Sang du Phénix

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Carrières
  Juge
  Sage
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png
Le Sang du Phénix.
« Les fils du destin seront tendus à l’aube du Rhana Dandra. La mort de tous les Aeldaris est imminente. Mais le destin peut être détourné, voire brisé.
Le Dieu de la Mort se réveille. Un murmure si féroce et si fort qu’il fera taire les étoiles pour toujours. »
- Kysaduras l’Anachorète, Prophétie du Chemin Caché.[1]

Le Serpent Frappe[modifier]

Le Vaisseau-Monde de Saim-Hann est l’un des plus grands Vaisseaux-Mondes de la galaxie, avec des bio-dômes si immenses qu’ils contiennent des champs et des prairies balayés par le vent ainsi que des forêts, des flèches et des jardins de contemplation. C’est là que Drazhar a frappé pour la première fois Yvraine et ses Ynnari - pour ensuite trouver d’autres forces qui veillaient déjà sur elle.

C’est dans les vastes et magnifiques plaines du Vaisseau-Monde de Saim-Hann que les Ynnari apprirent que la force mortelle les traquait. Là, Yvraine et le Visarch prêchaient les nouvelles vérités du Dieu de la Mort à un rassemblement d’Autarques - les chefs de clan des fières tribus guerrières de Saim-Hann. Bien que considérés comme barbares par certains de leurs compatriotes Asuryanis en raison de leurs traditions de rites sanguinaires et de combats rituels, les habitants de Saim-Hann étaient de fervents défenseurs du mode de vie des Vaisseaux-Mondes et se battaient avec tout ce qu’ils avaient pour voir leur race prospérer à nouveau. Les visages éclairés par le feu de joie de la Place de la Parole, les chefs de tribu écoutaient ce qu’Yvraine avait à dire. Bien que les plus traditionalistes d’entre eux aient dénoncé la solution radicale qu’elle présentait, en s’y opposant passionnément, certains sont restés silencieux, en fermant les yeux et en réfléchissant longuement à ses propositions.

Drazhar avait appris bien avant l’existence d’une voie menant vers ce Vaisseau-Monde sacré, et il s’en souvenait bien. Il avait l’intention de tuer Yvraine et de porter un coup fatal à ses cousins des Vaisseaux-Mondes détestés d’un seul coup. Sa force de frappe est apparue dans la pénombre pour attaquer alors même que les Autarques étaient sous le charme du récit d’Yvraine. Le ciel nocturne au-dessus de la prairie de Saim-Hann scintillait de violet et se fendait alors qu’un portail de la Toile s’ouvrait pour la première fois depuis neuf mille ans. Bien que Drazhar connaissait son existence, même les Asuryanis de Saim-Hann avaient oublié qu’au-dessus de ce lieu sacré se trouvait un portail d’accès à la Toile.

Les premiers signes extérieurs de la présence des Drukharis se sont manifestés sous la forme d’un blizzard d’éclats de toxines, lancé par les mercenaires Hellions et Fléaux qui avaient surgi du portail de la Toile. Les volées étaient dirigées vers les visages non protégés des Autarques. Trois des nobles Asuryanis sont tombés, s’agrippant à leur chair torturée. La fusillade a été suivie une fraction de seconde plus tard par un barrage d’émotions négatives, comme si un raz-de-marée de désespoir s’était abattu sur ces âmes qui s’étaient mises en harmonie avec le récit d’Yvraine quelques instants auparavant. Les Incubes avaient déclenché leurs Tourmenteurs, des armes obscures faites de Pierres-Esprits brisées, avec une grande efficacité.

Rapide Comme le Vent[2]

Les prairies vallonnées de Saim-Hann ont été le site de la première frappe de Drazhar contre les Ynnari et leurs frères Asuryanis. Quelques instants après leur arrivée, les Incubes ont attaqué Yvraine et ont été attaqués à leur tour par Jain Zar et ses Guerriers Aspects, déclenchant une bataille qui a balayé le Vaisseau-Monde et au-delà.

Thensarielle a écouté avec attention la légende vivante, Jain Zar, la Tempête du Silence, murmurer des vérités encore à venir. Le Seigneur Phénix les conduisit à travers les chemins cachés de la Toile vers le Vaisseau-Monde de Saim-Hann, chemins qui étaient tombés dans l’oubli depuis la Chute. Jain Zar était connue pour être une force de la nature au combat, aussi mortelle qu’une tornade de lames, ne parlant qu’en cris lorsque la colère de Khaine était en elle. À d’autres moments, elle agissait comme un professeur, un dispensateur de sagesse qui se battait non seulement pour vaincre les ennemis de la race Aeldari, mais aussi pour apporter la connaissance non diluée d’Asur aux nombreux sanctuaires des Banshees Huantes.

Thensarielle avait bien appris de Jain Zar au cours des dernières semaines, tout en surveillait les Ynnari, écoutant chaque leçon avec crainte et admiration ; elle savait que le murmure de sa maîtresse pouvait se transformer en un cri brouilleur d’esprit en un instant. Une partie de son âme tremblait à cette pensée - bien qu’elle ne pouvait pas être sûre de savoir si c’était la perspective d’entendre ce légendaire cri, ou le plaisir de joindre sa voix au chœur.

Jain Zar passa ses doigts habilement à travers un portail verrouillé par des runes, et une étrange énergie violette s’est dégagée devant elle. Le Seigneur Phénix plongea à travers, Thensarielle tout près derrière elle.

La flamme violette s’est éteinte pour révéler un feu de joie, et près d’une centaine d’Aeldaris se sont rassemblés autour d’elle. Des Drukharis en armure noire attaquaient un conseil des chefs de Saim-Hann alors qu’ils écoutaient Yvraine, la grande prêtresse d’Ynnead. Les armures des Drukharis étaient sculptée de façon à inclure des lames stylisées, à l’arête cruelle, avec de grands porte-trophées pour les Incubes. Thensarielle sentit soudainement la colère brûler dans sa poitrine. Les Pierres-Esprits brisées des Guerriers Aspects tombés pendaient aux manches de leurs Klaives. Déjà le Visarch, champion d’Yvraine, affrontait un grand nombre de lames. La psyché de Thensarielle se piquait inconfortablement rien qu’en le regardant. Il avait quelque chose de sombre et de puissant, aussi répugnant qu’irrésistible. Elle dégaina son Épée Énergétique et l’activa d’un seul geste fluide, un mouvement aussi naturel que celui de la respiration, et leva la lame juste à temps pour bloquer un Klaive à deux mains qui visait son cou.

