Lassitude (Nouvelle)

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

L’Éveil Psychique est là, mais certains voudraient qu’il soit arrêté. Une Ancienne Race a ses propres plans impénétrables - et les prospecteurs de Thrule Tertius sont sur le point d’avoir un aperçu terrifiant de ce qui pourrait arriver si ces objectifs Xenos se réalisent.

+ + + + +

« Essayez encore une fois, » demanda Phraig depuis sa place dans le siège passager du Achilles Ridgerunner.

Laria lança un regard irrité au mineur costaud. Elle ne fit aucun geste pour retirer ses mains des commandes du véhicule. Le Ridgerunner se cabra sur sa suspension, les faisant tous deux bondir sur leurs sièges et incitant Laria à reporter son attention sur la vue au-delà de la fente de vision du véhicule.

« Si vous voulez gaspiller votre souffle, essayez, » dit-elle.

« Vous pourriez remarquer que je suis occupée. »

Phraig ne faisait rien, d’après ce qu’elle pouvait voir. Il se contentait de se recroqueviller sur son siège, une main charnue enroulée autour de ses sangles de retenue, l’autre tapotant un tatouage agité sur sa cuisse. Tout chez cet homme l’irritait, de sa nervosité à l’odeur persistante de transpiration que Laria réussissait normalement à ignorer. Elle ne pouvait pas aujourd’hui, apparemment.

Remarque, il n’y a pas que Phraig, n’est-ce pas ? pensa-t-elle en réprimant une pointe de nervosité. Tout me met à cran ces derniers jours, et les autres le ressentent aussi, l’Empereur nous bénit et nous garde.

« Ah, à quoi bon ? » s’emporta Phraig.

Maintenant que la perspective de faire l’effort lui-même se profilait, il avait évidemment perdu tout intérêt pour le vox du Ridgerunner. Le camp n’a pas répondu à la dernière demi-douzaine d’appels. Pourquoi se donneraient-ils la peine cette fois-ci ?

Laria grogna en réponse. Elle avait un gros mal de tête. Regarder attentivement à travers la fente de vision poussiéreuse du véhicule tout en se concentrant pour ne pas les faire basculer dans Storfort Gulch n’aidait pas. Le Ridgerunner secoua tout le long de la piste rocheuse, et chaque secousse donnait l’impression que quelqu’un balançait un pic minier pile au bon endroit entre les deux yeux de Laria. Sa peau ne cessait de picoter comme si quelque chose la traversait, et depuis plusieurs jours, Laria passait d’une paranoïa vigilante à un désintérêt léthargique et vice-versa.

Rien que cela l’avait épuisée.

+ + +

C’était étrange que le camp de Rachnus soit devenu silencieux. En vérité, Laria partageait le sentiment d’inquiétude de Phraig concernant toute cette affaire. Thrule Tertius était un monde impitoyable fait de fissures cachées et de tempêtes de sable tourbillonnantes dont les vents chargés de mica pouvaient réduire un Ridgerunner en ferraille en quelques minutes. Il était habituel pour chaque camp minier de maintenir des contrôles Vox toutes les heures avec ses équipes de prospecteurs. Une perte de contact, ne serait-ce que de quelques heures, pouvait avoir des conséquences fatales, sans parler de l’obligation de payer une dîme punitive substantielle à l’Administratum en cas de retard dans la tenue des registres.

Laria sursauta lorsque le vox s’activa soudainement, puis elle grimaça en réalisant que c’était Bosk qui appelait de l’endroit où son propre Ridgerunner roulait à vingt mètres derrière le sien.

« Toujours pas de nouvelles du camp ? Terminé. »

« Oh, ils ont été aussi bavards qu’un Ratling bourré, Bosk. Mais aucun d’entre nous n’a pensé à vous ajouter dans la conversation, » répondit Laria par vox.

Elle ne pouvait pas s’empêcher de ricaner, ni d’observer une discipline vox correcte.

Ne fait pas comme Phraig, s’est-elle réprimandée. Il n’y a de place que pour une seule bouche pleine d’aigreur dans ce coureur et Phraig a revendiqué cette place.

