, Garrius ordonna que les canons du Praesidium Arx soient braqués sur les vaisseaux en orbite, car si la Première Légion n’était pas son alliée, elle n’était rien d’autre qu’un obstacle à la victoire qu’il exigeait de ses guerriers. Trois des canons ouvrirent le feu dans un grondement de tonnerre qui submergea la fureur de la bataille qui enveloppait le Praesidium Arx, tandis que le quatrième canon puissant restait silencieux, son équipage tué et le bastion tombé aux mains de l’ennemi. La salve de projectiles massifs s’élança dans les cieux pour frapper le Cuirassé noir qui menait la flotte des Dark Angels, chacun des obus étant assez puissant pour paralyser un Titan et anéantir des colonnes d’infanterie avec une facilité déconcertante.

L’impact a marqué le ciel de feu en détruisant les boucliers du Dreadnought, mais n’a laissé aucune trace sur son antique blindage. Le vaisseau amiral des Dark Angels ne daigna même pas riposter à l’attaque, se contentant d’attendre que la volée de Thunderhawk en contrebas s’abatte sur les Imperial Fists, comme s’il considérait que ce dernier ne représentait pas une menace. Les transports à la coque d’ébène portaient les épées croisées de la Deathwing et, plutôt que d’atterrir à l’extérieur des murs de l’Atlas et de l’assiéger comme les Traîtres cherchaient à le faire, ils balayèrent les remparts, les tourelles d’artillerie lâchant une tempête de Bolts qui firent reculer les défenseurs, avant de descendre pour se placer en vol stationnaire au bord des murs, dégorgeant sur les parapets une foule de Terminators portant les grandes épées préférées des chevaliers Calibanites. Des champs énergétiques s’allumèrent le long des lames tandis que les guerriers de la Deathwing abattaient tous ceux qu’ils trouvaient sur les murs, sans se soucier de savoir si leur armure était verte ou jaune, se battant avec une dévotion sans faille qui était effrayante à regarder.

En peu de temps, les Dark Angels s’emparèrent du centre de commandement de l’Atlas Terminal, massacrant les Sons of Horus et les Automates de Cyclothrathe qu’ils rencontraient et forçant les Imperial Fists à battre en retraite, ne les tuant que là où ils devaient le faire. Ce fut la première des cinq expéditions des Dark Angels lancées depuis l’orbite à atteindre son objectif, capitalisant sur les combats entre les Sons of Horus et les Imperial Fists pour percer les défenses qui avaient résisté à des mois de combat. Une fois le bastion central sécurisé, les Paladins de la Deathwing ont laissé les murs aux autres forces pour qu’elles s’y affrontent, en installant une série de puissantes Balises de Téléportation à l’intérieur du bastion. Une poussée de puissance et un éclair aveuglant marquèrent l’arrivée de l’étape finale de leurs plans, des Techmarines portant l’insigne de la Deathwing et d’anciens appareils entourés de protections, ainsi qu’une seule figure en Armure Terminator ornée - Marduk Sedras, Seigneur du Vingt-Troisième Ordre et Eskaton de la Deathwing.

Assez âgé pour se souvenir du premier voyage de l’Empereur sur Cthonia, près de deux cents ans auparavant, Sedras regardait à nouveau le monde d’un air indifférent. Pour lui, ce n’était qu’un obstacle de plus que son Seigneur lui avait ordonné d’éliminer, et il s’arrêta pour ramasser sur les fortifications brisées de l’Atlas terminal un éclat qui serait plus tard ajouté à sa lame toujours plus grande. Il était descendu de l’orbite pour se tenir une fois de plus sur ce monde avant d’ordonner sa mort, mais il n’aurait guère l’occasion de réfléchir à son destin, car tandis que les Dark Angels se préparaient, Cthonia allait lâcher sa propre malédiction. Des profondeurs du sol, qu’ils surgissent des grandes portes de l’Atlas Terminal et de la Porte du Traître ou qu’ils rampent à partir des innombrables passages souterrains que l’on trouve partout sur Cthonia, sortit la horde des Démons, leurs griffes avides de sang, indifférentes à l’allégeance de leurs proies.

Marduk Sedras dégaina son immense lame dentelée et les Paladins de la Deathwing et de l’Ordre du Sceptre Fracassé resserrèrent les rangs. Aucun ennemi ne serait autorisé à contrecarrer la colère du Lion, aucune puissance ne pourrait changer le destin de Cthonia - ce serait le dernier souffle amer de l’histoire de Cthonia, son dernier testament écrit dans le sang de tous ceux qui avaient osé s’y aventurer.[70]

L’Agonie de Cthonia.

Partie IX: Mondes Morts et Rêves Brisés

« Il y a peu de tragédies qui égalent le spectacle d’une bataille perdue, et parmi celles-ci, la plus commune est une bataille gagnée, car les récompenses de la victoire en valent rarement le prix. »
-Commandante de la Vigie, Ambriel Malineux.

016014.M31

Sur toute la planète Cthonia, la bataille fait rage. Il n’y a pas un coin de cette planète abandonnée qui ne connaisse la terreur et la mort. Peu importe que l’on porte les armes ou que l’on ait prêté serment à l’Empereur ou au Maître de Guerre, tout ce qui vivait sur ou sous les terres désolées luttait pour sa vie alors que ce qui avait été une bataille, avec des armées et des bannières, se transformait en massacre. Les plaines qui s’étendaient entre la Porte du Traître et le Praesidium Arx n’étaient plus qu’une mer agitée de corps blindés, de bataillons qui attaquaient et reculaient comme des vagues, les vestiges de Titans et de chars blindés étant autant d’îles dont les rives étaient jonchées de morts et de mourants. Dans les braises de cette bataille, l’irruption des Démons du monde souterrain fut comme une étincelle, allumant une nouvelle fureur parmi les guerriers épuisés.

Le chef Ryaeve et les fils de Cthonia, Space Marine Inductii et Auxilia confondus, avaient presque percé les défenses du Praesidium Arx, leurs haches trempées dans le sang des Imperial Fists, lorsque le nouvel ennemi stoppa net leur progression. Les cohortes de Veletaris Cthoniens, en tête de l’avancée, éventrèrent les portes de sortie des bastions extérieurs, s’attendant à affronter des Bolters et des Inductii à l’armure jaune à l’intérieur, mais au lieu de cela, ils furent accueillis par une vague de griffes déchiquetées et de crocs affamés. Les Escouades Nettoyeuses arrivaient pour ne trouver que des cadavres, sur lesquels se régalaient des créatures maigres et dentues, et alors qu’elles cherchaient à venger leurs victimes, elles furent attaquées par les Imperial Fists qui contre-attaquaient les bastions extérieurs déchus. De vicieuses batailles à trois éclatèrent sur les lignes de front, et dans de nombreux cas, les Inductii des deux camps se sont retrouvés dans une alliance de courte durée contre les hordes monstrueuses qui ont surgi des enfers.

Dans les salles centrales du Praesidium Arx, la situation n’était pas meilleure, les réserves des Imperial Fists étant désormais obligées de chasser et de détruire les Démons qui s’infiltraient dans la base par les puits et les cages d’escalier. Avec les Sons of Horus qui ouvraient des brèches dans les murs, les Dreadnoughts Léviathans verts de mer qui ouvraient les portes et détruisaient les murs, les défenseurs étaient attaqués de l’extérieur et de l’intérieur, et il leur était difficile de tenir. De nombreuses unités des Imperial Fists furent isolées, coincées entre les Sons of Horus et les Démons, tandis que d’autres furent envahies sans même avoir eu la possibilité de demander de l’aide par Vox, leur destin n’étant jamais connu de leurs frères. La physiologie inhumaine des créatures émergeant des profondeurs leur permettait de percer les moindres ouvertures de la surface, tandis que les Sons of Horus, leurs Chasseurs de Têtes et leurs Automates Cthoniens étaient suffisamment nombreux pour submerger les défenseurs.

