Sécession de Caliban

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png
Les Dark Angels. La Ière Légion. Les Fils du Lion. Ces glorieux guerriers figurent parmi les plus grands de l’Imperium, et combattent au nom de l’Empereur depuis les Guerres d'Unification sur Terra. Suite à son injuste exil et les terribles troubles qui secouèrent Caliban, Luther allait marquer à jamais l’histoire de note planète en prenant la décision la plus courageuse depuis l’incorporation de Caliban dans l’Imperium.
J’étais là, vivant cette époque exaltante. Je vis que Luther avait souffert par la faute du Primarque. Il avait perdu son monde, l’Ordre qui lui donnait sa raison d’être, et la loyauté qu’il témoignait à son Seigneur et fils avait été bafouée. Luther couvait une haine plus profonde qu’aucun autre, même s’il la cachait bien et tous ceux qui se dresseront sur son chemin se feront écraser.
Suite aux Troubles de Caliban, Luther réorganisa la planète afin de la préparer à acquérir définitivement son indépendance face à l’Empereur et au Maître de Guerre alors plongés dans une lutte à mort. Luther préparait la sécession définitive de Caliban, libérée de ses chaînes pour enfin vivre son propre destin. Cette nouvelle restructuration du pouvoir ouvrit la porte aux développements de factions pour se disputèrent une majorité d’influence sur Caliban. Trois noms émergeront aux côtés de Luther comme les plus influents après le Grand Maître lui-même : le Maître de Chapitre Astelan, l’Archiviste Zahariel et un autre, un titre plus précisément, qui hante encore aujourd’hui les Dark Angels.
Cypher.

Tentative de Renversement[modifier]

Merir Astelan, Premier Maître de Caliban.
Peu après la proclamation du désir de Luther de couper les ponts avec l’Imperium de l’Humanité, un certain nombre de vétérans Dark Angels, majoritairement d’origine terrane, conspirèrent pour renverser le Grand Maître de Caliban.

Alors que le Seigneur Cypher et le Frère-Archiviste Zahariel décollaient d’une navette suite à une permission reçu avec le sceau personnel de Luther pour une mission secrète dans le nord de Caliban, Astelan rencontra un de ses commandants de compagnie, le Capitaine Melian. Ce dernier exprima ses doutes sur les Calibanites et sur le fait qu’à présent, les recrues de la Légion ne prononçaient plus le nom de l’Empereur dans les nouveaux serments de consécration. Les recrues juraient à la place de défendre Caliban contre tous ses ennemis. Astelan apprit qu’un coup d’état était en préparation par certains Dark Angels qui refusaient la tournure qu’avait prit la situation mais ils étaient conscient que Luther avait de trop nombreux partisans issus des recrues et qu’une action à s’en encontre risquerait de signer leur perte. Ils avaient besoin d’un message de Terra, ou peut-être du Primarque lui-même, qui aiderait grandement à justifier leur projet car si Luther n’avait plus d’autorité, ses appuis actuels soutiendraient les mesures pour l’écarter. De plus, si un ancien Maître de Chapitre qui fut nommé par l’Empereur Lui-même à ce titre et tenu en haute estime par la Légion devait en être la figure de proue, les choses serait encore plus simples : Merir Astelan, l’un des cinq mille premiers Space Marines crées par l’Empereur était fait pour tenir ce rôle.

Astelan demande à Melian d’organiser un rassemblement des officiers qui auront l’assurance de s’exprimer au nom des forces sous leurs ordres. La réunion des conspirateurs eut lieu dans la pièce du magasin d’armes, vidée de pratiquement toutes ses réserves. Devant une dizaine d’officiers, Astelan suggéra une ligne de conduite et un plan : il fit entrer la Colonelle-Marchesa Bethalin Tylain de l’auxilia de l’Armée Impériale stationnée sur Caliban depuis la venue de l’Imperium, et vice-commandante des forces de garnison. La Colonelle-Marchesa expliqua que si les Dark Angels avaient leur propre chœur astropathique à l’intérieur des murs d’Aldurukh, la forteresse de la Légion, il existait une autre tour d’Astropathe située non loin du Roc, à l’usage du personnel impérial, des intérêts marchands, et ainsi de suite : la tour de Redevakh. Depuis la destitution des administrateurs des régions sauvages nordiques, la tour de Redevakh n’avait pas beaucoup servi, au point d’en être oubliée. La protection de cette installation était la mission d’un corps des forces de défense sous le commandement de la Colonelle-Marchesa. Durant le confinement de Luther, un détachement constitué des compagnies loyales aux conjurateurs devait s’emparer de la tour de Redevakh, et faire parvenir des messages à la fois à Terra et au Lion afin que la précédente structure de commandement soit réinstallée jusqu’au retour du Lion.

Astelan expliqua qu’une fois Luther écarté du haut commandement, ses officiers en chef qui souhaiteront déclencher un conflit entre différents éléments de la Légion seraient peu nombreux. Certains notèrent que si la précédente structure de commandement devait être réinstallée, Astelan, étant l’officier de plus haut rang et ayant servi le plus longtemps dans la Légion, deviendrait de facto maître de Légion… Astelan promis l’instauration d’un conseil de Maîtres de Chapitres.

Le plan fut rapidement déclenché.

Luther n’avait que cinq gardes pour monter la garde devant ses quartiers privés de la citadelle d’Aldurukh.

