Siège de Barbarus

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Black leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpg
Aquila corner hh.pngAquila corner hh.png




Marge hh.jpg
Marge hh.jpg
HH-sub-banner.png


« Barbarus : planète d’adoption de la XIVe Légion, la Death Guard. Naguère fidèles guerriers de l’Empereur de l’Humanité, ce sont désormais des partisans du Maître de Guerre rebelle Horus Lupercal. Sise dans les confins sud du Segmentum Tempestus, la planète Barbarus est loin de la Guerre Solaire prenant place autour de Terra. De fait, les événements de l’Hérésie d’Horus ont eu un faible impact sur ce monde toxique et enténébré, car sa valeur stratégique était minime. Du moins, jusqu’à maintenant. Après plusieurs années de combats cataclysmiques, des éléments renégats se sont repliés sur Barbarus, certains pour se ravitailler et réorganiser leurs forces, d’autres pour préparer sur ordre de leur Primarque une deuxième vague d’assaut sur Terra. Mais leurs manœuvres n’ont pas échappé à Lion El’Jonson, Primarque des Dark Angels, qui a lancé une croisade à travers l’Ultima Segmentum et jusque dans le Segmentum Tempestus, pour éradiquer les places fortes des renégats. Maintenant Barbarus est dans sa ligne de mire. »[1]

Le Sort de Barbarus

Le Centurion Leofric des Dark Angels observait le paysage désolé depuis la coupole de commandement du Land Raider Spartan. Il éprouvait du dégoût. Du dégoût et de la haine. Barbarus n’avait jamais mérité le nom de paradis, mais la Death Guard avait transformé son monde en un véritable enfer. Il n’y avait plus d’arbres, plus d’animaux, plus le moindre brin d’herbe, rien que des champignons malsains agités de tremblements contre-nature. La lumière était morne et maladive, et l’horizon était incurvé vers le haut, comme déformé par un miroir concave.

Sans oublier la puanteur. Il sentait l’odeur de putréfaction malgré son appareil respiratoire. Le sol puait la mort, l’air empestait la pourriture et les produits chimiques. Ses sens décelaient les relents ferreux de la rouille et les remugles rances des corps mal lavés, mêlés au goût piquant de l’acide industriel et au parfum doucereux des aérosols toxiques. La déchéance de Barbarus semblait totale, irréversible.

Une détonation forte attira le regard de Leofric vers le ciel. Un Thunderhawk portant la livrée blanc cassé et vert de la Death Guard fondait déjà vers le sol, sa dérive sectionnée. Un appareil endommagé disparut derrière une crête à quelques kilomètres de là, laissant derrière lui une traînée de flammes et de fumée. Selon le trafic vox, c’était un Xiphon de la Raven Guard qui l’avait descendu.

Leofric regarda par-dessus son épaule. Derrière le Spartan noir, une colonne blindée, regroupant les forces de frappe de trois Légions, s’étendait sur plusieurs kilomètres. C’était un rassemblement de guerriers d’une puissance redoutable, se dit le Centurion, sans même parler des deux Primarques qui les accompagnaient. La Death Guard et ses alliés allaient payer le prix fort pour leur traîtrise. Bientôt, le sang coulerait à flots sur les Plaines d’Orthrya. Leofric jeta un dernier regard au paysage cauchemardesque qui s’étendait devant lui, avant de refermer l’écoutille.[2]

L’offensive des Dark Angels contre Barbarus fut une des actions les plus violentes et les plus haineuses de l’Hérésie d'Horus, mais les événements qui se déroulèrent sur ce monde maudit avant sa destruction demeurent méconnus. Certains prétendent que le Lion accorda aux Renégats une chance de déposer les armes et de mourir de façon honorable. D’autres affirment que le premier Primarque attaqua Barbarus pour s’emparer d’armes qu’il pourrait utiliser contre le Maître de Guerre. D’autres encore avancent qu’il s’agissait simplement d’une vengeance orchestrée par Lion El'Jonson et Leman Russ, pour châtier leurs anciens frère d’armes. Ces affirmations contiennent toute une part de vérité et de mensonge. Mais ces événements demeurèrent longtemps une énigme. Jusqu’à aujourd’hui…[3]

