Legio Ignatum

De Omnis Bibliotheca

Logo-OB-2021.jpg
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens


« La victoire n´exige nulle explication,
la défaite n´en admet aucune. »

- Doctrine militaire de l'Imperium
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




TitanicusLogo.jpg
Titanicus banner left.jpg
Titanicus banner right.jpg
DecoMetalBarLarge.png
DecoMetalBar.png
DecoMetalBar.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
TitanicusSide.png
TitanicusSide.png


Les Guêpes de Feu
  • Trait de la Legio : Nous, les Loyalistes : Se considérant comme les derniers vrais Titans de Mars, les Guêpes de Feu éprouvent une profonde aversion pour les Legios Titaniques qui ont renoncé à leur serment et se sont rangées du côté du Maître de Guerre.[1]
  • Stratagème Spécifique à une Legio : Punir leur Folie : Possédant une haine tenace pour les Legios Titaniques Renégates, les Guêpes de Feu ont rapidement adapté leurs tactiques pour exploiter l’apparente soif de sang des traîtres, formulant des champs de feu qui se chevauchent pour punir les plus téméraires.[2]
  • Stratagème spécifique de la Legio : Garder les Portes : D’une loyauté sans faille, les Guêpes de Feu ont souvent été choisies pour garder des mondes clés, sachant que ces membres n’abandonneraient jamais leur devoir.[3]
  • Matériel Spécifique à la Legio : Réseau de Capteurs Gravitoniques : Comme il sied à leur statut de membre de la Triade Ferrum Morgulus, les Guêpes de Feu avaient accès à des technologies que des Legios Titaniques moins illustres n’avaient pas. Il s’agit notamment de capteurs qui permettent aux Titans des Guêpes de Feu de suivre sans effort leurs cibles, même lorsqu’elles sont masquées.[4]


Symbole de la Legio Ignatum.
La Legio Ignatum est fière d’une lignée que peu d’autres Legios Titaniques peuvent égaler, car elle fait partie de la Triade Ferrum Morgulus, la première de cette illustre confrérie. C’est par le feu de leurs armes et l’acier de leur détermination que Mars a été sauvegardée au cours des longues années de l’Ère des Luttes. En effet, selon leur ancien serment, tant qu’un guerrier d’Ignatum serait encore debout, aucun mal ne serait fait aux lieux sous leur protection. C’est ce défi obstiné, cette intransigeance face à l’impossible, qui sera la pierre angulaire de la renommée de la Legio Ignatum, car jamais dans l’histoire de cet Ordre ils n’ont choisi de battre en retraite face à l’ennemi. Cette loyauté à toute épreuve devait être à la fois une bénédiction et une terrible malédiction - à la fois la fierté de la Legio et la raison de son exil et de sa quasi-destruction à l’aube de l’Hérésie d'Horus.

Là où les guerriers de Mortis et de Tempestus ne connaissaient d’autre credo que la mort et la destruction, les Titans d’Ignatum venaient souvent en aide à ces forges isolées et envahies par les monstres qui parcouraient Mars. Nombre de ces forges de moindre importance jurèrent fidélité aux maîtres d’Ignatum, cherchant à bénéficier à perpétuité de la protection infatigable de ces guerriers et de leurs Titans. Ce n’est que pour défendre leurs forges que les guerriers d’Ignatum s’enflammaient de colère et se lançaient dans la bataille avec un zèle féroce lorsque ces forteresses étaient menacées. À ceux qui osaient pénétrer sur le territoire qu’ils avaient juré de défendre, ils n’offraient aucune des courtoisies pour lesquelles ils étaient connus. En de nombreuses occasions, les Princeps de la Legio Mortis prenaient la tolérance d’Ignatum pour de la faiblesse et cherchaient à dominer la Legio par la force, pour se heurter à une furie provocante, furie qui pour beaucoup était la principale raison pour laquelle les guerriers Mortis, par ailleurs rapaces, n’ont pas pu entièrement retourner Mars contre la vaillance inébranlable de la Legio Ignatum. C’est de là qu’est venu leur surnom, les Guêpes de Feu, du nom de l’ancien prédateur de la Vieille Terre dont personne n’ose profaner les nids de peur de réveiller les bêtes qui y sommeillent.

Avec la venue de l’Empereur sur la Planète Rouge et la signature du Traité de Mars, les Legios Titaniques qui composaient la Triade Ferrum Morgulus se sont vues attribuer de nouveaux rôles dans le Mechanicum unifié. Alors que la Legio Mortis était destinée à être un outil de destruction totale des ennemis de Mars et que la Legio Tempestus était composée de croisés portant la volonté de Mars dans les étoiles, la Legio Ignatum est devenue la protectrice du Mechanicum. Les Guêpes de Feu se tenaient en sentinelle sur les domaines de Mars, à la fois les lieux sacrés de la Planète Rouge et les installations clés disséminées dans le Segmentum Solar et au-delà. Pendant la majeure partie de la Grande Croisade, elle se battra uniquement pour défendre les mondes récupérés au nom du Mechanicum, repoussant les incursions des Xenos et écrasant les rébellions parmi les esclaves.

