Bataille d'Iydris

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Siège d'Hydra Cordatus)

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png

Ceux qui étudient l’Hérésie d'Horus ont pour la plupart jamais entendu parler d’Iydris. Ce n’était pas en effet un monde impérial, ni renégat, même pas humain. La planète se trouvait dans l’Œil de la Terreur, alors région quasi inconnue par l’Imperium plongé dans la guerre civile. Pourtant sur Iydris, la fin d’une quête sacrilège eu lieu, et les implications de cet événement marquèrent in fine la Grande Hérésie et le reste de l’Imperium.

Sur Iydris, quasi aucune perte Loyaliste ne fut à déplorer, ni aucune menace directe envers l’Imperium n’eut lieu, et malgré la présence de deux Primarques renégats et de leurs Légions respectives. Sur Iydris, au cœur de la folie de l’Œil de le Terreur, les fantômes d’un empire révolu furent exhumés par les acteurs présents d’un empire en accession. Sur Iydris, naquis le stade ultime de l’abomination, de la perversion et de la fin de qui devait être le symbole ultime de la perfection humaine. Sur Iydris, naquit le premier Primarque Démon de l’histoire.

Le Siège d'Hydra Cordatus[modifier]

Le Siège d’Hydra Cordatus.
La Bataille d’Iydris s’inscrit dans la continuité des deux batailles menés par deux Primarques au caractère très différents : la Bataille de Phall mené par Perturabo, et la Bataille de Prismatica V par Fulgrim. Pour le premier, la victoire à la Pyrrhus de Phall avait déclenché chez Perutarbo le besoin d’attaquer les Imperial Fists de son frère détesté Rogal Dorn. Pour le second, Prismatica V n’était que l’avant dernière étape de sa quête vers la damnation mais nécessitait les talents du Seigneur de Fer. Les deux Primarques se retrouvèrent sur un monde qui allait répondre à leur objectif mutuel, Hydra Cordatus.

Après Phall, Perturabo mena sa Légion, les Iron Warriors, assiéger la forteresse des Imperial Fists de la Citadelle Cadméenne, commandée alors par le Capitaine Felix Cassander. De ce qui est sous-entendue dans les enregistrements de l’époque, Perturabo avait été contacté par le Phénicien pour une rencontre, et le Seigneur de Fer avait profité de l’occasion pour choisir Hydra Cordatus comme lieu de rendez-vous, lui offrant l’occasion de faire souffrir la VIIe Legiones Astartes.

Les descriptions de l’époque parlent de cette citadelle comme d’une formidable forteresse nichée sur une montagne nimbée de fumée avec un palais d’or qui la couronnait. Lors de la mise en Conformité d’Hydra Cordatus, Rogal Dorn avait choisi la citadelle comme lieu sur lequel planter l’Aquila ; non pas comme symbole de la domination impériale, mais comme un siège de gouvernance devant être partagé par tous.

La Citadelle Cadméenne[1]

La Citadelle Cadméenne datait de l’époque pré impériale, et était à elle seule, une pépite de technologie inconnue et fascinante. Aucun récit ne révélait qui avait construit cette merveille au sommet de la montagne, même si les ingénieurs et les artisans qui avaient érigé ces murs vivants devaient sûrement faire partie des plus grands esprits de leur temps. Taillés dans une pierre inconnue de ce monde et traversés de technologies dont même le Mechanicum était incapable de percer les secrets, ses murs réagissaient aux dommages comme des tissus vivants. Les impacts d’obus se couvraient d’une croûte de silice liquide, et quelques instants plus tard, le mur en dessous se trouvait de nouveau entier. Seules les atteintes les plus soutenues et les plus catastrophiques engendraient des dégâts irréparables. Tout assiégeant trouveraient face à lui un rempart réagissant à sa présence à coups d’extrusions pointues de roche vivante, ou se retrouvaient engloutis lorsque l’ouvrage s’ouvrait sous leurs pieds. Contre n’importe quel adversaire conventionnel, la forteresse aurait été, à tout point de vue, imprenable et indestructible.

Mais à cette époque, ceux qui assiégeaient la Citadelle Cadméenne étaient les meilleurs dans ce domaine.

