Noise Marine

De Omnis Bibliotheca
« La cacophonie démente du champ de bataille ! Modulez-la, savourez-la ! Jouez-là jusqu'à ce que vos sens vacillent et que votre esprit sombre dans une extase assourdissante ! »
Un Noise Marine.
Les origines des Noise Marines remontent à l’époque où Slaanesh susurra pour la première fois aux oreilles de Fulgrim et de ses Emperor's Children, juste avant le début de l’Hérésie d'Horus. Prétendant s’inspirer des cultes guerriers fondés par les tribus davinites, Horus introduisit Fulgrim et ses principaux lieutenants à ses bacchanales, lesquelles incluaient l’absorption de drogues exotiques et l’assouvissement de toutes sortes de plaisirs pervers.

Totalement conquis par ces célébrations extatiques, les officiers des Emperor’s Children transmirent ces pratiques à leurs guerriers, si bien que le culte de Slaanesh s’enracina profondément dans la Légion. Depuis, les Emperor’s Children assouvissent tous leurs fantasmes et se vautrent dans la débauche, repoussant toujours plus loin les limites tolérables par leur corps et par leur esprit.

Ainsi, parmi les nombreux dons que Slaanesh accorde à ses serviteurs, on peut citer l’audition décuplée des Noise Marines. Ils peuvent distinguer la plus petite variation de ton et de volume, et profiter pleinement des cacophonies les plus intenses. Les impulsions nerveuses déclenchées par ces dernières électrisent leur cerveau, ce qui induit chez eux des sensations si extrêmes que toutes les autres pâlissent en comparaison. Plus le bruit est fort et discordant, plus la réaction émotionnelle est violente. De fait, seul le fracas des combats et les cris des mourants peuvent réellement capter l’attention d’un Noise Marine. Sur le champ de bataille, le cerveau d’un Noise Marine cesse de fonctionner normalement et devient le réceptacle des sensations suscitées par cette musique de l’apocalypse. Les Noise Marines ne pensent plus qu’à une chose : percevoir les hurlements de douleur tandis qu’ils célèbrent la danse de la destruction.

Quelle que soit la faction à laquelle il appartient, un Noise Marine porte une armure aux couleurs vives, car ses sens sont tellement altérés qu’il ne peut percevoir que les tons et les lumières les plus extravagants. Bien que l’aboiement des Bolters soit une agréable symphonie pour les oreilles des Noise Marines, ceux-ci se spécialisent souvent dans le maniement d’armes soniques. La plus commune est l’Éclateur Sonique, auquel les champions préfèrent le destructeur sonique et la Sirène de Mort. Toutes produisent un vacarme psychosonique à très haute fréquence capable de désintégrer la cible.

Origines[modifier]

« Car nous sommes Ses enfants, et que tous ceux qui nous regardent le sachent et nous craignent pour cela. Nous ne pouvons le trahir que par l’imperfection et nous ne le trahirons pas ! »
- Fulgrim, s’adressant aux Emperor’s Children.

La naissance des Noise Marines remonte à l’aube de l’Hérésie d’Horus. Sur les vingt Légions Space Marine originales fondées par l’Empereur Lui-même, les Emperor’s Children étaient la IIIe Légion. Ils étaient la seule Légion autorisée à utiliser le nom de l’Empereur et à porter Son propre symbole - l’Aquila Palatin. Leur chef - le Primarque Fulgrim - recherchait la perfection dans toutes ses actions et les menait dans l’objectif de devenir l’incarnation vivante de tout ce que l’Adeptus Astartes devait être. Ils étaient nobles, féroces au combat, mais civilisés, et surtout fanatiquement loyaux envers l’Empereur.

Au plus fort de leur service envers l’Imperium naissant de l’Humanité, les Emperor’s Children ont porté la bannière de l’Empereur sur d’innombrables planètes. Grâce à leurs valeureuses actions durant cette Grande Croisade, les mondes asservis par les Xenos ou à la tyrannie furent ramenés sous la domination de l’Humanité une fois de plus. Sous l’œil méticuleux de Fulgrim, sa Légion chercha à honorer l’Empereur ; avec la perfection comme but ultime, ils appliquèrent à la lettre les doctrines sur le champ de bataille. La tactique et la stratégie étaient étudiées dans les moindres détails et les paroles et les décrets de l’Empereur étaient mémorisés et respectés en tous points. Leur vénération et leur adoration pour l’Empereur frisaient le fanatisme.