Astelan avec deux Maîtres de Chapitre et trois Capitaines de Compagnie, se présentèrent. Aucun garde ne résista sauf un qui fut tué. Luther était absent de ses quartiers, mais fut retrouvé dans son sanctuaire du Grand Maître, situé à l’étage au-dessus. Les putschistes proclamèrent sa destitution. Puis tout changea…

Astelan plaça un petit récepteur hololithique sur le bureau du sanctuaire du Grand Maître et activa sa radio. La Colonelle-Marchesa Tylain lui répondit, prête à frapper. L’hololithe montra la tour de Redevakh et plusieurs milliers de Space Marines qui progressaient entre les collines, accompagnés de chars de combat et de marcheurs des forces de défense. Astelan activa de nouveau la liaison et ordonna à la Colonelle-marchesa d’exécuter ses ordres : les éléments de tête du contingent Space Marine rebelle étaient presque en position lorsqu’une succession de flashs brillants brisa la pénombre sous la ligne d’arbres. Un instant plus tard, des détonations se mirent à fleurir parmi les rangs en train d’avancer, suivies presque aussitôt par l’écho de la détonation des obus sur la fréquence. Les véhicules blindés d’escorte s’arrêtèrent, et pivotèrent leurs tourelles vers les Dark Angels. Des jets descendirent des nuages en hurlant, et d’autres tanks arrivèrent en vue, alors que des détachements de soldats des forces de défense émergeaient des arbres en courant. Avec eux se trouvait tout un Chapitre de Space Marines, celui du Capitaine Galedan, bras droit d’Astelan. D’autres chocs secouèrent l’avancée rebelle, les bombes et les canons des tanks déployant sur eux un tapis de feu destructeur.

Après s’être échangé un regard, Luther et Astelan éliminèrent par surprise les Space Marines qui accompagnaient Astelan. Quand à l’armée rebelle, elle capitula face à Galedan et à la Colonelle-Marchesa Tylain, encerclée comme elle l’était par les divisions blindées impériales et leurs frères de Légion, avec une puissance aérienne dévastatrice évoluant au-dessus d’eux. Astelan avait trahi les conjurateurs et proclamé sa fidélité à Luther, éliminant d’un coup les plus acharnés adversaires du Grand Maître de Caliban.

Astelan propose au Grand Maître de faire enfermer les Space Marines rebelles dans les cellules sous le Roc et d’en faire creuser plus. Luther fut surpris du fait qu’Astelan ait trahi ses frères terrans, mais l’imperturbable Maître de Chapitre expliqua qu’à ses yeux, le Lion était une flétrissure et que tout ce qui était arrivé à la Ière Légion depuis la découverte de Caliban était dû à son influence néfaste.

Les guerriers rebelles, dont le Capitaine Melian, furent incarcérés dans des baraquements et des salles de garde, surveillés par les hommes de Luther, tandis que les éléments dissidents les plus hauts gradés étaient escortés vers les cellules sous Aldurukh.[1]

L'Arrivée d'une Flotte[modifier]

Luther nomma Astelan Premier Maître, ce qui ne conférait aucune autorité hormis la faveur du Grand Maître qu’était Luther. Astelan fut chargé de construire au sein de la forteresse d’Aldurukh des centaines et centaines de cellules afin d’enfermer les réfractaires de la politique indépendantiste de Luther, ces deniers ayant déjà pris les armes contre le Grand Maître. Les rebelles Dark Angels furent enfermés et placés sous la gardes des auxilias mortels, afin d’éviter l’apparition de sympathies, seulement encadrés par des Capitaines Dark Angels totalement fidèles au Grand Maître. Les murs et les plafonds des cellules, étaient aussi clairs que les panneaux et les plans et le style de la vieille Caliban s’était invité ici, immanquablement, avec ses arches en ogive et ses passages ressemblant à des galeries. Mais les portes de sécurité, les projecteurs de champ de force et les scanners étaient tous du niveau technologique des standards de Terra.

Puis un jour, Astelan fut prévenu par son bras doit, Galedan, que des vaisseaux avaient été repéré en train de quitter le Warp en bordure du système de Caliban, les frères Archivistes de Zahariel avait repéré leur remous dans l’Immaterium. C’était une Barge de Bataille de la Ière Légion, accompagnés de nombreux autres navires. Astelan commanda de surveiller discrètement toutes les communications passant par les plates-formes orbitales pour tâcher de savoir qui se trouvait à bord et pourquoi ils étaient ici. Il fallait dix jours pour que les navires arrivent sur Caliban et si le Lion était revenu, c’en était fini pour Luther. Astelan resta prudent, sachant que le Lion pouvait arriver sans se faire annoncer comme à Zaramund.

Mais l’arrivée de ces vaisseaux marqua un tournant dans l’histoire de Caliban. Astelan, en compagnie de Galedan, rendit visite, dans les cellules, au Maître de Chapitre Tukon, un des Space Marines qui avait tenté de renverser Luther. Astelan lui apprit l’arrivée de vaisseaux dans le système tout en ignorant qui se trouvait sur ces vaisseaux et que fera Luther fera lorsqu’ils arriveront en orbite. Mais il promit à Tukon qu’il empêchera qu’il devienne un otage, une manière de faire comprendre que le Premier Maître avait pleinement l’intention de se servir des prisonniers comme otages si nécessaire, mais se devait d’envisager toutes les issues possibles. En repartant, Astelan fut arrêté par le bruit d’un mouvement de la part de Tukon. Ce dernier promis qu’il "l’attendrait…" Astelan espérait sûrement le faire craquer afin de le rendre utile pour servir ses propres ambitions. Puis le Premier Maître rendit visite à un autre prisonnier, dans une cellule révélant le scintillement d’un champ d’énergie qui baignait l’endroit d’une lueur bleutée. L’occupant de la cellule de haute sécurité était le Capitaine Melian, qui se jeta vers le bouclier qu’il martela de coups de poing, cherchant à étrangler Astelan de ses mains. Une fois calmé, le Premier Maître expliqua à Melian que des vaisseaux inconnus arrivaient, et que si il avait besoin de lui, il enverrait Galedan le chercher afin de prendre Aldurukh par en dessous si Luther devait s’opposer au retour du Lion. Il prétendit avoir sauvé la vie des rebelles et de les avoir placé sous la salle du trône d’où Luther régnait en soi-disant usurpateur et d’avoir convaincu le Maître de Caliban de ne placer que de simples mortels pour les garder, facilement éliminables à mains nues. Les plans d’Astelan était alambiquée, nourrissant l’espoir du retour du Lion tout en cherchant à se venger du Primarque et, en secret, parlait de se débarrasser de Luther. Astelan, des millénaires après la Destruction de Caliban continuera de justifier ses étranges complots au nom de sa fidélité pour l’Empereur…

