Ku'gath

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

LogoPrincipalDemonsDuChaos.png
DaemonsMiddleBannerAlt.jpg
Daemons banner left.jpg
DaemonsMiddleBannerAlt.jpg
Daemons banner right.jpg
Shackles1.png
Shackles1.png
Vortex-sfx.pngVortex-sfx.pngVortex2-sfx.pngVortex2-sfx.png




Sm chaos eye blind.png
Sm-chaos-side-staff.pngShackles1.png
Sm-chaos-side-staff.pngShackles1.png
Sm chaos stone bar.jpg
Daemons page corner.png
Sm chaos metal bar.png
Sm chaos page corner2.png
Sm chaos metal bar.png
Daemons-gothic.jpg
Chaos-tzeentch-angle.png
Chaos-nurgle-angle.png
Ku’gath, Le Père des Épidémies, Le Brasseur d’Immondices, Le Patriarche Purulent.

Ku’gath fut tout d’abord un simple Nurgling, juché sur les épaules de Nurgle lui-même. Alors que le Seigneur de la Déchéance concoctait sa toxine la plus virulente, Ku’gath tomba de son perchoir et plongea dans la marmite rouillée. Ku’gath but une grande lampée de son contenu, et se sentant revigoré, il but et but encore jusqu’à vider le chaudron. Il enfla sous l’effet de la décoction et devint un Grand Immonde. Nurgle se gaussa des bouffonneries de sa nouvelle création, incarnation de la maladie parfaite qui mijotait dans le Chaudron des Pestes. Malgré l’absence de ressentiment de Nurgle face à la tournure des événements, Ku’gath se rendait compte qu’il avait privé son père de la plus grande des maladies, d’une souche qui aurait même pu éclipser les vertus de la Pourriture de Nurgle. Depuis, Ku’gath cherche à recréer le miracle vénéneux qui fit de lui ce qu’il est.

Le Père des Épidémies est une créature austère, qui se tient à l’écart des autres Démons Majeurs. Ku’gath ne se contente pas des délices des infections ordinaires : il travaille d’arrache-pied pour accomplir la quête qu’il s’est imposée, et ses recherches l’obligent à voyager fréquemment, pour recueillir les maux les plus exotiques et les ingrédients les plus putrides. Ku’gath est le Démon de Nurgle le plus susceptible de se rendre dans le monde des mortels, où les zones de guerre sont pour lui autant de bancs d’essai et de sources de cobayes.

Muni de tout l’attirail de son laboratoire mobile, Ku’gath sillonne l’univers dans un Palanquin porté par un monceau de Nurglings, à la recherche de la combinaison insaisissable de pathogènes et de toxines qui recréera la maladie parfaite. Le tapis de Nurglings surchargés est constamment renouvelé, car les entrailles pourries de Ku’gath produisent ces petits Démons à une cadence effrénée. Chacun d’eux contient un échantillon unique des éléments qui ont créé le Père des Épidémies. Au combat, ce dernier les ramasse et les caresse brièvement, avant de les jeter dans une cuve de fluide contaminé et de les lancer sur ses ennemis.

En plus de la masse considérable du Démon Majeur, le Palanquin est chargé de tous les objets qui constituent son laboratoire portable. De petits braseros font chauffer des alambics d’où sortent des vapeurs nocives. Des serpentins en cuivre couverts de vert-de-gris acheminent des bactéries et distillent des poisons provenant de millions de mondes différents, et même des endroits les plus recules du Royaume du Chaos.

Les Nurglings couinent de joie durant leur vol, et éclatent à l’impact en arrosant l’ennemi de jus acides et de grumeaux empoisonnés. Ku’gath observe avec détachement, en prenant note de la manière dont telle ou telle infection se manifeste et se répand, tout en réfléchissant déjà aux pistes d’amélioration de son prochain bouillon de culture.

Ku’gath capture également ceux qui souffrent de maladies et les ramène à son antre dans la demeure de Nurgle, où il peut les observer à loisir. Ces malheureux originaires de toute la galaxie gémissent de douleur dans les milliers de cages qui s’alignent dans la pénombre.

Ku’gath possède l’Artefact Infernal suivant :
  • Projectiles Nécrotiques : Ku’gath peut jeter sur l’ennemi de pleine poignées de Nurglings pestiférés.