Récolter ce qui Fut Semé

La Mort Venue du Ciel[4]

Tandis que les forces du Lion et du Loup se déployaient sur les Plaines d’Orthrya, ivre de rage et de vengeance, la XIXe Légion (Raven Guard) préparait ses appareils et troupes aéroportées. Les fils de Corvus Corax n’avaient pas les effectifs de leurs alliés et ne partageaient pas leur soif de sang. Leur objectif n’était pas de faire un exemple des Renégats, mais de mettre fin au conflit rapidement et de façon décisive.

La croisade de vengeance contre les planètes natales des Légions Renégates, qui entra dans les annales sous le nom de Passage de l'Ange de la Mort, avait atteint le monde adoptif de Mortarion et de la Death Guard. Les défenseurs de Barbarus ne se faisaient pas d’illusions sur leur sort. Les forces de leurs assaillants rivalisaient avec n’importe quelle flotte Expéditionnaire de la Grande Croisade, mais ils n’avaient pas à rougir de leurs propres effectifs. Une garnison de la Death Guard, une force diminuée mais déterminée d’Iron Warriors et une délégation de la propre Légion d’Horus faisaient ainsi face à la fureur du Lion, du Loup et du Corbeau. Une telle confrontation ne pouvait que se solder par leur destruction, mais ce serait une victoire coûteuse pour les Loyalistes, car Barbarus était le monde d’adoption du Faucheur et de sa sinistre Légion. Les Primarques des Dark Angels et des Space Wolves seraient présents sur le champ de bataille, et décapiter une de ces Légions serait une compensation acceptable pour les Renégats.[5]

Premières Frappes

« C’est ici que se termine la campagne inique du Lion, c’est sur ce monde que ses croisés vont céder le pas. S’ils ne tombent pas sous notre feu ou nos lames, ils se noieront dans le sang versé par chaque fils de Barbarus. Nous sommes incoercibles, et cette planète est notre domaine… »[6]
-Discours à la 84e Compagnie, Garnison de Barbarus.
Déchirer le Voile[7]

En raison de la haine bien connue de leurs Primarque envers les Psykers, les guerriers de la Death Guard répugnaient à employer des pouvoirs psychiques sur le champ de bataille. Mais un des émissaires du Maître de Guerre sur Barbarus était imprégné de mystères occultes sous l’influence corruptrice du Warp. Confronté au terrible châtiment des loyalistes, l’Ésotériste Sons of Horus, Ekran Davaar, déchiqueta la barrière entre l’Empyrée et l’espace réel pour invoquer des entités cauchemardesques. Cependant, ce blasphème était vain, car le Primarque des Dark Angels et ses Paladins n’avaient pas peur de monstres sortis tout droit d’obscures légendes. Le Lion se fraya un chemin sanglant à travers les entités du Warp avant de terrasser l’Ésotériste et de vouer son âme racornie aux créatures qu’il avait cru pouvoir contrôler.

L’offensive contre la garnison du Bastion Orthryen commença dans les airs. Sur toute la planète, les Escorteurs Thunderhawks de la XIVe Légion s’élancèrent dans les cieux pollués de Barbarus, afin de larguer dans les couches supérieures de l’atmosphère des composés chimiques expérimentaux et des souches virales modifiées. Les patrouilles de combat aérien des intercepteurs Xiphon de la Raven Guard qui sillonnaient le ciel abattirent un grand nombre d’appareils Death Guard, et un des Thunderhawks alla s’écraser dans les territoires désolés aux portes du Bastion Orthryen.

