Saul Tarvitz

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




Saul Tarvitz, Officier des Emperor’s Children, l’Honneur de sa Légion.
Saul Tarvitz était un Capitaine de Compagnie au sein des Emperor's Children durant la Grande Croisade, respecté par ceux qui le suivaient et avec un nombre considérable de victoires à son actif. Cependant, Tarvitz se contentait d'être un officier de ligne et de servir sa Légion et l’Empereur sur le terrain, et il lui manquait l’ambition implacable de réussir aux échelons supérieurs de sa Légion présente chez beaucoup de ses contemporains. Ce facteur semble avoir fait l’objet de ragots ; il a été ignoré par d’autres. Le Seigneur Commandeur Eidolon le voyait comme une médiocrité, mais l’histoire devait prouver le contraire. En découvrant l’ampleur et l’étendue de la trahison qui allait se dérouler sur Isstvan III, Tarvitz prit sur lui d’agir, s’empara d’un Thunderhawk et s’envola vers le monde maudit pour avertir les Loyalistes qui y étaient piégés du massacre imminent. En cela, il a contribué à la survie des Loyalistes lors de l’attaque à la bombe virale et à la mise en place d’une défense cohérente contre l’attaque des Traîtres, et en cela, il a peut-être aussi contribué directement à l’issue de la guerre au sens large.[1]
Saul Tarvitz possède l’Équipement suivant :
  • Épée Large Charnabal : Version beaucoup plus lourde d’une lame de duel traditionnelle des Terrans, Tarvitz a maîtrisé cette arme et l’a fait sienne.[2]

La Grande Croisade[modifier]

L’histoire connue de Saul Tarvitz commence à la toute fin de la Grande Croisade, alors qu’Horus Lupercal était devenu depuis peu le Maître de Guerre de l’Imperium et que l’Empereur était retourné sur Terra mener Son Grand Œuvre secret.

La Purge de Laeran[modifier]

Durant cette période charnière de l’histoire, Tarvitz était alors un Capitaine de la 10e Compagnie. Il participa à la Purge de Laeran, une des dernières campagnes menée par les Emperor’s Children sous le commandement de leur Primarque Fulgrim, au cours de la quelle les Légionnaires de la IIIe Légion combattirent une race Xenos serpentine particulièrement tenace, les Laers, et dont la finalité verra le Phénicien s’emparer dans un temple de cette race une Épée-Démon qui le mènera lui et ses fils génétiques droit vers la damnation.

Saul Tarvitz se fera remarquer par le Primarque de part son grand courage durant les combats sur les atolls de Laeran. Alors que la Purge de Laeran était presque achevée, il fut invité par Fulgrim à intégrer la Fraternité du Phénix, la Loge Guerrière très fermée de la IIIe Légion présidée par Fulgrim lui-même. Il fut accueillit par les officiers de la Légion, au sein de l’Héliopole, la magnifique salle du vaisseau amiral du Phénicien. Puis Fulgrim ordonna à Tarvitz de rejoindre le Seigneur Commandeur Eidolon, bras droit du Primarque à bord du vaisseau Proudheart, pour partir vers la ceinture de Satyr Lanxus où il s’assurera que les gouverneurs impériaux appliquent la juste loi de l’Empereur. Cela devait être la première action militaire en tant que membres de la Fraternité du Phénix, et Fulgrim n’attendait rien de plus que la perfection de la part de Tarvitz.[3]

Meurtre[modifier]

Sous le commandement du Seigneur Commandant Eidolon, favori de Fulgrim, Tarvitz arriva avec une force d’Emperor’s Children dans un système en réponse aux appels de détresse des Blood Angels de la 140e Flotte Expéditionnaire commandée par le Capitaine Khitas Frome. Les fils de Sanguinius avaient découvert une planète baptisée par l’Imperium Cent Quarante Vingt et trois de leurs Compagnies avaient rejoint la surface pour l’étudier et l’amener dans le giron de l’Imperium.

Mais ce monde se caractérisait par l’existence de turbulence atmosphérique extrême, capables de disperser les navettes qui tentaient d’atterrir tandis que les communications vox étaient elle aussi affectées. Les Blood Angels ont envoyé des transmissions altérées à leur flotte en orbite, signalant que la planète était habitée par des Xenos extrêmement hostiles, baptisés les Arachnides, car ressemblant à des araignées géantes. Ces Xenos étaient trop nombreux et trop redoutables pour être vaincus sans renforts et peu de temps après, les Blood Angels lancèrent des appels de détresse urgents demandant des renforts et une extraction immédiate. La dernière transmission reçue par la flotte provenait du Capitaine Frome lui-même, qui baptisa ce monde "Meurtre".

Saul Tarvitz fit parti d’une compagnie entière de la IIIe Légion envoyé par Eidolon afin de combattre les Xenos et retrouver les Blood Angels disparu alors depuis soixante-six heures, tuant les hordes sans fin de Xenos insectoïdes qui se jetait sur lui et des Frères de Bataille. Tarvitz les exécrait, et les aimait dans le même temps, les détestant pour leur jalousie abominable de la perfection humaine et les aimant parce qu’ils étaient des adversaires véritablement coriaces, et parce qu’en prenant le dessus sur eux, les Emperor’s Children se rapprocheraient encore d’un pas de leur plein potentiel.

Mais la position des Emperor’s Children était difficile, car comme les Blood Angels avant eux, ils avaient été dispersés par les perturbations atmosphériques. Tarvitz savait que beaucoup de modules n’avaient probablement pas atteint le sol intacts et qu’il était l’un des deux Capitaines en charge de seulement trente hommes parvenus à se regrouper après l’assaut planétaire. Il avança avec sa petite troupe en formation de recherche pour tenter de trouver les frères qu’ils étaient venus aider, dans une plaine ondulante de poussière rouge, où poussait une mer d’herbes gigantesques, grises comme de la neige sale et où les brins d’herbe, aussi épais qu’une jambe en armure, se dressaient tout droit à une hauteur de vingt mètres, secs et cassants. Tarvitz était alors accompagné d’un autre Capitaine, son ami, Lucius

Lucius[4]

Lucius était un guerrier Astartes à l’époque plus jeune que Tarvitz, bien qu’ils fussent tous deux assez âgés pour avoir vu bien des choses mystérieuses durant leur vie. Ils étaient amis, mais la balance de leur amitié penchait abruptement dans un sens. Saul Tarvitz et Lucius représentaient à eux deux l’aspect bipolaire de la IIIe Légion. Comme tous les Emperor’s Children, ils se dédiaient à la recherche de la perfection martiale, mais Tarvitz était diligent, quand Lucius était ambitieux. Saul Tarvitz avait depuis longtemps réalisé qu’un jour, les honneurs et le grade de Lucius dépasseraient les siens. Lucius deviendrait l’un des seigneurs commandeurs et rejoindrait leur cercle distant au cœur du noyau hiérarchique de la Légion. Tarvitz n’en avait cure car il était un guerrier du rang, né au sein de la troupe, et n’avait aucun désir d’élévation. Tarvitz, qui ne demandait qu’à œuvrer à la gloire du Primarque et de l’Empereur aimé de tous, savait quelle était sa place, et la conservait avec une dévotion sans réserve.