La Cadeau de Grand-Père

Des siècles après l’Hérésie d'Horus, dans le Jardin de Nurgle, Ku’gath sanglotait assis dans un bain de boue, le visage enfoui dans ses mains boueuses lorsqu’il fut interrompu par le Primarque Mortarion, sous sa forme humaine, qui lui demanda pourquoi il pleurait. Le Grand Immonde lui demanda alors si il n’avait jamais entendu parler du malheur de Ku’gath, ce que Mortarion semblait ignorer, avant de dire au Primarque qui ne le connaissait pas qu’ils étaient des alliés et qu’ils avaient déjà combattu ensemble. Le Grand Immonde lui dit que cela n’était pas encore arrivé car le temps dans le Royaume du Chaos ne voulait rien dire. Enfin, il lui raconta son histoire, lorsque petit Nurgling, il était tombé dans la marmite de Nurgle, buvant l’ensemble du contenu qui le fit enfler et gonfler et surtout de sa hantise d’ignorer les effets du grand fléau qu’il avait bu, malgré l’absence de ressentiment de Nurgle. Puis il encensa Mortarion, célèbre parmi les serviteurs du Dieu de la Peste avant de lui demander ce qu’il faisait ici.

Le Primarque se rappelait seulement se trouver dans son laboratoire à la recherche de quelque chose mais que ses machines avaient surchargé et qu’il s’était réveillé dans le Jardin de Nurgle. Ku’gath lui expliqua alors que son essence se promenait dans le Royaume du Chaos après qu’il ait pratiqué de la magie tout comme il avait utilisé l’occultisme pour refaçonner son domaine démoniaque, la Planète de la Peste et que ce Jardin n’était pas une création de son esprit mais était bien réel, car sinon, il aurait pratiqué la sorcellerie pour parvenir à concevoir à tel lieu. Puis, le Grand Immonde avoua au Seigneur de la Mort que Nurgle connaissait l’objet de sa quête, la recherche de l’âme de son père adoptif, le Seigneur de Guerre Xenos Necare, celui qui l’avait asservi sur Barbarus, son monde d’enfance, avant d’être retrouvé par l’Empereur. Alors Ku’gath s’empara de Mortarion et le frotta entre ses mains avec une rapidité étonnante, puis pressa et moula sa chair, provoquant une grande souffrance à Mortarion qui ne pouvait rien faire. Quand il eut fin de refaçonner son corps, Ku’gath déposa Mortarion qui était devenu plus grand, plus fort, vêtu de son armure et portant ses armes, ayant repris sa forme de Prince Démon. Puis le Grand Immonde retourna le Primarque et le frappa violemment sur le dos, enfonçant des doigts et tirant en arrière afin qu’une large série d’ailes se détache de sa chair. Il encouragea Mortarion à s’envoler et d’attraper sa proie qui se trouvait dans le Jardin, un cadeau de Nurgle pour sa dévotion. Ravi, Mortarion vit l’éclat d’âme de Necare et l’attrapa, achevant une quête qui durait depuis sept siècles.[1]

L'Infestation de Curwen

Le Chaudron de Nurgle[2]

Le chaudron du Patriarche Purulent avait un ventre rond, un col haut et était monté sur trois pattes trapues. Sa forme n’avait rien de particulier. Il ressemblait à bien des marmites en usage sur de nombreux mondes civilisés, à toutes les époques. Ce qu’il avait de formidable était sa taille gigantesque et la seule décoration dont il était orné était le sigle des triples anneaux de Nurgle, répété par trois fois sur son tour. Mais ce chaudron n’était pas n’importe lequel : il appartenait à Nurgle en personne et c’était à l’intérieur que Ku’gath était devenu un Grand Immonde, quand simple Nurgling, il avait bu goulûment le bouillon infect que son père y brassait, s’infusant de la maladie la plus prometteuse jamais mitonnée par le Seigneur des Mouches. Durant les Guerres de la Peste, Nurgle lui prêtera ce chaudron afin de concocter un rituel visant à annexer Ultramar au Jardin du Dieu de la Peste.