Puis vint une impulsion psychique qui fit passer sa rage d’un feu interne à une explosion sonique dévastatrice, la manifestation extérieure de la colère de Khaine. Elle ressenti un frisson en rejoignant le cri de guerre de Jain Zar, le légendaire Cri Ravisseur. Les Incubes se sont soudainement retrouvés sur la défensive, poussés d’un côté par l’assaut des Banshees Huantes et de l’autre par les Autarques en duel qui ont saisi leur chance pour repousser les Incubes. Thensarielle sauta par-dessus le cadavre refroidi d’un Helion, l’une des racailles des Drukharis qui avait surgi du ciel lors de leur mission d’assassinat puis elle trancha de son épée les jambes d’un Drukhari ailé.

Elle entendit un choc de lames, et les Incubes se battirent l’un contre l’autre. Il y eut un éclair de jade sombre, et un Venom arriva pour les emporter. Thensarielle se tourna, à la recherche d’un moyen de les poursuivre, et vit Jain Zar lui faire signe alors qu’elle sautait à l’arrière d’un Falcon à proximité. La poursuite avait commencé - et les Drukharis regretteraient ce jour.

Soudain, Drazhar se trouva au milieu des Aeldaris en difficulté, descendant d’un Venom en pleine vitesse avec la grâce d’un félin. Avant même qu’il n’ait atterri, sa lame fendait l’air pour arracher la tête d’Yvraine de son cou. Sans les réactions fulgurantes du Visarch, la grande prêtresse d’Ynnead aurait été tuée à cet instant. Mais alors que la lame de Drazhar s’abattait avec force, l’Épée des Cris Aphones est apparue, bloquant le coup sur sa longueur de cristal. Le Klaive de Drazhar se fendit en deux épées comme il était prévu, et il les fit tourner en huit. Yvraine n’était plus là. Se retournant comme un acrobate sur le bord du feu de joie, et se roulant en l’air, elle a atterri les pieds plantés et sa lame arcanique tirée.

La bataille qui s’ensuivit fut une démonstration d’habileté et de vitesse aussi époustouflante que n’importe quel spectacle de gladiateurs dans les arènes de la Cité Crépusculaire. Drazhar n’a pas combattu seul, car ses frères et sœurs d’élite Incubes du Grand Temple ont combattu à ses côtés. Chacun d’entre eux fut accueilli par un Autarque lorsque les chefs de Saim-Hann s’élancèrent, et la bataille se transforma en une douzaine de duels à la fois, presque stylisés dans leur maniement des lames. Les mythes vivants d’une culture Aeldari étaient opposés à ceux de l’autre, comme des ombres dansant sur la lumière vacillante du feu. Lorsque les gardes du corps des commandants de Saim-Hann se joignirent à la mêlée, ils furent accueillis par des Hellions caquetants et des Fléaux qui descendirent du nuage de lumière violette, leurs armes crachant du poison et leurs élégantes lames brillantes.

Pendant un certain temps, ce duel enflammé s’est déroulé en équilibre sur le fil d’un rasoir. Puis Drazhar pris la tête d’un Autarque avec une lame alors même qu’il bloquait l’épée d’Yvraine avec l’autre. Un basculement, un pivot, un coup de pied et un second chef fut envoyé en titubant sur la lame d’un Incube en attente. L’équilibre délicat était rompu et les duels, âprement disputés mais sans vainqueur, se transformèrent en une série de meurtres cliniques. Yvraine se retrouva dans une situation difficile, trois Incubes se rapprochant du Visarch alors même que les lames de Drazhar l’obligeaient de continuer à se battre pour sa vie.

Le portail situé au-dessus de la ville brilla de mille feux et un cri rugissant et assourdissant déchira l’air. Cette fois-ci, ce sont les Drukharis, les Asuryanis et Ynnari qui furent mis en émoi, leurs sens étant surchargés au point que le cri est devenu leur univers. Un éclair, puis un autre, puis trois autres, chaque arc de la lame vit la tête d’un Incube d’élite ou d’un Hellion en pleine vitesse tomber. Le riche sang des Aeldaris s’est mis à voler en spirales et à éclabousser, sifflant lorsqu’il a atterri dans le feu. Jain Zar était arrivée, et elle se battait avec une sûreté soudaine et mortelle. Elle était la Tempête du Silence, et les Drukharis étaient comme le blé devant sa lame.

En quelques instants, les teintes rouge vif des Asuryanis de Saim-Hann ont été rejointes par des douzaines de Banshees Huantes. Elles ont poussé un cri perçant et déchirant, et les Drukharis titubèrent, assommés, pendant un moment critique. Les Hellions, abattus dans le ciel par ces Banshees qui faisaient des sauts acrobatiques, se sont effondrées dans les flammes - l’odeur de chair rôtie et de cheveux brûlés s’est intensifiée. Drazhar, sur le point d’abattre un autre Autarque de Saim-Hann, a évité de justesse d’être décapité par la lame d’une Banshee. Il jeta un regard d’appréciation sur le champ de bataille - et à ce moment, il vit qu’il était en infériorité numérique et qu’il était surpassé. Faisant sonner ses Demiklaives ensemble deux fois comme un signal, lui et ses Incubes ont adopté un style de combat défensif en un instant. Le transport Venom de Drazhar tomba des miasmes violacés au-dessus de la bataille, et l’un après l’autre, les Incubes se mirent à sauter par-dessus, s’accrochant à son fuselage, Drazhar bondissant pour s’accroupir à son avant. Le Venom s’est précipité à travers la prairie, les Hellions et les Fléaux se détachant dans son sillage.

Les Aeldaris de Saim-Hann ont rapidement rétabli l’ordre. En envoyant un mot à leurs Spirites pour qu’ils ramassent les Pierres-Esprits des morts, l’Autarque Kerendil convoqua un char-antigrav Falcon à ses côtés. Alors que Jain Zar et ses Banshees Huantes survivantes rejoignaient Kerendil dans la soute à passagers, une escorte de membres du clan se déplaça pour les renforcer, sautant sur les selles de leurs Motojets Windriders et se mettant rapidement en position aux côtés du Falcon. Ensemble, la formation ad hoc s’est mise à poursuivre le Venom qui avait emporté Drazhar, une chasse sanglante désespérée pour trouver et tuer un ennemi mortel.