Au milieu des nuages de fumée âcre émanant de l’épave du Thunderhawk, les loyalistes s’élancèrent vers les lignes des renégats. Un large contingent de blindés et de Dreadnoughts loyalistes pilonna les emplacements défensifs de tirs de laser, de Bolter et de lance-missiles, puis Leman Russ, Seigneur de l’Hiver et de la Ruine, surgit de l’habitacle blindé de son Land Raider Spartan. Désireux de se venger des Sons of Horus pour leur rôle dans l’Abattage des Loups sur Yarant III, le Primarque des Space Wolves et ses gardes en Armure Tartaros se jetèrent sur les Légionnaires vêtus d’armures bleu vert. Mais au dernier moment, les Sons of Horus se replièrent sans cesser de tirer sur les Terminators Space Wolves avant que le vide laissée dans les lignes renégates soit comblé par les troupes de la Death Guard. Alors que les renégats faisaient pleuvoir une grêle de Bolts, de munitions chimiques et d’obus sur les Vlka Fenryka le premier Primarque et ses Chevaliers du Cercle Intérieur portèrent le fer et leur épées chez les fils du Maître de Guerre. S’enfonçant profondément dans le cœur des lignes renégates, les Dark Angels firent tout pour accomplir leurs serments de vengeance.

La présence de deux Primarques loyalistes luttant à quelques mètres l’un de l’autre suffit à saper la détermination des stoïques guerriers de la Death Guard. Personne n’osait les approcher, sous peine de connaître une mort certaine. Mais se retirer revenait à devenir la proie du plus redoutable des prédateurs, le Roi-Loup. Le Castellan-Praetor Vrokhom, commandant de la garnison de Barbarus, savait qu’une telle hésitation interdirait toute riposte s’il laissait la situation dégénérer. Brandissant sa hache relique, le Castellan de la Death Guard décida de charger le Primarque des Space Wolves. Brisant le moment d’indécision des défenseurs, les renégats s’élancèrent vers les Loyalistes pour encercler le Seigneur de l’Hiver et de la Ruine.


Le Castellan Vrokhorn de la 84e Compagnie de la Death Guard frappa du poing la commande de la rampe du Spartan, et il la dévala aussitôt abaissée. Le feu et la fumée tourbillonnèrent autour de lui quand le blindé s’embrasa après qu’un tir de laser eut percé son réacteur. Les Terminators de Vrokhorn se regroupèrent aussitôt autour de lui et ouvrirent le feu sur les silhouettes en armure noire qui progressaient vers eux. Tout n’était que chaos et carnage. À l’ouest, les Dreadnoughts Iron Warriors subissaient le feu roulant des véhicules d’appui de la Raven Guard et des Dark Angels. À l’est, des Légionnaires argentés se volatilisèrent sous les tirs de Volkite d’un Kratos de la Raven Guard. Des missiles Arcus le survolèrent pour s’abattre sur un Rhino de la Death Guard, retournant le tank tandis que des lasers frappaient le Cerberus juché sur la colline. Les Légionnaires mouraient tout autour de lui. Les alarmes tactiques de son casque clignotaient mais il n’en avait cure. La bataille sembla se figer autour de lui lorsque son regard croisa celui de l’ennemi qui lui fonçait dessus. Des yeux froids comme la glace lui rendirent son regard. Leman Russ, Primarque des Space Wolves, chargeait, la Hache de l’Infernhiver brandie. Vrokhorn serra les dents et tint la position.[8]

Les détonations des Bolts des Space Wolves claquèrent sur les armures couleur os des Terminators de la Death Guard comme ils se dirigeaient sur la ligne grise des Loyalistes. Les Haches Énergétiques se levaient et s’abattaient, les poings ceints de champs disrupteurs fracassaient la Céramite et les lames crépitantes des Griffes Éclairs déchiquetaient les armures comme les chairs. Mais la lame du Castellan-Praetor Vrokhorn ne fit pas le moindre dégât, car avant qu’il puisse frapper, le Primarque des Space Wolves asséna un coup avec une vitesse et une férocité surnaturelles, enfonçant sa lame dans l’armure d’Artificier du Praetor qui s’écroula au sol.