De ce sommet, ils sont tombés bien plus bas que leurs frères. Cela commença juste avant l’apparition de l’Hérésie d’Horus. Dans les Loges Guerrières des tribus Davin, le Maître de Guerre Horus présenta à Fulgrim et à ses lieutenants en chef toutes sortes de festins élaborés, y compris un certain nombre de narcotiques exotiques et d’autres divertissements agréables. En raison de son respect et de ses liens étroits avec Horus, Fulgrim permit au Maître de Guerre de l’influencer, affaiblissant suffisamment sa détermination pour que le Chaos l’attire. Dans cet assaut hédoniste se mêlait les murmures soyeux de Slaanesh - le Prince Noir de la Décadence.

Enthousiasmés par les célébrations, les officiers des Emperor’s Children rapportèrent ces pratiques avilissantes au reste de leur Légion. C’est ainsi qu’un culte de la perversion prit racine. Fulgrim et sa Légion suivirent bientôt un nouveau chemin. Fulgrim avait toujours cru que l’Humanité était capable de perfection - il voyait maintenant que l’Empereur y ferait barrage. Séduit par les paroles d’Horus, Fulgrim se tourna vers la promesse d’une nouvelle Humanité, libérée de l’oppression. Bientôt, Fulgrim et sa Légion montrèrent à Slaanesh la même dévotion qu’ils avaient auparavant envers l’Empereur. Mais contrairement à leur service précédent, cette fois les Emperor’s Children furent récompensés…

« Entends-tu le doux prélude de notre Seigneur ? Entends-tu comment ses cadences purifient l’âme, écorchant la peau des os pour mettre à nu le sombre sein qui se trouve en dessous ? Sentez-vous chaque motif toucher le cœur, rompre les veines, éclater en un crescendo de ravissement parfait ? Alors réjouissez-vous ! Vous êtes vraiment béni ! »
- Geon des Emperor’s Children.
Les cadeaux de Slaanesh étaient de magnifiques visions du paradis, une galaxie de liberté ultime. Les Emperor’s Children étaient exhortés à savourer chaque sensation et ainsi, dans leur quête de la perfection, ils devinrent les hédonistes ultimes - leurs énergies consacrées à repousser les limites de leur esprit aussi loin qu’ils le pouvaient, affûtant leur corps jusqu’à la limite de l’endurance bienheureuse.

Dédiés à Slaanesh et à la recherche de tous les excès que leur corps pouvait subir, ces Space Marines trouvèrent vite leurs sens amplifiés. La plupart sont devenus des Noise Marines, des créatures corrompues accro aux sensations extrêmes.[1]

Les Dons de Slaanesh[modifier]

« Déchaînez le chant de la haine, déchargez les hurlements du plaisir. Laissez la cacophonie se déchaîner jusqu’à ce que l’air même soit violet. Que le requiem de la douleur commence ! »
- Pharok, Champion Noise Marine.

Le Prince du Plaisir, Slaanesh, fut ravi par ses nouveaux disciples et leur offrit des cadeaux qui leur permettraient de mieux s’imprégner des nouvelles sensations étranges dont ils avaient besoin. Comme tous les dons des Dieux Sombres ceux-ci prenaient la forme de mutations apparemment aléatoires - chair étriquée, griffes étranges ou yeux supplémentaires. Cependant, il y a un cadeau que tous les Noise Marines partagent - des capacités auditives améliorées. Il est théorisé que leur extraordinaire sens de l’audition a été amplifié jusqu’à mille fois celui d’un humain naturel non modifié, et que leur acuité auditive peut distinguer la hauteur la plus subtile en ton et en volume. Cette sombre bénédiction a également déformé la façon dont le cerveau des Noise Marines interprète les sons, leur faisant subir des sentiments d’euphorie et d’émotion intenses qui augmentaient en proportion du volume et des fréquences des sons qu’ils éprouvaient. Les Noise Marines savourent ces sensations et deviennent rapidement dépendants à des crépitations de plus en plus forts et discordants. Une telle entrée sensorielle éraillée électrise le cerveau du Noise Marine, provoquant une stimulation émotionnelle extrême qui rend toutes les autres sensations dérisoires en comparaison. Plus la réaction émotionnelle provoquée est extrême, mieux c’est - une escalade qui ne les laisse satisfaits que par le vacarme de la bataille et les cris des mourants.