Néanmoins, le siège s’éternisa trois mois

Les détails de l’ensemble du siège sont à présent inconnu, mais cela ne changea en rien la destinée finale des Imperial Fists qui résistaient à l’agression renégate. Lors d’un assaut, prit sur l’initiative du Maître de Forge Harkor, quelques Iron Warriors du 23e Grand Bataillon passèrent les défenses de la Citadelle. Si les Traîtres auraient été in fine éliminés, Perturabo en profita pour mette à terme lui même au siège - des rumeurs affirment qu’il soit intervenu suite à cet assaut non programmé. Les témoignages parlent de la vison funeste du Seigneur de Fer se jeter depuis un Warhawk d’acier argenté, d’or et de noir, atterrissant dans la Citadelle Cadméenne et massacrer à lui seul les derniers Imperial Fists. Ces mêmes témoignages évoquent l’arme que Perturabo maniait, le célèbre marteau Brise-Forge qui avait autrefois appartenu à Ferrus Manus, mort sur Isstvan V alors. Ils évoquent aussi le funeste Cercle de Fer, six Automates de Bataille Colossus fabriqués par le Seigneur de Fer afin de lui servir de gardes du corps, prouvant que la paranoïa du Primarque c’était accentué au fil des années, voir s’accélérait depuis sa trahison.

La Citadelle Cadméenne tomba finalement, les derniers survivants comme le Capitaine Felix Cassander fait prisonnier.

Perturabo rejoignit son camp retranché avec son état-major, le terrible Trident, afin de préparer l’arrivée de Fulgrim, persuadé que le Phénicien venait le voir pour obtenir son expertise afin de sécuriser Mars, mission qu’Horus avait confié au lunatique Primarque des Emperor's Children. Alors qu’il attendait son frère, Perturabo appris que la flotte de la IIIe Légion était enfin arrivé mais que Fulgrim était déjà sur la surface de la planète.

La fin du Siège d’Hydra Cordatus n’eut aucun impact significatif sur le déroulé de la guerre, mais fut le point de départ d’une entreprise à la conclusion funeste.[2]

La Chair et le Fer[modifier]

Fulgrim débarqua avec ses guerriers sur Hydra Cordatus et rejoignit la formation impeccable des Iron Warriors mise sur pied pour accueillir le Phénicien. On ne peut qu’imaginer la surprise et la consternation des fils génétiques du Seigneur de Fer lorsqu’ils constatèrent que leurs alliés étaient devenu un carnaval de débauche sans moral, s’enfonçant dans l’abject et l’horreur, exposant leur corruption alors déjà très avancée. Fulgrim était porté par ses gardes du corps Teminators sur une grande litière d’êtres vivants fusionnés, amalgamés et cousus ensemble avant de rejoindre Perturabo et de lui offrir une cape pliée d’hermine, avec - élément très important - un fermoir en forme de crâne aplati en acier chromé d’où était incrustée une gemme de la taille d’un poing, noire et veinée de filaments d’or de l’épaisseur d’un cheveu. Perturabo mit sur lui cette cape et fit claquer le fermoir devant son cou.[3]

L'Ange Exterminatus[modifier]

Évènement étonnant, Fulgrim avait amené avec lui un Aeldari dont le nom voulais dire en Haut Gothique "celui qui met un terme aux souffrances", où Karuchi Vohra dans sa langue natale. Comment le Phénicien avait-t-il rencontré le Xenos, nous l’ignorons, mais malgré la consternation de Perturabo, Fulgrim exigea la construction d’un amphithéâtre où il comptait exposer avec toute la mégalomanie de son caractère, le but de sa rencontre avec son frère. Perturabo s’exécuta et bâti un magnifique ouvrage baptisé le Thaliakron en deux jours et une fois terminée, les guerriers de deux Légions s’assirent dans les gradins, alors que Perturabo, l’Aeldari et Fulgrim prirent place sur scène.

