Mort de Canopus

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Black leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpg
Aquila corner hh.pngAquila corner hh.png




Marge hh.jpg
Marge hh.jpg
HH-sub-banner.png


« Un vrai guerrier est forgé par les ennemis qu’il choisit. Leur bravoure est le seul honneur qu’il exige, car elle évoque la sienne. Leur défiance est la seule récompense qu’il puisse demander, car elle défie la sienne. C’est dans le sort qu’il leur réserve qu’il plante les graines du sien. »
- Horus Lupercal.

Le silence avait enveloppé le monde lointain de Canopus depuis qu’Horus avait levé le drapeau de la rébellion sur la lointaine Isstvan III. Aucune nouvelle de la guerre, de la terrible trahison qui avait eu lieu ou du sang versé entre frères, n’était parvenue aux défenseurs de ses vastes raffineries, seulement un calme inquiétant. Sur ordre de Sanguinius, le Grand Ange lui-même, quelque deux mille membres de la IXe Légion veillaient sur Canopus, tenus par l’honneur de tenir ce monde jusqu’à ce qu’ils soient relevés et incapables d’abandonner leur devoir pour chercher des réponses dans les étoiles lointaines où, à leur connaissance, la Grande Croisade se poursuivait sans répit ni interruption. C’était un refuge stagnant et morne, mais qui ne pouvait pas durer car les feux de l’Hérésie d’Horus se répandaient pour englober tous les mondes de la galaxie.

Alors que les mois se transformaient en années, 008.M31 commença sans contact avec un agent de l’Imperium. Aucune nouvelle du Grand Ange, aucune flotte impériale n’arrivait pour recueillir les précieuses richesses des raffineries, et le Préteur Amranthus, Sénéchal de Canopus et Archein de la Colère, s’inquiétait. Ses ordres interdisaient à la garnison de quitter son poste, mais ils n’interdisaient pas l’envoi de missives astropathiques, et un tel appel fut diffusé sur les ordres du Préteur, cherchant des nouvelles de toute force impériale qui pourrait le recevoir. Ce qui vint en réponse à l’appel de l’Ange de Sang n’offrit que peu de secours et aucune réponse, car plutôt qu’une force de secours de la IXe Légion ou une flotte de la dîme impériale, c’était une armada des sinistres vaisseaux de guerre des Iron Hands qui arriva sur Canopus.

Les vaisseaux de guerre de la Xe Légion ont surgi du Warp, les sabords ouverts et les armes prêtes au combat. Ils n’étaient pas venus en tant que frères d’armes et vétérans de la Grande Croisade, mais en tant que guerriers rendus amers par la trahison et belliqueux par le sang et les pertes. Ils se sont approchés de Canopus armés pour la guerre, évitant les cérémonies de l’innocence, une bête brute forgée dans les feux du Massacre du Site d'Atterrissage et cherchant à reconstituer leurs pertes comme ils le pouvaient. Ils ont envoyé un message à Canopus et à ses défenseurs, un message qui n’offrait aucune réponse aux Blood Angels et ne posait que des questions : Nous ne laisserons pas le traître prospérer, et nous ne lui accorderons pas une confiance aveugle, même si le sang de la Gorgone refroidit sur le sol noir d’Isstvan. Cédez devant nous ou périssez.

Des vaisseaux de fer sombres se sont abattus sur Canopus, dégorgeant les guerriers de la Dixième de Fer sur les terres désolées qui bordent les vastes raffineries équatoriales. Des rangs et des rangs de Space Marines sinistres se formèrent, la chair et l’armure marquées par les batailles sur Isstvan et la pénitence brutale qu’ils s’étaient infligée pour leur échec là-bas, tous imprégnés d’une fureur amère qui les poussait à affronter les Blood Angels non pas comme des alliés potentiels mais comme des ennemis. Comme preuve de leur détermination, ils portaient non seulement les armes traditionnelles de leur espèce, mais aussi plus d’une douzaine de dispositifs nucléoniques, des armes de dernier recours d’une puissance terrible. Le Préteur Amranthus, flanqué de deux anges de l’Ofanim en armure pourpre et ébène et d’une petite garde d’honneur, est venu à la rencontre des rangs des Iron Hands, mais ses tentatives de diplomatie ont été repoussées. Avant même qu’il n’ait pu atteindre les rangs des Iron Hands, des tirs de plasma les ont arrêté, leur message étant clair. Les Iron Hands n’avaient aucun intérêt à négocier - les Blood Angels devaient rendre le monde qu’ils protégeaient au nom de Sanguinius ou ils devaient affronter leurs frères au combat.

