Nivellement de 72-9

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

72-9 n’est plus qu’un petit monde parmi tant d’autres, peu peuplé et vivant en marge de l’Imperium. Son nom n’a pas changé depuis sa conquête, ce qui témoigne de sa faible place dans l’ordre des choses. Ce visage banal est cependant un masque peint par l’Imperium sur le passé de la planète dans l’espoir que, même dans l’obscurité, son peuple puisse espérer un avenir meilleur, car avant 72-9, il y avait un autre monde.

Valnum était un Monde Chevalier, l’un des rares à avoir survécu au Moyen-Âge Technologique, aux épreuves de l’Ère des Luttes, pour être réuni avec le reste de l’Humanité lors de la Grande Croisade. Vêtus d’imposantes Armures Chevaliers, les Nobles de ces royaumes éparpillés ont protégé leur peuple. Mais alors que d’autres Mondes Chevaliers étaient devenus le siège de Maisons Nobles dont les traditions d’honneur guerrier les protégeaient des envahisseurs, sur Valnum, les longues années de ténèbres avaient engendré ombres et amertume chez ceux qui y vivaient. La lignée dirigeante de Valnum, la Maison Cratax, était devenue pourrie, son sang noble étant entaché de folie et de cruauté. Leurs cales étaient des lieux sombres, empilés sur des ossements et des chambres scellées qui résonnaient des cris des oubliés.

Les premiers émissaires de l’Imperium envoyés pour négocier la Conformité ont tous été exécutés en étant attachés à la bouche des armes des Chevaliers de Cratax - tous sauf un, qui a été écorché, et dont la peau a été raclée pour en faire un parchemin sur lequel le chef de la Maison Cratax a écrit son rejet de la Conformité. Une telle défiance ne pouvait pas durer, et contre la puissance d’une Maison de Chevaliers, même les Legiones Astartes pouvaient être poussées. Mais pas les Thousand Sons.

Soixante guerriers sont venus dans les plaines devant la forteresse des Cratax sous le commandement du Capitaine Ohrmuzd. Au début, Cratax a dû considérer cela comme une plaisanterie, ou peut-être une autre tentative de négociation, car ils n’ont envoyé qu’un seul membre de leur Maison à la rencontre des guerriers qui les attendaient. Le Chevalier fit feu dès qu’il fut à portée, balayant sa lance thermique sur eux en une ligne d’air hurlant et incandescent. Aucun des guerriers n’est tombé. Le contact de la fureur du Chevalier semblait s’écouler en eux, ou se dissiper dans le néant. En réponse, la foudre bondit depuis les guerriers, rampant sur le Chevalier Cratax, s’enfonçant dans ses plaques d’armure, faisant fondre les connexions électriques et fouettant ses os de métal. Il tomba, mais avant qu’il ne puisse toucher le sol, une force invisible arracha sa tête de son corps et le projeta devant les portes de Cratax.

Les Chevaliers sortirent alors des portes, toutes les machines de guerre de la Maison. Le sol entourant le cercle des Thousand Sons fut le théâtre d’explosions, de fusions et de fissures, tandis que les Chevaliers déversaient leur fureur devant eux. Les boucliers télékinétiques qui protégeaient les Thousand Sons tremblèrent, et certains tombèrent à genoux, le sang suintant des articulations de leur armure pour geler et bouillir dans l’air chargé de l’énergie Warp. Mais ils attendirent encore tandis que la charge des Chevaliers faisait trembler le sol sous leurs pieds.

Lorsque le Chevalier de tête ne fut plus qu’une ombre au-dessus d’eux, Ohrmuzd leva la main et ferma les doigts. Le Chevalier s’est arrêté, a titubé puis est tombé, la chair de son pilote s’est transformée en vapeur dans son cockpit. Avant que le géant de métal n’ait touché le sol, les Thousand Sons avaient baissé leurs boucliers, soulevé le corps du Chevalier mort dans les airs et l’avaient lancé sur l’un de ses cousins. À partir de ce moment, la bataille n’a pas duré plus de cinq cents secondes, et à la fin, les restes fondus et tordus de chaque Chevalier gisaient sur le sol gelé par la sorcellerie. La Légion des Thousand Sons a perdu trois guerriers, deux tués par une hémorragie cérébrale alors qu’ils utilisaient leurs pouvoirs et un écrasé par le métal mort d’un Chevalier. Ceux qui avaient survécu partirent avant que les unités des Explorators du Mechanicum n’arrivent pour dépouiller la forteresse Cratax. Lorsque la nouvelle de la victoire parvint au lointain Conseil de Guerre de l’Imperium, elle ne fut accueillie que par le son de la peur : le silence.[1]

Source

Pensée du Jour : « Les véritables héros comptent sur la foi aveugle. »
  • The Horus Heresy, Book Seven - Inferno
  1. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter - The Thousand Sons - Exemplary Battles - The Levelling of 72-9 (traduit par Guilhem)