La Nuit Tombe (Nouvelle)

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

Un vaisseau impérial a été retrouvé, silencieux et sombre, sans aucun signe de dommage. Une équipe de l’Astra Militarum s’est aventurée à l’intérieur pour découvrir la tragédie qui a frappé l’équipage… mais ce qu’ils trouvent dans les profondeurs du vaisseau est une horreur qui dépasse leurs cauchemars les plus sombres.

+ + + + +

«  » Le lumen sous le canon du Fusil Laser de Gerrikan Orzan a percé l’obscurité totale du couloir devant lui. Des particules de poussière à la dérive dansaient paresseusement dans la lumière froide tandis que le sergent faisait signe à son équipe de le suivre dans le fade couloir octogonal menant aux entrailles de l’Advent Imperatus.

Le Vaisseau était complètement dans l’obscurité - même les lumières de secours n’éclairaient aucune des salles et chambres qu’ils avaient traversées jusqu’alors. Les bottes des cinq soldats hautement entraînés résonnaient sur les planchers en acier. A part cela, tout restait étrangement calme.

« C’est comme un vaisseau fantôme, » dit le garde Miika au reste de l’équipe. « Avez-vous vu la coque en entrant ? Pas une seule égratignure sur elle. Aucun dommage de guerre. Rien. »

« Je sais, » répondit Tsararel. « Et comment une frégate s’est-elle échouée si loin d’ici ? Qu’est-il arrivé au reste de la flotte ? »

« Je sais ce qui va vous arriver si vous ne commencez pas à maintenir la discipline sur le réseau vox, » aboya le sergent Gerrikan.

Les cinq gardes ont continué en silence, plus profondément dans le vaisseau et plus loin de la sécurité de leur vaisseau dans la baie du hangar. C’est étrange cependant, se dit Gerrikan. Le vaisseau solitaire de classe Tempestus venait d’apparaître, dérivant à travers les étoiles, sombre et inerte. Les autorités impériales avaient essayé d’appeler la frégate, mais en vain. Finalement, l’équipe de Gerrikan avait été dépêchée pour enquêter sur l’origine de l’Advent Imperatus. Ils n’avaient rencontré aucune résistance lorsque leur vaisseau était entré dans la baie du hangar.

A leur arrivée, ils avaient constaté que le réacteur du Vaisseau était toujours en marche mais au ralenti, alimentant les protocoles d’urgence qui maintenaient le flux d’air recyclé et un champ de gravité stable, mais c’était à peu près tout. Jusqu’à présent, ils n’avaient trouvé aucun signe de l’équipage.

Après un court moment, ils ont atteint une jonction. Un passage menait vers le pont tandis que l’autre s’enfonçait dans les entrailles de la frégate, où se trouvaient les compartiments de l’équipage et les postes médicaux.

« Tsararel, Izzren, vous vérifiez les ponts inférieurs, » ordonna Gerrikan. « Miika, Holt, vous êtes avec moi. On va voir s’il y a quelqu’un sur le pont. Gardez l’Esprit-Machine de vos armes à l’œil. »

« Viens, Izz, » dit Tsararel en brandissant son Pistolet Plasma dans le couloir de gauche. Alors qu’Izzren suivait, Gerrikan se surprenait à la surveiller plus longtemps que prévu. Sa jeune sœur avait rejoint le 105e régiment de Falkenberg il n’y a pas si longtemps, et la fierté qu’il ressentait était encore fraîche. Elle s’était battue avec acharnement contre la dîme du recrutement et l’entraînement brutal du régiment lors de la toute prochaine prise en charge, après que Gerrikan lui-même ait décidé qu’elle devait rejoindre la même prise en charge de la dîme - et donc le même régiment - que lui.

