Obliterator

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Sm chaos banner.pngSm chaos symbol light.png
Sm chaos banner left.jpg
Sm chaos banner right.jpg
DeathwatchBar.jpg
Shackles1.png
Shackles1.png




Sm chaos eye blind.png
Sm-chaos-side-staff.pngShackles1.png
Sm-chaos-side-staff.pngShackles1.png
Sm chaos stone bar.jpg
Sm chaos page corner.pngShackle2.jpg
Sm chaos metal bar.png
Sm chaos page corner2.png
Sm chaos metal bar.png
Sm chaos gothic.jpg
Sm chaos angle.png
Sm chaos angle.png
Le Culte de la Destruction, les Fils de l’Annihilation, l’Ouragan de Métal
Un Obliterator.

Les monstrueux guerriers des cultes Obliterators sont autant un blasphème envers la nature que contre le Dieu-Machine. Leur apparence est si pervertie, si inextricablement liée à leurs instruments de guerre, que chaque cellule de leur corps possède une étincelle de vie mécanique. Les Technomagi de Mars rêvent d’accomplir une telle symbiose, mais seuls leurs frères hérétiques du Mechanicum Noir ont maîtrisé la fusion du métal et de la chair. Ils le doivent cependant au Warp, dont la nature corruptrice peut remodeler ensemble les matières inertes et animées à un niveau fondamental qui transcende la simple cybernétique. Grâce à leurs pouvoirs nés du Chaos, les Obliterators peuvent non seulement absorber leur armement, mais également créer des munitions à partir de leur chair de titane.

Les Obliterators dépassent en taille les autres Space Marines du Chaos et sont aussi larges que hauts, à tel point que même les Terminators qui escortent leurs seigneurs font figure de nains à côté d’eux. Les lambeaux de leur chair se tendent sur leur exosquelette de plastacier, tandis que des pistons s’activent sous leur peau cireuse. Ils s’abreuvent de prométhéum et se nourrissent de munitions, et on prétend qu’un Obliterator est capable de répliquer l’énergie qu’il consomme, quelle qu’en soit la nature. Ce sont des cyborgs abjects capables de transmuter leur sang en plasma incandescent, dont les organes internes génèrent de l’électricité et dont le cerveau se compose autant de dispositifs cognitifs de ciblage que de tissus vivants. Au combat, leurs muscles se séparent en affûts sanguinolents qui poussent de leurs torses et de leurs membres. Leurs fluides huileux bouillonnent et s’échappent en volutes de leurs évents tandis que leurs oculaires se verrouillent sur leur cible. Puis, dans un râle de satisfaction, ces armes ambulantes libèrent des salves qui annihilent les soldats comme les machines.

Les cadres d’Obliterators sont heureusement rares, mais ces monstres ont une affreuse tendance à apparaître où les combats battent leur plein, telle une tempête foudroyante qui dévaste leurs ennemis. Plusieurs théories ont été avancées par des agents de l’Imperium quant à la nature exacte de ces abominations. Certains membres de l’Inquisition pensent qu’ils résultent de recherches du Mechanicum Noir pour incarner l’Omnimessie, d’autres affirment que les Obliterators sont infectés par une sorte de technovirus démoniaque. Les détracteurs de cette dernière théorie estiment qu’un tel virus ne peut exister et que la simple possession démoniaque suffit à expliquer les pouvoirs des Obliterators. Seuls des érudits peuvent comprendre à quel point le terme de technovirus est impropre, car le Chaos peut corrompre la machine aussi facilement que la chair.

Les Obliterators sont très prisés par les champions du Chaos. Leur présence est le plus souvent signalée parmi les troupes des Techmanciens, en raison de leurs traits communs avec ces ingénieurs guerriers obnubilés par les machines, mais leur allégeance est irrévocablement acquise aux Dieux Sombres.

Le Technovirus Rampant

Une alliance conclue dans les tréfonds de l’Œil de la Terreur a vu un étrange fléau des machines sévir à travers les mondes de l’Imperium. Les Cultes de la Destruction - des bandes de guerre composée d’Obliterators, de Mutilators et de Techmanciens luttant pour les contrôler - ont toujours agi comme foyer contagieux du technovirus qui les infecte. Or, depuis que les Primarques Démons Perturabo et Mortarion ont combiné leur génie dans l’Œil de la Terreur, ce fléau a été employé à dessein. Au lieu de corrompre lentement et de façon organique l’âme de ceux qui vouent un intérêt obsessionnel pour leur équipement, ce virus se répand sous une forme immatérielle, souvent appelée "anticode".

L’anticode est l’équivalent pour les machines de la Langue Noire, qui semble ne véhiculer aucun sens au départ, mais qui est si pénible qu’elle engendre une douleur physique. Il possède un pouvoir anarchique capable de gripper un Esprit de la Machine et de pervertir un engin de guerre pour qu’il embrasse la cause du Chaos. D’aucuns disent que des chars et même des Chevaliers Impériaux, ont été contaminés par ce fléau rapace et duplicateur ; des fûts huileux et des forêts de câbles jaillissant alors de leurs coques d’adamantium tandis qu’ils tuaient et détruisaient sans discrimination.

Sources

Pensée du Jour : « Méprisez l’hérétique : sa voie le mènera à la damnation éternelle. »
  • Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8
  • Codex Space Marines du Chaos, V6