Le Praesidium Arx était passé d’une forteresse sûre à un champ de bataille chaotique, sans que personne ne sache exactement qui tenait chacun de ses bastions éloignés, et les passages et tunnels blindés qui les reliaient s’étaient transformés en abattoirs. Il ne pouvait y avoir de vainqueur dans un affrontement aussi âpre, les combats ne servant qu’à affaiblir davantage les Osts loyalistes et traîtres, et le Seigneur Castellan Garrius n’avait pas l’intention de terminer sa bataille par une lente défaite, lié au Praesidium Arx uniquement par la fierté. Au lieu de cela, il rassembla ses Huscarls d’élite et tous les autres guerriers qui répondaient encore à leur Vox, et leur demanda de se frayer un chemin jusqu’aux portes sud. Là, il prit les guerriers qui avaient répondu à son appel et monta une dernière charge vers les flèches de la Porte du Traître, perçant les lignes de front désorganisées sans se soucier de la forteresse qu’il avait abandonnée ou des guerriers qui s’y battaient encore.[71]

Au Milieu des Ruines de la Victoire

La Porte du Traître elle-même était désormais aux mains des Sons of Horus, mais la vaste porte secondaire en son centre avait été brisée lors de l’assaut initial qui avait permis aux Traîtres de percer ses défenses, et les créatures tordues et difformes lâchées par les Word Bearers se déversaient à présent à travers elle. La porte principale, à nouveau défendue par les Sons of Horus, avait été pratiquement détruite par les canons des Vindicators du Capitaine-Consul Adarus, et tandis que Garrius amenait les derniers soldats de la garnison à son secours, les Imperial Fists écrasaient les défenseurs assiégés. Pour la deuxième fois, Garrius commandait un assaut contre l’ancienne Cité-Ruche, dont la structure se déformait sous les tirs de ceux qui se battaient à l’intérieur et à l’extérieur.

La Porte du Traître était partiellement en décrépitude depuis des siècles et avait résisté à d’innombrables guerres, mais aujourd’hui, alors que les Imperial Fists frappaient ses murs et que les brutes démoniaques déchiraient ses racines, l’ancienne structure commençait à s’effondrer. Sur ses flèches déchiquetées, les derniers Rangers des Imperial Fists lançaient des attaques contre l’élite des Sons of Horus, un jeu mortel du chat et de la souris au milieu de tours dont les systèmes fonctionnaient à peine. Dans les voûtes inférieures, les dangers étaient encore plus grands, car les anciens générateurs qui alimentaient la Ruche étaient sur le point de tomber en panne. Les portes principales étant tombées et les guerriers loyalistes se battant dans les réseaux de passages menant vers le haut, de nombreux Sons of Horus et Chasseurs de Têtes Cthoniens auxiliaires étaient piégés en bas, utilisant les voûtes scellées des générateurs comme des forteresses de fortune. Ces guerriers assiégés n’avaient que peu d’espoir d’être secourus ou de survivre, car des créatures cauchemardesques aux dents et aux griffes se jetaient sur leurs canons d’un côté, et des Imperial Fists Cataphractii armés de Poings Tronçonneurs se frayaient un chemin à travers les cloisons de l’autre côté. Les munitions s’épuisant, ils durent choisir entre une mort silencieuse et futile au combat ou un ultime geste de défi.

Alors que les cloisons tombaient sous les coups de boutoir des Loyalistes, les Sons of Horus chargèrent dans un dernier rugissement furieux, consumant leurs vies pour gagner quelques minutes de plus pour leurs frères. Les Bolters à sec, ils coupaient et tranchaient avec acharnement, libérés de tout devoir sauf celui d’apporter la mort à l’ennemi, tandis qu’un Seigneur de la Forge en armure vert de mer exerçait la dernière vengeance de ces guerriers pris au piège. Dans un élan soudain et aveuglant, les Sons of Horus firent exploser l’un des générateurs de réserve, remplissant les voûtes inférieures du feu atomique et creusant un trou de plusieurs kilomètres de large dans le flanc de la Porte du Traître, embrasant les flèches.[72]

La Colère du Lion

Une Lame d’Argent Lunaire[73]

Séparé de Garrius et de ses guerriers, le Capitaine Adarus luttait pour contenir la marée de Démons qui menaçait de submerger les forces de Garrius. Les quelques Inductii à l’armure jaune qui se tenaient à ses côtés se battaient sans aucune crainte, car la guerre et la mort étaient tout ce qu’ils avaient connu, mais un par un, ils furent abattus et massacrés par la horde qui ne cessait de déferler. Alors que la Ruche tremblait sous l’effet d’une catastrophe inconnue, Adarus capta des signaux sur une ligne Vox qu’il connaissait bien pour l’avoir entendue à l’époque de la Grande Croisade, des bavardages sur les canaux des Luna Wolves, des Space Marines appelant à l’aide. Alors que la Ruche s’effondrait autour de lui, Adarus laissa libre cours à la haine qui avait consumé tant de ses frères et mena les derniers Inductii dans une dernière charge.

Encerclé et presque submergé, le Chef Ryaeve pensait que la bataille était terminée, car pour chaque Démon qu’il abattait, trois autres surgissaient pour prendre sa place. C’est alors que de nouveaux guerriers se joignirent au combat, les chants de Cthonia sur les lèvres, le sang et les tripes masquant leur héraldique. Ces nouveaux guerriers ouvrirent la voie à Ryaeve, mais à un prix élevé. Leur chef fut mortellement blessé au cours de l’assaut, et Ryaeve rencontra une fois de plus Adarus, l’Imperial Fists rendant son dernier soupir au milieu des corps de ses ennemis. On ne saura jamais quels mots ont été échangés entre eux, mais lorsque Ryaeve est retourné au combat, il portait une épée longue d’Argent Lunaire et a laissé le corps d’Adarus intact et indemne, en l’honneur de son sacrifice.

L’explosion a déchiré le flanc de la vaste Ruche, projetant des débris sur une centaine de kilomètres des terres désolées Cthonienne, tombant dans la bataille qui faisait toujours rage à l’extérieur. Pour les guerriers qui se battaient encore dans les plaines ou dans les ruines du Praesidium Arx, il n’y avait que la survie ou la vengeance - et nombre d’entre eux choisirent de continuer à se battre et à contrarier l’ennemi plutôt que de chercher à s’enfuir. L’Archimagos Draykavac n’était pas de ceux-là, la haine, la loyauté et l’honneur étaient des poisons qui n’entachaient pas ses synapses augmentées. Il abandonna ses propres guerriers et Automates et ordonna aux Chevaliers de la Maison Atrax de couvrir sa retraite pendant qu’il s’enfuyait. Le Chef Ryaeve, qui avait beaucoup changé depuis son séjour sur Cthonia, ne voyait pas non plus l’honneur d’une mort gâchée. Il rassembla ceux de ses Inductii qui n’avaient pas succombé à la fureur du combat et se fraya un chemin vers la Porte du Traître et les terrains d’atterrissage des Loyalistes qui se trouvaient dans son ombre.

Seuls les Dark Angels restèrent stoïques face à l’anéantissement, gardant les lieux dont ils s’étaient emparés. Au Terminal Atlas, ils scellèrent le bastion central et massacrèrent tous ceux qui s’en approchaient, ignorant les supplications des Auxilia Solar loyalistes ou les demandes des Imperial Fists et n’offrant que la clémence du plasma et du Gantelet Énergétique. Comme si la mort de la Porte du Traître était un signal, les Dark Angels commencèrent à se replier, certains se téléportant directement vers leurs vaisseaux en attente tandis que d’autres montaient à bord de leurs Thunderhawks et se frayaient un chemin jusqu’à l’orbite. Ils n’avaient laissé derrière eux que des Automates, des Castellax en armure noire portant le sigle de la Dreadwing, qui veillaient sur les puits que la Première Légion avait creusés dans les profondeurs du monde souterrain.

Ce sont les Gardiens Noirs, les Automates Gardiens de la Dreadwing, qui tiennent la horde démoniaque à distance à l’aide de flammes et de Griffes Énergétiques, sans se soucier de leur propre survie ou de leurs souffrances, programmés pour ne penser qu’à la sécurité des cercueils scellés au pied des puits. Ils ne se souciaient pas d’allégeance ou de croyance, mais uniquement du devoir gravé dans leur âme de silicium, et à chaque minute de combat, des dizaines d’entre eux étaient détruits, abattus par des Démons, pulvérisés par les canons des Space Marines ou piétinés par les Chevaliers de la Maison Atrax. Pendant tout ce temps, les dernières offrandes des Dark Angels attendaient, dans l’étreinte des profondeurs de Cthonia, un signal venant d’en haut.

