Véhicules de Transport Space Marines du Chaos

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Rhino du Chaos)
Aller à :navigation, rechercher

Sm chaos banner.pngSm chaos symbol light.png
Sm chaos banner left.jpg
Sm chaos banner right.jpg
DeathwatchBar.jpg
Shackles1.png
Shackles1.png




Sm chaos eye blind.png
Sm-chaos-side-staff.pngShackles1.png
Sm-chaos-side-staff.pngShackles1.png
Sm chaos stone bar.jpg
Sm chaos page corner.pngShackle2.jpg
Sm chaos metal bar.png
Sm chaos page corner2.png
Sm chaos metal bar.png
Sm chaos gothic.jpg
Sm chaos angle.png
Sm chaos angle.png

Partageant de nombreuses doctrines de combat sous-jacentes avec leurs anciens frères de l’Adeptus Astartes, les Space Marines du Chaos sont des troupes de choc inégalées. Bien qu’ils utilisent une myriade de tactiques et de stratégies différentes - certains se concentrant sur la mêlée brutale, par exemple, tandis que d’autres préfèrent une progression implacable - tous sont maîtres de l’attaque frontale, armés et équipés pour prévaloir dans les conditions les plus difficiles du champ de bataille. En tant que tels, presque tous les guerriers renégats utilisent une variété de véhicules d’assaut, allant du véhicule blindé Rhino omniprésent au puissant Land Raider.

Les véhicules d’assaut des Space Marines du Chaos sont déployés depuis l’orbite jusqu’à la surface d’un monde cible et servent à transporter une escouade de guerriers à travers un terrain souvent dangereux, directement vers les canons des différentes forces armées qui les attendent. Après s’être rapprochés de l’ennemi ou de l’objectif, les Space Marines du Chaos débarquent, soit pour massacrer l’ennemi dans un combat rapproché sanglant, soit pour utiliser une position favorable pour tirer sur l’ennemi. Une fois la bataille gagnée, ces véhicules sont fréquemment utilisés pour emporter le butin de guerre, leurs baies chargées de matériel capturé. Parfois, de longues chaînes sont apposées à l’arrière du véhicule : les soldats ennemis capturés sont entraînés vers un destin horrible par dizaines. Puis, garnis de trophées récemment revendiqués tels que les têtes des champions de leurs ennemis ou la bannière déchirée sous laquelle ceux-ci ont combattu, ces véhicules deviennent comme des autels à la sombre splendeur des Puissances de la Ruine, ne laissant sur leur passage que ruines fumantes et corps sanglants.[1]

Rhino du Chaos

Un Rhino du Chaos.

Le véhicule blindé de transport de troupes Rhino, issu d’un SCS ancien et vénérable, a longtemps été le plus utilisé des véhicules Space Marines, avant même que l’Hérésie d'Horus n’ait scindé les Legiones Astartes en deux. Au moment de leur rébellion, les Légions Renégates étaient en possession d’importantes quantités de ce véhicule et, lorsque les Traîtres vaincus se sont repliés jusqu’à l’Œil de la Terreur, ils ont emporté leurs machines de guerre avec eux, et pendant les 10 000 ans de la Longue Guerre, les Space Marines du Chaos ont continué à utiliser le Rhino comme leur principal véhicule de transport sur les champs de bataille.

L’histoire du Rhino du Chaos remonte à l’antiquité, et l’utilisation de son châssis comme modèle pour une variété de véhicules blindés de combat est aussi courante maintenant qu’à l’époque de l’Hérésie d’Horus. L’utilisation des codes de désignation impériaux a depuis longtemps cessé d’être pertinente et les forces du Chaos arborent un certain nombre de permutations sur les schémas Mk Ib, Mk IIb et Mk IIc, souvent produits ou lourdement modifiés en des façons jugées blasphématoires par les adeptes du Culte Mechanicus.

Bien que la provenance et l’histoire de chaque machine de guerre au service du Chaos ne puissent jamais être connues avec certitude, il est indéniable que certains des Rhinos présents dans les arsenaux renégats sont les mêmes véhicules qui ont servi autrefois sous le drapeau de l’Empereur, il y a des millénaires. Certains sont conservés et réparés à l’infini par les Techmanciens, d’autres par la torsion et la distorsion du temps dans le Warp, et tous sont traités par les Légions Renégates comme des reliques sacrées souillées de sang. Un Rhino en particulier, identifié au cours du Siège du Palais de l’Empereur comme appartenant à la Légion des World Eaters, a été aperçu en de nombreuses occasions au cours des millénaires suivants. Connu sous le nom de "Barbarus", d’après sa plaque d’identification, il est hérissé de pointes d’acier, chacune surmontée par la tête d’un guerrier impérial. Les archives de l’Ordo Malleus révèlent qu’avant l’Hérésie, ce Rhino était affecté à l’escouade du Sergent Solax, de la 3e Compagnie d’Assaut des World Eaters. Il est également possible que ce dernier soit l’individu actuellement appelé Kossolax le Parjure. Si c’est le cas, le Sergent est à présent à la tête d’une compagnie entière de Berserks, utilisant Barbarus depuis plus de dix millénaires.

