Mystificateur

De Omnis Bibliotheca
« L’être nommé Mephet’ran est venu à nous pour nous servir des platitudes mielleuses et des demi-vérités, et à ma grande honte, nous l’avons cru. Nous avons troqué l’âme de notre race contre l’illusion de l’émancipation.
Ma revanche tant attendue ne m’offrit qu’une once de satisfaction. S’il me plaît de savoir que cet avatar du désordre est à présent asservi à la cause de la suprématie et de l’ordre des Nécrons, j’espère cependant que le Mystificateur est autant tourmenté par ce sort que je le suis par le poids de notre échec. »
- Szarekh, Dernier des Rois Silencieux[1]:69.
Mephet’ran, le Mystificateur, le Dieu Chacal.
Les pires exactions du Mystificateur sont le fruit de la tromperie. Envoûtants et subtils, ses tissus de demi-vérités et de mensonges par omission ont conduit des mondes à leur perte et réduit des empereurs en esclavage. Même lorsque les Nécrontyrs étaient encore organiques, les autres C'tan avaient appris à se méfier du Mystificateur, car il était la duplicité même.

De tous les soi-disant dieux des étoiles, le Mystificateur était le plus capricieux et le plus pernicieux. Les rares indices qui peuvent être glanés indiquent que même les Nécrontyrs ne savaient grand-chose de cette entité lors de leur premier contact. Sa manifestation annonça une ère de réjouissance parmi les Nécrontyrs - ils furent fascinés par la fluidité de sa métamorphose en forme terrestre, et l’aisance de son adaptation au royaume matériel. Ils le baptisèrent d’abord Mephet’ran, le Messager, et le considéraient comme un intermédiaire entre eux et les autres dieux des étoiles.

Comme les C’tan commençaient à rassembler des fidèles, l’être nommé le Messager surpassa l’influence de ses pairs. Les dieux des étoiles semblaient trop lointains et terrifiants pour la plupart des Nécrontyrs, mais Mephet’ran communiquait de manière intelligible. Peut-être était-ce parce qu’il n’avait jamais été aussi puissant que les autres C’tan, mais il utilisait toujours la ruse et la subtilité pour assurer son avenir. Ses pantins mortels dansant au rythme de sa mélodie, le Messager attisa les braises de la haine que les Nécrontyrs éprouvaient envers les Anciens. Ainsi, il les attira dans une guerre qui allait incendier la galaxie tout entière.

Ce fut le Mystificateur qui orchestra le processus de Biotransfert à travers la société nécrontyr, sans le suggérer ouvertement mais en plantant les germes de l’idée dans les esprits afin qu’ils la développent eux-mêmes. Le moment venu, les C’tan offrirent aux Nécrontyrs leur don grandiose et ultimement fatal. Le peuple éphémère et aveuglé par la peur d’une existence incertaine reçut l’immortalité, à un coût terrible. En s’offrant aux dieux des étoiles, les Nécrontyrs furent consumés et remodelés, et leurs esprits furent intégrés à des machines de métal vivant afin de combattre éternellement.

Malgré le charisme divin du Messager et son talent sans pareil pour l’art du subterfuge, certains parmi les Nécrontyrs - Orikan le Devin en premier lieu - étaient minés par le doute quant à ses intentions réelles. Ceux qui ne s’étaient pas rendus d’eux-même aux dieux furent enjoints de se soumettre, mais ils ne purent se résoudre à accomplir cet acte de foi démesuré. Ce fut alors que le véritable visage du Mystificateur commença à apparaître tandis qu’il poussait les incroyants dans les griffes des dévots à grand renfort de promesses rassurantes. À l’exception d’Orikan, tous rejoignirent les fidèles du Mystificateur et furent livrés à leur sort de gré ou de force, puis ce fut au tour des croyants de rejoindre les rangs scintillants des machines. Enfin, les Nécrontyrs furent entièrement épurés pour devenir les Nécrons, contraints à la servitude éternelle.

L’intensité de la Guerre Céleste ne cessa de croître, et les C’tan furent au cœur de tous les conflits, flanqués de leurs légions de métal. Le doute et la méfiance semés par le Mystificateur chez les jeunes races contribuaient à la cause des dieux des étoiles plus que n’importe quelle armée, et même lorsque ses opposants étaient vaincus, il ne pouvait s’empêcher de répandre la discorde pour le plaisir. Alors que les C’tan prenaient l’ascendant sur les Anciens et que leurs moissons sur les peuples doués de conscience s’amenuisaient, ce fut le Mystificateur qui le premier dressa ses frères les uns contre les autres.

D’abord poussés par l’audace, puis par le désespoir, les C’tan se lancèrent dans leurs guerres personnelles avec peu d’égard pour le peuple qui les servait, sacrifiant des millions d’âmes et des systèmes stellaires entiers. Dans une spirale de pactes et de trahisons, le Mystificateur dupa et dévora plusieurs de ses camarades. Il resta le plus faible des C’tan cependant, et prit toujours soin d’éviter les griffes des plus puissants de ses pairs. Ainsi, les légendes Aeldaris évoquent un personnage nommé le Dieu Chacal, luttant pour les deux camps en restant en marge des conflits, là où il pouvait tirer avantage de la moindre faiblesse et saisir la moindre opportunité.

Cette fourberie fut l’instrument même de la défaite du Mystificateur, car ses intrigues approchaient la perfection sans jamais l’atteindre. La rumeur de ses manipulations finit par se répandre, et sa réputation se ternit irrémédiablement. Lorsque les C’tan furent piégés et vaincus par la race d’esclaves qu’ils avaient créée, nul ne vint en aide au Mystificateur, et il fut entravé et brisé en éclats. À présent, le Mystificateur est l’outil de ceux qu’il avait jadis asservis. Chaque écharde se croit libre de ses faits et gestes, et pense se battre aux côtés des Nécrons pour mieux les manipuler. En réalité, c’est le Mystificateur qui, victime d’une ironie cosmique infinie, est leurré et contraint par ses anciens séides à une éternité de servitude.

J’ai vu les proies du Dieu-Chacal errer dans leur rêverie et imaginer l’herbe épaisse des jardins élyséens tandis que leurs pieds ensanglantés étaient écorchés par les pierres tranchantes et les os vitrifiés. Les sourires des ignorants tordaient leurs bouches édentées alors qu’ils avançaient vers les forges des âmes, convaincus de retourner chez eux.
Extrait d'un discours attribué au Grand Prophète Maechu d’Ulthwé[2]:63.

Noms et Surnoms Attribués au Mystificateur[modifier]

  • Mephet’ran, nom d’origine du Mystificateur[2]:30-31, [3]:40, [1]:69.
  • Artemorra par les Jokaeros[2]:27.
  • Harrimoch par les voyageurs Vendichi[2]:27.
  • Sathsarrion par les Initiés de Gethvar[2]:27.
  • Mohagg par les habitants trois fois damnés de Cornochinae[2]:27.
  • Le Dieu Chacal, un des surnoms donnés par les Aeldaris[2]:5 et 63.
  • Le Messager[2]:30-31, [1].

Sources[modifier]

  • Codex Necrons, V8
  • Codex Nécrons, V5
  • Codex Nécrons, V3
  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Informations issues du Codex Nécrons, V8
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4, 2,5, 2,6 et 2,7 Informations issues du Codex Nécrons, V3
  3. Informations issues du Codex Nécrons, V5