Catégorie:Legios Titaniques

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Legio Titanique)
Sur Mars, durant l’Ère des Luttes, les Titans apparurent, avatars du Dieu-Machine.
Étant l’un des piliers les plus anciens du Mechanicum, la Collegia Titanica concentre les puissants Titans, chacun étant un géant métallique bipède possédant un armement capable d’aplanir des quartiers entiers, et protégés par des Boucliers Voids et des blindages capables de repousser les attaques de tous les ennemis, sauf les plus imposants. Bien que peu nombreux par rapport aux innombrables osts de la Grande Croisade, les Legios Titaniques combattirent à l’avant-garde de l’expansion de l’Imperium, apportant la lumière de l’Unification aux mondes bénis de l’Humanité.

Les soi-disant "machines-divines" des Legios Titaniques ont servi l’Humanité bien avant l’Ère des Luttes, leurs origines perdues dans le Moyen-Âge Technologique. Les Legios elles-mêmes ont vu le jour sur Mars pendant l’anarchie de la Vieille Nuit, quand la légendaire Triade Ferrum Morgulus a été créée. Ce trio d’Ordres naissants se composait de la Legio Tempestus, de la Legio Mortis et de la Legio Ignatum, et pendant qu’elles se dressaient contre les horreurs de la Vieille Nuit, les Xenos affamés et les aberrations qu’étaient les machines à penser, elles étaient tout aussi susceptibles de se battre les unes contre les autres, car chacune servait avant tout les intérêts de sa Forge natale, de sorte que pendant tout le long âge de l’anarchie, des rivalités se sont établies qui, beaucoup plus tard, allaient porter des fruits amers.[1]

Le Seigneur de Terra

Lorsque l’Empereur de l’Humanité arriva sur la Planète Rouge, après avoir apporté l’unité à l’ancienne Terre ravagée par la guerre, sur l’Olympus Mons, les Seigneurs de la Planète Rouge reçurent une place à côté de l’Imperium de l’Humanité, mais le Mechanicum resterait toujours un empire au sein d’un empire, car d’autres domaines mécaniques que Mars existaient à travers la galaxie et jureraient avec le temps fidélité au Fabricator-Général de Mars. Reconnaissant que l’unification de toute l’Humanité ne pourrait être réalisée sans l’aide technologique et scientifique du Mechanicum, Mars devint l’alliée de Terra plutôt que son sujet, et ainsi commença la Grande Croisade.

Alors que les osts de l’Empereur avançaient toujours plus loin dans la galaxie, repoussant les horreurs qui s’étaient emparées des mondes humains dispersés pendant tant de longs siècles, les Legios Titaniques marchèrent avec eux. Combattant aux côtés des Space Marines trans-humains des Legiones Astartes, l’élite des soldats du vide du Solar Auxilia et de nombreuses autres forces dans l’Excertus Imperialis en pleine expansion, les Ordres Titaniques arrivèrent sur d’autres planètes dominées par leur famille perdue depuis longtemps, des Mondes-Forges semblables à ceux de Mars et gouvernés par des techno-théocraties similaires. Quelques-uns refusèrent de reconnaître la primauté de la Planète Rouge et durent être soumis, ou dans certains cas ont même été détruits. La majorité d’entre eux connaissait cependant la Planète Rouge à travers les quelques fragments de données d’archives et les échos de légendes qui avaient réussi à survivre à l’Ère des Luttes, et ont volontairement pris leur place dans le nouvel ordre.[2]

La Puissance des Legios Titaniques

Les plus grands Mondes-Forges nouvellement découverts hébergèrent leurs propres Ordres Titaniques, et bien que beaucoup aient développé leurs propres cultures uniques et parfois idiosyncrasiques, d’autres se sont organisés selon un schéma similaire à celle de la Triade Ferrum Morgulus de Mars, suggérant un principe ou un modèle de machine similaire à l’original, que les Seigneurs de Mars étudièrent et approuvèrent. Des Monde-Forges inférieurs ne possédaient pas les gabarits nécessaires, des ressources ou de l’expertise pour constituer et exploiter leurs propres Titans, Mars favorisa donc ceux qui lui jurèrent fidélité et à travers ce patronage elle leur construisirent leurs Titans.

