Siège d'Hydra Cordatus

De Omnis Bibliotheca

Logo-OB-2021.jpg
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens


« La victoire n´exige nulle explication,
la défaite n´en admet aucune. »

- Doctrine militaire de l'Imperium
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

Black leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpg
Aquila corner hh.pngAquila corner hh.png




Marge hh.jpg
Marge hh.jpg
HH-sub-banner.png


Le Siège d’Hydra Cordatus.
Après la Bataille de Phall, victoire spatiale à la Pyrrhus, le Primarque Perturabo mena sa Légion, les Iron Warriors, assiéger la forteresse des Imperial Fists de la Citadelle Cadméenne, commandée alors par le Capitaine Felix Cassander. De ce qui est sous-entendue dans les enregistrements de l’époque de l’Hérésie d'Horus, Perturabo avait été contacté par Fulgrim, Primarque des Emperor's Children pour une rencontre, et le Seigneur de Fer avait profité de l’occasion pour choisir Hydra Cordatus comme lieu de rendez-vous, lui offrant l’occasion de faire souffrir la VIIe Legiones Astartes.

Les descriptions de cette lointaine et sanglante l’époque parlent de cette citadelle comme d’une formidable forteresse nichée sur une montagne nimbée de fumée avec un palais d’or qui la couronnait. Lors de la mise en Conformité d’Hydra Cordatus durant la Grande Croisade, Rogal Dorn avait choisi la citadelle comme lieu sur lequel planter l’Aquila ; non pas comme symbole de la domination impériale, mais comme un siège de gouvernance devant être partagé par tous.[1]

Démantèlement de la Citadelle Cadméenne[modifier]

Au cours des dernières années de 007.M31, la Légion des Iron Warriors s’était lancée dans une campagne de vengeance. À la suite de l’engagement de Phall, les fils aigris de Perturabo ont brutalement soumis les mondes les uns après les autres, cherchant à apaiser leur fierté blessée en saignant et en humiliant les Imperial Fists partout où ils pouvaient les trouver. Sur le monde d’Hydra Cordatus, la simple présence de la 42e Compagnie de la VIIe Légion en garnison dans la forteresse montagneuse connue sous le nom de Citadelle Cadméenne a suffi à attirer l’attention du Primarque Perturabo lui-même. Dans le strategium du vaisseau amiral de la IVe Légion, l’Iron Blood, les Capitaines des Iron Warriors se réunirent sous le regard de leur Primarque pour décider qui d’entre eux mènerait l’invasion.

Perturabo s’était éloigné de ses fils depuis les événements de Phall et beaucoup de ses Capitaines étaient désireux de regagner les faveurs de leur Primarque et d’améliorer leur position au sein de la Légion. L’un de ces guerriers était le Capitaine de Siège Ascari Valkar, qui avait juré à Perturabo qu’il prendrait la Citadelle Cadméenne dans la semaine et présenterait la tête du Castellan des Imperial Fists au Primarque. Peu impressionné par ces fanfaronnades arrogantes, le vétéran Galan Dion, des Dominators, intervint pour dire que tout assaut direct sur la Citadelle Cadméenne sans siège préalable et bombardement soutenu entraînerait des pertes catastrophiques en personnel et une dégradation inacceptable du matériel. Valkar rejeta avec mépris les critiques du Dominator, la parole de Dion et celle de ses frères n’ayant que peu de poids depuis l’engagement de Phall et leur échec à contenir une force d’abordage de la VIIe Légion qui avait avancé jusqu’au sanctuaire du Primarque. Le plan d’attaque du Capitaine de Siège lui avait servi sur des centaines de mondes et le ferait à nouveau, apportant une annihilation rapide aux Imperial Fists et un retour triomphal dans les faveurs de son Primarque.

Lassé des chamailleries de ses fils, le Seigneur de Fer décréta que Valkar aurait la chance d’accomplir son vœu, mais qu’il le ferait accompagné des Dominators qui se joindraient à ses forces pour l’assaut. La flotte de guerre des Iron Warriors est rapidement entrée en orbite haute au-dessus du monde isolé, après avoir facilement oblitéré la petite flottille de frégates Imperial Fists et de transporteurs de marchandises du Mechanicum maintenus en ancrage géostatique au-dessus de la Citadelle.

