Modèle:Preview Random Histoire

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher




Test

Code:

{{Preview Random Histoire}}

Rendu :

Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLors des jours sombres du M.31, le fils favori de l’Empereur trahit Son créateur et plongea l’Imperium dans la guerre civile. L’influence d’Horus était telle qu’il parvint à rallier à lui la moitié des Legions Astartes, et à les retourner contre leurs frères pour tenter de destituer l’Empereur. Depuis cette trahison ignoble, l’Imperium de l’Humanité est consumé par des guerres et des luttes fratricides qui pourraient bien un jour signer sa perte.

Une nouvelle ère avait commencé, mais cette aube dorée n’allait pas déboucher sur le futur rayonnant que l’Empereur désirait pour l’Humanité. Le jeune Imperium fut en effet déchiré par la grande trahison de l’Hérésie d’Horus. L’orgueil humain et l’ambition prêtèrent le flanc aux machinations des Dieux Sombres. L’âge de lumière s’assombrit comme l’Humanité troquait la raison contre la superstition afin de survivre.

Les Légions de Space Marines armés par les usines de Mars formaient le fer de lance de la Grande Croisade. Soutenues par l’Armée Impériale, elles se révélèrent invincibles. Les Xenos et les créatures du Warp furent repoussés, et les planètes furent reprises les unes après les autres. Les campagnes militaires éloignaient toujours plus les armées de Terra, qui découvrirent successivement les vingt Primarques, qui rejoignirent la Grande Croisade à la tête de la Légion créée à leur image.
PereContreFils.jpg

