Maison Ærthegn

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




Symbole de la Maison Ærthegn.
Acceptés dans les rangs des Maisons de Chevaliers Impériaux uniquement sur ordre personnel d’Horus, et traités par leurs pairs avec dédain et une hostilité prudente, les Chevaliers de la Maison Ærthegn étaient passés maîtres dans l’art du maraudeur. Frappant à l’improviste et avec une force écrasante, les machines noires de ces ravageurs frontaliers chassaient avec une efficacité brutale, d’abord pour leur propre compte, puis sous l’autorité du commandement du Maître de Guerre, n’accordant aucune valeur aux duels d’honneur ou autres idéaux chevaleresques qui ont été pendant tant de siècles terrestres la pierre angulaire de la culture d’un Monde Chevalier. La survie en solitaire sur la frange froide et sombre de la galaxie avait, par nécessité, forcé la Maison de Chevaliers à devenir plus redoutable que les monstres qui l’entouraient, et dans les guerres de l’Hérésie, elle s’avérera être une arme mortelle dans l’arsenal des Traîtres.

Les guerriers sauvages connus dans les archives impériales sous le nom de la Maison de Chevaliers d’Ærthegn ont été rencontrés pour la première fois dans les franges les plus septentrionales de la galaxie, au-delà de la limite du Segmentum Ultima ; une région où abondent les cadavres brisés de planètes dépouillées par des siècles de guerre brutale pendant l’Ère des Luttes. Cette région désolée était loin de l’avancée des armées de l’Empereur pendant la Grande Croisade, et les quelques Libres-Marchands et agents de l’Imperium qui s’y aventuraient et en revenaient rapportaient souvent des récits du Wrækan Dreor, une expression dans le curieux dialecte proto-gothique de la région qui se traduit par "pèlerins de sang et de cendres". Ce groupe de guerriers était composé de ravageurs ayant accès au voyage Warp primitif par le biais de Psykers asservis et torturés, et était connu pour être la terreur des étoiles environnantes, descendant de l’orbite avec des armes terribles, massacrant ceux qui s’opposaient à eux et dépouillant les villes de leurs hommes et de leur matériel avant de disparaître à nouveau dans les profondeurs noires du vide. Alors que la Grande Croisade se rapprochait de cette morne frontière au cours de son deuxième siècle, il devint rapidement évident pour les explorateurs que les Wrækan Dreor étaient en fait les descendants d’un Monde Chevalier perdu, très altéré par les épreuves de la Longue Nuit. Alors qu’un certain nombre de petites expéditions impériales étaient la proie de leurs déprédations, les agents du Mechanicum étaient impatients de récupérer la maison, ou si elle s’avérait trop dégradée, de la purger et de récupérer ses machines de guerre. Ce n’était cependant qu’une question parmi tant d’autres qui devait attendre d’être résolue, car la Croisade d'Ullanor et une douzaine d’autres opérations majeures étaient alors en cours.

Ce n’est qu’après le départ de l’Empereur pour Terra et la réorganisation des forces de l’Imperium sous le commandement stratégique d’Horus Lupercal, nouvellement nommé Maître de Guerre, que des éléments de la Légion des Space Wolves furent chargés de soumettre ou de détruire les Wrækan Dreor, les jugeant trop dangereux pour la sécurité des marches nord de l’Imperium pour les ignorer plus longtemps. Cependant, une série de turbulences Warp inattendues a empêché la flotte punitive des Space Wolves de faire des progrès significatifs, tout en perdant plusieurs vaisseaux, et finalement ses ordres ont été annulés alors que les Wrækan Dreor attaquait Altus Ferro, un monde récemment revendiqué par les agents du Monde-Forge Cyclothrathe. Le destin a voulu qu’à ce moment-là, une division de la 63e Flotte Expéditionnaire, celle d’Horus lui-même, se rende aux installations voisines de Port Maw et Manachea pour se réapprovisionner, et c’est Horus et sa Légion des Sons of Horus qui ont répondu à l’appel. Affrontant les Chevaliers en armure d’ébène des Wrækan Dreor sur les mers gelées d’Altus Ferro, Horus aurait personnellement détruit le Chevalier du commandant ennemi, tandis qu’une phalange de Terminator des Terminators Justaerin et de chars d’assaut Spartan retenait le reste de l’ennemi.