Les Noise Marines abattent leurs ennemis avec une cacophonie implacable produite par leurs instruments mortels. Bien que l’aboiement staccato du Bolter et le souffle des Bolts qui explosent soient de la musique aux oreilles d’un Noise Marine, beaucoup d’entre eux se spécialisent dans l’utilisation d’armes sonores étranges. Ces instruments de mort infernaux produisent des attaques explosives psycho-sonores et pyrotechniques d’un bruit assourdissant qui secouent et déchirent leurs ennemis. Le vacarme effroyable est la seule chose capable de stimuler leurs sens blasés. Les Éclateurs Soniques hurlent des faisceaux de son magenta très concentrés dont la hauteur varie énormément, un moment une lamentation, la suivante un cri perçant d’harmoniques extatiques qui pénètrent la chair vivante et la déchirent. Les Blastmasters font rugir des notes de basse tremblantes qui s’intensifient jusqu’à ce que leur convergence atteigne leur cible. La puissance du Blastmaster est alors déchargée comme un coup de tonnerre, atteignant la fréquence de résonance de la cible, provoquant l’éclatement des organes et la rupture des os ou leur transformation en poudre. L’accompagnement vocal de cet assaut auditif mortel est assuré par les sérénades tortueuses des sirènes du destin. Ces arrangements anarchiques de tuyaux, de tubes et d’amplificateurs augmentent les cris de guerre exaltés d’un Noise Marine dont les attaques sonores dévastatrices sont capables de briser des objets solides.

Sur le champ de bataille, le cerveau d’un Noise Marine cesse de fonctionner normalement, mais devient plutôt un réceptacle pour les sensations massives enflammées par la musique de l’apocalypse. Dans un bonheur immense, les Noise Marines ne font qu’augmenter l’effusion de leur puissance de feu, laissant les ondes sonores de la destruction qu’ils provoquent les submerger. Cruels et impitoyables à l’extrême, les Noise Marines ne peuvent nier longtemps leur soif de la clameur frénétique de la bataille. Ils ne se soucient pas de savoir qui va mourir ou de l’horreur du massacre ; leur seul intérêt est de se livrer à leurs propres quêtes de plaisir.[2]

Disciples du Prince des Plaisirs[modifier]

« Prenez garde à ce que vos protestations ne deviennent fatigantes. Je ne demande presque rien. On pourrait croire que j’ai exigé vos sacrifices et celui de vos fils ! De par l’immense bonté et magnanimité de Slaanesh, je n’ai demandé que vos filles. Vous ne voudriez sans doute pas me refuser ce modeste divertissement, n’est-ce-pas ? »
- Tyrell, Seigneur Renégat d’Arden IX.
La preuve de l’origine diabolique du Rock ’n’ Roll !
Après la chute d’Horus et l’ère qui s’ensuivit, connue sous le nom la Purge, la dissolution des Emperor’s Children était inévitable. La forte volonté d’Horus ne liait plus les différentes Légions Renégates et elles tombèrent rapidement dans l’anarchie. Les Emperor’s Children furent dispersés, leurs flottes émiettées et poursuivies par les forces vengeresses de l’Imperium. Les vaisseaux impériaux qui chassaient des éléments guerriers de Fulgrim suivirent une piste de dévastation, trouvant des mondes où les cadavres étaient entassés à perte de vue, et où les survivants suppliaient qu’on les tuent dans l’espoir d’échapper à leurs souvenirs cauchemardesques. Plus inquiétant encore, des milliers de citoyens et de soldats impériaux avaient tout simplement disparu, et on ne les a jamais revus.

Finalement, après de nombreuses atrocités, les Emperor’s Children atteignirent l’Œil de la Terreur où ils se cachèrent pour échapper aux représailles, aux côtés de tant de leurs compagnons de route. Ils épuisèrent rapidement leurs réserves d’esclaves et de jouets, et ne tardèrent pas à s’attaquer à toutes les victimes disponibles, pour finalement se retourner contre les leurs et les autres Légions. Les guerres qui s’ensuivirent furent terribles et sanglantes, avec pour résultat inévitable l’anéantissement de la Légion des Emperor’s Children. Alors que d’autres Légions conservaient un semblant de la structure de commandement qu’elles possédaient autrefois, la Légion des Emperor’s Children se scinda en plusieurs bandes de guerre et cultes concurrents.

Quant au sort de Fulgrim lui-même, personne n’était sûr à l’époque - car il avait disparu. Certains disent qu’il fut tué, tandis que d’autres insistent sur le fait qu’il avait été récompensé pour son dévouement au plaisir, et que Slaanesh l’a élevé pour devenir un Prince Démon, Seigneur d’un Monde Démon. Beaucoup - à l’intérieur et à l’extérieur de l’Œil de la Terreur - ont cherché la planète paradisiaque de Fulgrim, l’hédonisme ultime.

