Morvenn Vahl

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png

Morvenn Vahl, Abbesse Sanctorum de l’Adepta Sororitas.

L’autorité spirituelle et militaire de l’Adepta Sororitas a été confiée à Morvenn Vahl, récemment promue Abbesse Sanctorum. Sous son commandement intransigeant, les Ordres Militants déchaînent toute leur puissance pour purifier des mondes par le feu avec une piété féroce. Plutôt que de diriger ses croisades de loin, Vahl plonge au combat à l’avant de la mêlée.

Morvenn Vahl énonce ses directives d’une voix sèche et sévère, ses traits juvéniles figés en une expression de détermination farouche. Sa dévotion envers l’Empereur-Dieu et la défense de l’Imperium est indubitable. Elle est le phare vers lequel toute la Sororité se tourne, un exemple spirituel et martial. Mais elle est avant tout une guerrière. Cependant, elle ne doit pas se cantonner à ce rôle, car une force disséminée dans toute la galaxie attend ses ordres, et la défense de la foi de l’Humanité est entre ses mains. Ces fardeaux sont lourds à porter. Plutôt qu’une marque d’honneur, les héritières de Sainte Dominica considèrent le statut d’Abbesse comme le plut haut degré de devoir et de responsabilité - une mission à accomplir avec stoïcisme, dévouement et humilité. Le vaisseau de la précédente Abbesse fut déclaré perdu pendant le transit entre Ophelia VII et la Sainte Terra, lorsque la Grande Faille fendit l’Imperium. La nouvelle de cette perte mit bien trop de temps à parvenir au reste de l’Adepta Sororitas, car dans toute cette anarchie galactique, chaque Ordre et Mission s’était reclus pour se protéger de la folie rampante. Ce ne fut qu’au moment où les ténèbres commencèrent à se dissiper que cette terrible perte fut découverte. Le besoin d’une icône de commandement était plus grand que jamais, et l’Ecclésiarchie appela les Couvents Sanctorum et Prioris à soumettre leur candidate au titre d’Abbesse.

Parmi ces dernières, Vahl était de loin la plus jeune. C’était une Céleste Supérieure de l’Ordre du Suaire d'Argent agressive et altruiste, dont la résistance face à de monstrueux assauts lui avait fait gagner l’approbation de son Ordre. Les factions complexes au sein du Palais Ecclésiarcal sur Terra étaient persuadées qu’une Sœur si jeune et inexpérimentée en politique pourrait être plus facilement manœuvrée. Sa naïveté permettrait à l’Ecclésiarchie d’exercer plus d’influence dans les opérations des Sœurs et les hiérarchies internes que la convention dictait. Ce que de nombreux conseillers de l’Ecclésiarque souhaitaient était une figure de proue cérémoniale et malléable. Ce qu’ils eurent était une guerrière franche, dotée d’une détermination de fer.

Morvenn Vahl participait à la campagne de la Purge de Reskard quand arriva la délégation de l’Ecclésiarchie. Les prêtres prononcèrent la déclaration du Ministorum au cours d’une cérémonie ostentatoire aux rituels ampoulés. Balafrée, maculée de sang - son armure argentée entaillée et noircie par le feu - la Céleste Supérieure Vahl écouta dans un silence absolu, sans éprouver la moindre émotion en apprenant sa nomination, formulée comme une simple imitation. Elle stupéfia alors toute l’assemblée d’évêques, de prélats, de hiérarques et de confesseurs en requérant une période de prières pour réfléchir à sa réponse. Vahl se rendit alors dans le sanctuaire de sa Mission dédié à Sainte Silvana et entreprit une méditation solitaire de trois jours tandis que les prêtres attendaient nerveusement. Lorsqu’elle revint, elle semblait se tenir plus droite, son regard sévère et indéchiffrable pour les prêtres - dont certains reculèrent involontairement. En quelques mots succincts. Vahl accepta la nomination.

Elle recommanda une successeure à sa Chanoinesse avant de tourner les talons et de rejoindre le vaisseau de transfert orbital. Les prêtres assemblés, qui avaient planifié de nombreux jours de vénération et de cérémonie pour marquer l’événement, furent atterrés. Seule une poignée d’entre eux eut la présence d’esprit de la suivre.

Dans les mois qui suivirent son arrivée sur la Sainte Terra, Vahl se révéla une adversaire redoutable pour ceux qui cherchaient à la contrôler. Elle continuait de porter son armure quand elle recevait des membres du Saint Synode, les intimidant et les agaçant par son regard impitoyable et ses réponses brusques. Vahl s’échina à renouer un contact personnel avec autant d’Ordres que possible, repoussant tous les prêtres qui tentaient de la persuader que les choses étaient déjà en main. Elle cherchait à rassurer les Ordres que l’Abbesse Sanctorum se dressait à nouveau au titre de commandante, absorbant des données sur leurs croisades actuelles, exigeant des rapports de terrain et des dispositions stratégiques, jaugeant les mesures prises pour repousser le flot de sauvagerie impie qui bouillonnait de la Grande Faille.