Lucius se moquera parfois de lui, en prétendant qu’il courtisait les guerriers du rang parce qu’il n’aurait pas pu gagner le respect des officiers. Tarvitz se contentera d’en rire parce qu’il savait que Lucius ne pourrait pas comprendre. Saul Tarvitz suivait le code à la lettre et y trouvait de la fierté. Son destin rêvé était celui d’un officier de la troupe car désirer plus aurait été présomptueux. Il avait des principes et méprisait ceux qui oubliaient les leurs dans la poursuite de buts inappropriés. Tout n’était que question de loyauté, non de supériorité ce qui à ses yeux, n’avaient pas été compris par les autres Légions.

Ensemble, ils découvrirent des "arbres" faits de pierre blanche calcifiée ayant la forme d’un champignon à large chapeau. À peine cette découverte faite, les Arachnides les prirent d’assaut, les Xenos semblant vouloir défendre à tout prix cette étrange structure. Beaucoup de Space Marines furent taillés en pièces par les lames incroyablement tranchantes des Xenos, Tarvitz comprenant alors pourquoi ce monde se nommait Meurtre, notamment lorsqu’il affronta un Arachnide, le tout se jouant à trois secondes prêts. Les combats se prolongèrent, et un Xenos parvint à arracher le Bolter des mains de Saul Tarvitz et à lui creuser un profond sillon sur le plastron, en travers de l’Aquila qui s’y déployait. C’était un grand crime car de toutes les Légions, seuls les Emperor’s Children avaient reçu le droit, par la grâce de l’Empereur, d’arborer l’Aquila sur leurs torses, et Tarvitz s’était senti victime d’une véritable insulte, pourfendant de son épée les Xenos pour ce sacrilège. Lui et sa troupe continuèrent à avancer, et tous les quelques kilomètres, les combats éclataient de nouveau, une guerre presque parfaite pour Saul Tarvitz car simple et absorbante, où le manque de talent aux armes ou de prouesses physiques amenait la mort immédiate.

Les choses évoluèrent lorsqu’un qu’un des Frères de Bataille de Tarvitz trouva une lentille de casque d’Astartes appartenant aux Blood Angels. Après une nouvelle bataille contre une centaine de monstres, neuf des hommes de Tarvitz furent enlevés par les Xenos possédant des ailes. Le Capitaine les poursuivit jusqu’à un autre "arbre" où il vit alors les corps de leurs frères transpercés par les échardes couronnant ces structures, avec de plus les corps déjà empalés des Blood Angels, découvrant ainsi la sombre destinées des fils de Sanguinius sur Meurtre.

Le traitement infligé aux corps fiers et parfaits de ses frères offensèrent les yeux de Tarvitz et l’honneur de sa Légion. Il rassembla tous les explosifs que portaient sur eux les survivants de son groupe et fit mouvement vers les arbres, se moquant des remarques de Lucius qui n’approuvait pas le gâchis des explosifs, persuadé alors que son heure avait sonné. Ne pouvant tolérer que ses "arbres" étranges restent debout alors que les Arachnides ailés perchés parmi les épines dévoraient le corps de ses camarades, Tarvitz et sa troupe fixèrent les charges au pied de quelques arbres et les firent exploser, mettant à bas les structures.

Outre les considérations de revanche et de l’honneur, l’action de Tarvitz eut deux conséquences inattendues. L’explosion avait réussit là où les fréquences radio avaient échoué : rassembler les troupes dispersées en surface. Deux troupes, dont l’une commandée par le Seigneur Eidolon, avaient entendu la détonation considérable et suivirent la colonne de fumée jusqu’à sa source, ralliant ainsi Tarvitz. À la demande d’Eidolon, Tarvitz retraça toutes les péripéties survenues à son détachement depuis l’atterrissage, aussi clairement et succinctement qu’il le put. Eidolon lui ordonna d’aller chercher un reste des Blood Angels afin de satisfaire la IXe Légion lorsqu’elle viendra réclamer les restes des siens. Il emmena son groupe vers les débris des arbres et se mit à creuser, retrouvant des restes d’armures de Blood Angels et d’Emperor’s Children. Les Arachnides réapparurent mais à la surprise de Tarvitz, les Xenos se mirent à désassembler le tas de décombres, et à commencer à emporter les plus gros débris vers les bosquets avant de se remette à rebâtir les structures. Inspiré, Tarvitz mena une charge quasi suicidaire contre les Xenos bâtisseurs. Sur le point d’être massacré, Tarvitz fut sauvé par l’arrivée miraculeuse de Modules d’Atterrissage de la Légion d’Horus Lupercal : les Luna Wolves, venus prêter main forte aux Emperor’s Children.