Les restes brisés des Emperor’s Children, maintenant sans chef, continuèrent à poursuivre leur quête au plaisir ultime. Ils ne trouvèrent du réconfort pour la perte de leur Légion autrefois si fière que dans l’horreur de la guerre. Comme l’arsenal sonore des Noise Marines était mortel à l’extrême, et que leur appétit de combat n’était jamais rassasié longtemps, ils étaient accueillis par toute bande de guerre du Chaos se dirigeant vers l’action. D’autres renégats Space Marines dévoués à Slaanesh commencèrent à se joindre à ces infâmes croisades - car le chant de séduction chuchoté du Prince Noir s’avéra trop fort pour que beaucoup puissent y résister. Les plus corrompus de leur espèce devinrent bientôt à leur tour des Noise Marines. Ils furent rejoints par des milliards de cultistes humains, des laquais de la sensation qui affluèrent sur les bannières obscènes des Space Marines du Chaos qui vénéraient Slaanesh. Ils se sont ralliés à la promesse d’orgies de destruction et de chaos. Il était probables qu’ils finirent eux-même victimes - car la loyauté des Noise Marines était une chose inconstante. En de rares occasions, une armée entière d’Emperor’s Children pouvait se rendre sur le terrain, mais le plus souvent, leurs manières égoïstes, leur éternelle quête de la violence et l’abandon au sadisme les conduisaient rapidement à se diviser à nouveau en factions distinctes.

Quelle que soit leur origine, les Noise Marines portent des armures peintes de couleurs vives, souvent avec des motifs éblouissants ou contrastants. Leurs sens sont si déformés que seuls les tons les plus extravagants et les motifs les plus flamboyants s’inscrivent dans leur esprit pervers. Les Space Marines du Chaos des Emperor’s Children sont connus pour leurs modifications chirurgicales et leurs mutations bizarres qui, selon eux, les rendent plus "parfaits" aux yeux de leur mécène dégénéré.[3]

Assaut Sonique[modifier]

Ha HA HA !!! HI HI HI !!! HO HO HO !!!
Les Noise Marines sont surtout connus dans la bataille pour la quantité mortelle de puissance de feu qu’ils peuvent déployer. S’ils sont armés de Bolters, ils chercheront à avancer à bonne portée avant de tirer une gerbe d’obus explosifs, se délectant de chaque cri de douleur émis par leurs victimes. Les Noise Marines préfèrent faire leurs dégâts de près et personnellement - car cela leur assure non seulement une chance optimale de dévastation, mais leur permet aussi de mieux récolter les sons glorieux de leur labeur. Le déchirement exquis de la chair mélangée au rythme des répliques de leurs Bolters qui grondent et craquent est une symphonie dont les Noise Marines ne se lassent jamais. Toujours attentifs aux détails de leur œuvre sanglante, les Noise Marines sont connus pour utiliser des Bolts modifiées - dont certaines crient, braillent ou hurlent en fonçant vers leur victime, laissant derrière elles une traînée de traceur violet et criard. Les escouades qui tirent à l’unisson s’efforcent d’ajuster la séquence des types de Bolts afin d’obtenir un raffinement de leur chœur à Bolts, une particularité que personne n’apprécie, à l’exception de leur propre fraternité dégénérée.

Si les Noise Marines renoncent aux Bolts pour utiliser l’armement plus spécialisé à base de sons des Éclateurs Soniques, ils augmentent leur capacité anti-infanterie. En plantant ses pieds bien droit et en maintenant une position solide, un Noise Marine peut envoyer vers l’ennemi un long cri discordant d’harmoniques paralysantes. En mouvement, en tirant de la hanche, il est encore possible d’envoyer des ondes composées de courts riffs, bien que cela réduise la quantité de sons qu’ils sont capables de générer. Cet assaut sonore est idéal pour faucher les hordes d’infanterie qui arrivent, ou peut être utilisé pour faire exploser les ennemis dans une couverture dense, car les ondes sonores se réverbèrent autour de tous les obstacles, pénétrant leur cible quelle que soit l’épaisseur derrière laquelle elles sont cachées, dans les sous-bois ou abritées dans des tranchées.