Parmi les plus célèbres de leurs batailles, citons la défense d’Ultrecht Magni, l’un des premiers mondes envahis par le Boss de Guerre Ork Urlakk Urg et le début de la campagne qui allait culminer par une bataille historique sur le monde d’Ullanor. Là, aux confins du Segmentum Solar, une douzaine de Titans de la Legio Ignatum se sont tenus en sentinelle au-dessus de la fondation d’un nouveau Monde-Forge semée aux limites du domaine de la Planète Rouge. Cherchant peut-être à récolter les richesses technologiques à l’intérieur des murs de l’enclave, Urlakk Urg allait déchaîner ses hordes contre eux dans le cadre d’une vague de conquête, dernier assaut désespéré du seul empire Ork d’importance à l’intérieur des frontières du premier Imperium. Plus d’une centaine de constructions de ferraille Orks menaient l’assaut, soutenues par des essaims innombrables de plateformes de tir rudimentaires, une force suffisamment importante pour que les défenseurs ne puissent jamais espérer leur résister sans aide.

En effet, les guerriers des Guêpes de Feu ne gagneront pas la gloire dans la victoire, mais seront plutôt immortalisés pour leur héroïsme dans la défaite. Au cours de quatre longues journées de combat, les douze Princeps allaient vendre chèrement leurs vies et leurs Titans, refusant obstinément d’abandonner la défense et d’évacuer leurs Titans tant que les équipes au sol resteraient à leurs postes. Le Titan Perditus Existimamur, de classe Warlord, fut le dernier à tomber, son combat final capturé sur image par les Magos évacués, ses canons tirant même lorsque les monstres Orkoïdes le démolissaient. Lorsque la Legio Ignatum se rendit sur le champ de bataille d’Ullanor, pour assister à la fin définitive d’Urlakk Urg, ce fut au son des cors de guerre des Titans rassemblés, un salut aux morts et un appel à la vengeance.

Cette notoriété, la renommée d’une loyauté que même le plus redoutable des dangers ne pouvait ébranler, allait sceller le destin de la Legio Ignatum. Sur Mars, un nouvel ordre prenait lentement et tranquillement le pouvoir, les serviteurs d’Horus ayant entièrement suborné les dirigeants du Mechanicum et les ayant mis au service du Maître de Guerre. La Legio Mortis et une grande partie de la Legio Tempestus avaient déjà juré fidélité à ce nouveau maître, ne laissant que les incorruptibles Guêpes de Feu pour défendre la cause des Loyalistes, inconscients de la trahison qui les entourait. Ce qui allait suivre, la bataille pour Mars et la destruction de la Cité du Magma, sont bien connus de l’histoire. Les Titans renégats et leurs alliés se sont retournés contre les quelques Loyalistes restés sur Mars, les éliminant dans des embuscades et brûlant les cités qu’ils avaient protégées pendant des siècles, tandis que les membres de la Legio Ignatum se sont battus jusqu’au bout pour défendre les forges qu’ils avaient juré de protéger[5].

L'Hérésie d'Horus[modifier]

Des Titans de la Legio Ignatum.
La Legio Ignatum considère comme une marque d’honneur amère le fait qu’aucun de ses frères stationnés sur Mars n’ait survécu à la trahison qui a déclenché l’Hérésie d’Horus, chacun d’entre eux étant mort au combat contre ceux qui avaient renoncé à leur serment. Ceux qui ont survécu dans les postes éloignés du Segmentum Solar ont été réconfortés par ce sacrifice, car bien que l’Imperium était alors déchiré par la guerre, leurs serments étaient restés intacts et leur nom n’avait pas été souillé. Leur ligne de conduite était claire face à une telle perfidie, car les briseurs de serment ne pouvaient pas rester impunis, mais avec la chute du Maître d’Ignatum sur Mars, il ne restait plus de leader unique pour guider les Guêpes de Feu. Chaque détachement individuel a choisi de s’en tenir à son poste ou de rechercher les Traîtres au nom de la vengeance. Malgré la division au sein de cette Legio Titanique autrefois puissante, chaque guerrier était déterminé à remplir les serments qu’il avait prêtés.

