Pèlerinage de Lorgar

De Omnis Bibliotheca
« C’est en vain que tu idolâtres Mon nom, Lorgar. C’est ta loyauté que Je réclame, et non ton adoration. Mon but, notre but, est de faire sortir nos semblables de l’Ère des Luttes pour leur montrer une aube nouvelle. Il y a suffisamment d’horreurs qui accablent la galaxie, trop de forces obscures cherchent à pervertir nos actions et à entraver notre cause sans que nous ayons à ajouter aux malheurs de l’Humanité. Ton insistance Me chagrine. Je ne suis pas un dieu, et ne désire pas que les multitudes Me voient comme tel. L’Humanité doit abandonner la superstition et la peur. Je place Ma foi dans la science et la logique, ainsi que tu devrais le faire !
Prends exemple sur Roboute Guilliman des Ultramarines. Lui-même éprouve une foi sans bornes ; ça n’est pas Moi, mais notre mission qui est sainte à ses yeux. Sa conviction est celle que Je te recommande de suivre ! »
- L’Empereur de l’Humanité à Lorgar Aurelian, Primarque des Word Bearers.
Le Pèlerinage de Lorgar.
Si Horus est de nos jours désigné comme l’Architraître responsable de la guerre civile qui vit l’incarcération de l’Empereur dans le Trône d'Or, les historiens savent que les sombres complots des Dieux Noirs pour provoquer la chute du Maître de Guerre furent tissé des décennies avant l’Atrocité de Isstvan III. Le poids actuel du Ministorum empêche la vérité de se faire jour, car elle menacerait sa doctrine qui est le ciment de l’Imperium actuel. Cette vérité est qu’Horus ne fut pas le Primarque à succomber le premier à la corruption, mais que ce fut son frère Lorgar Aurelian, qui fut paradoxalement le premier à avoir porter le message sur la nature divine de l’Empereur. Alors que la Grande Croisade se propageait dans toute la galaxie, une série d’événements allait mener le Primarque Lorgar de la Légion des Word Bearers à s’engager, lui et ses Astartes, au service des Puissances de la Ruine. Cet engagement est l’acte qui signa le début de la propagation de la corruption qui allait mener à l’Hérésie d'Horus.

Le texte que vous allez lire est un résumé des sources exposant cette effroyable vérité qui repose de nos jours sous scellés et connus que par les plus hauts dignitaires de l’Imperium, car sa connaissance risquerait de provoquer des fractures qui mettraient à bas les piliers du domaine de l’Empereur, un fait que le Seigneur Commandeur à parfaitement conscience[1]. Le rassemblement de ces informations proviennent de nombreuses sources et de pactes interdits dont nous tairons la nature, mais elle change à jamais la perception que nous pouvons avoir de la Grande Hérésie ainsi que du Warp et de ses dangers.

Découvrez la source de l’Hérésie d’Horus et de la chute du premier Primarque à la corruption du Chaos…

L'Urizen

Quand il était encore confiné sur Colchis, sa planète natale, Lorgar était un zélote religieux puritain ayant eu des visions qui prévoyaient la venue de l’Empereur, qu’il croyait être un Dieu vivant. Cette conviction donna lieu à une série de guerres de religion qui durèrent six ans ; Lorgar se battait sur son monde natal pour imposer sa nouvelle doctrine religieuse vénérant l’Empereur, doctrine baptisée "L’Alliance", face à l’"Ancienne Foi". Quand l’Empereur finit par arriver pour récupérer Son fils perdu, la planète entière était convertie au Culte qui Le vénérait. Mais l’Empereur avait lancé la Grande Croisade pour libérer l’Humanité des chaînes de la superstition et de l’ignorance, et y diffuser la lumière de la raison et de la science. Néanmoins, Lorgar fut nommé commandant de la XVIIe Légion de Space Marines, les Imperial Heralds, qui furent rebaptisés les Word Bearers après avoir embrassé les convictions religieuses ainsi que l’idée de leur Primarque que leur mission était d’apporter l’illumination à l’Humanité par la conversion au Culte de l’Empereur-Dieu de l’Humanité. Kor Phaeron, père adoptif et conseiller religieux de Lorgar, survécu au processus d’augmentation pour rejoindre les Word Bearers en tant que rare Space Marine adulte, bien qu’il ne sera jamais un véritable Astartes. Kor Phaeron est devenu le conseiller en chef de Lorgar, et le Premier Capitaine de la Compagnie d’élite des Word Bearers. Ce choix pèsera pour beaucoup dans l’avenir de Lorgar.