Tests avec index

Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkL’immensité de l’Imperium rend vaine toute tentative d’établir une autorité au-delà de celle des Commandeurs Impériaux. Ils sont désignés par l’Adeptus Terra pour gouverner un ou plusieurs mondes au nom de l’Empereur. Ils doivent coopérer avec les autres serviteurs de l’Empereur et doivent contrôler toute mutation ou hérésie survenant dans leur domaine. Ils sont en fait libres d’interpréter les lois impériales comme ils veulent. Au-dessus et en dessous de ces Gouverneurs Planétaires, d’énormes organisations tentent de contenir l’anarchie sournoise qui menace en permanence d’engloutir l’Imperium. Les innombrables clercs, scribes, logisticiens et fonctionnaires de l’Administratum font tout pour organiser un semblant d’ordre dans ce tumultueux empire, enregistrant, collectant et analysant des torrents d’informations provenant des coins les plus reculés de la galaxie.
HistoiresImpérialesLogo.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkAvec Mars maintenant intégré à l’Imperium, la Grande Croisade pouvait sérieusement démarrer et le reste du système solaire fut la première région de l’espace à être conquise par l’Empereur et Ses Légions Space Marines récemment réarmées et ré-équipées. Les envahisseurs extraterrestres furent chassés des lunes de Saturne et de Jupiter et leurs habitants humains réduits en esclavage ont été rapatriés sur Terre, les créatures autrefois humaines des profondeurs Neptuniennes furent exterminées sans pitié, et le faux monde de Sedna à la lisière du système Sol fut oblitéré par les canons de la nouvelle flotte de guerre. L’étape suivante pouvait commencer.
DébutGrandeCroisade.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLe destin est un maître cruel, car quelle que soit la tournure que prend sa proie, quels que soient les triomphes qu’elle remporte ou les épreuves qu’elle surmonte, il l’entraînera toujours vers le bas. Les Blood Angels ont lutté contre le destin inscrit dans leurs gènes, ont défié le rôle que l’Empereur avait choisi pour eux et ont osé croire qu’ils pouvaient transcender l’obscurité qui les suivait. Ils ont pris le pire de l’Humanité et en ont fait quelque chose d’éclatant et d’authentique, ils se sont élevés au-dessus de ce qu’ils avaient été et se sont battus pour le jeune Imperium tels les anges gardiens pour lesquels ils ont été nommés. Pourtant, les graines de leur chute trouvent leurs origines dans leurs succès, dans la jalousie du Maître de Guerre déchu qui voyait en eux tout ce qu’il avait lui-même rejeté. Le premier coup de l’Hérésie d'Horus mit les Blood Angels à genoux, et les tragédies qui suivirent allaient briser leur détermination et les laisser brisés. La nature de la IXe Légion est telle qu’elle n’a pas capitulé au désespoir ni aux ténèbres, mais qu’elle s’est relevée encore et encore.
BA-Bataille.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkDurs et intransigeants, les Dark Angels ont été la première Légion de l’Empereur et les plus purs représentants du moule original des Legiones Astartes. Ils étaient des tueurs de la plus pure et de la plus raffinée espèce, pour qui il ne pouvait y avoir d’autre destin qu’une vie de guerre et de mort au nom de l’Imperium et de l’Humanité. Ils n’ont pas construit d’empires, n’ont pas cherché à maîtriser les voies de la paix ou les compétences subtiles de l’artiste, de l’artisan ou du diplomate. Ils n’ont offert aucune excuse pour leur nature et n’ont fait aucun compromis dans la poursuite du devoir qui leur était assigné, n’esquivant ni le prix payé dans le sang ni le prix payé dans l’infamie et la solitude. Leurs plus grandes batailles ne se trouvent dans aucun catalogue de Conformité ou tableau d’honneur, aucun érudit ou poète ne chante leurs gloires ou ne se souvient de ce qui s’est passé, car elles ont été menées contre des ennemis si monstrueux qu’il a été jugé nécessaire que toute mention d’eux soit effacée de l’histoire. Telle était la nature de leur service, non seulement pour être les guerriers de la Grande Croisade, mais aussi pour être un puissant rempart de l’Imperium contre les terreurs inconnues qui se cachaient dans l’obscurité entre les étoiles.
LesAngesDuLion.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLa loyauté en période de trahison n’est pas facile à mesurer. On ne peut pas regarder le visage d’un allié et savoir s’il est un ami ou un ennemi. Même après que la trahison d’Horus ait été hurlée depuis les plaines de la mort de Isstvan III et de Isstvan V, la vérité sur qui était un traître et qui était resté loyal était loin d’être claire. Les visages de vieux amis pouvaient être des masques de trahison et les vérités du passé pouvaient être des manteaux pour les assassins. Si Horus pouvait tomber, alors n’importe qui d’autre le pouvait aussi. En cette époque de trahison, une Légion était un pilier de la loyauté parmi les mers du doute. Les Imperial Fists et leur Primarque Rogal Dorn, toujours fidèles, n’ont jamais fléchi face au tribut exigé par une guerre entre frères, et ont porté le poids de la loyauté sans se briser, mais non sans coût. Le sacrifice sans limite change ceux qui survivent. Ce n’est que plus tard, après tant de pertes et tant de reconstructions, que nous avons pu voir que les Imperial Fists, qui ont joué leur rôle dans les fondations de l’Imperium, sont morts avec la Grande Croisade. Si l’Empereur était le père des Légionnaires Astartes, alors Terra était leur mère. Tout comme l’Empereur a façonné Ses guerriers avec Sa volonté et Son intellect, Terra a également laissé son empreinte sur les guerriers élevés sur son sol. Ces marques, ou plutôt ces cicatrices, ont souvent façonné la culture, les valeurs et les méthodes de guerre d’une Légion de manière aussi subtile et profonde que les mystères tissés dans leur chair. Pour comprendre combien de Légions sont devenues ce qu’elles étaient, nous devons d’abord comprendre Terra.
ImperialFistsGrandeCroisade.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkRéputés pour leur fierté, leur brutalité sans pitié et leur absence de remords au combat, les Iron Hands faisaient partie des Légions Space Marines les plus puissantes et les plus célèbres de la Grande Croisade. Ils étaient le marteau qui avait brisé d’innombrables ennemis dans la quête de l’Empereur pour libérer l’Humanité des ténèbres de la Vieille Nuit. Leur Primarque était Ferrus Manus, un chef de guerre belliqueux et intransigeant et un armurier hors pair, dont la Xe Légion a pris le nom et dont le commandement était pour eux une loi inviolable. Pris dans les machinations de la trahison du Maître de Guerre, ils ont été anéantis par leur propre orgueil et par la lame de l’Architraître, et ont payé un lourd tribut en perdant brutalement leur Primarque et voyant leur force presque réduite. Bien qu’ils n’étaient plus qu’une Légion en ruines, la froide fureur de la vengeance amère des Iron Hands allait par la suite être écrite à travers les étoiles.
IronHandsContreDrukharis.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkNommée en l’honneur d’un oiseau terrien considéré par de nombreuses cultures comme le héraut du destin et le messager de la mort, la Raven Guard a servi fidèlement l’Empereur tout au long des Guerres d'Unification et de la Grande Croisade.

Dès le début, les guerriers de la XIXe Légion étaient connus pour être des chasseurs rusés et patients, capables d’attendre leur heure jusqu’à ce que le moment soit venu de frapper. Lorsque la Légion a été unie à son Primarque - Corvus Corax, le Seigneur Corbeau, le Libérateur, elle a adopté une forme de guerre illustrant la rapidité, la discrétion et la précision, qui a été codifiée dans sa doctrine. Sous la direction du Primarque à la peau d’ivoire, aux yeux d’ombre et aux cheveux zibelin, la XIXe Légion a gravé son nom dans les annales de la Grande Croisade.