Ce puissant fait d’armes mit fin à la bataille et les guerriers survivants de la bande des Wrækan Dreor, voyant dans le Maître de Guerre un puissant seigneur, jurèrent fidélité à Horus selon la tradition de leur peuple, le nommant Maître et "donneur d’anneaux", et l’informant qu’ils n’étaient qu’une bande parmi d’autres. La suite des événements reste inconnue, mais on pense qu’Horus n’a pris qu’un seul vaisseau et sa compagnie pour se rendre au cœur du territoire des Wrækan Dreor, dans les décombres de leur monde natal où les différentes bandes des Wrækan Dreor se livrent à des guerres intestines et sauvages pour les ressources et la gloire gorgée de sang. Avec ses propres Sons of Horus et les Chevaliers ayant prêté serment à son service, le Maître de Guerre s’est lancé dans une campagne de diplomatie et de violence contrôlée qui a opposé chaque petit seigneur de guerre à ses voisins, et qui s’est terminée par le serment de chaque groupe de servir Horus ou par leur dispersion et leur disparition dans son sillage.

À son retour dans l’espace impérial, l’autorité incontestable du Maître de Guerre a permis l’incorporation rapide des Wrækan Dreor en tant que Maison de Chevaliers de l’Imperium. Ils furent inscrits au Collège d’Armes Impérial sous le titre d’"Ærthegn", un nom tiré de leurs légendes par Horus pour les représenter auprès de l’Imperium. Pourtant, derrière le masque de la Maison Ærthegn, ces guerriers sauvages sont restés fidèles à leurs anciennes habitudes, rôdant dans les secteurs non-reconnus au-delà des frontières grandissantes de l’Imperium, sous les ordres d’Horus, affinant leurs compétences et attendant son appel à la guerre.

Presque aucun document n’existe pour raconter aux érudits impériaux de l’ère actuelle les horreurs endurées par la Maison Ærthegn au cours de l’Ère de Luttes qui les a forgés comme Wrækan Dreor. Peu d’entre eux, à l’exception des officiers de la XVIe Légion et de leurs proches alliés, les ont rencontrés autrement que pour les amener au combat, et les documents soumis à l’Officio Militaris avant le déclenchement de l’Hérésie d’Horus se sont révélés, au mieux, trompeurs. On sait que la planète d’origine de la Maison Ærthegn a été détruite lors d’une calamité inconnue, réduite à des obélisques de roches éclatées auxquelles s’accrochent aujourd’hui les plus petites parcelles d’atmosphère. Les fragments de la planète formaient une partie de la Dérive d’Hrethmael, que les restes de la Maison Ærthegn ont revendiqué comme leur domaine de garde, ainsi qu’un nombre inconnu de complexes lourdement fortifiés enterrés en leur sein.

Le fait que les restes éparpillés de cette maison autrefois fière possédaient l’aptitude technologique pour construire et entretenir de telles enclaves, ainsi que leurs propres vaisseaux et Armures Chevaliers, fait beaucoup pour démentir l’apparence et le comportement primitifs des guerriers de la maison. Chacune de leurs enclaves servait de base à une seule sous-division de la maison, ainsi que d’entrepôt pour la multitude de biens et autres fournitures saisis lors des raids incessants perpétrés par chaque enclave sur les systèmes stellaires voisins, qu’ils soient humains ou Xenos. Ces attaques continues étaient la principale méthode de survie de la maison, et la compétition pour les ressources était telle que les combats entre les enclaves étaient monnaie courante, et que tout signe de faiblesse était un signal pour que d’autres de leur espèce descendent et dépouillent l’enclave défaillante de tout matériel utilisable.

La force de combat de la Maison Ærthegn était constituée d’un certain nombre de bandes de guerriers, chacune centrée sur un seul chef de guerre à la bravoure reconnue, aux prouesses martiales et, plus important encore pour les guerriers de la Maison Ærthegn, à la générosité avérée alimentée par la conquête. Les membres de ces bandes de guerriers attendaient de leurs chefs qu’ils les dirigent au combat et qu’ils leur offrent de somptueux cadeaux choisis parmi le butin de leurs raids, et en retour, ils étaient intrépides sur le champ de bataille et loyaux jusqu’à la mort. De nombreuses légendes parmi les Wrækan Dreor célèbrent la loyauté dans l’adversité et, dans leurs rangs sauvages, les personnes qui rompent leur serment sont particulièrement méprisées.

