Schisme de Mars

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png





« Aujourd’hui est un grand jour, mes acolytes, conservez-en le souvenir éternellement. C’est aujourd’hui le jour où Mars et ses Mondes-Forges vont rejeter le joug de la tyrannie de l’Empereur. Lancez vos armées à l’attaque, et que les sables de notre planète se teintent de la couleur du sang ! »
- Fabricator-Général Kelbor-Hal.
Le Schisme de Mars.
Le Schisme de Mars fut une guerre civile meurtrière, à la fois politique et théologique, qui éclata sur la Planète Rouge, cœur politique, spirituel et technologique du Mechanicum. Les factions loyalistes du Mechanicum et les traîtres du Mechanicum Noir s’entre-tuèrent dès le début de l’Hérésie d'Horus. Des millénaires plus tard, les détails de cette guerre fratricide sont gardés dans le secret par l’Adeptus Mechanicus, afin de conserver sa particularité dans l’actuel Imperium, et pour ne pas rouvrir les causes doctrinales et politiques de ce désastre alors que les terres dévastées et les ruines des Forges annihilés jonchent encore la Planète Rouge dix millénaires plus tard. Peu connaissent les détails de cette tragédie, gardés sous scellés. Néanmoins, cachés dans les profondeurs des cryptes martiennes, il est possible de comprendre les principaux événements qui ont bouleversé la Planète Rouge en parallèle avec les événements des débuts de la Grande Trahison.

L'Avènement du Mechanicum Noir[modifier]

La Grande Croisade de l’Empereur de l’Humanité poursuivit son expansion dans la galaxie au début du 31e Millénaire, ramenant un nombre sans cesse croissant de mondes humains sous le contrôle d’une seule autorité et mettant fin à l’isolement de l’Humanité depuis l’Ère des Luttes. Dès le début de cette conquête, l’Empereur avait conclu une alliance avec le Mechanicum de Mars, dont certains membres voyaient en Lui l’incarnation du Dieu-Machine. Cette alliance, connu sous le nom de Traité d'Olympus, liait les destinées du Trône et de la Forge pour constituer une union qui ne devait jamais être rompue. En échange du savoir faire technologique du Mechanicum, de ses armes, vaisseaux et machines de guerre nécessaires à la Grande Croisade, l’Empereur s’était engagé de ne pas intervenir sur les structures de la société martienne et à remettre aux Technoprêtres toutes les technologies que l’Imperium découvriraient durant Ses conquêtes.

Cette expansion prit fin avec la trahison d’Horus lors de l’Atrocité de Isstvan III. Le plus grand et le plus aimé des fils Primarques de l’Empereur bombarda des Space Marines dont la loyauté envers lui était suspecte sur le monde de Istvaan III. Comble du désastre, en plus de la Légion d’Horus, les Sons of Horus, trois autres Légions, les Emperor's Children, les World Eaters et la Death Guard faisaient parti de la conjuration, leurs Primarques respectifs ayant prêtés serment d’allégeance à Horus.

Mais la puissance militaire des Astartes ne pouvait suffire pour parvenir à renverser l’Empereur. Même avant le début des premières étapes de son insurrection planifiée, Horus savait qu’il devrait obtenir le soutien du Mechanicum s’il voulait s’emparer de l’Imperium. Les Technoprêtres étaient les seigneurs du savoir technologique de l’Humanité, leurs armes de qualité supérieure, leurs Legios Titaniques et leurs puissants Mondes-Forges alimentaient l’Imperium en armes, armures et véhicules.

Horus sut se fidéliser de nombreux Techoprêtres du Mechanicum après leur avoir promis les secrets de l’ancienne technologie des Schémas de Construction Standards qu’il avait récupéré sur les mondes de la Technocratie Aurétienne, récemment soumise par sa Légion. Mais cette alliance fut véritablement scellée avec ces martiens renégats que lorsque le Maître de Guerre promis au représentant du Mechanicum de sa flotte, Regulus, une plus grande autonomie politique à Mars et la levée de l’interdiction de l’Empereur sur les études des technologies interdites. Regulus accepta cet accord et après l’Atrocité de Istvaan III, il parti, au titre d’ambassadeur d’Horus, sur Mars en faire part au Fabricator-Général du Mechanicum, Kelbor-Hal.