C’est là que Fulgrim raconta une soi-disant légende Aeldari baptisée l’Ange Exterminatus, Amon ny-shak Kaelis de son vrai nom, une entité Aeldari violente qui serait née du viol de la déesse Isha par le dieu Khaine avant d’être enfermée dans une prison par le dieu souverain Asuryan suite aux dévastations qu’il avait commis. Le Primarque des Emperor’s Children affirma que celui qui s’emparerait de l’Ange Exterminatus détiendrait un immense pouvoir, sous entendant que de vastes armes puissantes et dangereuses attendaient pour offrir la victoire à cette guerre civile. Tout cela sera un mensonge savamment inventé pour le Phénicien.[4]

Un Tir dans le Noir[modifier]

La fin du spectacle de Fulgrim prit un tour inattendu qui si il aurait marché, aurait éliminé l’un des pires traîtres de l’Imperium : des courageux Space Marines Loyalistes tirèrent une balle en pleine tête du Phénicien, sous les yeux de Perturabo et des Astartes renégats. Nous ignorons leurs noms, mais il est certain qu’ils étaient deux, membres des Légions Éclatées, un groupe basé sur un vaisseau Iron Hand nommé le Sisypheum. L’un était un Raven Guard et l’autre un Iron Hand, survivants de Isstvan V ayant sans aucun doute suivi les Traîtres pour leur apporter le juste châtiment de l’Empereur et venger leur camarades assassinés. Les deux Loyalistes parvinrent à s’échapper malgré une traque sans pitié et meurtrière, prouvant le talent de ses soldats de l’Empereur. Mais Fulgrim survécu…[5]

La Bataille du Sisypheum[modifier]

Une fois Fulgrim remis sur pied, Perturabo accepta de se joindre à sa quête, les conditions à sa participation étant que les armes de l’Ange Exterminatus soient mis sous sa responsabilité une fois l’aventure terminée. Les deux flottes renégates quittèrent Hydra Cordatus, guidé par l’Aeldari qui utilisa l’ancien savoir de son peuple pour guider les deux Legiones Astartes vers un lieu qui sera plus tard connu sous le nom d’Œil de la Terreur. Les témoignages parlent des "Chemins du Dessus", employé par l’Aeldari pour éviter aux Traîtres de subir les courants violents de la tempête Warp, certains pensant que ce terme évoque la Toile. L’Ange Exterminatus se trouvait au cœur de ce maelström de folie.

Mais à l’insu des Traîtres, le Sisypheum les suivit. Comment et pourquoi, cela est resté sans réponse, mais les Loyalistes, majoritairement des Iron Hands, avaient reçu l’aide d’un autre Aeldari qui tentait de contrecarrer son homologue, aidant le Sisypheum à naviguer dans la tempête et à suivre les traîtres. Mais le Sisypheum se fit repérer suite à un étrange accident à son bord, et très vite, une bataille se déclencha. Les Loyalistes durent leur salut grâce à la stupidité et aux pulsions des Emperor’s Children qui abordèrent le Sisypheum avec un de leurs navires, empêchant Perturabo de détruite avec sa puissante flotte le vaisseau Iron Hand. Les combats furent violents, les rapports évoquant notamment la présence de Space Marines abominables et mutés, issus des expériences déjà démentes de Fabius Bile, l’Apothicaire Emperor’s Children traqué depuis dix mille ans par l’Imperium pour ses expériences abjectes. Perturabo lui-même rejoignit le Sisypheum mais lorsqu’il constata une augmentation de moteurs qui auraient conduis à la destruction du navire, il retourna à bord de son vaisseau amiral, l’Iron Blood. Le Sisypheum parvint à s’échapper, apparemment grâce à Perturabo qui aurait laissé partir les Loyalistes afin de se satisfaire du spectacle de la destruction de vaisseau Emperor’s Children qui s’en suivit, prouvant que les tensions avec son frère Fulgrim devaient être déjà grandes et profondes…[6]

La Bataille d'Iydris[modifier]

Iydris[7]

Iydris était un Monde Déchu Aeldari, situé dans l’Œil de la Terreur après la Chute de cette race. Elle était comme une perle sertie dans une toile oubliée sous la pluie, c’était une breloque immaculée au milieu des énergies effervescentes du Warp. Là où d’autres poches de matière renfermaient des mondes infernaux, battus par les ouragans, aux lois physiques impossibles et aux pseudo-réalités cauchemardesques, cette planète était parvenue à rester inviolée, tel un point de lumière sur un fond de tourmentes impénétrables. Les Aeldaris affirmaient qu’Iydris avait la faveur de la déesse Lileath qui se montrait protectrice envers ce monde et le serrait contre son sein. Mêmes les sombres appétits de la déesse Morai-Heg ne pouvaient l’arracher du firmament.