Une bataille a éclaté dans la prairie de Saim-Hann alors que le Vaisseau-Monde voguait vers l’horizon. Le combat fut si rapide et si acharné que même un seul clignement d’œil, un instant de perte de concentration, signifiait une mort soudaine et violente. Les Hellions, faisant des boucles irrégulières à travers les volées d’armes lourdes du Falcon et volant à reculons sur leurs surfs pour riposter, ont envoyé des jets des tirs d’Armes Éclateuses non pas sur le char antigrav, mais sur les pilotes de Motojets qui se précipitaient derrière lui. Les Féaux s’envolèrent et se rapprochèrent, volant haut pour laisser passer leurs poursuivants avant de redescendre pour paralyser les Motojets Asuryanis avec des tirs de leurs Fusils Éclateurs. De plus en plus d’embarcations sinistrées et de Surfs d’Hellion mutilés s’éloignaient toutes les quelques secondes, claquant dans des arbres cristallins et d’anciennes statues pour exploser en éclats de feu florissants alors que les autres combattants traçaient. Le vol de Drazhar décrivait un vaste chiffre en huit, un signe de l’infini qui faisait directement référence au feu de joie du sommet tribal. Son intention était de terminer ce qu’il avait commencé, avec l’élément de surprise qui était le sien une fois de plus. Mais Yvraine n’était plus là. Le Ynnari était parti, et le portail de la Toile s’amenuisait. Drazhar montrait le chemin - son Venom accélérant tout droit vers cette porte chatoyante, ses alliés Hellions et Fléaux tout près derrière. Deux aéronefs de Saim-Hann plongèrent à leur suite, aux côtés du Falcon de Jain Zar - puis le portail disparut entièrement, scellé une fois de plus par les arts sombres de Drazhar.[3]

Dans l'Ombre[modifier]

Frappe Vengeresse[4]

Les Asuryanis avaient suivi leurs ennemis Drukharis dans les rues sombres et hantées de Shaa-dom. Cette ville, renversée par son propre orgueil il y a plusieurs milliers d’années, contenait des portes d’accès à une myriade de forteresses Aeldaris - mais aussi des portails vers une étrange dimension d’ombre avec laquelle Drazhar entendait remporter une victoire durable.

Faranza le Sanguinaire poussa le coussinet de son index dans le bout de son Klaive, le pic de douleur aiguisé qui maintenait ses sens sur le fil du rasoir. Comme il détestait cet endroit comme tout ce que faisait les Drukharis. Autrefois, on pensait que la métropole, autrefois florissante, n’était dépassé en influence et en puissance qu’après Commorragh. C’était une deuxième ville sombre, avec des flèches et des palais qui rivalisaient avec les plus grands de son époque.

Pourtant, le dirigeant de cette ville décadente avait attiré la colère du Grand Maître Suprême - et avait ainsi semé les graines de la destruction de sa ville. Une multitude de Démons s’étaient répandus à travers une brèche Warp artificielle pour s’abattre sur les Drukharis qui se trouvait à l’intérieur. La ville avait été réduite à l’état de désolations hanté par les Démons, ses cercles concentriques de quartiers encerclant un vaste cratère vide - l’épicentre d’une frappe apocalyptique. Les spires de Shaa-dom étaient comme des serres déchiquetées, à moitié éclatées, qui s’accrochaient à un ciel gris et corrompu : longtemps désertée, sa population n’était plus que des cendres éparses. Le Seigneur Drazhar avait jugé que c’était l’endroit parfait pour une embuscade.

Et les voilà. Une lueur couleur os dans le lointain, puis un éclaireur, arpentant les rues comme un léopard à l’affût. Si fiers, les Asuryanis, dans leurs couleurs vives et éclatantes. Aucun respect pour les ombres, l’obscurité qui donne un sens à la lumière. Ils apprendront le respect ce jour-là, pensait Faranza, que ce soit par les Drukharis ou leurs ténébreux alliés d’Ælindrach. Son cœur battait dans sa poitrine à cette idée. Un vrai combat bientôt, se disait-il. Soyez prêts.

Il y a eu un cri assourdissant - pas un hurlement d’indignation ordinaire, mais le Cri Ravisseur, une des explosions psychosoniques émises par les filles de Jain Zar.

Faranza sprinta depuis sa cachette, les ombres Mandragores alliés à Drazhar s’accrochant à ses membres comme des toiles d’araignée. Il a surpris une Banshee Huante en plein sprint, la soudaineté de son attaque visant son bras tenant une épée et qu’il sépara d’un coup de son Klaive. En criant, elle fit tourner son Pistolet Shuriken et tira, ses munitions ricochant sur son épaisse plaque d’Incube. L’un d’eux frappa à l’angle parfait, tranchant la chair de sa cuisse avec un beau frisson d’agonie aiguë. Son Klaive fouetta et pris sa tête, puis empala son torse sur la pointe qu’il avait oint de son propre sang moins d’une minute plus tôt. Il souleva le corps en l’air, le jet gore de son cou lui tombant dessus comme un baptême cramoisi. Plus tard, il s’attardera sur la sensation de sa blessure à la cuisse, et enverra le triple de cette souffrance aux Asuryanis.

Le fracas des lames retentissait, une mélodie percutante accompagnée de l’harmonie de cris douloureux et de cris de rage brute et non diluée. Faranza pouvait voir les Fléaux se joindre à la bataille contre un vaisseau de guerre Asuryani qui virevoltait dans le ciel - leurs tirs l’ont abattu alors même que son Canon Shuriken déchirait l’un des Helions. L’anti-grav tomba dans la rue et s’immobilisa à quelques mètres de Faranza. Il respira les énergies enivrantes de la disparition de ce nuisible, sentant la douleur de sa blessure à la jambe s’éloigner, et courut rejoindre le combat. La vengeance était un plat qu’il avait appris à savourer depuis longtemps - ici à Shaa-dom, il pouvait festoyer.

Les Drukharis s’enfuirent à Shaa-dom, une ville en ruines peuplée uniquement de fantasmes et de souvenirs cauchemardesques. Pourtant, certains bravent ses étendues hantées ; ceux dont le pouvoir est tel qu’ils ne se voient offrir aucun défi, même par des Démons sanguinaires et des créatures de l’ombre - et Drazhar en fait parti.