Armement Sonique
EclateurEmperor'sChildren.jpg
Les armes des Noise Marines sont surréalistes, si singulières qu’elles peuvent traverser les obstacles solides sans perte d’efficacité. Elles ne sont pas actionnées en pressant une détente mais en jouant de ces instruments infernaux. Leurs décharges résonnent psychiquement en couvrant un large spectre sonore. En se campant sur ses appuis, un Noise Marine peut produire une fréquence plus grave et soutenue, voire un hurlement discordant capable de faire voler sa cible en éclats. Par ailleurs, lorsque le porteur est submergé par le besoin de goûter au résultat macabre de ses barrages soniques, il peut libérer une gamme de notes paralysantes tandis qu’il se rue jusqu’à ses victimes. Ces salves de bruits meurtriers heurtent l’ennemi avec une puissance croissante et sont capables de faire éclater les yeux et les organes internes, quelles que soient les protections de la cible.
La plus mortelle des bandes de guerre des Noise Marines comprend des guerriers qui portent de puissants Blastmasters, la plus grande et la plus encombrante des armes à base de son que l’on voit habituellement chez les Space Marines du Chaos qui vénèrent Slaanesh. En réglant la fréquence de son attaque sonore, le manieur du Blastmaster peut utiliser un crescendo explosif pour faire éclater les globes oculaires et détruire l’infanterie ennemie, ou concentrer sa fréquence pour projeter un cône percutant capable d’éliminer les véhicules lourds ou de déchiqueter l’Armure d’un Space Marine.
Le cœur des mortels abrite le plus sombre des désirs.
Les Noise Marines avancent souvent vers leur ennemi tout en envoyant un mur de son devant eux. Si cela leur permet de mieux savourer l’impact de leurs tirs, cela les rend également enclins à contre-attaquer. Pour les adeptes de Slaanesh, cette perspective n’est pas sans avantage. Leurs sens aiguisés et leur temps de réaction permettent aux Noise Marines de terrasser tous leurs ennemis, sauf les plus agiles, avant même qu’ils n’aient la chance de porter leurs propres coups. De plus, les Noise Marines ne se contentent pas d’infliger des douleurs, mais ils les ressentent aussi avec plaisir.

C’est une pure joie de sentir le Kikoup' d’un Ork se fendre dans la chair de votre corps, et les ondulations de l’agonie qui accompagnent les griffes tranchantes d’un Hormagaunt sont un délice digne d’un frisson à savourer en soi. Certains des guerriers Slaaneshii optent pour des armes de combat rapproché exclusivement, appréciant le bourdonnement des Lames Tronçonneuses et ses cris stridents lorsqu’elle râpe sur l’os ou l’armure.

L’une de ces formations était celle dirigée par le célèbre champion Noise Marine, Volupus. Fils de Chemos, Volupus partit former sa propre Bande de guerre : les Flickering Blades. Ces guerriers se lançaient au combat en brandissant des épées légères qui chantaient un hymne de mort à chaque swing. De leurs armures corrompues sortaient de nombreuses langues corrompues, chacune se léchant les lèvres dans l’attente obscène des éclaboussures de sang du combat rapproché.

C’est à bout portant qu’un Champion Noise Marine peut déclencher son arme la plus redoutable. La sirène du destin peut émettre un son si horrible qu’il peut liquéfier les entrailles de l’adversaire et faire fondre son cerveau. Le cri de guerre du champion à Slaanesh est amplifié en une onde sonore qui peut faire exploser un chemin de mort sonore - son cri jaillissant de grandes grilles d’aération et de haut-parleurs vox, incrustés ou développés chirurgicalement dans la peau du champion.[4]

Icônes de l'Excès[modifier]

Les Noise Marines, égoïstes, se lancent dans la bataille en portant des couleurs criardes ; celles-ci, et leurs armes exotiques, font beaucoup pour les rendre inimitables sur le champ de bataille - c’est important, car seules les apparences les plus extrêmes s’inscrivent vraiment dans leur esprit accro aux sensations. Pourtant, de nombreuses escouades font un pas de plus et hissent bien haut un symbole de Slaanesh qui attire l’attention pour courtiser le regard de leur maître. Ces icônes du Chaos sont des symboles obscènes et abjects qui identifient l’unité ou le groupe de guerre sur le champ de bataille. Leur nature effrontée est, en soi, un choc pour les forces de l’Imperium - un rappel que leurs ennemis les plus détestés marchent en toute liberté. Ces symboles de perversion agissent comme des aimants, attirant tous ceux qui succomberaient aux Dieux Sombres. Certains Noise Marines - tels que les Pleasure Seekers - portent plus d’une icône, tandis que d’autres, comme les Twisted, portent des symboles tellement ancrés dans la légende que les Noise Marines qui se battent en dessous d’eux endureront presque toutes les douleurs ou blessures qui leur seront infligées, car leur poussée d’adrénaline sera si extrême qu’ils ne remarqueront pas avant des heures que leur vie a été presque entièrement absorbé.[5]

