Purge du Secteur Invocastus

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Black leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpg
Aquila corner hh.pngAquila corner hh.png




Marge hh.jpg
Marge hh.jpg
HH-sub-banner.png


À la fin de l’année 012.M31, les balises augures qui étaient restées endormies dans l’abîme froid de l’espace vide bordant les Astres Fantômes commencèrent à se réveiller. Elles ont été tirées de leur sommeil dans une région rarement parcourue et jusqu’ici peu troublée par la guerre par le passage d’un nombre croissant de vaisseaux portant les codes-identifiants de la IIIe Légion et ont relayé l’alarme aux forces Salamanders en garnison sur Nocturne. Les vaisseaux du Capitole ont été suivis par un convoi étendu de nombreux autres vaisseaux, tous fuyant les ruines de leur monde d’origine, Chemos, pour trouver refuge dans cette région désolée et vide. En réponse, la XVIIIe Légion a mobilisé les quelques guerriers et Inductiis restés sur Nocturne, dans le but d’intercepter les Emperor's Children avant qu’ils ne puissent se réorganiser, se réarmer et établir un nouveau domaine à partir duquel ils pourraient frapper en toute impunité les mondes impériaux des secteurs méridionaux. L’une des Flottes Salamanders, dirigée par le Préteur-Commandant Brant Hesioth, a suivi la frégate Pemissus de la IIIe Légion jusqu’au système Invocastus et s’est rapprochée en toute hâte, désireuse d’infliger une mort rapide aux Traîtres. Le sillage turbulent et irradié qui suivait le vaisseau des Traîtres conduisit la flotte d’Hesioth sur l’orbite haute d’Invocastus IV, une planète qui avait autrefois prospéré grâce à ses perspectives minières, mais où l’activité industrielle avait commencé à diminuer avant même l’éclatement de l’Hérésie d'Horus. Hesioth trouva la carcasse sabordée du Pemissus à la dérive parmi une flottille de frégates et de vaisseaux abandonnés, tous dépourvus de leur capsule de sauvetage et de leur équipage, en orbite au-dessus de la capitale de la planète, la cité d’Amethryne. Déterminé à éliminer les forces d’Emperor’s Children avant qu’elles ne constituent une menace sérieuse, le Préteur-commandant a ordonné à ses forces de s’abattre sur la planète.

À l’insu des Loyalistes, la IIIe Légion les avait précédés et leurs chuchotements insidieux avaient influencé les populations privées de leurs droits de ce monde isolé, les tournant contre l’Imperium à un point tel que la population entière se rebellerait contre les forces de l’Empereur. Des graffitis anti-impériaux avaient été tracés sur les murs et les pages en synthé-velum des brochures de propagande jonchaient les rues parmi les détritus de vies depuis longtemps oubliées par l’expansion incessante de l’Imperium. Les hommes et les femmes de la ville sortaient de toutes les portes et s’engouffraient dans les ruelles, portant toutes sortes d’armes, tandis que, comme le jugement du ciel lui-même, les lourds atterrisseurs de la légion des Salamanders descendaient. Les rampes d’assaut s’ouvrirent et les premières vagues de Space Marines se déployèrent dans les zones de rassemblement à la périphérie de la ville. La menace des rangs ordonnés et disciplinés des guerriers légionnaires, dont les Bolters étaient braqués sur la mer de corps qui se précipitait à leur rencontre, imposait un no man’s land entre les deux lignes. Hesioth s’adressa au peuple Amethryne, sa voix étant amplifiée par les cornes-Vox de chaque vaisseau de débarquement. Il appela le peuple d’Amethryne à se rendre pacifiquement, à déposer les armes et à révéler l’emplacement des enclaves de la IIIe Légion sur la planète. En privé, le préteur-commandant espérait que tout soulèvement de masse pourrait être réprimé sans conflit, puisque son commandement avait à peine le nombre nécessaire pour s’engager dans une action de pacification de niveau minoris.