C’est dans la ville de Shaa-dom que Drazhar a réussi à s’échapper de la tentative d’assassinat ratée de Saim-Hann. Il y avait vécu dans une vie antérieure, et tout comme un tigre connaît sa tanière, il connaissait intimement son paysage déchiqueté et à moitié écaillé. Là, il abattrait ses lames sur Jain Zar, attaquant à un moment critique avec les monstruosités obscures qui y habitaient et qui œuvraient à assurer sa victoire. Une fois le Seigneur Phénix tué, plus personne ne se mettrait en travers de son chemin au moment d’éliminer Yvraine. Mieux, la première des Banshees Huantes allait être relégué aux oubliettes.

Chaque Seigneur Phénix a été tué de nombreuses fois au cours des millénaires - mais chaque fois qu’un Aeldari ayant l’âme pure trouvait leur armure et répondait à l’appel du destin pour la revêtir, le Seigneur Phénix vivait à nouveau. L’âme de l’actuel titulaire rejoignait celles de ses prédécesseurs dans l’ensemble qui formait la psyché du demi-dieu Aeldari. Drazhar savait cependant que si l’armure du Seigneur Phénix restait dans la poussière d’une ville aussi éloignée que Shaa-dom - ou mieux encore, si elle était volée dans les profondeurs sombres d’Ælindrach par ses alliés Mandragores - alors Jain Zar serait vaincu pour des temps immémoriaux, et il serait libéré pour partir en chasse.

La poursuite de Drazhar par Jain Zar dans la dimension labyrinthique fut longue et ardue, et n’aurait rien donné sans les conseils des Arlequins du Masque du Chagrin Nocturne. Envoyés par Eldrad Ulthran pour trouver Jain Zar dans les écheveaux pliés de la Toile, les Arlequins ont parcouru les tunnels en spirale et des espars brisés, montés sur des Motojets Starweavers afin de pouvoir égaler la vitesse des alliés Saim-Hann du Seigneur Phénix. Il a fallu tout le courage et la ruse des Arlequins pour garder le passage de Drazhar dans la Toile en vue, mais ils n’ont pas perdu la piste psychique, et ont guidé Jain Zar et ses alliés sur le vrai chemin menant à leur proie.

Certains membres du Chagrin Nocturne soupçonnaient les Drukharis de s’être délibérément attardés à certains moments pour s’assurer que leurs poursuivants ne perdent pas entièrement la piste, mais sans les attaquer. La danse des lames devait s’accomplir, car Cegorach lui-même l’avait prévue - et avait appris ce qui se passerait si le duel n’avait pas lieu.

Après des mois de poursuite acharnée, les Aeldaris ont émergé au sein de Shaa-dom. Le duel entre le Seigneur Phénix et le Maître des Lames était très attendu par les Asuryanis et les Arlequins, car seul Jain Zar pouvait espérer abattre Drazhar avant que ses lames ne prennent la tête d’Yvraine. Mais même les Arlequins du Chagrin Nocturne hésitaient à franchir le portail runique qui menait à Shaa-dom. Lorsqu’ils atteignirent l’étrange portail qui y menait, ils virent un arc tordu qui battait comme s’il était fait de chair vivante. Ils firent demi-tour car ils savaient que la souillure du Chaos se trouvait au-delà, et ils ne risqueraient pas de se corrompre.

Jain Zar et ses alliés Asuryanis, devenus des compagnons de route suite aux difficultés rencontrées durant leur voyage sur la Toile, sont entrés dans Shaa-dom avec des douzaines de leurs guerriers. Ils ne pouvaient plus maintenir leur vitesse élevée ici ; la ville en ruines était si enchevêtrée et étrange que seul un suivi très attentif pouvait les guider jusqu’à leur proie. Sans les sens aiguisés des Aeldaris et les capacités psychiques accrues que la Grande Faille avait fait naître chez tous leurs semblables, les Banshees Hulantes n’auraient peut-être pas trouvé la voie menant à leur cible. Mais avec la haine froide des Incubes qui tranchait dans l’agonie résiduelle de la ville morte, leur emplacement pouvait être senti dans les vents psychiques. Avec le soin et la discrétion qu’elle avait vus utiliser par son frère Karandras, Jain Zar s’est faufilée dans les ruines d’albâtre, sa colère et sa frustration refoulée prête à éclater en un ouragan de colère et de violence dès qu’elle apercevrait l’armure noire des Incubes.

C’est parmi les vestiges du Boulevard El’uriaq, envahis par la végétation et baignés de débris de plantes, que le Seigneur Phénix a rencontré son égal. Il y faisait sombre, c’était surnaturel, et même les sens aiguisés des Aeldaris avaient du mal à percer la morosité. Les Incubes avaient conclu des pactes de sang complexes avec les Mandragores qui hantaient cette région pour les tenir à l’abri des regards, enfoncés sous la peau de la dimension labyrinthique dans des taches d’ombre vivante. Le Seigneur Phénix et ses acolytes rôdaient dans la ville en ruines, le mouvement vacillant sur leur vision périphérique mais ne se révélant jamais vraiment. Drazhar et sa fraternité attendaient, aussi calme qu’une des Grandes Mantes originaires d’Asur, que leur proie s’aventure dans leur tanière.

Le Maître des Lames jaillit des sous-bois. Son attaque fut si rapide que ses Demiklaives faillirent prendre la tête de Jain Zar ; une cascade de cheveux tomba de son grand panache alors que les lames motorisées sifflaient à un pouce de son heaume. Bien que Drazhar était déjà à portée de son glaive, le Triskèle du Seigneur Phénix s’est mis à fouetter pour trouver les Demiklaives dans leurs élans. D’un coup de poignet, elle les a verrouillées, les arrachant presque de l’emprise de Drazhar, et lui a donné un coup sauvage à la gorge.

Soudain, les deux duellistes se sont engagés dans un échange mortel. Leurs lames étaient gênées par leur proximité, et aucun des deux ne pouvait repousser l’autre sans risquer un coup dévastateur en retour. Avec son casque stylisé qui embrassait presque le masque impassible de Drazhar, Jain Zar poussa un cri assourdissant, si fort et si puissant que les Mandragores présents dans les ombres furent chassés par la peur. La ville s’est révélée à la lumière éclatante de leur absence, et la bataille qui se déroulait autour d’eux a été mise en évidence.