En 927.M41, Ku’gath propagea la peste noxienne sur l’Agri-Monde Curwen qui en fut ravagé, des centaines de milliers de personne périssant en quelques jours. Une semaine après le début de l’épidémie, les Chevaliers Gris arrivèrent, ayant déjà rencontré ce virus plusieurs siècles auparavant et sachant qu’elle était l’œuvre de Ku’gath dont les serviteurs pullulaient déjà près de la ville lacustre de Soth où avait débuté l’épidémie. Les Démons s’affairent alors à entasser les cadavres scrofuleux des victimes pour quelque raison trop effroyable pour être évoquée.

Ce fut le Justicar Anval Thawn qui mena l’attaque contre le repaire des Démons de Ku’gath, et rapidement, une bataille éclata sur les rives boueuses et fétides du lac. Mais les Démons sous les ordres du Grand Immonde, prirent les Chevaliers Gris entre deux feux avec d’un côté, les Démons de Nurgle qui les affrontaient sur la rive, et de l’autre, des créatures aux tentacules meurtriers qui surgissaient des eaux stagnantes. Thawn lance alors un assaut désespéré contre le cœur de l’armée démoniaque et Ku’gath se retrouva en prise avec le Justicar qu’il avala tout rond sous les acclamations des Nurglings qui portaient son Palanquin. Mais son rire gras prit fin lorsque son ventre explosa dans une gerbe de bile et d’excréments tandis que Thawn s’en extirpait. La mort de Ku’gath coupa le lien qui unissait ses serviteurs au monde réel, et ceux-ci s’évanouirent dans le Warp, n’empêchant pas les Chasseurs de Démons de soumettre Curwen à un Exterminatus pour éviter toute contamination.[3]

Les Guerres de la Peste

« Si seulement vous pouviez tous vous arrêter. Vous ne comprenez pas à quel point vous vous fourvoyez. Votre dieu est un menteur, et pas très loquace, par-dessus le marché. Il ne parle même pas ! Il ne vous offre rien d’autre qu’un rictus cadavérique en récompense de tous les efforts que vous consentez en Son nom. La mort est votre lot, suivie de l’annihilation de votre être dans les eaux tourmentées du Warp. Mais si vous acceptiez de pénétrer dans les jardins de Nurgle, c’est un sort tout autre qui vous attendrait. Le Jardin est un paradis pour tous, où rien ne meurt jamais. Chaque âme, chaque force vitale, du virus le plus insignifiant à la créature la plus titanesque, peut à nouveau renaître des abysses. Il n’y a pas de mort, pas de douleur, et la souffrance n’est qu’une source de joie agréable et sans cesse renouvelée ! Votre seigneur ne vous offre aucune renaissance, aucun espoir ! Pourquoi vous battez-vous pour Lui ? »
- Ku’gath à des Space Marines durant la Bataille de Parmenio.

Au début du 42e Millénaire, alors que la galaxie était coupée en deux par la Grande Faille suite à la Chute de Cadia, le Royaume d’Ultramar fut envahi par les séides de Nurgle, menés par Mortarion, Typhus et Ku’gath. La Légion Renégate de la Death Guard était à la pointe de l’invasion et ambitionnait d’annexer le royaume du Primarque Roboute Guilliman, - revenu en tant que Seigneur Commandeur de l'Imperium et tentant de sauver l’Humanité de la pire période de son histoire, - à celui de Nurgle. Ce long conflit fut baptisé les Guerres de la Peste.

Ku’gath ravagea à la tête d’une armée démoniaque le monde de Tartella, tuant quatre-vingt-dix-huit pour cent de la population. D’autres apparitions du Démon Majeur ont été rapportées dans trois systèmes de plus, à chaque fois fugaces, mais vérifiables. Il fut constaté rapidement que Ku’gath accompagnait les forces de Mortarion.