Lorgar dirigea sa Légion tout au long de la Grande Croisade. Ses Word Bearers s’attelèrent à éradiquer tout blasphème ou hérésie menaçant le royaume de l’Empereur. Parchemins, œuvres d’art, icônes, livres et temples furent systématiquement brûlés ou abattus par l’avancée de la Légion, et y élevèrent à la place d’immenses monuments et des cathédrales dédiés à la gloire de l’Empereur, érigés sur les charniers de ceux qui avaient refusé de se convertir. Les plus éminents Chapelains de la Légion écrivirent de nombreux ouvrages traitant de la divinité et de la vertu de l’Empereur, tandis que Lorgar lui-même délivra d’innombrables sermons, convertissant des millions de mécréants par la seule force de ses paroles. La progression des Word Bearers était lente mais terriblement efficace. Au cours de cette période, Lorgar rédigea un ouvrage connu sous le nom de Lectitio Divinitatus, dans lequel il était proclamé que l’Empereur de l’Humanité était un être divin et qu’Il était digne d’être adoré en tant que dieu légitime de l’Humanité. Ironiquement, ce livre, en prenant en compte l’identité de son auteur, deviendra plus tard un instrument de la fondation du Culte Impérial et de l’Ecclésiarchie.[2]

La Destruction de la Cité Parfaite

La Découverte de Cyrène Valantion après la Destruction de Monarchia.
Quarante trois avant les événements d’Isstvan V.

À cette époque, la loyauté de Lorgar et de la Légion des Word Bearers envers l’Empereur et Son Imperium était incontestable. Leurs mondes mis en Conformité livraient régulièrement des Dîmes au nom de l’Empereur, et les ordres de Terra étaient acceptés sans contestations par les mondes libérés par les Word Bearers. Lorgar et sa Légion avaient poursuivi avec succès la Grande Croisade de l’Empereur pendant presque un siècle et, à cette époque, l’Empereur n’avait jamais réprimandé Son fils zélé ni les Word Bearers pour leur fervente adoration de Sa personne, même si une telle attitude contredisait la Vérité Impériale.

Mais l’Empereur était profondément troublé par le refus de Lorgar d’adopter la raison ou de modifier ses pratiques malgré des décennies d’exposition à la science et à la technologie de pointe de l’Imperium. Il avait initialement toléré les croyances de Son fils profondément religieux, mais lorsque la Grande Croisade atteignit son apogée, l’Empereur ressentit de plus en plus de frustration par la lenteur des conquêtes de Lorgar. Il ordonna finalement aux Word Bearers de cesser leurs activités religieuses, leur mission étant de réunifier la galaxie sous la bannière de la Vérité Impériale, athée et rationnelle, et non de prêcher la parole de la divinité personnelle du Maître de l’Humanité. L’Empereur s’était longtemps opposé à la propagation de la religion et était déterminé à utiliser la création du nouvel Imperium de l’Humanité pour enchâsser la raison et la science, et non la religion, en tant que véritable phare d’une nouvelle civilisation humaine interstellaire.

L’Empereur décida de donner une leçon à Lorgar. Il commanda un groupe d’assaut de la Légion des Ultramarines dirigé par leur Primarque Roboute Guilliman, accompagné d’une force composée de Ses gardes du corps personnels, les Custodiens, et du Régent Impérial, Malcador le Sigillite, pour raser la capitale de la planète Khur. Ce monde était très important aux yeux des Word Bearers, qui considéraient sa capitale, Monarchia, comme la "Cité Parfaite" en raison de la dévotion religieuse intense de ses citoyens et du grand nombre de cathédrales et de monuments dédiés au Culte de l’Empereur. Les Ultramarines expulsèrent par la force les citoyens de Monarchia, ainsi que ceux de seize autres cités de la planète Khur, réprimant dans le sang les résistances et les émeutes. Ils rasèrent les cités avec des bombardements orbitaux, ne laissant que des cendres.