Cependant, comme le racontent les histoires tragiques de notre époque, les gloires de la Légion devaient être dispersées sur les sables noirs de Isstvan V, et l’Imperium fut presque privé de l’un de ses plus grands champions.
MaîtresDesOmbres.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkAu cours de la grande guerre de l’Hérésie d'Horus, de nombreux actes d’infamie et de bravoure ont été inscrits sur les étoiles sanglantes, et au centre de ce maelström se trouvait la Légion des Salamanders ; trahie, abattue, dévastée et pourtant résolue contre l’ennemi. Il y a peu de Légions qui ont payé un prix aussi élevé pour leur loyauté et leur honneur que les Salamanders. Il y en a encore moins qui ont si volontairement et si souvent versé leur sang pour la défense de l’Humanité au-delà de leur mesure et de leur dû. Les Salamanders sont une telle Légion, et bien qu’ils aient frôlé la destruction non pas une fois, mais à maintes reprises, ils ont chaque fois resurgie des cendres de la guerre, plus forts et trempés comme les lames d’acier inégalées façonnées dans les forges légendaires de leur monde natal : intacts, invaincus et fidèles à leur cause.
FilsDeNocturne.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkDepuis sa création sur Terra, la VIe était restée une Légion à part de ses compagnons d’armes, ses origines l’enveloppant d’une réputation redoutable, à la fois pour ses prouesses lors des déploiements d’assaut et en tant que force infatigable de traqueurs et de chasseurs-tueurs. La violence exceptionnelle fut ce qui caractérisa la Légion dès sa première participation à la Grande Croisade, ses campagnes étant peu subtiles mais brutalement rapides. Comme son homonyme, les loups de la Vieille Terra, les assauts de la VIe Légion ont toujours ressemblé à des exercices calculés de férocité visant à déchirer et à mutiler jusqu’à ce que l’ennemi repose sous des ruines ou soit conduit à sa mort. Mais c’est avec la restauration à la Légion de son Primarque, Leman Russ, et son installation dans le glacial Monde Mortel de Fenris, l’un des foyers les plus périlleux et les plus étranges de l’ancienne Humanité, que la nature de la VIe Légion trouva son apothéose et que les Space Wolves sont véritablement nés.
SpaceWolvesCouverture.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkAu début de la cataclysmique guerre civile déclenchée par la trahison d’Horus et des machinations des sombres puissances du Warp, la XIIIe Légion, les Ultramarines, était l’une des forces militaires les plus puissantes de l’Imperium. Avec une force de combat active comprenant environs 250 000 Legiones Astartes, un domaine couvrant tout un secteur sous leur autorité et une structure inégalée pour l’approvisionnement et l’entraînement des novices - lui permettant de résister à des pertes susceptibles de paralyser d’autres Légions. Ce fut cette puissance même qui en fit une cible de choix dans la conspiration des traîtres. Ce fut à Calth que le coup tomba. Mais alors que la légende des osts couleurs lapis-lazuli d’Ultramar et le génie stratégique de son Primarque Roboute Guilliman étaient déjà largement diffusés par les Itérateurs et les Commémorateurs de la Grande Croisade, la route par laquelle les Ultramarines arrivèrent à cette apothéose de puissance n’est pas très bien connu et, dans certains cas, les faits furent gardés secrets. Les complexités du passé de la Légion et les relations parfois conflictuelles et même antagonistes que les Ultramarines entretenaient avec plusieurs Légions ont également été dissimulées. C’est cette histoire cachée qui allait porter des fruits amers sur Calth et jetterait son ombre sur les guerres qui allaient suivre.
BatailleDeMacragge2.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkÀ chacune de Ses Légions, l’Empereur a légué un héritage génétique qui leur permettait de jouer un rôle précis, faisant de chacune d’elles un outil incomparable pour la poursuite de ce rôle. La Ve Légion a été la précurseuse de la Grande Croisade, toujours en territoire inexploré et loin des frontières de l’Imperium en expansion, et souvent oubliée par les chroniqueurs qui ont suivi la conquête. Organisée en petites unités mobiles, la Ve Légion s’est avancée à l’avant des armées de l’Empereur lors des dernières conquêtes sur Terra, puis à travers les étoiles, semant la confusion et la mort dans son sillage. Elle était la lame rapide qui sondait la faiblesse avant une frappe soudaine et mortelle, et non le marteau que certaines de leurs Légions sœurs sont devenues. Une arme subtile et mortelle qui entre les mains d’un maître stratège, le Grand Khan, Jaghatai, viendrait forger ces parias des Legiones Astartes en une force qui renverserait la balance du destin lui-même.
WhiteScarsCouverture.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkL’Humanité est assiégée par ses ennemis, qu’ils soient extérieurs ou issus de son sein. Une multitude d’espèces Xenos contestent la domination de l’Imperium sur la galaxie, tandis que les hérétiques et les rebelles cherchent à défaire de l’intérieur le royaume de l’Empereur. Mais la plus grande de toutes les menaces est l’ennemi de l’au-delà. Aucun homme sain d’esprit, à l’exception de l’Empereur en personne, ne peut saisir la véritable nature du Chaos autrement que par bribes. On peut toutefois l’envisager comme étant la matière brute de la dimension spirituelle connue sous le nom de Warp, Mer des Âmes ou Empyrean. Existant parallèlement à l’univers matériel, le Warp est à la fois la source et l’antithèse de toute vie. L’âme de chaque être intelligent est reliée à lui et elle y retourne une fois sa brève existence terminée. À cause du lien fondamental entre les dimensions matérielle et immatérielle, les passions humaines qui naissent d’un côté résonnent de l’autre. Quand les hommes font la guerre, l’Empyrean bouillonne de forces meurtrières. Quand ils complotent, trahissent et se plongent dans des connaissances interdites, le Warp présente des motifs impossibles et inintelligibles. Si l’Humanité succombe au désespoir et à la déliquescence, le terreau spirituel du Warp se couvre de pourriture. Enfin, quand elle s’adonne à ses désirs les plus extrêmes, l’Empyrean ondule et gémit sous l’effet d’une extase contagieuse.
HistoireSecreteInquisition.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLors des jours sombres du M.31, le fils favori de l’Empereur trahit Son créateur et plongea l’Imperium dans la guerre civile. L’influence d’Horus était telle qu’il parvint à rallier à lui la moitié des Legions Astartes, et à les retourner contre leurs frères pour tenter de destituer l’Empereur. Depuis cette trahison ignoble, l’Imperium de l’Humanité est consumé par des guerres et des luttes fratricides qui pourraient bien un jour signer sa perte.

