Scellement de la Porte Noire

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png

La Porte Noire était une légende parmi les Capitaines Chartistes et les Libres-Marchands, un chemin sûr vers la région de l’espace connue plus tard sous le nom d’Œil de la Terreur et les richesses de l’ancien empire de la race Aeldari déchue. Elle a attiré des centaines d’imbéciles et de chasseurs de trésors vers la mort alors que l’Humanité retournait vers les étoiles, que ses vaisseaux étaient détruits par les violentes tempêtes qui faisaient rage dans cette région ou capturés par la lie dégénérée de la race Aeldari qui hantait encore ces mondes en ruines. Cette légende a tué toutes les âmes qui sont allées à sa recherche, jusqu’à ce que la station de Zenith IX reçoive une transmission déformée en code astropathique daté ; un message qui, une fois translittéré, disait seulement : "La porte est ouverte…"

Un croiseur impérial, Lionheart fut envoyé pour enquêter, transportant à son bord une division complète de l’Auxilia Solar, un navire de guerre, et ayant reçu l’ordre d’utiliser tous les moyens nécessaires pour sécuriser les frontières lointaines de l’Imperium en pleine expansion. Il revint moins d’un mois plus tard, sa coque ravagée et son capitaine vétéran rendu fou par ce qu’il avait vues et des 25 000 Auxilia Solar à bord, il ne restait que quelques centaines de survivants brisés et blessés. Des rapports frénétiques furent envoyés à Terra qui reçut une réponse inattendue tant par sa rapidité que par sa forme : une flottille de navires de guerre noirs portant le symbole de la faucheuse masquée, la ||Première Légion dans toute sa gloire redoutable, un duo de lourds croiseurs de classe Promethean flanquant un puissant cuirassé de classe Glorianna, et avec trois Chapitres de la Première Légion à son bord. Une force capable de mettre fin à des mondes et d’anéantir des armées navigua sereinement au-delà de la station Zenith et dans l’obscurité du vide, imperturbable devant les rapports d’une terreur inconnue tapie à la Porte Noire et indifférente aux supplications du commandant impérial qui lui demandait de rester pour renforcer ou évacuer sa maigre garnison.

Dans le maelström d’anciennes tempêtes qui se cachaient dans cette région maudite au terme de la périlleuse route tracée par les explorateurs condamnés qui les avaient précédés, les guerriers de la Première Légion étaient confrontés à une vaste faille dans le tissu de l’espace, une blessure monstrueuse en réalité de laquelle était dégagée une masse de pseudopodes corrompus. La seule planète proche, un orbe stérile de basalte noir parsemé de structures d’origine ancienne, avait été prise au piège par la masse amorphe, un point de passage par laquelle elle cherchait à propager toute sa souillure dans ce royaume de l’existence. Ayant juré de surveiller les frontières de l’Imperium, les navires de la Première Légion n’hésitèrent pas à engager l’ennemi, tirant salve après salve de magna-torpilles qui firent exploser des morceaux de chair gélatineuse de la vaste créature avec peu d’effet appréciable. Les croiseurs à coque noire ont avancé pour tirer à bout portant, pour y libérer toute la puissance de leurs macro-canons et de leurs batteries à plasma, et pour lancer un essaim de vaisseaux d’attaque sur la surface déchiquetée du planétoïde brisé qui était son point d’ancrage.

Dirigée par le Grand Maître Thrane, la Première Légion se préparait à attaquer l’imposant pseudopode à pointes qui s’était enfoncé dans le manteau de la planète - l’extension la plus éloignée de cette créature détestable qui cherchait à percer la réalité - mais, alors même que les transporteurs commençaient à s’approcher, ils furent à nouveau attaquées. Des créatures plus petites s’amoncelaient autour des vastes tentacules, abominations aux couleurs maladives de chair ondulante, comme les rayons manta dentés et hérissés de la Vieille Terre, et s’abaissaient sur les Stormbirds de la force d’assaut, de modèles Sokar et Anhur, battant les engins alors qu’ils tentaient de naviguer dans la masse de tentacules qui entouraient la zone de largage et les aspergeant de flammes irisées qui faisaient fondre les armures de céramite encore plus dures. Pire encore, une vague de haine soudaine et débilitante s’est abattue sur chacun des membres de la Legiones Astartes, une attaque non pas sur leur corps mais sur leur esprit. De simples soldats mortels auraient pu se briser devant un tel assaut, mais les guerriers de la Première Légion étaient plus résistants et, plutôt que de sombrer dans la folie, ils ont continué à lutter à travers la brume de la haine qui menaçait d’arrêter leur cœur par sa ferveur.

