Libération (Nouvelle)

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

Nombreux sont ceux qui, dans la galaxie, entendent l’appel de l’Eveil Psychique - et les Technoprêtres Déchus du Mechanicum Noir ne font pas exception. Sur le monde corrompu d’Ordex-Thaag, l’une de ces hérétiques est sur le point d’entendre cet appel d’une manière très littérale qui la changera à jamais…

+ + + + +

«  »

Maerica Threxx tira le levier du Génératorium Interdictio. Une lumière rouge inonda la fonderie située sous la croûte d’Ordex-Thaag. Elle ferma les yeux et savoura le pouvoir qui l’envahissait. Certes, elle ne valait guère mieux que le plus humble des esclaves technologiques, mais en cet instant, le pouvoir - le vrai pouvoir - était à sa portée.

« Libère-moi, » chuchota la voix.

« Veuillez répéter, Prêtre Threxx, » demanda le surveillant encapuchonné, s’immisçant dans ses pensées.

Maerica secoua la tête et leva les yeux, réalisant qu’elle fixait le Génératorium Interdictio de l’autre côté de la pièce depuis un bon moment maintenant.

« Je n’ai rien dit, superviseur, » dit la jeune Technoprêtre. Ses Mécadendrites inférieures tressaillirent nerveusement avant qu’elle ne les reprenne en main par une pensée concentrée.

Les capteurs optiques du Dirigeant étaient alignés en forme d’étoile à huit branches sous sa capuche en lambeaux. Ils émirent un bourdonnement pendant qu’ils se réajustaient. Après un moment de silence mesuré, il hocha la tête. « Affirmatif. Une erreur de mes capteurs auditifs. Reprenez le travail, Prêtre Threxx. »

« Oui, superviseur, » répondit Maerica.

Elle relâcha un souffle qu’elle n’avait pas réalisé avoir retenu. Elle regarda à nouveau le Génératorium Interdictio. La machine était une énorme chaudière en laiton foncé. Elle était truffée de jauges et d’écrans qui tintaient et tictaquaient avidement, et des sceaux de protection sombres avaient été gravés sur sa surface. Une énorme trappe en verre attira le regard de Maerica, comme elle l’avait fait si souvent au cours de la semaine passée. Il y avait quelque chose là-dedans, quelque chose de puissant, qui jouait avec des émotions qu’elle pensait avoir éliminées depuis longtemps. Une lumière rouge sombre pulsait derrière la trappe, et alors que Maerica la fixait, la lumière l’emplissait jusqu’à noyer toute vue, tout son, toute pensée…

« Libère-moi, » chuchota la voix.

« Erreur. Prêtre Threxx, je répète, retournez à vos occupations. » Maerica détourna les yeux, surprise, lorsque le surveillant est apparu à son poste. Malgré sa voix sans émotion, ses mots parvenaient à paraître menaçants. Maerica ne serait pas la première des prêtres du Mechanicum Noir d’Ordex-Thaag à être entraînée dans l’obscurité pour sentir le sable sous ses pieds nus, endoloris et ensanglantés, alors qu’elle traînait sa masse ravagée vers l’avant et-

La Technoprêtre déglutit difficilement, regardant autour de la chambre du four. « O-oui, superviseur, affirmatif, » dit-elle, en regardant en arrière vers sa Forge-Sanctuaire, où une vrille mécanique à moitié construite attendait.

Le superviseur s’est penché vers elle, les capteurs optiques vrombissant doucement. « Le Generatorium Interdictio ne vous concerne pas, prêtre. Sachez quelle est votre place. Vous ne chercherez qu’à rendre service. »

« Oui, superviseur", » a-t-elle répondu consciencieusement. « Je ne suis rien. Je serai utile. »

Le surveillant s’est redressé d’un coup sec et s’est éloigné. Maerica ferma les yeux et essaya de calmer les battements de son cœur. Cela faisait des années qu’elle ne s’était pas sentie aussi agitée, aussi… humaine. Elle combattit l’envie de regarder à nouveau le Generatorium Interdictio et essaya de se concentrer sur sa tâche. Ses mécadendrites se sont levées de sa robe noire pour continuer son travail délicat. Des étincelles volaient alors qu’elle gravait des runes sur un autre segment de la vrille métallique. Elle ne savait même pas ce que signifiaient les mots sombres qu’elle écrivait, elle ne connaissait que la douleur, une douleur incroyable en regardant ses mains. Le grain tranchant du désert, dérivé par de puissantes rafales de tempête, avait pelé sa peau. La chair en dessous, ouverte aux déchets toxiques de l’Ordex-Thaag, était infectée, suintant un pus sombre et épais le long de ses bras. Elle sentit le poids lourd du Generatorium sur son esprit lorsqu’elle réalisa qu’elle fixait à nouveau la machine.

« Libère-moi. »

La griffe du superviseur se referma comme une pince hydraulique autour de son épaule. Elle sentit le contact métallique froid à travers ses robes, douloureux sur sa peau fiévreusement chaude. « Attention, prêtre Threxx, » dit le surveillant. « Je répète que le Génératorium Interdictio ne vous concerne pas. Tout autre manquement sera puni. Reprenez votre travail immédiatement. »

Maerica hocha la tête précipitamment. « Je serai obéissante, superviseur. »

La griffe du surveillant la fit tourner, la forçant à lui faire face. Les nombreuses lentilles sous sa capuche l’ont regardée sans sympathie. Il semblait évaluer sa valeur. Puis il l’a lâchée et s’est détourné.