Pendant qu’Astelan manigançait, Luther abrogea l’édit de Nikaea et ordonna aux Archivistes Athadrael, Cartheus, Tanderion et Vassago d’utiliser leurs pouvoir afin d’identifier les vaisseaux. Mais les Archivistes ne pouvaient satisfaire la demande du Grand Maître, prétendant que seul Zarariel pourrait réussir un tel prodige. Le Seigneur Cypher - revenu seul de sa mission secrète - les retrouva en plein conclave secret et les menaça en montrant d’étranges alliés : les créatures mystérieuses baptisées Ceux-qui-Voient-dans-les-Ombres, possédant d’époustouflant pouvoirs psychiques.[2]

L'Ouroboros Est Caliban[modifier]

Parti avec le Seigneur Cypher peut avant la tentative de coup d’état contre Luther, Zahariel avait été abandonné par le Seigneur Cypher dans les ruines souterraines des arcologies des Étendues du Nord et qui portaient les stigmates de combats et de la négligence, ses tours et dômes de surface ayant déjà succombé aux éléments. Ce qui s’est passé entre le Seigneur Cypher et Zahariel reste un mystère, mais nous savons que le puissant Archiviste, marqué par son expérience traumatisante suite aux événements des Troubles de Caliban, recherchait des réponses sur le terrible Ouroboros, que l’Archiviste qualifiera être "l’âme Caliban". Zahariel aurait visité les ruines des arcologies, cherchant à comprendre de que les sorciers terrans avaient essayé de faire pour détruire les Dark Angels. Zahariel libéra durant ce périple son esprit, découvrant et ressentant des puissances terribles qui alimentaient Caliban, des puissances interdites et terribles qui encore aujourd’hui, restent mystérieuses mais essentiel pour comprendre les événements qui ont conduit au désastre…

Une seule chose de certaine : la puissance qui alimentait Caliban était décrite dans la bibliothèque de Luther, dont les anciens propriétaires étaient les Chevaliers de Lupus, annihilés par Lion El’Jonson durant sa Croisade contre les Grandes Bêtes. Zahariel exprimera le souhait de détruire l’Ordre afin que Caliban soit libre, si les Grandes Bêtes devaient à nouveau rôder et l’Ouroboros être libéré de sa prison physique…

Zahariel fut retrouvé par son protégé, l’Archiviste Acolyte Vassago, qui avait prit un Thunderhawk. Il repéra Zahariel et le prit à son bord pour le ramener à Aldurukh. Vassago apprit à Zahariel la nature des protecteurs du Seigneur Cypher et une fois arrivé, il alla voir Luther.[3]

Le Grand Maître, le Soldat, l'Ombre et l'Archiviste[modifier]

Alors que l’acte final approchait, les principaux protagonistes de Caliban s’était détaché et imposé, chacun suivant ses propres intérêts et luttes de pouvoirs. Luther était incontestablement le maître de Caliban, mais il devait composer avec Astelan, le Seigneur Cypher et Zahariel.

Le premier était un comploteur, vieux, rusé et réfléchi. Il avait admis sans fard à Luther que son seul désir était de se venger du Lion. Il ne devait rien d’autre à Caliban où à Luther que d’être leur allié momentané, qui occuperait rarement le centre de la scène et préférait lancer ses répliques depuis les flancs. Cela faisait d’Astelan le meilleur d’entre eux, d’une certaine façon : tant que le Lion demeurait au loin, le Premier Maître ferait tout son possible pour maintenir Luther en place, comme le meilleur moyen d’exercer sa vengeance.

Le second était le Seigneur Cypher qui était à cette époque un jeune traditionaliste, l’agent de Luther, supposément, mais il y avait davantage chez le mystérieux guerrier que la simple protection du savoir et des coutumes de l’Ordre. Ses motivations n’étaient pas encore claires, mais les événements catastrophiques survenus dans les Étendues du Nord, à la fois historiquement et dans un passé récent, avaient dû en être un catalyseur. En surface, le Seigneur Cypher semblait loyal envers l’Ordre comme son rôle le dictait, mais peut-être recevait-il les avis d’un autre, peut-être même des instructions.

Et pour finir l’idéaliste Zahariel, l’Archiviste qui était le plus dangereux directement, lui qui possédait le pouvoir d’imposer sa volonté aux autres s’il le souhaitait. Des trois, c’était aussi de Zahariel dont Luther avait le plus besoin qu’il demeure fidèle à l’Ordre et à sa cause. Malheureusement, sans le savoir, Zahariel visait désormais à libérer l’entité de Caliban, et la destruction de l’Ordre, la guerre et la mort étaient les ingrédients d’un tel projet.

Astelan jouissait d’une loyauté chez certains des Chapitres et entretenait un espoir pour les guerriers détenus dans les cellules. Le Seigneur Cypher pouvait théoriquement en appeler à l’Ordre pour faire déposer son Grand Maître, sans pouvoir néanmoins exercer de commandement direct. Mais Zahariel posait une plus grande menace, et représentait potentiellement une arme supérieure aux deux autres.

Chacun d’eux avait ses propres raisons de soutenir Luther, du moins tant qu’ils le considéraient plus utile en tant qu’allié plutôt que comme ennemi.