Nullement découragés par la démonstration de force impériale, les miliciens d’Amethryne ont manifesté leur défiance en déclenchant un barrage indiscipliné de tirs de lasers et de frags qui ont été pour la plupart déviés sans dommage par les plaques de Céramite de l’Armure Energétique des Salamanders. La force d’Hesioth ouvrit le feu, envoyant des bolts réactifs en masse sur la foule qui arrivait, faisant exploser les corps sans armure dans un brouillard humide de sang atomisé, mais l’intensité de la contre-attaque n’en fut pas diminuée pour autant. Les Salamanders restaient déterminés, le souffle de leurs bolters était un grondement constant tandis que chaque escouade alternait les tirs et les rechargements dans l’ordre prévu par l’exercice. Les lance-missiles des chars de l’artillerie Whirlwind Scorpius et les bombardements Arquitor faisaient pleuvoir des missiles explosifs à fragmentation sur les foules pour tenter de réduire leur nombre. Au bout de quelques minutes, les escadrons de Fire Raptors qui avaient accompagné l’assaut de débarquement ont fait état de niveaux de munitions très bas, après avoir ouvert le feu avec leurs batteries de bolters lourds et leurs canons rotatifs dès les premiers signes d’hostilité et avoir soutenu un tir continu sur les masses émeutières pendant tout ce temps. Après plusieurs heures, les escouades de Sanctificateurs menant la poussée des Salamanders dans les secteurs intérieurs de la ville ont fait état d’un épuisement extrême de leurs munitions, ayant utilisé leurs armes à tir rapide en rafales disciplinées pour balayer l’intérieur des bâtiments et dégager les rues au fur et à mesure de leur progression, resserrant un cordon inéluctable autour de leur proie de la IIIe légion. Les logisticiens délégués par Hesioth durent coordonner le largage orbital de munitions supplémentaires et les distribuer aux troupes qui avaient avancé dans la ville. Inlassablement, la milice se battait, escaladant les monceaux de leurs propres morts pour se jeter sur les canons des Salamanders, alors que la traîtresse IIIe Légion n’avait toujours pas rejoint ouvertement la bataille.

Le système Invocastus[1]

En raison de sa situation dans le Warp, le système d’Invocastus se trouve loin des principaux conduits warp utilisés pour traverser la galaxie et n’a donc pas été utilisé comme station de transit ou module de ravitaillement par la plupart des voyageurs, comme c’est le cas pour de nombreux autres systèmes notables. Cependant, à l’époque de la Grande Croisade, l’activité industrielle et les opérations minières planétaires ont permis au système de percevoir des dîmes suffisantes pour figurer dans les cartographies de l’espace impérial. L’éloignement et la protection de l’Imperium ont permis au système de connaître de longues périodes de paix relative, et sur certaines des planètes habitées, dont Invocastus IV, la population a prospéré. Les villes établies de longue date se sont développées en de vastes complexes métropolitains où la créativité artistique et l’éducation se sont épanouies dans une ère d’abondance. Les théâtres et les auditoriums jouait des pièces de théâtre et des séminaires philosophiques, les musées et les galeries étaient au cœur de communautés où les gens vivaient sur un pied d’égalité dans une société harmonieuse. Cette période de haute civilisation était cependant limitée et commençait à s’étioler à mesure que la Grande Croisade repoussait les limites de l’espace impérial. La valeur de la production industrielle du système d’Invocastus fut effectivement réduite à mesure que de nouvelles frontières étaient explorées et que d’autres emplacements le long des principales routes de warp étaient découverts.