Ignorant tout des événements qui se déroulaient sur le champ de bataille, le Seigneur Castellan Garrius et ses guerriers s’étaient frayé un chemin dans les couloirs en flammes de la Porte du Traître, massacrant tous ceux qu’ils rencontraient, qu’il s’agisse de Démons, de Space Marines ou d’ouvriers sous contrat. Réduits à quelques centaines de guerriers, le gros de la garnison ayant disparu dans la fureur de la guerre dans les plaines, ils se frayèrent un chemin à travers les défenseurs dispersés vers la voûte céleste de la Porte du Traître, le pont de commandement qui abritait l’ancien trône d’Horus et où Vheren avait planté son étendard après avoir pris le contrôle de la Porte du Traître. Là, des Huscarls vêtus d’Armures Cataphractii rencontraient les guerriers d’élite des Justaerins, les deux forces oubliant les diktats de la stratégie et offrant une bataille ouverte à l’ennemi, avec leurs commandants en première ligne de la mêlée.

Vheren affronta une fois de plus Garrius en combat singulier, sa Hache Carsorienne contre le Gantelet Énergétique qui était à la fois l’arme et l’insigne de Garrius. La Ruche antique brûlait autour d’eux tandis qu’ils se battaient, leurs guerriers tombant sous les lames de leurs ennemis et les décombres de la cité qui s’effondrait, et les restes de leurs armées s’étendaient loin en dessous d’eux, dans les plaines de Cthonia. C’était l’Hérésie d’Horus personnifiée, une guerre menée avec une haine si amère qu’aucun des deux camps ne voulait céder, même face à l’anéantissement, recherchant la mort et la destruction de l’ennemi plutôt que leur propre survie.[74]

La Mort de l’Espoir

Alors que Vheren et Garrius se disputaient le trône d’Horus, chacun étant persuadé que la mort de son ennemi juré lui permettrait de remporter une victoire au milieu des horreurs de l’Hérésie d’Horus, ce fut la main d’un autre qui décida du sort de Cthonia. De retour sur le vaisseau amiral de sa Flotte, sa lame à motif damassien dégoulinant de sang démonique, Marduk Sedras contempla pour la dernière fois l’image de Cthonia sur l’écran d’Augure du Cuirassé, réfléchissant brièvement au devoir qui lui avait été confié par son propre Primarque. Puis il prit la parole, terminant de manière brutale et laconique tout ce qui avait précédé :

« Mettez fin à tout cela ».

Les charges soigneusement disposées en dessous détonèrent, chacun de ces dispositifs interdits placés sur le manteau terrestre dans un seul but, non pas l’anéantissement total du monde comme une simple punition, mais sa destruction comme une leçon pour tous ceux qui vivaient encore au prix de la trahison. La surface de Cthonia se déforma et se souleva, de grandes failles s’ouvrant dans sa peau et engloutissant des compagnies entières qui se battaient jusqu’à la mort, la planète se déchirant elle-même dans un lent et délibéré armageddon qui ne pouvait être arrêté. Les montagnes s’effondrèrent et furent aspirées dans l’abîme en expansion, et ailleurs, l’effondrement de la croûte terrestre fit surgir de nouveaux pics pour remplacer ceux qu’elle avait engloutis, les habitants de la planète moururent par millions, et pourtant les guerriers continuèrent à se battre et à saigner en s’accrochant à leurs forteresses, alors même qu’elles sombraient dans le néant.

La Porte du Traître se déforma et bascula, comme un immense navire au milieu d’une tempête de pierres tourbillonnantes, et au sommet de sa flèche, Vheren et Garrius se battaient toujours, les mains au niveau de la gorge de l’autre. Les deux chefs de guerre ne songeaient pas à s’échapper, même si les décombres de la Porte du Traître pleuvaient sur eux, et ne pensaient qu’à étouffer la vie de leur rival une fois pour toutes. La Ruche se souleva sur le côté alors qu’un flanc entier de la structure montagneuse s’enfonçait dans la terre en ébullition, et Garrius tituba en arrière, vulnérable pendant un instant. La Hache de Vheren s’élança et le Seigneur Castellan tomba, son armure déchirée et sa chair fendue en lambeaux sanglants, sa carapace noire déchiquetée et un cœur fendu, incapable de faire plus que proférer des menaces incohérentes.

Bien qu’il puisse respirer encore, Garrius était mortellement blessé, son sang repeignant le trône d’Horus et le sol de la chambre, sa vie se mesurant désormais en instants. Vheren, dont la plupart des membres de la suite étaient morts ou mourants, contemplait la ruine de leur foyer et se désespérait : il avait tué son ennemi mais n’avait rien gagné. Il aurait probablement péri lui-même, perdu dans le désespoir et les blessures que Garrius lui avait infligées au sommet de la Porte du Traître, si le Chef Ryaeve, le guerrier Inductii, ne s’était pas frayé un chemin jusqu’à la flèche avec ce qui restait des fils de Cthonia, Space Marines et Auxilia confondus. Ils prirent leur chef de guerre et s’enfuirent de Cthonia, empruntant toutes les navettes et tous les vaisseaux de débarquement qu’ils purent trouver, amarrés au milieu des flèches de la Ruche. Les Dark Angels, préoccupés par leur éloignement de la planète mourante, ne remarquèrent pas qu’ils se dirigeaient vers la Tombe d’Or, toujours tapie, gravement endommagée, à la périphérie du système.

Garrius, abandonné à la mort par les traîtres, traîna péniblement les restes de son corps jusqu’au trône d’Horus, où il passa ses derniers instants à juger le domaine que Dorn lui avait confié pour qu’il le protège alors qu’il s’effondrait et mourait. Autour de lui, la Porte du Traître était déchirée par les derniers soubresauts de Cthonia, les flammes consumant la voûte céleste tandis que le Seigneur-Castellan se tenait assis, stoïque, face à son destin. Pourtant, il ne devait pas périr ce jour-là, car la voûte céleste fut éclairée par une brève éruption de lumière Æthérique tandis que Sul Kontep et les plus puissants de ses officiers déchiraient la réalité pour atteindre le dernier Seigneur de Cthonia, utilisant le pouvoir libéré par le rituel des Word Bearers pour renforcer leurs pouvoirs psychiques. Grâce à ces pouvoirs, leurs ésotéristes les ont amenés au sommet de la Porte du Traître et leurs biomanciens ont placé Garrius en état d’animation suspendu alors qu’il était au seuil de la mort, risquant leurs âmes mêmes pour rembourser la dette de loyauté qu’ils avaient contractée envers la cause loyaliste. Sul Kontep lui-même libéra toute la puissance de son entraînement Pyrae pour maîtriser le brasier qui faisait rage autour d’eux, se sacrifiant à la faim et à la fureur des flammes pour que ses guerriers puissent rassembler Garrius et les derniers survivants et ouvrir une nouvelle brèche dans la réalité, les transportant jusqu’aux dernières navettes impériales qui fuyaient le monde à l’agonie.[75]

Un Avenir Cauchemardesque

Cthonia était morte, il ne restait plus que la coquille brisée d’une planète, ses os brisés formant un vaste champ de débris qui enveloppait son cadavre et frappait les derniers vaisseaux qui fuyaient sa disparition. Des milliards de soldats et de civils étaient morts, en guise d’avertissement à tous ceux qui survivraient à l’Hérésie d’Horus : tel était le sort réservé aux traîtres. Des grandes armées qui s’étaient battues pour la revendiquer, seuls quelques milliers de survivants échapperaient à la mort de Cthonia, fuyant à bord de navettes, d’engins de débarquement et de vaisseaux d’assaut à la recherche de vaisseaux amis pour les éloigner de la destruction. Le chaos en orbite était tel, les débris planétaires percutant les boucliers des Cuirassés des Dark Angels et le champ magnétique de la planète s’effondrant, que de nombreux petits vaisseaux échappèrent à la lente disparition de Cthonia. Leur devoir accompli, les Dark Angels ne s’attardèrent pas et ne firent aucun effort pour rechercher les survivants, loyalistes ou traîtres, et quittèrent le système pour chercher la prochaine cible de la colère du Lion. Les vaisseaux qui restaient aux Sons of Horus et aux Imperial Fists ne firent aucun geste pour poursuivre le combat, car la nouvelle en provenance de Terra finit par percer le Warp : Horus était mort et l’Hérésie d’Horus prenait fin.

