Legio Mortis

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher





Les Têtes de Mort
Symbole de la Legio Mortis.

Le nom de la Legio Mortis était craint et inspirait la méfiance chez beaucoup au sein de l’Imperium bien avant que la trahison et l’horreur de l’Hérésie d'Horus ne se produisent. Originaires de l’ère pré-impériale des conflits, elle était, selon les légendes lexmécaniques martienne, l’une des Triades Ferrum Morgulus - les trois Legios Titaniques originelles créées par le Culte Mechanicum assiégé pendant les guerres sanglantes pour reprendre la Planète Rouge aux hordes dégénérées de Cy-Carnivore et autres mutants qui avaient submergé Mars après la chute. Comme l’indique l’iconographie de leur sceau, le but de leur création était double : d’une part, être des sentinelles aux portes du domaine du Fabricator-Général en tant que gardiens infatigables, et d’autre part, anéantir toute vie qui menacerait le Culte de la Machine, et à ce titre, ils étaient à la fois sentinelles et exterminateurs. Sinistre, terne et secret, elle avait acquise lors de la conquête de l’Humanité une sombre réputation de férocité et de violence qui ne ferait que croître au fil des siècles. On ne sait plus aujourd’hui si son surnom, "Têtes de Mort", lui viendrait de son iconographie, des masques crâniens rituels en onyx et des robes de zibeline que portaient leurs Princeps ou de leur longue pratique consistant à disposer en trophées les restes squelettiques de ceux qu’ils avaient tués sur les frontons blindés de leurs machines de guerre.

Ils étaient liés par un rite et une tradition de fidélité personnelle à la fonction de Fabricator-Général, et ils ont souvent été utilisés à la fois contre ses ennemis durant ses guerres (car Mars n’avait jamais été vraiment pacifié avant la venue de l’Empereur), et comme arme pour maintenir son autorité parmi les propres Fabricators-Généraux et punir les Magos récalcitrants et même d’autres Legios Titaniques quand c’était nécessaire. Cette histoire leur a valu peu d’amis ou d’alliés, et leur rivalité de longue date avec les autres membres de la Triade Ferrum Morgulus, notamment la Legio Ignatum, ainsi que leur mépris pour les Legios Titaniques "débutantes" d’autres Mondes-Forges que Mars étaient bien connus. En particulier, on ne pouvait pas faire confiance à la Legio Venator pour se battre à ses côtés sans que la menace d’un conflit n’éclate après les événements de la Conformité d’Accatran. Sa réputation de force insulaire et fraternelle tristement célèbre faisaient que beaucoup au sein de l’état-major de l’Imperium pensaient que son allégeance restait uniquement acquis au Fabricator-Général et à l’Empereur, et cela a destiné la Legio finir tragiquement sous le commandement personnel d’Horus Lupercal des Luna Wolves dans le but tacite de garantir et d’approfondir sa loyauté envers l’Imperium. En dépit de groupes de combat plus restreints affectés à la Forge-forteresse de la Legio Mortis sur Mars et au blocus d’Uhn Holdfast, le gros des effectifs de la Legio Titanique fut affecté à l’épine dorsale de la 63e Flotte Expéditionnaire sous Horus. Avec le charismatique et mortel Primarque, la Legio a combattu dans plus d’une centaine de campagnes au cours des dernières décennies de la Grande Croisade, et les cendres d’innombrables mondes et les ossements de dizaines de races différentes ornaient ses machines de guerre. Durant ces années de sang et de combat, une nouvelle loyauté s’est en effet forgée au sein de la Legio Mortis, mais ce n’était pas envers le lointain Empereur mais plutôt envers Horus Lupercal, et elle s’est engagé à devenir avant tout à son image, le suivant volontiers dans la trahison.[1]