Lors de cette réunion, le Seigneur Cypher prétendit que Zahariel lui avait ordonné de quitter sans lui les Étendues du Nord lorsque l’arcologie avait commencé à s’effondrer. Quant à Zahariel, il prétendit que la chance et l’endurance expliquait sa survie. Luther, rusé, savait que son pouvoir reposait sur le fait que les trois Space Marines se mettent des bâtons dans les roues afin de lui assurer un rôle d’arbitre. Afin d’équilibrer leurs positions, il promis à Zahariel les ressources pour pouvoir plonger plus loin dans les ténèbres de l’ignorance et en revenir avec la lumière de la connaissance pour eux tous. Il lui offrit un anneau de fer auquel pendaient trois grandes clefs, les clefs du Maître des Mystaï, des spécialistes des questions de sorcellerie dans l’Ordre avant l’arrivée de l’Imperium. Il ignorait quelles portes ces clefs déverrouillaient, ou ce qui pouvait se trouver derrière, mais Zahariel prétendra connaître les réponses. Investit de cette nouvelle autorité, le nouveau Maître des Mystaï entrait officiellement dans le conseil proche de Luther ; au grand déplaisir d’Astelan et du Seigneur Cypher.[4]

Le Retour des Anges[modifier]

Finalement, l’identité de la flotte fut donnée : il s’agissait bien de Dark Angels revenant sur Caliban pour se réapprovisionner. Astelan et Zahariel, à la tête d’une imposante garde d’honneur armée, accueillirent leur frères débarquant d’un Stormbird posé sur la station d’atterrissage du Roc.

Les arrivants étaient commandés par le Maître de Chapitre Belath qui apportaient des messages pour Luther et nul autre. Astelan fit signe à Belath de les accompagner, expliquant qu’il allait les conduire directement aux chambres de Luther. Belath apprit aux deux lieutenants du Grand Maître que l’ensemble de ses forces resteront en orbite, prêts à repartir, car leur séjour devait être aussi bref que possible. Zahariel exprima l’espoir d’être enfin rappelé aux combats mais Astelan l’en dissuada d’un bref mouvement de tête. Ils montèrent à l’intérieur d’un Land Raider pour se diriger vers Aldurukh. Belath demanda la raison de délabrement de l’arcologie nordique, ayant vu son état depuis l’orbite. Astelan prétendit qu’une "petit insurrection bruyante parmi les administrateurs et les ouvriers amenés d’autres planètes" en était la cause. La tension montait entre eux et Beliath exprima des accusations à peine voilées sur ce qu’il considérait comme un relâchement des responsables de Caliban.

Rien ne s’arrangea quand Beliath apprit à Zahariel la mort de son cousin, le Chapelain Nemiel. Ressentant grâce à ses pouvoirs psychiques la culpabilité de Belath, Zahariel demanda depuis quand et comment Nemiel était mort. Belath éluda la question, parlant des événements qui menèrent les Dark Angels à la Bataille de Perditus, lors de l’attaque de Démons contre le vaisseau amiral du Lion. Zahariel explosa et se jeta sur Belath, agrippant sa tête et explorant ses souvenirs sans retenue. Il vit Nemiel se faire décapiter par le Lion alors qu’il voulait condamner un Dark Angel pour avoir utilisé ses pouvoirs psychiques contre les Démons malgré l’Édit de Nikaea. Astelan y mit fin, pointant son arme sur un Zahariel plein de haine et de fureur sur la mort de son cousin.

Une fois arrivé au Roc, Luther rencontra Belath - avec la présence d’Astelan et de Zahariel - au hall de Decemial, près des grandes portes de l’Angelicasta. La salle ne servait guère excepté pour les rares jours de fêtes traditionnelles, lors desquels des guerriers désignés de l’Ordre étaient invités par convocation à s’asseoir aux tables de banquet aux côtés de leurs officiers. Les tables avaient été ôtées et les bancs écartés pour former une allée dans la longueur du hall. À l’autre bout, le grand trône d’ébène du Lion avait été monté sur une petite estrade de bois. Devant lui, juste à sa droite sur le sol de pierre, était installé un siège bien plus petit. Luther attendait sur ce siège tandis que les bancs étaient remplis de maîtres de Chapitre et de capitaines s’efforçant de voir le nouveau venu. C’était une mise en scène parfaite. En l’état, le tableau arrangé devant Belath décrivait un dévouement empreint de patience et une volonté de servir, dans l’attente de ce retour majestueux. Tout paraissait comme si Luther était toujours demeuré assis sur ce siège, tel un chien loyal se languissant du jour des retrouvailles. Les occupants des bancs se levèrent et applaudirent en ovationnant Belath qui oscillait entre la surprise et la délectation. Belath espérait une arrivée discrète mais Luther lui rappela qu’il avait été trop longtemps isolé de la Légion et qu’il voulait lui faire honneur.