La IVe Légion s’est abattue sur Hydra Cordatus avec une force écrasante, le message sans équivoque à la population civile et aux défenseurs loyalistes étant qu’il n’y avait aucune chance d’échapper à la colère des Iron Warriors. Les bombes magmatiques et les canons à effet de masse ont réduit en poussière aride les vallées et les établissements agricoles qui remplissaient les deltas fertiles du monde, faisant bouillir les rivières et transformant les terres arables en terres stériles. Les tirs de lance et les obus de macro-canon, habituellement utilisés dans la guerre du vide contre les flottes ennemies, ont été lâchés sur la planète depuis l’orbite basse, effaçant des villes entières de la surface d’Hydra Cordatus. Seule la Citadelle Cadméenne et ses environs ont été épargnés par la destruction, les Iron Warriors faisant ainsi savoir que la mort des Imperial Fists serait une affaire personnelle, à régler au Bolter et à l’épée. Après deux jours de bombardements orbitaux soutenus, le Capitaine de Siège Valkar et le 33e Grand Bataillon ont atterri sur la planète. Des milliers de Légionnaires sont sortis de leurs colossaux atterrisseurs orbitaux, suivis par des vagues successives de canons de siège et de pièces d’artillerie mobiles. À leurs côtés se trouvaient les Cohortes de Dominators, des escouades disciplinées de guerriers vêtus d’imposantes Armures Terminator Cataphractii, qui montèrent rapidement à bord de leurs transports d’assaut spartiates dès qu’ils furent déployés sur le sol rouge d’Hydra Cordatus.

Les forces d’assaut s’élancèrent de leurs zones d’atterrissage et, sans attendre le débarquement de forces supplémentaires, Valkar lança la première vague de ses troupes dans la mêlée. Les Iron Warriors ne tentent pas de couvrir leur approche, mais foncent droit vers les grandes portes de la puissante forteresse. Des escadrons de Land Raiders et de transports blindés Rhino des Rhinos abaissèrent leurs rampes pour décharger leur cargaison de Space Marines dans les dents des lignes de défense loyalistes les plus éloignées. Les Auxilia Solar des Grenadiers Chalchidiens qui occupaient des bunkers cachés ouvrirent le feu avec leurs armes lourdes dès que les premiers Iron Warriors apparurent dans leurs réticules de visée, faisant exploser des dizaines d’entre eux dans une tempête de tirs de Canons Laser et d’Autocanons. Les chars Arquitor de la IVe Légion qui suivaient l’infanterie ont riposté avec leurs canons bombardes Morbus, les tirs d’obus pulvérisants les bastions des canons et ensevelissant les Auxilia Solar sous des tonnes de gravats étouffants.

La Citadelle Cadméenne[2]

La Citadelle Cadméenne datait de l’époque pré impériale, et était à elle seule, une pépite de technologie inconnue et fascinante. Aucun récit ne révélait qui avait construit cette merveille au sommet de la montagne, même si les ingénieurs et les artisans qui avaient érigé ces murs vivants devaient sûrement faire partie des plus grands esprits de leur temps. Taillés dans une pierre inconnue de ce monde et traversés de technologies dont même le Mechanicum était incapable de percer les secrets, ses murs réagissaient aux dommages comme des tissus vivants. Les impacts d’obus se couvraient d’une croûte de silice liquide, et quelques instants plus tard, le mur en dessous se trouvait de nouveau entier. Seules les atteintes les plus soutenues et les plus catastrophiques engendraient des dégâts irréparables. Tout assiégeant trouveraient face à lui un rempart réagissant à sa présence à coups d’extrusions pointues de roche vivante, ou se retrouvaient engloutis lorsque l’ouvrage s’ouvrait sous leurs pieds. Contre n’importe quel adversaire conventionnel, la forteresse aurait été, à tout point de vue, imprenable et indestructible.

Mais à cette époque, ceux qui assiégeaient la Citadelle Cadméenne étaient les meilleurs dans ce domaine.

C’est à ce moment que les Imperial Fists se sont révélés, des escouades de Légionnaires apparaissant sur les remparts de la citadelle pour ouvrir le feu avec des Bolters et des armes lourdes sur les Iron Warriors en bas dès qu’ils avaient pénétré dans les zones de mort prédéterminées de la VIIe Légion. Les murs extérieurs étaient disposés selon des formes complexes à plusieurs pointes qui ne laissaient aucun répit aux forces attaquantes face aux tirs plongeants des défenseurs. Les Légionnaires des Imperial Fists sortirent des tranchées dissimulées à l’extérieur des murs, tirant avec leurs Bolters à bout portant avant que les Iron Warriors ne soient parmi eux. La bataille s’est alors engagée au corps à corps, un combat sauvage et impitoyable où aucun quartier n’a été demandé ou donné. Les Épées Tronçonneuses rugissaient, des étincelles jaillissaient des plaques d’armure ou mordaient profondément dans les coutures des armures et les articulations du cou, leurs dents aiguisées déchiraient la chair pour libérer des fontaines de sang. Au milieu de ce carnage, il semblait que la Citadelle elle-même s’animait pour repousser les envahisseurs ; des gueules caverneuses s’ouvraient dans le sol pour avaler des escouades entières de Légionnaires avant de se refermer et de les écraser à mort. Des générateurs d’impulsions gravitationnelles s’activaient dans les murs, piégeant les Iron Warriors qui étaient abattus par les tireurs d’élite des Imperial Fists ou empalés sur des saillies de pierre qui sortaient du sol sous l’impulsion de la forteresse.