À la suite de cette funeste nouvelle, Vheren emmena ses Vrai Fils à la recherche des restes des Sons of Horus, qui avaient fui l’attaque ratée sur Terra en emportant le corps du Maître de Guerre vers l’exil. Cthonia et son Primarque ayant été tués, il ne restait plus aux Sons of Horus que les préceptes de Cthonia pour rappeler leur héritage de guerriers de la Grande Croisade, les anciennes coutumes qui n’étaient plus préservées que dans la mémoire des plus anciens vétérans. Vheren craignait que sans ce dernier vestige d’honneur, ses frères ne tombent dans le massacre sans but et ne deviennent que des bandes de pirates et de ravageurs, un fléau pour la galaxie qu’ils avaient cherché à gouverner. Bien que peu de documents témoignent de leur sort final, Vheren, Ryaeve et les autres survivants auront le douteux honneur d’être les derniers Sons of Horus à avoir posé le pied sur Cthonia.

Garrius souffrira longtemps des blessures que lui a infligées Vheren et qui n’ont été soignées que par les efforts combinés des Magos du Mechanicum et des Biomanciens des Thousand Sons, ne laissant de lui qu’un hideux amalgame d’Augmentiques et de chair grossièrement remodelée. Il rumina longtemps sa défaite et refusa de retourner les mains vides sur Terra, où les Loyalistes avaient remporté une victoire telle que personne ne l’oublierait jamais. Au lieu de cela, il emmena ses guerriers dans le Warp pour chasser les traîtres en fuite, à la recherche d’un nouveau champ de bataille et d’un trophée plus grandiose qu’il pourrait déposer aux pieds de Dorn à la place de Cthonia. Pendant des années après la mort de Cthonia et la fin de la bataille pour Terra, des rapports faisant état d’une Flotte rebelle portant le sigle des Imperial Fists arrivèrent sur Terra, de la dernière bataille cataclysmique pour Colchis à la Destruction de Xana II, ils passèrent d’une tragédie à l’autre. Les quelques loyalistes qui combattirent à leurs côtés remarquèrent souvent que, bien que tous les guerriers qui suivirent Garrius portaient l’héraldique jaune des Imperial Fists, ils ne ressemblaient à aucun autre membre de cette légion - les chants des mondes perdus Cthonia et Prospero étaient entendus alors qu’ils marchaient vers la guerre.

Le Siège de Cthonia était terminé, oublié par une galaxie qui avait vu passer des dieux et des géants, un âge défini par la Bataille pour Terra, mais dont la tragédie se manifestait le plus clairement dans les vestiges brisés de Cthonia. Là, d’innombrables guerriers s’étaient battus âprement pour poursuivre une guerre déjà terminée, et un monde avait été rasé pour punir un Primarque déjà mort, car aucune force ne pouvait revendiquer la victoire de la mort de Cthonia. C’était un hommage à la haine débridée et rampante qui avait englouti la galaxie et menaçait de la déchirer, une bataille dont le seul résultat avait été la ruine, dont le seul héritage était les os brisés d’une planète froidement morte. Pourtant, ce n’était pas la fin de la guerre d’Horus, mais seulement son début.

L’Hérésie d’Horus était terminée, et un sombre avenir de guerre éternelle attendait la galaxie.[76]

L’Ost Loyaliste

« Je n’offre pas de répit et je n’en attends pas. Nous construirons une forteresse de cadavres sur laquelle nous ne reculerons pas. Si nos armes sont épuisées, je vous tuerai avec ma lame et ma fureur. Et si mes forces s’épuisent et que ma vie est mise à mal, je vous noierai de mon sang, et personne ne pleurera de telles créatures abominables. »
-Transmission Vox rescapée de la Bataille de l’Aube Portuaire, attribuée à Clytus Dayrar, Capitaine de la Légion Imperial Fists.

Une Fraternité Brisée

Le Maître de Guerre avait bien préparé sa trahison et, alors que l’Hérésie d’Horus atteignait son crescendo, les Légions fidèles à l’Empereur furent grandement érodées par les marées de la guerre. Le Massacre du Site d’Atterrissage, la Trahison de Calth, Signus Prime et la Croisade de Thramas sont autant de noms qui évoquent encore l’infamie pour les actes odieux commis par les serviteurs du Maître de Guerre sur les loyalistes. Chacune de ces actions a épuisé les forces des plus grands guerriers de l’Imperium, ne laissant aux Légions qu’une pâle ombre de leur grandeur d’antan. Malgré cela, les Légions loyalistes n’étaient pas une force que l’on pouvait ignorer. Ravagées à Isstvan V, la Raven Guard, les Salamanders et les Iron Hands restèrent une épine dans le pied du Maître de Guerre. D’autres légions frappèrent le flanc du Maître de Guerre ou s’accrochèrent à des mondes d’une grande valeur stratégique, retardant ainsi l’avancée des Traîtres à maintes reprises. Le temps était le meilleur allié de Terra, car chaque mois permettait de renforcer les défenses et de rallier les loyalistes dispersés dans la galaxie. Si le Maître de Guerre était retardé suffisamment longtemps, la puissance des légions loyalistes, même épuisée, se révélerait un marteau capable d’écraser le fils traître.[77]

Dark Angels

Envoyée loin de Terra sur ordre du Maître de Guerre avant les premiers coups de boutoir de l’Hérésie d’Horus, la majeure partie de la Première Légion n’a pas participé aux massacres qui ont frappé les autres Légions loyalistes. À leur retour, ils sont tombés dans le piège de la campagne des Night Lords visant à soumettre le Secteur Thramas, et après cette campagne, la Tempête de la Ruine a rendu tout voyage vers le Monde Trône pratiquement impossible. Le Lion se tourna donc vers Ultramar, renforçant ses troupes aux côtés des Blood Angels et des Ultramarines. Revigoré par ce bref répit, le Lion se lança dans une campagne de destruction visant à ne laisser qu’un empire de cendres et d’os au Maître de Guerre s’il en sortait vainqueur. Vers la fin de la guerre, le Lion a été impliqué dans la Querelle du Fer, le Mechanicum récalcitrant de la région subissant de plein fouet son courroux. Au cours de la campagne du Lion, des portions de sa flotte se sont détachées pour traquer les Traîtres en fuite et porter un jugement terrible sur les mondes rebelles.[78]

White Scars

Les premiers jours de l’Hérésie d’Horus furent marqués par l’incertitude quant à la loyauté de la Ve Légion, les allées et venues et les motivations de Jaghatai Khan et des guerriers qui l’accompagnaient étant inconnues. Ce n’est que plus tard, lorsque le Khan et sa Légion arrivèrent sur Terra par des moyens non divulgués, qu’il fut révélé que le Khan avait mené une guerre éclair contre les lignes de ravitaillement des Traîtres. À Terra, Dorn ordonna aux forces du Khan de s’enfermer dans les murs du Palais Impérial - une tâche en contradiction avec les méthodes de guerre traditionnelles de la Légion - et les Confréries de la Ve Légion s’étendirent à travers le Segmentum Solar et jusqu’à l’Amas de Garmon lors des préparatifs du Siège de Terra. Les archives existantes font état de dizaines de confréries White Scars actives ailleurs dans la galaxie, revenant de missions de reconnaissance aux confins de l’espace impérial pour découvrir une galaxie en plein bouleversement. L’indépendance caractéristique de ces confréries convenait au maelström de guerre qui avait englouti la galaxie, la Légion étant habituée à des chaînes d’approvisionnement peu fiables et à un nombre minimal d’alliés. Il existe des rapports déconcertants sur des confréries de la Ve Légion qui ont renié leur serment. Ces traîtres ont souvent affirmé que l’Imperium aurait abandonné la Ve Légion comme l’Empereur l’avait fait pour la Grande Croisade, et que seule le Maître de Guerre offrait un avenir aux White Scars.[79]

