Prince Démon

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Prince Démon de Slaanesh)
Un Prince Démon, Éternel Blasphémateur, Prince Noir, Porteur de Mort, Vassal des Dieux du Chaos, Champion Immortel du Chaos.
Les Princes Démons sont des monstres qui dominent de leur hauteur les mortels qu’ils mènent à la bataille. Ces parangons du mal revêtent diverses formes, toutes nimbées d’une aura de terreur et de puissance. Ils se ruent au combat en ignorant la chatouille des balles ennemies, et leur rire surnaturel résonne à en glacer le sang. L’énergie du Warp luit dans leurs yeux, et des flammes noires s’échappent de leur bouche tandis que leurs mots tuent aussi sûrement qu’une lame acérée. Ce sont des créatures de cauchemar, le Chaos incarné.

L’objectif ultime de la plupart des champions du Chaos est l’immortalité, ce qui est loin d’être impossible aux séides des Puissances de la Ruine. Les rares élus à parvenir au bout de la voie du champion se voient gratifiés de la vie éternelle. Parmi des milliers d’aspirants qui échouent dans cette quête, un serviteur exceptionnel gravira leurs cadavres jusqu’à atteindre le pinacle de son cheminement macabre. Au fil des siècles, de tels champions ont offert en sacrifice des planètes entières, et risqué la mort et les mutations débilitantes dans l’espoir d’attirer sur eux le regard des dieux. Même ainsi, le meurtre n’est pas suffisant, car seuls ceux qui servent la cause de leurs maîtres sont élevés au rang de Démons. Ce sont alors des demi-dieux, qui hurlent leur triomphe dans la nuit tandis que leur corps se gorge des énergies de l’Immaterium.

Pourtant, un Prince Démon demeure un pantin des Dieux Sombres ; au même titre que ses serviteurs mortels, il n’est qu’une extension de la volonté de son maître. Les Démons ne peuvent pas être tués définitivement, seulement bannis temporairement dans le Warp : une fois acquis le statut de Démon, même la mort n’offre aucun répit, rien qu’une éternité de servitude.

Alors que les Démons sont des fragments de l’essence de leur maître, un Prince Démon conserve en grande partie sa personnalité et la soif de pouvoir qui avait motivé son existence mortelle. Il est avide de se tailler un domaine infernal, et beaucoup d’entre eux mènent des armées de mortels, car les massacres commis en leur nom leur permettent de subsister dans l’univers réel. Les plus anciens et les plus puissants Princes Démons sont mêmes vénérés en tant que divinités à part entière sur certains mondes, mais la plupart d’entre eux finissent par abandonner leur forme matérielle et par rejoindre les rangs des Démons de leur dieu tutélaire, et reviennent parfois hanter la galaxie des siècles plus tard, à la tête de légions démoniaques. Bien que les Princes Démons soient d’excellents guerriers et des chefs expérimentés, les Démons Majeurs les considèrent avec mépris et dédain à cause de leurs origines mortelles. Malgré cela, ils intègrent souvent les légions démoniaques et conduisent des formations de Démons Mineurs au combat.

L’apparence d’un Prince Démon varie selon les caprices de son dieu tutélaire. L’adepte de Khorne devient écarlate ou cuivré et sa silhouette incarnera la fureur et la violence. Le dévot de Tzeentch scintille d’une aura de magie pure qui exsude de ses pores. Les serviteurs de Nurgle sont consacrés de maladies et leur silhouette pourrissante est bouffie de puissance. Un Prince Démon aux ordres de Slaanesh se déplace avec la vitesse et la grâce surnaturelle des Démons du Prince du Chaos. Bien souvent, ces changements vont au-delà de la ressemblance avec leur bienfaiteur. Certains Princes Démons disposent de bras surnuméraires, de cornes, de tentacules, d’ailes ou des étrangetés variées, comme une peau écailleuse ou un corps parcouru d’étincelles du Warp. Tous possèdent des griffes affûtées et mortelles, mais certains choisissent de porter des armes - les dons de leur divinité ou les versions corrompues de leur armement de mortel. En effet, de nombreux Princes Démons conservent les vestiges de leur ancienne vie ; un ancien Space Marine renégat portera certaines parties de son armure ou un Bolter difforme mais encore identifiable. Ceux qui étaient des chefs religieux brandiront le sceptre de leur office passé, dont le symbole aura remplacé celui de leur nouvelle allégeance.