Les Xenos furent repoussés et Tarvitz rencontra l’officier qui l’avait sauvé lui et ses frères, le Luna Wolf Tarik Torgaddon, à la tête de quatre Compagnies. Horus avait repris la campagne en main et avait envoyé Torgaddon à l’assaut de Meurtre, profitant de la destruction des "arbres" par Tarvitz qui avait ouvert des trous dans le ciel orageux et déchaînés de la planète, prouvant que ces structures en étaient les responsables. Le Capitaine Emperor’s Children fut témoin du mépris de Torgaddon envers Eidolon dont les actions militaires avaient ulcéré Horus lui-même, et fut fasciné de voir pour la première fois quelqu’un tenir tête à son Seigneur Commandeur. Tarvitz s’avouera alors qu’il avait rêvé de dire ses quatre vérités à l’arrogant favori de Fulgrim, tout en étant forcé de bien faire comprendre à Lucius qu’il s’en prendrait à lui si il attaquerait Torgaddon pour avoir remis Eidolon à sa place. Il avouera lui-même au Capitaine Luna Wolf qu’il avait eu des doutes sur les motivations d’Eidolon, plus intéressé par la gloire que par la réelle réussite de la campagne, tout en lui demandant d’être plus diplomate avec sa Légion pour espérer la pleine coopération de ses officiers. Néanmoins, Tarvitz fut refroidi lorsque Torgaddon lui expliqua qu’Eidolon lui avait affirmé que c’était lui qui avait eut l’idée de détruire les arbres en suggérant qu’ils étaient des générateurs ou des amplificateurs des perturbations. Devant ce mensonge, un Emperor’s Children du nom de Bul expliqua à Torgaddon que ce fut Tarvitz qui avait eu l’idée et qui avait mené cette action, ce dernier n’ayant pas voulu le dire par respect envers sa hiérarchie. Appréciant le caractère de Tarvitz, le Capitaine Luna Wolf ordonna d’imiter ce geste afin de permettre une invasion massive de Meurtre par la XVIe Légion.

Erebus[5]

Vers la fin des opérations militaires sur Meurtre, le Premier Chapelain des Word Bearers, Erebus, arriva, et devint l’un des principaux conseillers d’Horus. Erebus fut invité à affronter certains de ses frères dans les cages d’entraînement des Luna Wolves, et ainsi Tarvitz et son camarade Lucius rencontrèrent le Premier Chapelain suite à l’invitation de Torgaddon par le Mournival, le cercle de conseillers du Maître de Guerre avait pris Tarvitz en amitié. Il affronta en duel le Premier Chapelain mais fut battu avant d’admirer le duel entre Lucius et Erebus, puis celui entre le Capitaine Luna Wolf Garviel Loken contre Lucius, ce dernier se faisant battre en un instant !

L’invasion de Meurtre afin de déclencher un xenocide allait démarrer grâce aux actions de Tarvitz. Lorsque la Légion des Blood Angels dirigée par Sanguinius en personne arriva pour rechercher les Blood Angels du Capitaine Frome, Tarvitz, accompagné de Lucius, fut convoqué par le Grand Ange, Torgaddon louant son courage devant le Primarque ailé et pour avoir retrouvé les restes des fils de Baal. Sanguinius remercia Tarvitz pour sa bonté.

Par la suite, Saul Tarvitz affronta les Archanides aux côté de Tarik Torgaddon plutôt que dans la cohorte de l’arrogant seigneur Eidolon, sa personne ayant ranimé le respect des Luna Wolves pour les Emperor’s Children. Il se liera d’amitié avec le Capitaine Luna Wolf Garviel Loken, en plus du lien fraternel qui se créera entre Tarvitz et Torgaddon, lien qui apaisera les discordes entre les deux Légions durant les mois de campagne xenocide menée par Horus et Sanguinius. Tout prit fin soudainement avec l’arrivée d’une flotte d’une civilisation humaine avancée baptisée l’Interex. L’Interex avait piégé les Arachnides sur Meurtre - qu’il nommait Urisarach - suite à un conflit avec ces Xenos il y a bien longtemps et les y avait exilé en leur privant de leurs capacités de déplacement interstellaire. Horus stoppa les opérations contre les Xenos et souhaitant assimiler cette civilisation par la voie diplomatique, il partit avec sa flotte vers l’un de leurs mondes pour mener les négociations.[6]

La Bataille de Tarsus[modifier]

Demeter Solomon[7]

Durant la réunion de la Fraternité du Phénix après son retour de Meurtre, Tarvitz ressentit un malaise devant l’arrogance et la mégalomanie de ses Frères de Bataille, notamment devant les propos de son ami Lucius qui affirmait sans ciller la supériorité de la IIIe Légion sur toute les autres, notamment les glorieux Luna Wolves. C’est en entendant les propos de Lucius que le Capitaine de la 2e Compagnie, Solomon Demeter, intervint, saluant Tarvitz au passage. Demeter soupçonnait Eidolon d’avoir menti sur les éventements sur Meurtre, ayant observé le malaise de Tarvitz, et souhaitant entendre sa version. Si Tarvitz resta fidèle à la chaîne de commandement, son attitude le rendit sympathique aux yeux de Demeter qui présentait que Saul Tarvitz accomplirait de grandes choses. Solomon deviendra un allié de Tarvitz, passant du temps avec lui dans les salles d’entraînement avec, devenant pour lui un nouvel allié. Durant ses sessions d’entraînement, Solomon tâchait de l’encourager à percevoir son potentiel, et d’attiser la flamme de son ambition. Saul Tarvitz pouvait devenir un grand meneur d’hommes si la chance lui en était laissée, mais son seigneur commandeur était Eidolon, et c’était à lui qu’il revenait de permettre à Tarvitz d’être promu au-delà de son rang actuel. Solomon avait fait parvenir à Eidolon de nombreux messages au sujet de Tarvitz, mais le Seigneur Commandeur ne répondra à aucun d’eux.

Après la campagne de Meurtre, Tarvitz retrouva sa Légion et son Primarque dans l’Héliopole, une salle magnifique au sein du vaisseau amiral du Phénicien, le Pride of Emperor. Il y fut accueillit par Fulgrim en personne, ce qui fit ressentir au Capitaine de l’excitation tangible et du plaisir d’avoir été salué individuellement par un tel parangon du guerrier parfait. Le Phénicien et ses guerriers revenaient eux aussi d’une campagne menée contre une civilisation mi-humaine, mi-Xenos, appelé le Diasporex et menée aux cotés des Iron Hands de Ferrus Manus. Tarvitz participa à une nouvelle réunion de la Fraternité du Phénix, écoutant Eidolon citer la campagne de Meurtre avec sa version plus glorieuse des évènements.