« Désolé, Bosk, » ajouta-t-elle, détestant le fait qu’elle sonnait faux à ses propres oreilles. « Je n’arrive pas à me débarrasser de ce satané mal de tête et je m’inquiète de la tranquillité du camp. Terminé. »

« L’Empereur n’a pas besoin de pardonner ce qu’Il n’entend pas, Lar’, » répondit Bosk, et même cette platitude habituelle la mit sur les nerfs. « Et je suis d’accord. Ce n’est pas bien. Terminé. »

Laria aurait pu rassurer le vieux prospecteur, mais elle ne pouvait pas faire l’effort d’être optimiste. Au lieu de cela, elle a coupé le canal vox et a continué à rouler dans un silence lugubre à travers la poussière tourbillonnante et la lumière éblouissante de l’étoile en colère de Thrule. Le camp n’était plus qu’à un kilomètre. Il était abrité du cisaillement du vent entre les falaises de Gulch End.

Nous obtiendrons des réponses bien assez tôt, pensa-t-elle, ignorant la petite voix paniquée au fond de son esprit qui lui parlait de raids Xenos ou d’attaques de Macrotalpa. Laria découvrirait ce qui se passe, et avec un peu de chance, elle pourrait dissiper le sentiment d’oppression étouffant ce qui pesait sur sa poitrine depuis une semaine.

Alors qu’elle guidait son véhicule sur la route défoncée de Gulch End, sa première vision du camp permis à Laria de respirer un peu mieux.

« Des sentinelles dans les tours. Les portes sont en un seul morceau et il n’y a aucun signe de dommages causés par le vent ou d’éboulement ou quoi que ce soit, » dit-elle.

« Tu appelles ça des sentinelles ? C’est généreux de ta part, Lar, » commenta Phraig, jetant un froid sur sa bonne humeur. Mais elle ne pouvait pas le contredire. Alors qu’ils se rapprochaient, il était clair que les gardes étaient avachis à leur poste, regardant au loin avec désintérêt.

« Il dort vraiment ? » demanda-t-elle, incrédule à la vue d’un milicien affalé sur la balustrade de sa tour de garde, à la vue d’au moins deux de ses compagnons. Le contremaître Supter était, en règle générale, très attaché à la discipline ; voir une conduite aussi négligée de la part de ses sentinelles alarmait Laria plus que jamais.

« Bonne idée, » grogna Phraig. « Je pourrais dormir comme un mort. »

Pour une raison quelconque, son changement de phase donna un frisson à Laria.

« Pas de poussière noire non plus, » dit-elle en désignant du menton le ciel clair au-dessus du camp de Rachnus. « Pourquoi auraient-ils arrêté les fouilles ? »

Phraig lui offrit un haussement d’épaules de mauvaise humeur.

Toujours aussi serviable, pensa-t-elle d’un air las.

+ + +

Laria guida son Ridgerunner dans le dernier virage de la piste et dans l’ombre du mur-rideau préfabriqué du camp. La barrière s’étendait d’un côté à l’autre du ravin, séparant le dernier demi-mile de la dépression abritée et la mine de forage dans la falaise à l’arrière.

Rachnus n’avait qu’une seule entrée, un grand portail métallique estampillée d’un Aquila et flanquée de tours de guet ; Laria avait l’impression que les sentinelles mettaient beaucoup de temps à l’ouvrir. Les armes des Serviteurs pivotèrent pour viser son véhicule, ainsi que le Ridgerunner de Bosk et Kardhi qui s’était arrêté à côté d’eux. Laria sentit une perle de sueur couler le long de sa tempe. Elle eut la folle pensée que les sentinelles n’appuieraient pas sur les runes de sécurité sur leurs consoles, qu’elles se contentaient de regarder comme du bétail sans rien faire, ignorant les "cibles" amies devant le portail, et ensuite les Serviteurs ouvriraient le feu sur eux, alors qu’ils n’étaient que des prospecteurs sans défense.