À peine quelques décennies après le début de la Grande Croisade, le Mechanicum avait découvert ou fondé une vingtaine d’Ordres Titaniques. Au début du premier siècle de la Grande Croisade, les ordres de bataille par lesquels les Legios s’organisaient s’étaient quelque peu codifiés, et bien que les organismes individuels aient fait preuve d’une stratégie très variable, un certain degré de normalisation s’est avéré évident. Le Fabricator-Général proclama que les nombreux Ordres Titaniques devaient être reconnus comme une classe distincte au sein du plus grand corps qu’était le Mechanicum, afin que ses doctrines, ses traditions et ses honneurs de guerre puissent être propagés et préservés pour le bien de l’Humanité tout entière. Ce corps devait être connu sous le nom de Collegia Titanica, et tandis que les Legios elles-mêmes restaient soumises à la volonté des seigneurs de Forges individuels, elle devenaient une entité politiquement influente au sein des structures émergentes de l’Imperium naissant de l’Humanité.

La Collegia Titanica en est venu à évaluer la force de chaque Legio Titanique selon une formule complexe qui leur a attribué un grade Militaris. Les désignations de premier niveau allaient de "primus" à "denarii", avec une série de définitions numériques supplémentaires décrivant les capacités spécifiques de la Legio, ses spécialisations et d’autres caractéristiques. Bien qu’il ait rarement dit toute la vérité, car la mesure la plus évidente de la force d’une Legio Titanique était le nombre de machines-divines qu’elle pouvait déployer, les plus grandes en possédaient jusqu’à 200-300, alors que les plus petites pouvaient en rassembler à peine une douzaine. En réalité, cependant, le mélange des classes de Titans était un indicateur de puissance beaucoup plus fiable que les nombres bruts. En effet, peu d’entre elles pouvaient aligner la colossale classe Imperator, alors que presque toute alignaient un nombre significatif de Titans Scouts Warhound, la machine commune la plus légère avec l’omniprésent Titan de Bataille standard Warlord, un modèle éprouvé et puissant qui constituait l’essentiel de la principale force des Legios. Il y avait beaucoup d’autres classes en plus, notamment l’ancien Reaver et plusieurs variantes de Warlord comme le Nemesis, le Nightgaunt et d’autres, des châssis plus rares dont les designs tels que l’Apocalypse, le Carnivore et le Komodo qui étaient uniques.

Les Legios Titaniques Titans furent l’une des plus puissantes organisations militaires durant la Grande Croisade, conquérant au nom de l’Empereur.
Beaucoup de Legios Titaniques avaient un mélange particulier de machines-divines qu’elles privilégiaient lors de l’engagement d’une bataille, illustrant leurs propres doctrines de combat. La Legio Audax, aussi connu sous le nom de "Loups de Braise", par exemple, déployait un grand nombre de Titans Scouts Warhound, les employant comme meutes de chasse rapides qui étaient redoutablement efficaces pour harceler et abattre des machines-divines beaucoup plus grosses. La plupart des Legios cependant, cherchait à maintenir une force équilibrée et souple capable de mener un large éventail d’opérations et de faire face à de nombreux ennemis différents.

Bien que certaines Legios Titaniques aient utilisé leur propre langue vernaculaire, la Collegia Titanica imposa un certain degré de standardisation dans la nomenclature des unités. Selon leur rôle, les Titans étaient tout à fait capables d’opérer individuellement, et ils le faisaient souvent lorsqu’ils soutenaient des unités terrestres conventionnelles. Dans la pratique, ils étaient souvent déployés dans des formations de deux à dix machines-divines, mais divisé en unités formelles connues sous le nom de "manipule" comprenant cinq machines-divines - les chiffres ayant un signifiant occulte et numérologique de destruction dans de nombreux systèmes numismatiques de pronostic favorisés par le culte omnisissien. Le commandant le plus haut gradé d’un Titan - ou Princeps - fut nommé chef d’une manipule et cette force fut jugée suffisante pour poursuivre toutes les batailles sauf la plus apocalyptique.[3]

