Première Pacification de Luna

De Omnis Bibliotheca

La Première Pacification de Luna fut la première opération menée par des éléments des Legiones Astartes en dehors de Terra. Les Guerres d'Unification faisaient encore rage à la surface du monde natal de l’Humanité. Les forces du Cardinal Tang tenaient encore un certain nombre de zones fortifiées, et plusieurs autres enclaves n’étaient pas encore tombées. Luna était le bastion d’un conglomérat de cultes génétiques résurrectionnistes. Les membres de ces cultes croyaient que la nature humaine était à la fois fractale, fracturée et transcendante. Pour eux, la vraie nature de l’Humanité était visible dans la chair et le mental de l’individu, mais que chaque individu était un écho des archétypes qui persistaient tout au long de l’existence humaine. Chaque culte s’accrochait à un ensemble différent d’archétypes : certains les représentaient sous forme de figures anthropomorphiques, d’autres sous forme de nombres et d’autres encore sous forme de systèmes symboliques. Le tout avec un certain occultisme, la plupart n’ont pas atteint la déification, mais tous ont cherché à évoluer par leur art de forger des gènes. Chaque membre du culte était un produit qui n’était pas le fruit d’une sélection aléatoire, mais une création génétique selon des formules nées lors du Moyen-Âge Technologique. Ressuscité dans un corps maintes et maintes fois, ils ont essayé d’atteindre une véritable personnification d’un archétype simple. Dans leurs complexes souterrains, les cultes étaient puissants, insulaires et résistants à la Vérité Impériale. Une telle résistance n’était guère une nouveauté et aurait normalement été traitée de la manière habituelle - par l’éradication. Mais les cultes génétiques avaient quelque chose que l’Imperium en croissance convoitait, ce qui compliquait sa position.

Aussi obscurci qu’il ait pu l’être par l’occultisme, le génie des cultes Selenars de Luna était inégalé, sauf dans les propres installations de l’Empereur. Terra étant quasi unifiée, la conquête du Système Sol et de la galaxie s’annonçait. Pour cette Croisade, il faudrait de plus en plus de Space Marines. Les installations des Terrans n’étaient pas en mesure de faire face à une telle augmentation de la création de recrues pour les Légions, donc l’Imperium avait besoin de la richesse de Luna en artisanat génétiques et de la capacité ajoutée à la sienne. Mais les cultes génétiques Selenars ne s’inclineraient pas devant l’appétit de l’Imperium nouvellement né. Ils avaient combattu les machinations des seigneurs de guerre Terrans et des Magos martiens dans le passé. Les Selenars avaient reçu des ambassadeurs impériaux dans leur foyer, mais répondaient à leurs offres, menaces et suppliques par le silence. Lorsque les menaces commencèrent à dépasser en nombre les offres, les cultes de Luna commencèrent à refuser les ambassadeurs et à se préparer à la guerre.

Normalement très divisé, la possibilité d’une domination Terran a permis de surmonter tous les désaccords doctrinaux entre les matriarches du culte et les artisans génétiques - ils résisteraient ensemble et sans limite à l’Imperium. La dernière députation impériale à Luna fut rendue à Terra sous forme de soupe encore crémeuse et de chair liquéfiée fondue dans la coquille morte de leur navette.

C’est ainsi que l’Empereur ordonna de pacifier les cultes de Luna, de briser leurs croyances et de s’emparer de leurs appareils pour les besoins de l’Imperium. Il ne pouvait s’agir d’une simple conquête par la destruction ; les forges génétiques devaient rester intactes, tout comme les artisans des cultes qui les maîtrisaient. Un seul coup devait couper les croyances des cultes et leur volonté de résistance. À cette fin, l’Empereur chargea trois de Ses Légions les plus aptes à remplir cette mission sur ce que certains chroniqueurs appellent la première véritable bataille de la Grande Croisade. La force combinée des VIIe, XIIIe et XVIe s’éleva de la surface de Terra dans un éparpillement de flamme de fusée.

La XVIe, qui n’avait pas encore été nommé, avait été choisi comme avant-garde de la force, opérant en pleine puissance. Libérés de la traction de Terra, leurs vaisseaux d’assaut coupèrent leur système pour éviter toute détection, prêts à dériver vers le disque argenté de Luna comme des flèches tirées dans la nuit. Seuls les Space Marines, vêtus comme ils l’étaient d’une armure scellée, auraient pu mettre en œuvre un tel plan et survivre. Dans le vide des intérieurs froids de chaque vaisseau, les guerriers de la XVIe attendaient dans l’obscurité sans air, leur armure bordée de glace. Derrière eux, une petite vague dvembarcations transportant des éléments des VIIe et XIIIe s’était formée. Leurs moteurs brûlant et leurs peaux scintillant de Boucliers Voids, cette seconde vague était la démonstration de puissance que les cultes génétique attendaient et la distraction parfaite de la première. Le feu finit par remplir l’espace entre Terra et sa seule lune. Des systèmes d’armes intégrés à la surface de Luna canonnèrent la force d’assaut qui venait en sens inverse. Mais alors même que les canons tiraient, le premier des vaisseaux d’assaut de la XVIe, inaperçu et invisible, frappa ses cibles comme un poignard dans la nuit.

Les précédentes missions d’ambassades à Luna n’avaient pas été entièrement inutiles. Des agents impériaux avaient effectué des relevés subtils de la surface de Luna, et des informateurs avaient infiltré la population des cultes. Au moment où les vaisseaux d’assaut de la XVIe Légion échappèrent à la gravité de Terra, l’emplacement de chaque batterie de défense et de chaque chef de culte était connu et la XVIe frappa chacun d’eux avec une force écrasante, détruisant les digues et perçant les complexes de tunnels en dessous. Peu importait les monstres à moitié mécaniques des cultes génétiques Selenars qui étaient lancés contre eux. On dit que ceux qui regardaient le ciel nocturne de Terra pouvaient voir le visage de Luna scintiller de flammes. Les batteries de défense tombèrent en quelques secondes, les couloirs de leurs silos se couvrant du sang du massacre. Parmi la centaine de chefs de secte scannés sur Luna, la plupart furent tués sans se rendre compte qu’ils étaient les victimes d’un assaut direct. Ceux qui ne moururent pas s’enfuirent alors que des guerriers en armure gris pâle s’écrasèrent dans leurs refuges et les vidèrent de toute vie. Sans systèmes de défense et sans la direction de leurs chefs, les cultes Selenars ne pouvaient rien faire, car les VIIe et XIIIe débarquèrent et commencèrent à briser systématiquement leurs dernières positions et à isoler les poches de résistance. Dans les six heures qui suivirent le premier coup de feu, Luna fut pacifié. Face à l’anéantissement, les survivants Selenars plièrent le genou et dans leur communiqué de reddition, ils demandèrent à l’Empereur de rappeler Ses loups. Brisés et humiliés, les cultes génétiques de Luna allaient aider à forger la prochaine génération de Legiones Astartes et alimenter la conquête des étoiles.[1]

Source[modifier]

  • The Horus Heresy, Book One - Betrayal
  1. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Space Marine Legions - The Sons of Horus - Exemplary Battles - The First Pacification of Luna (traduit de l'anglais par Guilhem)