La Quête Éternelle[modifier]

Les Noise Marines ne craignent pas la mort, la considérant plutôt comme une glorieuse douleur - cependant, malgré la nouveauté et le plaisir présumé de la mort, les Noise Marines ne sont pas pressés de vivre cette expérience unique. Au contraire, ils préfèrent continuellement affiner et goûter les myriades de délices que l’on savoure au service du Chaos. Ils acceptent volontiers les bienfaits de Slaanesh et traitent avec empressement avec tout Démon ou Seigneur du Chaos capable de leur offrir de nouvelles et délicieuses opportunités d’excès. Beaucoup regardent même avec une envie non dissimulée les Princes Démons immortels qui servent Slaanesh, car ils ont reçu une liberté illimitée et une chance de rechercher des plaisirs sans fin. Pour gagner de telles gloires à leur profit, les Noise Marines feront n’importe quoi. C’est dans ce but qu’ils pratiquent continuellement leurs arts grandiloquents, car ce n’est que lorsque leurs chœurs de la mort atteindront la perfection que leur divin Prince Noir s’en apercevra.[6]

Embuscade à Blackpass[7]

Le char de combat Leman Russ gronda le long du col, ses chenilles grinçant en signe de protestation alors que le véhicule roulait à toute vitesse sur le terrain rocheux. Les flancs abrupts de la gorge s’élevaient de façon menaçante de chaque côté, les parois volcaniques noires laissant le col dans une ombre permanente. Derrière le char de combat se trouvait une courte colonne de Chimères impériales, les multi-lasers des transporteurs de troupes blindés pivotant pour couvrir les côtés du col en cas d’attaque ennemie.

À l’intérieur du Leman Russ, le Chef de Char Rosman regardait fixement, à travers le véhicule, la région sauvage parsemée de rochers qui se trouvait devant lui. Son esprit n’était que partiellement occupé par des pensées sur l’attaque de la force du Chaos sur le fort. Les avant-postes isolés étaient nombreux et les forts avaient été construits par les pionniers de la planète pour protéger une série de mines de l’attention de la faune prédatrice locale et des tribus belligérantes.

Mais pourquoi l’endroit devrait-il intéresser une Légion de Traîtres comme les Night Lords ? Était-ce juste un autre exemple de la destruction aveugle et du ravage gratuit qui caractérisait tant les Space Marines du Chaos ? Ou bien les frères corrompus de l’Adeptus Astartes avaient-ils un but encore plus sinistre que celui de passer un autre monde sans défense au fil de l’épée pour leurs dieux immondes ?

Dès que le quartier général de la Garde Impériale sur le Purgatoire eut reçu le rapport de l’attaque imminente sur le fort et la demande de renforts, le Colonel Drax avait immédiatement dépêché l’unité de chars sous le commandement de Rosman. Rosman avait mené de nombreux assauts contre les ennemis de l’Imperium à travers les systèmes stellaires du Segmentum Ultima, allant de la rupture d’un siège établi par des Orks en maraude à la relève d’une force de défense planétaire d’une attaque Aeldari.

Mais les Space Marines du Chaos, c’était autre chose. À juste titre, ils terrifiaient les soldats de la Garde Impériale. Ces guerriers damnés avaient défié l’Empereur pendant des siècles, gagnant une expérience inestimable dans la guerre à travers un millier d’affrontements, et on chuchota qu’ils marchaient dans la bataille aux côtés de créatures grotesques avec de la chair de métal vivante et du sang de feu liquide.

« À quelle distance maintenant ? » demanda-t-il, essayant de se sortir de la tête de telles horreurs.

« Six kilomètres, monsieur, » répondit le Garde, en vérifiant les instruments devant lui.

« Temps estimé avant l’arrivée ? »

« Onze minutes, monsieur. »

Un profond grondement secoua soudain le char de combat alors qu’une arme était tirée dans le col. En regardant à travers le viseur, Rosman vit une section de la paroi du ravin à droite entrer en éruption. Une grande partie de cette partie de la gorge commença céder, des morceaux de roche aussi gros que le Leman Russ tombant dans le col, bloquant partiellement leur route.

Une deuxième explosion, comme un accélérateur de propulsion, fit basculer le réservoir. Sur la liaison radio, Rosman entendit un cri d’angoisse d’un des autres véhicules. Le Chef de Char balaya les côtés du passage à travers le viseur du char mais ne vit rien. Simultanément, la falaise derrière le char s’effondra, séparant le Leman Russ du reste du cortège.

« Qu’est-ce qui se passe ? » cria-t-il à son équipe.