La galaxie regorge de contes de Princes Démons et de leurs exactions. Mis à part Be'lakor - peut-être le plus tristement célèbre d’entre eux - les plus connus sont ceux qui étaient autrefois les Primarques des Légions renégates de Space Marines, car leurs dons obscurs les ont hissés au rang de demi-dieux. Alliés fréquents des légions démoniaques, les Primarques Démons préfèrent cependant mener leur Légion corrompue de Space Marines contre l’Imperium qu’ils ont trahi.

Prince Démon de Khorne

Un Prince Démon de Khorne, Élu du Dieu du Sang, Prince Sanglant, Seigneur des Os.
Tous les serviteurs démoniaques du Dieu du Sang n’ont pas commencé leur existence en tant qu’entités du Chaos éternel. Il y a ceux qui autrefois ont vécus dans l’univers matériel comme créatures vivantes à la chair faible, fragile et limitée, mais qui ont cherché à s’élever. Ces âmes courageuses se sont offerts au service de Khorne en échange d’une force sans précédent et d’un pouvoir illimité. S’engageant sur le chemin de la gloire, un tel mortel sait pertinemment que chaque pas qu’il fait pourrait être le dernier. Le service au capricieux Dieu du Sang est semé d’embûches. Les rebondissements du destin amènent de nombreux champions à déplaire à leur maître et à mettre fin à leurs jours relativement sains d’esprit avant qu’ils se transforment soudainement en un stupide Enfant du Chaos.

Il existe cependant de rares cas où le champion, avec le temps et les victoires sur des milliers de batailles, attire le regard plus favorable de son maître. Pour ces quelques-uns, la vie mortel s’échange volontiers pour être élevée dans les rangs des Démons sous la forme d’un puissant Prince Démon.

Ceux que les Dieux du Chaos favorisent de cette manière sont toujours récompensés pour leur dévotion inébranlable et, ce qui est tout aussi important, ils ont tout ce qu’ils ont exigé de la part de leur seigneur. Parmi tous les Dieux du Chaos, discerner ce que Khorne exige de ses champions est le plus facile et le moins compliqué : tuer. Assurez-vous que le flux de sang soit constant. Faites la guerre à toutes choses. Ces principes simples parlent à la nature fondamentale de toutes les créatures, en donnant à leur besoin intérieur de conflit un chemin d’expression. Khorne ne se soucie pas de savoir si ses champions ont commencé comme moins que rien ou comme Space Marines. Tant qu’ils lui offrent un flux de sang sans fin, ils peuvent gagner les récompenses qu’on leur a promis, et l’élévation à la démonification est la plus grande des récompenses.[1]

Prince Démon de Tzeentch

« Libérez votre esprit au combat, et laissez l’Architecte du Changement vous guidez vers un nouveau savoir. Si une façon de massacrer vous est inconnue, donnez-lui vie. Plongez, à travers le Warp dans les entrailles des vivants. Arrachez-leur des os et embrasez leurs organes et leurs tissus. Modelez leur forme en une qui oit plus plaisante à Tzeentch et regardez-les se tortiller avec une démence inconsciente. Ces ennemis croient qu’ils ont déjà affronté la véritable horreur ; corrigeons leur stupéfiante ignorance. »
- Gilameht le Vorace, Prince Démon des Thousand Sons.
Un Prince Démon de Tzeentch.
Pour un Sorcier des Thousand Sons, l’apothéose de leur service envers le Grand Conspirateur est d’obtenir l’immortalité sous la forme d’un Prince Démon. Le dernier fragment de son âme - avili par des siècles de manipulations sadiques infligées à autrui - est précipité dans les ténèbres tourbillonnantes, pour ne jamais en ressortir. Ses chairs sont alors déchirées par un afflux d’énergie chaotique, son corps acquiert une stature colossale pour accueillir la matière du Warp qui se déverse en lui. Ses muscles grossissent sur ses membres allongés, ses mains se tordent pour former des serres crochues d’où s’écoule librement la magie. Son armure et ses armes sont inextricablement mêlées à son corps. Les runes de Tzeentch et les icônes qui ornaient son armure sont reliées à des tendons, et palpitent d’une vigueur bestiale.

