Ranger Asuryani

De Omnis Bibliotheca
« Nous sommes des fantômes dans une galaxie qui était la nôtre. Nous marchons silencieusement dans les ruines et sur les ossements des mondes, et chacune de nos victimes est pour nos ennemis le rappel que même si notre lumière s’étiole, nous aurons notre vengeance. »
- Illic Lance de Nuit.
Des Rangers Asuryanis.
Au cours de leurs longues vies, les Aeldaris deviennent des maîtres de nombreuses disciplines, suivant une voie unique à un moment donné à l’exclusion de tout autre. Si la plupart de ces voies forment une partie essentielle de leur société, certaines emmènent les Aeldaris loin de chez eux. Les Asuryanis empruntant la Voie de l’Errance sont consumés par une intense curiosité et un grand besoin de voyage qui les emmènent hors de leurs Vaisseaux-Mondes pour s’aventurer sous des étoiles étranges. Ceux qui suivent la Voie de l’Errance - par choix ou par nécessité - sont généralement jeunes et téméraires, à la recherche d’une satisfaction qu’ils ne peuvent satisfaire parmi leur peuple. Un tel tempérament est dangereux et, s’il n’est pas canalisé, peut rapidement conduire à de noires passions et une descente dans la débauche et la décadence. Ces jeunes sont encouragés à quitter le Vaisseau-Monde dans l’espoir que la découverte du monde extérieur calmera leurs ambitions, leur besoin de voyage et leurs passions.

Ces Asuryanis, appelés des Rangers, sont à la fois des éclaireurs incomparables et des tireurs d’élite. Ils voyagent à travers la galaxie, explorant des mondes lointains et entrant en contact avec d’autres races. Ils vadrouillent loin de leurs Vaisseaux-Mondes, même si la plupart d’entre eux restent loyaux à leurs origines, et sont souvent chargés par les Grands Prophètes de missions longues et complexes nécessitant ruse et subtilité, afin de continuer à servir leur peuple d’utile manière. Dans leurs voyages, les Rangers peuvent avoir à rechercher des Mondes Vierges perdus, des colonies exodites oubliées ou des portails de la Toile en ruine, mener des enquêtes sur des planètes aux mains d’autres races, pourchasser ceux qui menacent leur Vaisseau-Monde, chercher des artéfacts ou retrouver la Pierre-Esprit d’un guerrier tombé. Ces missions peuvent souvent être accomplies sans jamais entrer en contact avec l’Humanité, car telle est l’habileté et la discrétion d’un Ranger. Cependant, la curiosité inhérente de ces Aeldaris les pousse parfois à croiser le chemin des agents de Imperium. Ces contacts peuvent être pacifiques si les humains ne suspectent pas la véritable nature de leurs mystérieux visiteurs. Trop souvent toutefois, le contact prend un tour violent, et les Rangers retournent dans les ombres, des cadavres d’humains fraîchement tués étant la seule trace visible de leur passage.

En apparence, un Ranger Aeldari ressemble énormément à un homme grand et mince. Son visage, bien que pâle et anguleux, possède des proportions parfaites. Ses oreilles se terminent en pointes élégantes, et le moindre de ses mouvements est empli de grâce. Ceux qui ont vu un Asuryani de près évoquent une beauté captivante et intimidante. Les Rangers Asuryanis portent des vêtements purement fonctionnels : des tuniques confortables et usées par les voyages par-dessus une armure battue par les rigueurs du climat en thermoplastique composite, tissé comme si c’était de la laine. L’élément le plus emblématique de leur panoplie est sans doute leur longue cape à capuche de caméléoline finement tissée qu’ils portent par-dessus leur armure, ce qui leur permet de se fondre totalement avec leur environnement. À côté du tissu Aeldari le plus grossier, même un vêtement en soie passe pour de la toile de jute, ses couleurs et ses motifs changeant dans la lumière comme s’il était éthéré. Le camouflage Asuryani, lorsqu’on le remarque, n’est pas différent, avec des subtilités de motifs d’une beauté magistrale.