Au centre de la ligne, hurlant inlassablement son défi, le Capitaine de Siège Valkar mena une phalange de vétérans vers les portes extérieures de la Citadelle. Là, les tirs de l’ennemi étaient les plus violents et des dizaines de ses Iron Warriors ont été tués alors que chaque formidable rangée de courtines et de tours défensives soigneusement espacées offrait de nombreuses couches de tirs d’enfilade sur les forces qui tentaient d’attaquer les portes. Les Dominators se joignirent à l’assaut du Capitaine de Siège, leurs Marteaux Tonnerre s’élevant et s’abattant sur tout Loyaliste qui se tenait sur leur chemin dans un chant funèbre de destruction implacable. Valkar et ses hommes atteignirent les portes en premier, les vétérans réduisant les grandes charnières en métal fondu avec leurs fusils à fusion avant de les enfoncer à coups de poings puissants et de massues lourdes.

Immédiatement, les Iron Warriors de tête furent projetés en arrière lorsqu’une tempête d’obus provenant de la Citadelle leur tomba dessus. À travers les décombres des portes, cinq manipules d’Automates de Bataille Castellax se déplacèrent, les canons à projectiles montés sur leurs épaules crachant une grêle incessante d’obus. Un Seigneur de la Forge des Imperial Fists mena ces machines de mort ambulantes au combat et elles enfoncèrent les Iron Warriors qui avançaient. Les Castellax tuaient leurs ennemis avec de vicieuses lames énergétiques tournantes ou de puissants chargeurs de chocs, déchirant les Iron Warriors avec une force inhumaine à laquelle même les Legiones Astartes ne pouvaient résister. Les réserves des Imperial Fists avançaient derrière les énormes machines, les Escouades de Brèche verrouillant leurs boucliers ensemble pour former un mur impénétrable qui bloquait toute avancée vers la Citadelle intérieure.

Les Dominators s’élancèrent en avant pour arrêter le déchaînement sanglant du Castellax et briser le mur de bouclier ; Galan Dion et ses frères en Armure Cataphractii se pressèrent sans relâche sous la grêle de feu déchaînée par les systèmes d’armes des Automates de Bataille. Ils chargèrent le Castellax avec une fureur née du ressentiment et de la honte, évacuant la frustration de leur chute dans les faveurs de leur Primarque sur l’Automate de Bataille qui ressemblait tant au Cercle de Fer qui les avait remplacés. L’élan de la contre-offensive des Imperial Fists était perdu alors que les corps des morts, machines et Légionnaires, tombaient par douzaines dans le bourbier sanglant devant les portes de la Citadelle Cadméenne. Dans le sillage de l’assaut de choc des Dominators, les Iron Warriors reformèrent leurs forces et pressèrent l’attaque, mais aucun des deux camps ne parvint à porter le coup décisif qui permettrait de sortir de l’impasse et de décider de l’issue de la bataille.

Alors que le massacre de la ligne de la forteresse se poursuivait sans relâche, les Dominators se frayèrent inexorablement un chemin jusqu’à Valkar, qui se tenait parmi les quelques vétérans survivants de son avant-garde. Le Capitaine de Siège grogna dans le vox pour que d’autres renforts soient amenés et rejeta la responsabilité de l’état de la bataille sur les Dominators et leur arrivée tardive, accusant Galan Dion de conserver les effectifs de ses hommes d’une manière lâche et indigne d’un Iron Warrior. Les deux tiers du 33e Grand Bataillon gisaient déjà morts ou gravement blessés sur le sol d’Hydra Cordatus et avec les lignes de bataille réduites à une vaste impasse de carnage, Galan Dion décida que la folie du Capitaine de Siège entraînerait leur ruine à tous si elle n’était pas arrêtée. Le vétéran Dominator et trois de ses frères se rapprochèrent de façon menaçante de Valkar qui, comprenant leur intention, fit tournoyer son Épée Énergétique en arcs de cercle sauvages pour tenter de repousser les imposants Terminator des Terminators. Galan Dion abaissa son épaule et percuta Valkar en plein élan, désarmant le Capitaine de Siège et le projetant sur ses pieds. Les Dominators s’emparèrent de Valkar et se frayèrent un chemin à l’écart de la bataille, perdant plusieurs d’entre eux sur le difficile chemin du retour vers la zone d’atterrissage de la IVe Légion.