Elle respira lorsque les klaxons retentirent. La porte s’est ouverte avec ses servo-moteurs.

Laria guida son véhicule entre les habs préfabriquées, les sanctuaires-génératoriums et les tours de guets surélevés qui constituaient le camp de Rachnus. Le nœud dans son estomac se resserra à la vue de nombreux mineurs debout, seuls ou en petits groupes, regardant simplement comme s’ils avaient oublié ce qu’ils faisaient. Elle en vit d’autres, allongés sur les marches métalliques des dortoirs, certains couchés en plein dans la lumière des étoiles.

« Une bonne façon d’attraper la brûlure, » murmura Phraig en suivant son regard choqué.

L’instant d’après, il poussa un cri de surprise alors que Laria tirait les commandes à droite et s’arrêtait en dérapant. La poussière s’envola. Le sable s’écrasa. Le Ridgerunner vacilla sur sa suspension, puis s’emballa lorsque son moteur cala.

« Qu’est-ce qui se passe au nom de Saint Chet ? » commença Phraig, mais il s’arrêta devant le regard de Laria. Son cœur battait la chamade dans sa poitrine et elle regardait fixement la vidéo de son tableau de bord alors que la poussière se dissipait. Elle expira de soulagement quand elle vit une silhouette trébuchante marcher vers elle. Ce soulagement s’est rapidement transformé en colère lorsque l’homme a continué à marcher jusqu’à la dépasser, apparemment inconscient.

« Cet abruti vient de passer devant moi ! » cracha-t-elle, frappant du poing la rune d’ouverture de l’écoutille et se hissant sur le toit du Ridgerunner. Une fois là-haut, cependant, Laria constata que son agacement s’était déjà transformé en une léthargie décourageante. La silhouette s’éloigna en titubant vers la cabane la plus proche, laissant Laria plus déstabilisée que jamais.

Que se passe-t-il ici ? pensa-t-elle, aussi effrayée par la rapidité avec laquelle sa propre colère s’était évanouie que par les regards vides des mineurs. Bosk s’était arrêté derrière elle, et lui et Kardhi se hissaient hors de leur Ridgerunner. Elle fronça les sourcils lorsque Bosk aida Kardhi à sortir du véhicule. La jeune apprentie était normalement la plus vive d’entre eux.

« Quelque chose ne va pas, » dit Bosk alors qu’ils se rassemblaient tous les quatre à côté du véhicule de Laria et Phraig. « Je ne me sens pas bien, Kardhi n’est pas bien non plus, et la moitié de ces rats pourris ne le sont certainement pas non plus. » « Qu’est-ce qui se passe ici, Lar ? »

L’irritation de Laria refit surface, mais le sentiment était relativement faible. Par réflexe, elle remarque que le bout de ses doigts picotait et s’engourdit, et qu’elle avait froid malgré la chaleur écrasante du milieu de matinée.

« Pourquoi devrais-je le savoir, Bosk ? » demanda-t-elle, et elle fut choquée par la note presque suppliante qu’elle entendit dans sa voix.

« Supter, » dit Phraig, en se balançant puis en se ressaisissant avec un clignement de surprise. « Supter saura ce qui se passe. »

Ils trouvèrent le contremaitre du camp de Rachnus dans sa cabane sur pilotis. Laria réussi à peine, à rassembler les forces nécessaires pour grimper sur l’échelle de la hutte, tandis que Kardhi a dû rester à son pied.

« Je vais bien, je vais bien, » leur avait assuré Kardhi, qui semblait distraite en s’allongeant à l’ombre. « J’ai juste… besoin… » Et c’est tout ce qu’elle réussit à dire.

+ + +

Maintenant, Laria poussa la porte de Supter, laissée entrouverte, et trouva le contremaitre affalé derrière son cogitateur. L’odeur de l’endroit la fit tousser faiblement ; plusieurs plats cuisinés avaient été laissés à l’abandon au milieu de rapports éparpillés et de tablettes de données épuisées. Des tasses de recaféiné froides et poussiéreuses étaient posées un peu partout, recouvertes de poussière et d’un début de moisissure verte.