Les efforts académiques et créatifs de la population furent bientôt dépassés par le labeur quotidien et incessant, et des troubles politiques éclatèrent alors que la majorité de la population travaillait pour payer les taxes mises en place pour soutenir le style de vie enivrant des castes dirigeantes. Au fil des générations, les troubles civils se sont multipliés, les colonies florissantes et prospères se sont transformées en habitations de masse appauvries et leurs habitants ont eu recours au crime et à la corruption pour survivre. Les richesses accumulées au cours de siècles de confort et de productivité ont été dilapidées en une fraction du temps qu’il avait fallu pour les accumuler, et la population s’est rebellée pour renverser ses gouverneurs. Les ports stellaires autrefois très fréquentés qui entouraient les planètes principales du système sont tombés en désuétude et se sont délabrés, devenant les ports de barons criminels et de seigneurs autoproclamés qui, par la peur et la violence, exerçaient leur contrôle sur les maigres vestiges d’une époque jadis faste. Les territoires des gangs étaient divisés par des codes de secteur hab-block, les groupes les plus puissants exerçant leur influence sur des districts entiers, contrôlant la disponibilité limitée des ressources de base telles que l’eau et les nutriments et profitant de la distribution de produits plus illicites tels que les Bâtons de Lho et les narco-stimulants. Au fil du temps, ces gangs ont accumulé des armes et assimilé leurs rivaux, souvent par la force, divisant Invocastus en macro-clans belliqueux. L’arrivée de la IIIe Légion, bien que diminuée par la destruction de leur monde d’origine, Chemos, représentait toujours l’arrivée d’une force extrêmement puissante. Cependant, ce n’est pas par la force que les Emperor’s Children prirent le contrôle d’Invocastus, mais en profitant du ressentiment des habitants d’Invocastus à l’égard de l’Imperium. Avec la promesse de pouvoir se venger de l’empire qui les avait oubliés, Fulgrim et sa légion ont à nouveau uni les habitants d’Invocastus autour d’un objectif commun.

La mobilité de leurs blindés lourds était entravée et des escadrons entiers de chars tombèrent dans des embuscades dans les rues étroites, tandis que leur soutien aérien était bloqué par des bâtiments imposants et des portiques couverts. Dans les secteurs-habs de l’ouest, de violents combats entre bâtiments ont ralenti la progression des troupes de Hesioth. Dans les secteurs de la civitas et les hab-blocs, les forces de la milice étaient apparemment dirigées par des commandants plus compétents et avaient adopté des tactiques de guérilla pour combattre les Salamanders, faisant s’effondrer les murs et tomber les plafonds à l’aide de charges de rupture déclenchées au fur et à mesure qu’ils étaient poursuivis plus profondément dans les structures. Ces actions servirent non seulement à écraser physiquement les forces de la XVIIIe, mais aussi à les diviser et à les séparer, nombre d’entre elles restant enfouies dans les décombres et la poussière, en groupes fracturés. Ici, coupés du soutien de leur Légion, ils devenaient des cibles faciles pour les escouades de Emperor’s Children qui se délectaient de l’opportunité de jouer avec leurs ennemis avant de les éliminer cruellement, un par un, dans l’enceinte en ruine.

À l’est, la ligne de la milice avait été repoussée à l’abri des hangars manufacturiers qui bordaient la principale voie de transit du secteur. Dans ces secteurs, les Salamanders avaient poussé le plus loin vers le cœur de la cité d’Amethryne, mais ils avaient payé le prix fort pour y parvenir. La route elle-même était jonchée des corps ensanglantés des soldats récemment tués et des épaves brûlantes des véhicules terrestres, perforés par les tirs de bolter lourd de la batterie de Rapier qui, grâce à leur capacité accrue en munitions, avaient été amenés en première ligne pour soutenir l’avancée dans la ville. Certains des morts étaient des Salamanders dont l’armure avait été piquée et fendue par l’impact d’innombrables projectiles de petit calibre et arrachée par le travail de centaines de mains ensanglantées. D’autres avaient été tués par d’autres moyens, décapités ou transpercés de part en part par des tirs de bolter Némésis à haute vélocité - des tirs effectués avec la précision indéniable des tireurs de la IIIe Légion, suffisamment habiles pour ne pas être détectés. Cette menace étouffait désormais l’élan de l’avancée vers le cœur de la ville et laissait les troupes d’Hesioth vulnérables et, à chaque heure qui passait, dépensaient un peu plus de leurs réserves de munitions sur les vagues successives d’attaques de la milice sans se rapprocher de leur véritable ennemi.