Le climat sur Mars était tumultueux peu avant le déclenchement du conflit. Les différents Maître de Forge sur Mars ne cessaient de se disputer pour des affaires de pouvoir. Il existait des relations tendues entre les divers Magi qui gouvernaient Mars avec des épisodes sporadiques d’espionnage et de violence perpétrés contre les différentes Forges qui représentaient les principales puissances de Mars. Il y avait même des soupçons non confirmés que les différentes Legio Titaniques de la Collegia Titanica, les forces militaires les plus puissantes à la disposition du Mechanicum, avaient déjà choisi secrètement leurs camps en cas d’un potentiel conflit. En effet, une grande faction du Mechanicum dirigée par le Fabricator-Général, Kelbor-Hal, était persuadé que l’Empereur était une fausse idole et non le véritable Omnimessie, ce dernier devant se révéler ultérieurement. Plus important encore, Kelbor-Hal nourrissait un grand ressentiment contre l’Empereur pour avoir, à ses yeux, vassaliser Mars pour n’en faire qu’une simple fabrique d’armes destinée à nourrir les forces de la Grande Croisade et pour Son interdiction de certains types de recherche technologique, notamment l’intelligence artificielle.

Le Fabricator-Général Kelbor-Hal
C’est dans ce contexte qu’arriva Regulus. Le représentant d’Horus présenta l’offre d’alliance du Maître de Guerre à Kelbor-Hal. En plus d’une autonomie accrue, et de la levée de l’interdiction de l’Empereur sur certaines technologies, Regulus convainquit le Fabricator-Général de soutenir le Maître de Guerre contre le régime autocratique de l’Empereur en lui offrant un présent de la part d’Horus : des codes d’accès lui permettant d’ouvrir un dépôt de connaissances interdites connu sous le nom de Cryptes de Moravec, que l’Empereur avait scellé en personne deux siècles plus tôt lors de Son arrivé sur Mars et de Son alliance avec le Mechanicum, retrouvant ce lieu secret dans les labyrinthes d’Olympus Mons, la plus grande et plus puissante Forge de Mars. Le fait que ce lieu de légende martienne, recelant un savoir extraordinaire, fut scellé et redissimulé par l’Empereur, avait enragé Kelbor-Hal. Ces cryptes contenaient d’innombrables artefacts technologiques qui avaient été façonnés ou corrompus par le pouvoir malfaisant du Chaos, artefact que Moravec, un ancien sorcier de Terra exilé sur Mars il y a des siècles, avait crée grâce à des pactes impies passé avec les Puissances de la Ruine.

Aguiché par les savoirs interdits de Moravec, et souhaitant chasser l’Empereur de Mars, le Fabricator-Général accepta de s’allier avec Horus, s’engageant à aider les traîtres avec toute la technologie à sa disposition.

Lorsque les cryptes furent ouvertes, toutes sortes de connaissances et d’armes mystérieuses interdites qui avaient de toute évidence été souillées par l’influence corruptrice du Chaos furent découvertes à l’intérieur. Ce savoir permettait d’unir des machines avec l’énergie pure du Warp, créant des monstruosités non naturelles et malveillantes d’une époustouflante puissance. Kelbor-Hal et ses alliés mirent sur pied des troupes de Serviteurs et de machines corrompus et se prépara à lancer la désolation sur Mars.

De sa Forge d’Olympus Mons, le Fabricator-Général utilisa les millions de kilomètres de câbles de faisceaux de fibres optiques, de champs électriques nébuleux et grésillants, de réseaux sans fil et de conduits hololithiques - qui permettaient à l’information de circuler partout sur Mars et entre les Forges - pour propager des codes corrompus qui se répandirent dans les Forges et les temples de la Planète Rouge. Le code gangrené trouva le point faible de chaque Forge et déclencha une désastreuse cascade de pannes systèmes. Aucun recoin de Mars, ou presque, n’échappa au code corrompu dont l’ambition augmentait à mesure qu’il gagnait du terrain et qui finit par enserrer la planète dans une toile de malveillance toujours plus resserrée.