L'Hérésie d'Horus

« Les preuves de la présence de la Legio Mortis au sein de l’ost de censure envoyé sur Prospero ont été en grande partie perdues dans l’histoire. Non seulement parce que leur participation n’était pas liée à la bataille de Tizca, mais aussi parce que la Legio Mortis a subi une défaite cuisante aux mains d’une Légion Titanique sœur considérée par Mars comme une imitation dégradée de l’idéal de l’Omnimessie. Le fait que la défaite de la Legio Mortis n’ait été évitée que par l’intervention de l’Ordo Sinister a suffi à jeter un dernier voile de secret sur cette débâcle.[2] »

Sur Isstvan III, des éléments de la Legio Titanique étaient déjà descendus à la surface, là où les quelques éléments des Legiones Astartes auxquels on ne faisait pas confiance furent rapidement purgés. C’est avec la Legio Mortis, dont les machines de guerre avaient été scellés, qu’Horus donna la coup d’envoi de l’offensive contre les quelques Loyalistes qui avaient survécu au bombardement initial du virus, mais au fur et à mesure que les choses se déroulaient, ce qui devait être une extermination contre les survivants se transforma en une bataille à grande échelle et Horus ordonna que toute la Legio Titanique soit déployée pour briser les enveloppes des Cités-Ruches et écraser la résistance des Loyalistes. Là, pour la première fois, les Légionnaires Astartes rencontrèrent les Legios Titanicus en conflit ouvert.[3]

La Legio Mortis prit part au Massacre du Site d'Atterrissage qui vit la quasi extermination des Iron Hands, des Salamanders et de la Raven Guard par les forces d’Horus au début de l’Hérésie. La Legio Mortis affronta une demi-Legio des Tisons et malgré de lourdes pertes face à la vaillance des Titans Loyalistes. Les machines divines Mortis sortirent vainqueurs même si les survivants de cette bataille qui vit pour la première fois deux Legios Titaniques s’affronter durent battre en retraite avec de lourds dégâts et ne joueront plus aucun rôle dans la bataille. Ils furent détruits peu après par un groupe blindés d’Iron Hands qui, n’ayant pas pu se rendre au front, avait été redéployé pour défendre le site d’atterrissage contre une éventuelle attaque.[4]

Le Titan Imperator Dies Irae de la Legio Mortis durant le Siège de Terra.

Plus tard, pendant le Sac de Prospero, douze Titans de Bataille de la Legio Mortis furent envoyés dans le cadre de la force punitive dirigée par les Space Wolves contre les Thousand Sons. Cependant, la force de la Legio Mortis fut presque anéantie pendant la bataille contre un effectif complet de la Legio Xestobiax qui était stationnée dans l’enclave du Monde-Forge allié à la XVe Légion, Zhao-Arkhad. Elle fut sauvée uniquement par l’Ordo Sinister, ce qui humilia la fière Legio Mortis.[5]

Lorsque l’Hérésie d’Horus est devenu une insurrection totale, sur Mars, le Fabricator-Général Kelbor-Hal a rejoint le camp du Maître de Guerre et s’en prit aux éléments Loyalistes de la Planète Rouge, dans une guerre civile baptisée le Schisme de Mars. La Legio Mortis a soutenu le Fabricator-Général, envoyant ses Titans provoquer la Legio Tempestus en entrant illégalement sur son territoire pour pousser la Legio Loyaliste à ouvrir le feu pour défendre son domaine. Cette tactique échoua, mais plus tard, lors de la dernière bataille du Schisme de Mars, à la Cité du Magma, les deux Legios rivales s’affrontèrent sans pitié. Les Traîtres furent victorieux mais un seul Titan de la Legio Mortis survécut.[6]

En 008.M31, la Legio Mortis prit part à la Ruine de Maersan, un monde colonial à la lisière du Segmentum Solar. Aux côtés des Legios Argentum et Vulturum, elle affronta dans les cités en ruines et les plaines devenus des désolations stériles les Titans Loyalistes de la Legio Gryphonicus, de la Legio Metalica et de la Legio Destructor. La Ruine de Maerdan fut l’une des plus grandes batailles de Titans du début de l’Hérésie avec plus que des 200 Titans qui s’affrontèrent sur le terrain. Les deux camps subirent de lourdes pertes et, à mesure que la guerre progressait, elle laissa derrière elle un monde brisé, sans que ni les Loyalistes ni les Traîtres ne puissent prétendre à une véritable victoire. Les flammes de la haine entre les Têtes de Mort et les Griffons de Guerre, autrefois de fervents alliés, brûlèrent de plus belle après Maerdan et leur inimitié les conduira à se chercher à maintes reprises sur les champs de bataille dans les années sombres qui suivront.[7]