Les alliés de Jain Zar, les Banshees Huantes, avaient connu bien pire. Les Incubes ayant jailli de leurs ténèbres, elles n’avaient pas eu le temps de parer ni d’utiliser leurs amplificateurs psychosoniques pour contrecarrer l’assaut des Drukharis. Les Falcons et les Motojets qui les avaient accompagnés depuis Saim-Hann envoyèrent des volées de shuriken et des tirs laser pour repousser les Fléaux et les Hellions qui descendaient des flèches, mais deux Banshees Hulantes avaient déjà été saisies par les Mandragores qui rôdaient sur les bords, et avaient disparu sans laisser de traces. Plusieurs autres sont mortes dans la rue. Leurs Pierres-Esprits avaient été arrachées de leur poitrine avec la pointe de Klaives et de couteaux rituels - car les Incubes attachaient une grande valeur aux Pierres-Esprits brisées, les armant pour l’angoisse brute qu’elles pouvaient émettre lorsqu’elles étaient liées aux dispositifs qu’ils appelaient Tourmenteurs.

C’était justement une arme de ce type que Drazhar a utilisée pour se sauver des lames tournoyantes de Jain Zar. Renversé par son cri de guerre, ses doigts engourdis par l’agression psychosonique, le Maître des Lames aurait été tué s’il n’avait pas déclenché le dispositif Tourmenteur qui pendait autour de son cou. Ce n’est pas une, mais une douzaine de Pierres-Esprits brisées qui ont libéré leurs immortels réservoirs de désespoir dans un seul élan dévastateur d’énergie psychique. Chaque pierre avait été arrachée de la poitrine d’une Banshee Huante, certaines même de celles qui avaient été tuées sur Saim-Hann - les précieuses Pierres-Esprits avaient été délibérément prélevées sur les cadavres de ses élèves afin que l’impact de leur angoisse soit d’autant plus personnel.

Jain Zar a titubé, sa psyché momentanément paralysée par le tsunami de douleur psychique des esprits de ses filles. Elle n’était pas seule. Autour d’elle, les autres Asuryanis impliqués dans la bataille avaient l’impression que leurs âmes avaient été arrachées de leurs corps par de cruelles griffes noires d’angoisse. Mais les Drukharis se nourrissent de la souffrance des autres. Les Incubes souriaient derrière leurs masques alors qu’ils tuaient les dernières Banshees Huantes avec une efficacité presque clinique. Les Aeldaris de Saim-Hann se sont retirés, car ils savaient qu’ils avaient perdu.

Alors que ses ennemis battaient en retraite, Drazhar a rassemblé ses forces et s’est précipité pour tuer. Une feinte, un coup, et il coupa en deux Jain Zar, qui s’affaissa, au niveau de la taille. Les moitiés de sa forme découpée en deux s’effondrèrent dans la rue poussiéreuse. Alors que ses restes étaient entraînés dans la dimension de l’ombre par les Mandragores en attente, perdus dans cette réalité et la suivante, un cri de haine et de déni s’est élevé, le chant du cygne d’une légende Aeldari. Cela n’est pas passé inaperçu.[5]

Faibles Espoirs[modifier]

Le cri de mort du Seigneur Phénix n’a pas retenti dans le domaine matériel. Les restes de Jain Zar ont été perdus, emmenés dans les profondeurs d’Ælindrach par les créatures de l’ombre maléfiques que Drazhar appelait ses alliés. Là, dans l’obscurité totale, elle devait être oubliée. Mais il y avait une âme qui ressentait, plutôt qu’elle n’entendait, son cri de colère.

La grande prêtresse d’Ynnead s’était éloignée de Saim-Hann grâce à l’intervention de Jain Zar et de ses disciples. En passant par l’ancien portail de la Toile au-dessus du rassemblement du Vaisseau-Monde, elle a cherché un nouveau Vaisseau-Monde comme prochaine étape de sa croisade. Ce n’était pas un monde grouillant et prospère comme Saim-Hann, mais l’épave lointaine d’un Vaisseau-Monde presque oublié. Pourtant, il existait toujours, et par le biais des capillaires tordus de la Toile, Yvraine et sa troupe - parmi eux plusieurs nouveaux adeptes du credo originaires de Saim-Hann - l’avaient recherché. Ce Vaisseau-Monde était connu sous le nom de Zandros. Mais il n’a pas été atteint sans incident.

Au cours de ses méditations nocturnes sur la nature de la mort, Yvraine a vu une vision de Jain Zar se faire arracher ses griffes. Quelque chose en elle savait que ce n’était pas une allégorie, mais la vérité littérale. Elle a ressenti un poids terrible sur son âme lorsqu’elle a été témoin de cette scène. Sur la lointaine Ulthwé, Jain Zar avait déclaré croire au potentiel d’Ynnead pour changer le destin de tous les Aeldaris, et elle avait modifié son chemin en conséquence. C’est pour la défense d’Yvraine, et celle du credo Ynnari, que Jain Zar avait donné sa vie. Mais là où il y avait la mort d’une âme Aeldari, il y avait aussi Ynnead, qui attendait en repos de l’autre côté.

Ouvrant son esprit en se reposant dans les profondeurs de la Toile, Yvraine a prié la grande divinité morbide qui sommeillait sous les écheveaux de la possibilité pour la délivrance du Seigneur Phénix. Elle a dérivé dans un état liminal, et a eu le sentiment d’être soulevée. Ses oreilles étaient remplies du bruit sourd d’un battement de cœur produit par la coalescence de billions d’Aeldaris morts. Elle se sentait examinée, comme un cristal devant l’objectif de celui qui se trouve sur le Chemin de l’Observateur Éternel. Puis, juste au moment où un météore de puissance avait surgi de Coheria pour la frapper dans l’arène du Crucibael, une lueur de puissance jaillit de sa poitrine, disparaissant au fond de sa conscience, et de là dans les ombres les plus profondes du vide.

La particule de la nouvelle conscience ne s’est pas arrêtée dans les restes corporels de Jain Zar, car ils avaient été dévorés par les bêtes d’ombre affamées d’Ælindrach. Au lieu de cela, elle a transpercé le corps déchiré d’une des Banshees Huantes qui avait été capturé et entraîné dans les ténèbres abyssales des Mandragores pendant la bataille de Shaa-dom. Les charognards ont hurlé et se sont repliés ; s’ils avaient eu des yeux, ils auraient été aveuglés à ce moment-là par l’éclat de l’énergie divine.