Plus tard, Tarvitz accompagnera Fulgrim et la Légion qui mirent le cap vers le système de Parus, système qui accueillait de nombreux Mondes Vierges Aeldaris. Il visita avec son Primarque venu admirer la beauté de ces planètes. Lorsque le Phénicien fut contacté par le Grand Prophète Eldrad Ulthran pour le prévenir d’un terrible danger, Tarvitz fit parti de la délégation qui a atterri sur le Monde Vierge de Tarsus où Fulgrim et Ulthran, malgré les tension, discutèrent autour d’un repas, sous les yeux des Emperor’s Children et des guerriers Aeldaris. Mais lorsque le Grand Prophète annonça à Fulgrim que le Maître de Guerre Horus avait été corrompu par les Dieux du Chaos, et qu’il devait prévenir au plus vite l’Empereur du cataclysme à venir, le Phénicien perdit sa constance, ne pouvant croire que son frère puisse être un Traître, tout en avouant qu’il n’avait jamais entendu parlé de ces Dieux. Malgré les tentatives d’explication d’Ulthran, le Primarque attaqua le Grand Prophète, encouragé à commettre ce meurtre par l’épée démoniaque qui empoissonnait son âme. Une bataille rangée se déclencha alors qu’Ulthran parvenait à s’échapper. Tarvitz affronta les Xenos et aperçu l’émergence d’un Avatar de Khaine qui s’en prit à Fulgrim, ce dernier le terrassant avant s’ordonner la destruction des Mondes Vierges de Parus par l’utilisation de bombes virales.

Par la suite, Fulgrim rejoignit la Légion d’Horus, alors en train d’assiéger un monde du nom d’Aureus. Le Phénicien avait choisi Tarvitz parmi les Emperor’s Children qui l’accompagnèrent à bord du vaisseau amiral de Lupercal, le Vengeful Spirit, sachant les bonnes relations qu’entretenaient le Capitaine avec certains officiers Luna Wolves. Puis Fulgrim s’enferma dans les quartiers d’Horus, avec le premier Chapelain des Word Bearers, Erebus, proche du Primarque Lorgar Aurelian et devenu un conseiller d’Horus. Tarvitz l’ignorait, mais à cet instant, le destin de sa Légion avait basculé…[8]

La Bataille de la Station d'Orbite Basse DS191[modifier]

À la suite de cette visite auprès d’Horus, Fulgrim, dont le comportement était de plus plus inquiétant, avait annoncé à ses commandants supérieurs qu’il dirigerait une petite force pour rejoindre Ferrus Manus et ses Iron Hands à Callinedes IV dans le système Callinedes, un groupement de planètes alors sous la menace des Orks. Pour entamer la reconquête des mondes déjà tombées entre les mains des Peaux-Vertes, les défenses orbitales devaient être récupérées les premières. Cette étape marquait l’ouverture de l’intervention impériale, qui verrait la réunion des Emperor’s Children et des Iron Hands quand le moment serait venu de prendre d’assaut les forteresses ennemies de Callinedes IV. L’intervention de Tarvitz aux côtés de Lucius, respectivement à la tête de leur Compagnie, changea la donne lors de l’attaque de la Station d’Orbite Basse DS191, occupé par les Orks. La 2e Compagnie de Demeter avait était la première sur les lieux, combattant des centaines de Xenos enragés, avant de se retrouver acculer en attendant les renforts des 1ère et 3e Compagnies qui ne viendront pas. Tarvitz avait intercepté l’appel à l’aide la 2e Compagnie et arriva à tant pour sauver ses frères et vaincre les Orks avant de repartir vers son objectif principal. Bien qu’il n’en avait pas conscient, la corruption avait commencé à se répandre, et l’abandon de la 2e Compagnie avait été sciemment préparé par Fulgrim pour tuer Demeter qui s’avérera être une ardent Loyaliste.[9]

Une fois la Station d’Orbite Basse DS191 prise et purgée de la présence Peau-Verte, Tarvitz supporta l’arrogance de Lucius qui pour la première fois l’accusa de trop réfléchir et que ce comportement allait lui priver de la possibilité de s’élever dans la Légion à la différence de l’arrogant épéiste. Puis Eidolon apparut pour féliciter les Space Marines avant que Fulgrim n’apparaisse à son tour, accueillit par un tonnerre d’applaudissements. Le Phénicien annonça que le système de Callinedes allait être repris mais que la plupart des Emperor’s Children ne viendront seront pas et que - chose étrange - les Compagnies seront divisées. Tandis que Fulgrim allait rejoindre Ferrus Manus sur Callinedes IV - en réalité pour le convaincre de rejoindre un complot secret d’Horus - le reste de la IIIe Légion partira rallier le Maître de Guerre dans un système baptisé Isstvan, sous le commandement du Seigneur Commandeur Eidolon. Tarvitz écouta Eidolon expliquer que leur mission était d’aider Horus à mater une rébellion sur le monde de Isstvan III, aux côtés de la Death Guard et des World Eaters. Le rassemblement d’une telle puissance militaire pour une simple rébellion étonna Saul Tarvitz, étonnement partagé par son ami Lucius. Tarvitz supposa alors que la Grande Croisade, qui était censée toujours pousser de l’avant, et conquérir la galaxie entière au nom de l’Empereur, se retournait sur elle-même pour réparer ses fissures et supposa simplement que le Maître de Guerre voulait faire un genre d’exemple grandiloquent afin de montrer à ses ennemis ce qu’il signifie de se rebeller.[10]

LogoSaulTarvitz.jpg

L'Hérésie d'Horus[modifier]

Totalement corrompu par le Chaos suite à son passage sur la lune du monde de Davin, Horus Lupercal avait préparé une rébellion générale afin de renverser l’Empereur de l’Humanité et s’emparer du trône à son profit. S’alliant avec Fulgrim, lui aussi corrompu par les Puissances de la Ruine via l’Épée-Démon trouvée sur Laeran, le Primarque de la Death Guard Mortarion et celui des World Eaters, Angron, Lupercal prépara une grande purge des éléments jugés Loyalistes au sein des quatre Légions.

La reconquête du monde impérial rebelle de Isstvan III avait fourni à Horus l’occasion parfaite pour à la fois amasser les forces qui lui étaient fidèles et pour se débarrasser des éléments jugés Loyalistes dans sa propre XVIe Légion, rebaptisée les Sons of Horus, et dans celle de ses plus proches alliés, dont les Emperor’s Children. L’élimination de ces Space Marines dont la loyauté était suspecte et susceptible de se tenir aux côtés de l’Empereur en cas de guerre civile était primordiale dans le plan du Maître de Guerre félon.

La rébellion du Gouverneur Planétaire du monde de Isstvan III permettra d’organiser une vaste assaut général mêlant les Loyalistes des quatre Légions afin de les mettre à la merci d’Horus. Cela aurait pu parfaitement fonctionner mais un élément imprévu déstabilisa le plan de l’Architraître. Ce fut Saul Tarvitz.