Cette métamorphose rend le Prince Démon méconnaissable, à mille lieues de l’être qu’il était. Sa peau prend des couleurs qui plaisent au Tisseur du Destin, adoptant une teinte scintillante, ou extrêmement sombre, ou ne cesse de fluctuer au gré des caprices du Warp. Sa chair passe de la transparence à l’opacité la plus complète, des cornes recourbées et des pointes osseuses jaillissent de son corps. Certains possèdent de grandes ailes de cuir grâce auxquelles ils s’élancent dans les cieux au-dessus du champ de bataille, d’autres développent de longues capes de tentacules. D’autres changements ésotériques peuvent avoir lieu chez un Prince Démon, comme des ombres qui brûlent et déforment tout ce qu’elles touchent, ou des halos de lumière d’une couleur indescriptible qui percent la fine couche de santé mentale qui protège l’âme d’un mortel du regard d’un Prince Démon.

Bien que leur puissance soit immense, les Princes Démons n’en sont pas moins soumis à d’autres entités. Magnus le Rouge commande de nombreux Princes Démons, - ce sont ses vassaux les plus puissants, ils font partie de ses Rehati et mènent les guerre de sa Légion contre l’Imperium. L’aura de magie brute qui émane d’un Prince Démon galvanise les guerriers qui combattent à ses côtés, leur donnant un aperçu fugace de l’avenir ou leur faisant entendre des bribes de connaissance démoniaque. L’existence même d’un Prince Démon est une manifestation du pouvoir accordé par Tzeentch, et sa présence sur le champ de bataille est l’incarnation de la volonté de l’Architecte du Destin. Les plantes flétrissent et se changent en anomalies grotesques, la peau des soldats ennemis s’écoule pour faire apparaître chair palpitante et os tremblants, le blindage des véhicules et le rocbéton des bunkers se couvre de bouches avides qui crient leur effroi à l’approche du Prince Démon.

Si un Prince Démon vient à tomber au combat, son existence se poursuit dans l’Immaterium, car ils sont à jamais liés à leur divinité tutélaire. Par la volonté de Tzeentch, et par le pouvoir de leur propre haine, ils peuvent poursuivre leur œuvre de mort, et ainsi se venger de ceux qui ont osé les défier.

Là où les autres entités de Tzeentch ne peuvent exister en dehors du Warp que sur de courtes périodes, s’évanouissant quand le maelström de magie s’apaise, les Princes Démons peuvent rester dans l’espace réel en menant des campagnes de folie et de terreur sans fin. Chaque guerre livrée, chaque sacrifice accompli permet de remodeler le destin et de nourrir l’essence du Prince Démon, lui permettant de continuer à peupler l’espace de maléfices.

Les armes d’un Prince Démon sont adaptées à sa forme monstrueuse. Si le Sorcier brandissait un sceptre ou une arme ensorcelée, un Prince Démon massacre ses ennemis armé d’une épée ou d’une hache taillée dans la matière même du Warp. Chaque revers de son arme envoie une vague corruptrice, qui permet au Prince Démon de séparer le présent du passé et de l’avenir, mettant un terme à l’existence d’un champion ennemi en effaçant tout son être. D’autres massacrent leurs ennemis avec leurs serres, découpant des dizaines et des dizaines de victimes en faisant jaillir des torrents de sang chargé de feu du Warp. Les Princes Démons au service du Roi Pourpre sont des maîtres de la malédiction psychique, et peuvent d’un seul mot infliger des mutations hideuses à une armée ennemie, ou ouvrir un portail sur l’oubli du Warp.

Prince Démon de Nurgle

« J’ai concocté de si délicieuses horreurs. Une telle pourriture, des maladies si abondantes, au nom du Grand-père. Mais cela ne cessera jamais, car Nurgle me récompense avec prodigalité chaque fois que je ravage un monde, et ma puissance grandit en conséquence. »
- Viluthrox Maggotfather.
Un Prince Démon de Nurgle.
L’apothéose démoniaque ; l’ascension ; l’immortalité et un pouvoir surnaturel. Voilà les récompenses que convoitent ceux de l’Astartes Hérétiques. Ils sont prêts à toutes les atrocités, à toutes les compromissions, et même à la perte de leur âme immortelle pour une chance de devenir Prince Démon. La plupart périssent sous les coups de l’ennemi ou dégénèrent en rejeton du Chaos, mais un pouvoir incroyable attend ceux qui parviennent au sommet.