Ku’gath descendit des cieux sur le monde d’Iax avec sept colossales arches de pestilence construites à partir des cadavres défraîchis de gigantesques baleines spatiales prises dans les tempêtes de la Noctis Aeterna, saisies par les griffes avides des légions démoniaques et traînées jusque dans les abysses du Warp, où la sorcellerie de Nurgle les avait dénaturées. Une fois leurs entrailles évidées par les infections les plus virulentes, les serviteurs du Seigneur de la Pestilence avaient relâché en elles des meutes de parasites surnaturels, parachevant la hideuse métamorphose destinée à en faire des vaisseaux convenables pour acheminer leurs répugnantes cohortes jusque dans le monde des mortels. L’arche de Ku’gath fut la première à percer la barrière entre la réalité et l’Immaterium mais la magie perverse qui lui permettait de voler dans le royaume de Nurgle n’avait pas encore suffisamment d’emprise sur Iax et dès qu’elle se fut extraite du portail, l’arche de pestilence s’affala dans les eaux peu profondes des marécages d’Iax, sa décomposition s’accélérant et déversant sur les terres d’Ultramar des flots de sucs néfastes grouillants de créatures démoniaques. L’essaim de mouche fut renforcé par toutes celles qui éclorent des entrailles de l’arche, inondant les cieux d’une interminable nuée, si dense qu’elle finit par occulter les cieux, s’assurant que les habitants ne puisse voir le soleil se lever. Les mouches commencèrent à se disperser, filant vers les quatre coins du globe pour faire don aux mortels des innombrables maladies dont elles étaient porteuses. Les Nurglings se dégorgèrent ensuite des flancs de la baleine en monceaux abject et pervertirent les insectes afin de déstabiliser l’écosystème. Depuis l’intérieur du mastodonte échoué, commencèrent à percer des passerelles de bois pourri, poussées à travers les rideaux de peau délitée de son abdomen afin que les Portepestes s’extirpent de leur vaisseau en décomposition, s’organisant en cohortes bien ordonnées. Les autres arches atterrirent et déversèrent les mêmes abominations, accélérant la souillure démoniaque et d’immondices dans la zone d’atterrissage. Les généraux de ces légions pestiférées surgirent à leur tour des entrailles des arches pourries, six Grands Immondes : Septicus, Bubondubon Boute-En-Train, Pestus Throon, le Gangrel, Squatumous et Famine. Ils étaient les lieutenants du Patriarche Purulent, à la tête d’une horde baptisée la Garde Purulente, elle-même divisée en sept légions.

Ku’gath apparu enfin, en tant que commandant suprême de ces hordes pesteuses, annoncé par Septicus avant qu’une clameur de milliers de voix démoniaques ne résonne, crachant avec ferveur leur fétide ovation au Patriarche Purulent. Des profondeurs du premier vaisseau-baleine, suivi d’un bruit de succion, Ku’gath fit son entrée comme un rock star, tranchant une voie de l’intérieur de l’arche avec une lame d’épée aussi longue qu’un char d’assaut. Posé sur son Palanquin portés par des Nurglings, il était agacé et ordonna que cesse les rires et les chants en son honneur car les affaires de Grand-Père Nurgle n’étaient pas des sujets de plaisanterie ! L’ignorant, la joie des Démons continua à s’exprimer ce qui excéda le Patriarche Purulent qui leva les yeux au ciel si violemment que l’un de ses deux yeux fut expulsé de son orbite, le forçant d’essayer de se l’enfoncer à nouveau entre les paupières lorsque sa chaise à porteurs arriva à la hauteur de Septicus. D’une gifle, il fit sauter la cornemuse des mains de son lieutenant qui s’éclatait à faire de la douce musique "nurglesque", démonstration d’enthousiasme devant la corruption à venir d’Iax. Vaincu devant la joie de Septicus, Ku’gath le laissa reprendre son insupportable mélodie.

Ku’gath fit avancer son énorme Palanquin jusqu’aux prairies, apercevant au loin le marbre blanc étincelant d’un pavillon médical, flairant la puanteur des pommades antiseptiques et des désinfectants qui en émanait. Ku’gath fut épouvanté de sentir des médicaments, des onguents et pire, de la propreté car de tels nids d’hygiène étaient des cimetières stériles pour les bienfaits de Nurgle. Il ordonna à son armée de s’emparer de ce foyer de guérison, de le salir et de l’imprégner de puanteur. La horde atteignit l’hôpital et élimina les quelques Gardes Impériaux qui s’y trouvait. Satisfait, Ku’gath se vit amener le Chaudron de Nurgle, que son dieu lui avait prêté, depuis le premier des vaisseaux cadavériques. Des Portepestes tirèrent des cordes sortant depuis l’arche pourrie afin de faire surgir le gigantesque chaudron de fer rouillé depuis l’œsophage du monstre spatial, tout en admirant, en baillant, le raid aérien de l’Imperium faire tomber des bombes parmi sa horde peu affectée car vivifiée et protégée par les énergies du Warp. Enfin il ordonna qu’on aille quérir les sorciers mortels du Culte du Renouveau et la Secte de la Protubérance Bénie et de commencer le rituel pour invoquer le reste de son armée.