La Bataille de Isstvan Extremis[modifier]

Nathaniel Garro[11]

Vétéran de la Grande Croisade et Capitaine de la 7e Compagnie de la Death Guard, Nathaniel Garro était le frère d’honneur de Saul Tarvitz, leur amitié étant né sur le champ de bataille. Tous deux avaient traversé trop d’épreuves ensemble durant leur longue amitié, et sauvé la vie de l’autre trop de fois pour accorder de l’importance aux divergences entre leurs Légions.

Arrivé dans le système de Isstvan avec une partie de sa Légion commandée par le Seigneur Commandeur Eidolon, Tarvitz fit partie des troupes envoyés prendre le monde de Isstvan Extremis, la septième planète du système afin d’y détruire des stations de surveillance et y écraser la présences des rebelles dans cet l’avant-poste. À la tête de l’Escouade du Sergent Fulgerion, Tarvitz affronta alors les rebelles sur la surface désolée de Isstvan Extremis, courant au milieu des tirs, droit sur la station de surveillance que les Isstvaniens avaient installée sur cette planète, une haute structure dont les tours flûtées et les antennes évoquaient les tuyaux d’un orgue. Les Emperor’s Children menés par Eidolon combattirent les rebelles aux côtés de Death Guards commandés par le Capitaine vétéran Nathaniel Garro. Ensemble, ils pénétrèrent à l’intérieur de la structure.

Tarvitz se battit pour pendre le dôme d’entrée puis arriva jusqu’au cœur du complexe de Isstvan Extremis. Là, il comprit que ce n’était une station-relais, mais un temple, où se trouvait une pyramide et où une lumière intense au sommet tournait et s’enroulait autour d’une silhouette, dans un concert d’harmoniques aigus. Le Capitaine Emperor’s Children fonça vers la silhouette mystérieuse, cherchant à arriver en premier, avant Garro qui fonçait lui aussi vers cette cible. C’était une femme, dont les robes de soie s’agitaient comme les tentacules de quelque créature sous-marine et qui chantait. Mais la force de la mélodie qui entourait cette femme la souleva de la pyramide et la maintint suspendue en l’air. Des centaines d’accords musicaux impossibles se combinaient les uns aux autres alors même que d’autres notes se carambolaient à la sortie de sa gorge. Des fragments de pierre se mirent à s’envoler du sommet de la pyramide et s’élevèrent en un lent tourbillon vers le plafond du dôme. Le chant brisait la trame de la réalité. Devant les yeux de Tarvitz, une note discordante et unique s’amplifia en un crescendo phénoménal, et une explosion sonore arracha tout un pan de la pyramide, d’où les blocs massifs se mirent à dégringoler entre des courants de lumière, retombant parmi les Emperor’s Children, dont certains furent écrasés.

Tarvitz vit un corps en sang glissant le long de la pente vers un dénivelé à pic, et il constata que c’était Garro. Il se précipita en travers de la ziggourat qui se désintégrait, finit par plonger, rattrapa de justesse Garro par son armure et le ramena jusqu’en terrain encore solide. Il traîna le corps du Capitaine Death Guard à l’opposé des combats. Garro le mit en garde, désignant cette femme comme une Chanteuse de Guerre, capable de démembrer un Space Marine en armure par la seule puissance de sa voix.

Il reparti à la charge, suivant Eidolon qui fut sur le point lui aussi de finir en pulpe. Tarvitz le sauva en chargeant, attirant l’attention de la Chanteuse de Guerre et offrant à Eidolon l’instant propice pour lancer sa propre attaque sonique avant de la décapiter. Eidolon remercia Tarvitz de son intervention, ce dernier ne comprenant pas comment le Seigneur Commandeur avait pu lancer un tel assaut sonore contre leur ennemie. Il retrouva Garro, blessé mais vivant, ravi de revoir celui qui était un vieux compagnon d’arme.[12]

Abomination[modifier]

Après la prise de Isstvan Extremis, Tarvitz rejoignit le vaisseau d’Eidolon, l’Andronius, au sein de la galerie garnies des centaines de statues des Emperor’s Children, y retrouvant Eidolon afin de l’interroger sur le cri sonique qu’il avait effectué contre le Chanteuse de Guerre. Le Seigneur Commandeur consentit à lui donner la réponse, en profitant néanmoins pour lui rappeler qu’il n’était qu’un officier du rang et qu’il n’aurait aucune chance de s’élever un jour comme un élu de Fulgrim. Eidolon l’emmena dans l’Apothecarion de l’Andronius, l’a où officiait l’Apothicaire Emperor’s Children Fabius Bile, qui avait reçu l’autorisation de Fulgrim de mener des expériences censés "améliorer" les Space Marines suite à la Purge de Laeran. Arrivé dans le sinistre Apothecarion, Eidolon pressa un des éclats d’émail qui constituaient la ceinture de Fulgrim sur un tableau, le représentant purgeant les Laers, dévoilant un passage suivi d’un escalier en spirale. Tarvitz se retrouva dans une pièce remplie d’une lumière bleue émanant d’une dizaine de cylindres translucides qui tous atteignaient le plafond, dressés contre les murs de la pièce. Chacun était empli de liquide, dans lequel s’apercevaient des formes indistinctes : certaines vaguement humanoïdes, d’autres ressemblant davantage à des assortiments d’organes et de membres. Le reste de la pièce était occupé par des bancs de laboratoire, couverts d’équipements dont certains devaient servir un usage qu’il n’entrevoyait même pas. Dans la pièce à côté, il rencontra le sinistre Fabius Bile occupé à mener une sinistre dissection. Bile expliqua à Tarvitz que les nouvelles capacités d’Eidolon provenait d’un implant trachéal combiné à une modification des rythmes de son processus génétique. Tarvitz fut horrifié de comprendre que Bile avait, avec l’autorisation du Phénicien, altéré la souche génétique de la Légion, soit disant pour atteindre la perfection. Cela dégoûta Tarvitz qui soudainement, n’avait plus envie de rejoindre le cercle fermé de Fulgrim, n’y voyant que folie, corruption et abomination. Il déclina l’offre indirecte d’Eidolon de les rejoindre avant de partir.[13]

Trahison[modifier]