C’est sur Iydris que se trouvait la citadelle d’Amon ny-shak Kaelis, une nécropole Aeldari qui verra l’ascension démoniaque de Fulgrim durant l’Hérésie d’Horus et la bataille entre les Iron Warriors et les Emperor’s Children contre les Loyalistes Iron Hands et les âmes des Aeldaris de cette planète.

La Bataille d’Iydris.
Les Traîtres arrivèrent sur Iydris, situé dans l’Œil de la Terreur et qui s’avérait être un Monde Déchu Aeldari tombé lors de la Chute de cette race, mais étonnement resté intact malgré la fureur des tempêtes tout autour. Là se trouvait la citadelle d’Amon ny-shak Kaelis mais toujours aussi prudent (ou paranoïaque) Perturabo fit fortifier des positions autour de la citadelle pour contrer une éventuelle attaque ennemie. Puis les deux Primarques, accompagner par l’Aeldari et d’une petite troupe, entrèrent à l’intérieur de la citadelle.

Ce qui se passa ensuite reste floue, mais il semblerait que les Primarques renégats se soient retrouvés dans un lieu nommé le mausolée du Destin d’Isha puis face à un labyrinthe terriblement troublant. Ce fait expliquerait la présence de Perturabo car lui seul avait les capacités de se déplacer au sein d’un tel dédale. Les choses se terminèrent mal, l’Aeldari fut exécuté par le Seigneur de Fer quand celui-ci compris que cette créature se jouait de lui et ne servait qu’à meubler le mensonge de Fulgrim : il n’y avait pas d’Ange Exterminatus ni d’armes. Perturabo avait été attiré par son frère dément juste pour ses compétences à se retrouver dans un labyrinthe et en sortir. Arrivé au cœur du mausolée du Destin d’Isha, ils se retrouvèrent dans une galerie circulaire où dominait le vaste espace d’un dôme empli de la même illumination verte qui imprégnait les tombeaux et les sépulcres de la citadelle. La source de cette lumière aurait été un gigantesque geyser de brillance émeraude, jaillissant en colonne depuis la bouche d’un puits abyssal au centre de ce volume caverneux.

Tout bascula. Des milliers de statues cristallines parsemant l’édifice et ayant la forme d’Aeldaris, se réveillèrent, des spectres des Xenos morts d’Iydris qui s’animèrent et se jetèrent sur les Space Marines et les Primarques. Une furieuse mêlée commença, anarchique et sans pitié. Fulgrim s’éclipsa en empruntant une rampe au bord de puits et qui descendait en spirale jusqu’à disparaître au loin. Son frère au cœur de fer le pourchassa et ce qui se passa ensuite reste sujet aux spéculations, mais les deux Primarques réapparurent plus tard alors que la bataille continuait à faire rage. Le Phénicien "volait" comme une comète avec des millions de gemmes hurlantes l’entourant, sortant tel un dieu du puits au milieu de la bataille contre les esprits Xenos, portant dans ses bras son frère devenu étrangement faible, car la perversité du cadeau de Fulgrim sur Hydra Cordatus, la fameuse cape avec la gemme dorée au centre du fermoir, était un artefact Aeldari nommé maugetar qui avait drainé les forces du Seigneur de Fer. On soupçonne que Fulgrim espérait sacrifier son frère durant son rituel impie, mais là encore, il eut deux retournements de situations.

Le premier retournement fut que Perturabo avait profité de l’inaction de Fulgrim durant son "vol" pour s’emparer du maugetar avant d’être laissé vidé par Fulgrim au sol. Au milieu de tirs et des cris, le célèbre renégat Emperor’s Children Eidolon, le second de Fulgrim, aurait pratiqué sur son Primarque un rituel répugnant consistant à introduire dans des entailles profondes faites sur le corps du Phénicien des Pierres-Esprits Aeldaris. La chair de Fulgrim dévora les âmes des Aeldaris enfermées dans les gemmes et pour achever son ascension, il lui manquait juste le maugetar, rempli de la force de Perturabo qu’il comptait sacrifier.