Au cœur de la formation des Iron Hands, gardé par d’imposants Terminators Morlocks, le Révérend de Fer Karrak voyait dans les ouvertures des Blood Angels un nouveau faux-semblant. Une ruse des traîtres pour attirer ses frères dans une autre embuscade, un autre massacre. Le Révérend de Fer avait parcouru les plaines sanglantes de Isstvan V où les cadavres de ses frères jonchaient le sol, tués par ceux qu’ils appelaient frères, et il avait juré de ne plus jamais permettre qu’une telle tragédie se reproduise. Il accorda un bref délai aux Blood Angels, pour maintenir un semblant d’honneur, puis ses Iron Hands rachèteront l’honneur de Ferrus Manus et de ses fils au combat, revendiquant une victoire ici pour brûler l’échec qu’il avait enduré sur Isstvan V.

Tout le long des murs trapus et armés des raffineries, des guerriers en armure cramoisie prirent place, les armes prêtes à l’emploi. Le Préteur Amranthus ne se réjouissait pas de la bataille qui semblait maintenant inévitable, mais il ne pouvait pas abandonner son poste, et il ne pouvait pas attaquer ceux qu’il devait nommer frères. Alors il attendit et se consolait dans son devoir. Il ne connaissait pas la douleur qui tourmentait la Dixième de Fer et ne voyait que la haine amère qui les poussait inexorablement vers les lames de ses guerriers. Comme si elle avait été invoquée par sa terreur, une phalange de Terminators couleur gris-fer d’une centaine de guerriers - les survivants des Morlocks en tête - avança en formation de combat vers le mur, en chantant les sinistres chants de Medusa, et derrière eux un millier d’autres de leurs frères au rang inférieur. Aucun mot ne pouvait à présent arrêter leur fureur, et tandis que le Préteur Amranthus contemplait le spectacle de désolation qui se déroulait devant lui, des explosions brillantes et terribles se produisirent dans les rangs serrés des Iron Hands.

Les guerriers en armure de fer étaient déchiquetés par les explosions, des trous sanglants se formaient dans la phalange en marche, et malgré cela, les armes des Blood Angels restaient silencieuses. Des escadrons successifs d’aéronefs de combat et de barges de débarquement de couleur vert-marin jaillirent des cieux agités de Canopus, avec des lasers brûlants et des traînées de missiles en guise d’avant-garde, et infligèrent un lourd tribut aux Iron Hands sur les terres désolées. Protégés par les fortifications des murs de la raffinerie, les Blood Angels n’ont pas souffert de l’arrivée soudaine d’une autre Légion déterminée à détruire ses anciens frères, mais ils ont trouvé peu de réconfort en regardant les fils de Ferrus Manus souffrir sous les canons des Sons of Horus. S’écrasant sur la terre grossière de Canopus, les Storm Eagles Cthoniens lâchèrent les féroces guerriers d’Horus, les Ravageurs Catuléens dont la fureur fut accueillie sans hésitation par les Iron Hands, qui avancèrent frénétiquement pour affronter leur ennemi détesté.