Le Jarl Joryn Wolfhowl ordonna en rugissant à ses Terminators de protéger le Primarque quand la Death Guard ouvrit le feu. Les Bolters aboyèrent, incandescents dans le jour déclinant. Des roquettes Spicula et des sphères de plasma explosaient dans les rangs des Space Wolves tels des soleils miniatures. Plusieurs membres de la meute de Joryn périrent, et leur saga prit fin brutalement. Les Dark Angels ne s’en sortaient guère mieux. Joryn vit le Spartan de Lion El’Jonson subir de nombreux tirs avant de s’arrêter net, en feu. Le Lion et ses gardes du corps débarquèrent et furent assaillis par des créatures métamorphes surgies d’au-delà du voile. Leur présence donna la chair de poule à Joryn, mais El’Jonson les massacra jusqu’au dernier. Puis la Death Guard chargea. Les champs énergétiques crépitèrent quand les armes s’entrechoquèrent, mais les Space Wolves étaient en infériorité numérique. Joryn fit décrire des arcs scintillants à sa Hache dégivré, tranchant des membres et des gorges, mais cela ne suffit pas à renverser la situation. Coup après coup, il s’affaiblissait et ralentissait, jusqu’à ce qu’il tombe à genoux. La dernière chose qu’il vit quand le Poing Tronçonneur s’abattit sur lui fut son sire génétique charger l’ennemi, consumé par la fureur de Fenris.[9]

La charge de la Death Guard ne fut pas un échec total. Les Terminators de Tartaros qui escortaient Leman Russ avaient été massacrés jusqu’au dernier, le laissant seul sur le champ de bataille, du moins pour le moment. Néanmoins, les fils de Barbarus ne pouvaient rien contre le courroux du Primarque. Le sergent vétéran Murgeist sonna la retraite, et ses hommes se replièrent en direction des lignes défensives devant le bastion. Le Roi-Loup ne les poursuivit pas, préférant attendre que ses Tueurs Gris convergent sur sa position. Tandis que les pesants Terminators effectuaient leur repli, deux d’entre eux traînaient un corps ensanglanté dans la boue. Le Castellan-Praetor Vrokhorn était encore en vie, mais à peine. Grièvement blessé, seule la ténacité légendaire de sa Légion le maintenait en vie.[10]

Cœur de Fer

Lansa K’ann Vigilator de la Raven Guard, étudiait le déroulement de la bataille avec le détachement d’un vétéran endurci. De son poste d’observation qui dominait toute la plaine, il pouvait voir l’intégralité des manœuvres entreprises. Il enregistrait tout. Au nord, les Dark Angels avaient déchaîné toute la fureur de leurs Interemptors contre les Iron Warriors, mais leur offensive serait muée en un échange de tirs mutuellement destructeurs. À l’extrême-ouest, les Dreadnoughts Contemptors sous ses ordres repoussaient l’assaut de l’ennemi sur leurs flancs, tandis que son appui aérien causait des ravages chez les machines de guerre renégates qui semaient la mort au sol Au centre du champ de bataille se déroulait un véritable carnage. Le courroux des Dark Angels s’était abattu sur les Sons of Horus dont ils avaient détruit un Spartan avant de mitrailler les Terminators qui avaient émergé de l’épave. Le Lion, vêtu d’atours resplendissants, s’avançait parmi les Légionnaires du Maître de Guerre en ne laissant que des corps sans vie dans son sillage. K’ann se tourna pour observer les enfants du Loup qui s’affairaient à massacrer l’infanterie de la Death Guard. Il vit Leman Russ abattre les Terminators comme s’il s’agissait de vulgaires insectes. La progression avait ralenti, mais les Loyalistes gagnaient toujours du terrain. La victoire leur semblait acquise….[11]

Chargés de garder les flancs et l’arrière de la garnison du bastion, les Iron Warriors maintinrent la position tandis que les Loyalistes se déployaient pour encercler leur objectif vital. Les Légionnaires à la livrée d’acier se tenaient au côté de Dreadnoughts sans peur et des Automates intégrés à leurs rangs après la défaite catastrophique de Tallarn. Cependant, les Loyalistes avaient leurs propres Dreadnoughts, et les machines de guerre des deux camps échangèrent des tirs de munitions lourdes et de décharges d’énergie avant de s’affronter à coups de marteaux, de foreuses et de poings mécaniques. Il s’ensuivit un choc titanesque d’adamantium et de céramite ponctué par les détonations des générateurs atomantiques et des réacteurs en surcharge. Œuvrant avec une coordination résultant d’années de pratique, un trio de Dreadnoughts Contemptors de la Raven Guard causa les premières pertes chez les machines de guerre ennemies en abattant un puissant Dreadnought Leviathan des Iron Warriors dès leur première salve.