Belath apportait des nouvelles destinées à n’être entendues que par Luther, des nouvelles graves d’une galaxie en guerre. Tous partirent, sauf Astelan, le Seigneur Cypher et Zahariel à la demande de Luther. Le Grand Maître demanda directement si le Lion était vivant, ce que Belath ne put confirmer, tant les tempêtes Warp isolaient des pans de la galaxie, comme Caliban. Belath expliqua être envoyé le sénéchal Corswain - remplaçant de fait Luther comme second de la Légion -, apprenant à Luther les détails de la rébellion d’Horus et la Croisade de Thramas entre les Dark Angels et les Night Lords. Plus intriguant, une fois la victoire contre Konrad Curze acquise, le Lion était "partit" en Ultramar alors que Terra serait tombé et l’Empereur tué. Le Lion avait scindé la Légion et avait abandonné toute idée de sauver Terra pour retrouver Roboute Guilliman, laissant le reste de la Légion à Corswain qui a affronté des éléments de la Death Guard commandés par Calas Typhon. Belath avait été envoyé par Corswain afin de récupérer quinze cents guerriers pour la campagne. Mais Astelan exprima ses doutes sur la loyauté du Lion, demandant à Beliath quelle garantie il avait à offrir que les troupes qu’ils enverront ne seront pas menées dans un piège et exterminées, ou pire encore, retournées contre l’Imperium. Astelan fut soutenu par Zahariel qui accusa le Lion de s’être allié à Guilliman et de les avoir abandonnés, Terra et eux, ou bien peut-être pour revenir à la tête des armées d’Horus. Belath ne put que défendre la loyauté de Corswain et dut, sur l’insistance de Luther, se soumettre à une introspection psychique de Zahariel pour confirmer ses dires. L’Archiviste proclama la bonne foi de Belath. Luther ordonna le début du rassemblement des troupes ; tout en sous-entendant qu’il venait. Mais Belath rétorqua que Corswain n’avait pas révoqué les ordres du Lion et que l’intendance de Caliban demeurait le devoir de Luther.

Lorsque Belath se retira, Luther déclara qu’il fallait assurer la sécurité et l’avenir de Caliban ainsi que de l’Ordre et que seule la sécession avec l’Imperium était la solution, les paroles de Belath confirmant son soupçon que l’Imperium était mort. Ainsi, il ne fallait pas que l’armée mise sur pieds sur Caliban ne parte avec Belath. Allant plus loin, Luther affirma à ses trois lieutenants que les Dark Angels devaient disparaître, remplacés par l’Ordre afin de préserver Caliban. Le Seigneur Cypher, Zahariel et Astelan lui jurèrent de nouveau fidélité.[5]

Les Préparatifs[modifier]

Luther permit à Belath de rejoindre son vaisseau en orbite, mais Astelan voulait mettre la main sur les vaisseaux, appareils dont ils étaient privés depuis la confiscation de la flotte par le Lion suite à la campagne non autorisée de Zaramund entrepris par Luther bien des années auparavant. Heureusement, Belath fut de retour, cette fois accompagné d’un Archiviste, Asmodeus, celui que le Chapelain Nemiel avait voulu exécuté pour son usage interdit de ses pouvoirs contre les Démons, ce qui avait coûté la vie du Chapelain. Belath avait cette fois-ci prit ses précautions contre Zahariel.

Événement intéressant, il semblerait qu’il était impossible pour Asmodeus - et Zahariel - de voir dans l’esprit d’Astelan, comme si une protection de l’Empereur Lui-même lui avait été accordé, garantissant de fait le secret des terribles événements qui avaient secoué Caliban et préservant le plan d’indépendance de Luther.

Belath et Asmodeus furent invités à rejoindre Luther à Aldurukh, de nouveau dans le hall de Decemial. Luther l’invita à un banquet mais Belath voulait partir le plus tôt, soupçonnant Luther de ralentir délibérément la préparation des troupes pour le départ vers la guerre. Luther insista pour le banquet, rappelant que ces recrues étaient des novices n’ayant jamais connus la guerre et que leur départ devait être honoré. Lors de ce banquet, Luther promit de transmettre son autorité à Belath afin d’assurer une bonne coordination et un autorité indiscutable. Luther montra un rassemblement de dix mille guerriers apprêtés pour la guerre fin de calmer les appréhensions de Belath qui le remercia malgré le mépris grossier qu’il exprima à la fureur froide du Grand Maître de l’Ordre. Belath finit par céder à la demande de Luther et l’ensemble de ses guerriers restés sur ses vaisseaux descendirent sur Caliban afin de profiter des réjouissances.

Discrètement, Luther chargera le Seigneur Cypher de discuter avec les officier Dark Angels de Belath afin de déterminer… une certaine proximité de valeurs.

Dans le hall de Decemial d’Aldurukh, Belath, Asmodeus et quatre officiers arrivés de l’orbite furent accueillis ainsi que trente et un Frères de Bataille, heureux de revenir dans leur foyer. L’un d’eux était le célèbre Lieutenant Désigné de la Firewing, Griffayn, que le Seigneur Cypher identifia comme un probable partisan de l’Ordre. Luther donna pour consigne à Zahariel et à ses Archivistes de sonder discrètement chacun des nouveaux venus : l’avenir de Caliban allait se jouer dans les heures qui allaient suivre.

En parallèle, Astelan s’attela à avancer ses pions : il n’avait aucun intérêt à ce que de potentiels rivaux, surtout d’origines Calibanites, ne soient accueillis par Luther…[6]

Un Instant Fatidique[modifier]

Luther tente de rallier les Dark Angels revenus sur Caliban à sa cause.
Alors que le banquet battait son plein, Astelan rassembla et emmena lui-même les recrues en orbite, sur les vaisseaux de Belath. Puis Zahariel et ses Archivistes apparurent et sur les galeries qui surplombaient le festin, une centaine de Space Marines de chaque côté, parés de noir, le Bolter présenté en l’honneur des frères en dessous d’eux, se montrèrent. Les deux cents guerriers les acclamèrent.