La zone désolée entourant la grande raffinerie n’était plus qu’une mêlée grouillante, où le vert de mer se battait contre le gris de fer, les guerriers s’entrechoquant comme les vagues d’une tempête féroce. Les aéronefs de combat tournaient au-dessus de leurs têtes et lançaient des flammes dans le maelström, mais les Iron Hands ne cédaient pas. Les Sons of Horus envoyèrent plus de guerriers contre l’ennemi, mais les fils de Medusa continuèrent à se battre, sans se soucier de leur sort. La bataille pour Canopus aurait pu être décidée à ce moment-là, les Iron Hands anéantis par leur propre rage et les Blood Angels isolés, sans l’arrogance des Sons of Horus. Leur chef, Ishker Sekuhar, avait attaqué sans prévenir et n’avait offert aux siens que la mort, sans espoir d’honneur ou de reddition, et pour les Blood Angels, ce n’était pas l’acte d’un vrai fils de l’Empereur. Enfin, les canons de la raffinerie se mirent en colère, leurs obus arrachant du ciel les aéronefs cthoniens, et les portes gémirent en s’ouvrant pour libérer un escadron des guerriers de Baal au cœur de la mêlée.

Les Blood Angels ont frappé la masse de guerriers en difficulté comme une lance, brisant les derniers rangs des Sons of Horus et se dirigeant vers le cœur de la bataille. À la pointe de cette lance se trouvaient les Ofanim, sous l’ordre du Grand Ange lui-même pour punir la trahison où qu’elle se trouve et poussés à une fureur froide à l’idée qu’une Légion de Space Marines puisse se retourner contre ses frères en guerre ouverte. Les Ofanim ont cherché les champions dans les rangs de l’ennemi, les plus grands des Sons of Horus, et ont testé la force de leur conviction perfide en combat singulier - mais ils n’ont pas réussi. Ils ont laissé la fierté des traîtres dans la poussière, et face à l’attaque combinée des Blood Angels et des Iron Hands, l’avant-garde des Sons of Horus s’est repliée à travers les Désolations.

Cependant, ce n’était qu’une petite victoire. En effet, alors que les Space Marines se battaient contre les Space Marines à la surface, les Sons of Horus avaient chassé les Iron Hands de leur orbite et commençaient à débarquer trois compagnies complètes de la Legiones Astartes, renforcées par des milliers d’auxiliaires. La bannière de l’Œil d’Horus flottait au-dessus d’eux, sans aucun signe de l’Aquila de l’Empereur. Ils se déclaraient ouvertement rebelles et traîtres sans craindre la colère de la garnison. Face à une telle force des armes, seule la force combinée des Iron Hands et des Blood Angels pouvait conserver Canopus dans le giron de l’Empereur, mais le Révérend de Fer Karrak et ses sinistres semblables n’avaient plus confiance qu’en eux. Tandis que les Blood Angels se repliaient vers la raffinerie fortifiée, les Iron Hands prenaient le chemin des terres désolées, choisissant d’économiser leurs ogives nucléoniques et de mener leur propre guerre sanglante au milieu des dunes et des forêts d’épilobes qui les dissimulaient aux scanners orbitaux. Depuis les parapets de la forteresse-raffinerie, Archein Amranthus salua leur courage, même s’il regrettait l’orgueil obstiné qui les avait condamnés tous les deux.

Son assaut éclair contrecarré, le chef Sekuhar des Sons of Horus s’est tourné vers les travaux de siège pour saisir son prix au nom du Maître de Guerre. La richesse de Canopus était nécessaire à la guerre d’Horus, car intacte elle pouvait nourrir une centaine de flottes et détruite elle ne servirait que de sinistre rappel du coût de la défiance. Des légions d’auxiliaires s’efforçaient de creuser des tranchées dans la terre caustique et d’élever des engins de siège, tandis que les Sons of Horus affrontaient de loin les guerriers pourpres sur les murs avec des Bolters, des mortiers et de l’artillerie némésis. Les guerriers d’Horus n’avaient guère envie de s’épuiser en assauts futiles sur les hautes murailles, tandis que les Blood Angels n’étaient pas assez nombreux pour balayer les Traîtres s’ils se lançaient à l’assaut. Les jours passèrent, et pour chaque ange qui tombait des murs, le cadavre d’un Traître était laissé en sang sur les Désolations, une impasse sinistre à laquelle les Loyalistes, moins nombreux, ne pouvaient résister.