Une nouvelle ère avait commencé, mais cette aube dorée n’allait pas déboucher sur le futur rayonnant que l’Empereur désirait pour l’Humanité. Le jeune Imperium fut en effet déchiré par la grande trahison de l’Hérésie d’Horus. L’orgueil humain et l’ambition prêtèrent le flanc aux machinations des Dieux Sombres. L’âge de lumière s’assombrit comme l’Humanité troquait la raison contre la superstition afin de survivre.

Les Légions de Space Marines armés par les usines de Mars formaient le fer de lance de la Grande Croisade. Soutenues par l’Armée Impériale, elles se révélèrent invincibles. Les Xenos et les créatures du Warp furent repoussés, et les planètes furent reprises les unes après les autres. Les campagnes militaires éloignaient toujours plus les armées de Terra, qui découvrirent successivement les vingt Primarques, qui rejoignirent la Grande Croisade à la tête de la Légion créée à leur image.
PereContreFils.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkIl n’y a aucune autre Légion comme la XXe. De toutes les puissantes forces commandées par l’Imperium au cours de la Grande Croisade, aucune n’était aussi entortillée de mensonges, de suppositions et de paradoxes qu’elle. Toute tentative d’étude de la semence génétique de la XXe Legiones Astartes, une force qui sera plus tard connue sous le nom d’Alpha Legion parmi une myriade d’autres noms, fut semée d’embûches et de contradictions, et la découverte de la "vérité" lorsqu’elle était appliquée à une telle étude était un vain espoir. C’est le cas même pour cette page que vous lisez, compilé avec la plus haute autorité et la plus grande portée possible compte tenu des décombres de l’Hérésie d'Horus. Bien avant que la vile trahison d’Horus n’apparaisse, la XXe Légion, sa formation, son utilisation et son objectif étaient entourés de mystère et délibérément dissimulés au reste de l’Imperium. Ce secret a été entretenu - c’est évident - par les plus hauts cercles du pouvoir ; en effet, il ne fait aucun doute que c’était par la volonté de l’Empereur. Nous supposons ici que le secret qui entourait cette Légion "étrange" et ses objectifs cachés, servirait plus tard à dissimuler une transformation cancéreuse en son cœur qui était en gestation depuis longtemps. Cette malédiction, un plaisir de la dispute et une dépendance croissante à l’égard de l’application de ses propres capacités préternaturelles de subterfuge et de destruction, s’était clairement aggravée après l’ascension d’Horus au poste de Maître de Guerre, bien qu’il soit peu probable qu’il en soit responsable, si ce n’est qu’il ait donné une licence à l’Alpha Legion. L’Alpha Legion devint ainsi une chose serpentine et sinueuse, faite d’ombres sans forme, aussi dangereuse et venimeuse que le monstre à plusieurs têtes du mythe antique qui devint son sigle et son symbole. C’était une arme que ni l’Empereur, ni plus tard le Maître de Guerre ne pourraient pleinement contrôler.
OuEstAlpharius.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLes Sons of Horus - la Légion de celui responsable de l’Hérésie, la première en infamie sinon en trahison, dont le nom résonne maintenant comme une malédiction dans les royaumes dispersés et en guerre de l’Humanité. Son crime est tel qu’il est facile d’oublier que le passé était très différent, et qu’autrefois, elle et son maître perfide étaient loués avant tout les guerriers des Legiones Astartes, et favorisés par l’Empereur. Nés sous le nom de XVIe Legiones Astartes sur Terra, elle s’éleva à la grandeur sous le nom de Luna Wolves et tombera dans l’abîme comme les anges du mythe antique en portant le nom de son Primarque. Avant ces jours sombres, elle a combattu aux côtés de l’Empereur sur Terra et dans les premiers temps de la Grande Croisade. Elle était aussi solide et infatigables que n’importe qui, et ses actions ont largement contribué à illustrer ce que c’était d’être un guerrier des Legiones Astartes. Brutal, impitoyable et inébranlable, mais aussi honorable, et autrefois totalement loyal, son histoire est celle de l’ambition de l’Imperium lui-même ; et des failles qui ont brisé ses rêves d’unification et de gloire.
PreviewHistoireBlackLegion.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkDe toutes les Légions Space Marines naissantes que l’Empereur a levé, peu ont eu des débuts aussi glorieux et pourtant une fin aussi tragique et cauchemardesque que celle de la Death Guard. Autrefois synonyme de résilience et de courage inébranlable, ses guerriers ont renversé des tyrans et des seigneurs de guerre aliens sur plus d’une centaine de mondes, et ont annihilé des dizaines de races Xenos. Mais elle allait devenir pire qu’eux. La Death Guard s’est transformé en ce qu’elle combattait autrefois si inlassablement : l’inhumanité, des sombres monstres méconnaissables et sans âme - l’étoffe même des cauchemars. Ce texte ne porte cependant pas encore sur le terrible visage de la Death Guard, mais plutôt sur ce qui l’a précédé, et en particulier l’influence de leur Primarque, l’énigmatique et macabre Mortarion, qui a accompagné à la fois la genèse de sa Légion et son destin.
Mortarion.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLes Emperor's Children étaient la seule Légion à porter le nom de l’Empereur et son propre étendard - le Grand Aquila Palatin - qui leur avait été accordé de Sa propre main. Peu ont été aussi honorés parmi les Légions Space Marines et ont eu moins de raisons qu’eux de trahir un père. Au vu des louanges et des honneurs qui leur ont été accordés, peu d’individus pouvaient douter qu’ils étaient l’incarnation de ce que l’Empereur voulait que les Legiones Astartes soient : nobles dans leur action et leur aspect, excellant dans tous les domaines, forte, civilisée, ferme dans ses objectifs et fidèle à l’essentiel. De cette hauteur, ils se sont avilis par traîtrise pour devenir les plus basses et les plus viles des créatures, asservies à l’orgueil et consumées par des désirs qu’aucun pouvoir naturel ne pouvait satisfaire. L’histoire de leurs actes avant leur chute n’est pas simplement l’histoire de ce qu’ils étaient et de ce qu’ils ont accompli, mais comme pour d’autres qui sont devenus des Traîtres, une histoire de la façon dont ils ont façonnés leur propre malheur, car comme le disent les textes anciens, "l’orgueil précède la destruction", et ce proverbe a rarement été plus approprié que dans le cas de la IIIe Légion de Space Marines. La trahison a changé les Emperor’s Children au point de les rendre méconnaissables, leur quête de la perfection étant devenue une faim d’excès, et l’ordre finalement équilibré de la structure de la Légion s’est corrompues jusqu’à ce qu’elle se brise. Ces changements et ces horreurs étaient encore à leurs commencements quand ils sont arrivés sur Isstvan III. À ce moment-là, le verni de leur passé était encore visible malgré la corruption sous-jacente.