Plus tard, Tarvitz refusa de participer aux festivités de sa Légion qui par arrogance, fêtait par avance sa victoire sur Isstvan III, laissant Lucius raconter sa version héroïque des combats sur Meurtre. Il se promena à la place sur la somptueuse voie processionnelle du cœur de l’Andronius pour atteindre le hall des rites. Là, il y retrouva un Dreadnought, Rylanor l'Ancien, celui qui était chargé des rites de la Légion. Tarvitz conversa avec lui, lui demandant l’honneur de remplacer le Capitaine Odovocar, tué sur Isstvan Extremis et qui était chargé de transmettre en surface les ordres d’Eidolon. Il renonçait ainsi à l’honneur d’être dans le fer de lance pour attaquer Isstvan III. En réalité, Saul Tarvitz avait appris que le Seigneur Commandeur ne mènerait pas le fer de lance en personne, lui qui ne manquait jamais une occasion d’étaler ses prouesses martiales. Il était inédit qu’il envoyât quelqu’un d’autre à sa place. Pire encore, les ordres de déploiement donnés par Eidolon n’avaient aucun sens. Au lieu de l’ordre de bataille par compagnies, traditionnel et rigoureux, typique d’un assaut des Emperor’s Children, les unités pour la première vague semblaient avoir été choisies au hasard. Le seul trait commun qu’on eut pu leur trouver était de ne pas appartenir aux chapitres que commandaient les Seigneurs Commandeurs favoris d’Eidolon. Que celui-ci eût approuvé une opération sans qu’aucun des guerriers de ces Seigneurs Commandeurs n’y participât relevait de l’insulte grossière. Quelque chose n’allait pas, et Tarvitz ne pouvait se défaire du sentiment qu’un but inavoué se cachait derrière cette sélection d’escouades. Il devait impérativement savoir et donc gagner du temps en restant à bord. Rylanor s’engagea à accéder à sa requête, donnant l’impression au Capitaine que le Dreadnought "voulait" qu’il reste en orbite pour surveiller Eidolon…

Enfin, les Compagnies Space Marines des quatre Légions rejoignirent la surface de Isstvan III, affrontant les rebelles avant de réussir rapidement à les écraser et à s’emparer de la capitale planétaire, la Cité Chorale. Tarvitz, toujours sur l’Andronius, constatait que depuis le départ de la première vague, le croiseur n’avait cessé de lentement se déplacer, ce qui lui paraissait confirmer amplement ses soupçons d’une quelconque incohérence. Le seul motif de déplacer un croiseur après un largage était de l’approcher de l’orbite basse, en préparation d’un bombardement. Il décida d’en avoir le cœur net et rejoignit les ponts dédiés à l’armement, là où se trouvait de puissantes batteries de canons, capables de raser des villes. Il vit, inquiet, que les canons étaient prêts à tirer, alors que des milliers d’Astartes étaient à la surface. Un membre du Mechanicum qui ne soupçonna pas la vraie allégeance de Tarvitz, lui confirma que des ogives chargées de sous-munitions virales à dispersion étaient prêtes, des armes interdites, si terribles que seul le Maître de Guerre, et l’Empereur au-dessus de lui, pouvaient décider de leur usage. Dans un sursaut d’horreur vint à Tarvitz la certitude que cet ordre n’avait pu émaner que d’Horus, et horrifié, il compris alors la terrible vérité : trahison.[14]

L'Atrocité de Isstvan III[modifier]

Comme toutes les liaisons avec la surface furent coupées, empêchant de prévenir ses frères, Saul Tarvitz s’empara d’un Thunderhawk dans le baie d’embarquement de l’Andronius et dégringola dans l’espace. Le Capitaine n’avait reçu que l’entraînement le plus rudimentaire pour piloter cet appareil, ce qui l’empêcha pas de foncer droit sur la Cité Chorale afin de prévenir ses frères de la trahison suprême. Il fut contacté par l’Andronius, affirmant rejoindre seulement le vaisseau amiral de Mortarion, l’Endurance, pour une mission de liaison. Puis il accéléra, tandis qu’à bord de l’Andronius, Eidolon compris que Tarvitz allait faire capoter le plan d’Horus. Le Seigneur Commandeur ordonna de faire décoller quelques chasseurs pour l’abattre. Prit en chasse, Tarvitz manœuvra pour éviter les tirs. Le destin lui sourit lorsque sa trajectoire d’approche le mena droit vers une frégate de la Death Guard, l’Eisenstein, avec à son bord son ami Nathaniel Garro qui le contacta après avoir constaté que le Thunderhawk était pourchassé par une meute de chasseurs. Rapidement, il expliqua la trahison de Lupercal et le bombardement éminent de la planète avec leurs frères à la surface. Au non de leur amitié et de l’honneur, il supplia Garro de le croire, celui-ci n’arrivant pas à croire une telle folie. Alors que Tarvitz était sur le point d’être détruit, les chasseurs ennemis furent abattus par l’Eisenstein sur ordre de Garro. Le Death Guard allait offrir du temps à Tarvitz en faisant croire à l’Andronius qu’il l’avait abattu tandis qu’il allait s’enfuir avec la frégate dans le Warp pour rallier Terra et prévenir au plus vite l’Empereur de la trahison de Son fil favori. Après des encouragements qui ressemblaient à un adieu, Tarvitz fonça vers la Cité Chorale, tandis que Garro partait pour un périple qui allait changer le destin de l’Humanité.

Arrivé à la surface, Tarvitz descendit du Thunderhawk meurtri sur le toit d’une des ailes d’un édifice et fut rejoint par des Emperor’s Children mené par Lucius, tout fier de lui annoncer la prise du Palais et la mort du Gouverneur Planétaire renégat de sa main. Saul Tarvitz annonça alors à son ami la terrible vérité, ce dernier ne parvenant pas à le croire au début, avant de comprendre la gravité de la situation. Tarvitz ordonna d’émettre un message d’alerte afin que tous puissent trouver un abri au plus vite. Il partit ensuite avertir les World Eaters de l’éminence de la frappe virale, tandis que Lucius se chargeait des Sons of Horus et de la Death Guard.

Tarvitz retrouva des World Eaters dirigés par le Capitaine Ehrlen, qui l’accueillit sur une moquerie qui fit rire ses hommes. Tarvitz le supplia d’emmener ses hommes dans des abris souterrains, faisant croire que les Isstvaniens disposaient d’une arme biologique et qu’ils allaient détruire leur cité prise par les Legiones Astartes, sachant pertinemment que ce mensonge constituait le seul moyen de convaincre les World Eaters. Hésitant, Ehrlen accepta d’écouter Tarvitz - promettant de le tuer si il avait menti - et rejoignit avec le Capitaine Emperor’s Children un abri anti-explosion. Alors qu’il courrait se mettre à l’abri, Tarvitz vit les premières traînées incandescentes qui tombaient vers la ville.