Alors même que les canons grondaient et que les tireurs d’élite s’affrontaient, les Iron Hands s’offrirent une amère vengeance. Depuis les profondeurs des Désolations, ils se lancèrent à l’assaut des forges, des pillards vêtus de fer noir surgissant de l’herbier de fucus pour déchiqueter dans un bain de sang les fourrageurs et les ingénieurs auxilia. De tels raids ne pouvaient que retarder l’immense armée des Traîtres, des aiguilles dans la peau d’un Juggernaut, et le nombre de morts parmi leurs serviteurs était un prix que les Sons of Horus étaient prêts à payer pour prendre Canopus intact. Séparées, les deux forces loyalistes, qui ne comptaient pas plus de deux mille hommes, ne purent arrêter les Sons of Horus, qui se tinrent bientôt prêts à donner l’assaut. De grands engins de guerre roulèrent vers les murs de la raffinerie et des troupes d’assaut vert-marin se massèrent, impatientes de se lancer à nouveau dans la vraie guerre. Le rythme de milliers de Space Marines marchant vers la guerre était tel que la poussière soulevée dans les Désolations transformait le jour en nuit ; il semblait que la fin était arrivée pour les défenseurs de Canopus.

Les Blood Angels se tenaient fermement le long des murs, le visage sombre et résolu. Ils étaient tous des vétérans et connaissaient bien l’habileté féroce de leurs adversaires. Ils savaient qu’ils ne pouvaient attendre aucune pitié et n’en offraient aucune en retour. Les canons parlaient des deux côtés alors que des tours blindées aussi hautes que les fortifications traversaient les désolations en direction des murs, les guerriers étant à l’abri des tirs et des obus. Les obus tirés par les macro-canons au sommet des murs en détruisaient quelques-uns, chaque tour tombée répandant des corps blindés sur le sol, mais d’autres arrivaient encore. En retour, les canons des Traîtres dans les fortifications à l’arrière ont percé des brèches dans le mur pour réduire les défenseurs au silence - mais ils ont pris soin de ne pas endommager la raffinerie elle-même. Sous le couvert de leurs tirs, les engins de siège atteignirent les murs, et les canons des Traîtres se turent, apparemment pour permettre à leurs frères d’attaquer. Puis les Sons of Horus se ruèrent sur les parapets et la fine ligne cramoisie qui les attendait.

Pendant une heure, ils se sont battus, des nœuds de guerriers marqués par l’Œil d’Horus luttant pour se frayer un chemin à travers les rangs rouges au sommet des murs. Les morts s’empilaient, débordant des fortifications pour tomber sur les déserts en contrebas, Loyalistes et Traîtres se réconciliant dans la mort tandis que leurs frères se battaient au-dessus. Chaque fois qu’une brèche était ouverte dans la défense, les Ofanim dispersaient les attaquants dans une rafale de lames énergétiques, leur férocité inébranlable stabilisant les guerriers autour d’eux à maintes reprises. L’assaut initial a échoué, et les Sons of Horus se sont retirés des murs, dans l’intention que leurs armes punissent les Blood Angels récalcitrants alors qu’ils se regroupaient pour une seconde attaque. Mais les canons sont restés silencieux, et au lieu du rugissement réconfortant de leurs propres canons, c’est le rugissement des cris de guerre de Medusa qui a frappé les Traîtres fatigués.

Après avoir envahi les équipes d’artillerie, les Iron Hands se jetèrent sur les lignes arrière des Sons of Horus, avides de sang et de vengeance. Le poste de commandement qui dirigeait l’attaque contre les murs tomba en quelques minutes, ses défenses percées par des implosions de gravitons et ses défenseurs dispersés par les formes imposantes d’implacables Terminators Morlock. Le chef Sekuhar des Sons of Horus perdit un bras à cause de la fureur des fils de la Gorgone, et fut porté hors du champ de bataille par ses hommes, sa chute signalant un retrait général des Sons of Horus. Pourtant, il s’agissait de Space Marines, et en retraite, ils se battaient encore, et leurs canons ont fait des ravages sur les victorieux Iron Hands, chaque escouade se déplaçant pour en couvrir une autre tandis qu’ils se repliaient en bon ordre - battus, mais pas brisés.