Au combat, les Rangers agissent en petits groupes et empruntent des chemins cachés dans la Toile afin de prendre position à des endroits stratégiques. Quand la bataille éclate, ils émergent : dissimulés dans leur environnement, leurs longs fusils à lunette s’avèrent alors mortels, même sur les troupes les mieux protégées, car les Rangers savent cibler les oculaires et les joints cervicaux des armures. Bien que leurs fusils permettent des tirs précis depuis des distances impressionnantes, ils sont encombrants et leur cadence est faible. Afin que chaque tir compte, les Rangers identifieront les cibles prioritaires parmi les rangs ennemis. Avec leurs talents, ils abattront méthodiquement les officiers, médecins, observateurs d’artillerie, équipages de char et autres individus essentiels, privant l’ennemi d’une ressource de valeur et ouvrant de nouvelles voies à l’Ost de Guerre.

Rune du Paria
RuneDuRanger.jpg
La Rune du Paria est souvent utilisée pour symboliser les Rangers et leurs méthodes pour guerroyer. Elle incarne le concept de la guerre non conventionnelle, des tactiques de terreur et des traques secrètes, autant des stratégies employées par les Rangers pour vaincre leurs ennemis.

Ainsi, une fois repérés sur le champ de bataille, les Rangers Asuryanis attirent l’attention confuse de l’ennemi. Lorsque les projectiles pleuvent sur les Errants, leurs capacités à se réfugier dans les couverts entrent en jeu. Avec l’aide de leur position et de leurs capes aux couleurs changeantes, il est nécessaire de mobiliser de vastes ressources pour déloger la plus petite escouade de Rangers d’un site bien choisi. S’ils se retrouvaient acculés, les Rangers dégaineraient leurs Pistolets Shuriken et tiendraient autant de temps qu’il le faut pour que leurs camarades du Vaisseau-Monde arrivent en renfort.

Si beaucoup meurent seuls et oubliés, le destin de la plupart des Rangers est de revenir chez eux, leur soif de voyage s’étant éteinte, prêts à redevenir un membre productif de la société Asuryani. Cependant, un petit nombre se perd sur la Voie de l’Errance. On appelle ces Rangers des Découvreurs. Ils parcourent les étoiles comme dans un exil permanent, ne restant jamais longtemps au même endroit et rejetant le confort de la civilisation. Les Découvreurs sont des individus solitaires, choisissant de rester seuls même en compagnie de leurs semblables. Certains se font une place sur les terres d’autres races, où presque personne ne réalise leur véritable identité, tandis que d’autres se satisfont d’explorer l’immensité de l’espace.

La Voie de l’Errance a toutefois un côté obscur. On peut s’y perdre sans devenir un Découvreur pour autant. Les appétits sombres qui menèrent les Aeldaris à leur Chute hantent encore leurs cœurs. Ce n’est que grâce à une discipline stricte qu’ils peuvent les contrôler. Les individus suivant la Voie de l’Errance sont naturellement passionnés. Tous n’y trouvent pas de quoi combler leurs appétits. Au lieu de l’exploration, ces Asuryanis s’adonnent à l’expérience, le désir remplaçant la soif de voyage, l’arrogance et l’excès triomphant de l’ambition et la discipline. La Voie de la Damnation est le côté noir de celle de l’Errance. Les exilés qui se retrouvent dessus savent qu’ils ne peuvent revenir en arrière. Ils vivent parmi les races inférieures, se livrant à une débauche de plus en plus extrême. Certains se contentent de languir dans l’obscurité, tandis que d’autres cherchent à rassembler des fidèles autour d’eux, des créatures inférieures sur lesquelles l’Aeldari peut assouvir les plus sombres désirs de son âme. Il est peut-être juste que la tâche de retrouver et de tuer ces Asuryanis dépravés incombe aux Découvreurs et aux Rangers restés fidèles.

Sources

  • Codex Craftworlds, V8
  • Codex Eldar Craftworlds, V7
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Créature et Anathèmes