Les Guerriers de la Collegia Titanica

Les équipages des Titans se classent aux côtés de l’élite de l’Imperialis Armada dans l’habileté et le courage avec lesquels ils font fonctionner leurs puissantes machines de guerre, bien qu’ils soient peu nombreux par rapport aux équipages des navires de guerre spatiaux. Le Princeps est aux commandes du Titan via une Unité d'Impulsion Cérébrale, un dispositif complexe et pas tout à fait compris qui fusionne le corps et l’esprit avec celui de la machine si totalement qu’un Princeps contrôle la forme métallique du Titan comme ils le feraient avec son propre corps. Le processus est cependant à double sens, car chaque Titan, en particulier pour les machines plus anciennes, est investi de sa propre conscience individuelle qui est le produit de ses actes et de ses anciens maîtres. Cette conscience fusionne avec celle des Princeps pour créer un seul être. Cette connexion est si immersive que si le Titan subit des dommages, les Princeps les ressentent comme si leur propre chair était atteinte. Des dommages graves sont susceptibles de causer des stigmates paralysants sur le corps des Princeps, et si la machine subit un coup fatal, il est presque certain que la rétroaction cyber-cérébrale les tuera.

Les Princeps sont assistés par un équipage spécialisé, dont le nombre exact et le rôle dépendent de la classe de Titan ainsi que des doctrines de la Legio mère.

Ceux-ci sont connus sous le nom de "Moderati", et chacun a la responsabilité d’un système différent, tel que les senseurs ou la navigation, ajoutant leur propre supervision vers les Unités d’Impulsion Cérébrale des Princeps. Plusieurs de ces Moderatii sont stationnés du côté des Princeps dans la "tête" de la machine-divine, tandis que d’autres se trouvent ailleurs à l’intérieur de la puissante silhouette du Titan. Par exemple, les Moderatii, sont souvent stationnés dans la carapace aussi près de leurs armes que le permet l’anatomie complexe du Titan. De plus, un ou plusieurs Technoprêtres veillent sur le puissant générateur de plasma de la machine-divine, avec l’aide d’un petit groupe de Serviteurs. Alors qu’une classe plus légère de Titan, telle qu’un Warhound, peut n’avoir qu’une poignée de membres d’équipage, un Warlord peut en avoir une douzaine et un Imperator encore plus.

Tous les sujets d’une Legio Titanique ne servent pas dans les puissantes machines-divines, car beaucoup d’autres combattent dans leur ombre. Chaque Monde-Forge est servi par des cohortes massives de Skitarii, Secutarii et Secularis, et ceux-ci sont souvent assignés à assister les Legios Titaniques, avec des forces terrestres massives capables d’accomplir les tâches du champ de bataille que les Titans, trop grands, ne peuvent accomplir. De plus, il y a ces Mondes-Forge qui, avec des Maisons de Chevaliers vassales, marchent à la guerre précédés d’une ligne d’escarmouches rapides de lances de Chevaliers et de classes similaires de marcheurs qui font le pont entre l’infanterie et le Titan, engageant les véhicules ennemis et permettant aux Titans de se concentrer sur les machines de guerre ennemies les plus lourdes, en particulier les Titans ennemis.

C’est lorsqu’une armée doit affronter un ennemi qui est lui-même soutenu par des Titans qu’elle s’épanouit vraiment, et cela ne s’est produit qu’avec l’apparition de l’Hérésie d'Horus. Dès le début, le Maître de Guerre avait veillé à ce que le plus grand nombre possible de Legios Titaniques se rallient à sa bannière, la première d’entre elles étant la Legio Mortis - les Têtes de Mort - et bientôt d’autres suivirent. Les Titans renégats ont servi dans les toutes premières batailles de l’Hérésie Horus, y compris lors de l’Atrocité de Isstvan III et du Massacre du Site d'Atterrissage de Isstvan V. La Collegia Titanica a été divisée par la guerre et s’est éparpillée à travers la galaxie, les champs de bataille de l’Imperium anéanti s’embrasant avec le potentiel incroyablement destructeur de ces puissantes machines-divines. La bataille n’a jamais été aussi amère ni aussi dévorante que lorsque les Titans Traîtres et Loyalistes se sont affrontés dans une guerre ouverte, les soldats mortels se battant à leurs pieds étant aussi insignifiants que des insectes et tués par milliers lorsque des énergies inimaginables étaient libérées.[4]

Sur un champ de bataille, rien ne peut faire face à un Titan d’une Legio Titanique. Rien.

Source

  • The Horus Heresy, Book Five - Tempest
  1. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Titan Legions (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Titan Legions - The Lord of Terra (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Titan Legions - The Might of the Titan Legions (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Book Five - Tempest, Chapter The Titan Legions - The Warriors of the Collegia Titanica (traduit de l'anglais par Guilhem)

Pages dans la catégorie « Legios Titaniques »

Cette catégorie comprend seulement la page ci-dessous.