Le contremaître Supter lui-même, cependant, était la principale source de l’odeur. Un seul regard suffit à Laria pour comprendre que l’homme n’avait pas changé de combinaison depuis plusieurs jours et qu’il n’avait pas bougé de sa chaise depuis un bon moment. En dépit de la nourriture en décomposition qui l’entourait, Supter avait les joues creuses et ses vêtements un aspect bouffant que Laria n’avait jamais vu auparavant.

Elle a également été choquée de voir qu’une des mains du surveillant était bandée. Le pansement avait désespérément besoin d’être changé. Du liquide s’en échappait et avait formé une flaque congelée qui collait la main de Supter à son bureau.

Phraig s’est glissé derrière elle, puis s’est arrêté net lorsque l’odeur de la corruption l’a frappé.

« Contremaitre ? Vous… vous allez bien ? » demanda-t-il, bien que son ton laissât entendre que Phraig était au mieux légèrement inquiet. Bien qu’elle puisse voir l’absurdité de tout cela, Laria avait du mal à se sentir concernée.

Pourquoi sommes-nous venus ici, de toute façon ? pensa-t-elle, distraite.

Les yeux bordés de rouge de Supter se sont tournés vers eux.

« L’équipe 4. Vous êtes de retour, » dit-il en croassant. Sa main non blessée se dirigea vers sa plume d’oie comme s’il avait l’intention de noter leur retour, mais il ne réussit qu’à effleurer la plume du bout du doigt.

Allez, on a besoin de réponses, demande à propos de la panne de communication, se dit Laria, mais cette pensée semblait quelque peu sans importance.

« Qu’est-il arrivé à votre main ? » s’entendis-elle demander à la place. Supter baissa les yeux sur les bandages sales, comme s’il était légèrement surpris de les voir.

« Il y a trois jours, » dit-il. « Trois jours ? Stephyn a eu… une crise… il hurlait qu’on l’observait, qu’on l’étouffait… il n’arrêtait pas de crier qu’un linceul tombait… il a pris l’un des cutters et… a détruit le communicateur vox… j’ai… essayé de l’arrêter et… » Supter s’est interrompu et ses yeux se sont perdus dans le vague.

Au moins, cela répond à une question, pensa Laria. Pas de vox, pas de contact vox. Bien qu’elle ne comprenne pas pourquoi quelqu’un n’aurait pas pu réparer cette satanée chose ou en fabriquer un autre.

« Contremaître, que se passe-t-il ici ? » demanda Bosk, son ton fort et ferme faisant sursauter Laria. Elle avait l’impression que quelqu’un lui avait jeté de l’eau froide au visage et, pendant un instant, l’injustice de tout cela lui est revenue. Mais sa panique était maladive, aussi mal nourrie que Supter lui-même. Elle s’est vite calmée.

« Quelque chose… peut-être la… Faille ? »demanda Supter.

Serait-ce une malédiction crachée par la Grande Faille ? pensa Laria, se stabilisant alors que sa tête tournait et que l’engourdissement gagnait ses jambes. Était-ce cela qui drainait ses forces et engourdissait ses pensées ? C’était une notion horrible et insidieuse, mais même cette idée ne suscitait pas plus que la plus faible émotion en elle maintenant.

« La Faille est là… depuis longtemps… L’Empereur nous a gardé en sécurité jusqu’à présent… » dit Bosk. Phraig émis un grognement d’assentiment, bien qu’il ait semblé distrait et vague.

« Et si… »

Ce que Bosk était sur le point de suggérer fut noyé dans le rugissement soudain d’une explosion venant de l’extérieur. La cabane sur pilotis se balançait sur ses maigres pieds métalliques, tremblant de façon alarmante sous leurs pieds. De la vieille nourriture et des liasses de papier se sont répandues du bureau de Supter. Une tasse a heurté le sol et s’est brisée.

« C’était quoi ça ? Le Chett ? » demande Bosk, les yeux écarquillés.

