Sombreroche

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Noctilithe)

Le minerai connu des Impériaux sous le nom de Noctilithe, ou plus communément Sombreroche, est mal compris des cryptogéologues les plus érudits comme des pétrarcanites les plus radicaux. Ses propriétés souvent contradictoires, fascinent les savants de l’Adeptus Mechanicus, qui sont prêts à tout pour obtenir cette substance. On sait qu’elle affecte les manifestations empyréennes, le cours des tempêtes Warp et même les champs éthériques qui émanent des êtres dénués de mutations psychiques.

La caractéristique la plus curieuse de la sombreroche est simplement sa présence sur certains mondes. Les gisements les plus importants découverts par l’Humanité étaient étrangement homogènes et polyédriques, formant des strates ordonnées. De tels sites sont souvent le site de batailles sanglantes lorsque les Nécrons cherchent à s’en emparer.

La Maîtrise de la Sombreroche entre l'Adeptus Mechanicus et les Nécrons[modifier]

À travers la galaxie, un nouveau conflit s’apprête à éclater entre humains et Xenos, ou plutôt entre des factions qui appartenaient jadis à ces deux catégories, mais qui sont depuis devenues des entités bien plus étranges et plus dangereuses que des êtres de chair et de sang.

Les domaines de l’Adeptus Mechanicus sont d’une importance capitale pour le futur de l’Humanité. Le clergé des forges du Culte Mechanicus entretient et sanctifie toutes les armes et les machines de guerre utilisées par les armées de l’Imperium. Privé de ses vastes connaissances et de sa puissance de feu dévastatrice, le colossal édifice de l’Imperium s’effondrerait comme un château de cartes sous la pression de ses innombrables ennemis.

Pourtant, l’Adeptus Mechanicus se tient à l’écart des masses grouillantes de l’Humanité, sur des planètes souveraines appelées Mondes-Forges. Ces planètes autonomes, littéralement couvertes de rocbéton et de métal, bourdonnent d’une activité industrielle incessante sous un ciel lourd de pollution. Elles forment un empire dans l’empire, un réseau tentaculaire d’adamantium, s’appuyant sur des secrets étranges et un dogme inflexible. Les seigneurs cyborgs du Mechanicus ne partagent pas leurs connaissances avec les humains non altérés, qu’ils considèrent comme des êtres inférieurs soumis à la tyrannie de la chair et des émotions, et conservent la moindre source de données comme un avare son or.

De la même façon, l’Adeptus Mechanicus défend farouchement les mondes qui constituent son empire. Durant la Fondation, quand les conquérants et les seigneurs de l’Imperium cherchaient les planètes habitables les plus grandes et les plus importantes stratégiquement, les Technoprêtres du Dieu-Machine se concentraient sur celles qui abritaient les sous-sols les plus riches, qu’il s’agisse de minerai, de métaux, d’énergie géothermique ou de ressources plus rares et plus exotiques encore. Mais ils n’étaient pas les premiers à percevoir le potentiel de ces planètes.

Un des matériaux étranges que l’Adeptus Mechanicus essaya d’exploiter était une substance dénommée noctilithe, plus connue sous le nom de sombreroche en Bas Gothique. L’intérêt de ce matériau fut largement ignoré tout au long de l’histoire impériale, de sorte que c’est seulement à la fin du 41e Millénaire que sa véritable valeur se révéla. Si les Technoprêtes de Mars en avaient compris l’importance plus tôt, ils auraient peut-être pu éviter l’ouverture de la Grande Faille et le cortège d’horreurs qui s’abattirent sur la galaxie.

La sombreroche est extraite d’un minerai foncé et lisse semblable à l’obsidienne ou à l’onyx. Soumise à un examen par omnispex ou ondes prognost, elle présente plusieurs curiosités qui ont dérouté tous les cryptogéologues et terrasticiens qui l’ont étudiée. Cette substance se trouve seulement sur certaines planètes riches en minerai de la galaxie, bien que l’on ait identifié une corrélation entre les mondes conquis par le Mechanicum - l’organisation qui a précédé l’Adeptus Mechanicus - et les "Mondes-Filons" où la présence de ce minerai a été décelée. Certains de ces mondes semblent avoir été colonisés dans le seul but d’extraire cette substance, à moins que de vastes monolithes de sombreroche aient été installés sur leur surface par une civilisation inconnue dans des temps reculés.

Cadia était sans doute la plus connue des planètes abritant d’importantes quantités de sombreroche. Avant sa chute, les terres incultes de ce Monde-Forteresse étaient parsemées de centaines de "pylônes" dont la partie inférieure était ensevelie tandis que la partie supérieure jaillissait en direction des cieux. Les Pylônes Cadiens étaient percés d’étranges trous circulaires et d’autres ouvertures conduisant aux complexes réseaux de tunnels situés à l’intérieur. Le vent omniprésent sur la lande désolée produisait en les traversant d’étranges sifflements, dont les harmoniques portaient rapidement sur les nerfs. Toutes les tentatives d’exploration et de cartographie de ces tunnels se soldèrent par un échec, les Serviteurs miniatures envoyés pour sonder les lieux souffrant d’avaries et de désorientation, quand ils ne disparaissaient pas totalement.

Alors même que les forces du Chaos s’apprêtaient à lancer leur plus grande offensive contre la Porte Cadienne, l’Archimagos Belisarius Cawl théorisa un lien entre la présence de ces structures et les cibles des Croisades Noires, les assauts qu’avait lancés le maléfique Abaddon contre l’Imperium lors des dix derniers millénaires. Selon lui, une fois traitée et taillée correctement, la sombreroche avait la propriété de renforcer l’univers matériel contre l’influence du Chaos. Les structures de sombreroche pouvaient en effet retenir l’énergie éthérique qui était libérée chaque fois qu’un Psyker clandestin se trouvait possédé par un Démon, ou se déversaient du firmament lors des tempêtes Warp cataclysmiques qui pouvaient dévaster des systèmes entiers.