Les Têtes de Mort participèrent à la grande bataille de Molech, soutenant les Sons of Horus et la Death Guard[8], ainsi qu’à la longue et sanglante Guerre de Beta-Garmon.[9]

Lorsque la Legio Mortis débarqua sur Terra pour assiéger le Palais de l'Empereur, elle était déformée et muté au delà du possible. Les peaux d’adamantium de leurs Titans étaient empoisonnées et bouillonnaient d’effluves nauséabonds, de grands tentacules de chair torsadée et de métal et des queues pointues fouettaient d’avant en arrière. La tête de leurs Titans s’était transformée en visages démoniaques bavant et remplis de malveillance, et leurs moteurs rugissaient comme des bêtes en colère. Certains disent que quand Horus déclencha l’Hérésie avec le bombardement viral du monde rebelle de Isstvan III, les Têtes de Morts qui y débarquèrent pour fouiller les Ruches remplies de cadavres à la recherche des quelques lamentables survivants furent corrompues par les souches mutantes du virus tandis que d’autres prétendent que la folie inspirée par les milliards de cadavres en putréfaction a fait basculer leurs âmes vers le Chaos, les transformant peu à peu en Titans de la Peste.

Horus a accordé aux Têtes de Morts l’honneur de briser les murs extérieurs du palais et avec des démolisseurs, de puissants béliers, des missiles souillés et leurs propres obstinations diaboliques, ils le firent, malgré la mort de trente Titans en une nuit. Mais malgré leurs efforts, le siège échoua et Horus fut vaincu.[10]

Post-Hérésie

Les survivants de la Legio Mortis prirent la fuite, furent chassés et poursuivis, système après système, jusqu’à l’Œil de la Terreur. Là où le Warp et l’espace réel se chevauchent, le temps s’est écoulé étrangement pour les Têtes de Mort. Ils restent piégés dans une servitude éternelle par les Dieux du Chaos, menant une guerre qui a pris fin il y a dix mille ans, consolidant leur force et testant les défenses de l’Imperium pour le moment où ils reviendront et exerceront une terrible vengeance sur la galaxie.[11]

Force Matérielle

Grâce à son histoire ancienne et à ses liens étroits avec le Fabricator-Général de Mars et sa coterie, la Legio Mortis était l’une des plus grandes et des mieux équipées de toutes les Legios Titaniques au début des guerres de l’Hérésie. Selon des estimations prudentes, elle disposait d’environ deux cents machines-divines en service actif. En plus d’avoir deux bataillons de soutien spécialisé, cinq légions Skitarii Auxillia et une phalange d’appui aérien rapproché de neuf escadrons étaient à son service. Seule la Legio Destructor aurait été capable d’envoyer plus de Titans de Bataille sur le terrain au début de la guerre. En particulier, la Legio Mortis était connue pour posséder un fort contingent des classes les plus puissantes de Titan : l’Imperaror, le Nemesis et au moins une machine-divine de modèle Apocalypse. Alors que la plupart d’entre eux étaient des Warlords, des Reavers et Nightgaunt, les Titans de la classe des éclaireurs, comme le Warhounds, étaient représentés dans des proportions relativement faibles par rapport à l’ensemble.[12]