Emperor'sChildrenIsstvanIII.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkPendant des décennies, la Légion des Iron Warriors a été le bélier de la Grande Croisade, un maillet utilisé pour démolir toute forteresse imprenable ou citadelle inattaquable qui osait s’opposer à la volonté de l’Empereur. La IVe Légion était devenue synonyme de guerre punitive et de maîtrise des techniques de siège, tant en défense qu’en attaque. Son Primarque Perturabo était également connu comme un chef de guerre impitoyable et efficace, un maître stratège dont l’esprit tranchant pouvait sonder la faiblesse cachée de n’importe quel ennemi et l’exploiter avec une action sauvage et décisive - un général pour qui la défaite était un anathème et la victoire valait tout prix payé dans le sang pour la remporter.
IronWarriorsGrandeCroisade.jpeg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkPour de nombreuses Légions, nous sommes obligés de nous demander comment la loyauté la plus authentique peut se transformer en trahison, la plus pure dévotion à la haine, la noblesse en méchanceté, mais pour les Night Lords, nous devons nous demander si leur cœur a toujours appartenu aux ténèbres. Créés dans un but supérieur, leur fin aurait peut-être pu être différente, mais leur histoire est celle d’une idéologie empoisonnée et d’une atrocité. Même lorsqu’ils étaient considérés comme loyaux, leur nature et leurs actions ont toujours été remises en question. Certains ont fait valoir qu’ils n’étaient qu’une fonction de la nécessité, les monstres dont on avaient besoin pour passer d’un âge barbare à la lumière. Certains disent qu’ils étaient une erreur, une erreur de jugement aggravée par les circonstances. Quelques-uns se demandent s’ils ont été damnés dès leur naissance, qu’ils étaient destinés à ne jamais faire partie de l’avenir qu’ils allaient contribuer à créer. Toutes ces spéculations sont finalement inutiles ; quelle qu’en soit la cause, ce sont des créatures d’horreur et ils l’ont toujours été.
UnSeigneurDeLaNuit.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLa trahison trouve son origine dans de nombreux maux : pouvoir, haine, vengeance, honte, culpabilité, amertume, brutalité, insensibilité à la vie, tous ont joué leur rôle dans la chute de ceux qui ont agi contre l’Empereur, mais il faut en ajouter deux autres : l’orgueil et la cécité. Alors que d’autres Légions entraient dans l’infamie de leur plein gré, les Thousand Sons ont été plongés dans cet état d’abord par leur propre orgueil, ensuite par la trahison de ceux en qui ils avaient confiance, et troisièmement par l’Imperium lui-même. Frappé par la mutation et touché par le Warp, la chute des Thousand Sons semblait pour tous certaine, ce qui était faux. La XVe Légion aurait pu connaître un autre avenir si le destin n’avait pas été aussi cruel. En réalité, leur histoire n’est pas celle des ténèbres, mais celle d’une lumière qui a amené une Légion et un Primarque à devenir de plus en plus puissant jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus voir les limites.
ThousandSons.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkS’il existe une hiérarchie de la trahison, alors les Word Bearers siègent dans son cercle le plus élevé. Autrefois les plus dévoués et les plus rigoureux des guerriers, ils ne leur suffisaient pas de trahir mais d’entraîner avec eux leurs frères des autres Légions dans l’abîme. Alors que la trahison des autres est arrivée comme une tempête, comme la floraison finale d’une graine longtemps enterrée, la trahison des Word Bearers a été distillée comme un poison pendant de longues années. Dès leur fondation, leur dévotion à l’Imperium et à la Grande Croisade était incontestable, ils étaient les porteurs des idéaux de l’Imperium, de sa vision du futur de l’Humanité. Leur loyauté n’a jamais été remise en question, mais seulement la forme de leur dévouement. Mais aujourd’hui, leur ancienne loyauté ne peut jamais être considérée autrement que comme un masque et leur fanatisme comme un défaut qui sapait tout ce qu’ils ont cherché à construire.
GloireAuxDieux.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLa trahison de ceux qui devaient tourner le dos à l’Empereur est souvent choquante et presque incroyable, même avec la fausse clarté du recul, et dans de nombreux cas, elle dépeint une tragédie d’une chute de la grâce. Mais en vérité, aucune de ces choses ne peut être dite de la XIIe Légion, les World Eaters - des monstres bien avant qu’Horus ne soit corrompu et des monstres ils sont restés, seulement maintenant avec le peu de retenue qu’il leur restait et leur Humanité dépouillée. De toutes les Légions Space Marines de la Grande Croisade, aucune n’était aussi sauvage et redoutée. Car si d’autres, comme les Night Lords, pouvaient à juste titre prétendre avoir mis les mondes en Conformité par la seule peur, et d’autres encore, comme les White Scars et les Space Wolves, pouvaient descendre sans prévenir et laisser un monde brûler dans leur sillage, le fait que les World Eaters soit affecté à une campagne ne signifiait qu’une chose pour l’ennemi : l’extermination. L’extermination n’était pas une bombe virale ou un incendie atomique, mais une Hache Tronçonneuse et un Bolt de Bolter - des mondes noyés un par un dans le sang de leurs habitants.