Izzren n’avait pas fait cela par besoin mal placé de sa compagnie ou de sa protection. Au contraire, elle avait toujours été déterminée à ne pas laisser Gerrikan la dépasser en quoi que ce soit. Il est certain que c’était un soldat exceptionnel. Mais le sergent ne pouvait pas simplement ignorer le fait qu’il était désormais son supérieur. Il ne pouvait pas la traiter différemment des autres guerriers.

« Vous venez, sergent ? » demanda Miika.

« L’Empereur est-il assis sur un trône d’or ? » Gerrikan répondit. « Allez, sur le pont. »

Le pont de l’Advent Imperatus semblait aussi sombre et sans vie que le reste du Vaisseau.

« Par l’œil de l’empereur, je ne comprends pas, » murmura Gerrikan. « Dispersez-vous, modèle Vigilantus. Miika, tu prends le flanc droit, Holt, tu es à gauche. »

Les deux autres gardes ont reconnu son ordre par de courts vox-clicks, et ont levé leurs fusils laser. Miika a rôdé jusqu’à l’extrémité droite du pont. Son lumen dansait sur les écrans noirs et les postes de service.

Il s’exclama : « Tu vois ça ? » Des serviteurs affaissés étaient accrochés à leurs supports, toujours connectés à des sanctuaires de données tactiques et à des stations de cogitator. Ils semblaient mal nourris et morts, mais il n’y avait pas de cause évidente.

« Tiens ta position, Miika », dit Gerrikan. « Holt, regarde sur l’autre flanc. »

Dès que sa voix s’est tue, Holt est parti sur la gauche. Sa lumière a pivoté dans l’obscurité et elle s’est dirigée vers le prochain point d’observation. La lumière s’est soudainement élevée par à-coups quand elle est tombée.

« Holt, réponds ! » appela Gerrikan.

« Je vais bien, » répondit-elle en respirant profondément. « J’ai… J’ai trébuché sur quelqu’un. Il est mort, comme les Servitors. »

Gerrikan s’est avancé vers Holt, son coeur labourait ses côtes.

« Que se passe-t-il ici, au nom de l’Empereur ? »

« On dirait qu’il s’est allongé sans jamais se relever, » commenta Holt en arrivant. Elle avait raison ; l’homme était juste allongé là, effondré comme une poupée de chiffon oubliée.

Gerrikan fit un signe de tête et s’est faufilé en avant en silence pour vérifier le reste du pont. Il garda un œil attentif sur son environnement, mais il n’y avait aucun signe de vie, juste d’autres membres d’équipage morts. Les cadavres semblaient tous décharnés et hagards, comme s’ils étaient simplement tombés dans le coma ou morts de faim, engloutis au-dessus de leur poste. « Aucun signe de vie, » dit-il en atteignant le trône de commandement au centre du pont. Il fronça les sourcils en regardant le commandant décédé du Vaisseau. Les yeux du capitaine étaient grands ouverts, vitreux, et fixaient le plafond. Gerrikan frissonnait. « Repos, Wardrakes. Il n’y a personne d’autre que les morts ici. Que l’Empereur protège leur âme. »

« Il doit y avoir une raison à tout cela, monsieur, » répondit Holt. « Les gens ne tombent pas comme ça pour mourir tout de suite après… »

Gerrikan acquiesca. « Je suis d’accord. Miika, réveille l’extracteur de données et branche-le. Voyons si nous pouvons mettre en marche certaines des banques de cogitateurs. Peut-être qu’ils peuvent cracher quelque chose sur ce qui s’est passé ici. En attendant, espérons que Tsararel et Izzren aient plus de chance. »

La porte plaquée s’ouvrit avec un doux sifflement alors qu’Izzren frappait la rune d’activation. « Très bien, » murmura-t-elle. « On devrait trouver la station médicale là-bas. » Et peut-être des réponses, pensa-t-elle.

Tsararel fit un signe de tête. « Balayage rapide des chambres extérieures puis avance vers les compartiments de l’équipage. Plus vite nous en aurons fini, mieux ce sera. Je n’aime pas du tout cet endroit. » Izzren fit un signe de tête. « Vous allez prendre la tête, » décida-t-elle. « Je préférerais avoir ton pistolet à plasma entre moi et… tout ce qu’on trouvera en bas.