Suite à la destruction de la cité par les Ultramarines, Lorgar et sa Légion au complet, forte de 100 000 Astartes, reçu l’ordre de se rassembler à la surface de la planète, face aux ruines de Monarchia. Là, l’Empereur en personne, accompagné de Malcador et de Guilliman, humilia Lorgar et ses fils en les forçant par Ses pouvoirs psychiques à s’agenouiller devant Lui. L’Empereur réprimanda Lorgar, récusant le fait d’être un Dieu et dénonçant l’idolâtrie que Lorgar professait. Il accusa le Primarque et les Word Bearers d’avoir été coupable d’avoir failli envers Lui, de par la lenteur de leurs conquêtes, de s’être attardé sur les mondes conquis pour encourager la population dans le culte d’une foi qu’Il jugeait erronée et d’avoir érigé des rites et des monuments mensongers. Comble du déshonneur, vingt Custodiens, commandés par l’Occuli Imperator Aquillon, furent mutés au sein de la Légion afin de surveiller le Primarque et ses fils. Lorgar fut abasourdi par le reproche de son père et Son refus d’accepter Son Culte. Il tomba dans une profonde mélancolie, humilié et perdu.

Se sentant trahi par l’Empereur, Lorgar refusa l’audience à tous sauf à Kor Phaeron, Premier Capitaine des Word Bearers et à Erebus, Premier Chapelain de la Légion. Kor Phaeron était le père adoptif de Lorgar et l’avait élevé dès son plus jeune âge sur Colchis. Il était le lieutenant en chef et le conseiller de Lorgar depuis le temps où il dirigeait la théocratie de Colchis. Erebus était quant à lui depuis longtemps un conseiller de confiance. Kor Phaeron et Erebus sympathisaient avec des aspirations religieuses non partagées par Lorgar et estimèrent que la Légion des Word Bearers devait servir des dieux dignes de leur dévotion. Kor Phaeron et Erebus expliquèrent à leur Primarque qu’ils connaissaient de tels dieux, des êtres divins adorés par l’Ancienne Foi de Colchis. C’est lors de ce débat avec ses proches conseillers que Lorgar apprit de leurs bouches que de nombreux mondes que sa Légion avait conquis avaient des traditions religieuses ressemblant à l’Ancienne Foi qu’il avait éradiqué sur Colchis pour la remplacer par la vénération de l’Empereur. Comment des cultures humaines qui ne se sont jamais rencontrés pouvaient avoir des croyances et des dieux aussi ressemblant ? Serait-ce la vraie foi que Lorgar recherchait ? C’était-il trompé concernant l’Empereur ? Erebus et Kor Phaeron avouèrent qu’ils avaient laissés des vestiges de ces cultes sur les mondes conquis afin de les étudier et de faire le lien entre elles et la foi qu’elles prônaient. C’est ainsi que Lorgar apprit pour la première fois l’existence des Dieux du Chaos, bien qu’il ne les identifia pas sous ce terme. Intrigué, le Primarque demanda à la Légion de retrouver ces dieux, et Kor Phaeron et Erebus parvinrent à le convaincre de se lancer à la découverte des secrets de cette croyance. Retrouvant sa motivation, Lorgar s’attela à rédiger un nouvel ouvrage, intitulé "La Nouvelle Parole".

Les graines de l’Hérésie étaient plantées.[3]