Les Guerres de la Peste s’accélèrent lorsque Roboute Guilliman revint de la Croisade Indomitus, sa vaste campagne qui avait commencé douze années plus tôt pour repousser les séides du Chaos - revenant dans son domaine d’Ultramar pour châtier Mortarion et sauver son domaine. Ku’gath fut contacté par le Primarque Démon grâce au Mycota Profundis, une énorme horloge démoniaque situé à l’intérieur du vaisseau de Mortarion, l’Endurance. L’image de Ku’gath apparu sous la pendule, frémissante, comme nimbée du souffle brûlant d’une forge. Une seconde image, celle de Typhus, le Héraut de Nurgle et puissant Seigneur du Chaos, apparut à son tour à côté de lui. Le Seigneur de la Mort apprit à Ku’gath le retour de Guilliman à Ultramar, ce qui lui permettait de mettre en place les dernières étapes de son plan d’invasion. Écoutant les disputes sans fin entre le Primarque et son fils génétique avec qui il était brouillé, le Grand Immonde assura Mortarion de son soutien, restant obsédé de réparer le gâchis que sa naissance avait provoqué en privant Nurgle d’une maladie terrible, espérant trouver la rédemption dans le succès de cette campagne, tout en concoctant un rituel qui permettra l’annexion d’Ultramar au domaine de Nurgle, ne demandant qu’au Primarque Démon de faire en sorte de ternir Guilliman loin du monde d’Iax, centre de sa préparation impie censée transformer la planète en "Pestiliax".[4]

Alors que Mortarion avait rejoint le monde de Parmenio, Guilliman mena une campagne éclair qui vit notamment la reprise d’Espandor. Sur Iax, Ku’gath, secondé par Septicus, s’était installé dans le medicae que sa légion avait annexé pour en faire un moulin à peste, corrompue jusqu’à la moelle car le Jardin de Nurgle s’était déversé du Warp et avait fait de la planète un véritable enfer. Le Chaudron de Nurgle dominait la coquille évidée du bâtiment, enflant depuis l’arrivée de l’ost de la peste. Ku’gath s’était adapté aux dimensions du chaudron, devenu aussi volumineux qu’une colline. Dans son nouveau laboratoire, le Grand Immonde laissait la souillure du Warp se répandre dans Ultramar à travers le chaudron, épicentre de toute sa stratégie corruptrice. Mais Ku’gath avait des difficultés, ressentant de la déception à ne pas parvenir à concocter une maladie capable de tuer un Primarque et permettre d’asservir à jamais l’ensemble du Royaume d’Ultramar au jardin d’abondance. Puis il ressentit la démangeaison lancinante de la Mycota Profundis l’informant que Mortarion l’appelait. Des champignons grimpants partirent à l’assaut du pied de Ku’gath, lançant des filaments entremêlés le long de sa jambe, de son aine, de son ventre, où ils se démultiplièrent en volume et en épaisseur avant de continuer leur course vers son visage. Les premières veines atteignirent ses lèvres et l’une d’elles s’écarta de son visage avant de plonger dans un œil, qui devint laiteux, puis noir. Le Patriarche Purulent s’affala sur lui-même, sans s’effondrer toutefois et se vit recréé en miniature sous forme d’un buste vivant posé sur le pied d’un champignon vénéneux. Son image fit face de nouveau à Mortarion qui lui apprit que le Fils Vengeur était en route vers Parmenio et qu’il lui demandait son aide et sa présence sur ce monde avec sa Garde Purulente. Le Primarque Démon était acculé devant la rapidité de la campagne mené par Guilliman mais Ku’gath était réticent à venir le rejoindre, tout obnubilé par le rituel ultime sur Iax pour en faire Pestiliax et le cœur du futur domaine des Sept Cent Mondes d’Ultramar de Nurgle. Néanmoins, le Grand Immonde mit en garde Mortarion de ne pas se mettre à portée de l’Épée de l’Empereur que maniait Guilliman, car elle était capable de mettre fin à son existence pour de bon, et ceux malgré sa nature démoniaque. Il fut apeuré lorsque Mortarion évoqua la protection de l’Empereur dont jouissait le Fils Vengeur, lui permettant de ne pas être ralenti par les tempêtes Warp, et que les légions démoniaques envoyé pour le contrer avaient été défaites, voir délitées avant même d’approcher les vaisseaux du Primarque des Ultramarines. Paniqué, Ku’gath craignait plus que tout l’Anathème et le risque de le voir mobiliser Sa puissance contre lui. Ku’gath reçut l’ordre de venir sur Parmenio afin d’aider Mortarion à capturer Roboute Guilliman qui servira d’ingrédient final pour parachever le rituel sur Iax. Le Primarque Démon avait déjà mit en place le rituel d’invocation afin que le Démon Majeur puisse passer d’Iax et Parmenio au plus vite, ce qui agaça Ku’gath qui n’avait guère envie d’être arraché à son travail.