Luther fit un grand discours élogieux, servant vin et victuailles à ses invités, rappelant les anciennes traditions de Caliban et des Chevaliers de l’Ordre tandis que les Archivistes du Mystaï commencèrent à sonder les Dark Angels. La faculté oratoires de Luther, sa dextérité verbale, élaborait un discours en parvenant à tout y mêler, de l’Empereur aux serfs des cuisines. Sur cette toile de fond, Zahariel et ses Archivistes du Mystaï était en mesure d’apprécier les réactions des Dark Angels rassemblés, en jaugeant ceux qui paraissaient les plus attachés à Caliban, et ceux qui tiraient leur identité du Lion et de la Légion. À ceux qui étaient favorablement disposés envers le discours de Luther était donné un gobelet d’or. À ceux qui n’y réagissaient pas dans le sens voulu, un gobelet en argent. Ainsi marquaient-ils la loyauté des convives. Quand Zahariel et ses compagnons en eurent terminé, exception faite de la table d’honneur, trop proches d’Asmodeus pour que leur examen psychique ne soit pas détecté, le Maître des Mystaï et les autres officiers se retirèrent d’un côté. Luther poursuivit encore quelques minutes avant de conclure son discours. Il fit un geste vers les portes, et d’autres serviteurs entrèrent, amenant avec eux de nouveaux plateaux chargés de nourriture.

Les gobelets, pour différencier ceux qui se rallieraient sans doute de ceux qui risquaient de résister étaient en place. Et les frères perchés sur les galeries au-dessus d’eux au cas où… Avec le soutien possible de Griffayn, Luther pouvait envisager de rallier Belath et les autres récalcitrants car n’avoir que des Calibanites loyaux à tous les niveaux de l’Ordre lui aurait considérablement facilité la sécession.

Mais tout bascula lorsque Belath reçut depuis son oreillette la nouvelle qu’Astelan s’emparait des vaisseaux de transport en orbite. Luther ignorait ces agissements, furieux des actes du Premier Maître. Belath exigea de Luther qu’il ordonne à Astelan et ses guerriers de déposer les armes immédiatement. Plusieurs Dark Angels du banquet se levèrent, d’autres regardèrent autour d’eux, l’air confus. Mais les Space Marines qui surplombaient la scène n’avaient pas fait un geste. Luther leur avait intimé de ne rien faire sans avoir reçu d’ordre explicite. Luther chercha à calmer la situation, soutenu par Griffayn qui demanda aux autres de laisser Luther leur parler.

Le Grand Maître, mit dos au mur par les actions d’Astelan se lança enfin : il proclama que Caliban devait se libérer du joug de l’Imperium. Le silence médusé permit à Luther de continuer. Il appela ses frères à le rejoindre dans la sécession de leur monde, car malgré la technologie, les communications, les échanges et la protection de l’Imperium, la violence, la destruction des forêts, la construction des arcologies sur les ruines des cités, les traditions anciennes balayées par la Vérité Impériale, leur noble histoire remplacée par la propagande des Commémorateurs et les mensonges des Itérateurs prouvaient la duplicité du Lion et sa trahison envers Caliban.

D’un regard, Luther put estimer que le tri de Zahariel avait été pratiquement parfait. Un ou deux des gobelets d’or paraissaient dubitatifs, mais aucun de ceux qui s’étaient vu remettre un gobelet d’argent ne donnait l’impression de le soutenir. C’était à Luther qu’il revenait de les rallier. Il accusa de Lion de n’avoir rien accompli pour eux qui ne fût aussi pour son bénéfice. Jonson avait détruit les autres chevaliers, jusqu’à ce qu’il n’y eût que l’Ordre et refusé d’autres opinions que la sienne. Luther plaida coupable d’avoir suivit le Primarque aveuglément, d’avoir inculqué la civilité, le commandement et les manières à un "animal des bois", de l’avoir vêtu comme un chevalier et de l’avoir appelé Seigneur, et ce faisant, abandonnant son rang et son titre à cette "créature".

Belath invoqua que le sang du Lion coulait dans les veines de tous les autres Dark Angels mais Luther balaya ses affirmations. Qu’importe le sang ou la génétique, seul les vrais valeurs méritaient la loyauté comme l’honneur. Un véritable Seigneur de Caliban n’aurait jamais permis que les fils de son monde, les meilleurs de son peuple, deviennent des guerriers pour une autre puissance. La douleur de la guerre civile, le tourment de voir ses frères tués, par ceux qu’ils avaient pris pour leurs frères, venaient des Primarques qui comme Jonson se sont servis des planètes des autres comme leur champ de bataille. Le Lion n’était pas loyal à Caliban ainsi donc, les serments prêtés à sa personne n’étaient plus valides ; il n’existait plus de lien lorsque l’autre partie brisait le contrat. La loyauté n’était pas à sens unique, elle s’échangeait. Mais devant les menaces de Belath, Luther enfonça le clou en évoquant le sort du Chapelain Nemiel, occis par le Lion pour une différence d’opinion, ce qui fit mouche chez beaucoup de Dark Angels. Il rappela que lui, Luther et beaucoup de leurs frères, pour une offense supposée, sans explication, sans procès ni preuves, sans accusation publique, avaient été exilés.

Belath demanda à Luther si il rejetait la souveraineté du Maître de l’Humanité. Pour réponse, Luther demanda si l’Empereur avait même quitté Terra alors qu’Horus ravageait l’Imperium de long en large et en travers. Il rassura son auditoire en partie séduit qu’il ne voulait pas rejoindre Horus pour autant, car on échange par la tyrannie d’un maître pour un autre. Il rappela aux Dark Angels horrifiés ce qui était advenu de Prospero, de Magnus le Rouge et des Thousand Sons, ravagés et tués par les Space Wolves. La mention des fils de Leman Russ alourdit l’ambiance car la rivalité ente les deux Légions étaient fortes. L’idée que les barbares de Fenris puissent être les bourreaux de l’Empereur prouvait la tyrannie du Maître de l’Humanité, et que le Lion valait guère mieux.

Pour terminer, Luther demanda qui protégera Caliban quand elle sera inévitablement attaquée par les grandes puissances qui se disputaient la galaxie ? Et où était donc le Lion en ce moment, à l’heure où des systèmes brûlaient et où des armées périssaient ? Pas sur la belle Caliban pour s’assurer de sa sécurité. Non, il était allé sur Macragge alors que le Monde-Trône était menacé. Alors Griffayn apprit à tous que Guilliman bâtissait un nouvel empire, en ayant abandonné ses serments envers. Cette révélation choqua les Dark Angels, le Primarque les avait abandonné non pas pour protéger Terra, mais pour aider à édifier un rival au trône de l’Empereur.