Coordonnant l’action des automates de la IVe Légion, le Forgeguerre Kryvex Boz luttait épaule contre épaule avec un manipule d’Automates de Combat Domitar incorporés. Ils ajoutèrent leurs missiles Krak à la tempête de projectiles qui s’abattaient sur le flanc est de l’engagement, mais le rusé Forgeguerre économisait leurs munitions, car ils savait qu’un adversaire plus redoutable approchait rapidement.[12]

Le Massacre d'Orthrya

Une Fin Tragique[13]

Agents du châtiment décidé par le Lion contre le monde d’adoption de la Death Guard, les Interemptors de la Dreadwing des Dark Angels prirent part à toutes les batailles de l’invasion de Barbarus. Sur les plaines d’Orthrya, une escouade de ces sinistres destructeurs furent déployés pour réduire en cendres les renégats. Alors qu’ils progressaient vers les lignes ennemies, ils trouvèrent sur leur route les austères Iron Warriors qui tenaient le gérérateur de Bouclier Void du bastion. Les enjeux de l’Hérésie d’Horus se cristallisèrent dans cet affrontement au milieu d’un enfer de gaz surchauffés et d’obus à fragmentation, où les guerriers de deux Légions naguères frère d’armes, s’entretuèrent sans merci.

Il s’éveilla et tout n’était que douleur, puis sombra à nouveau, ses oreilles tintant du fracas de la bataille. La deuxième fois, il revint à lui face contre terre dans la boue polluée de son monde natal. Son casque avait été arraché. Il avait le goût du sang et de la cendre dans la bouche. La douleur était toujours là, mais cette fois-ci, il demeura conscient, sa physiologie améliorée luttait pour le maintenir éveillé et, il le sentait, en vie. Un gantelet blanc saisit son gorgerin et le traîna dans la fange. La boue s’insinua dans son armure et lui couvrit le visage. Il fut lâché sans ménagement quand les combats se rapprochèrent. Il sentait les stimulants de combat dans son sang, pompé frénétiquement par ses cœurs.

Rectification… par son cœur. Au singulier.

Vrokhorn se rappela avec une clarté douloureuse de ce qu’il lui était arrivé : le Roi-Loup, Seigneur de l’Hiver et de la Ruine, Leman Russ, s’était abattu sur la Death Guard comme une avalanche. Face à une telle puissance, ses guerriers s’étaient retrouvés comme figés, choqués par la férocité de son assaut. Il avait défié le Roi-Loup de Fenris en combat singulier. Courageux. Stupide. Futile. Il avait senti la Hache de l’Infernhiver traverser son armure, transpercer sa cage thoracique et pulvériser son cœur secondaire. La blessure était encore froide comme le néant. Respirer était une agonie, pourtant, il vivait encore. Et tant qu’il vivrait, il pourrait accomplir l’œuvre de son propre Primarque. Vrokhorn se remit à genou et leva les yeux. Le Bastion Orthryen n’était pas si loin….[14]

Le hurlement des propulseurs atmosphériques et des réacteurs dorsaux modèle Corvidé annonça l’arrivée des réserves de la Raven Guard. Les Marines s’abattirent comme la foudre sur l’arrière-garde qui défendait les portes du Bastion Orthryen. Même les stoïques Iron Warriors et les imperturbables Death Guard qui défendaient la zone furent comme paralysés par la férocité et la soudaineté de l’assaut ennemi. Ce moment d’hésitation leur coûta leur seul chance de riposter avant que les Furies Noires ne se jettent sur les renégats, déchiquetant sans mal les armures blanc cassé et acier de la Death Guard et des Iron Warriors.

Au milieu du chaos de la ligne de front, un Dreadnought Contemptor de la Légion des Sons of Horus périt sous les tirs d’autocanon de l’Escorteur Fire Raptor en approche. Lorsque le dernier obus l’atteignit, le déflecteur atomantique du Contemptor entra en surcharge, ce qui causa une explosion catastrophique. L’onde de choc charriant des shrapnels frappa de plein fouet les Légionnaires renégats qui l’accompagnaient et pendant quelques secondes, le silence s’abattit au cœur du maelström.