Les erreurs commises par Hesioth apparurent clairement : il avait supposé que les Emperor’s Children, aussi fiers qu’ils fussent, résisteraient à son assaut, ne serait-ce que pour maintenir leur réputation de duellistes et d’artisans du combat, même en cette ère de ténèbres qui s’était abattue sur la galaxie. Les Traîtres n’avaient pas répondu à cette attente et la force d’attaque d’Hesioth était au contraire saignée à blanc et usée par les nombreux esclaves d’un ennemi qui ne conservait plus aucun vernis d’honneur ou de noblesse. En réponse, le préteur-commandant savait qu’il devait libérer une facette plus sombre de son caractère et accomplir des actes qui le condamneraient aux yeux de son Primarque. Sous son commandement, les Salamanders d’Hesioth avaient déjà tué un nombre impressionnant d’ennemis en poursuivant la IIIe Légion, mais il s’agissait là d’actes de guerre, dont les termes avaient été définis et compris. Aujourd’hui, il allait devoir sortir de ces contraintes pour atteindre son but. Hesioth convoqua son réseau de sous-commandement sur un canal vox crypté pour qu’il se rassemble sur sa position et donna l’ordre de capturer les combattants ennemis pour les interroger par mortification corporelle, un ordre qui fut remis en question par plusieurs membres de son commandement. Malgré ces dissensions, les escouades d’éclaireurs de la XVIIIe Légion ont été chargées de neutraliser les cibles de la milice par des tirs blessants et de les extraire vers les sites de largage des Salamanders. Le dévouement des captifs à la cause des traîtres était tel que plus de 200 individus ont été soumis à un interrogatoire de niveau extrême avant d’être tués, avant que Hesioth ne soit satisfait des informations qu’il avait obtenues.

Hesioth revint des derniers échelons de son camp, la conscience souillée par les actes qu’il avait commis et l’humeur noire perceptible même à travers son casque. Avec une sombre détermination, il révéla qu’il mènerait personnellement le fer de lance qu’il avait choisi dans le district de Periphos de la ville, une région désaffectée et presque oubliée, où il avait appris l’existence d’une entrée cachée dans l’ancienne chaussée d’Argo, un passage souterrain abandonné qui menait aux catacombes de Delphos. Hesioth réquisitionna des fournitures pour sa force, se mobilisa rapidement et se mit en route avec un objectif renouvelé. Le reste des forces du XVIIIe a reçu l’ordre de contenir les milices restantes et de tenir le terrain qu’elles avaient gagné à l’intérieur de la ville et d’attendre ses ordres ultérieurs.

En atteignant la région de l’objectif, les informations glanées grâce aux interrogatoires d’Hesioth s’avérèrent exactes et l’entrée de la chaussée d’Argo fut localisée. Hesioth conduisit sa force dans la pénombre oppressante de l’avant, leurs armes balayant les secteurs superposés de l’espace devant eux. Une fois sous terre, la chaussée s’ouvrit sur un vaste hall jonché de transporteurs de marchandises abandonnés et de wagons de métro rouillés. L’espace aérien était sillonné de portiques et de passerelles qui offraient d’innombrables positions de tir aux embusqués. Hesioth ordonna à ses guerriers de modérer leur ardeur, de maintenir un mouvement discipliné et des protocoles de tir de couverture tandis que les Salamanders avançaient toujours, jetant de brefs coups d’œil à l’héraldique distinctive des Emperor’s Children lorsque les Traîtres semblaient prendre des clichés, avant de se disperser à nouveau dans le labyrinthe de structures délabrées. Ici et là, des plaques de combat jetées, barbouillées de rose et de violet, jonchaient le sol, la plupart fendues et brisées, non pas par un tir ou une lame, mais comme si elles avaient été dépassées et perdues. Au fur et à mesure que les Salamanders progressaient, des tas d’os fraîchement écorchés, anatomiquement similaires au genre humain mais encore plus grands et plus denses que ceux des Space Marines, se trouvaient au milieu de monticules de chair sanguinolente et de peau déchiquetée.