Le Grand Maître était tout près de gagner le soutien de tous les Space Marines dans la salle. C’est alors que Zahariel fit jaillir la puissance de l’Ouroboros, en l’arrachant des esprits des Space Marines rassemblés pour la travailler en une seule impulsion d’énergie. L’air grésilla et crépita et un éclair vert jaillit par ses doigts tandis qu’il projetait sa main vers la table d’honneur. La décharge frappa Belath en pleine torse, et fit craquer son armure de combat dans une détonation de jade. L’éclat projeta le Maître de Chapitre à travers les airs, en envoyant son corps sans vie glisser sur les dalles à une dizaine de mètres. Zahariel prétendit que Belath projetait d'attaquer le Grand Maître mais la clameur emplit la grande salle alors que les Dark Angels réagissaient. Les claquements des Bolters en train d’être armés furent comme un staccato d’ouverture à la violence imminente tandis que le Seigneur Cypher tirait sa lame et que Griffayn dégainait un pistolet. Sur les mezzanines, les Bolters furent abaissés sur l’assemblée en contrebas, mais dans la confusion, les gobelets d’or et d’argent s’étaient mélangés, autant que les Space Marines et leurs loyautés. La mort - l’ultime recours - ne devait être donnée que sur l’ordre de Luther. À présent, les guerriers de l’Ordre se tournaient vers leur Grand Maître dans l’attente d’instructions, incertains de ce qu’ils devaient faire. Luther fixa hébété la dépouille fumante de Belath, son plan en ruine. Zahariel donna l’ordre.

Les rafales assourdissantes des Bolters se mirent à retentir dans le hall, illuminé par l’éclat des projectiles psychiques.

Malgré sa taille, le hall de Decemial demeurait un théâtre exigu pour un affrontement, et la bataille qui avait éclaté tourna vite au corps à corps entre ceux loyaux à Luther et ceux ralliés à l’opinion de feu Belath. Pour ceux qui étaient perchés sur les galeries, il devint impossible de différencier les amis des ennemis, et la brève fusillade venue d’en haut cessa. Luther continua de regarder horrifié depuis la table d’honneur mais il fut vite emmené et écarté du combat par un des officiers rebelles. Le Seigneur Cypher tira dans le dos exposé de Zahariel mais il ne dut la vie sauve que par le sacrifice de l’Archiviste Tanderion qui se jeta sur la trajectoire du tir. Le Seigneur Cypher prouva encore une fois son attention d’élimer le Maître des Mystaï. Réalisant que l’occasion de tuer Zahariel venait de lui échapper, le Seigneur Cypher battit en retraite, tandis que, seuls ou par paires, ceux opposés à la déclaration d’indépendance de Luther essayaient de s’échapper dans le reste de l’Angelicasta, espérant peut-être y trouver d’autres alliés. Zahariel, accompagné de ses Archivistes, poursuivit le Seigneur Cypher dans une crypte sous le hall de Decemial. Ce qui advint d’eux après reste un mystère…[7]

Prise de Contrôle[modifier]

Alors que le banquet et la tuerie se déroulaient, Astelan était arrivé depuis un Stormbird dans la baie d’atterrissage caverneuse d’un vaisseau de transport en orbite. Accompagné de Galedan, et de cinquante Dark Angels armés de Bolters et d’un arsenal plus spécialisé, Astelan rencontra le Capitaine de Pont Tagrain, l’officier qui commandait un corps de troupes non améliorées. L’officier du pont le salua et l’invita dans le vaisseau. Astelan ordonna à deux escouades de sécuriser la passerelle de commandement du vaisseau, prétendant à Tagrain qu’il avait été désigné comme nouveau commandant du vaisseau.

En parallèle, les autres compagnies d’Astelan s’emparaient des autres vaisseaux de transport. Bien entendu, Luther ignorait les agissements du Premier Maître mais Astelan prétendra qu’il se doutait que Belath rejetterait l’offre de Luther de rejoindre leur camp contre le Lion. La prise de la flotte permettra aux partisans de Luther de remporter la lutte.

Les vaisseaux de transport sous son contrôle, Astelan mit le cap vers la Barge de Bataille de Belath, le Spear of Truth, l’ancien vaisseau de commandement d’Astelan, que l’Empereur lui avait confié, et que le Lion lui avait pris à Zaramund.

Astelan débarqua dans le Spear of Truth et arpenta le pont de commandement. Nul doute qu’avec une Barge de Bataille et une armée de Space Marines sous ses ordres, les rêves de gloire du Premier Maître pouvaient se réaliser. Mais les plates-formes orbitales de Caliban s’activèrent et pointèrent leurs armes sur le Spear of Truth. Sur une table hololithique, Astelan reçut une communication de Luther. Le Grand Maître, furieux, menaça de faire exploser Astelan après le désastre que ses actions avaient déclenché. Astelan ne se sentit pas coupable, après tout, ce n’était que des Dark Angels, des ennemis… Leurs destins étaient liés. Mais Luther ordonna qu’il se rende avant que des Chevaliers ne viennent le mettre aux arrêts mais ce fut au tour Astelan de le menacer d’un bombardement massif. Il pactisa avec Luther : le Grand Maître était plein d’honneur mais il avait besoin d’un homme pour faire le sale travail. Astelan se proposa pour cette tâche. Personne ne pouvait croire que le monde pouvait se gouverner sans que le sang ne soit versé. L’épée au service des autres se devait d’être rouge et sanglante. Pour autant, la charge de Grand Maître se devait de rester impeccable, au-delà de tout reproche. Mieux, avec une Barge de Bataille, la consolidation du pouvoir de Luther était désormais assuré, car il avait la puissance nécessaire pour renverser des systèmes stellaires.