Le saut logique de Cawl fut un tournant pour les plans des Technoprêtres de Mars. Cette découverte était capitale car les structures de sombreroche pouvaient contrer les manifestations empyréennes avant qu’elles surviennent, ou en d’autres termes arrêter les hordes démoniaques qui cherchaient à ouvrir une brèche dans le tissu de la réalité. Depuis ce jour, l’Archimagos dépêche ses agents à travers la galaxie pour récupérer autant de structures en noctilithe que possible, avec un zèle qui confine à l’obsession. Le premier de ces envoyés était le Magos Dominus Dentrex Ologostion, qui reçut l’ordre d’obtenir ces matériaux par tous les moyens, ou à tout le moins de les protéger jusqu’à ce que le Clergé de Mars soit en mesure de les récolter selon les méthodes appropriées.

Cependant, une autre force dans la galaxie cherche à exploiter cette mystérieuse ressource naturelle en travaillant la pierre afin d’en amplifier l’aura pour en faire un puissant bouclier contre les déprédations du Chaos. Les Mondes-Nécropoles des Nécrons, jadis en sommeil, s’éveillèrent graduellement tout au long du 41e Millénaire pour être désormais peuplés de milliards de guerriers immortels tirés de leur stase par les machines Canopteks qui veillèrent sur eux si pendant des éons.

Les Nécrons se lancent ainsi dans des conquêtes sans merci et terriblement efficaces. Dans chaque Segmentum, ils éliminent toute vie de leurs domaines avec la même absence d’émotion qu’un Serviteur extermine la vermine d’un spatioport. Leurs attaques sont des frappes soigneusement planifiées contre les fondations de l’empire galactique de l’Adeptus Mechanicus. À la pointe de cette nouvelle guerre se trouvent les Crypteks. Ces génies de la technomancie commandent des phalanges de guerriers de métal et de Canopteks insectoïdes contre les serviteurs du Dieu-Machine sur une centaine de mondes riches en minerai. Peu après que le Magos Ologostion se fut rendu sur le monde d’Amontep II, le Technomandrite Agdahax de la Dynastie Sautekh intervint pour l’arrêter. Selon lui, l’Humanité cherche sans le savoir la ressource la plus précieuse de l’univers, et il est grand temps que ces mortels soient remis à leur place.

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : les Pylônes

Les Mondes-Filons[modifier]

L’Imperium emploie de nombreuses désignations pour cataloguer les planètes, tels les Mondes-Forges industrialisés, les Agri-Mondes verdoyants, les Mondes Hostiles inhabitables ou encore les Mondes-Ruches surpeuplés. Récemment, une nouvelle catégorie a été ajoutée : les Mondes-Filons, pour désigner les astres riches en minerai que convoitent les humains comme les Xenos.

Les Mondes-Filons regorgent de ressources. Depuis l’avènement de la Grande Faille et la Chute de Cadia, la plus importante de toutes est sans doute la sombreroche. Belisarius Cawl en particulier semble en rechercher tous les gisements avec un zèle qui confine à l’obsession, et ses confrères se perdent en conjectures pour en comprendre la raison. Certains membres de haut rang de l’Adeptus Mechanicus appellent cette roche la Pierre du Paria, car ils pensent qu’elle a les mêmes propriétés que le Gène du Paria, responsable de l’absence d’âme des Assassins Culexus et des Sœurs du Silence. D’autres affirment qu’elle est extraite de singularités cosmiques, et que ses origines seraient extra-dimensionnelles.

Selon la théorie la plus communément admise, la sombreroche vibrerait de l’énergie de l’Immaterium, si bien que, correctement façonnée, elle permettrait de manipuler la matière brute du Chaos. Selon la Théorie de la Polarité Empyréenne de Cawl, la sombreroche n’est pas naturellement imprégnée d’énergie chaotique, et elle ne la repousse pas non plus. Cependant, de même qu’un métal ferreux peut être polarisé pour acquérir une charge magnétique, la sombreroche peut être modifiée afin d’interagir avec l’énergie métaphysique du Warp.

Ainsi, les monolithes de sombreroche que l’on appelait les Pylônes Cadiens, les dalles d’obsidiennes découvertes dans les décombres des Portails du Kromarque et les Aiguilles Fantasmagoriques de Nemesis Tesserra, auraient été chargés négativement, ce qui aurait conféré à ces objets la capacité d’empêcher le Warp d’envahir les mondes où ils étaient implantés. Réciproquement, les Forteresses Noires capturées par Abaddon pendant la Guerre Gothique auraient quant à elle été chargées positivement d’énergies empyréennes, ce qui en fait des machines de guerre destructrices, permettant à quiconque en comprendrait le fonctionnement de projeter des faisceaux d’essence chaotique. Il n’est pas étonnant que l’Adeptus Mechanicus et les Crypteks Nécrons emploient toutes leurs ressources à écumer la galaxie à la recherche de ce matériau. Si cette théorie venait à se vérifier, la sombreroche pourrait servir à renforcer les barrières invisibles entre l’univers matériel et le royaume cauchemardesque du Warp et ainsi contenir la Cicatrix Maledictum, voire la sceller à jamais.

Sources[modifier]

  • Warhammer 40k - Le Fil du Silence
  • Warhammer 40k - Forgebane