Le Fabricator-Général renégat avait éloigné de Mars la seule force qu’il ne pouvait contrôler, mais il n’avait pas réussi à lui porter un coup fatal. Ce faisant, il n’avait obtenu qu’un court répit, car maintenant réveillées par la fureur, les Guêpes de Feu tournèrent toutes leurs pensées vers la vengeance, concentrèrent toutes leurs actions à la défaite de ceux qui avaient abandonné leur honneur. Pour ceux qu’ils avaient autrefois appelés frères, les guerriers de Mortis et de Tempestus, ils réservaient la haine la plus profonde, voyant en eux un reflet corrompu d’eux-mêmes et saisissant chaque occasion de les rencontrer au combat pour prouver une fois de plus la force de leur loyauté, une loyauté qui serait testée à maintes reprises jusqu’à la fin amère de l’Hérésie d’Horus[5].

La Legio Ignatum a participé à la Bataille de Terra, défendant le Palais Impérial contre les Titans du Chaos[6].

Post-Hérésie[modifier]

Des millénaires plus tard, la Legio Ignatum restait l’une des plus anciennes Legios Titaniques de l’Imperium pré-hérésie, et a été citée comme l’un des principaux défenseurs d’Armageddon lorsque les intentions du puissant Seigneur de Guerre Ork Ghazghkull menèrent à un terrible conflit. Déployée dans les terres désolées à l’extérieur de la |Ruche Volcanus, la puissance des nombreux Titans de Bataille de la Legio était considérée comme un rempart contre toute attaque Ork.

Ayant reçu le commandement de toute la Legio sur le champ de bataille, le Princeps de l’Imperious Prima, Milar Boitanus, a mené ses Titans dans plusieurs engagements contre les combattants qui assiégeaient la Ruche Volcanus, rencontrant un grand succès sur le terrain. Vétérans d’un millier de guerres, les Titans de la Legio Ignatum ont combattu avec une sainte fureur contre les envahisseurs Ork d’Armageddon et, avec l’aide du Chapitre Astartes des Iron Champions, ils ont réussi à soulager les restes des Celestial Lions qui avaient supporté le plus gros des attaques des aliens à l’extérieur de la Ruche.

Lorsque le Despote Gazgrim rompit le siège de Volcanus pour attaquer directement la Legio, le Princeps Boitanus s’engagea dans la bataille, cédant au désir de guerre totale de l’Imperious Prima. Les citoyens de Volcanus allaient être témoins du déchaînement d’énergies colossales alors que les Titans combattaient les Gargants dans une bataille rangée décidant du sort de la Ruche entière.

Des escadrons massifs de chasseurs-bombardiers Orks ont inondé le ciel de Volcanus, masquant le soleil en bombardant la Legio Ignatum tandis qu’elle avançait en mitraillant continuellement.

Plusieurs titans de classe Warlord ouvrirent le feu avec leur armement pour abattre un grand nombre de vaisseaux ennemis, mais ils ne purent empêcher la destruction de deux Titans Scouts et l’affaiblissement général des Boucliers Voids de la Legio. Trop tard, le Princeps Boitanus a vu la méthode dans l’attaque préliminaire de Gazgrim alors que les dix-huit énormes Gargants de sa horde de guerre se rapprochaient et ouvraient le feu. Déjà épuisés par les attaques des Chassa-Bombas, les Boucliers Voids de nombreux Titans cédèrent rapidement sous l’incroyable puissance de feu des machines de guerre de Gazgrim, tandis que leurs champs d’énergie entièrement chargés résistaient à la réponse des Impériaux.

Pendant six heures, la bataille fit rage, les Macrocanons et les tirs laser lourds détruisent les Gargants, tandis que les Titans de la Legio Ignatum commencèrent à mourir, un par un. Plusieurs Gargants se sont précipités en avant, apparemment désireux d’abattre les machines impériales avec les armes de combat rapproché qu’ils portaient, mais ils ont été méthodiquement détruits par les tirs de riposte impériaux. Mais progressivement, la capacité des Gargants à résister aux dommages, combinée aux boucliers affaiblis des Legios, a commencé à modifier le cours de la bataille.

L’Imperious Prima fut immobilisé par les mitrailleuses Orks qui frappèrent ses principaux conduits d’alimentation presque aussitôt que son dernier Bouclier Void fut surchargé et s’éteignit. Incapable de faire bouger son ancienne machine de guerre, le Princeps Boitanus regardait ses Titans céder du terrain aux Gargants qui les dépassaient largement en nombre. Surchargeant ses armes primaires, il ordonna la retraite de la Legio Ignatum et, lançant des attaques sur plusieurs Gargants proches, fit la paix avec l’Empereur alors qu’il se préparait à couvrir leur retraite.