Là, devant son atterrisseur d’assaut Stormbird personnel, Perturabo se tenait entouré de son redoutable Cercle de Fer. Les imposants Automates de Bataille formaient un cordon protecteur autour du Primarque, comme l’avaient fait autrefois les Dominators, avant leur destitution et leur remplacement. Valkar fut jeté à terre devant les pieds de son Primarque. Cette fois, il n’aurait aucune chance de justifier son échec. Au signe de tête de Perturabo, le Cercle de Fer tourna ses canons sur le Capitaine de Siège et le réduisit en quelques secondes en morceaux de chair et de céramite. Galan Dion chercha l’approbation de son Primarque, espérant que la valeur des Dominators serait à nouveau reconnue, mais il n’y avait aucune sympathie dans le regard de pierre de leur père, qui ordonna au Cercle de Fer d’entrer dans la zone de combat et de sortir de l’impasse. Les Dominators seraient une fois de plus envoyés au front pour servir et saigner comme tous les autres Légionnaires de la IVe Légion, car aux yeux de leur Primarque, ils n’étaient rien de plus que de la chair et du sang faillibles, et seul le fer était éternel.[3]

La Fin du Siège[modifier]

Suite à ce début calamiteux, le siège s’éternisa trois mois, bien que les détails de l’ensemble du siège sont à présent inconnu. Mais cela ne changea en rien la destinée finale des Imperial Fists qui résistaient à l’agression renégate. Lors d’un assaut, prit sur l’initiative du Maître de Forge Harkor, quelques Iron Warriors du 23e Grand Bataillon passèrent les défenses de la Citadelle. Si les Traîtres auraient été in fine éliminés, Perturabo en profita pour mette à terme lui même au siège - des rumeurs affirment qu’il soit intervenu suite à cet assaut non programmé. Les témoignages parlent de la vison funeste du Seigneur de Fer se jeter depuis un Warhawk d’acier argenté, d’or et de noir, atterrissant dans la Citadelle Cadméenne et massacrer à lui seul les derniers Imperial Fists. Ces mêmes témoignages évoquent l’arme que Perturabo maniait, le célèbre marteau Brise-Forge qui avait autrefois appartenu à Ferrus Manus, mort sur Isstvan V alors. Ils évoquent aussi le funeste Cercle de Fer, six Automates de Bataille Colossus fabriqués par le Seigneur de Fer afin de lui servir de gardes du corps, prouvant que la paranoïa du Primarque c’était accentué au fil des années, voir s’accélérait depuis sa trahison.

La Citadelle Cadméenne tomba finalement, les derniers survivants comme le Capitaine Felix Cassander fait prisonnier.

Perturabo rejoignit son camp retranché avec son état-major, le terrible Trident, afin de préparer l’arrivée de Fulgrim, persuadé que le Phénicien venait le voir pour obtenir son expertise afin de sécuriser Mars, mission qu’Horus avait confié au lunatique Primarque des Emperor’s Children. Alors qu’il attendait son frère, Perturabo appris que la flotte de la IIIe Légion était enfin arrivé mais que Fulgrim était déjà sur la surface de la planète.

La fin du Siège d’Hydra Cordatus n’eut aucun impact significatif sur le déroulé de la guerre, mais fut le point de départ d’une entreprise à la conclusion funeste.[4]

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « Nul n’est innocent, car il n’existe que divers degrés de culpabilité. »
  • McNEILL GRAHAM, Ange Exterminatus - Chair et Acier, Black Library 2013
  • The Horus Heresy - The Siege of Hydra Cordatus : Sundering of the Cadmean Citadel
  1. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Un - La Beauté dans la Mort - Régénération - Sentinelles de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Un - La Beauté dans la Mort - Régénération - Sentinelles de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  3. The Horus Heresy - The Siege of Hydra Cordatus : Sundering of the Cadmean Citadel (traduit de l’anglais par Guilhem)
  4. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Un - La Beauté dans la Mort - Régénération - Sentinelles, Chapitre Deux - Premier Sang - Brise-Forge - Le Trident Reforgé, Chapitre Trois - Sang Neuf - Cavea Ferrum - Sanctum de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.