Space Wolves

La Bataille de Prospero, livrée avant que la trahison d’Horus ne soit révélée, n’était que le début d’une série de conflits qui ont brutalisé et fragmenté la légion des Space Wolves, culminant avec la Bataille de Yarant III, au cours de laquelle la VIe Légion a été menacée d’extinction et n’a été sauvée que par l’intervention de Corvus Corax et de sa Légion de Raven Guard. Peu après, le Roi Loup se rendit en conclave avec Corax et le Lion à Délivrance, où sa Légion fut réapprovisionnée et fit l’objet d’une campagne de recrutement, avant de rejoindre la Campagne de Destruction du Lion contre les mondes tenus par les Traîtres. Sous les ordres de Leman Russ, le gros de la Légion des Space Wolves s’est frayé un chemin sanglant vers Terra dans les dernières années de l’Hérésie d’Horus, une hache de bourreau au-dessus du cou du Maître de Guerre qui, selon certains archivistes, aurait motivé les actions désespérées des Traîtres au cours des dernières heures du Siège de Terra. Ailleurs, les forces de frappe des Space Wolves ont traqué des bandes de traîtres et se sont retrouvées mêlées à de nombreux conflits mineurs. Certains étaient des bandes isolées par la Tempête de la Ruine qui cherchaient de nouveaux terrains de chasse dans une galaxie en proie à la folie. D’autres étaient des meutes de gardiens, envoyées après la Chute de Magnus pour observer les Primarques restants. Certains ont disparu des annales, jetés à la dérive ou peut-être tués en tentant de tuer un fils traître, tandis que d’autres sont restés actifs aux côtés des Primarques ou des cibles qu’ils protégeaient, toujours à l’affût de la traîtrise.[80]

Blood Angels

Ravagé dans son corps et son esprit par les événements de Signus, Sanguinius fut jeté à la dérive sur les marées de la guerre avec le gros de la IXe Légion. Après la Seconde Bataille de Davin et la dispersion de la Tempête de la Ruine, le Primarque rejoignit Terra, se consacrant avec ses guerriers à la lutte contre les forces des Traîtres, et attendit son sort. La IXe Légion ne fut pas entièrement rassemblée à Signus, tandis que d’autres, envoyés dans le système dévasté, furent bloqués en cours de route. Plusieurs forces de Frappe des Blood Angels opéraient dans la galaxie, se taillant une réputation redoutable, avec des rumeurs de massacres à grande échelle infligés à tous ceux qui aidaient le Maître de Guerre. Baal, où l’on estime à 5 000 le nombre de Blood Angels en garnison, s’avéra être un point de convergence pour les réfugiés durant les dernières années de l’Hérésie d’Horus, la réputation des Blood Angels attirant les âmes égarées, y compris des milliers de légionnaires d’autres Légions loyalistes. Le monde d’origine de la IXe Légion devait subir de nombreux assauts et deux tentatives de conquête, et le conflit dans la région se poursuivit longtemps après La Purge.[81]

Iron Hands

En 010.M31, la Légion Iron Hands n’existait plus que de nom. De nombreux vétérans ayant survécu à Isstvan V étaient rongés par l’amertume et la soif de vengeance, se regroupant en flottes de guerre autonomes et fragmentées, connues sous le nom de Légions Éclatées. Des chefs comme Autek Mor et Shadrak Meduson sont rapidement devenus tristement célèbres dans les rangs des Traîtres, chacun d’entre eux devenant un spectre de la vengeance qui apportait le jugement et la mort sur ceux qui marchaient sous la bannière du Maître de Guerre. Des éléments des Iron Hands étaient également actifs sur Medusa, le monde d’origine de la Xe Légion, formant le "Conseil Médusien", un collectif de pairs composé principalement d’exilés envoyés par Ferrus Manus pendant la Grande Croisade, un destin pas si rare compte tenu des normes exigeantes du Primarque. Ces guerriers inspiraient peu de respect aux vétérans qui avaient survécu à Isstvan, comme en témoigne un communiqué d’un survivant inconnu d’Isstvan V :

« L’ignominie est préférable aux chaînes des lâches trop faibles pour marcher aux côtés de leur père ».

N’ayant que peu d’autorité directe sur les éléments éloignés de la Légion, le Conseil Médusien lança la Guerre Amère contre Colchis, le monde d’origine des Word Bearers, libérant un ensemble de technologies interdites puisées dans les coffres de Medusa, notamment des Nano-Pestes, des Bio-Automates Amalgamés et des Rad-Phages.

Les archives montrent que certains Iron Hands, coupées à la fois des Légions Éclatées et de Medusa, ont agi en croyant qu’elles restaient le seul fragment survivant de la Xe Légion. Nombre d’entre elles mirent en place des programmes Inductii rapide afin de renforcer leurs effectifs dans le but de reconstruire la Légion. Plusieurs ont établi un contact avec Terra lors de la dispersion de la Tempête de la Ruine, prêtant leurs forces limitées au Prétorien en échange des ressources et du matériel nécessaires à leurs reconstructions.[82]

Ultramarines

Les Cinq Cents Mondes étaient le point central des forces Ultramarines, une grande partie des effectifs de la Légion y ayant été rassemblée lorsque la trahison a frappé. Après la fin de la Croisade des Ombres, la campagne de destruction menée par les Word Bearers et les World Eaters à travers Ultramar, les Ultramarines ont cherché à stabiliser leur empire. Roboute Guilliman a mis en place une campagne de conscription massive, récoltant un grand nombre d’aspirants sur les Cinq Cents Mondes ; ceux qui n’étaient pas aptes à rejoindre la XIIIe Légion ont été formés dans des régiments de milice. Cette campagne de recrutement accélérée permit à Ultramar de servir de bastion à partir duquel les forces d’attaque de la XIIIe Légion pouvaient frapper dans toute la galaxie. Les nouvelles générations de légionnaires furent engagées dans de nombreux conflits, notamment la libération des mondes détenus par les Traîtres dans le Royaume des Tempêtes et la chasse aux bandes de World Eaters et de Word Bearers qui avaient fui le royaume d’Ultramar. Ces conflits endurcirent les nouveaux Inductii de la XIIIe Légion, et la Légion Ultramarines allait devenir l’un des plus grands atouts de l’Imperium dans les années qui suivirent le Siège de Terra.[83]

Salamanders

Le gros de la légion des Salamanders était actif dans les régions entourant Nocturne au cours des dernières années de l’Hérésie d’Horus. Le commandement de ces guerriers a été confié à Nomus Rhy'tan et, après son retour avec d’autres survivants d’Isstvan V, à Artellus Numeon, écuyer de Vulkan. Après avoir repoussé l’assaut d’une force conjointe de Death Guard et de Word Bearers sur Nocturne, les Salamanders entamèrent la Guerre des Dragons. Celle-ci consistait en une série de campagnes de purge lancées contre les fiefs de la Death Guard près de Nocturne et les horreurs du Warp dans le Secteur Upsilon-Xi. Plus loin, les survivants Salamanders d’Isstvan ont opéré au sein des Légions Éclatées ; bien que moins de guerriers de la XVIIIe aient servi comme chefs de guerre, des commandants tels que Nalltaus U'Telka, qui a mené la destruction de plusieurs Mondes-Forge ralliés aux Traîtres dans le Segmentum Obscurus, et Miphaxe Za'tor, un Chapelain Salamanders qui a rallié la défense de la Nébuleuse de Biritus, sont reconnus pour leur grande bravoure dans les archives impériales. Quelques rapports parlent d’une poignée de Salamanders présents sur Terra, et certains prétendent que le Primarque Vulkan, dont le véritable destin est entouré de demi-vérités et d’incertitudes, était parmi eux ; aucun compte-rendu vérifiable n’existe pour confirmer cela.[84]