Héraldique de la Legio Mortis

LegioMortis1.jpg

Legio Mortis Warmaster Iconoclast Titan, Excoriator Vita

Depuis sa fondation, la Legio Mortis a souvent été utilisée comme l’instrument de la volonté du Fabricator-Général. Il n’est donc pas surprenant que la Legio Titanique, longtemps privilégiée par la hiérarchie dirigeante de Mars, possède apparemment le plus grand stock de Titans Warmaster et Titans Warmaster Iconoclast dans ses arsenaux ; selon les estimations, la Legio Mortis a utilisé entre trois et huit Titans Warmaster et Warmaster Iconoclast uniques pendant l’Hérésie d’Horus. Parmi eux, c'est l’Excoriator Vita qui possède le plus de données enregistrées, dans de nombreuses captures d’images récupérées dans les ruines du Monde-Forteresse de Cerebiaus III. Les images partiellement corrompues récupérées sur la planète décrivent le démantèlement efficace par l’Iconoclast des lignes de défense de la capitale planétaire, du réseau de communication et d’un groupe de Warhounds de la Legio Ignatum en garnison à l’intérieur de celle-ci. Cerebiaus III n’a pas été le seul bastion loyaliste à subir la colère de l’Excoriator Vita, les systèmes environnants portant de nombreuses cicatrices marquant la marche de la machine-divine.[13]

LegioMortis2.jpg

Legio Mortis Titan Warlord, Prophète des Malheurs

Les Titans Warlord de la Legio Mortis tels que le Prophète des Malheurs étaient monnaie courante sur les champs de bataille de l’amas Beta-Garmon. L’étroite association entre la Legio Mortis et Horus Lupercal pendant la Grande Croisade s’est poursuivie pendant l’Hérésie d’Horus, les Têtes de Mort participant à certains des conflits les plus influents de la guerre civile. À Beta-Garmon, de nombreux Titans de la Legio Mortis ont ajouté à leur bannière d’honneur un nombre significatif de tués, Prophète des Malheurs revendiquant au moins neuf tués confirmés au cours des deux années qui ont précédé la Chute de Beta-Garmon aux mains des Traîtres. Des images ultérieures montrent le Titan Warlord portant de nombreux trophées de bataille du conflit, y compris des armures arrachées aux épaves des Titans de la Legio Solaria et de la Legio Ignis qu’il avait tués.[14]


Mortis Warlord Cadavaris Perdita.jpg

Legio Mortis Titan Warlord, Cadavaris Perdita

Titan de commandement du détachement de la Legio Mortis envoyé par le Maître de Guerre aux côtés de l’Ost de la Censure et de la machine-divine du Princeps Senioris Maldis Drane, le Warlord Cadavaris Perdita était un vétéran de la Grande Croisade, ayant combattu pendant des années aux côtés de la Légion des Sons of Horus et de la 63e Flotte Expéditionnaire. La fière histoire martiale du Titan est attestée par son héraldique complexe, tout comme son rang en tant qu’élément principal de sa Manipule Titanique et l’incorporation du symbole de l’Œil d’Horus sous le motif de la tête de mort et de la herse de sa Legio.[15]

Mortis Dos Cadavaris Perdita.jpg

Legio Mortis, Dos du Cadavaris Perdita

Il est clair que Drane était l’un des favoris d’Horus, au-delà de sa loyauté envers Mars, et c’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles le Maître de Guerre avait fait en sorte que les forces commandées par le Princeps soient rattachées à l’Ost de la Censure sous l’autorité du Maître de Guerre lui-même. L’attaque du Monde-Forge de Zhao-Arkhad fut cependant la dernière bataille de Maldis Drane, qui fut tué lorsque son Titan fut décapité par le Reaver Veilleur sans Sommeil de la Legio Xestobiax. La carcasse du vénérable Warlord fut cependant récupérée et remise en service par la Legio Mortis, mais elle conserva toujours la honte de sa défaite et fut considérée comme une sorte de paria parmi les Têtes de Mort.[16]

Mortis Bannière Cadavaris Perdita.jpg

Legio Mortis, Bannière du Cadavaris Perdita


Mortis Reaver Varcarnerix.jpg

Legio Mortis Titan Reaver, Varcarnerix

Le Varcarnerix était une machine de guerre très ancienne, dont le cœur blindé, bien que maintes fois reconstruit et réparé, remontait aux anciennes guerres de Mars, à l’Ère des Luttes. Bien qu’il ait été gravement endommagé et contraint de battre en retraite au début de la bataille contre les Taghmata déchaînés de la sous-forge Arkhadine, après avoir subi le plus gros des tirs de barrage des Automates de Bataille et des chars Krios ennemis, c’est justement cette retraite qui lui a permis de survivre. Elle n’a donc pas eu à affronter la fureur de la Legio Xestobiax, ni à souffrir de l’arrogance du dispositif d’attaque de la Legio Mortis à son encontre.[17]