Les terribles effets de ce code sont trop nombreux à recenser, mais encore de nos jours, cette série de catastrophes meurtriers reste dans les mémoires sous le nom de Massacre des innocents. Nous pouvons évoquer quelques événements marquants qui souillèrent à jamais Mars durant ce massacre. Ainsi, à Sinus Sabaeus, des machines qui tournaient sans interruption depuis plus d’un siècle furent irrémédiablement paralysées et ne devaient plus jamais redémarrer. De même, dans les entrepôts de munitions de Tycho Brahe, une séquence de commande devenue folle fit monter la température des cuves de prométhéum, provoquant une déflagration catastrophique qui dévasta les niveaux inférieurs des entrepôts, ainsi qu’un ouragan de flammes liquides qui s’épanouit dans le cratère, causant une série d’explosions dévastatrices qui ravagea la totalité des arsenaux, faisant sauter des milliards de tonnes de pièces d’artillerie et de munitions. Évoquons aussi le Mémorial Schiaparelli, une gigantesque pyramide renfermant un trésor de données non encore révélées datant des premiers âges dans lesquels l’Humanité avait commencé à acquérir la maîtrise des sciences ainsi que toutes sortes de sages grimoires recueillis au fil du temps, qui fut infecté par le code corrompu, effaçant vingt mille ans de savoir. Enfin, n’oublions pas les raffineries de produits chimiques de Vastitas Borealis, lorsque les vannes de dépressurisation s’ouvrirent et inondèrent les basses-ruches du bassin polaire septentrional, habitées par les ouvriers, les nuages mortels descendant lentement dans les bas-fonds de la ruche, tuant neuf cent mille personnes. Le code corrompu entreprit ensuite d’assassiner les Astropathes de Medusa Fossae en altérant le mélange gazeux de leurs respirateurs de manière à ce que chacun des Psykers finisse par inhaler du cyanure d’hydrogène pur. En quelques minutes, plus de six mille Astropathes trépassèrent après avoir poussé une plainte d’agonie collective qui fut ressentie jusque sous les voûtes des Cryptes impériales, sous la surface de Terra.

Mars plongea dans un silence absolu, car suite à l’infestation par le code corrompu, la communication à travers le monde et hors de la planète fut gravement perturbée et de nombreuses industries essentielles avaient été sabotées. Une période de confusion générale s’ensuivit, confusion exploitée par le Fabricator-Général et ses alliés pour rassembler leurs forces afin de s’assurer que l’ensemble de Mars soit fermement sous leur domination.

Cela s’avéra plus difficile que prévu. Plusieurs Forges de Mars restèrent relativement peu infectées par le code corrompu, isolées de l’assaut par leur adoption rapide d’une nouvelle technologie de réseau d’information numérique, beaucoup plus sécurisée, appelée Liaison Noosphérique, liée aux expérimentations de la Grande Adepte Koriel Zeth, expérimentation dont il ne reste malheureusement aucune trace et dont la nature restera à jamais un mystère. Parmi ces Forges, se trouvaient ainsi la propre Forge de Zeth, la Cité du Magma, les réacteur du canyon d’Ulysses Fossae d’Ipluvien Maximal et la Forge de Mondus Occulum du Fabricator-Supplétif Zagreus Kane - second hiérarchique du Mechanicum. Ces trois Maîtres de Forge allaient devenir les dirigeants des Technoprêtres restés fidèles à l’Empereur et mener la résistance à la nouvelle organisation de Kelbor-Hal, née de la corruption et de la trahison : le Mechanicum Noir.[1]

Tempestus Contre Mortis[modifier]