« Le multi-laser du Chimère 2 a été touché, monsieur, » rapporta un artilleur de son poste.

« Par quoi ? » exigeait le Commandant agité.

« Je… je ne saurait dire, monsieur. On dirait que c’était une sorte d’arme lourde. »

« Tout l’équipage est en attente ! » Rosman ordonna. « Si vous voyez quelque chose, tirez à volonté ! »

L’arrière de la deuxième Chimère s’ouvrit et le véhicule blindé dégorgea sa cargaison de soldats Cadiens au milieu d’un nuage de fumée huileuse.

Le tir qui avait importuné le multi-laser du véhicule de transport de troupes avait provoqué un retour de flamme qui déclencha une explosion secondaire à l’intérieur du véhicule. Débarrassés de la fumée étouffante, les Gardes se sont immédiatement mis en position au milieu des décombres du col.

Le soldat Lyle s’élança sur le sol graveleux de la gorge, gardant son corps vers le bas pendant qu’il courait, et rejoignit deux de ses camarades derrière le grand rocher qu’ils utilisaient comme couverture pendant qu’ils essayaient de déterminer la position exacte de leurs assaillants.

Et puis ils les ont vus : des Space Marines en Armure Énergétiques brillamment peinte se tenant sur le rebord de la gorge, les couleurs frappaient par les contrastes et les motifs bizarres barbouillés sur leur plaque de combat les rendant trop évidents à l’horizon gris. Là où l’armure des fidèles Space Marines de l’Empereur était d’une teinte pure et uniforme, les plaques de céramite et de plastacier des Noise Marines, déformées par le Chaos, étaient recouvertes d’un spectre de couleurs déplorables. Les taches et les rayures déchiquetées s’entrechoquaient avec des stries fluorescentes et des tourbillons de couleurs vives. Ces contrastes pervers étaient suffisant pour rompre l’esprit d’un homme sain.

Il n’a fallu qu’une seconde à Lyle pour enregistrer tout cela, soit le temps qu’il a fallu aux Noise Marines pour choisir leurs cibles.

Les oreilles du Garde furent soudain assaillies par un gémissement cacophonique qui montait et descendait en alternance avec une brutalité déconcertante. Des harmoniques se formèrent dans le cri métallique et le solda fit une grimace de douleur lorsque le bruit augmenta en volume. Le sol vibrait maintenant en résonance avec le rugissement sonore.

Dans des averses d’étincelles cramoisies ou des explosions de morceaux de métal chauffés à blanc, les systèmes d’armes de plusieurs autres transporteurs de troupes furent détruits sous le barrage des Noise Marines. Lyle regarda une escouade de Troupes d’Assaut précédemment pressée contre le flanc de la première Chimère touchée, sortir pour engager l’ennemi sur la crête au-dessus. Aussitôt, les hurlements stridents des armes soniques des Noise Marines les abattirent. Des vagues de sons tortueux brisèrent les organes, les os et les corps des Gardes.

Une note basse profonde et retentissante assaillait les oreilles de Lyle et il était sûr que le bruit le rendrait sourd. De là où il se tenait, les mains appuyées sur ses oreilles pour essayer de bloquer les hurlements banshee des embusqués, le Cadien vit que plusieurs de ses camarades avaient sorti un Autocanon d’une Chimère immobile.

Avant même qu’ils aient pu utiliser l’Autocanon, les Noise Marines leur tiraient à nouveau dessus. Lyle regardait avec horreur, incapable de s’arracher les yeux, l’Autocanon se déformer et exploser. Des débris brûlants et de la chair carbonisée pleuvaient sur le sol du col.

Le Gardes Impériaux cherchaient désespérément le char de combat Leman Russ qui avait mené la colonne de renforts - mais il était lui aussi pris au piège et attaqué par d’autres guerriers brillamment peints et portant des armes lourdes et à canon long.

Et puis il criait lui-même, les dents serrées, en essayant de noyer le son qui battait dans son crâne. D’un coup de tonnerre, l’énorme rocher derrière lequel il s’abritait se brisa. Lacéré par des éclats de pierre déchiquetés, Lyle trébucha à reculons, n’ayant plus de place pour se cacher des Armes Soniques des Noise Marines.

Les fréquences agonisantes des Éclateurs Soniques envoyaient des signaux contradictoires qui se répercutaient sur son système nerveux, plongeant le Garde dans une crise de spasmes. Lyle sentit un œil, puis l’autre éclater à l’intérieur de sa tête avant qu’on ne lui accorde une libération clémente alors que son corps explosait dans une gerbe rouge qui inondait les rochers environnants d’une éclaboussure humide.