La grande majorité des Rhinos en service dans les bandes de guerre du Chaos sont cependant des véhicules plus récents venant de Chapitres renégats récemment passés au Chaos, ou produits par centaines par les Forges Infernales, au confins de l’Œil de la Terreur et autres royaumes du Chaos. Les nouvelles machines de guerre proviennent également du pillage et de la récupération des débris des champs de bataille. De nombreuses factions du Chaos, en particulier les petits groupes armés, opèrent comme des forces de raids pirates, s’attaquant non seulement aux mondes impériaux, mais aussi aux groupes rivaux et aux serviteurs des dieux ennemis détestés. Les serviteurs du Chaos aiment piller et corrompre les armes et les outils de l’Imperium et les retourner contre leurs anciens maîtres, et le Rhino et ses variantes - avec leur conception ingénieuse et facile à réparer - sont particulièrement prisés. Pour les Techmanciens, il n’y a pas de plus grand plaisir que la perversion et la corruption du matériel de guerre appartenant autrefois à leurs frères Loyalistes détestés. Défigurés et mutilés, ces véhicules sont ornés d’icônes blasphématoires et de la livrée de leurs nouveaux maîtres, et équipés de lames, de crochets, de trophées macabres et de peaux écorchées (ces dernières provenant souvent de leurs anciens propriétaires) afin d’obtenir la faveur d’une Puissance Chaotique ou d’un patron démoniaque. Ainsi, au fil du temps, les Rhinos du Chaos sont recouverts de l’attirail associé à leur Légion ou Chapitre renégat. Les chars des Word Bearers portent souvent des parchemins couverts des écrits de Lorgar, et incorporent des braseros emplis d’encens démoniaque, tandis que ceux des World Eaters sont rituellement enduits de sang avant chaque bataille, jusqu’à en accumuler des couches séchées.

Le Rhino impérial tire son origine des modèles du SCS. Grâce au génie du SCS, le modèle de base Rhino peut être réparé et fabriqué à partir d’une grande variété de matériaux, allant du composite carbone à l’acier trempé. Le système de moteur standard du Rhino, qui utilise quatre chambres de combustion thermiques indépendantes, présente le double avantage de pouvoir fonctionner avec à peu près n’importe quel carburant, à différents degrés d’efficacité, ainsi que le fait que les moteurs multiples peuvent endurer de nombreux dégât, en continuant à fonctionner à moindre régime, améliorant considérablement sa capacité à résister au combat.

Le Rhino du Chaos, comme son homologue impérial, assure le transport sur le champ de bataille d’une escouade comptant jusqu’à dix Space Marines du Chaos et avec un seul membre d’équipage qui sert de conducteur et contrôle en outre l’armement de base. Les Rhinos individuels peuvent également être améliorés en fonction de leur rôle, des ressources disponibles pour les bandes de guerre et des factions auxquelles ils appartiennent. Un des systèmes d’armes supplémentaires que l’on rencontre souvent est un véritable vestige des temps anciens de la Grande Croisade, et qui a entre-temps cessé d’être utilisé par l’Imperium : le Lance-Missiles Havoc. La Black Legion et les Iron Warriors sont réputés pour leurs assauts en Rhino, qui écartent les obstacles tandis qu’ils se rapprochent inexorablement de leur cible. D’un ordre, les chars effectuent une halte le temps que débarquent les Space Marines du Chaos, qui libèrent une grêle de tirs de Bolter sur leurs ennemis tandis que leurs frères chenillés se lancent dans une charge meurtrière.[2]

Module d'Atterrissage du Chaos

Module d'Atterrissage du Chaos Dreadclaw

Symbol mechanicus.png
L’Omnis Bibliotheca est vaste, peut-être vouliez-vous aller voir quelque chose qui porte le même nom : Dreadclaw
Des Modules d’Atterrissage du Chaos Dreadclaws.

Connu dans certains cercles de la Marine Impériale sous le nom du "Toucher de la Mort", le vaisseau d’assaut en forme d’un serre Dreadclaw est très craint. Vaisseau d’abordage technologiquement supérieur qui sert à la fois de Module d’Atterrissage et de vaisseau d’assaut, le Dreadclaw sert les Légions du Chaos depuis l’Hérésie d'Horus, tandis que l’Esprit de la Machine belliqueux qui le contrôle était déjà tristement célèbre bien avant la trahison du Maître de Guerre.