Au sommet des murs, les Blood Angels applaudirent la retraite de l’ennemi, reprenant les chants de leurs frères sinistres en l’honneur de leur victoire. Archein Amranthus rencontra le Révérend de Fer au milieu des ruines du poste de commandement des Sons of Horus, où le maître des Iron Hands avait drapé la bannière de guerre de l’ennemi comme un manteau, et traité une fois de plus pour une alliance. Tout autour d’eux gisaient les morts, autant en gris fer que vert maritime, et plus loin à l’arrière les Sons of Horus se rassemblaient une fois de plus, leur nombre dépassant de loin celui des deux armées loyalistes. L’Archein a offert aux Iron Hands un simple serment : le sang. Ensemble, ils rendraient hommage à Ferrus Manus, chaque ennemi abattu en son honneur, chaque goutte de sang perdue en hommage à son sacrifice. D’un simple signe de tête, les Iron Hands rejoignirent leurs nouveaux alliés sur le mur.

Liés par le sang et les serments, les Loyalistes tinrent bon pendant quatre longs mois de canons rugissants et de combats acharnés. Grâce au nombre de soldats et à l’armement exotique des Iron Hands, les défenses se révélèrent plus redoutables pour l’ennemi, qui fut contraint d’épuiser les défenseurs plutôt que de risquer un seul assaut qui pourrait voir les Traîtres brisés sur les murs. Chaque attaque leur infligeait un tribut brutal, avec de moins en moins de guerriers pour tenir les murs, et malgré toute leur vaillance, la marée des Traîtres semblait ne jamais faiblir. Aucun appel à l’aide ne recevait de réponse et les défenseurs ne savaient pas s’ils étaient le dernier avant-poste de l’Imperium à résister au Maître de Guerre renégat, ou si Terra elle-même était tombée alors qu’ils se battaient encore. À la fin de 008.M31, il restait à peine une centaine de défenseurs et Archein Amranthus des Blood Angels était si gravement blessé qu’il pouvait à peine se lever pour continuer le combat. C’était la fin de la vaillante garnison de Canopus. Plutôt que de mettre fin à leur combat sur un échec, le Révérend de Fer Karrak a proposé une fin différente, un sacrifice digne de la Gorgone elle-même. Il a déployé quatorze ogives nucléoniques au tri-cobalt à travers l’installation, préparées par les Techmarines des Iron Hands pour exploser en séquence et anéantir la raffinerie et tout ce qui s’y trouvait.

Archein Amranthus, presque mort de ses blessures, est monté une dernière fois à son poste au sommet des murs, les plus fidèles de ses guerriers à ses côtés. Tous les autres défenseurs restants montaient la garde au-dessus des ogives, pour une dernière bataille qui marquerait leur mort, Blood Angels et Iron Hands ne faisant qu’un au milieu des canyons métalliques de la vaste raffinerie. Détectant la signature énergétique des armes atomiques, les Sons of Horus lancèrent toute la force de leur armée contre les défenses, ne reculant devant rien maintenant que les Loyalistes menaçaient le prix pour lequel ils avaient versé tant de sang. Le chef Sekuhar, dont le bras droit était devenu une griffe augmentique de bronze et de céramite, mena personnellement l’assaut. Sa garde rapprochée de Terminators a envahi le bastion de la porte en moins d’une heure et a dû massacrer les Blood Angels qui la défendaient jusqu’au dernier, Archein Amranthus étant le dernier Fils de Baal à tomber au sommet des murs. Sekuhar a arraché la tête de l’Ange de ses épaules, cherchant à s’approprier le crâne comme un trophée, alors que ses guerriers se répandaient enfin dans la raffinerie elle-même.