Le second retournement de situation fut l’arrivée surprise des Loyalistes du Sisypheum qui n’avaient pas renoncer à châtier les Traîtres. Ils engagèrent les Traîtres, accentuant plus le chaos général qui secouait la nécropole Xenos. Perturabo chercha à se débarrasser du maugetar en comprenant les attentions de son frère, le jetant dans le puits d’Iydris, mais les Loyalistes parvinrent à récupérer le maugetar grâce à un aigle cybernétique appartenant à l’équipage du Sisypheum qui récupéra la précieuse gemme dorée. Les Loyalistes détruisirent le maugetar tandis que Perturabo frappa pour tuer avec son marteau Fulgrim. Et là l’horreur naquit…

À peine Fulgrim fut-il frappé par le marteau de son frère qu’il implosa et une lumière aveugla tous ceux présents. Les Pierres-Esprits qui recouvraient le mausolée et les statues cristallines d’Iydris furent offertes à la sombre déité du Phénicien qui se métamorphosa en une abomination serpentine connu par les spécialistes luttant contre les entités Warp sous le nom de Prince Démon. Damné pour l’éternité, Fulgrim disparu, rejoignant son maître dans son royaume cauchemardesque, tandis que la planète se déchirait, comme si Fulgrim avait détruit la raison d’être de ce monde, forçant les Iron Warriors et les Loyalistes du Sisypheum à battre en retraite.

Les Loyalistes disparurent, continuant leur guerre contre les forces du Maître de Guerre. Quand à Perturabo, on sait qu’il parvint à s’enfuir avec sa Légion et que perdu au milieu de l’Œil de la Terreur, sans guide ni moyens de savoir comment sortir de cette dimension infernale, il aurait ordonné à sa flotte d’entrer dans un trou noir proche, qui miraculeusement l’amènera sur l’orbite d’un monde qui connaître la plus grande bataille de chars blindés de l’Hérésie d’Horus : Tallarn.[8]

Source[modifier]

  • McNEILL GRAHAM, Ange Exterminatus - Chair et Acier, Black Library 2013
  1. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Un - La Beauté dans la Mort - Régénération - Sentinelles de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Un - La Beauté dans la Mort - Régénération - Sentinelles, Chapitre Deux - Premier Sang - Brise-Forge - Le Trident Reforgé, Chapitre Trois - Sang Neuf - Cavea Ferrum - Sanctum de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Quatre - Reconnexion - Carnaval - Plus Proches que des Frères de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Cinq - Un Serpent Venimeux - Thaliakron - Des Veilleurs à l’Écart de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Six - Maelsha’eil Atherakhia - Un Tir dans le Noir, Chapitre Sept - J’étais Là - Les Chemins du Dessus - Un Tribut de Chair de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Treize - Revenu du Précipice - Découverts - Ordres d’Attaque, Chapitre Dix-Sept - La Tour - Fratricide - Je Commanderai de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Dix-Sept - La Tour - Fratricide - Je Commanderai, Chapitre Dix-Huit - Mener à Bien - Le Monde Déchu - Une Cité des Morts de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Dix-Sept - La Tour - Fratricide - Je Commanderai, Chapitre Dix-Huit - Mener à Bien - Le Monde Déchu - Une Cité des Morts, Chapitre Dix-Neuf - Amon ny-shak Kaelis - Disharmonie - Quelqu’un que Je Veux Tuer, Chapitre Vingt - Le Destin d’Isha - Ce Monde est Vivant - Je Connais les Labyrinthes, Chapitre Vingt-Et-Un - Les Fragments d’un Tout Plus Grand - Mathématiques Immatérielles - Ils n’Étaient pas à Moi, Chapitre Vingt-Deux - Des Horizons à Demi Imaginés - Guerre Spectrale - Tir à Pleine Puissance, Chapitre Vingt-Trois - Les Voix des Morts - La Gloire de ceux qui Tombent - Le Moissonneur, Chapitre Vingt-Quatre - Fer sur le Fer - L’Héritage du Sang - Un Combat Difficile, Chapitre Vingt-Cinq - Celui qui Était Mort - Rêves de Fer - L’Aigle de la Xe, Chapitre Vingt-Six - Un Ennemi Commun - Le Bruit de la Folie - Aucun Plaisir, Chapitre Vingt-Sept - Apothéose - La Fin du Monde - Vers le Noir de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.