La Guerrière Aspect était l’Exarque Qintui’yenh. Elle se leva, alors que les énergies de résurrection coulaient à travers elle, puis se redressa et se tint debout. Des ombres rôdant dans les coins de leur tanière, curieuses du mouvement de celle qu’elles avaient supposée morte. L’Exarque Qintui’yenh ramassa ses lames et, dans un tourbillon soudain, abattit les créatures de l’ombre. Elle se dirigea vers les plaques d’armure tachées de sang de Jain Zar, disposées par moquerie sur le squelette d’un Ogryn capturé, et avec un grand respect commença à les retirer de l’étalage sordide. Alors qu’elle retirait le masque, elle sentit une âme gestaltiste l’appeler et le plaça sur son visage.

À ce moment, elle scella son destin et donna une nouvelle vie à Jain Zar. L’âme de Qintui’yenh s’est mêlée à ceux qui avaient existé dans l’animus composite de Jain Zar pendant tant de millénaires. Son esprit a été ravivé, non seulement par la puissance et la rage de Khaine, mais aussi par le feu noir d’Ynnead, qui brûle lentement et se maintient.

Le massacre des créatures rampantes et sifflantes d’Ælindrach a été grand, des océans de sang noir et d’ichor ombrageux éclaboussant les arcs et les murs noirs de cette réalité cachée. Il n’a pas assouvi la soif de meurtre dans le cœur du Seigneur Phénix renaissant. Après s’être arrêtée pour mettre en sécurité les Pierres-Esprits de ses filles tombées, elle se dirigea vers un portail qu’elle pouvait sentir au fond des passages labyrinthiques derrière la chambre, fauchant tout ce qui était assez stupide pour se mettre en travers de son chemin. Avec d’innombrables corps dans son sillage, elle se tenait enfin devant le portail runique, scellé dans le passé et oublié depuis longtemps. Avec un cri de force psychique si puissant qu’il a liquéfié l’esprit des Mandragores qui rampaient vers elle, elle l’a activé pour la première fois depuis des lustres. Des runes Aeldaris lumineuses apparurent dans l’obscurité. Elle entra non pas dans la Toile comme elle l’avait prévu, mais dans le Vaisseau-Monde de Zandros.

Zandros était un Vaisseau-Monde perdu dans les annales de l’histoire, mais il avait autrefois été un puissant joyau de la couronne de la race Aeldari. Ses tours en spirale étaient hautes et fières, et lorsque les Seigneurs Phénix n’étaient que des mortels, il était connu pour son artisanat et sa maîtrise des armes ésotériques. Tragiquement, il avait été trop prêt de l’Œil de la Terreur au moment de la Chute - ravagé par les ondes de choc psychiques, son peuple s’était transformé en enveloppes sans âme et ses structures psychoplastiques s’étaient brisées au-delà de tout espoir raisonnable de reconstruction. Seuls ceux qui s’étaient aventurés loin du Vaisseau-Monde au moment de l’apothéose de Slaanesh ont survécu, et parmi eux, on n’a trouvé que peu ou pas de preuves. Le site avait néanmoins une signification, tout comme n’importe quelle partie intégrante de l’ancien empire Aeldari.

Yvraine, dans sa quête des cinq lames légendaires connues sous le nom d’"Épées Déchues" - dont quatre étaient déjà en possession des Ynnari - s’était aventurée par les chemins cachés des Arlequins jusqu’aux abords de Zandros. Elle espérait que le Vaisseau-Monde perdu contiendrait un portail vers l’ancien monde relique Aeldari de Belial IV, où elle croyait pouvoir trouver des indices sur l’emplacement de la dernière Épée Déchue. Avec Zandros comme base d’opérations, elle avait l’intention de faire un nouveau raid sur Belial IV et de retourner triomphante dans l’espace réel - du moins, c’est ce qu’elle a affirmé à ses disciples. Elle soupçonnait qu’il y avait des agents doubles chez les Ynnari, et que Drazhar la retrouverait, quel que soit l’endroit où elle se rendrait. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de mettre toute les chances à ses côtés contre le Maître des Lames et espérer que lorsqu’il frapperait enfin, il échouerait dans sa tentative d’assassinat. En cela, les dieux lui souriaient. Alors même qu’elle et son escorte d’acolytes de Saim-Hann se dirigeaient vers la place centrale de Zandros, son allié Jain Zar émergeait du portail qui menait à l’oublié Ælindrach.

Les retrouvailles ont été émouvantes. Les Ynnari, s’opposant aux forces spirituelles qui poussaient les Asuryanis à dissimuler leur identité derrière des façades restrictives, avaient enlevé leurs masques dans un geste de défi à Slaanesh - ils ne se cachaient plus, ne craignaient plus rien. Jain Zar n’a pas suivi le mouvement, car elle était l’armure, et l’armure, c’était elle ; elle ne pouvait pas plus enlever son masque qu’un des mortels Aeldaris ne pouvait enlever son visage. Au lieu de cela, elle a noué une bande cramoisie autour de son bras à la manière de la nouvelle foi, un symbole clair de son allégeance à Ynnead ainsi qu’à Khaine. Bien que les deux guerriers légendaires ne se soient pas unis dans une étreinte, leur psychisme s’est enflammé avec une telle intensité que de nombreuses larmes ont été versées parmi les Ynnari.

Peut-être vont-ils vaincront encore leurs démons et, en attendant, voir les espoirs de la Muse Noire Vect et de son chien de chasse Drazhar anéantis sur les anciennes dalles de Zandros.[6]

De la Mort, une Fois Nouvelle[modifier]

Les Fantômes du Passé[7]

Le duel final entre Jain Zar et Drazhar, et celui des Banshees Huantes et des Incubes, s’est joué dans la mystique Zandros. Ici, une bataille pour l’éternité allait se dérouler et une légende allait tomber. Mais de la mort, il peut y avoir de nouveaux départs - une vérité que les Ynnari avaient bien apprise. Et ils n’étaient pas les seuls.

Jain Zar ressentait une rage en fusion qui la submergeait de toute son essence. L’air brillait autour d’elle, un cri aigu d’énergie psychique qui s’élevait et s’éloignait en échangeant des coups avec Drazhar une fois de plus. Poussée, recul, parade, pirouette, ses mouvements étaient ceux d’une danseuse à lames, assez sûre et rapide pour faire honte à un Arlequin. Pourtant, elle ne parvenait pas à faire passer son épée à travers les défenses de Drazhar. Il était vraiment un maître de la lame - mais pour sa maîtrise, elle n’éprouvait aucun respect.