Finalement, le pacte entre les deux hommes fut conclu, Astelan devenant le glaive de Luther.[8]

Les Déchus[modifier]

Les Déchus naquirent suite à la Sécession de Caliban, de leurs fidélités envers Luther et de leurs rejets de l’Imperium, du Maître de Guerre et de Lion El’Jonson.
La Sécession de Caliban fut enfin proclamé !

Un énorme rassemblent fut organisé, avec des écrans dressés à intervalles réguliers projetant les flux visuels, des haut-parleurs placés tout autour et des transmetteurs haute puissance prêts à tout relayer aux Chevaliers déjà en orbite. Luther s’avança dans l’estrade monté pour ce jour mémorable.

Astelan et Griffayn - rallié à Luther - se trouvaient sur l’estrade, épaule contre épaule, dans une démonstration d’union entre le Terran et le Calibanite. Zahariel avait disparu depuis son affrontement avec le Seigneur Cypher, lui-même porté absent. Un grondement d’ovation accueillit le Grand Maître qui leva une main pour accepter modestement l’adulation de milliers de Space Marines. S’arrêtant au centre de la scène, il leva son autre main, faisant signe qu’il demandait le silence.

Luther raconta l’histoire du Grand Maître Sar Duriel qui avait vaincu à lui seul le Grand Wyrm de Caprosia. Après cet exploit, il fit façonner avec la peau du monstre des armures par ses meilleurs artisans, cinq armures en tout, assez grandes pour vêtir un guerrier de pied en cap tout en lui permettant de bouger avec aisance. Il envoya ensuite ces armures à ses rivaux comme un cadeau, et le message qui l’accompagnait était simple : ses ennemis étaient les bêtes des forêts et qu’il ne voyait pas les autres Seigneurs comme des adversaires, mais comme des alliés.

Ainsi, Terrans ou Calibanites. Exilés ou héros de retour. Ils avaient tous le même ennemi, et ils étaient tous les Chevaliers de l’Ordre !

Puis Luther proclama que Caliban déciderait désormais de son destin et que l’Ordre et Caliban n'étaient plus qu’une seule et même chose. De même qu’une génération de Caliban s’était mise en route afin de conquérir la galaxie pour l’Empereur, une nouvelle génération s’apprêtait à entreprendre une croisade bien plus justifiée. Car ils avaient à présents des vaisseaux. Caliban allait pouvoir apporter son message d’émancipation aux autres mondes et y forger de nouvelles alliances pour assurer sa sécurité.

Un jaillissement pur de dévouement et de loyauté envers Luther gonflait par la présence et les mots de cet homme. Le Grand Maître n’avait pas travaillé pour rien à l’entraînement de ses nouveaux Chevaliers, ni à la formulation précise de leurs leçons et de leurs vœux. À cet instant précis, la majorité des recrues se représentaient comme des Chevaliers d’antan, des serviteurs de l’Ordre prêts à chevaucher pour combattre les Grandes Bêtes ; un moule dans lequel ils avaient été continuellement pressés pendant toute la dernière décennie et plus.

Enfin, Luther mit en garde son armée : les Légions d’Horus, ou celles de l’Empereur, peut-être que le Lion lui-même reviendront. Mais ils les attendront, l’épée à la main. Pour terminer son discours, Luther assura que la tradition devait être perpétuée afin de conserver la mémoire de l’Ordre, et il présenta à tous un guerrier inconnu, avec un masque de fer sous son capuchon.

Le nouveau Seigneur Cypher.

Trente-mille guerriers rugirent leur joie. Les Déchus étaient nés.[9]

Luther avait enfin mené Caliban vers une nouvelle gloire, indépendante et débarrassée de l’influence néfaste du Lion. Un nouvel âge s’ouvrait, où les Dark Angels n’étaient plus, remplacés par le vrai maître de Caliban, l’Ordre, avec un digne Seigneur pour le guider.
Moi-même était prêt à me battre pour la vision de Luther, pour mon peuple et mon monde, afin d’apporter la liberté aux autres peuples soumis par la tyrannie impériale ou du Maître de Guerre.
Puis un jour, le Lion revint…

Sources[modifier]

  • THORPE GAV, L'Œil de Terra - Je suis la Vigilance de l'Empereur : Maître de la Première, Black Library, 2017
  • THORPE GAV, Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Black Library, 2016
  1. Informations issues de L'Œil de Terra - Je suis la Vigilance de l’Empereur : Maître de la Première de THORPE GAV, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Chapitre Six - Pas de Nouvelles, Mauvaises Nouvelles, Chapitre Sept - Les Recherches se Poursuivent, Chapitre Huit - Contingences de THORPE GAV, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Chapitre Dix - Un Frère Honoré de THORPE GAV, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Chapitre Dix - Un Frère Honoré de THORPE GAV, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Chapitre Treize - Le Retour du Fils, Chapitre Quinze - Principes de THORPE GAV, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Chapitre Dix-Huit - Anciens Secrets, Chapitre Dix-Neuf - Un Instant Fatidique, Chapitre Vingt - Griffayn de la Firewing de THORPE GAV, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Chapitre Vingt-Deux - Une Heure Éprouvante, Chapitre Vingt-Sept - La Déclaration, Chapitre Vingt-Neuf - Le Seigneur Cypher de THORPE GAV, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Chapitre Vingt-Quatre - Prise de Contrôle, Chapitre Trente-Et-Un - La Déloyauté et le Déshonneur de THORPE GAV, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Chapitre Trente-Trois - Un Nouveau Commencement de THORPE GAV, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.