Tsararel haussa les épaules et leva son arme, en appuyant sur sa rune d’activation. La bobine de plasma illumina leur environnement d’une douce lumière bleue et bourdonna doucement. Le spécialiste en armement de l’escouade s’approcha de la porte.

Tsararel Crestlan du 105e régiment de Falkenberg parla, il cria dans l’obscurité, sa voix augmentée par le vox interne de son casque. « Est-ce que quelqu’un m’entend ? »

Le silence ne fit que s’accentuer. Izzren pouvait presque le sentir souffler sur elle depuis l’obscurité comme un vent froid.

Tsararel se retourna vers elle. Le chatoiement rouge de son implant oculaire bionique se mêlait à la lueur bleue de son arme à plasma.

« Allons-y, » dit-il, et il s’avança dans la chambre suivante. Izzren le suivit et laissa son lumen se promener dans le couloir qui s’ouvrait derrière la porte.

« Je pense que nous avons trouvé l’équipage… » souffla Tsararel en observant la scène qui se déroulait devant eux.

La peau d’Izzren se mit à trembler lorsque la lumière de sa lumen traversa le poste de soins, balayant rangée après rangée des silhouettes endormies sur des brancards. Ils étaient accrochés à des sanctuaires de survie clignotants. Plusieurs brancards s’étaient renversés. Les gens étaient attachés à certains d’entre eux, vivants, mais complètement inertes. D’autres avaient roulé de leur lit de malade, arrachant les fils de survie en cours de route. Ils semblaient être morts de faim là où ils étaient couchés. Entre eux se trouvaient les médecins eux-mêmes, aussi décharnés et mal nourris que leurs patients. Une fine pellicule de liquide nutritif renversé recouvrait le sol et s’écoulait des systèmes de survie, à moitié accrochés aux personnes qui n’en auraient plus besoin.

« Il semble que… quelque chose les ait fait tomber dans une sorte de coma, l’un après l’autre, » chuchota Izzren.

« Ils devaient le savoir, » dit Tsararel, en faisant un signe de tête à un médecin mort qui se trouvait sur le sol. « Ils ont essayé d’en sauver autant que possible avant que cela ne les prenne aussi. Tous ceux qui n’étaient pas branchés sur un système de survie sont morts de faim. »

Mais pourquoi ? se demandait Izzren, qui essayait encore d’analyser la scène macabre devant elle. « Que s’est-il passé ? »

« Seul l’empereur le sait, » répondit Tsararel. Izzren remarqua que sa prise autour du pistolet à plasma s’était resserrée. « Il vaut mieux faire savoir au sergent ce que nous avons trouvé. »

Izzren fit un signe de tête et ouvrit une connexion vox. « Izzren à Gerrikan. » Un court clic indiqua que son frère écoutait.

« Nous avons trouvé un poste de secours improvisé sur les ponts de l’équipage, » poursuit-elle. « Plusieurs morts, d’autres membres d’équipage branchés sur les systèmes de survie, mais ils sont en sommeil. Tous ceux qui ne sont pas connectés aux systèmes de survie sont morts. »

« Je… suggèrent… le réveil… » La voix de Gerrikan arrivait hachée.

Izzren a tapé sur le micro-vox de son casque. « Gerrikan ? Sergent ! »

« … répéter… réveiller… »

Elle jura : « Malédiction. Quelque chose bloque le signal vox ici, Tsararel. »

Tsararel fit un signe de tête. « Tu crois qu’on devrait essayer de réveiller l’un d’eux pour l’interroger ? »

« Je suppose, » répondit Izzren, qui s’approcha du brancard le plus proche. Elle évita soigneusement de marcher sur un servitor médical en décomposition à côté et regarda le poste de commande clignotant du système de survie auquel l’homme était accroché. « Modèle Medela, type quatre… » murmura-t-elle. Izzren tapa une série de codes impériaux dans le panneau de contrôle et entonna les quelques prières fourre-tout qu’elle connaissait pour réveiller les esprits des machines.