Mortis Warhound Scar of Honour.jpg

Legio Mortis Titan Warhound, Cicatrice d'Honneur

L’un des rares Titans de type Éclaireur attachés au détachement de la Legio Mortis, le Cicatrice d’Honneur était une création relativement récente des forges martiennes, sa livrée n’étant pas encore ornée des marques héraldiques de la victoire. Plutôt que de déployer ses Warhounds en ligne d’escarmouche pour sonder les défenses de son ennemi à l’approche des ruines de surface de la sous-forge de Zhao-Arkhad, le Princeps Senioris Drane, qui commandait la Legio Mortis lors de la chute de la planète, les a plutôt déployés en tant qu’unités de "Cavalerie" sur les flancs extrêmes de leur approche, s’attendant à ce qu’ils traquent les vestiges en fuite d’un ennemi brisé. En conséquence, les Warhounds furent les derniers à s’attaquer aux Xestobiax et les derniers à être détruits.[18]


Mortis Penumbral Reaper.jpg

Legio Mortis Titan Warlord, Faucheur Pénombrale

Présent lors de la Bataille de Molech, le Faucheur Pénombrale, que l’on voit ici, a été réaménagé avant son déploiement sur Beta-Garmon et réarmé pour contrer les Titans les plus lourds des défenseurs loyalistes. Cet acte de restauration et de rééquipement témoigne des immenses ressources de la Legio Mortis et de la faveur qu’Horus lui a accordée. Alors que de nombreuses Legio auraient eu du mal à maintenir leurs machines divines en état de marche, les Têtes de Morts pouvaient puiser dans d’immenses réserves d’armes et de pièces de rechange.[19]

Mortis Dos Penumbral Reaper.jpg

Legio Mortis, Dos du Faucheur Pénombrale

La Legio Mortis a été l’une des premières Légions Titaniques à adopter l’Œil d’Horus dans son héraldique. Avant même les trahisons d’Isstvan, leurs machines divines portaient la marque du Maître de Guerre, et c’est peut-être la raison pour laquelle de nombreuses autres légions traîtresses ont suivi le mouvement, voyant dans la Legio Mortis la faveur d’Horus lui-même. À côté de ces symboles d’allégeance, le signum nobilis et les registres de campagne prennent leur place habituelle, même si, contrairement à de nombreuses autres légions, les Têtes de mort consignaient rarement les noms des vaincus, se contentant des décomptes de tués conservés par chacune de leurs machines de guerre. Désignés par un simple crâne, ces décomptes étaient des listes de chiffres et de lieux, indiquant le nombre considérable de personnes tuées personnellement par le Titan et son équipage.[20]

Mortis Bannière Penumbral Reaper.jpg

Legio Mortis, Bannière du Faucheur Pénombrale


Mortis Black Consul.jpg

Legio Mortis Titan Reaver, Consul Noir

Les Titans Reaver, comme le Consul Noir présenté ici, étaient souvent équipés pour le combat rapproché. Plus agiles que les Warlord, mais plus forts que les Warhound, ils remplissaient une fonction utile au sein de la structure d’une Manipule. Bien que le combat rapproché ne soit pas l’environnement naturel d’un Titan, même armé de griffes dévastatrices ou d’armes tronçonneuses, de nombreux Legios, comme les Têtes de mort, préféraient ces configurations simplement pour l’impact psychologique brutal qu’elles avaient sur leurs ennemis.[21]