Les Princes Démons de Nurgle sont des abominations massives à la résistance surnaturelle, quasi invulnérables. Ils sont si bouffis de puissance que leur armure décatie cède sous la pression de leur chair. Des couches de gras rance et d’entrailles putrides débordent de leur peau nécrosée, et les protègent des armes légères, tandis que la notion même de douleur ou de faiblesse est oubliée. Même des tirs directs d’armes antichars freinent à peine ces horreurs immortelles, car ils ont beau perforer le corps du Prince Démon, cela ne fait guère que répandre alentour du pus et du mucus infecté, sur l’ennemi comme sur l’ami.

Cette endurance grotesque est loin d’être le seul pouvoir de ces êtres transcendants. Les Princes Démons de Nurgle sont assez forts pour soulever un char d’assaut et le projeter, et le moindre coup de leur lame rouillée ou de leurs griffes infectes arrache un guerrier ennemi du sol. Plus d’un possède des aptitudes psychiques, pliant à sa volonté l’énergie de l’Immaterium pour déchaîner des éruptions de peste, des torrents de glaire, ou une déchéance hideuse. Certains Princes Démons peuvent même voler grâce à d’énormes ailes d’insecte ou en se faisant porter par une tornade d’émanations toxiques. Leur corps peut exsuder des spores corrosives et des souches virales mortelles, ou servir d’incubateur à des nuées vrombissantes de mouches pestiférées. Dans tous les cas, les Princes Démons mettent ces pouvoirs maléfiques au service de la contagion par les dons pathogènes de Nurgle, et de la destruction des nombreux ennemis du Dieu des Épidémies.

Chez la Death Guard, les Princes Démons servent de seigneurs de guerre et encadrent les cohortes septiques et les vectoriums au combat. Leurs subalternes obéissent à leurs ordres sans discuter, car les Princes Démons conservent la compétence martiale et la ruse du temps de leur vie antérieure, tout en étant la preuve vivante de la faveur de Nurgle. La Death Guard vénère ces êtres tels des demi-dieux, que seul Mortarion surpasse en puissance impie. Pourtant, au bout du compte, la froide vérité est que les Princes Démons de Nurgle ont échappé à la mortalité pour sombrer dans un autre genre de servitude. Ils jouissent de leur pouvoir corrompu tout en étant aveugles à l’ironie de leur immortalité, qui les lie à la volonté de Nurgle pour l’éternité.

Prince Démon de Slaanesh

Un Prince Démon de Slaanesh, Favorisé des Sens, Enfant Élu, Béni de la Chair.
La récompense ultime pour tout disciple mortel de l’un des Dieux Sombres du Chaos consiste à se voir accorder le droit de le servir pour l’éternité en tant que Prince Démon. Les réalisations qu’un mortel doit accomplir pour recevoir cette bénédiction varient d’un dieu à l’autre. Pour certains, le chemin est rectiligne. Un adepte du brutal Khorne, par exemple, doit massacrer au nom du Dieu du Sang, récolter des crânes et drainer le sang jusqu’à ce que son dieu en prenne acte. C’est simple, direct et en grande partie identique pour tous ceux qui le servent. Pour ceux qui souhaitent profiter de l’embrassement complet du Seigneur des Excès, le chemin qui mène à la grandeur est moins clair. De nombreuses pistes ouvertes sont à explorer, de nombreuses voies cachées attendent d’être parcourues par le passionné curieux et dévoué. Tout ce qu’il a à faire, c’est d’en choisir une et de trouver le moyen de le porter à un niveau d’excès tellement sublime que l’attention de Slaanesh est attirée.