La Vérité Primordiale

Souhaitant reforger la confiance des Word Bearers, perturbés depuis l’humiliation de Monarchia, Lorgar revint sur sa planète, Colchis, afin de se ressourcer, emmenant avec lui sept survivants des cités détruites de Khur et que la population de Colchis considéraient comme des saints martyrs. L’une de ses survivants était Cyrène Valantion, une jeune fille de dix-huit ans qui perdit la vue après avoir regardée le bombardement orbital des Ultramarines qui détruisit sa cité, Monarchia, lui brûlant les rétines au passage. Elle deviendra la Dame Bénite et Confesseuse des Word Bearers. Sur Colchis, Lorgar retrouva son frère Magnus le Rouge, avec qui il partageait l’amour du savoir et de la connaissance. Lorgar avait entre temps étudié les mythe de l’Ancienne Foi de Colchis ainsi que celles des nombreuses planètes partageant cette même croyance. Il releva que toutes faisaient allusion à un Pèlerinage que les mortels accomplissaient afin de rencontrer les dieux dans un paradis, et qu’une Vérité Primordiale leurs étaient révélées. Le Primarque des Word Bearers compris que le Warp était la clé de ces mystères et demanda à son frère cyclopéen aux prodigieux pouvoirs de Psyker de lui révéler la vérité. Ce dernier refusa, et avant de prendre congé, demanda à son frère de ne pas s’engager sur cette voie qui n’apportera que son malheur. Mais Lorgar décida de se lancer, lui et sa Légion, dans le Pèlerinage afin de découvrir la Vérité Primordiale, dans un royaume ou le monde des dieux et le monde des mortels se rencontraient…[4]

Le Pèlerinage de Lorgar

Trois années après le début du Pèlerinage, les Word Bearers s’étaient lancés plus loin et plus vite qu’aucun de leurs frères Astartes vers les confins de l’espace, en tirant derrière eux les limites de l’Imperium, effaçant les conquêtes lentes et méticuleuses d’autrefois. Durant cette période, Lorgar voyagea au sein de la 1301e Flotte Expéditionnaire, accompagné du Légionnaire Argel Tal et du Chapelain Xaphen du Chapitre des Serrated Sun des Word Bearers. À ce moment-là, Lorgar n’était pas encore tombé dans la vénération du Chaos, bien qu’il ne considérait plus l’Empereur de l’Humanité comme digne d’être loué. Lorgar pensait que l’Empereur avait tort de condamner l’instinct naturel de l’Humanité de rechercher le divin en tant que superstition indigne et il avait l’intention de découvrir s’il existait réellement des divinités dignes du respect des hommes. Les Word Bearers de la 1301e Flotte Expéditionnaire étaient également accompagnés au cours de ce pèlerinage par cinq membres de la Legio Custodes chargés par l’Empereur de veiller à ce que les Word Bearers ne retombent pas dans l’erreur. La recherche par les Word Bearers de tout fragment d’information susceptible de les enseigner sur la Vérité Primordiale ou sur la nature de l’endroit où les dieux et les mortels pourraient se mêler a finalement conduit la 1301e Flotte Expéditionnaire sur une planète peuplée de primitifs, près de la plus grande tempête Warp de la galaxie, plus tard connu par l’Imperium comme l’Œil de la Terreur. Le maître des Astropathes de la Flotte Expéditionnaire informa Lorgar qu’il entendait des "voix" inhabituelles dans le Warp à proximité de la grande faille Warp, des voix que le Primarque entendait aussi et qui criaient son nom. Accompagné de ses Légionnaires, le Primarque se posa sur la planète primitive à proximité de l’Occularis Terribus, planète qui marquera l’histoire future sous le nom de Cadia.

Là, les tribus indigènes aux yeux violets, dû à la proximité de l’Œil de la Terreur, vinrent sans crainte rencontrer le Primarque. Ils étaient menées par une femme qui se nommait Ingethel l’Élue. Le Primarque eu la surprise d’entendre prononcer son nom de la bouche de cette femme, et dans la langue de sa planète natale, le colchisien. Ingethel désigna Lorgar comme le fils favori du Vrai Panthéon et qu’ils attendaient sa venue. Des semaines après son arrivé, Lorgar fut invité à participer à une cérémonie en l’honneur des dieux dans des cavernes et des rivières enfouies qui formaient une grande basilique naturelle. Le Primarque et ces fils découvrirent Ingethel, nue et recouverte de runes peintes sur sa peau, dansant, entourée de joueurs de tambours et encadrée par dix lances enfoncées dans le sol, dont neuf empalaient des hommes, les pointes jaillissantes par les bouches ouvertes de leurs dépouilles. Face à ce spectacle sanglant, à l’inaction de Lorgar, et à la déclaration des Cadiens de la nécessité de sacrifier une dixième victime, le Custodien Vendatha, qui surveillait la délégation Word Bearers, déclara Lorgar et sa Légion hérétique. Le Custodien massacra trois Word Bearers en un clignement des yeux avant qu’Argel Tal lui enfonce dans sa bouche son épée. Vendatha survécut mais servit de dixième victime aux Cadiens, et finit empalé sous les yeux abasourdis des Word Bearers survivants. Ces derniers, effarés de ce qui c’était produit, cherchèrent à convaincre leur Primarque de partir, mais Lorgar, obnubilé par sa quête, laissa faire.

