Psyker Wyrdvane

De Omnis Bibliotheca
Un Psyker Wyrdvane.
Les Psykers Wyrdvane transforment la puissance tumultueuse du Warp en un instrument mortel de suprématie impériale. Ces unités sont constituées des conscrits de la Scholastica Psykana qui ne savent pas contrôler leurs pouvoirs naissants sans être guidés. Certains n’ont pas encore terminé la formation délicate pour devenir Psyker Primaris. Les autres n’atteindront jamais ce niveau, prisonniers irrécupérables des horreurs de leur propre esprit. Pris individuellement, ces Psykers sont imprévisibles et dangereux. Mais s’ils travaillent de concert, ces mutants deviennent un atout de valeur. C’est de la communion que les Psykers Wyrdvane tirent leur force. Un chœur du Ministorum peut mêler des voix de tessitures variables en un tout-puissant et harmonieux. Une escouade de Psykers Wyrdvane fait de même, mais avec ses pensées. Des décharges électrostatiques nimbent les Psykers comme des feux de Saint-Elme lorsqu’ils invoquent leurs pouvoirs. Une plainte monte de leurs gorges, enchevêtrée dans des fils de glaires ectoplasmiques ; puis les blindés adverses s’effondrent sur eux-mêmes, broyant leurs équipages horrifiés tel un Ogryn écrasant une canette dans son poing ; les hérétiques sont incinérés par des flammes psychiques éclatantes ; des dômes télékinétiques protecteurs enveloppent les Gardes Impériaux apeurés, et des murmures polyphoniques plongent l’ennemi dans une folie autodestructrice.

Une chorale de Psykers Wyrdvane qui a démontré qu’elle était capable de fonctionner en un ensemble contrôlé, cohérent, peut dès lors combattre sans supervision. Les Psykers sont regroupés en escouades en fonction des prédictions du Tarot de l'Empereur, et doivent endurer nombre d’épreuves inhumaines avant d’être déclarés aptes au combat. Ils doivent faire la preuve de leur capacité à veiller sur les esprits de leurs homologues, à stabiliser les pouvoirs de leurs compagnons les plus capricieux et à se substituer à ceux qui faiblissent. Beaucoup ne survivront pas à ces tests, et ceux qui ne meurent pas sont destinés à susciter la crainte, le dégoût et le doute.

Les histoires d’horreur liées aux Psykers Wyrdvane abondent dans la Garde Impériale : combustions spontanées en pleine bataille, possessions par de terribles entités et massacres consécutifs d’alliés, etc. Toutefois, la sélection opérée par la Scholastica Psykana réduit grandement la probabilité de tels désastres, et pour chaque explosion d’énergie Warp accidentelle, il y a des dizaines de batailles où les Psykers Wyrdvane prouvent leur valeur.

Les Psykers Wyrdvane se mêlent rarement aux soldats ordinaires, car ils sont conscients de leur mépris superstitieux. Malgré le sentiment de rejet dont ils sont l’objet, ce sont des soldats loyaux à l’Imperium, qui vont jusqu’à risquer leurs âmes. La vérité, que la plupart des officiers rechignent à admettre, est qu’une escouade de Psykers Wyrdvane vaut plusieurs fois un nombre équivalent de soldats "profanes", et alors que le potentiel psychique de l’Humanité se fait plus prégnant, les escouades de Psykers Wyrdvane sont de plus en plus répandues dans les rangs de la Garde Impériale.

La nuit était d’un noir de poix. Des choses invisibles bougeaient autour de la position des Valhallans, et se rapprochaient lentement, mais inexorablement. Wirlen essuya le sang sur son nez avec une loque et s’efforça d’ignorer les murmures des soldats. Son escouade avait elle aussi perdu des hommes dans l’embuscade, mais à les écouter, c’était comme si les Psykers avaient pressé eux-mêmes les détentes. Il repoussa la pointe de ressentiment habituelle en entendant les mot "mutant" et "maudit". Ils ne sont pas méchants, se dit-il, juste effrayés et ignorant. Mais cela pouvait les rendre dangereux. Le moment était venu de leur rappeler que les Psykers Wyrdvane étaient de puissants serviteurs de l’Empereur, non des sorcières à brûler pour détourner le mauvais sort. Wirlen ferma les yeux et ouvrit son esprit afin de contacter ceux de ses frères. Le pauvre Stocht, marmonnant et dodelinant. Holm, calme comme l’eau d’un lac. Eurum, dont la colère brûlait comme les flammes qu’il conjurait d’une simple pensée. Leurs consciences se fondirent dans le chœur spirituel, comme à l’entraînement. Ils puisèrent dans la puissance du Warp et se détournèrent de ses tentations, et leurs esprits quittèrent leurs corps, l’obscurité ne gênant en rien leurs perceptions psychiques. Là, parmi les ruines, d’agiles formes Xenos se faufilaient vers les Valhallans. Dans l’euphorie de la communion, Wirlen et ses frères se levèrent et concentrèrent leurs pouvoirs en un point unique. La nuit fut illuminée par le feu psychique comme un éclair rugissant frappait pour engloutir les Drukharis hurlants et les réduire en cendre. En réintégrant son corps, Wirlen nota que les Valhallans écarquillaient les yeux et se tenaient cois. Laissons-les méditer là-dessus, se dit-il en souriant intérieurement, avant de projeter son esprit en quête de nouveaux Xenos à tuer.

Source[modifier]

  • Codex Astra Militarum, V8