À l’intérieur du char de combat, le Commandant Rosman entendait les notes basses palpitantes s’intensifier. Il perçu la scène du carnage à travers les écrans du char, alors que son équipage tentait en vain de repousser les assaillants. Les Noise Marines se promenaient parmi les débris enflammés et les restes éclaboussés des cadavres des Cadiens. Aucun des soldats ne donnait de signe de vie. Plusieurs figures, leurs armures aux motifs orange et violets, s’approchaient du char sur les décombres du glissement de terrain, d’énormes armes à la main.

Il eut une explosion soudaine, et le char échoué fut secoué par une onde de choc d’une force incroyable, projetant les hommes coincés à l’intérieur autour de la cabine. Sur une longue distance, les Armes Soniques des Noise Marines auraient eu peu d’effet contre une coque en plastacier, mais à courte distance, l’impact fut ressenti comme le coup d’un obus antichar. Les engrenages s’affaissèrent douloureusement lorsque le canonnier tenta de faire tourner la tourelle, ce qui laissa croire que quelque chose d’essentiel se déformerait s’il continuait à le faire.

« Rapport d’avarie ! » cria Rosman sur le crescendo discordant de l’assaut des Noise Marines et sur le feu nourri des Bolts.

« Canon Laser hors service », cria un membre d’équipage, le sang coulant de ses oreilles. « Et la tourelle est bloquée ! Nous ne pouvons tirer que vers l’avant ! »

« Et ces malédictions sont derrière nous et sur les côtés, » siffla Rosman dans un souffle.

Hurlant d’extase, leurs cris d’abandon sauvage résonnaient à travers des rangées de tubes étranges attachés à leurs casques, les Noise Marines bombardèrent le char de combat avec une autre série d’impulsions sonores à ravager les oreilles. Des rivets se détachèrent et ricochèrent à l’intérieur du véhicule blindé, infligeant d’autres blessures à ses occupants. Détachés du Leman Russ, et des morceaux de rails s’envolèrent dans les airs.

Un Bolt explosa avant les ondes de choc, ses projections détonant à l’intérieur de la chambre au moment où l’arbre de transmission du véhicule se brisait. Alors que la grande tige d’adamantium traversait les systèmes moteurs et les mécanismes d’entraînement, le char fut complètement renversé, s’écrasant au sol sur sa tourelle.

Un grand cri de plaisir pervers s’éleva de l’escouade des Noise Marines qui entourait le char renversé. Sous une attaque aussi directe, et avec des rafales successives des puissantes armes des Noise Marines, la coque du Leman Russ s’affaiblit. Les tirs soutenus firent voler les écoutilles et les douilles des canons jusqu’à ce que les énormes contraintes soient trop importantes pour le robuste châssis du char de combat.

Le métal s’est déformé, le blindage s’est fracturé et la coque du char fut percée par l’assaut sonique. Quelques Gardes, le sang jaillissant des oreilles, du nez et des yeux, sortirent de l’épave en titubant avant de tomber au sol, leur cerveau se transformant en gelée sous les vibrations tonales constantes.

Les Noise Marines de Slaanesh célébrèrent leur exploit dans une dernière puissante cadence de leurs Armes Soniques, leurs cris d’exultation se mêlant au rugissement discordant dans une seule cacophonie de sonorités destructrices. Le Seigneur du Plaisir les avait en effet récompensés par un spectacle de destruction totale.

Aucun renfort n’atteindrait le fort. Les humains qui s’y terreraient devront combattre les hordes du Chaos sans aide, ou subir la damnation éternelle.

Sources[modifier]

  • Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8
  • Codex Space Marines du Chaos, V6
  • Index Chaotica, 2013
  1. Index Chaotica, Noise Marines - Origins (traduit de l’anglais par Guilhem)
  2. Index Chaotica, Noise Marines - The Gifts of Slaanesh (traduit de l’anglais par Guilhem)
  3. Index Chaotica, Noise Marines - Followers of the Prince of Pleasure (traduit de l’anglais par Guilhem)
  4. Index Chaotica, Noise Marines - Sonic Assaut (traduit de l’anglais par Guilhem)
  5. Index Chaotica, Noise Marines - Icons of Excess (traduit de l’anglais par Guilhem)
  6. Index Chaotica, Noise Marines - The Quest Eternal (traduit de l’anglais par Guilhem)
  7. Index Chaotica, Noise Marines - Ambush in Blackpass (traduit de l’anglais par Guilhem)