Le bruit des tambours s’intensifia, martelant de plus en plus fort et de plus en plus vite, en s’écartant de son rythme régulier. Le chant se changea en cris et en lamentations, les mains et les visages des Cadiens se levèrent vers le plafond de roche. Les pieds nus d’Ingethel quittèrent lentement le sol, portée en hauteur telle une crucifixion immatérielle, et mourut en quelques instants d’une dizaine de morts. Des forces invisibles l’écorchèrent, arrachant sa peau en bandes irrégulières, pour les laisser retomber dans des bruits humides sur le sol de pierre. Le sang s’écoula de sa bouche, de ses yeux, de ses oreilles, de son nez et de tous les orifices d’entrée et de sortie de son corps. Elle endura cela une poignée de secondes, jusqu’à ce que sa carcasse en vînt tout simplement à se rompre. Sa musculature éclata, éclaboussant le Primarque et ses fils de ses fluides vitaux. Son squelette resté articulé se tint encore devant eux un instant de plus, pour mieux se fissurer et se fracasser. Et parmi les résidus charnels, Ingethel prit une nouvelle forme : une créature avec quatre bras avec un torse svelte, se terminant chacun par une main griffue, la partie inférieure du corps étant un amalgame entre le serpent et le ver, parcouru de veines épaisses sous une chair grise. Son visage était presque entièrement dédié à une gueule immense, aux rangs désordonnés de dents sélachimorphes et son corps ne se tenait jamais immobile, jamais figé, même pour un seul instant. Une paire d’ailes en os jaillit de son dos et de l’une de ses mains griffues, elle tenait fermement son bâton rituel. Ingethel l'Exalté était née.

Le Démon qui faisait face à Lorgar lui promit de lui révéler la Vérité Primordiale qu’il recherchait depuis des années, et que si il souhaitait sauver le genre humain il devait prêcher cette vérité. Ingethel exigeait en échange la vie de ses fils. Devant l’hésitation de Lorgar de consentir à un pareil sacrifice, Ingethel promit d’emmener des Word Bearers dans l’Œil de la Terreur et qu’ils reviendraient avec les réponses à toute ses questions. Mais le Démon annonça aussi qu’ils reviendront en tant qu’armes dont il aura besoin dans l’avenir…[5]

Le Dernier Vol de l'Orfeo's Lament

Les Gal Vorbak de la Légion des Word Bearers éliminent les Custodiens chargés de les surveiller, sur la planète ravagée d’Isstvan V après la déclaration de guerre d’Horus contre l’Empereur.
Une centaine de Word Bearers du Chapitre des Serrated Sun, menés par Argel Tal et Xaphen, furent chargés par Lorgar d’entrer à l’intérieur de l’Œil de la Terreur à bord de l’Orfeo’s Lament, un croiseur léger impérial. Ingethel fut emmenée à bord, provoquant nausées et folie au sein de l’équipage humain de par sa seule présence.

Une fois à l’intérieur, Ingethel expliqua aux Astartes la véritable nature du Warp et des courants Æthériques qu’ils voyaient à l’extérieur du vaisseau. Ils apprirent que l’Immaterium était le réceptacle des émotions et des pulsions des mortels, et qu’elles se manifestent sous forme d’énergie pure. Ce fut Argel Tal qui compris le premier que la Vérité Primordiale portait un nom : le Chaos.