Mortis Tellum Ire.jpg

Legio Mortis Titan Warhound, Tellum Ire

Les Titans plus petits, tels que le Warhound Telium Ire, pouvaient tirer parti de tromperies sur le champ de bataille, ce qui n’était pas le cas de leurs congénères plus grands. Dans les Désolations autour de la Cité de Nyrcon, où les réacteurs refroidis des Titans morts masquaient leur présence, les Warhounds se cachaient souvent en embuscade parmi les morts. Ce n’est qu’à l’approche de Chevaliers ou d’autres Titans que la ruse était révélée, mais pour beaucoup trop tard, car ce qu’ils croyaient être le cadavre d’un Titan reprenait soudain vie et fendait leurs rangs.[22]


Mortis Tellum Ire 1.jpg

Legio Mortis Titan Warlord, Tellum Ire

Le nom de la Legio Mortis suscitait la crainte et la méfiance de nombreuses personnes au sein de l’Imperium bien avant la trahison et l’horreur de l’Hérésie d’Horus. L’histoire leur a valu peu d’amis ou d’alliés, et leur mépris de longue date pour les Légions Titaniques "arrivistes" des autres Mondes-Forges que Mars était bien connu. Leur réputation était celle d’une force infâme, fractionnée et insulaire, dont l’allégeance au Fabricator-Général les conduisit finalement au service du Maître de Guerre Horus, sur les ordres duquel, ils allaient parcourir presque tous les champs de bataille majeurs de l’Âge des Ténèbres.[23]

Legio Mortis Iron Baron.jpg

Legio Mortis Titan Reaver, Baron de Fer

Le Titan Baron de Fer, de classe Reaver, est représenté ici à l’époque de la première bataille de Rhetori III, un affrontement acharné qui a fait rage dans les désolations de ce monde, immédiatement après la Bataille de Calth. Baron de fer a été chargé de parcourir les Désolations à la recherche de forces titaniques loyalistes alliées à la Légion Ultramarines, et a tué deux engins de moindre importance et un engin de plus grande importance au cours de cette campagne qui a duré trois mois.[24]

Legio Mortis Tenebris Fedelis.jpg

Legio Mortis Titan Warhound, Tenebris Fedelis

Le Titan éclaireur de classe Warhound Tenebris Fedelis a été engagé dans les rangs de la Legio Mortis quelques semaines à peine avant le début de l’Hérésie d’Horus, et le Massacre du Site d’Atterrissage d’Isstvan V devait être l’occasion de sa première mise à l’épreuve. La machine divine et son équipage n’ont donc combattu que des Loyalistes et, par conséquent, sa bannière de guerre est déjà remplie d’enregistrements de ses actes de trahison.[25]


Mortis Ire Incarnatus.jpg

Legio Mortis Titan Warlord, Ire Incarnatus

L’Ire Incarnatus est une machine très ancienne qui a servie le Fabricator-General de Mars pendant de longs siècles. La bannière de guerre de la machine fait état de nombreuses gloires, dont la plus récente est la Suppression de Tarren, où plusieurs manipules de la Legio ont combattu aux côtés des forces terrestres de la Légion des Emperor’s Children au Secours de Brandstat. C’est au cours de cet affrontement que l’Ire Incamatus a subi une défaillance quasi fatale de son réacteur, ce qui a nécessité de lourdes réparations, notamment le remplacement de l’unité de tête d’origine par la tête de modèle Lucius-Alpha représentée ici.[26]

Legio Mortis Dos Ire Incarnatus.jpg

Legio Mortis, Dos du Ire Incarnatus

Le grand sceau de la Legio Mortis, tel qu’il apparaît sur ses bannières de guerre, illustre sous forme iconographique le double objectif de sa création. Tout d’abord, la Legio a été créée pour se tenir en sentinelle aux portes du domaine du Fabricator-General, en tant que gardiens infatigables. Deuxièmement, elle devait se porter garante de l’anéantissement de toute vie qui menacerait le Culte de la Machine, et en tant que telle, elle était à la fois sentinelle et exterminatrice. On ne sait plus si le nom commun de "Têtes de mort" leur vient de leur iconographie morbide, des masques rituels de crâne en onyx et des robes de zibeline que portaient leurs Princeps, ou de la pratique consistant à disposer les restes squelettiques des ennemis tués sur les frontons blindés de leurs machines de guerre en guise de trophées.[27]