Sur la centaine de vaisseaux de la première vague, un quart n’avait atteint intact la surface, soit écrasé depuis les cieux par un vaste pseudopode griffus, submergé par la foule interminable d’impossibles horreurs du ciel, soit en spirale incontrôlable alors que l’esprit de leurs pilotes se fracturait sous l’assaut psychique. Les 4 000 survivants se sont ralliés à la surface sous la direction du Grand Maître Thrane et des guerriers des Osts de Fer et d’Os, dont l’expertise dans ce type de guerre leur a permis de diriger leurs frères. Reformant leurs rangs en quelques instants, la Première Légion forma trois colonnes, chacune dirigée par un détachement de l’Ost de Fer et une ou plusieurs machine de guerre super-lourdes largués par les transports de modèle Anhur survivants, et chacune placée contre un des pseudopodes clés de la bête qui tenaient cette planète sans nom. Une telle capacité d’adaptation tactique était le point fort de la Première Légion, rendue possible par le système flexible des Osts qu’elle utilisait et le caractère vétéran de ses guerriers. Pourtant, même ces guerriers qualifiés n’étaient pas totalement préparés à ce qui allait suivre.

Alors qu’ils avançaient vers les pseudopodes imposants - maintenant d’immenses tours de chair et de cartilage hérissées de poils qui s’élevaient dans le ciel et au-delà - le barrage psychique ne fit que s’intensifier et les guerriers de la Première Légion furent bientôt réduits à ramper, pataugeant vers l’avant comme dans une tempête amère et haineuse. Criblée par l’assaut psychique du béhémoth, la Première Légion fut assaillie par un autre ennemi alors que des hordes de créatures corrompus qui étaient dégorgées des vastes tentacules, se libérant de sa chair et se jetant sur les Space Marines. À travers les miasmes de haine qui enveloppaient leur esprit, les guerriers de la Première Légion ont riposté, et même assaillis par l’ennemi, chaque colonne fit couler le sang dans ses rangs. À leur avant se tenait Thrane, sa grande hache récoltant un grand nombre d’ennemis alors qu’ils avançaient, mais le nombre même de l’ennemi et les vagues de haine engourdissantes commencèrent à avoir un prix sur la force d’assaut. Malgré l’augmentation des pertes, la première des colonnes atteignit sa cible et commença à bombarder l’énorme pseudopode qui se trouvait devant elle, tandis que l’infanterie luttait pour retenir la horde d’assaillants difformes qui l’entouraient. Pourtant, même la puissance de feu des chars Fellblade et Falchion n’avait pas réussi à déloger l’énorme tentacule, dont la chair s’enroulait et gigotait à chaque attaque. Avec l’augmentation des pertes, l’assaut commença à s’essouffler. La colonne la plus à l’ouest perdit ses machines lourdes lorsqu’un énorme pseudopode les brisa tandis que les guerriers à l’est se retrouvaient embourbés dans une guerre d’usure qu’ils ne pouvaient pas se permettre et, s’ils avaient été des guerriers moins importants, ils se seraient désintégrés dans une déroute sanglante.

Ce qui les a sauvés, ce fut à la fois le courage inébranlable du Grand Maître Thrane et la présence d’un certain nombre d’initiés de l’un des Osts les moins connus de la Première Légion. Plusieurs dizaines de membres de l’Ost des Pentacles étaient rassemblés dans les rangs de la colonne centrale, dont la formation comprenait les arts ésotériques du Psyker dans ces années précédant l’avènement du Projet Librarius et, comme l’ennemi menaçait de submerger la Première Légion, ce fut leur présence qui avait endigué la marée. Alors que les guerriers des Pentacles repoussaient la tempête psychique, Hector Thrane mena les Space Marines rassemblés à travers la horde qui les encerclait, utilisant l’impressionnante puissance de feu des chars lourds survivants pour dégager un chemin et se relier à la colonne orientale en difficulté. Ensemble, les survivants ont trouvé refuge dans les anciennes ruines, profitant d’une brève pause dans les combats pour tenir un conseil de guerre précipité. Les chefs de guerre de la force de débarquement conseillèrent une retraite tactique et un bombardement concentré depuis l’orbite, ne voyant guère d’espoir dans un nouvel assaut terrestre. Pourtant, les vaisseaux au-dessus n’avaient eu que peu d’impact sur cette vaste créature. Pire encore, le Revenant, l’un des croiseurs, s’était empêtré dans les tentacules battantes pour tenter de soutenir l’assaut terrestre avec le feu de ses batteries de canons. Avec peu d’espoir offert par des tactiques plus conventionnelles, Idrik Kybalos, maître de l’Ost des Pentacles, proposa un plan audacieux - un assaut non pas sur la vaste masse du corps de la créature, mais sur sa volonté monstrueuse.