Ingethel leur montra ensuite dans une vision la Chute des Aeldaris sur un ancien monde de cette race, Melisanth, désormais noyé par l’Empyrée. Les Astartes assistèrent à la destruction des Aeldaris, à la naissance de Slaanesh et à la formation de l’Œil de la Terreur. Ingethel, bien sûr, menti aux Word Bearers sur la manière dont le Prince du Chaos était véritablement né et leur expliqua que les Aeldaris avaient échoué en tant qu’espèce et qu’au lieu d’accepter la Vérité Primordiale, qui était de vivre en harmonie avec les Dieux du Chaos, les Aeldaris l’avait rejetée, déclenchant la quasi disparition de leur race. La nature de la Vérité Primordiale révélée aux Word Bearers dans les cendres de l’empire Aeldari, Ingethel leur annonça que si l’Humanité, en tant qu’espèce, voulait survivre face aux Xenos et autres horreurs de l’univers, elle ne devait pas commettre les mêmes péchés que les Aeldaris, mais devait accepter le Culte du Chaos. Bien entendu, l’Empereur, qu’Ingethel nommait l’Anathème, connaissait la vérité sur le Warp, et fut désigné responsable de la future condamnation de l’espèce humaine par Son refus d’accorder à l’Humanité ce qui était son droit en tant qu’enfant choisie par les dieux. L’Empereur livrait une guerre contre les Dieux du Chaos tout en maintenant les hommes dans l’ignorance, menant à terme l’Humanité à connaître le même destin que les Aeldaris. Qui plus est, Ingethel expliqua que l’Empereur avait fait un pacte avec les Puissances de la Ruine afin de pouvoir créer les Primarques. Les termes de ce pacte restent inconnus, mais le Démon accusa l’Empereur d’avoir trompé les Dieux et gardé les Primarques pour Lui, provoquant la fureur des Dieux Sombres qui se vengèrent en disséminant les Primarques, encore à l’état de fœtus, sur différents mondes de la galaxie.

Suite à ces révélations, le groupe de Word Bearers dut prouver sa nouvelle foi envers les Dieux par un acte : désactiver le Champ de Geller qui protégeait le vaisseau des courants du Warp. Les Astartes s’exécutèrent. Les Démons purent accéder à l’Orfeo’s Lament, massacrant son équipage et les Astartes. Avant de tuer Argel Tal, Ingethel lui promis que lui et ses frères allaient devenir les armes dont Lorgar aura besoin pour sauver l’espèce humaine.

Plus tard, les Astartes morts revinrent à la vie, hagards, Ingethel disparu, et l’équipage semblant morts depuis des semaines. Les Word Bearers mirent sept mois à revenir dans l’espace réel, au point de rendez-vous prévus pour rejoindre Lorgar. Le Primarque fut stupéfait de l’état cadavérique de ses fils, du fait qu’il n’en restait qu’une quarantaine, les autres tués pour être dévorés par leurs frères et que surtout du fait que cela ne faisait qu’une minute dans l’univers matériel que l’Orfeo’s Lament avait pénétré la grande faille Warp…

Les Space Marines survivants du Chapitre des Serrated Sun racontèrent à Lorgar tout ce qui s’était passé et tout ce qu’ils avaient appris à l’intérieur de l’Œil, l’endroit où les mortels et les dieux pouvaient se rencontrer. Leur expérience changea pour toujours ces Astartes, car ils étaient tous désormais possédés par des Démons, expliquant leur résurrection. Ils devinrent les nouvelles armes de Lorgar, formant une nouvelle unité des Word Bearers : les Gal Vorbak - les Fils Bénis.

Pour Lorgar, ce fut la révélation qu’il attendait. Il se considéra comme l’instrument des Dieux, chargé d’apporter l’illumination à l’Humanité afin de la sauver de l’extinction future. Le Primarque des Word Bearers mis en place un plan afin de préparer la guerre qui débarrasserait l’Humanité de l’Empereur qui menait le genre humain à la catastrophe. Il fit propager le Culte du Chaos dans sa Légion, Erebus et Kor Phaeron se chargeant avec joie de cette tâche, confia aux Gal Vorbak d’éloigner les Custodiens et de les garder isoler de l’Empereur. Il élima toutes preuves de sa présence aux alentours de l’Œil de la Terreur en ordonnant un bombardement cyclonique de Cadia, exterminant les Cadiens et laissant la planète abandonnée afin qu’aucun autre ne puisse découvrir le secret de la Vérité Primordiale qui lui avait été confiée par les Dieux du Chaos.