Une fois qu’il a l’intérêt de son maître, il doit continuer à persévérer, à dépasser les limites et les restrictions. Il doit amuser le Prince du Plaisir de manière à ce qu’il soit jugé non seulement unique, mais digne d’être récompensé, car être unique n’est pas suffisant. Le Prince Noir touche de nombreux mortels de manière horrible et cruelle, les transformant en des formes insensées et non naturelles. Les Puissances de la Ruine sont capricieuses et peuvent ne pas prodiguer de mutations à leurs partisans, mais les demandes pressantes de Slaanesh rendent sa caresse particulièrement risquée. Un mortel pourrait atteindre une grandeur digne d’éloge, seulement pour être renversé et devenir un insensé Enfant du Chaos, car le Prince Noir est particulièrement d’humeur mélancolique. Cependant, ceux qui reçoivent le plus grand cadeau, réalisent leur objectif d’immortalité et renaissent sous la forme d’un Prince Démon.

Cependant, c’est dans la nature de Slaanesh de faire que même ce grand accomplissement est plus un début qu’une fin. Le Prince Démon nouvellement transformé doit continuer à repousser les limites de l’excès, doit faire plus, doit être plus. S’il est récompensé pour avoir créé un élixir si sucré au goût que son odeur incite les gens à l’ingérer sans cesse jusqu’à ce qu’ils s’y noient de leur plein gré, il doit trouver un moyen d’inciter des mondes entiers à choisir de corrompre leurs réserves d’eau potable avec le mélange mortel. Ceci accompli, il doit aller plus loin avec sa création, la modifiant peut-être pour laisser chaque victime avec un sourire nostalgique. Le service est sans fin et éternel. L’échec l’est aussi, car devenir un Enfant du Chaos ou pire est toujours une punition possible pour avoir déçu Slaanesh, même pour un puissant Prince Démon.[2]




L’Ascension du Prince Démon Periclitor
Contée par l’un de ceux qui marcha dans son Ombre
  • Le Massacre de Castille V - 832.M33

Ce fut sur les champs de Castille la Belle que notre seigneur scella son pacte avec les puissances du Warp, et en ce jour un millier d’âmes furent offertes à l’Empyrean. Les plus appréciées furent sans doute celles des Missionarius et des Sororitas, dont les cris d’agonie reviennent parfois la nuit peupler nos plus beaux rêves.

  • Le Martyre de Saint Jéromus - 888.M33

Connu des serviteurs du Faux Empereur comme Jéromus le Pur et par nous comme Jéromus le Fou ou Jéromus l’Aveugle, qui voulut sur Tosak défier Periclitor et que nous avons vaincu ainsi que toute sa suite. Jéromus fut mis à mort, mais pas avant que chacun de ses fidèles suivant ait été lentement éviscéré devant ses yeux.

  • Les Guerres d’Alcmena Nebula - 012.M34

Un mot dans une oreille, un peu d’or dans une main et cent mille hommes se ruent d’eux-mêmes au combat. C’est de leur propre bras qu’ils firent couler le sang sacrificiel, et Periclitor était là pour le recueillir dans la coupelle des offrandes.

  • La Résistance des Praefects du 5e Blindés de Terra - 739.M35

Si les séides du Faux Empereur s’évertuent à aussi mal utiliser leurs chars, qu’à cela ne tienne, bous continuerons à remplir les charniers d’imbéciles.

  • L’Incident à la Crypte de Guet – 799.M36

Les savants et les chercheurs ont étudié pendant des siècles le contenu de la Crypte de Guet, mais la compréhension leur est désormais à jamais interdite, puisque Periclitor et ses favoris ont foulé le sol sacré d’Urus Prime. Notre seigneur s’attira les faveurs de nos maîtres en prenant le dessus au cœur même du sanctum intérieur de la crypte sur les chasseurs de notre espèce, l’élite tout de gris vêtue mandatée par la Perfide Inquisition.

  • L’Embuscade de la Pointe d’Arios contre Orlando Furioso, Maître de Chapitre des Howling Griffons - 220.M38

Vers la fin de l’an 220.M38, Periclitor apprit que les Howling Griffons s’apprêtaient à célébrer le cinq millième anniversaire de leur fondation, et il lui sembla approprié de marquer l’occasion comme il se devait. Tandis que Furioso et sa Première Compagnie revenaient vers la planète du Chapitre, notre seigneur et un détachement substantiel de ses Élus interceptèrent le vaisseau à l’approche de la Balise d’Arios. Le point d’orgue de cette fameuse bataille fut l’abordage de la barge par les Dredclaw de Periclitor. Les défenseurs furent forcés d’évacuer le vaisseau à bord de leurs Thunderhawk et les combats se poursuivirent à la surface d’Arios Quintus, où les survivants furent encerclés et massacrés en bonne et due forme. Le corps de Furioso fut enchaîné à l’avant de son Thunderhawk, dont les transpondeurs furent réglés pour indiquer sa localisation à quiconque aurait pénétré le système. Il fut retrouvé un mois plus tard par le reste du Chapitre, à qui nous avons offert une autre date mémorable à ajouter à son calendrier.