Alors que son chargeur volkite tirait sans discontinuer, Volkus Goraddin, Praetor des Sons of Horus, n’était que trop conscient des informations inquiétantes défilant sur l’affichage de son casque et des avertissements diffusés sur le vox. Il semblait que les Iron Warriors près du générateur de Bouclier Void affrontaient les Loyalistes chargés de l’attaque de flanc, leur thanatar faisant pleuvoir des globes de plasma sur les Rhinos noirs tandis que l’infanterie de la Légion tirait sur les Space Wolves, abattant tous ceux qui se trouvaient à portée. Au centre, la Death Guard tenait bon face à Leman Russ, mais son commandant avait disparu, et ses gardes du corps avaient été massacrés. De nouveaux rapports indiquèrent que le Cerberus avait de nouveau fait tirer ses lasers, creusant un trou béant dans le flanc du Spartan de Leman Russ et réduisant le char d’assaut à l’état d’épave fumante. Non loin, les Iron Warriors repoussèrent lassant de la Raven Guard contre le Bastion Orthryen, mettant les Furies Noires en fuite. Des alarmes tintèrent dans le heaume de Goraddin, et il reporta son attention sur les combats. Le Lion était cerné par des Automates de Combat et des Dreadnoughts de la Death Guard, et ses Cataphractii combattaient un Contemptor. Il allait les rejoindre quand les explosions commencèrent…[15]

Survolant le sol imprégné de sang, un Land Speeder Javelin Dark Angels tira deux puissants faisceaux laser qui transpercèrent la coque d’un Land Raider Spartan Sons of Horus, réduisant au silence l’Esprit de la Machine du véhicule, qui s’immobilisa. De l’épave du blindé jaillit Volkus Goraddin, l’émissaire du Maître de Guerre, accompagné de son escorte de Cataphractii. Tandis que le Praetor Justaerin étudiait le champ de bataille, un Dreadnought Contemptor paré de la livrée noire des Dark Angels se dressa entre lui et le Primarque ennemi. Galvanisés par le cri de guerre Cthonien du Chapelain Haeton Fahl, les Terminators Sons of Horus se jetèrent sur le Dreadnought pendant que leurs frères de l’Escouade Tactique se préparaient à recevoir la charge dévastatrice du Lion. Les Terminators Sons of Horus tombèrent sous les coups du Dreadnought, pendant que leurs Frères de Bataille périssaient de la main du Lion.


Kryvex Boz, Forgeguerre de la IVe Légion, tituba lorsque les détonations ébranlèrent le champ de bataille. Des boules de feu teintées de vert apparurent sur la plaine quand le Castellan-Praetor déclencha l’explosion des dépots de munitions chimiques. Boz profita de la confusion momentanée pour étudier le champ de bataille.

+++ Générateur de Bouclier Void compromis. Thanatar détruit. Dreadnought Contemptor désintégré. 60% de pertes chez l’Escouade d’Appui Lourd. Le flanc tient bon. +++
+++ Sons of Horus au combat sur le flanc ouest. Tirs soutenus contre le Kratos. Attaque d’un Dreadnought (Raven Guard). Kratos Détruit. État-major Sons of Horus détruit à 66%. Goraddin abattu au combat. +++
+++ Nouveau corps à corps pour le Roi-Loup. Pertes Sons of Horus de plus en plus lourdes. Pas de survivants. +++
+++ Automate de Combat Domitar attaqué. Par Lion El’Jonson. Réacteur atteint. Explosion imminente. +++

Le Forgeguerre reporta son attention sur les combats au moment où le réacteur de l’Automate juste à côté entra en phase critique. Il ne vit jamais l’explosion qui le tua.[16]