Revenant à lui dans son laboratoire, Ku’gath se plaignit à Septicus que Mortarion doutait qu’il puisse tenir sa promesse de créer une maladie mortelle contre un Primarque tout en critiquant le Seigneur de la Mort dans ses efforts déployés pour prendre ses distances avec la sorcellerie, alors qu’il était devenu un archi-sorcier depuis bien longtemps. Il comprit que toute cette guerre n’était au final qu’un moyen pour Mortarion de prouver qu’il était plus fort que Guilliman. Puis il confia à Septicus d’avoir peur de ne jamais réussir à recréer la plus grande des pestes de Grand-Père Nurgle. Il sentait qu’un autre Grand Immonde, Rotigus, était prêt à le remplacer dans l’affection du Dieu du Chaos et que si il échouait, il perdrai sa place en tant que bras droit de Nurgle. Finalement, il se conforma aux ordres de Mortarion, ordonnant que la moitié des légions des cités d’Iax-qui-bientôt-sera-Pestiliax. Obéissant à ses ordres, Septicus s’apprêta à souffler dans sa cornemuse pour appeler au rassemblement, mais Ku’gath l’arrêta au dernier moment, lui promettant de lui faire la peau si il soufflait encore dedans…

Plus tard, le Démon Majeur surgit d’une faille Warp ouverte entre Iax et le nord du monde de Parmenio, dans une vallée peu encaissée dans les montagnes suite à un rituel surveillé par Mortarion lui-même et assuré par le Culte de la Prolifération Infinie, une secte d’oracles Psykers toute dévouée à Nurgle. Sept des adeptes de Nurgle les plus exaltés avaient été choisis pour se suicider avec les pointes de lames dans leur ventre, s’éviscérant avec des gestes vifs et saccadés, leurs cadavres servant de conducteur maléfique à l’ouverture du portail. Mortarion accueillit Ku’gath et lui annonça qu’une bataille majeure allait commencer conte les armées de Guilliman arrivée elles aussi sur Parmenio. Puis la légion démoniaque du Grand Immonde se déversait depuis la faille crée afin de prendre part à la guerre. Ku’gath était néanmoins furieux, car la puissance de Nurgle s’étiolait sur Parmenio, ayant l’impression que si il utilisait trop d’énergie pour alimenter sa sorcellerie, les courants s’évanouiraient et qu’il serait chassé de l’univers matériel. Il comprit que la puissance de l’Empereur était présente sur Parmenio et ne crut pas Mortarion quand celui-ci affirma que tout allait se passer comme prévu.