PreviewHistoireWorldEaters.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLes mystérieux Aeldaris étaient autrefois la plus puissante de toutes les races. Il y a des millénaires, leur orgueil provoqua un cataclysme qui éradiqua presque leur peuple. Désormais, ils doivent se battre de toutes leurs forces pour assurer leur survie. Avant que l’Imperium de l’Humanité conquière les étoiles, ou même que les premiers hommes envoient des fusées dans l’espace, les Aeldaris régnaient sur la galaxie et se considéraient comme ses maîtres suprêmes. En dépit de leur puissance illimitée, le cœur de leur civilisation fut finalement déchiré par une catastrophe dont elle fut elle-même responsable, ce qui força les survivants à fuir à bord de gigantesques navires spatiaux nommés Vaisseaux-Mondes. Aujourd’hui, les Aeldaris luttent contre le destin et usent de leur technologie supérieure et de leurs talents innés pour éviter l’extinction.
ArchonteAeldari.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkTel un murmure qui se transforme en tonnerre, les Nécrons sont de retour. Sous la surface d’innombrables planètes, des armées sans âme s’étirent. Des Tétrarques inhumains tournent les yeux vers les étoiles, et leur esprit vers des rêves de domination et de guerre. Pendant soixante millions d’années, les Nécrons ont dormi, dans des Mondes-Nécropoles remplis d’armées et de machines de guerre en sommeil. À présent ils s’éveillent, comme s’ils sortaient d’un cauchemar partiellement mémorisé, et la galaxie tressaille à l’idée de leur retour. Des légions patinées émergent de cryptes-forteresses dans la lumière mourante du 41e Millénaire, telle une mer d’acier reflétant les décharges énergétiques de machines de guerre ésotériques. Des nuées de scarabées de métal, des horreurs affublées de serres et des assassins spectraux les accompagnent, leurs esprits étrangers braqués sur un seul but : reconquérir les étoiles.
HistoiresXenosLogo.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkUn nouveau pouvoir se manifeste aux frontières orientales de la galaxie. L’Empire T'au s’étend, et pour l’instant, ses ambitions n’ont pas été contrariées. De nombreux mondes sont déjà tombés sous leur coupe, pourtant les T’au ne considèrent cela que comme un début, car ils sont convaincus d’être destinés à régner, sans que nul n’ait le droit de s’opposa à leur hégémonie. Tout comme une étoile naissante inonde de lumière les ténèbres, la puissance de l’Empire T’au irradie et grandit sans cesse. Les T’au sont une espèce dynamique dont l’unité et la technologie avancée permettent des progrès rapides dans tous les domaines. Il n’y a pas si longtemps, lorsque les T’au levaient les yeux vers le ciel, ils voyaient des étoiles inexplorées. Aujourd’hui, ils peuvent contempler leur nouveau domaine.
Tau.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkDes ténèbres glaciales du vide intergalactique viennent les Tyranides, une race d’aliens voraces, une horde innombrable de super-prédateurs gouvernés par l’instinct de chasser, de tuer et de se nourrir. Chaque Tyranide est une arme vivante, parfaitement adaptée à la fonction qui lui a été assignée, une cellule d’une vaste entité collective contrôlée par la volonté de l’Esprit-Ruche. Les Flottes-Ruches Tyranides dérivent dans l’espace, dépouillant les mondes-proies de toute leur biomasse, ne laissant que la roche nue dans leur sillage. Elles sont le fléau ultime qui menace la galaxie, et toutes les races qui la peuplent.
DestructeurDeMondes.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkÀ la suite des événements de Gathering Storm, les Chapitres Space Marines dispersés dans la galaxie ont été saignés à blanc. Face aux gigantesques tempêtes Warp qui engloutissaient des systèmes entiers, aux attaques constantes des forces du Chaos, aux Xenos déchaînés et plus encore, l’Adeptus Astartes fut fragilisé comme jamais. De nombreux Mondes Chapitraux sont à présent assiégées, et certains Chapitres furent détruits ou perdus. Même ceux qui s’en tirèrent relativement bien subirent de lourdes pertes et avaient désespérément besoin de renforts.
HistoiresImpérialesLogo.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLa Cicatrix Maledictum a déchiré la galaxie en deux, permettant aux énergies corrompues du Warp de bouillir à travers la blessure de la réalité. La présence de tant d’énergie empyréenne brute a créé des ravages incalculables dans tout l’Imperium, rendant certaines populations folles, exacerbant les tensions dans des régions autrement pacifiées et intensifiant les conflits tout au long de la Grande Faille. Les individus psychiquement sensibles ont ressenti l’impact le plus profondément, mais il y a des conséquences d’une grande portée pour chaque race et faction. Ce phénomène a été surnommé l’Éveil Psychique, et il ne fait qu’augmenter en gravité. Un lieu de perturbation extrême peut être identifié par un tourbillon croissant d’énergies sombres, signalant une terreur et une mort inévitables.
HistoiresImpérialesLogo.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkAlors qu’en ces heures sombres, la fin de l’Imperium semblait imminente, une lueur d’espoir naquit au cœur d’une galaxie envahie par les ténèbres : la Croisade Indomitus de Roboute Guilliman, une immense coalition de forces impériales qui porta le fer à l’ennemi et secourut des centaines de planètes assiégées. Suite à la Noctis Aeterna, les citoyens de nombreux mondes impériaux regardèrent avec appréhension le ciel qui ondulait étrangement au-dessus d’eux, craignant ce qui risquait de jaillir des étoiles. Néanmoins, tous les hommes ne se laissèrent pas paralyser par la terreur, et firent de leur mieux pour que leur planète isolée reprenne contact avec le reste de l’Imperium. Plus d’une dizaine d’expéditions d’envergure furent entreprises une fois les pires tempêtes Warp de l’histoire de l'Imperium calmées, notamment la Croisade Aquila, et la tentative d’une force de frappe des Revilers visant à reprendre le Secteur Donlar. La plupart échouèrent, voire se terminèrent en désastre, à l’instar de la Croisade Charon. Cependant, une d’entre elles connut un franc succès.
EreIndomitus.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkDurant la phase préliminaire de la Guerre de Vigilus, le destin de la planète était sur le point de basculer. Du fait de sa proximité avec l’Œil de la Terreur, elle était depuis longtemps sur le pied de guerre, mais avec l’avènement de la Cicatrix Maledictum, Vigilus était inestimable pour l’Imperium comme pour les Xenos et le Chaos.