Lorsque les bombes virales frappèrent, des milliards d’habitants et de nombreux Astartes furent tués, l’environnement souillé à jamais. Une fois le bombardement terminé, Saul Tarvitz empêcha les World Eaters de sortir, sachant qu’une fois un bombardement viral achevé, la procédure voulait qu’une fois le virus presque dissipé et que les niveaux gazeux crevaient les plafonds, les batteries tireraient pour déclenche une grande conflagration qui allait incinérer la planète.

Ce qu’ordonna Horus, symbolisant par cet acte la galaxie qui allait brûler et le début de l’Hérésie.

Lorsqu’ils sortirent de leur abri, et voyant la dévastation, Ehrlen compris alors que son Primarque Angron et le Maître de Guerre l’avait trahi, ce que Tarvitz lui confirma. Très vite, il vit un assaut majeur de World Eaters renégats menés par Angron lui-même débarquer dans les ruines de la Cité Chorale afin d’achever les nombreux Space Marines qui avaient survécus au bombardement, lançant une campagne de plusieurs mois. Ehrlen ordonna à Tarvitz de partir, ce qu’il fit à contrecœur, laissant les World Eaters massacrer d’autres World Eaters. Il vit au loin Angron tuer ses fils trahis et la mort d’Ehrlen, ressentant de la peur devant la fureur de l’Ange Rouge. Alors qu’il faisait route vers les autres Emperor’s Children dans les ruines de la Cité Chorale, Tarvitz se jura que s’il devait trouver la mort sur ce monde dévasté, il irait à sa rencontre au milieu de ses frères. Et dans la mort, il défierait la discorde que le Maître de Guerre avait voulu semer parmi eux.

Saul Tarvitz durant l’Atrocité de Isstvan III.
Tarvitz était parvenu à rallier les siens et vit l’assaut général de la planète par les quatre Légions Renégates venu les achever, avec Eidolon à la tête des Emperor’s Children. Il contacta Lucius, afin d’organiser des barricades dans les vestiges fumants de la Cité Chorale et s’imposa alors comme un chef de la résistance, aux côtés des Sons of Horus - redevenus Luna Wolves - Garviel Loken et Tarik Torgaddon, préparant et coordonnant ensemble la première bataille entre Space Marines loyalistes et renégats. Pendant deux ou trois mois, les Loyalistes résistèrent, Tarvitz faisant tout pour tenir le plus longtemps afin d’offrir à Garro le temps de rallier Terra pour apporter la terrible nouvelle et pour que l’Empereur envoie d’autres Légions pour faire rendre des comptes à Horus. Tarvitz tiendra en échec les forces d’Eidolon avec brio et sur le temps durant la terrible bataille.

Vers la fin, il chargera Lucius de la défense stratégique d’un temple pour retenir des forces renégates bien supérieures en nombre et les empêcher de prendre le gros des résistants à revers dans les ruines du Palais du Maître de Chœur de la Cité Chorale. Mais Lucius fut jaloux de la renommée que Tarvitz avait acquis auprès de ses Frères de Bataille, jugeant qu’il méritait d’être le commandant à la place de son ami et ayant l’impression que ses actions courageuses n’étaient pas reconnus à leur juste valeur. Son arrogance et son narcissisme le poussèrent à trahir Tarvitz et les Loyalistes, contactant Eidolon afin de lui proposer de le laisser passer par le temple qu’il devait défendre afin d’achever Tarvitz, en échange d’une réintégration au sein de la IIIe Légion.

Cette ultime trahison sonna le glas de la résistance. Les Terminators d’Eidolon purent ainsi pénétrer au sein du périmètre de défense établi par Tarvitz, abattant les Loyalistes. Tarvitz se mit à couvert avec des survivants, ne comprenant pas comment les Traîtres avaient pu les prendre par surprise, constatant qu’ils étaient apparu depuis le secteur de Lucius. Il ordonna un repli vers les dômes intérieurs, où d’autres barricades étaient prêtes avant de foncer, en esquivant les tirs, vers le secteur de Lucius dans l’espoir de retrouver son ami. Arrivant dans les secteurs est du Palais du Maître de Chœur qu’ils avaient assignés à Lucius et ses hommes, Tarvitz constatant la dévastation et retrouva de nombreux corps de Loyalistes. Il contacta ses derniers frères, leur demandant de le rejoindre sur sa position afin de préparer une embuscade. Puis il retrouva Lucius, vivant, occupé à se lacérer le visage avec du verre. Là, Tarvitz constata surpris que tout les Space Marines morts avaient été tué avec une lame, et non des projectiles. Tarvitz compris alors la trahison de son ami, la cicatrice qu’il s’était infligé symbolisant la volonté de Lucius de le tuer.

Lucius accusa Tarvitz d’être la cause de sa disgrâce aux yeux de la Légion à cause de leur amitié, et ne comprenait pas le fait qu’il ait pu rejeter l’offre de rejoindre Eidolon et Fabius Bile dans leur cercle. Il voyait les expériences menés par l’Apothicaire comme une bonne chose, comme l’Empereur l’avait fait pour créer les Astartes, et ainsi assurer la supériorité de leur race sur les autres, même si il fallait abattre des camarades comme Tarvitz pour y parvenir à ses yeux. En plus de son épée, Saul Tarvitz sorti un poignard, sachant qu’il lui fallait mettre le plus de chances de son côté face aux immenses talents d’épéiste de Lucius. Le duel commença, Tarvitz se retrouvant blessé au flanc malgré le fait qu’il se battit en y consacrant tout le courage, la force et le talent qu’il parvenait à mobiliser. Mais cela était sans espoir car Lucius parait toutes ses attaques avec aisance, et les lui rendait négligemment, coupure après coupure, assez pour faire couler son sang et le faire souffrir, mais pas pour le tuer. Mais au dernier moment, alors que Lucius fonçait vers Tarvitz, ce dernier lâcha son épée et se jeta à sa rencontre, son poing atteignant l’épéiste au visage. Tombant au sol, Tarvitz abattit à nouveau son poing sur le visage de son ancien compagnon et libéra sa haine et sa colère à chaque nouveau horion qu’il assénait. Puis il roula sur le coté, ordonnant à ses Frères de Bataille, qui venaient d’arriver, d’abattre Lucius pour trahison. Mais ce dernier, bien que toucher, parvint à s’extraire du dôme au milieu des projectiles.