Le Dreadclaw est enregistré dans l’Apocryphe de Balthus comme l’un des derniers vaisseaux de combat à avoir été mis en service pour les Legiones Astartes avant le déclenchement de l’Hérésie d’Horus. L’Apocryphe déclare que son déploiement a été difficile et n’a pas été universellement accepté, et le Monde-Forge de ses origines a depuis été rayé des archives. Sa conception était certainement parmi les plus perfectionnées des vaisseaux d’assaut au service de l’Imperium, capables de servir à la fois de Module d’Atterrissage planétaire et d’embarcation pour pénétrer par la force la coque des navires ennemis dans les batailles spatiales. Avant la création du Dreadclaw, de nombreuses attaques de navire à navire étaient des opérations à sens unique et il n’était possible d’extraire les passagers qu’en cas de victoire. Le summum du design était son système de contrôle automatisé, un puissant moteur de cogitation que l’on considérait comme étant d’un ordre supérieur à ceux que l’on trouve dans les autres machines de guerre.

Le degré de conscience de soi que possédait le Dreadclaw fut une source de discorde et de controverse dès son premier déploiement, et la situation ne fit qu’empirer avec le temps. L’hostilité créée par le Dreadclaw fut telle que des rumeurs se répandirent rapidement sur le fait que la machine était en quelque sorte corrompue par une malédiction jamais vue depuis les ténèbres de l’Âge de la Technologie. Pendant l’Hérésie elle-même, il est apparu que les incidents fâcheux impliquant le Dreadclaw avaient atteint des niveaux presque épidémiques. Après un incident particulièrement dévastateur à bord du cuirassé Legate Peracles pendant la bataille apocalyptique de Terra, il n’y avait plus de place pour la discussion et les Magi loyalistes ont supervisé le retrait officiel des Dreadclaws du service impérial. Depuis ce jour, le Dreadclaw n’a été rencontré que dans les rangs des forces renégates.

La conception avancée du Dreadclaw intègre un puissant propulseur qui lui permet de se rapprocher rapidement de sa proie comme un vaisseau d’assaut, ou d’entreprendre une descente entièrement guidée et propulsée vers la surface d’une planète. Sa coque blindée est entourée d’un certain nombre de griffes de grappin qui donnent au véhicule son profil distinctif et lui permettent de s’accrocher solidement à la coque des navires ennemis. Une fois en place, le Dreadclaw aborde sa cible en brûlant à travers sa coque avec un anneau de puissants découpeurs à fusion, faisant entrer à l’intérieur l’escouade de 10 Space Marines du Chaos - ou un unique Dreadnought du Chaos - embarqués par une trappe hermétique en iris. Lorsqu’elles sont utilisées comme module de largage, les griffes ont une fonction différente, se déployant après l’atterrissage pour redresser le Dreadclaw et soulever sa coque du sol afin de déployer rapidement ses passagers sans exposer son intérieur fragile au feu de l’ennemi.

Bien que moins manœuvrable dans l’atmosphère d’une planète qu’un aéronef conçu à cet effet, le Dreadclaw peut être utilisé pour effectuer un redéploiement au combat ainsi que des extractions rapides en orbite planétaire, un avantage vital étant donné les activités de raid de plusieurs bandes de guerre Chaotiques.

  • Décapage Thermique : les Dreadclaws sont équipées de jets thermiques cycliques et de découpeurs à fusion pour se frayer un chemin à travers les coques blindées des vaisseaux abordés. Les bandes de guerre du Chaos les utilisent également comme une forme limitée d’armement offensif, dispersant leurs explosions pour incinérer tout ce qui se trouve à proximité lors du débarquement ou, dans des cas plus extrêmes, même pour faire brûler une bande à travers le champ de bataille en utilisant de dangereuses attaques aériennes à basse altitude.[3]

Module d'Assaut du Chaos Kharybdis

Un Module d’Assaut du Chaos Kharybdis.

Le Kharybdis a été employé par les Legiones Astartes tout au long de la Grande Croisade comme leur principal module d’assaut lourd. Il s’agit d’un monstrueux module capable de transporter une force d’assaut importante à travers le vide, tout en augmentant la puissance de feu pour ouvrir un chemin à travers des vaisseaux plus petits. À l’arrivée d’une volée de ces sinistre véhicules, les crochets d’abordage s’étendent alors qu’ils se rapprochaient de leur cible condamnée, signant la fin pour l’équipage des innombrables vaisseaux qui osaient s’opposer aux Legiones Astartes.