Les Legios Titaniques de Mars étaient, et sont toujours, les plus puissantes forces militaires de la Planète Rouge - et même, aux yeux de beaucoup, de l’Imperium. Leurs allégeance fut toujours âprement disputé par les différents Adeptes du Mechanicum, et à l’heure du conflit civil, ces allégeances étaient plus que nécessaires. Alors qu’il lui manquait encore des prétextes pour déclencher la guerre contre les loyalistes, Kelbor-Hal et ses alliés tentèrent de provoquer les indécis, en recourant à divers actes de sabotage, d’assassinat et d’agression pure et simple. Un exemple de cette tactique fut lorsque la Legio Mortis, allié au Mechanicum Noir, envoya ses Titans provoquer la Legio Tempestus en entrant illégalement sur son territoire pour pousser la fière Legio à ouvrir le feu pour défendre son domaine. Cette tactique échoua, mais mis à jour les allégeances de deux des plus puissantes Legios Titaniques de Mars qui allaient marquer le conflit.[2]

Les Loyalistes se Préparent[modifier]

En parallèle, Kelbor-Hal envoya Melgator, un membre du Mechanicus possédant une longue carrière comme ambassadeur, rencontrer Koriel Zeth dans la Cité du Magma afin de la rallier à la cause du Mechanicum Noir sous le mensonge que l’Empereur était responsable de la propagation du code corrompu afin de s’emparer totalement de Mars, ainsi - et surtout - pour découvrir comment la Forge de Zeth avait pu échapper à la corruption du dit code. Nous ignorons ce qui s’est dit entre les deux protagonistes, mais quoi qu’il en soit, Koriel Zeth se déclara ennemie de Kelbor-Hal et prépara ses forces à l’inévitable assaut. Elle pouvait compter notamment sur les Chevaliers de la Taranis sous le commandement de ses seigneurs Taymon Verticorda et Caturix ainsi que sur la Legio Tempestus sous le commandement du Princeps Indias Cavalerio.[3]

Mars s'Embrase[modifier]

Des Technoprêtres du Mechanicum Noir.
Les préparatifs du conflit par les forces renégates restent inconnus, les documents concernant ces traîtres ayant depuis longtemps été expurgé. Ce qui est néanmoins certains, c’est que le premier coup de la guerre civile martienne débuta véritablement lorsque le Fabricator-Général Kelbor-Hal ordonna à la Legio Titanique Magna de frapper la Forge du Magos Mattias Kefra qui était située dans la région de Sinus Sabaeus. Prise par surprise, la Forge de Kefra fut détruite en quelques minutes. Ce fut ensuite au tour de la Forge du Grand Magos Ahotep d’être rasé par une centaine de missiles nucléaires, les champignons atomiques ayant été visibles, dit-on, depuis l’espace. Les Titans en profitèrent pour régler leur querelle, comme aux confins des régions de Lunae Palus et d’Arcadia, lorsque le Princeps Ulriche, des Death Stalkers, lança ses Titans contre la forteresse des Bolts de la Mort de Maxen Vledig, détruisant dix-neuf machines divines au cours de la première heure de combat tandis qu’à Athabasca Valles, les machines de guerre de la Legio Ignatum et des Burning Stars s’entre-tuèrent.

En parallèle, Kelbor-Hal envoya ses troupes composés de Skitarii corrompu par une science hérétique attaquer le cratère qui abritait les Forges d’Ipluvien Maximal, ce dernier parvenant à repousser pendant un temps les traîtres. Il est a noté, que ce fut la première fois que fut enregistré la présence d’armes connus couramment sous le terme de "Machines-Démons", amalgame du savoir du Mechanicum et des sombres pouvoirs du Warp - un blasphème envers l’Omnimessie !

Mais le Mechanicum Noir était actif sur l’ensemble de la planète, propageant l’horreur et la désolation. Dans la région d’Ismenius Lacus, les Forges glaciales qui s’y trouvaient furent prises pour cible par des roquettes contenant une souche mutante du Dévoreur de Vies, les micro-organismes viraux se propageant en tuant en quelques minutes des dizaines de milliers de personne avant que le virus se répandit ensuite dans l’atmosphère et dépeupla totalement les habs ouvrières de Deuteronilus Mensae où vivaient des millions de travailleurs avant de terminer sa propagation vers ceux qui se croyaient à l’abri derrière leurs boucliers de protection hermétiquement scellés. Sept heures après cette attaque bactériologique, quatorze millions de cadavres liquéfiés peuplaient Ismenius Lacus, la plus importante perte en vie humaine lors du Schisme.