Maerica regarda le surveillant se frayer un chemin dans la fonderie, les yeux couverts de croûtes et d’acariens, presque aveuglés par le travail pénible de la fonderie. Le travail dans la fonderie, se dit-elle. Se concentrer. Une fois de plus, ses mécadendrites pendaient inutilement de sa forme maladroite tandis qu’elle se balançait. Les extrémités mécaniques dessinaient des lignes ondulantes dans le sable, laissant échapper des huiles saumâtres alors qu’elles s’emmêlaient avec une boucle pendante de ses entrailles bombées par son ventre déchiré. Elle n’était vraiment rien. Rien d’autre qu’une misérable monture pour la machine massive qui avait fusionné avec elle alors qu’elle se levait et marchait vers le Génératorium Interdictio.

« Libère-moi, » chuchota la voix, pressante, lancinante. « Libère-moi. Relâche-moi. Libère-moi. »

Le surveillant lui barra la route et lui serra les bras avec ses griffes mécaniques. Deux servo-bras surgirent de son dos et s’agrippèrent à ses épaules, tandis que de minces mécadendrites rampaient des profondeurs de sa robe pour la ligoter davantage. « Prêtre Threxx, vous avez été prévenue, » s’exclama-t-il. Ses mécadendrites s’enroulaient autour d’elle. La pression était écrasante.

« La déconstruction est maintenant imminente. » Lentement, il l’attrapa, la soulevant du sol.

« Libère-moi, » lui demanda la voix. « Relâche-moi. Libère-moi. Libère-moi, libère-moi, libère-moi, LIBÈRE-MOI. »

Sa tête s’est retournée et elle a fixé le visage du surveillant directement. « Libère-moi, » grogna t’elle.

C’était sa voix, mais il y en avait une autre, à peine audible, qui lui donnait le pouvoir dont elle savait maintenant qu’elle avait longtemps rêvé. Si le surveillant avait été capable de surprise, il l’aurait sûrement exprimée alors que Maerica se dégageait de son emprise avec une force inhumaine.

« Libère-moi, » cria la voix tandis que Maerica se précipitait sur le surveillant effondré, se précipitant vers la lumière pulsante du Génératorium Interdictio.

« Libère-moi, » cria la chose alors qu’elle évitait les Servitors qui tentaient de l’intercepter. « Libère-moi, » cria-t-elle avidement en saisissant le levier. Le temps s’est arrêté pendant une seconde quand un souvenir soudain a inondé son esprit. Elle se souvint de la poignée de laiton rugueuse sous sa prise, de la lueur pourpre, de la chose derrière la vitre, d’une lumière palpitante fixant profondément son âme, la rendant humaine, la rendant plus…

« Libère-moi, » cria la voix une fois de plus, et maintenant elle l’a reconnue pour ce qu’elle était vraiment. Et comme elle se voyait tirer le levier, lentement, inévitablement, Maerica Threxx cria aussi.

« Libère-moi, » bêla la créature de ses mâchoires déformées, crachant des cordes sombres de salive sanglante alors qu’elle se traînait dans le désert à la surface d’Ordex-Thaag, harcelée par un souvenir atroce qui se répétait encore et encore. « Libère-moi, » cria-t-il aux nuages sombres illuminés par le vert malade des tempêtes de distorsion en ébullition. La créature rampa dans le sable chaud et toxique, ses genoux et ses mains écorchés se décomposant. Sur son dos, fusionnée à sa chair, se trouvait une énorme chaudière en laiton. Une épaisse trappe de verre rayonnait d’une lueur cramoisie, plus brillante à chaque jour de souffrance de son hôte. « Libère-moi, » hurlait la monstruosité. Il n’y avait plus de larmes pour remplir ses yeux incrustés de crasse.

« La fusion du spécimen 209-Theta a été un succès, maître, » croassa le petit Idolâtor sans oser lever les yeux vers son seigneur. « Les rapports indiquent que la créature s’est échappée dans les déserts autour de la flèche après avoir détruit la fonderie. Le nombre de victimes est acceptable. Le spécimen est maintenant alimenté par l’hôte, devenant plus fort chaque jour tout en restant contenu. »

« Excellent. » La silhouette sur le trône était à peine visible dans la salle obscure, sa voix était calme mais ferme. Une autorité indéniable rendait la voix clairement discernable du grondement des machines lourdes et du cliquetis des chaînes barbelées suspendues au plafond. « Quelle nuisance qu’il se soit échappé. Je jure que ces satanés prêtres le font exprès pour me mettre en colère. »

« Oui, maître, » s’empressa d’acquiescer l’idolâtor. « Dois-je organiser la capture de la créature ? »

« Non, » décida la figure sur le trône après une brève pause. « Laissez la chose souffrir encore un peu. Elle doit devenir forte avant que nous puissions l’installer dans la machine. Laisse-là s’amuser avec l’hôte quelques jours de plus avant de l’attraper. »

« Oui, maître. Nous observerons la créature jusqu’à ce que vous la jugiez… mûre. » L’idolâtor s’inclina raidement et s’est caché dans l’ombre de la salle caverneuse.

Le Magnat Waersk se pencha en avant et posa sa tête sur son poing en regardant l’Idolâtor s’éloigner. Les traits du Noble Déchu étaient marqués par une sombre anticipation. Dans peu de temps, ses plans se concrétiseraient. Pas longtemps avant que cette misérable planète ne serve son but et aide la Maison Lucaris à prendre sa juste vengeance sur la galaxie.

Source[modifier]

Pensée du Jour : « La vérité est un autre mensonge raconté par les ignorants. »
  • Warhammer Community - Psychic Awakening : Release de WEHNER DIRK[1] (traduit de l’anglais par Trazyn l'Infini)