Afin d’arrêter l’implacable assaut du Primarque Dark Angels et de son escorte, le Forgeguerre Kryvex Boz et ses Domitars incorporés encerclèrent le Seigneur de Caliban. Des Missiles Krak jaillirent des épaules des automates, engloutissant le Primarque dans un ouragan de feu, mais bientôt, les Terminators à la livrée d’ivoire et leur Primarque à l’armure de jais jaillirent des flammes, indemnes. Leurs antiques armes à plasma pilonnèrent les automates, creusant des trous incandescents dans leur blindage et perturbant leurs sens cybernétiques. Mais le Forgeguerre s’entêta, se jetant au cœur de la mêlée en compagnie de ses automates désormais aveugles. Incapables d’ajuster correctement leurs coups, les Domitars manquèrent souvent leurs cibles, mais les quelques coups de marteaux à gravitons qui portaient faisaient reculer les Dark Angels. Néanmoins, ces machines de guerre n’avaient guère de chances de terrasser le Seigneur de la Première Légion. Chaque revers de l’Épée du Lion transperçait le blindage d’un automate et faisait exploser son générateur. Quand la fumée se dissipa, Lion El’Jonson se dressait au-dessus de la dépouille de Kryvex Boz, qui avait péri dans le souffle de l’explosion d’un de ses protégés.[17]

Inexorable Usure

Le Prix de la Victoire[18]

Le Praetor de la Death Guard se fraya un chemin dans le dédale de tunnels de service du bastion, dépassant redoutes et points d’étranglement pour arriver au centre de contrôle des munitions. Il avait été traîné jusqu’aux portes de l’édifice par les survivants de ses gardes du corps Cataphractii avant qu’ils fassent demi-tour pour intercepter la charge de Leman Russ. Ainsi, ils avaient gagné assez de temps pour que leur commandant puissent armer les explosifs qui dormaient sous terre.

Lansa K’ann observait le champ de bataille à travers ses magnoculaires. Malgré le carnage, les Légionnaires des deux camps continuaient le combat. Les Iron Warriors s’accrochaient au générateur de Bouclier Void, leurs Terminators et leur Dreadnought retenant les Dark Angels et les Raven Guard qui essayaient d’en prendre le contrôle, tandis que les derniers Vétérans Death Guard tentaient de repousser la Ravenwing. Le Vigilator se concentra sur le centre du champ de bataille, où les deux Primarques combattaient côte à côte. Ils avaient écrasé les lignes renégates, ne laissant que des cadavres dans leur sillage. Mais Lansa K’ann voyait bien que les deux frères, grièvement blessés, ralentissaient. Leman Russ disparut dans une explosion de lumière quand le Cerberus tira sur lui. Lansa K’ann retint son souffle pendant que les filtres de ses magnoculaires compensaient à l’éclat de la déflagration. Mais bientôt, il vit que le Roi-Loup était encore debout.[19]

Les Primarques avançaient inexorablement vers le Bastion Orthryen, tandis que les ogives Arcus, les obus d’Autocanons, et les faisceaux laser, à neutron et volkite leur ouvraient le chemin. Alors qu’ils approchaient des tranchées qui protégeaient les portes du bastion, une violente secousse fit trembler le champ de bataille. Quelques secondes plus tard, la terre boueuse fut projetée en tous sens par une série d’explosions violentes. En un ultime geste de défi, le Praetor de la Death Guard avait en effet fait exploser les stocks d’armes chimiques du bastion. Des flammes et une épaisse fumée caustique s’échappaient des cratères ouverts le long des lignes Loyalistes, semant momentanément la confusion dans les rangs des assaillants. Mais le Lion et le Loup sentaient que la victoire était à portée de main. En quelques ordres brefs, ils remirent leurs troupes en ordre et reprirent leur progression en direction des fortifications.