« Cela devrait le ramener au service de l’Empereur. » Un doux bourdonnement provenait du système de maintien des fonctions vitales qui injectait des médicaments au patient en sommeil. Izzren a fait un pas en arrière, a levé son fusil laser et l’a pointé vers l’homme dans le coma. Un regard de côté lui a dit que Tsararel avait aussi son arme pointée sur lui. Quelques instants passèrent, mais l’homme restait allongé, aussi immobile et inerte que le vaisseau lui-même.

Izzren prit une profonde respiration et se referma sur lui, presque à contrecœur. Tout doucement, elle s’inclina. Finalement, elle entendit son souffle venir en un rythme lent et plat. Sa poitrine bougeait à peine, mais il était bel et bien vivant. Il ne semblait tout simplement pas être là.

Izzren était sur le point de dire quelque chose, mais les mots lui sont restés en travers de la gorge tandis que Tsararel gémissait derrière elle.

Elle se mit à tourbillonner, l’instinct s’est mis en marche instantanément alors qu’elle pointait son fusil. De cruelles griffes d’argent dépassaient de l’estomac de son camarade. Avant qu’Izzren ne puisse réagir davantage, Tsararel fut violemment soulevée et projetée à travers la pièce, s’écrasant sur une rangée de brancards.

Ce n’est pas la raison pour laquelle elle s’est mise à crier. Izzren pressa la détente de son fusil laser, le dirigeant vers l’assassin de Tsararel alors qu’il se mettait à bouger brusquement et se précipitait vers elle.

« Izzren ? Izzren ! Je répète, n’essayez pas de réveiller quelqu’un en bas ! » cria Gerrikan dans sa vox, tout en sachant que la connexion avait été interrompue.

« Par l’œil de l’empereur, » maudit-il, en regardant le moniteur vacillant des systèmes de cogitation. Il sentit un nœud épais se resserrer dans sa gorge. « Rassemble tout, Miika. Nous avons toutes les informations dont nous avons besoin. Retrouvons Izzren et Tsararel, puis nous évacuerons. »

Miika acquiesça et commença à enrouler les câbles de l’extracteur de données avec des mouvements exercés. Gerrikan était heureux de ne plus avoir à regarder les images qu’ils avaient extraites des banques de cogitateurs. Il fallait que les autorités impériales le sachent le plus tôt possible.

« L’extracteur est apaisé et tranquille, sergent, » déclara finalement Miika.

« Reconnaissance. Sortons, Wardrakes. Allons chercher nos camarades. »

Holt hésita. « Attendez une seconde, » dit-elle. « L’Auspex détecte quelque chose. »

Elle n’avait même pas fini sa phrase quand Gerrikan ressentit un picotement soudain dans l’estomac, comme s’il tombait dans un abîme profond. L’air autour d’eux grésillait.

« Bougez ! Maintenant ! » cria le sergent en s’enfuyant.

Trois éclairs d’énergie verte et aveuglante éclatèrent dans l’air et des créatures cauchemardesques en sortent. Ils avaient une forme humanoïde, mais leur corps était coulé dans un alliage métallique de couleur laiton. Alors que Gerrikan regardait avec horreur, l’une des choses se tourna vers lui, son œil unique brillait de façon antipathique alors qu’il levait un pistolet rougeoyant fantomatique et faisait feu.

Gerrikan glissa sous l’explosion d’une énergie mortelle et maudit alors que les étincelles d’une console endommagée derrière lui pleuvaient sur lui. Holt n’a pas eu cette chance. Une des créatures de métal lui a tiré dans la tête et elle s’était effondrée, morte avant même de toucher le sol.