Les combats se propagèrent aussi dans l’espace : l’immense chantier naval spatial qui encerclait la Planète Rouge fut secoué d’explosions et ravagé par les affrontements. Les factions loyales à Terra et celles partisanes d’Horus se massacrèrent collectivement, les vaisseaux du Mechanicum s’affrontant dans l’ombre de l’Anneau de Fer. L’épave incendiée du Mechanicum Gloriam, dont les réacteurs avaient été détruits lorsqu’il avait tenté d’échapper à une petite meute de frégates qui l’avaient pris en chasse en orbite basse, plongea comme une pierre vers la basilique du Saint Algorithme, à Cydonia Mensae, tuant les Technothéologiens et ravageant ses millions de kilomètres carrés de terrain et des milliards de prêtres dévoués. De nos jours, la chute du Mechanicum Gloriam apparaît toujours sur la surface de Mars, sous la forme du plus récent et du plus profond de tous les cratères d’impact, défigurant le visage de la Planète Rouge.

En plus des pertes humaines, la guerre civile provoqua la disparition d’immenses bibliothèques, du savoir des Adeptes dont la science et les immenses compétences avaient permis à la race humaine de se libérer de sa planète natale. Le Mechanicum régressa ainsi en terme de science et de savoir, et ne s’en est toujours pas remis malgré les millénaires passés.[4]

L'Assaut des Imperial Fists[modifier]

Sur Terra, apprenant la rébellion qui s’était déclenché sur Mars grâce à Ipluvien Maximal, et encore sous le choc de la révélation de la trahison d’Horus et de l’Atrocité de Isstvan III, Malcador le Sigillite demanda à Rogal Dorn de reprendre la Planète Rouge. Dorn ordonna à son Premier Capitaine, Sigismund et au Capitaine Camba-Diaz de mener une force composée de quatre Compagnies de la VIIe Légion et de troupes auxiliaires de l’Armée Impériale pour sécuriser en priorité Mondus Occulum et Mondus Gamma - Forges qui produisaient la plus grande partie des armures et des armes de l’Astartes.

Sigismund et Zagreus Kane évacuant la Forge Mondus Occulum.
Les Compagnies de Sigismund se posèrent à Mondus Occulum, principale productrice de matériel pour les Legio Astartes et furent accueilli avec soulagement par Zagreus Kane qui les aida à assurer un transfert aussi organisé que possible des productions de la Forge vers les vaisseaux qui attendaient en orbite.

Mais les Imperial Fists commandés par Camba-Diaz connurent moins de chance à Mondus Gamma, Forge allié au Mechanicum Noir. Les Astartes durent batailler pour prendre le contrôle d’une partie de la Forge, mais finirent par être repoussé vers l’astroport, subissant de très lourdes pertes.

Conscient qu’il ne pourra conquérir Mondus Gamma ni tenir Mondus Occulum face aux armées du Mechanicum Noir, Sigismund ordonna de s’emparer d’une grande quantité de matériels tactiques pour les renvoyer sur Terra, expédiant plus de douze mille Armures Mark IV et deux fois plus d’armes.

Face à d’importantes troupes Skitarii ennemies et plus de soixante Titans de deux Legios Titaniques arrivant pour détruire la Forge de Mondus Occulum, le Premier Capitaine de la VIIe Légion ordonna la retraite générale malgré les protestations de Kane, désespéré de voir sa Forge tomber et par l’abandon de fait de Koriel Zeth et de Ipluvien Maximal à leur sort. Zagreus Kane, devenu aux yeux de Terra le nouveau Fabricator-Général, et le reste des loyalistes martiens partirent en exil sur Terra avec les Imperial Fists.

Avec la perte de Mondus Occulum, les Astartes partisans de l’Empereur perdirent toute chance de remplacer les armures et matériel des Astartes durant tout le reste de l’Hérésie.[5]

La Chute de la Cité du Magma[modifier]

Délaissés par l’Imperium, Koriel Zeth et Ipluvien Maximal subirent l’implacable assaut du Mechanicum Noir. Refusant d’abandonner aux traîtres ses réacteurs, Maximal fit le choix de les faire sauter, se sacrifiant dans cet acte et irradiant le désert martien pour des dizaines de milliers d’années au passage.