Legio Custodes

Les Custodes ont toujours été les gardes du corps et les protecteurs assermentés de l’Empereur, ses émissaires choisis et, le cas échéant, ses bourreaux les plus redoutables. En tant que gardiens de l’Empereur, le gros des effectifs de la Legio Custodes est resté sur Terra, un grand nombre d’entre eux étant stationnés dans les profondeurs du Palais Impérial où l’Empereur a résidé pendant une grande partie de l’Hérésie d’Horus. Cependant, étant l’un des rares contingents de la galaxie à faire preuve d’une loyauté incontestable, les Custodes étaient fréquemment envoyés pour accomplir des actes d’une importance vitale durant ces périodes sombres. Les Sodalités se déplaçaient de part et d’autre, exécutant la volonté de l’Empereur et déchaînant sa justice sur les traîtres. La plupart d’entre eux retournèrent sur Terra avant l’arrivée du Maître de Guerre, mais certaines restèrent ailleurs, se consacrant à une myriade de tâches que seul l’Empereur connaissait. Aucun décompte complet de la Legio Custodes active n’a jamais été effectué, tant leur nombre et leur travail sont entourés de secret, et personne ne peut donc dire le nombre réel de Custodes absents du côté de l’Empereur, mais seulement que l’auguste organisation est restée résolu quand d’autres ont vacillé.[85]

La Sororité Silencieuse

La Sororité Silencieuse était particulièrement bien placée pour combattre les menaces émergentes employées par les Légions Traîtresses, car la corruption embrassée par le Maître de Guerre et ses alliés tirait son pouvoir du Warp, auquel les Sœurs du Silence étaient anathèmes. Les vaisseaux noirs se sont révélés de précieux atouts dans cette tâche, équipés pour les opérations clandestines et dotés des artifices nécessaires pour faciliter les tâches particulièrement périlleuses de la Sororité, avec des équipes spécialisés formés pour combattre des créatures telles que les Jamais-Nés, ou pour chasser les légionnaires contaminés par le Warp. Les actions des Sœurs du Silence se sont avérées vitales pour empêcher l’empiètement du Warp dans de nombreuses régions assiégées, conférant à l’organisation une note d’héroïsme qui tranchait avec la sinistre réputation dont elle jouissait. De telles actions sont ancrées dans le folklore de nombreuses planètes ; l’un de ces exemples remonte à l’Incursion Jarrazr de 012.M31, décrivant les actions des Sœurs du 7e Dominion de la Sororité Silencieuse de la Moisson Chuchotante en ces termes :

« …comme des anges envoyés de lointains cieux et auxquels on aurait donné de la chair, endurcis par le devoir, infusés par la colère, maudites mais ne cédant pas face à la menace. Et voici que les cauchemars hurlent en leur présence, faiblissant devant la puissance de nos protectrices, de nos glorieuses sauveuses. »[86]

Iridor Helbron.jpg

Sergent-Chef, Iridor Helbron

19e Échelon des gardiens du Phalanx, en service détaché et affecté à la force de garnison de Cthonia. Armure Énergétique Type-ZF Mk IV de modèle "Maximus", avec Bouclier d’Abordage de modèle Phalanx.[87]

Ivehn Sul.jpg

Sergent Vétéran, Ivehn Sul

4e Chapitre de la Légion Ultramarines, connue sous le nom informel d’"Aurorans", affecté à la garnison d’Astagar. Armure Énergétique MkVI de type "Corvus". Notez l’iconographie non standard de la 4e Compagnie, l’insigne du "Ruban Auroran" et l’utilisation du vert pour marquer les vétérans au sein de la compagnie.[88]

L’Ost du Traître

« Appelez-moi Traître si vous le souhaitez, car l’empire que je bâtirai sur vos cendres se souviendra de moi comme d’un sauveur. »
-Apostat Akhlus Pral, Chapelain du Chapitre de l’Œil Voilé.

Les Soldats de la Trahison

L’Apogée de l’ère des ténèbres, les Legiones Astartes qui s’étaient engagés sous la bannière d’Horus n’avaient plus rien à voir avec les fiers ost qui s’étaient rassemblés sur les champs légendaires d’Ullanor. La guerre avait fait des ravages dans leurs rangs et la corruption s’était infiltrée dans l’âme même des Légions, chacune affligée de sa propre malédiction - certaines étant une marque subtile et d’autres une corruption plus virulente. Qu’il s’agisse du changement soudain et viscéral qui s’est opéré au sein de la Death Guard lors de son voyage vers Terra ou de la lente putréfaction qui s’est installée chez les Night Lords après la Croisade de Thramas, les Légions traîtresses n’étaient plus les fiers défenseurs de l’Imperium, mais quelque chose de bien plus terrible. Malgré cela, les Légions traîtresses restaient une puissante force d’armes et faisaient plus que le poids face aux ost fragmentés qui restaient fidèles à l’Empereur, et étaient facilement ravitaillés par les bases industrielles qu’ils avaient conquises. Tout ce qui les empêchait de submerger les Mondes-Forteresses que Rogal Dorn avait établis pour défendre Terra était la nécessité de transporter du matériel de guerre depuis les régions éloignées de l’Imperium jusqu’aux premières lignes de la poussée vers Terra.[89]

Les Emperor’s Children

Après l’ascension démoniaque de Fulgrim et sa disparition, la IIIe Légion connut une renaissance traumatisante, tombant encore en disgrâce dans la poursuite de ses passions obscures nouvellement éveillées. La Légion se dispersa en bandes de guerre qui, plutôt que de poursuivre les grandes stratégies du Maître de Guerre traîtresse, cherchèrent plutôt à trouver des adversaires dignes d’intérêt contre lesquels se mesurer. Peu de récits relatant les actions des Emperor’s Children ont survécu, car peu de témoins ont été laissés derrière eux pour marquer leurs actes, mais quelques exemples notables se distinguent parmi les documents existants. À Baal, une grande force d’Emperor’s Children s’est jointe aux Sons of Horus pour assiéger le monde d’origine de la légion des Blood Angels. Dans l’amas d’Inwit, avide de la conquête stratégique du monde de Rogal Dorn et de l’empire qui l’entoure, une vaste flotte de Traîtres dirigée par des éléments des Emperor’s Children a causé de terribles destructions. Parmi les concentrations de forces les plus importantes de la IIIe Légion se trouvait une armada rassemblée par le Seigneur Commandant Eidolon qui, en l’absence de son Primarque Fulgrim, était devenu le maître autoproclamé des Emperor’s Children. Cherchant à valider sa nouvelle prééminence parmi les Emperor’s Children, Eidolon traqua les Loyalistes à travers les étoiles, cherchant sans relâche à gagner la reconnaissance dont il avait tant besoin. Finalement, de nombreux Emperor’s Children se réunirent à nouveau en Légion à Ullanor, répondant à l’appel de leur Primarque revenu pour rejoindre l’ost d’Horus en route pour l’affrontement final sur Terra.[90]

Les Iron Warriors

Après Isstvan V, le Primarque Perturabo fut chargé par Horus d’une campagne d’assauts planétaires contre les principales forteresses loyalistes, en particulier celles qui défendaient les marches du Segmentum Solar. Le gros des Iron Warriors resta rassemblé autour de Perturabo et, à la suite de la catastrophique Campagne de Tallarn, ils se tournèrent vers le fer de lance de l’invasion du Système Sol, où leur Primarque souhaitait avoir la chance de renverser le plus grand édifice de l’Imperium. Les autres furent chargés d’assiéger les mondes de l’Imperium, et le Primarque laissa derrière lui de nombreuses forces de garnison pour parvenir à ses fins. Lors des conquêtes, les Iron Warriors jouèrent le rôle de suzerains brutaux, consolidant le pouvoir des Traîtres sur les mondes récemment capturés, entrant fréquemment en conflit avec les flottes d’incursions des Légions Éclatées, les forces de frappe loyalistes et, après le déclin de la Tempête de la Ruine, ces garnisons furent tout ce qui se dressa entre Terra et l’avancée de la flotte de Roboute Guilliman.[91]

Les Night Lords

Le point culminant de la Croisade de Thramas a conduit à la blessure de Konrad Curze et à la capture du Premier Capitaine Sevatar, ce qui a entraîné la désintégration complète des Night Lords en tant que Légion. Un important contingent de Night Lords se joignit à la vaste armada du Maître de Guerre pour attaquer Terra, mais une grande partie de la Légion refusa de suivre. Poursuivie par les forces de frappe des Dark Angels, la VIIIe Légion se divisa en une multitude de groupes de combat qui tracèrent leur propre destin à travers les étoiles. Beaucoup exploitèrent le vide de pouvoir laissé dans les régions dévastées par le passage de la flotte du Lion, établissant de petits fiefs où la terreur était la véritable règle. Alimentés par le butin de leurs charognes, les Night Lords réduisirent en esclavage les populations survivantes de mondes-colonies tels que Rhyntax et Khorbal et enrôlèrent les restes de leurs armées pour lancer des attaques dans les systèmes voisins, répandant une atmosphère de ténèbres et de peur dans les secteurs situés au sud du noyau galactique. Des pans entiers de l’Imperium furent plongés dans l’ombre et il fallut attendre longtemps avant que la lumière de l’Empereur ne les éclaire à nouveau.[92]