  • La Corruption du Pédagogue de Sanctity IX - 273.M38

Ce que les dieux ont pu rire en cette nuit où le Pédagogue fut des nôtres ! Que quelqu’un d’aussi attaché à sa foi et sa vocation nous ait rejoints redonne l’espoir de voir les serviteurs du Faux Empereur arrêter de faire la sourde oreille à nos enseignements.

  • Le Meurtre du Cardinal de Bray - 789.M38

A la veille de la Chandeleur 789.M38, Periclitor eut une vision : le Chaos s’adressa directement à lui dans toute sa gloire et lui promit le statut de Démon s’il continuait à si bien le servir. Ne recherchant que la bénédiction de nos protecteurs, il lança dans l’heure un assaut inopiné sur le monde tout proche de Bray, en nous faisant nous téléporter à l’intérieur même de la cathédrale ou le Cardinal adressait aux masses le sermon de sa doctrine mensongère.

Alors qu’il en arrivait à la conclusion de son propos, notre seigneur se matérialisa juste derrière lui et lui perfora le cœur de sa lame. Nous sommes partis en laissant derrière nous la congrégation affolée. Plus personne sur Bray n’ignorerait que nous pouvions frapper où et quand bon nous semblait.

  • L’Incitation à la Guerre de la Dîme sur Braun IV – 187.M39

Ce fut la Guerre de la Dîme qui valut à Periclitor d’accéder au rang de Démon, ce pour quoi nous rendons grâce à nos maîtres. Le meurtre du Cardinal de Bray avait déclenché une série d’événements et, trois siècles plus tard, le secteur entier se rebellait contre la loi de Terra. En attaquant Bray, nous avions démontré que les défenses de la planète étaient inadéquates, une situation que ses dirigeants cherchèrent à rectifier immédiatement, en imposant une taxe qui devait réunir les fonds nécessaires à l’extension des défenses orbitales. Chaque fois qu’un nouvel impôt était présenté devant le comité gouvernant, il était rejeté, alors nous frappions encore pour le forcer à accepter les dépenses supplémentaires, nécessaires à mettre un terme à nos déprédations. La population finit par ne plus pouvoir payer, et d’abord Bray, puis tout le secteur de Trans-Kurani sombra dans le guerre civile, qui vit l’arrivée de régiments de la Garde Impériale, de compagnies Space Marines et de vaisseaux de la Flotte du Faux Empereur chargés de mater la rébellion.

Au plus fort de ce conflit béni des dieux, qui se poursuit encore à ce jour dans certaines zone, Periclitor reçut la récompense promise. Porté en triomphe jusqu’au sommet de la Cathédrale de Bray en ruine, il fut élevé vers le ciel dans un colonne de lumière noire et nous revint quelques minutes plus tard, transformé et portant les marques de son apothéose. Son visage était un masque bestial, ses bras épais comme de fûts de deux canons et deux ailes noires de cinq mètres d’envergures avaient jailli de son dos.

Sous les ordres d’un tel être, comment pouvions-nous ne pas parvenir à servir nos dieux ?

Sources

  • Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8
  • Codex Heretic Astartes Thousand Sons, V8
  • Codex Heretic Astartes Death Guard, V8
  • Codex Chaos Daemons, V8
  • Codex Space Marines du Chaos, V6
  • Codex Marines du Chaos, V3 ; 2ème édition
  • Warhammer 40 000 JdR - Black Crusade : Tome of Blood
  • Warhammer 40 000 JdR - Black Crusade : Tome of Excess
  1. Warhammer 40 000 JdR - Black Crusade : Tome of Blood - Chapter I : Khorne - Servants of Slaughter - Daemon Princes (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Warhammer 40 000 JdR - Black Crusade : Tome of Excess - Servants of Slaughter - Daemon Princes (traduit de l'anglais par Guilhem)