Legio Mortis Bannière Ire Incarnatus.jpg

Legio Mortis, Bannière du Ire Incarnatus

Sources

Pensée du Jour : « Tous nos Actes obéissent aux Ordres de l’Empereur. »
  • The Horus Heresy, Book One - Betrayal
  • The Horus Heresy, Book Two - Massacre
  • The Horus Heresy, Book Seven - Inferno
  • Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned
  • Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook
  • Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Doom of Molech
  • Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Titandeath
  • McNEILL GRAHAM, Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Black Library, 2009
  1. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter Legio Mortis (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Servants of the Warmaster - Legio Mortis Contingent(traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  3. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter Legio Mortis (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Informations issues de The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Dropsite Massacre - Part II : The First Wave - Planetfall : Plus 2.2 Hours Terran Sidereal et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Fall of Prospero, Part II : The Mustering of the Host - The Will of Horus, Part IV : The Fall of Tizca - Valdor's Intervention, Legio Xestobiax et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Principia Mechanicum - 1.08, Systemae Mechanicum - 2.01, Origens Mechanicus - 3.04 - 3.05 - 3.06 de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook, Selected Notable Engines-Wars of the Age of Darkness, 2018 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Informations issues de Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Doom of Molech, Chapter : The Battle of Molech - The Warmaster's Invasion - Into The Western Marches - Death Of An Imperator, 2019 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. >Informations issues de Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Titandeath, Chapitre : The War For Beta-Garmon - Titandeath Timeline - 634006.M31: War Comes To Beta-Garmon, 2018 et résumées par Guilhem.
  10. Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - The Plague Titans of Legion Mortis et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de Imperial Armour Vol. 13 : War Machines of The Lost and The Damned - The Plague Titans of Legion Mortis et résumées par Guilhem.
  12. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter Legio Mortis - Material Strength (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Traitor Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Traitor Titan Legions - Legio Mortis - Legio Mortis Warmaster Iconoclast Titan, "Excoriator Vita" (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  14. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Traitor Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Traitor Titan Legions - Legio Mortis - Legio Mortis Warlord Battle Titan, "Harbinger of Woes" (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  15. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Servants of the Warmaster - Legio Mortis Warlord Battle Titan - Cadavaris Perdita(traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  16. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Servants of the Warmaster - Legio Mortis Warlord Battle Titan - Cadavaris Perdita(traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  17. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Servants of the Warmaster - Legio Mortis Reaver Pattern Battle Titan - Varcarnerix(traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  18. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Servants of the Warmaster - Legio Mortis Warhound Pattern Scout Titan - Scar of Honour(traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  19. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Titan Death, Chapitre - Titan Legions of Beta-Garmon - Legio Mortis Warlord Battle Titan, "Penumbrae Reaper" (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  20. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Titan Death, Chapitre - Adeptus Titanicus : Titan Legions of Beta-Garmon - Legio Mortis Heraldry (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  21. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Titan Death, Chapitre - Adeptus Titanicus : Titan Legions of Beta-Garmon - Legio Mortis Reaver Battle Titan, "Black Consul" (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  22. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Titan Death, Chapitre - Adeptus Titanicus : Titan Legions of Beta-Garmon - Legio Mortis Warhound Scout Titan, "Tellum Ire" (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  23. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook, Chapitre - Adeptus Titanicus - The Rules - Mars Pattern Warlord Class Battle Titan Legio Mortis, "Tellum Ire" (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  24. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook, Chapitre - Adeptus Titanicus - Fighting A Battle - Legio Mortis Reaver Battle Titan, "Iron Baron" (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  25. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook, Chapitre - Adeptus Titanicus - Fighting A Battle - Legio Mortis Warhound Scout Titan, "Tenebris Fidelis" (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  26. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook, Chapitre - Adeptus Titanicus - Fighting A Battle - Legio Mortis Warlord Battle Titan, "Ire Incarnatus" (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  27. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Rulebook, Chapitre - Adeptus Titanicus - Fighting A Battle - Legio Mortis Heraldry (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)