Les World Eaters

Le gros des World Eaters était entièrement engagé dans la Croisade des Ombres, loin à l’est de la galaxie, mais la Légion était en possession d’un certain nombre de mondes fiefs, notamment le monde de rassemblement sur lequel Angron avait pris le commandement de sa Légion - Bodt. Nombre d’entre eux étaient utilisés comme centres de créations d’Inductii et d’endoctrinement rapide afin d’alimenter la soif incessante de nouvelles recrues de la Légion. Après la Croisade des Ombres et l’ascension de leur Primarque au rang de Prince Démon, Angron et ses World Eaters entamèrent un carnage sanglant à travers la galaxie. À chaque conquête, la chaîne de commandement de la XIIe s’effondrait et les forces dissidentes, que l’Imperium désigna plus tard sous le nom de Flottes de Bouchers, se déchaînaient. La planification stratégique et la logique tactique ont été complètement abandonnées et les cibles militaires conventionnelles, telles que les mondes riches en ressources ou dotés d’une industrie de guerre importante, ont été ignorées au profit d’endroits peuplés où seul un carnage insensé pouvait être réalisé. Angron et les guerriers restés à ses côtés se rassemblèrent à Ullanor pour préparer l’assaut final sur Terra, mais tous ne répondirent pas à l’appel du Primarque, consumés par la soif de sang et non par les ambitions du Maître de Guerre.[93]

La Death Guard

Mortarion et les principaux membres de la Death Guard ont passé la majeure partie de l’Hérésie d’Horus aux côtés du Maître de Guerre, d’Isstvan V à la Conquête de Molech. Peu de temps après, le Primarque et sa flotte disparurent à la suite d’un saut dans le Warp, émergeant plusieurs mois plus tard comme l’ombre de la Légion qu’ils avaient été, rongés par la peste. Les éléments de la Death Guard absents lors de ce voyage fatidique sont restés actifs ailleurs dans la galaxie, évitant, pour un temps, la pourriture qui a frappé une grande partie de la Légion. Barbarus, Monde Mortel de la Death Guard, devint le centre d’un recrutement massif qui vida les systèmes environnants de leur population et de leurs ressources. Lorsque Barbarus fut elle-même détruite par les Dark Angels, la ténacité de la Légion de Mortarion fut une fois de plus démontrée, les bandes de guerre se dispersant à travers la galaxie pour récolter un tribut mortel sur les mondes loyalistes, réduisant de nombreuses planètes à l’état de désolations contaminées par des cadavres.[94]

Les Thousand Sons

Les Thousand Sons furent décimés sur Prospero avant que le Maître de Guerre ne révèle sa trahison, et la Légion fut présumée détruite. Ce n’est qu’au cours des derniers jours à Terra que Magnus a survécu et a sauvé certains de ses fils de la dévastation causée par Leman Russ et ses Space Wolves. De rares documents font état de fragments de la XVe Légion actifs ailleurs dans la galaxie durant les dernières années de l’Hérésie d’Horus, chacun étant un groupe de guerre indépendant plutôt qu’une force de frappe d’une Légion unifiée. Les loyautés de ces groupes étaient partagées, certains se battant pour le Maître de Guerre et d’autres se rangeant du côté de l’Empereur, malgré la condamnation qu’il leur avait infligée. Yarant III, où les Thousand Sons s’associèrent à d’autres Traîtres pour se venger des Space Wolves, Cthonia et Axandria IV sont autant d’exemples de conflits impliquant des forces de la XVe Légion.[95]

Les Word Bearers

Le royaume d’Ultramar a beaucoup souffert du fanatisme des Word Bearers, avec des dizaines de mondes ravagés par la Légion pendant la Croisade des Ombres. La localisation de Lorgar et du gros des effectifs des Word Bearers après l’aboutissement de leur vendetta contre les Ultramarines reste largement inconnue, Lorgar lui-même n’ayant pas atteint Terra pour son Siège. De nombreux autres détachements de Word Bearers étaient cependant actifs dans toute la galaxie, conquérant des planètes au nom des puissances obscures auxquelles ils avaient prêté serment ou soutenant et conseillant d’autres forces de Traîtres dans le domaine de l’ésotérisme. Un grand nombre d’entre eux furent rappelés sur Colchis durant les dernières années de la guerre d’Horus, affrontant les Iron Hands basés sur Medusa alors que la Xe Légion cherchait à se venger de ceux qui avaient aidé à causer la mort de leur Primarque.[96]

L’Alpha Legion

Les activités de l’Alpha Legion durant l’Age des Ténèbres sont restées mystérieuses, ses forces d’infiltration laissant rarement des preuves de la présence de la XXe Légion. Le plus notable des événements connus est l’assaut de l’Alpha Legion sur Pluton, au cours duquel Alpharius fut tué par la lame de Rogal Dorn ; cependant, des rapports ultérieurs indiquant qu’Alpharius était actif dans d’autres régions de la galaxie ont jeté le doute sur ce fait. L’autonomie étant un principe fondamental de la XXe Légion, de nombreuses forces de Frappe de l’Alpha Legion opéraient de manière indépendante à travers la galaxie. Certaines traquaient les flottes des Légions Éclatées, usant de subterfuges pour semer la désinformation et la confusion parmi les loyalistes, tandis que d’autres frappaient les installations de communication impériales, réduisant au silence leur réseau d’Astropathes et coupant des sous-secteurs entiers de toute aide extérieure alors que la Tempête de la Ruine s’estompait. Des rapports épars indiquent également que des groupes de l’Alpha Legion ont aidé les forces loyalistes à harceler les flottes de ravitaillement des Traîtres, entravant ainsi les efforts du Maître de Guerre pour rassembler toutes ses forces à Bêta-Garmon.[97]

Les Légions Démoniaques

Pendant deux siècles, les Itérateurs de la Grande Croisade ont prêché la pureté de la Vérité Impériale : aucun dieu n’existait parmi les étoiles, aucun pouvoir mystique ou provenance divine n’ouvrirait la voie à l’humanité, seules la force de la volonté et la puissance de ses armées le feraient. Le Maître de Guerre et ses alliés firent mentir ces préceptes, déchaînant la folie dans la galaxie par le biais de rituels profanes qui conduisirent à l’émergence de la Tempête de la Ruine et d’une marée d’entités qui prospéraient dans le Warp. Ces créatures étaient une malédiction pour la galaxie à laquelle peu de gens étaient préparés. En temps de guerre, les Jamais-Nés, comme beaucoup allaient les connaître, ne tenaient pas compte de la logique conventionnelle, n’avaient pas besoin de lignes de ravitaillement et ne se souciaient guère que de leur objectif insondable. Il s’agissait d’un ennemi aux formes multiples : des bêtes de bronze, d’airain et de sauvagerie, des créatures à la beauté éthérée et aux mouvements sinueux, des formes amorphes dont la taille augmentait à chaque bouchée de chair dévorée - toutes ces créatures, et bien d’autres encore, sont décrites dans les archives impériales. Rien ne les reliait, si ce n’est leur manifestation dans des lieux où le voile entre les royaumes s’affaiblissait, souvent catalysée par les rituels profanes des alliés du Maître de Guerre. Ces créatures étaient un fléau pour la galaxie, un symptôme de l’effondrement de la santé mentale du Maître de Guerre ou, peut-être, la cause de sa trahison.[98]