Des vagues de miliciens émergèrent des passages qui s’éloignaient de la chaussée. Ils se jetèrent sur les troupes de la XVIIIe Légion qui arrivaient, où des dizaines d’entre eux moururent pour ne traîner qu’un seul guerrier Salamanders, un ratio d’attrition que les miliciens purent soutenir plus longtemps que les troupes d’Hesioth. Les Dreadnoughts Léviathan se placèrent en tête des Salamanders et protégèrent la colonne en marche du plus gros des attaques grâce à leurs blindage de céramite, réduisant l’avancée à un rythme tranquille. Les escouades de Kakophonis d’Emperor’s Children frappèrent là où les tunnels s’élargissaient à une intersection pour libérer des barrages d’énergie psychosonique ondulante de leurs armes abominables, auxquels répondait le grondement guttural des batteries de canons des Léviathan. Les premiers léviathans tombèrent, consumant les guerriers proches dans un feu atomique tandis que leur armure était liquéfiée par les ondes résonnantes de l’assaut des kakophoni. De l’autre côté de la chaussée, les escouades de Sanctificateurs Salamanders, formées de vétérans de la Légion et armées pour mener des assauts rapprochés, ripostèrent, leurs canons à rotor forçant les Emperor’s Children à reculer dans les ténèbres où ils avançaient sans relâche à leur poursuite.

Plus loin, des brancards et des civières ont été trouvés dans des infirmeries de fortune, sur lesquels des parties de corps disséqués chirurgicalement, réduites à des plaques de muscles sanguinolents et jetées dans des mares de sang congelé, se tortillaient encore. Des mains griffues, grossièrement cousues à des membres sinueux, s’agrippaient instinctivement aux Salamanders sur leur passage. Pendant dix-sept kilomètres, le fer de lance poursuivit sa procession à travers cette galerie des horreurs, son nombre réduit par les attaques incessantes des Emperor’s Children et des thralls qu’ils avaient captivés par leurs manipulations trompeuses, jusqu’à ce qu’il atteigne une antichambre dont les murs étaient tapissés de cuves amniotiques récemment vidées et dont le sol était encore glissant des fluides qu’elles avaient renfermés. Des plaques de Medicae, certaines retournées, d’autres réduites en fragments, jonchaient l’espace, et des lames et des scies de chirurgien, dégoulinant de sang frais, étaient éparpillées un peu partout. Au fond de l’antichambre, les grandes portes dorées du Nexus de Delphos se dressaient devant eux.

Hesioth mena ses troupes à travers les portes, son épée dégainée tandis que ses troupes suivaient, passant leurs armes du mode rafale au tir continu, sentant que le temps de conserver leurs réserves limitées était révolu. Les Salamanders avaient franchi l’une des nombreuses entrées qui bordaient le périmètre du Nexus de Delphos, un grand amphithéâtre qui n’offrait aucune couverture contre les tirs d’armes. Des codes Vox furent transmis entre les guerriers du XVIIIe tandis qu’ils adoptaient une position défensive, les guerriers équipés d’armes lourdes se déplaçant pour prendre position au centre de leur formation. Ce faisant, un tourbillon se forma au centre de l’amphithéâtre, se transformant en une forme d’un blanc maladif, se développant en un crescendo d’étoiles, brûlant la silhouette majestueuse du Primarque de la IIIe Légion dans les rétines de tous ceux qui l’apercevaient. Lorsque la lumière s’estompa, le nouvel aspect de Fulgrim fut révélé.