Sur le champ de bataille, les guerriers de la Maison Ærthegn n’ont guère changé depuis l’époque où ils étaient des pillards aux mains sanglantes. Les tentatives d’Horus pour les civiliser n’ont été qu’un simple coup d’épée dans l’eau pour la Divisio Militaris. Dirigés par des chefs qui occupent une position similaire à celle des sénéchaux des autres Maisons de Chevaliers, les guerriers méprisent les hiérarchies strictes des autres. Il existe peu de grades officiels parmi eux, mais beaucoup des guerriers les plus expérimentés détiennent des titres honorifiques informels obtenus par acclamation populaire pour leurs exploits au combat ; les jeunes guerriers suivent l’exemple de ces vétérans, désireux de partager leur gloire. Les ordres des étrangers qui se considèrent comme des autorités sont rarement pris en compte, mais lorsque l’un de ces vétérans avance, ses frères se regroupent autour de lui, l’ost réagissant au flux de la bataille comme une meute de canidés sauvages en chasse.

Il est évident que l’incorporation des Wrækan Dreor dans l’Imperium sous le nom de Maison d’Ærthegn n’a guère changé leurs méthodes brutales, et n’a peut-être servi qu’à les rendre plus dangereux sous le parrainage du Maître de Guerre. Le contact avec l’Imperium avant l’Hérésie était mené presque exclusivement par les Sons of Horus et ses forces de maintien, et le Monde-Forge de Cyclothrathe et quelques Libres-Marchands ayant des liens avec le Maître de Guerre ont réapprovisionné les machines de guerre détenues par la Maison Ærthegn dont le nombre avait été réduit par les raids incessants et les querelles, et restauré les technologies que le temps avait ravagées.

Les Trônes de Sang[1]

Certains parmi les rangs du Mechanicum ont avancé la théorie que la destruction de leur monde natal a laissé les Trônes Mechanicum récupérés du Dôme de Communion de la Maison Ærthegn irrémédiablement endommagés ou les Schémas de Réparation de la Maison était en quelque sorte mutilés. Les circuits neuronaux complexes qu’ils contiennent, autrefois destinés à inculquer à ceux qui leur étaient liés le besoin de protéger leur domaine ancestral, les tourmentaient aujourd’hui avec le besoin impérieux de reconstruire ce qui avait été brisé au-delà de toute réparation. C’est ainsi qu’au cours des siècles de l’Ère des Luttes, les guerriers des Wrækan Dreor auraient été poussés à faire des raids et à piller par les impulsions de leurs Trônes Mechanicum, entraînant hommes et ressources vers les fragments brisés de leur royaume, cherchant au-delà de la raison à restaurer ce qui a été détruit et à remplacer ce qui a été perdu.

Sans être gênés par leur chef désigné, Kynerak Gravewalker, qu’Horus a nommé maître de la maison, la compétition armée entre les enclaves des Wrækan Dreor s’est intensifiée afin qu’ils puissent prouver leur valeur à leur chef et à leur nouveau suzerain. Chaque fois qu’ils avaient l’occasion de se mesurer en duels sanglants à d’autres Maisons de Chevaliers Impériaux ou à des Chevaliers Sans-Fief, les Wrækan Dreor la saisissaient, proposant souvent des provocations délibérées afin de s’assurer que ces duels soient mortels - une pratique qui leur valut rapidement une mauvaise réputation auprès de leurs "alliés". Même avant le déclenchement de l’Hérésie, nombreux étaient ceux qui souhaitaient que Kynerak fasse l’objet d’une sanction officielle, à la fois pour les actions de ce qu’Horus considérait comme des "éléments voyous" de la maison et pour ses propres actes, comme le saccage du monde d’Alrus-Legia, où 100 000 citoyens nouvellement amenés à la Conformité ont été massacrés ou condamnés à une vie de servitude parmi les Wrækan Dreor.