Le Mechanicum Noir

Les membres du Mechanicum qui s’étaient rangés du côté du Maître de Guerre allaient être connus sous le nom de "Mechanicum Noir", et comprenaient de puissants éléments des Technoprêtres martiens, de l’Ordo Reductor et de la Legio Cybernetica, ainsi qu’une grande partie des redoutables Sectes des Myrmidons Destructors et un certain nombre de sous-cultes qui avaient fonctionné pendant de longues années à la limite de l’hérésie technologique, tous rassemblés par le Fabricator General Kelbor-Hal. Au fil du temps, de nombreux Monde-Forge du Mechanicum Noir embrassèrent les pouvoirs que leur offraient le Maître de Guerre et les entités auxquelles il était allié, se lançant dans la recherche de technologies que l’Empereur avait interdites. L’Âge des Ténèbres s’avéra être un âge d’innovation pour le Mechanicum Noir, les conceptions tordues de ses Technoprêtres produisant toutes sortes de machines de guerre qui marchèrent sur les champs de bataille de l’Hérésie d’Horus. Les machines divines et les armures des Chevaliers sont devenues des cobayes pour l’expérimentation des armes et du Warp. D’autres Technoprêtres recherchèrent des créations inédites, se tournant vers la technologie Xenos, les Silica Animus ou les pouvoirs du Warp pour créer des bataillons de machines de guerre qui marcheraient aux côtés des forces du Maître de Guerre sur d’innombrables champs de bataille, y compris sur Terra elle-même.[99]

Ignar Ingerrak.jpg

Légionnaire, Ignar Ingerrak

Compagnie inconnue, ce guerrier faisait partie de la vaste horde de compagnies nouvellement levées et lancées contre les défenses mises en place autour du Segmentum Solar. Armure Énergétique Mk VI de type "Corvus" avec variante de casque. Les inscriptions runiques sont du Cthonien dégradé mélangé à du Proto-Chalan, un dialecte tribal de l’extrême nord de l’Imperium.[100]

Jaxin Morrow.jpg

Sergent, Jaxin Morrow

101e Escouade Destructrice d’Assaut, unité chargée de la manipulation et du déploiement des munitions au Phosphex et à l’uranium. Armure Énergétique Mk VI de type "Corvus". La forte corrosion est courante dans les unités chargées de manipuler les armes phagocytaires les plus puissantes, ce qui entraîne souvent des doses de radiations mortelles, d’où le surnom de la 101e : "Iam Mortui" littérallement « Les Morts-Vivants ».[101]

Source

Pensée du Jour : « Celui qui sert doit obéir sans discussion. »
  • The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia
  1. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Years of Darkness and Blood, Preface, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  2. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Pride's Bitter Reward: the Siege of Cthonia, In the Eye of the Storm, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  3. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Pride's Bitter Reward: the Siege of Cthonia, The Fall of Terra, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  4. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Pride's Bitter Reward: the Siege of Cthonia, Circumspectus: Cthonia - 001.000.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  5. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Pride's Bitter Reward: the Siege of Cthonia, The Trail of Sorrow: Cthonia in the Horus Heresy, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  6. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part 1: Shadows of the Future, 642006.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  7. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part 1: Shadows of the Future, The First Siege, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  8. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part 1: Shadows of the Future, A Bitter Trophy, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  9. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part 1: Shadows of the Future, The Garrison of Cthonia 013.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  10. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part 1: Shadows of the Future, The True Sons Invasion Fleet, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  11. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, 759013.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  12. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, The True Sons of Cthonia, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  13. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, Precepts of Cthonia, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  14. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, Legionary Caliphernas Iax, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  15. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, The Heart of the Legion, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  16. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, The Golden Tomes, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  17. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, Broken Hopes and Failed Glory, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  18. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, The Pyre of Ambition, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  19. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, The Terminal Atlas, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  20. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, The Wall, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  21. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, The Titan Yards, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  22. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, The Pharos Obscurus, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  23. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, Praesidium Arx, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  24. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part II: The Beginning of the End, Traitor's Gate, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  25. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, 903013.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  26. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, Sergeant Iridek Sanhar, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  27. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, The Seneschal's Pride, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  28. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, The Warmaster's Wrath, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  29. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III A Bitter Homecoming, The Battle of Luhman, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  30. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III A Bitter Homecoming, The First Seal, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  31. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, A Bloody, Bitter Dawn, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  32. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, Aanlok Chasm, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  33. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, The Second Seal of Blood, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  34. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, The Serpents Jaws, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  35. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, The First Seal of Blood, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  36. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, The Tyrant's Den, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  37. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part III: A Bitter Homecoming, Traitor's Gate, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  38. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Campaigns of the Age of Darkness: The Siege of Cthonia, Legionary Kaspor Sekare, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  39. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IV: Hold to the Last, 904013.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  40. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Zone Mortalis Core Missions, Vigilator Isele Orithame, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  41. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IV: Hold to the Last, The Crow's Feast, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  42. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IV: Hold to the Last, The Wall, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  43. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IV: Hold to the Last, Feint and Riposte, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  44. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IV: Hold to the Last, That Which Waits Below, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  45. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IV: Hold to the Last, The Key to Victory, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  46. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IV: Hold to the Last, A Break in the Wall, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  47. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IV: Hold to the Last, Blood for the Sons of Cthonia, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  48. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part V: The Sons of Cthonia, 963013.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  49. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part V: The Sons of Cthonia, The Second Seal, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  50. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part V: The Sons of Cthonia, The Most Perilous Time, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  51. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part V: The Sons of Cthonia, The Ashes of Victory, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  52. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part V: The Sons of Cthonia, The Voice of Terra, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  53. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part V: The Sons of Cthonia, The End of Hope, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  54. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VI: The Eye of the Storm, 003014.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  55. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VI: The Eye of the Storm, Blood in the Wastelands, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  56. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VI: The Eye of the Storm, The Incubi-18, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  57. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VI: The Eye of the Storm, A Dark Shadow in the Void, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  58. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Legiones Astartes: The Imperial Fists, Imperial Fists Rules, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  59. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VI: The Eye of the Storm, The Final Gate, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  60. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Legiones Astartes: The Sons of Horus, Sons of Horus Rules, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  61. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VII: From Hel's Heart, 013014.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  62. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VII: From Hel's Heart, The Last Light, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  63. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VII: From Hel's Heart, Blood Answers for Blood, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  64. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VII: From Hel's Heart, The Taste of Victory, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  65. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VIII: Eskaton, 015014.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  66. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VIII: Eskaton, The Rewards of Corruption, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  67. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VIII: Eskaton, A Dark Mirror, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  68. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VIII: Eskaton, The Final Ultimatum, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  69. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VIII: Eskaton, The Tyrant's Den, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  70. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part VIII: Eskaton, A Tide of Madness, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  71. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IX: Dead Worlds and Broken Dreams, 016014.M31, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  72. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IX: Dead Worlds and Broken Dreams, Amid the Ruins of Victory, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  73. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IX: Dead Worlds and Broken Dreams, A Blade of Moonsilver, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  74. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IX: Dead Worlds and Broken Dreams, The Lion's Wrath, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  75. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IX: Dead Worlds and Broken Dreams, The Death of Hope, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  76. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter Part IX: Dead Worlds and Broken Dreams, A Nightmare Future, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  77. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, A Broken Brotherhood, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  78. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, A Broken Brotherhood, Dark Angels (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  79. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, A Broken Brotherhood, White Scars (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  80. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, A Broken Brotherhood, Space Wolves (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  81. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, A Broken Brotherhood, Blood Angels (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  82. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, A Broken Brotherhood, Iron Hands (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  83. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, A Broken Brotherhood, ' (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  84. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, A Broken Brotherhood, Salamanders (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  85. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, A Broken Brotherhood, Legio Custodes (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  86. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, A Broken Brotherhood, The Silent Sisterhood (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  87. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, Warden Sergeant Iridor Helbron, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  88. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Loyalist Host, Veteran Sergeant Ivehn Sul, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  89. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  90. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, The Emperor's Children (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  91. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, The Iron Warriors (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  92. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, The Night Lords (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  93. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, The World Eaters (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  94. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, The Death Guard (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  95. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, The Thousand Sons (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  96. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, The Word Bearers (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  97. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, The Alpha Legion (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  98. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, The Daemonic Legions (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  99. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Soldiers of Treachery, The Dark Mechanicum (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  100. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Legionary Ignar Ingerrak, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  101. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Siege of Cthonia, Chapter The Traitor Host, Sergeant Jaxin Morrow, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)