Vrokhorn s’écroula sur son siège et considéra d’un œil vide les écrans de la salle de contrôle du bastion. C’était fini. Les Plaines d’Orthrya étaient jonchées des morts et des blessés de six Légions. Une fumée noire s’échappait des épaves des machines de guerre, dont les munitions explosaient sous l’effet de la chaleur. Le Castellan Praetor vit les Iron Warriors qui gardaient le bastion ouvrir le feu. On entendait les détonations des tirs de Bolter sur le vox. Vrokhorn essaya de se redresser sur son siège, mais ses gantelets étaient glissants à cause de son propre sang et il s’affaissa encore plus. Il regarda l’écran avec plus d’attention quand il vit apparaître ceux sur qui les Iron Warriors tiraient. Le Lion et le Loup. Ses blessures se ravivèrent au souvenir de son duel. La mort l’emporterait bientôt, se dit-il tandis que les Primarques taillaient en pièces les Iron Warriors. Seule une porte se dressait entre lui et son destin. Elle ne tiendrait pas longtemps….[20]

Ils ne laissaient que des ruines dans leur sillage, tandis que les Dark Angels et la Raven Guard éliminaient les survivants. Avec la chute de leurs officiers et l’échec de leur piège, les défenseurs de Barbarus marquaient le pas. Les austères Iron Warriors tenaient le générateur de Bouclier Void qui protégeait le bastion des bombardements orbitaux ainsi que les portes du complexe, mais leurs effectifs fondaient comme neige au soleil, et ils étaient cernés par des unités des trois Légions Loyalistes. Ceux qui défendaient les portes tentèrent en vain de retenir l’assaut combiné de Lion El’Jonson et de Leman Russ, mais même avec les blessures qu’ils avaient subies, les Primarques éliminèrent sans mal les Iron Warriors. Après avoir écrasé la tentative de sortie des défenseurs, les Loyalistes avaient conquis les Plaines d’Orthrya et s’apprêtaient à envahir le bastion.[21]

La Chute de Barbarus[22]

Tout comme Chemos, monde d’adoption de Fulgrim, Barbarus était condamné à tomber lors du passage de l’Ange de la Mort. Les défenseurs du monde qui vit grandir Mortarion ne pouvaient pas grand-chose devant la fureur qui s’abattit sur eux. Après avoir investi les bastions et les bunkers souterrains sur toute la planète, les forces de frappe loyalistes purgèrent les stocks d’armes chimiques de la Death Guard avant de démolir les fortifications grâce à des bombes à gravitons et des charges sismiques. Quand les derniers éléments loyalistes eurent regagné leurs vaisseaux en orbite, le bombardement commença. La flotte Dark Angels fit pleuvoir un véritable déluge de munitions anti-planétaires, brisant en morceaux le monde empoisonné. Alors que le conflit sur Barbarus touchait à sa fin, les Primarques considérèrent leurs cibles suivantes. Le Lion et Russ se séparèrent, pour mener à bien leur campagne de vengeance contre les renégats chacun de leur côté. La flotte de Russ mit le cap vers le noyau galactique pour châtier les renégats qui s’y terraient. De son côté, le contingent principal du Lion se dirigeait vers l’ouest galactique et se sépara en plusieurs flottes plus petites pour combattre les renégats dans toute la région. Après leur départ, les vestiges brisés de Barbarus continuèrent de flotter dans l’infini en un silence sépulcral.

Sources

Pensée du Jour : « Si ton sacrifice ne t’apporte aucune gloire, cela n’a pas d’importance : l’Empereur voit tout. »
  • White Dwarf N°479
  • White Dwarf N°480
  • White Dwarf N°481
  1. White Dwarf N°479, page 113
  2. White Dwarf N°480, page 115
  3. White Dwarf N°479, page 114
  4. White Dwarf N°481, page 118
  5. White Dwarf 481, page 118
  6. White Dwarf N°480, page 118
  7. White Dwarf N°481, page 118
  8. White Dwarf N°480, page 122
  9. White Dwarf N°480, page 124
  10. White Dwarf N°481, page 118/119
  11. White Dwarf N°480, page 126
  12. White Dwarf N°481, page 119
  13. White Dwarf N°481, page 119
  14. White Dwarf N°481, page 105
  15. White Dwarf N°481, page 108
  16. White Dwarf N°481, page 110
  17. White Dwarf N°481, page 119/120
  18. White Dwarf 481, page 120
  19. White Dwarf N°481, page 112
  20. White Dwarf N°481, page 114
  21. White Dwarf N°481, page 120/121
  22. White Dwarf N°481, page 121