Elle était entrée dans la partie de sa transe de combat qui, selon elle, la rapprochait le plus de Khaine, mariant l’énergie et la puissance de sa rage avec la concentration et la discipline pures d’Asuryan. Autour d’elle, ses filles combattaient avec la même fureur contrôlée - la fureur de ceux qui avaient été trompés, dupés et attaqués de la manière la plus vile qui soit. Elle leur épargnait peu de réflexion, car Drazhar la mettait à l’épreuve à chaque nouvel échange, et elle ne serait plus jamais prise par surprise. Sur Shaa-dom, ils avaient été pris en embuscade - Jain Zar avait cru connaître sa proie suffisamment bien pour parer ses attaques. Elle s’était même préparée à l’assaut des Tourmenteurs des Incubes, ces engins quasi-nécromantiques avec lesquels les Drukharis utilisaient pour rabaisser et faire souffrir les Guerriers Aspects qu’ils auraient pu appeler des frères. Elle n’était cependant pas préparée aux profondeurs de la cruauté de l’Incube, utilisant les âmes torturées des mêmes protégés qu’elle avait perdus sur Saim-Hann comme arme contre elle. Le credo de l’Incube était simple, pour autant qu’elle le voyait - triompher à tout prix, et pour aucune cause plus juste que la victoire personnelle. Pourtant, jusqu’à présent, elle ne savait pas qu’ils iraient aussi loin pour l’atteindre ; pour torturer les âmes de ceux qui auraient dû être apparentés. Rien que d’y penser, elle était dégoûtée.

D’une certaine manière, cependant, les énergies des morts la revigoraient. Alors que la bataille faisait rage, que d’autres Asuryanis et Drukharis tombaient dans la poussière d’ivoire, elle sentit leurs essences mortelles lui prêter leur force. Son travail à la lame s’accélérait, tout sentiment de fatigue spirituelle était banni alors qu’elle repoussait Drazhar. Puis, comme un barrage qui se brise, son habileté au sabre surpassa celle du Maître des Lames lui-même. Elle vit une ouverture, accrocha une de ses lames et l’empala, le soulevant en l’air et le décapitant d’un coup de Triskèle. Les Exarques qui lui avaient prêté leur âme pleuraient devant cette victoire et ce moment sublime. Ce jour était victorieux.

La perte de Jain Zar aurait pu porter un coup fatal aux espoirs des Ynnari, car elle présageait également de la mort d’Yvraine. Mais l’espoir renaquit sur Zandros, le plus lointain des Vaisseaux-Mondes - et le site d’une autre sombre disparition d’un némésis dans l’histoire ancienne de la race Aeldari.

C’est sur Zandros que Jain Zar et Drazhar se rencontrèrent une fois de plus au combat - car le Maître des Lames préférait s’ôter la vie plutôt que d’abandonner sa chasse, et son temple avait semé ses propres agents par le biais de la congrégation nomade des Ynnari. Un rapport était parvenu au maître Incube de l’évasion du Seigneur Phénix d’Ælindrach. Ses alliés parmi les Mandragores avaient informé les Fléaux employés par Vect, et il l’avait à son tour transmis à Drazhar.

Le Maître des Lames avait voyagé jusqu’à Zandros par les mêmes chemins obscurs que Jain Zar - de tous les Aeldaris vivants restés dans la galaxie, il était l’un des rares à se souvenir du passé resplendissant du Vaisseau-Monde. Il s’est précipité vers les ruines de cet ancien Vaisseau-Monde, avec ses compagnons d’infortune à sa suite. Là, après six jours de recherche inlassable parmi les gloires brisées de l’ancien grand Vaisseau-Monde, il a vu les figures éparses des Ynnari sur la Place du Panthéon de l’Unité.

Yvraine avait choisi Zandros comme site de la confrontation finale pour une raison. Elle connaissait bien les mythes Asuryanis, et avait appris, alors qu’elle était Guerrière Aspect, que le Seigneur Phénix Karandras avait affronté en duel Arhra, le Père des Scorpions, pendant dix-sept jours à travers ses paysages dégradés. Des rumeurs circulaient parmi les érudits Aeldaris selon lesquelles Drazhar était un élève d’Arhra depuis longtemps - certains pensaient même qu’il s’agissait d’une seule et même personne. Mettre en scène l’affrontement final sur le site d’une défaite aussi légendaire, ce serait prendre un avantage moral qui pourrait faire pencher la balance.

C’est au milieu de la nuit que Drazhar est venu chercher Jain Zar. Sous ses ordres explicites, le Maître des Lames fut autorisé à traverser le Vaisseau-Monde sans être intercepté - elle avait une vengeance à accomplir, et tous ceux qui auraient tentés de l’intercepter signeraient probablement leur propre arrêt de mort. Il s’agissait d’une vendetta entre les Banshees Huantes, les Aeldaris de Saim-Hann et les mercenaires Drukharis, et elle serait réglée dans le sang.

Drazhar a couru droit sur Jain Zar, un flou noir parmi les piliers en spirale brisés et les statues renversées. Il sauta pour la tuer. Leurs lames se heurtèrent formant un anneau de résonance dans le paysage urbain. L’anneau se transforma en un chœur retentissant, un bruit de bataille qui remplit les rues. Tout autour, les Banshees Huantes et les Incubes se sont joints au combat. À la périphérie, les Fléaux, les Hellions et autres mercenaires Drukharis ont engagés une escarmouche avec les forces de Saim-Hann, mais ils ne sont pas intervenus. Bien qu’ils aient pu être des ennemis acharnés, ils étaient Aeldaris, et ils ont respecté le mythe qui se déroulait devant eux.

Au début, il semblait que Jain Zar pourrait être surpassé. Elle se battait non pas pour frapper, non pas pour mettre fin au duel, mais pour se défendre. Attaquant dans un assaut de lames, Drazhar avait pris un avantage précoce et gardé la pression depuis lors. Ceux qui, parmi les Banshees Huantes, ont regardé Jain Zar combattre ont compris qu’elle conservait ses forces, jouant un jeu de sagesse patiente plutôt que de fureur pure et simple. Elle savait que le duel de Karandras, qui avait duré des semaines, n’était pas à sa portée, mais cette fois, il n’était pas nécessaire qu’il le soit.