Miika réussi à tirer une salve de lasers dans le dos de l’assassin de Holt. Une rangée de cratères fondus est apparue sur la carapace de la créature voûtée, mais le métal commença à s'agiter et s’est régénéré. Quelques secondes plus tard, il semblait que Miika n’avait jamais tiré sur la créature. La chose se tourna vers le gardien avec une rapidité incroyable, ripostant méthodiquement. Il a infailliblement touché la tête de Miika. Il est tombé en silence contre une console de navigation et est resté immobile.

Gerrikan jura et dégaina son Epée Energétique. Les trois figures de métal l’ignorèrent pour le moment et se dirigèrent vers le corps de Miika. Ils veulent l’extracteur de données, réalisa Gerrikan. Il devait agir rapidement.

Il cria « Pour l’Empereur ! » et courut vers la créature la plus proche. Les guerriers de métal se tournèrent vers lui, et deux coups de feu firent monter l’air au-dessus de sa tête alors qu’il se laissait tomber. Son élan l’entraîna et son épée énergétique trancha les tibias d’une des monstruosités de métal. Alors que la chose s’effondrait, Gerrikan s’est précipité vers Miika et saisi l’extracteur de données. Puis il s’est retrouvé à la porte du pont, plongeant tête baissée à travers son cadre alors que d’autres faisceaux d’énergie perçaient les murs environnants. Gerrikan a répondu en lançant une grenade à fragmentation derrière lui.

« Cela devrait occuper ces maudites choses, » se marmonnait-il.

Alors qu’il se précipitait dans le couloir sombre, ses pensées se sont dirigées vers sa sœur. Il voulait aller la chercher, il voulait s’échapper avec elle, mais il connaissait son devoir. Il sera plus fort l’extracteur de données. Le devoir passait toujours en premier.

Il ne pouvait pas la traiter différemment.

Il devait atteindre le vaisseau, sortir de ce vaisseau et rapporter ce qu’il avait vu.

La lumière de son lumen sautait dans le couloir noir de façon instable. Gerrikan haletant fortement, il continua à avancer. Son cœur battait fort dans sa poitrine et il s’attendait à ce que sa vie soit anéantie par un coup de feu à l’arrière de sa tête à tout moment. Mais le coup de feu ne vint jamais, et il finit par atteindre la baie du hangar de l’Advent Imperatus.

« Mettez les moteurs en marche ! » Gerrikan se mit à courir vers le vaisseau qui l’attendait.

L’écoutille du compartiment de l’équipage du vaisseau s’est ouverte, et une silhouette courbée est sortie, méconnaissable dans l’obscurité du hangar.

« Qu’est-ce que vous faites ? Faites tourner les moteurs ! » répéta Gerrikan, en se rapprochant.

« Gerrikan, je suis content que tu sois là, » répondit sa sœur. Gerrikan s’arrêta sur ses traces, et son cœur sembla s’emballer.

« Izzren ? » chuchota-t-il. Elle a finalement réussi ! Elle a vraiment survécu ! Ils allaient échapper à ce cauchemar ensemble.

« 'Oui, mon frère, »' dit la silhouette en s’approchant. Alors qu’elle entrait dans la lumière de Gerrikan, le sergent sentit sa force s’échapper de son corps et il s’agenouilla.

« Non… Izzren, non. »

La peau de sa sœur était drapée autour de la structure métallique de la Chose qui rôdait vers lui. Sous les trous vides où ses yeux bleus s’étaient autrefois posés, des lentilles vertes calleuses l’observaient, observant avec froideur chacune de ses réactions. A chaque pas, le sang coulait de cette apparition cauchemardesque.

« Frère, » répétait le monstre, modulant à la perfection la voix de sa sœur.

Gerrikan ferma les yeux et accueillit son étreinte.

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Que la mort soit votre guide. »
  • Warhammer Community - Psychic Awakening : Gone Dark de WEHNER DIRK[1] (traduit de l’anglais par Trazyn l'Infini)