Enfin, Lorgar partit lui-même vers l’intérieur de l’Œil de la Terreur. Bien que ce qu’il y a vu reste l’objet de spéculations, il découvrit des vérités qui le convainquirent dans sa nouvelle foi et du rôle qui lui était dévolu.

Les Word Bearers emmenèrent de nombreux textes et rites des Cadiens qu’ils développèrent des décennies suivantes afin de maîtriser les pouvoirs du Chaos. Tout en continuant la Grande Croisade, ils développèrent les quarante années suivantes un vaste réseau secret de Loges Guerrières au sein de certaines Légions Astartes afin d’y propager le Culte du Chaos et préparer la rébellion contre l’Empereur. Mais sachant que jamais Lorgar ne serait suivi par les autres Primarques, les Word Bearers usèrent de manipulation et de tromperie, afin de corrompre le seul Primarque qui pourrait mener à bien la rébellion : Horus Lupercal.

Quand Horus déclara ouvertement sa rébellion contre l’Empereur, les Word Bearers furent l’une des premières Légions à le soutenir. Les Gal Vorbak se distinguèrent à la Bataille d’Isstvan V et par l’élimination des Custodiens qui surveillaient leur Légion depuis la destruction de Monarchia : ainsi ils se vengèrent de leur humiliation que l’Empereur leur avait fait subir, plongeant la galaxie dans les flammes de la guerre civile.[6]

Sources

  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Le Premier Hérétique : Corruption, Black Library, 2010
  • HALEY GUY, Sombre Imperium : Guerre et Peste, Black Library, 2018
  • Index Astartes du White Dwarf N°102 (Octobre 2002)
  1. Informations issues de Sombre Imperium : Guerre et Peste, Chapitre Sept - Une Nuit à Bord de l’Honneur de Macragge, de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Le Premier Hérétique : Corruption de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010 et de l’Index Astartes du White Dwarf N°102 (Octobre 2002) et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Le Premier Hérétique : Corruption, Chapitre Un - La Cité Parfaite - Les Faux Anges - Le Jour du Jugement, Chapitre Deux - Soleil Dentelé - Dévastation - Aurelian, Chapitre Trois - Le Sang Appelle le Sang - Sigillite - Le Maître de l’Humanité, Chapitre Quatre - Une Légion s’Agenouille - Si Ultramar Brûlait - Grise, Chapitre Cinq - Les Anciennes Coutumes - Le Combustible de l’Âme - Des Yeux Neufs, de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Le Premier Hérétique : Corruption, Chapitre Neuf - Le Roi Écarlate - La Cité des Fleurs Grises - La Dame Bénie, Chapitre Dix - Le Droit de Mener une Légion - L’Empyrean - Le Malheur, Chapitre Onze - Le Droit de Mener une Légion - L’Empyrean - Le Malheur, Chapitre Onze - Le Droit de Mener une Légion - L’Empyrean - Le Malheur, Chapitre Onze - Au Service d’un Dieu - Confession - Le Pèlerinage, de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Le Premier Hérétique : Corruption, Chapitre Treize - Incarnadine - Perdu dans la Tempête - Des Voix dans le Vide, Chapitre Quatorze - Des Yeux Violets - Deux Voix - Réponses, Chapitre Quinze - Sacrifice - Baptême de Sang - Des Vérités Indignes, de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Le Premier Hérétique : Corruption, Chapitre Douze - Mort - Le Dernier Vol de l’Orfeo’s Lament - Deux Âmes, Chapitre Seize - L’Orfeo’s Lament - La Tempête au-delà du Verre - Le Chaos, Chapitre Dix-Sept - Un Empire Défunt - Révélations - Genèse, Chapitre Dix-Huit - Une Centaine de Vérités - Résurrection - Retour, Chapitre Dix-Neuf - Confession - Restauration - Les Gal Vorbak - V : L’Écran de Fumée, Chapitre Vingt et Un - Machinations - Une Curieuse Dissimulation - Indulgence, Chapitre Vingt-Neuf - Cyrène - Jamais Été Humains - Un Vœu Honoré, de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.