L’homme serra l’Aquila qui pendait à son cou et les dévisagea tour à tour. Laria n’avait pas de réponse à lui donner, mais poussa la porte du contremaitre et se traîna sur ses jambes engourdies jusqu’à la rampe de l’échelle. Elle s’y est accrochée, clignant stupidement des yeux, essayant de donner un sens à ce qu’elle voyait.

Le feu bondissait et crépitait. De la fumée s’échappait. L’un des générators avait explosé, et maintenant des morceaux de métal enflammés et des corps noircis jonchaient un large rayon autour de lui. Plusieurs des habs préfabriquées étaient également en flammes. Même Laria n’était pas encore engourdie au point de ne pas ressentir de l’horreur devant les silhouettes humaines toujours affalées sur leurs marches, alors que les flammes les consumaient.

« Pourquoi… ne bougent-ils pas ? » souffla-t-elle. Quelque chose de grand passa au-dessus de sa tête, une traînée sombre se déplaçant trop rapidement pour qu’elle puisse la comprendre. L’air hurlait à son passage, piquant comme des épingles et des aiguilles sur ses nerfs endormis. Laria tourna la tête pour suivre la forme en mouvement, mais avant qu’elle ne puisse faire le point, une autre explosion féroce se produisit, cette fois directement sous elle.

Kardhi, pensa-t-elle alors que le feu bouillonnait sous ses pieds et que l’échelle se déformait et tombait. Nous avons laissé Kardhi en bas.

Puis elle tomba, sentant l’accélération au creux de son estomac alors que les pieds de la hutte s’inclinaient et s’écartaient vers l’extérieur. Bosk cria de terreur, sa voix étant à peine audible dans le souffle guttural de l’explosion et le gémissement torturé du métal qui s’effondrait.

Quelque chose de lourd frappa Laria par derrière et elle fut renversée par-dessus la balustrade. Elle était trop faible et léthargique pour s’accrocher ou essayer de se sauver. Le sol s’est précipité avec une finalité horrible et elle a été frappée avec un fort craquement d’os brisés.

+ + +

Le métal l’écrasait. Les flammes étaient en train de danser. Des éclats d’obus traversaient l’air, et le sol tremblait sous son corps digne d'une poupée de chiffon, et à travers tout cela, Laria ne pouvait que penser : Je ne sens rien… pourquoi je ne sens rien… ?

Elle avait entendu parler de prospecteurs se brisant le dos, le cou et perdant toute sensation dans leur corps. Cela lui était-il arrivé ?

Mais ça ne brise pas vos émotions aussi, n’est-ce pas ? Empereur, pourquoi je ne ressens rien ?

De la poussière et de la fumée s’élevaient autour de Laria alors qu’elle gisait immobile dans la poussière. Elle trouva la force de faire pivoter ses yeux et vit Phraig allongé près d’elle, la tête inclinée à un angle horrible. Ses yeux étaient vitreux. Du sang s’écoulait de ses narines et se répandait entre ses dents, là où il s’était mordu la langue.

Il ne se plaindra plus, pensa-t-elle, à peine cohérente. Laria n’a pas pu formuler de réponse quand une grande forme sombre a surgi au-dessus d’elle. La lumière furieuse des étoiles de Thrule scintillait sur le métal bruni, brillait dans des yeux cruels, semblables à des lentilles, mais Laria était incapable de donner un sens à ce qu’elle voyait. Elle ne pouvait pas se résoudre à s’inquiéter lorsque la silhouette se baissa et la saisit par les cheveux, ni lorsqu’elle se retourna et commença à traîner son corps brisé dans la poussière vers la bouche sombre de la mine.

Ça ne faisait pas fait mal.

Cela n’avait pas d’importance.

Tout ce que Laria voulait, c’était dormir…

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Haine, haine, haine ! C’est notre mantra. »
  • Warhammer Community - Psychic Awakening : Lassitude de CLARK ANDY[1] (traduit de l’anglais par Trazyn l'Infini)