Le corps de Tarvitz souffrait au point que même les soins d’un Apothicaire ne pouvait suffire. Il savait sa fin arrivée. Mais malgré tout, le dernier combat se devait d’être mémorable, et jamais Tarvitz ne fut plus fier que de mener ses hommes en cet instant.

Le dernier assaut sonna et Tarvitz et ses frères, acculés, massacrèrent les Traîtres de leur Légion qui fonçaient sur eux, au point que ce qui avait été une offensive menaçant de les submerger devenait une déroute pour les renégats dirigés par Eidolon. La propre épée de Tarvitz avait fauché un impressionnant total d’Astartes aux côtés desquels il avait jadis combattu et versé son sang. Au centre de la bataille, il repéra Eidolon qui brisait un nouvel adversaire à chaque coup de son marteau, et se jeta dans la mêlée pour tenter d’atteindre le Seigneur Commandeur. À peine Eidolon l’eut-il vu venir à lui que les Traîtres se mirent à battre en retraite en rangs disciplinés. Vainqueur, Saul Tarvitz rejoignit les Emperor’s Children et Luna Wolves survivants sur le toit du Palais du Maître de Chœur où il put voit au loin le Titan Imperator Dies Irae de la Legio Mortis marcher vers eux. Pire, il constata l’arrivée d’un important détachement des forces ennemies, des Land Raiders, des Rhinos, des Sons of Horus, des World Eaters et des Emperor’s Children qui répartissaient leurs angles de tir afin de couvrir tout le bâtiment. Tarvitz sut qu’ils ne pourraient résister plus longtemps. C’était la fin.

Le Dies Irae tira de son arme plasma, dévastant les rangs Loyalistes. Tarvitz et les derniers héros de la bataille se retrouvèrent sur le toit alors que les World Eaters, les Death Guard, les Sons of Horus et les Emperor’s Children renégats s’apprêtaient à prendre d’assaut les ruines du palais. Un assaut qui ne viendra jamais, l’armée envoyée par le Maître de Guerre patientant, immobile, sur les ruines de la Cité Chorale. Une centaine des Loyalistes de Tarvitz avaient tenu bon. Les glorieux survivants de leur dernier carré, rassemblés, des Sons of Horus, des Emperor’s Children, et même quelques World Eaters. Avec ses vrais frères à ses cotés, Saul Tarvitz, sachant qu’il avait fait saigné les Traîtres et offert l’espoir aux Loyalistes de s’organiser contre la trahison d’Horus, regarda une ogive envoyé par le Maître de Guerre s’écraser sur le Palais du Maître de Chœur, le pulvérisant, avec Saul Tarvitz, le premier des Loyalistes avec lui.[15]

LogoSaulTarvitz.jpg

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « Chercher des réponses mène à la damnation. »
  • McNEILL GRAHAM, Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Black Library, 2006
  • McNEILL GRAHAM, Fulgrim - Portrait d'une Trahison, Black Library, 2007
  • COUNTER BEN, La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Black Library, 2006
  • The Horus Heresy, Book One - Betrayal
  1. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Appendix I - Captain Saul Tarvitz (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Appendix I - Captain Saul Tarvitz (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Informations issues de Fulgrim - Portrait d'une Trahison, Partie I : La Guerrier Parfait - Chapitre Quatre - La Vitesse de la Guerre - Une Route plus Longue de McNeill GRAHAM, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie II : Sur la Terre des Araignées, Chapitre Deux - La Nature de l’Ennemi - Une Trace - La Raison d’Être des Arbres de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie III : L'Effrayant Sagittaire - Chapitre Un - Ne Commets pas d’Erreur - Cousins Éloignés - D’Autres Habitudes de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie II : Sur la Terre des Araignées - Chapitre Un - Amour et Haine - Ce Monde est Meurtre - Un Appétit de Gloire, Chapitre Deux - La Nature de l’Ennemi - Une Trace - La Raison d’Être des Arbres, Chapitre Quatre - Abattre les Arbres Meurtriers - Industrie Arachnide - Ravi de Faire Votre Connaissance, Chapitre Six - L’Instrument de Choix - Images Rares - L’Empereur Nous Protège, Chapitre Sept - Seigneur des Anges - Sur la Terre des Araignées - Interdiction de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Fulgrim - Portrait d'une Trahison, Partie III : Visions - Chapitre Douze - La Pureté n’est pas dans l’Arrogance - Paradis - Ne Jamais être Achevé de McNeill GRAHAM, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Fulgrim - Portrait d'une Trahison, Partie III : Visions - Chapitre Onze - Le Prescient - L'Anomalie de Pardus - Le Livre d’Urizen, Chapitre Douze - La Pureté n’est pas dans l’Arrogance - Paradis - Ne Jamais être Achevé, Chapitre Treize - Nouveau Modèle - Monde Vierge - Mama Juana, Chapitre Quatorze - Vers Tarsus - La Nature du Génie - Avertissement, Chapitre Quinze - Le Ver au Cœur du Fruit - L'Appel de la Guerre - Kaela Mensha Khaine de McNeill GRAHAM, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Fulgrim - Portrait d'une Trahison, Chapitre Dix-Huit - Orbite Basse - Excision - Des Chemins Séparés de McNeill GRAHAM, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Chapitre Deux - Perfection - Itérateur - Ce à Quoi Nous Sommes Bons de COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Chapitre Cinq - Un Sombre Millénaire - Chanteuse de Guerre de COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Chapitre Cinq - Un Sombre Millénaire - Chanteuse de Guerre de COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  13. Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Chapitre Six - L’Âme de la Légion - Tout sera Différent - Abomination de COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Chapitre Sept - Le Dieu-Machine - Une Faveur - Subterfuge de COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Chapitre Huit - Tombés des Enfers - Boucherie - Trahison, Chapitre Neuf - La Puissance d’un Dieu - Regroupement - Frères d’Honneur, Chapitre Onze - Avertissement - La Mort d’un Monde - Le Dernier Cthonien, Chapitre Douze - Purge - Que Brûle la Galaxie - Le Dieu-Machine, Chapitre Quatorze - Jusqu’à la Fin - Charmosian - Trahison, Chapitre Quinze - Beaucoup de Prodiges - De Vieux Amis - L’Échec Parfait, Chapitre Seize - L’Ennemi à l’Intérieur - La Voie à huit Branches - Satisfaire à l’Honneur, Chapitre Dix-Sept - Vaincre, c’est Survivre - Dies Irae de COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.