Tandis que leur maître s’élançait sur le champ de bataille, des abominations bipèdes franchissaient les portes de l’amphithéâtre sur des membres à la musculature grotesque, s’efforçant de résister aux Emperor’s Children qui tiraient sur les chaînes cliquetantes de leurs entraves. Chaque bête était un patchwork unique de chair humaine et de muscles, agrafés et cousus ensemble pour former une brute distendue et gonflée, poussée dans une rage meurtrière atroce. Ces créatures, résultats d’expériences chirurgicales macabres et de manipulations génétiques déviantes sur des Inductiis de la IIIe Légion , étaient les êtres que Fulgrim souhaitait observer au combat. Ses machinations avaient attiré les Salamanders en ce lieu afin de tester et d’affiner les capacités de ses créations. Suivant la volonté de Fulgrim, les bêtes poussèrent des cris résonnants à partir de leurs implants de gorge bio-augmentés, qui se répercutèrent sur le sol, et bondirent vers leurs proies. En réponse, les Salamanders ouvrirent le feu, faisant rugir les canons des rotors, ponctués par le bruit sourd et régulier des bolts qui explosaient dans le corps de leurs cibles, emplissant l’amphithéâtre de la cacophonie de la guerre. Les premières abominations tombèrent en chargeant le cercle défensif des Salamanders, leur chair déchiquetée et déchirée par les tirs concentrés, mais d’autres avancèrent, leurs esprits tellement saturés de douleur qu’ils n’avaient plus la capacité d’enregistrer les blessures. Les monstres aberrants déchiquetèrent les guerriers d’Hesioth, lançant leurs corps démembrés dans de grands arcs de cercle avant de se diriger vers leur prochaine cible. Les Salamanders les repoussaient avec des jets de feu chimique, mais même si l’air brûlait dans les poumons des bêtes, elles continuaient à se battre avec une fureur contre nature, chacune entraînant dans sa chute une vingtaine de guerriers de la XVIIIe Légion avant d’expirer.

Apparemment satisfait de ce qu’il avait vu, Fulgrim descendit dans la mêlée. Le léviathan Br’athan fut le premier des Salamanders à ouvrir le feu sur lui, dirigeant une salve de canons-tempête sur le Primarque Démon de la IIIe Légion. Les escouades de soutien des Salamanders ouvrirent le feu avec leurs Combi-Flammeurs, projetant du Prométhéum brûlant tandis que Fulgrim s’écartait pour éviter les tirs. Le Phénicien abaissa son aile gauche en guise de bouclier avant d’agiter adroitement le bout de sa queue en un arc de cercle qui éviscéra les rangs des guerriers. Les tirs de canon s’avérant inefficaces, le léviathan fonça sur le Démon tandis que les sergents des escouades de sanctificateurs à proximité ordonnaient à leurs vétérans de concentrer leur puissance de feu sans relâche, tandis que les Loyalistes tentaient de submerger le Primarque corrompu, mais ses réflexes avaient été élevés à des niveaux surnaturels en même temps que sa forme physique. Chaque blessure infligée à son corps se ressoudait en l’espace d’un battement de cœur et il se déplaçait avec une vitesse et une puissance stupéfiantes. Fulgrim lançait sa lance avec son bras inférieur gauche, empalant ses assaillants en toute impunité. Avec ses autres membres, il entaillait les articulations exposées d’un Dreadnought, le paralysant membre par membre jusqu’à ce qu’il reste paralysé, ses senseurs balayant désespérément des arcs limités pour trouver d’où viendrait l’inévitable coup mortel. Fulgrim ne daigna cependant pas donner la mort et laissa le guerrier enterré assister au massacre de ses frères, impuissant à intervenir alors qu’un ouragan de carnage tourbillonnait autour de lui.