Plusieurs Princeps de la Legio ne pouvaient pas, ou ne voulaient pas, faire en sorte que leurs titans se retirent de la bataille et ces hommes allaient assister à la chute de l’Imperious Prima alors que le peu qui restait de la Legio se retirait. Entouré de Gargants, l’Imperious Prima subit des dégâts de tous les côtés jusqu’à ce qu’un obus bien visé déchire les actuateurs du genou de sa jambe gauche. Pendant quelques secondes, le colossal Warmonger resta debout alors que ses maigres jets de stabilisation s’épuisaient, mais aucune force dans la galaxie ne pouvait empêcher la chute d’une machine aussi énorme. L’Imperious Prima se plia sur sa jambe gauche, puis bascula vers l’avant, l’impact de sa gigantesque coque s’écrasant sur le sol résonnant tout autour de la zone de guerre de Volcanus. Les quelques Titans impériaux restants se joignirent bientôt à la mort de l’Imperious Prima tandis que les forces victorieuses de Gazgrim avançaient sur un champ de bataille jonché de ruines explosées, de Titans brisés et de lacs de verre liquide créés par les énormes énergies de la bataille.

Ne formant plus qu’un quart de Legio, les Titans survivants d’Ignatum eurent honte de leur échec dans la bataille qui aurait pu libérer la Ruche Volcanus si tôt dans la guerre. La perte de l’Imperious Prima, le plus grand Titan de la Legio, fut un coup dur dont elle ne se remettra peut-être jamais complètement. Le reste de la Legio Ignatum a depuis été redéployé le long du front Primus Sud pour soutenir les Legios Victorum et Tempestor qui avaient eux-mêmes subi de lourdes pertes dans les Plaines d’Anthrand[7].

Mais malgré se terribles pertes, la Legio Ignatum fut redéployé lorsque la plus terrible des Croisades Noires débuta, menée par Abaddon le Fléau et qui allait changer la face de la galaxie. La Legio a combattu aux côtés des Dragons de Jouran sur le monde de Gorgosa pour traquer la Voix de l’Empereur, un orateur, aussi talentueux que mystérieux qui était a soulever des populations entières par ses discours passionnés, de sorte que les dernières installations impériales de la planète finirent par tomber aux mains de millions de fanatiques survoltés[8].

Force Matérielle[modifier]

Faisant partie de la Triade Ferrum Morgulus, la Legio Ignatum était une Legio Titaniques de premier ordre. Dans ses rangs se trouvaient des Titans de toutes les classes et de toutes les tailles, y compris des Titans de Bataille lourds Warmaster et plusieurs machines de classe Apocalypse qui quittaient rarement les forges centrales de Mars. Au total, ils comptaient près de 200 machines de guerre, le plus grand nombre étant stationné sur Mars, le reste étant réparti sur le Segmentum Solar. Les machines-divines de classe Warlord étaient les plus répandues dans leurs rangs - et la Legio Ignatum était réputée pour son manque relatif de Titans Scouts plus petits. Lorsqu’ils étaient engagés dans l’attaque, ils n’étaient pas précédés d’une vague de machines plus légères, comme c’était la doctrine standard de la plupart des Legios Titaniques, mais d’une phalange des Titans de Bataille les plus lourds, comptant sur la force de leurs canons pour mener la bataille.

Une croyance de longue date parmi les guerriers de Legio Ignatum stipulait que le sort d’une bataille était prédit par le premier coup tiré. Si ce coup de feu portait un coup décisif, il leur apporterait la victoire, tandis qu’un coup manqué serait le signe d’une épreuve difficile à venir, et en tant que tel, seuls les meilleurs tireurs étaient autorisés à faire un tel tir dans les premiers moments de la bataille. Une légende souvent répétée raconte qu’aux premiers instants de la trahison sur Mars, les Princeps des Guêpes de Feu furent si choqués que le premier coup de feu fut tiré par un Princeps néophyte et toucha par erreur un Titan allié - un présage de la tragédie qui allait s’abattre sur la Legio Ignatum ce jour-là[9].

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « Entre l’Empereur et l’abîme, il n’existe aucun choix possible. »
  • Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios
  • White Dwarf N°100 (Août 2002)
  • Codex Œil de la Terreur, V3
  • Armageddon Imperial Forces - The Legio Ignatum
  1. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Loyalist Legios - Legio Ignatum - Legio Trait : We Loyal Few (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Loyalist Legios - Legio Ignatum - Legio Specific Stratagem : Punish Their Folly (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Loyalist Legios - Legio Ignatum - Legio Specific Stratagem : Guard the Gates (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Loyalist Legios - Legio Ignatum - Legio Specific Wargear : Gravitonic Sensor Array (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. 5,0 et 5,1 Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Loyalist Legios - Legio Ignatum (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Informations issues du White Dwarf N°100 (Août 2002) et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Armageddon Imperial Forces - The Legio Ignatum[1] et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues du Codex Œil de la Terreur, V3 - L'Ouragan se Déchaîne et résumées par Guilhem.
  9. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Loyalist Legios - Legio Ignatum - Material Strength (traduit de l'anglais par Guilhem)