Alors que les mercenaires Asuryanis et Drukharis commençaient à tomber, Jain Zar se battait de plus en plus vite. Yvraine était concentrée sur elle et sur elle seule, car l’habileté du Visarch à se servir de ses lames empêchait les attaques des Drukharis de nuire à la Dame des Ombres. Le lien spirituel entre Yvraine et Jain Zar était fort, et la puissance d’Ynnead se manifestait à travers cette connexion. Les Incubes se battaient avec toutes les ruses vicieuses et les assauts impitoyables qu’ils pouvaient rassembler, sachant que tuer, c’était prendre l’essence des morts. Il en était de même pour les Hellions et les Fléaux qui étaient encore en combat ; bien que beaucoup d’entre eux gisaient dans la poussière, ceux qui continuaient à se battre étaient revigorés par la souffrance au point de briller pratiquement d’une énergie volée. Ils n’étaient pas seuls. Plus ils tuaient, plus ceux qui s’étaient convertis à la cause Ynnari étaient revitalisés par les énergies de la mort - et le Seigneur Phénix en faisait parti.

L’assurance de Drazhar, sa confiance mortelle, ont commencé à faiblir quand il s’est rendu compte que son adversaire se battait plus vite que lui. Puis, juste au moment où le soleil commençait à se coucher, Jain Zar le désarma de l’un de ses Demiklaives, envoyant la lame dans les airs. Il y a eu un moment, une fraction de seconde, où les deux se sont rencontrés - et dans ce laps de temps, la vérité du duel est devenue claire. En tant qu’Ynnari, en tant que guerrière de Ynnead ainsi que de Khaine, Jain Zar tirait sa force de la mort qui remplissait les rues : les âmes des morts Aeldaris lui donnait une nouvelle source de pouvoir.

Laissant s’envoler un cri triomphant qui fendit la Moelle Spectrale autour d’elle avec son volume, Jain Zar a remonté sa lame et a empalé Drazhar, le soulevant en hauteur avant de lui couper la tête avec son Triskèle.

Ce cri de victoire a fait vaciller les Incubes. Les Banshees Huantes les ont abattus les uns après les autres, alors même que les Aeldaris de Saim-Hann chassaient leurs ennemis Drukharis jusqu’à leur destruction. Drazhar était mort, les Ynnari étaient triomphants, et la légende d’un Seigneur Phénix déchu avait été réécrite dans le sang.

Après la victoire des Asuryanis, les Ynnari quittèrent à nouveau Zandros pour la Toile. Yvraine a révélé à ses plus proches conseillers la vérité sur leur départ pour Zandros. Ils ont partagé son soupçon que plusieurs des Drukharis n’avaient rejoint les Ynnari que de nom, et qu’elle ne pouvait pas échapper indéfiniment à ses poursuivants. Se résolvant à l’inévitable conflit, elle avait bien choisi son champ de bataille, et son champion. Nul autre que Jain Zar n’aurait pu faire sortir Drazhar au grand jour et espérait l’égaler en combat singulier, comme le voulait le rituel. Elle se rangea aux côtés de Jain Zar lorsqu’ils se retirèrent de Zandros, soutenant qu’ensemble, ils étaient libres de mener les Ynnari vers une nouvelle ère d’unité et de progrès. Jain Zar baissa la tête et ne dit rien. Le lendemain matin, elle était partie, un seul ruban rouge étant tout ce qu’elle avait laissé derrière elle.[8]

Dara’kinia Thremense errait dans un état second à travers les mosaïques brisées de Zandros. Autour d’elle, les élégantes tours en spirale s’élevaient, de la même teinte osseuse que l’armure des corps des Banshees Huantes qui gisaient sur le site de la bataille. Ils avaient été nettoyés par une sorte de charognard assez coriace pour survivre même à la mort de Zandros. Alors que Dara’kinia regardait avec fascination l’un des cadavres squelettiques, un mille-pattes cristallin se précipita hors de son orbite et s’écrasa dans la poussière. Il n’y avait là que la mort, la charogne et des fantômes inquiétants. C’était les restes de l’empire des Aeldaris en microcosme, rendus sous la forme d’une parabole que n’importe quel fou pouvait lire.

Dara’kinia et ses frères et sœurs Incubes n’avaient pas eu beaucoup de regrets pour les événements de la Chute. Seuls les plus forts pouvaient prospérer ; c’était une loi immuable de la nature, et un principe central du credo des Incubes.

Elle n’avait pas à alourdir sa lame de culpabilité, d’angoisse, de doute paralysant. Non. C’était une Klaivex, et elle ne connaissait pas ces choses-là. Elle les avait oubliées, les avait laissées loin derrière elle.

Mais parfois, et aujourd’hui était une de ces périodes, elle avait l’impression d’avoir peut-être perdu quelque chose. Tout comme elle avait perdu le reste de son Temple.

Puis elle l’a vu. Armure segmentée, noire et à lames, et un casque blanc sans relief. Elle s’approcha du masque à cornes et le prit pour regarder à travers ses yeux. Elle avait toujours été curieuse.

La Klaivex rassembla l’armure, détacha ses propres plaques d’armure crochet par crochet et enfila le masque. C’était la dernière chose que Dara’kinia Thremense ait jamais faite.[9]

Sources[modifier]

  • Warhammer 40 000 - Blood of Phenix
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : L'Essor du Phénix
  1. Warhammer 40 000 - Blood of Phenix - The Time of Death Ascendant (traduit de l’anglais par Guilhem)
  2. Warhammer 40 000 - Blood of Phenix - Swift as the Wind (traduit de l’anglais par Guilhem)
  3. Warhammer 40 000 - Blood of Phenix - The Serpent Struck (traduit de l’anglais par Guilhem)
  4. Warhammer 40 000 - Blood of Phenix - Vengeful Strike (traduit de l’anglais par Guilhem)
  5. Warhammer 40 000 - Blood of Phenix - Into Shadow (traduit de l’anglais par Guilhem)
  6. Warhammer 40 000 - Blood of Phenix - Slender Hopes (traduit de l’anglais par Guilhem)
  7. Warhammer 40 000 - Blood of Phenix - Ghosts of the Past (traduit de l’anglais par Guilhem)
  8. Warhammer 40 000 - Blood of Phenix - From Death, New Faith (traduit de l’anglais par Guilhem)
  9. Warhammer 40 000 - Blood of Phenix - Game Rules & Missions (traduit de l’anglais par Guilhem)