La planète Vigilus avait de tout temps été reconnue comme un pivot du Segmentum Obscurus. Lorsque la Grande Faille s’ouvrit, elle devint plus que jamais indispensable.

Vigilus était une planète si importante pour l’Imperium que lorsqu’une Waaagh! d’Orks jaillit de la Grande Faille, les défenseurs du système réagirent instantanément. Les forces de l’Astra Militarum et de l’Adepta Sororitas stationnées sur place continrent l’invasion Ork et les empêchèrent de dévaster les étendues ruchières tandis que plusieurs Chapitres Space Marines étaient envoyés en renfort depuis le Secteur Stygius et au-delà. Les vagues de renforts suivantes étaient commandées par nul autre que Marneus Augustus Calgar, Maître de Chapitre des Ultramarines, accompagné de certains des esprits les plus affûtés de l’Adeptus Astartes.
GuerreDesBetes.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkDans les remous du Warp, des yeux avides observaient. Ils s’attardaient sur les marches méridionales de l’Ultima Segmentum. Nurgle les voulait pour lui. Il désirait les combler de ses bienfaits, voir leurs citoyens se couvrir d’excroissances et se lamenter alors que leurs autres organes pourriraient et se détacheraient. Les mondes d’Ultramar étaient beaux, prospères et bien gouvernés. Sans surprise, de tels joyaux suscitaient la convoitise de Nurgle. Le Père des Pestes désirait annexer ces mondes directement à son propre Jardin du Royaume du Chaos, et il assigna cette tâche à ses enfants. Quand la Grande Faille eut déchiré la réalité et déversé l’énergie du Warp dans la galaxie, Nurgle jugea le moment venu.
Mortarion.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkDe toutes les hérésies et rébellions qui entachèrent l’Âge de l'Apostasie, l’une des plus notables fut le Fléau de l’Incroyance perpétré par le Cardinal Bucharis. Son souvenir contribue à rappeler à l’Ecclésiarchie et à son clergé que le pouvoir corrompt aisément celui qui le possède, car, au regret de l’Adeptus Ministorum, Bucharis employa sa ferveur et son courage à son propre accomplissement plutôt qu’à celui de l’Humanité.
HistoiresImpérialesLogo.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkLes Xenocides Rangdans eurent lieu dans les années 860.M30. Durant l’expansion de la Grande Croisade, des Flottes Expéditionnaires franchirent la Frange Orientale de la galaxie et attirèrent l’attention des Rangdans, une espèce d’une grande puissance macabre et technologique.Au début de la Grande Croisade, l’Imperium était un fragile territoire organisé dans le vide de l’espace, assiégé de tous côtés par des forces de terreur monstrueuse qui ne furent tenues en échec que par le sang et le sacrifice de millions de héros oubliés. Pour chaque croisade claironnée aux masses comme un héritage sûr de triomphe et de gloire, comme la victoire tant louée d’Ullanor, il existe une centaine d’histoires terribles d’impasse désespérée avec des forces malignes au-delà de l’entendement des mortels. Si les habitants de l'Imperium avaient pris conscience du terrible péril dans lequel ils se trouvaient à l’époque précaire de la Grande Croisade, il est probable que la terreur les aurait maintenus prisonniers sur la Vieille Terre, sans jamais atteindre les étoiles. Parmi toutes ces menaces cachées et ces guerres terribles contre l’inconnu, la plus tristement célèbre parmi les spécialistes de l’interdit est celle des Xenocides Rangdans.
XenocidesRangdans.jpg