Hesioth fut témoin du mépris de Fulgrim pour les guerriers de la XVIIIe Légion, alors qu’il découpait et démembrait avec une précision chirurgicale. Sachant qu’il n’était pas à la hauteur et espérant seulement retarder le déchaînement du Démon et épargner, ne serait-ce qu’un instant, la vie de ses frères en détresse, Hesioth fonça sur le Primarque, sa lame brandie. Alors que le préteur-commandant bondissait à grandes enjambées, Fulgrim se retourna, écartant tous ses bras comme pour l’accueillir. Le coup du préteur était juste et atteignit sa cible - le centre de la poitrine de Fulgrim, là où aurait dû se trouver le cœur d’un homme ordinaire - mais même si la pointe de l’épée, recouverte d’un champ énergétique, entaillait l’armure dorée, Hesioth savait que son coup, par ailleurs parfait, ne suffirait pas à tuer la chose qu’était devenu Fulgrim. Lorsque la grande épée s’enfonça dans la chair de Fulgrim, l’élan de la charge l’enfonçant jusqu’à la garde, il rejeta la tête en arrière en expirant avec un sentiment qui tenait à la fois de l’extase et de l’agonie. Dans son casque, les yeux d’Hesioth s’écarquillèrent lorsque la queue vicieusement barbelée de Fulgrim s’enfonça dans sa colonne vertébrale et sortit par le sternum, l’empalant comme une carcasse pendue pour la boucherie. Le Démon battit des ailes pour les porter tous deux en l’air, le préteur-commandant transpercé par la queue de Fulgrim qui s’enroulait sous lui et traversait son corps. Pendant plusieurs instants, les deux hommes s’élevèrent dans les airs, Hesioth ne survivant que grâce à sa physiologie améliorée. Au-dessous d’eux, les légionnaires d’Emperor’s Children envahissaient l’arène, abattant sans pitié les Salamanders survivants. Hesioth, vaincu et sentant sa propre mort imminente, cligna des yeux un holo-sigil clignotant sur l’écran de son casque et transmit un ordre préenregistré à son vaisseau amiral : il avait échoué - l’extraction de la Légion XVIIIe et le bombardement de la cité d’Amethryne devaient commencer immédiatement. Avec ses dernières forces, Hesioth leva la tête pour regarder la chose qu’était devenu Fulgrim. Le Démon croisa son regard et le coin de sa bouche se retroussa en un sourire complice, avant de balancer son épée dans un arc de cercle sanglant, envoyant la tête d’Hesioth valser hors de son corps.

Dans tous les quartiers d’Amethryne City, les guerriers du XVIIIe, qui avaient déjà commencé à appliquer les protocoles d’extraction, et les combattants de la milice étaient baignés dans la lumière aveuglante de l’explosion d’une supernova, tandis qu’une onde de choc jaillissait du Nexus Delphos, rasant les bâtiments fracturés et en ruine sur son passage. Une colonne de lumière s’éleva des profondeurs et s’élança dans la haute atmosphère, au sommet de laquelle un point de lumière unique brûla un bref instant, avant que la ville ne soit enveloppée par les nuages d’une tempête de poussière. Au même moment, la Flotte des Salamanders en orbite subit une panne complète de ses systèmes, ses augures étant momentanément aveuglés et ses propulseurs s’éteignant. Lorsque leurs systèmes reprirent vie quelques minutes plus tard, la carcasse à la dérive de la Pernissus, qui était restée en orbite à leurs côtés, avait disparu.[2]

La Voie du Sang

Les flottes de purification de la légion Salamanders ont cherché les fils de Fulgrim dans les Astres Fantômes et ont trouvé leurs forces dans le système d’Invocastus, où elles ont trouvé un cimetière de vaisseaux spatiaux abandonnés, enfermés dans l’orbite de la capitale du système. C’est là qu’ils allaient faire tomber la planète, avec l’intention d’accaparer les Emperor’s Children bloqués et de ne leur laisser aucun moyen d’échapper à la colère de la XVIIIe. Impétueux, les Salamanders poursuivirent leur proie dans la cité d’Amethryne, mais ils furent assaillis par des hordes apparemment infinies de miliciens frénétiques et intrépides qui leur barraient la route, et furent entraînés dans les anciennes chaussées souterraines qui se trouvaient sous les structures en ruine de l’ancienne grande colonie. Ce n’est que lorsque les Salamanders furent exsangues et épuisés par le poids des actes de violence qu’ils avaient été contraints de commettre que la véritable nature de la IIIe Légion se révéla.[3]

Source

Pensée du Jour : « Quiconque dédaigne la bénédiction de l’Empereur renonce à tout espoir. »
  • The Horus Heresy - Exemplary Battles of the Age of Darkness - Volume One
  1. The Horus Heresy - Exemplary Battles of the Age of Darkness - Volume One, Chapter The Purging of the Invocastus Sector The Invocastus System (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  2. The Horus Heresy - Exemplary Battles of the Age of Darkness - Volume One, Chapter The Purging of the Invocastus Sector (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  3. The Horus Heresy - Exemplary Battles of the Age of Darkness - Volume One, Chapter The Purging of the Invocastus Sector The Bloodied Path (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)