Propulsée à tels sommets de pouvoir à un âge aussi jeune, Vahl dut sans doute avoir des doutes quant à ses capacités. Mais ces luttes intérieures demeurèrent privées ; pas une fois l’Abbesse Sanctorum ne laissa transparaître une faille dans l’armure de sa foi. En revanche, il devint clair que Vahl était agacée par sa propre inaction alors que tant d’autres Sœurs de Bataille combattaient et mouraient. Même au moment où, sur la recommandation de Roboute Guilliman, Vahl fut élevée au statut de Haut Seigneur de Terra, cette promotion ne fit rien pour apaiser sa soif de combat.

Peu de Sœurs de l’Adepta Sororitas furent surprises lorsque l’Abbesse s’autoproclama commandante de la croisade de l’Ecclésiarchie contre les mondes marchands renégats de la Ceinture du Philosophe. Depuis lors, elle s’est élancée sur le champ de bataille des dizaines de fois depuis sa nomination, menant des forces de chaque Ordre Majoris. Peu encline à délivrer des sermons exaltants, l’Abbesse Vahl dirige par l’exemple sur le champ de bataille, laissant ses actes au service de l’Empereur-Dieu parler pour elle.

De nombreuses Sœurs vétérans de plusieurs Ordres Dialogus et Famulus viennent étoffer l’état-major de Vahl, et gèrent le flot de généraux, de Gouverneurs Planétaires et d’Amiraux qui réclament chaque jour son attention. Morvenn Vahl ne se considère pas comme l’Élue de l’Empereur, mais comme un instrument de défense qui doit se placer entre le Credo Impérial et les myriades d’horreurs qui cherchent à le profaner. Son sens du devoir implique qu’elle ne se lancera jamais dans une guerre perdue d’avance. Le martyr, comme lui a enseigné son ancien Ordre, est la libération du devoir, mais pas son expression ultime. Comme toutes ses prédécesseures l’ont compris, le statut d’Abbesse Sanctorum est un fardeau dont elle ne pourra se débarrasser que lorsque le dernier hérétique, mutant, Xenos et Démon sera éradiqué. C’est seulement à ce moment-là qu’elle retrouvera l’anonymat en tant que Sœur de son Ordre.

Depuis sa nomination en tant qu’Abbesse Sanctorum, Morvenn Vahl a supervisé le déchaînement de nombreuses Guerres de la Foi. À mesure que l’Imperium a rétabli le contact avec de multiples secteurs et systèmes au lendemain de l’ouverture de la Grande Faille, les rapports d’incursions démoniaques, de soulèvements de cultes hérétiques, de mutations et d’infiltrations Xenos se sont multipliés. Détestant l’inaction, Vahl a impliqué de vastes forces de l’Adepta Sororitas dans la libération des mondes de Q’and, les Détroits de Regorsh et la reconsécration du Tombeau de Marlia, ainsi que dans d’autres campagnes sacrées tout en veillant à ce que ses Sœurs de Bataille accompagnent autant de Croisades Indomitus que possible. Sous son commandement, des dizaines d’Ordres Militants ont assigné des troupes partout où les Guerres de la Foi s’enlisaient pour accélérer leur conclusion. Vahl a également lancé des croisades pour trouver des moyens de traverser la Grande Faille - et les sombres puits de silence qui se développent même à l’intérieur de l’Imperium Sanctus - et pour enquêter sur le sort des forces de l’Adepta Sororitas dont toute trace semble avoir disparu. Elle veut que la Traverse de Saint Jhosmen, le Piège de Nachmund, les mondes remparts de Baal et du Nexus du Paria résonnent des prières de l’Adepta Sororitas, rallumant les braises de la foi de l’Imperium.

Morvenn Vahl possède les Équipements suivants :
  • Exo-Harnais Parangon : Lorsque l’Abbesse Sanctorum mène une armée de l’Adepta Sororitas, elle porte les armes et l’armure qui lui sont réservées. Depuis des millénaires, peu de Sœurs ont porté ces reliques sacrées à la guerre, et aucune aussi souvent que Morvenn Vahl. L’antique Exo-Harnais Parangon, Purgator Mirabilis, est la relique la plus puissante et la plus sophistiquée de son genre. Au M37, le Fabricator-Général de Mars consacra les ressources de ses propres temples-forges pendant deux siècles à sa restauration, avant de l’offrir à l’Adepta Sororitas suite au sauvetage du Monde-Forge de Gehn Quora. Son esprit béni ne répond qu’aux serviteurs de l’Empereur les plus pieux et les plus endurcis. Le pilote de l’Exo-Harnais délivre des volées vertueuses de missiles meurtriers depuis les épaulières ornées de vers extraits du Fede Imperialis, tandis que le Bolter Lourd, Fidelis, prononce sa sentence fatale à l’encontre de kyrielles d’hérétiques. Le bouclier estampé - arborant les noms des deux Couvents sur lesquels l’Abbesse a autorité - est censé étinceler de la lumière de l’Empereur, en rejetant le fiel haineux des infidèles et des monstruosités difformes.
  • Lance de l’Illumination : Les Custodiens dorés de l’Empereur prirent la Lance de l’Illumination dans les reliquaires du Palais Impérial et l’offrirent à Morvenn Vahl. Seul l’Adeptus Custodes connaissait sa véritable origine et son importance. Il est dit que la Lance viendra illuminer un jour encore plus sombre que ceux qui accablent à présent l’Imperium. Si les membres de l’Adeptus Custodes ont partagé un savoir aussi terrible avec l’Abbesse, la taciturne Vahl n’en a rien laissé paraître.

Source[modifier]

  • Codex Adepta Sororitas, V9