Parchemin.jpg
PreviewSymbolMisc.png
linkDans mes rêves, le ciel brûle. Les étoiles brillent juste assez pour noyer les ténèbres alentour. Mon cœur se languit de voir leur lumière, et un tel espoir m’arrache des larmes.

Puis les étoiles se mettent à mourir.

À vaciller.

À défaillir.

Une par une, elles se consument, réduites en cendres qui tombent comme la neige. Elle se pose sur mon visage renversé, se mêle à mes larmes. Mon espoir s'est changé en terreur, mes doigts, que je passe sur mes joues, laissent un sillon de ténèbres qui brûle ma peau.

Je tombe à genoux dans les cendres? Je sais que la fin est arrivée.

Ma fin.

La fin de tout.

Mais soudain, une réalité me frappe. Une révélation. Je peux mettre un terme à tout cela ! J’arrache mon regard aux cieux mourants et je creuse, craignant qu’il soit déjà trop tard. Les cendres recouvrent une chose, qui a été cachée et qui est capable de stopper l’extinction des étoiles.

Mes doigts courbés dévoilent un motif dans les cendres. Je décèle des formes évoquant des fournaises et des bouches hurlantes, des chaînes, des marteaux. En leur cœur se dresse une silhouette aux yeux de braise. Elle se tourne.

La terreur s’empare de moi, et je creuse.

Il y a un autre motif sous le premier. Une forteresse, imposante et redoutable, mais rongée par les bêtes qui s’agitent contre ses murs. Une fois encore, les braises dansent sous mes yeux, courant sur le bastion de cendre comme une fissure. Avant que l’image se brise, ces lignes incandescentes prennent la forme d’un géant écarlate.

Dans le ciel, les étoiles meurent encore.

Je creuse.

Je vois une forêt de cendre pousser, se flétrir et pousser à nouveau.

Je vois un antique chevalier à genoux sur le lieu de sa victoire et pleurant des braises.

Je vois un cercle dans un cercle dans un cercle, des cercles concentriques. Et en leur milieu… rien.

La lumière faiblit et je continue de creuse. Il ne peut pas être trop tard.

Et je la trouve enfin. La clé, affreuse, est faite d’airain, d’os et de pierre. Sa surface rouillée es chaude et brûle mes doigts ensanglantées. Je dois ignorer la douleur. Je dois mettre un terme à tout cela.

Mais je dois trouver la serrure de cette clé.

Alors que le rêve s’estompe, mon regard est attiré par les cieux vides au-dessus. Je ne veux pas regarder, mais je le dois.

Il reste si peu d’étoiles, et elles tournoient et fusionnent en un unique point ardent, si brillant qu’il brûle mes yeux. Je sais que j’ai troublé la serrure. Mais en levant ma main tremblante, je suis pris d’une peur.

Qu’est-ce qu’elle retient ?

Que vais-je libérer ?

Le doute m’assaille et j’ai soudain l’impression qu’on se sert de moi. Mais je suis pris dans le rêve et ne peux résister.

La clé glisse dans une serrure brillant comme des étoiles mourantes.

Elle tourne, et les flammes m’engloutissent.

Je m’éveilles en hurlant, les ongles arrachés de mes doigts enflés, des larmes de sang sur mes joues.

Parfois, quand j’ai de la chance, je ne rêve pas pendant des jours.

Mais les songes reviennent toujours.
AOMBattle.jpg