La dernière bataille eu lieu au sein même de la Cité du Magma, voyant l’héroïque mais suicidaire charge des Chevaliers de la Maison Taranis à la Chaussée des Typhons mené par Verticorda et Caturix contre un océan de Skitarii et de Serviteurs corrompus. Verticorda parvint à tuer Melgator, qui dirigeait l’assaut, avant d’être détruit.

La Legio Tempestus affronta la Legio Mortis dans un combat âpres, marqué par la bravoure du Princeps Camulos dirigeant son Titan Deus Tempestus, qui fit chèrement payer aux Titans renégats leur assaut. Malheureusement, un par un, les Titans loyalistes furent détruits et le fier Princeps Camulos, dernier debout, se fit exploser pour éviter sa capture, marquant la fin de la sanglante bataille. Avec l’anéantissement de la Legio Tempestus et la disparition des Chevaliers de Taranis, les dernières forces qui s’opposaient encore réellement aux armées du Mechanicum Noir avaient disparu.

Pénétrant dans la Cité du Magma, les traîtres commirent un massacre qui fut épouvantable. Mais le dernier acte de cette guerre civile fut porté par Zeth elle-même. Mortellement blessée par une Technoassassin du Mechanicum Noir, elle désactiva, avant s’expirer, l’alimentation énergétique perpétuelle des boucliers qui protégeaient les colonnes qui plongeaient dans les profondeurs de la couche rocheuse de Mars et qui soutenaient tout le poids de l’île sur laquelle était bâtie la grande Forge. Les colonnes furent ainsi exposées à la chaleur incandescente du magma, le flot de roche liquide commençant à ronger l’adamantium qui les composait.

Un immense craquement grinçant résonna dans la cité ravagée et les traîtres qui se trouvaient à présent à l’intérieur virent la Cité du Magma s’affaisser sur elle-même. La lave incandescente se transforma en puissantes cascades et des rivières de roche en fusion envahirent les rues, consumant tout ce qu’elles rencontraient sur leur passage. Les troupes du Mechanicum Noir furent balayées par la marée montante de la lave. La Forge fut engloutie, permettant à un océan de magma de déferler hors de la cité emportant ceux qui tentaient de s’échapper à l’extérieur, notamment le dernier Titan Mortis survivant, l’Aquila Ignis. Quelques heures après l’apocalypse, les vestiges de la Cité du Magma sombrèrent finalement sous la surface du lac, emportant ses secrets et son savoir dans la tombe.

Au prix de ravages et de terribles pertes, le Mechanicum Noir était le maître de Mars, et le sera jusqu’à la fin de l’Hérésie d’Horus.[6]

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « La justice de l’Imperium se trouve à la pointe du Bolt. »
  • McNEILL GRAHAM, Les Faux Dieux - Où l'Hérésie prend racine, Black Library, 2006
  • McNEILL GRAHAM, Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Black Library, 2009
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : The Lathe Worlds
  1. Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie prend racine, Partie IV : La Fin de la Croisade - Chapitre Dix-Huit Frères - Assassinat - Ce poète turbulent, Chapitre Dix-Neuf - Isolés - Alliés - Les Ailes de l’Aigle, de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006
    Informations issues de Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Principia Mechanicum - 1.01 - 1.04 - 1.06 -1.07 - 1.08, Systemae Mechanicum - 2.01 - 2.02 de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2009
    Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : The Lathe Worlds - Chapter I : The Cult Mechanicus - The Arrival of the Omnissiah et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Principia Mechanicum - 1.08, Systemae Mechanicum - 2.01 de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Systemae Mechanicum - 2.03 - 2.05 de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Origens Mechanicus - 3.01 de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Origens Mechanicus - 3.01 - 3.03- 3.04 de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Origens Mechanicus - 3.04 - 3.05 - 3.06 de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.