La seule action prise par Horus pour modifier les guerriers de la Maison Ærthegn fut l’envoi d’un contingent de prêtres de la Loge Davinite et de superviseurs des Sons of Horus à la fin de 004.M31 pour "…les aider à s’acclimater à la culture impériale." Ces soi-disant "Prêtres du Corbeau" semblent avoir eu un impact profond sur la Maison Ærthegn, si l’on en croit l’ajout du symbole du corbeau sur nombre de leurs armures. Cependant, plutôt que de renforcer leurs liens avec l’Imperium, il semblerait que cela n’ait fait que renforcer leur loyauté envers le Maître de Guerre et joué un rôle dans leur descente ultérieure dans la folie et leur fuite au-delà des limites de la vengeance impériale.[2]

Force Matérielle[modifier]

Dans les années qui ont précédé leur unification avec l’Imperium, on pense que les Wrækan Dreor comptaient plus de 150 Chevaliers répartis en sous-factions, soutenus par une importante force d’infanterie de maraudeurs et d’esclavagistes à bord de navettes et d’autres petits aéronefs capables de voler dans une atmosphère. Si certains de ceux qui ont résisté à Horus lorsqu’il est arrivé dans le système d’origine caché de la Maison Ærthegn ont péri au combat, il semble que la majorité ait survécu et, en tant que chef de guerre charismatique, Horus a pu les lier à son emprise plutôt que de les détruire.

Lorsque la Maison Ærthegn a été intégrée au service impérial, les documents officiels soumis à la Divisio Militaris par les officiers des Sons of Horus atteste que la force de combat totale de la Maison Ærthegn s’élevait à environ 100 Armures Chevaliers, pour la plupart d’anciens modèles de Chevaliers Questoris Paladin ou de Chevaliers Questoris Errant ; une estimation qui les plaçait parmi les plus petites Maisons de Chevaliers incorporées à l’Imperium de grade Tertius. Après le début de la rébellion du Maître de Guerre Horus, il est rapidement devenu évident que ces chiffres étaient loin d’être exacts ; alors même que les premiers actes fratricides de l’Hérésie d’Horus étaient entrepris, des Chevaliers portant les couleurs de la Maison Ærthegn, dont le nombre était bien supérieur à celui des rapports de la Divisio Militaris, ont été lâchés sur les avant-postes impériaux et les garnisons isolées qui s’étaient déclarés pour Terra, ou qui s’en tenaient à une naïve revendication de neutralité. Les guerriers de la Maison Ærthegn, dont le nombre a été dissimulé sur les ordres d’Horus, étaient peut-être près de 300, rivalisant avec certaines des plus anciennes et des plus grandes Maisons de Chevaliers au service de l’Imperium.

Les quelques Chevaliers détruits récupérés lors de batailles à l’avant-garde de l’avancée d’Horus dans le nord de l’Imperium, souvent des Armures Chevalier Cerastus Lancer de fabrication récente, portaient les marques distinctives du Monde-Forge Cyclothrathe. Le fait que de telles forces aient été dissimulées au grand jour et dotées des technologies les plus avancées en secret témoigne des subtilités cachées et de la longue préparation de la rébellion du Maître de Guerre Horus.

Il est, cependant, tout à fait possible que ces suppositions et rapports ne contiennent pas toute la vérité. Plusieurs rapports provenant de commandements loyalistes assiégés sur la bordure galactique septentrionale détaillent l’intervention de bandes de chevaliers dont les marques et les tactiques correspondaient à celles des Wrækan Dreor d’autrefois, avant l’arrivée de l’Imperium. Imprévisibles et sauvages, ces guerriers semblaient tout aussi susceptibles d’anéantir ceux qui combattent sous la bannière d’Horus avant leur départ que de massacrer les deux camps et de purger le champ de bataille une fois les combats terminés. Pourtant, dans les jours sombres de l’Hérésie d’Horus, même les alliés les plus imprévisibles étaient les bienvenus.[3]

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Nous vivons l’heure la plus sombre de l’Humanité. »
  • The Horus Heresy, Book Four - Conquest
  1. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter House Ærthegn - Thrones of Blood (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  2. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter House Ærthegn (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  3. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter House Ærthegn - Material Strenght (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)