Le Kharybdis était le produit de la même histoire que le Dreadclaw, et en tant que tel, le véhicule est tombé sous la surveillance des plus hautes autorités lorsque les défauts de cet autre module ont été connus. Le Kharybdis a été mesuré et étudié, ses noyaux de cogitateurs ont été disséqués à la recherche de tout indice de cette corruption qui a tant affligé sa classe. Cependant, si des anomalies existaient indubitablement dans le comportement de la machine, le genre de cas de malchance inexpliquée qui avait conduit au retrait forcé du Dreadclaw était largement absent - pour un temps au moins.

Alors que l’Hérésie d’Horus atteignait sa conclusion apocalyptique et que la Purge balayait la galaxie, le Kharybdis fut largement utilisé des deux côtés. Comme les Legiones Astartes vengeresses harcelaient leurs anciens frères de zone de guerre en zone de guerre, des flottes entières brûlaient dans des batailles vaines où la vie d’innombrables milliers de guerriers qui avaient survécu aux guerres de l’Hérésie d’Horus était dépensée. Des centaines, voire des milliers, de Kharybdis servaient fidèlement leurs maîtres Astartes, et ce faisant, ils commençaient à développer certaines caractéristiques pour lesquelles ils allaient eux aussi devenir tristement célèbres dans les rangs des Loyalistes comme des Traîtres.

L’Ordo Malleus est en possession de plusieurs récits scellés sur la chute du Kharybdis, pour la plupart contradictoires mais tous susceptibles de contenir un noyau de vérité. Certains suggèrent que le noyau de la machine du vaisseau a développé une sorte d’intelligence similaire à celle du Dreadclaw, mais cette manifestation était très différente dans son comportement. Le Kharybdis s’est plutôt attaché à des capitaines individuels et à des membres d’équipage pour être imprévisible lorsqu’ils n’étaient pas à proximité. Si le maître de la "machine" l’abandonnait pendant de longues périodes, les Technoprêtres et les serviteurs qui s’en occupaient étaient victimes d’accidents. Si son capitaine venait à mourir ou à quitter le navire de façon permanente, il pouvait ne tolérer personne d’autre dans sa cale blindée, un fait qui n’a été révélé que lorsque l’écoutille de la machine s’est ouverte spontanément lors de la rentrée, réduisant les occupants en cendres dans les feux de la descente atmosphérique.

À un moment donné, les Loyalistes ont cessé d’employer le Kharybdis, utilisant d’autres navires tels que le Thunderhawk et le Bélier d'Assaut Caestus pour entreprendre des attaques de navire à navire et d’orbite à surface, mais jamais avec la même efficacité brute que le Kharybdis rendait possible. Le module est resté en service parmi les Légions Renégates et, en tant que tel, a partagé leur sort lorsqu’ils ont plongé dans les profondeurs irréelles de l’Œil de la Terreur. Lancé sur les marées d’une région de l’espace où le Warp jaillit comme une plaie ouverte dans l’univers matériel, il était inévitable que la meilleure Machina Anima au cœur du Kharybdis devienne une chose d’une sensibilité sombre et d’une intention totalement maléfique, tout à fait en accord avec la nature des Légions Renégates elles-mêmes.

Depuis l’Âge de l’Imperium, déchiré par la guerre, le Kharybdis a servi aux Space Marines du Chaos comme un vaisseau de largage et de transport de surface à orbite, un rôle qui lui permet d’utiliser la puissance de feu de ses lanceurs d’assaut et de ses coupeurs à fusion pour écumer la zone d’atterrissage avant de débarquer sa cargaison mortelle au milieu des formations brisées de l’ennemi. De nombreux autres commandants agressifs utilisent le Kharybdis comme un chasseur de chars d’assaut brutalement efficace, éperonnant les blindés ennemis dans des attaques audacieuses à basse altitude, serrant la prise avec ses crochets et brûlant même les plaques de céramite les plus épaisses avec des coupeurs à fusion conçus pour percer les coques des navires spatiaux.[4]

Sources

Pensée du Jour : « La Raison engendre le Doute : le Doute engendre l’Hérésie. »
  • Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned
  • White Dwarf N°103 (Novembre 2002)
  1. Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - Chaos Astartes Assault Vehicles (traduit de l’anglais par Christer)
  2. Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - Chaos Rhino Armoured Troop Carrier (traduit de l’anglais par Christer)
  3. Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - Chaos Dreadclaw Drop Pod (traduit de l’anglais par Christer)
  4. Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - Chaos Kharybdis Assault Claw(traduit de l’anglais par Guilhem)