C’est là, au milieu des passages labyrinthiques et des vastes canyons d’acier et de béton, que les Loyalistes ont livré leur dernière bataille. Réparties dans la raffinerie, des dizaines de petites forces s’affrontaient pour détourner et retarder l’ennemi pendant l’armement des ogives. Un Ofanim seul a tenu une intersection pendant vingt minutes, tuant trois champions des Sons of Horus en duel avant qu’un Dreadnought vert mer ne le déchire en deux, et une douzaine de Morlocks ont brièvement repris la guérite dans une charge désespérée qui ne s’est terminée que lorsqu’un trio de chars de siège Vindicator a fait exploser la tour où ils s’étaient réfugiés. Le sang des héros, tous inconnus et oubliés depuis longtemps, a été piétiné alors que l’armée des Sons of Horus avançait vers le cœur du vaste complexe de raffinerie.

Neuf des ogives ont été capturées sans avoir put être détoné par les Sons of Horus, leurs défenseurs ayant été massacrés au cours d’un combat acharné, et trois autres ont été détruites par des tirs précis de lasers à neutrons. Les efforts pour désarmer les dispositifs capturés ont été ralentis par les tireurs d’élite des Iron Hands qui se cachaient devant les forces principales, attendant de tendre une embuscade aux Techmarines ennemis lorsqu’ils monteraient dans la deuxième vague, mais les Sons of Horus étaient prêts à prendre la raffinerie et à contrecarrer les efforts des Loyalistes. Dans un ultime sacrifice, le Révérend de Fer Karrak mena les dernier de ses Morlocks et un groupe de Paladins Pourpres au combat, lançant un assaut suicidaire au centre des lignes ennemies. Là, il s’en est pris une fois de plus au chef Sekuhar, et le champion des Sons of Horus a appelé ses guerriers pour le défendre, ralentissant ainsi son avancée.

Le Révérend de Fer Karrak a dépensé sans compter la vie de ses guerriers pour attirer les Sons of Horus. Sur les trente guerriers qu’il a menés au combat, seuls deux sont restés debout lorsqu’il a atteint le chef et sa garde rapprochée. Ces deux-là, l’un portant l’héraldique de Baal, l’autre celle de Medusa, se tenaient dos à dos pour repousser les Sons of Horus alors que les deux chefs de guerre se rencontraient une dernière fois au combat. Karrak s’est battu avec la fureur d’un mort, balançant son grand marteau pour arracher la griffe augmentique de l’épaule du Traître, prenant une fois de plus le bras du chef et l’envoyant tituber à l’agonie. Le seigneur de guerre des Sons of Horus, qui n’avait plus que son Combi-Bolter, lança un tir de Fusion à bout portant qui déchira l’Armure Terminator de son ennemi et le laissa fumant sur le sol.

Les Sons of Horus se sont rassemblés, appelés à l’aide par leur Seigneur, et ont été témoins des dernières paroles du Révérend de Fer. Le chef Sekuhar arracha la bannière de guerre perdue des ruines de l’armure de Karrak, la victoire semblait lui appartenir, mais Karrak riait pendant tout ce temps. Il riait encore lorsque l’explosion de la première ogive se répercuta dans le complexe et fit trembler le sol de sa fureur, sa vengeance enfin accomplie et son serment à Ferrus Manus tenu. Dans une série d’explosions titanesques, les ogives déchirèrent la raffinerie, la vidant de sa substance et la rendant inutile pour les Traîtres, tandis que seuls quelques groupes épars de Sons of Horus parvenaient à échapper à l’explosion et à regagner leurs vaisseaux. La bataille pour Canopus s’était terminée, peut-être pas par une victoire pour ses courageux défenseurs, mais par quelque chose de moins qu’une défaite.[1]

Source

Pensée du Jour : « Un esprit ouvert est une citadelle sans portes et désertée par ses gardes. »
  • The Horus Heresy - The Death of Canopus
  1. The Horus Heresy - The Death of Canopus - Iron Hands Morlock Terminator Squad (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)