Réformés en un seul groupe d’hommes et de véhicules, les guerriers de la Première Légion firent sortir de leur refuge 2 000 hommes forts et déterminés à venger leurs pertes. Malgré cela, les guerriers de la Première Légion ont combattu en tant que force unifiée, chacun connaissant son rôle malgré le changement soudain de formation et de tactique. À l’avant, les guerriers brutaux de l’Ost des Os ont contré la cruauté de l’ennemi avec leur propre assaut sauvage, tandis que sur les flancs, les initiés de l’Ost de Feu ont frappé dans la masse de la horde ennemie pour perturber son mouvement et anéantir ses champions. Les guerriers de l’Ost des Pentacles s’étaient déployés tout le long de ses lignes, luttant pour retenir la tempête psychique qui menaçait de retarder cet assaut comme elle l’avait fait la première fois. Pas à pas, l’armée combinée avançait sur les cadavres de ses ennemis, se déplaçant et se reformant pour faire face à chaque menace telle qu’elle se présentait et pour contrer chaque nouvelle mutation de l’ennemi.

À mesure qu’ils avançaient, la tempête mentale ne faisait que croître en intensité, et les Pentacles se poussaient jusqu’aux limites de leur esprit et de leur corps afin de protéger leurs frères. Les plus puissants endurèrent mais, à cette époque, avant le Librarius et son entraînement, les plus faibles étaient mal préparés à affronter une telle épreuve. Ceux qui ne pouvaient pas rivaliser avec la malice de l’ennemi en étaient brisés. Certains s’effondrèrent simplement au fur et à mesure que leur esprit se brisait, mais d’autres perdirent le contrôle et devinrent un grave danger pour ceux qu’ils avaient cherché à protéger, implosant dans de violents éclats d’énergie éthérique ou envoyant de sauvages torrents de puissance dans les rangs de leurs propres frères. Les adeptes de l’Ordre des Linceuls Sanglants, le corps disciplinaire de la Première Légion, s’efforcèrent de faire taire ceux qui perdaient le contrôle par la pitié de leurs lames, et le contrôle s’exerça du mieux qu’elle le pouvait.

Après quatre heures de combats incessants, constamment pressés par la marée d’horreurs sans fin, battus par les pseudopodes qui cherchaient à leur barrer le passage et par la tempête malveillante qui les a écorchés, les survivants en haillons ont atteint leur objectif. Là, directement sous l’immense déchirure du tissu spatial, Hector Thrane et ses guerriers ont pris position, formant un mur de lames autour des Pentacles survivants alors même que d’énormes et nouvelles monstruosités se pressaient vers eux pour tenter de mettre un terme à leur assaut. Là, ensanglanté et épuisé, Kybalos, maître de l’Ost des Pentacles, a mis son plan en route. Lui et les plus puissants de ses disciples abandonnèrent leurs tentatives de protéger leurs frères et transformèrent toute la puissance de leur volonté en un assaut contre la vaste bête qui planait dans les cieux. Leur détermination se concentra sur l’attaque, mais elle ne parvint pas à tuer la bête. Cependant, ce n’était pas son intention. Avec un rugissement psychique qui a secoué les esprits de tous ceux présents, la vaste entité qui se cachait derrière la déchirure de l’espace a finalement été attiré dans l’espace réel, poussée à l’action par l’épine douloureuse de l’assaut de Kybalos. Alors que la masse bulbeuse de son cœur, parsemée de vastes yeux et de gueules à crochets, se précipitait dans la réalité, le Revenant, toujours pris dans les vrilles tortueuses de la bête, faisait exploser son cœur de réacteur.

L’explosion qui en a résulté a déchiré la bête, ses restes brisés se sont écrasés sur la planète en dessous et ses progénitures ses sont effondrées avec la mort de leur créateur. Les guerriers survivants de la Première Légion n’étaient guère plus de 800, entourés d’une mer de cadavres, ayant exigé un prix élevé pour chacun des leurs tombés. Kybalos et les quelques Pentacles restants scellèrent la brèche dans la réalité, mettant à rude épreuve leurs esprits tourmentés dans un effort qui avait coûté encore plus de vies dans leurs rangs. Les combats avaient à la fois prouvé la valeur des Psykers de Bataille et montré leur danger potentiel. Bien que victorieux, les Pentacles seront dissous dans les mois qui suivront. Le Grand Maître Thrane déclara le système sans nom et l’espace qui l’entourait interdits, à la fois pour préserver la sécurité de l’Imperium et comme un mémorial solennel pour honorer les morts. Des balises placées dans les systèmes environnants déclarèrent qu’il était contaminé par un gène-phage d’une puissance supérieure, suffisante pour repousser les explorateurs les plus avides ; une affirmation soutenue par l’épave de la station Zénith, dont les ruines portaient la marque d’un tel fléau - bien que la cause de sa destruction ne soit pas connue.[1]

Source[modifier]

  • The Horus Heresy, Book Nine - Crusade
  1. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter The Dark Angels - Exemplary Battle - The Sealing of the Black Gate (traduit de l'anglais par Guilhem)