La Bataille de Parmenio débuta plus tard sur les Plaines d’Hecatone. Les Démons apparurent grâce à sept Tours de la Peste qui avancèrent vers le champ de bataille, propageant une brume maléfique qui offrait la possibilité aux Démons de se matérialiser par milliers et contrecarrer les difficultés qu’ils avaient de rester dans l’univers matériel. En face d’eux se trouvaient les tanks, les Titans, les Chevaliers, l’Astra Militarum, les Ultramarines et leurs successeurs, dirigés par Guilliman qui atteignit le cœur du champ de bataille depuis son Léviathan de commandement. Au centre de l’ost démoniaque se trouvait la Garde Purulente de Ku’gath qui était assis sur son Palanquin, avançant en tête de la masse couinante, ses six lieutenants autour de lui. Ku’gath voulait se dépêcher de mettre fin à la bataille pour retourner sur Iax, afin de concevoir la plus puissante des pestes jamais créées. Mortarion survolta le champ de bataille et lui ordonna de trouver et de capturer Guilliman vivant, ordre que Ku’gath répéta à ses lieutenants. Durant les combats au corps à corps, Guilliman plongea au cœur de la masse des entités démoniaques et les massacra avec l’Épée de l’Empereur. Le Grand Immonde Septicus l’engagea en duel tandis Ku’gath restait à l’arrière de la mêlée, se contentant de lancer sur l’adversaire des jarres de maladies savamment concoctées qu’il prélevait sur les râteliers de son Palanquin, tout en s’indignant d’être obligé de se battre. Il était interloqué de voir ses lieutenants s’amuser comme de petits fous alors que lui s’ennuyait. Il essaya de convaincre des Space Marines de l’Imperium de renier l’Empereur et de rejoindre les saveurs infinies de Nurgle, mais personne ne l’écouta. Mais quand il vit que Squatumous et que Bubondubon avaient été rejeté dans le Warp, il commença à s’inquiéter de la tournure des évènements. Il admira néanmoins les talents de combattant de Guilliman - tout en restant à une distance raisonnable de l’Épée de l’Empereur, on sait jamais - et lorsque Septicus trouva une minuscule ouverture qui permit une de ses longues griffes noires de caresser le bras du Fils Vengeur, blessant le creux du coude du Primarque des Ultramarines et faisant couler une goutte unique de son sang sur le sol, Ku’gath se vit offrir l’occasion de jeter un sort. D’un claquement des doigts, il fit apparaître ainsi des faisceaux d’énergie sinueuse qui se frayèrent un chemin à travers la pénombre, apparaissant de chaque Tour de la Peste restante. Guilliman fut entravé au niveau du poignet, du cou et de la taille. Ku’gath appela Mortarion pour lui faire connaître son succès, le Seigneur de la Mort apparaissant ainsi en face du Fils Vengeur. Après une discussion avec son frère détesté, il s’apprêta à lui couper les jambes.

Puis tout bascula. Ku’gath, Mortarion et les Démons se retrouvèrent paralysés, le temps s’étant comme arrêté. Une jeune fille originaire de la planète et possédant des talents psychiques hors norme - la Sainte de Tyros qui avait été enfermée sur ordre de Guilliman avant la bataille, - apparu sur le champ de bataille. Une puissance lumineuse époustouflante se dégageait d’elle et qui anéantissait les Démons par le simple halo qu’elle dégageait. Les Démons s’affolèrent, hurlant "Anathème !" et Mortarion fut projeté en arrière par la Sainte Vivante habitée par la puissance de l’Empereur qui était en personne intervenu pour sauver Roboute Guilliman. Le Seigneur de la Mort se releva tant bien que mal et souleva sa faux, frappant en arrière et ouvrant une fente dans le temps et l’espace. Ku’gath fut le premier à y pénétrer en chancelant, son Palanquin abandonné achevant de se consumer sur le champ de bataille, son propre dos enflammé, suivit peu après par Mortarion qui invita Guilliman à venir le rejoindre sur Iax pour achever cette guerre.[5]

De retour sur Iax, Ku’gath s’attela à terminer sa préparation dans le Chaudron de Nurgle dans le moulin à peste quand une tempête débuta. Tous les Démon de son entourage étaient triste suite à la mort véritable de Septicus, tué par l’Épée de l’Empereur maniée par Guilliman lors de la Bataille de Parmenio. Ku’gath avait enfin trouvé d’autres entités qui partageaient sa tristesse, et il n’aimait pas cela du tout, se plaignant même que la cornemuse de son lieutenant lui manquait. Il perdit un œil qui suivit une de ses larmes et tomba dans le Chaudron de Nurgle. Agacé, il plongea sa main dans le liquide pour repêcher son œil, sa chair tombant en lambeaux au contact de la mixture, l’obligeant à puiser un peu plus d’énergie du Warp pour reconstituer sa peau aussi rapidement qu’elle fondait. Sa main agrippa quelque chose de dur et pointu. Tirant de toutes ses forces cet ingrédient étranger à sa recette avant de lâcher l’objet et d’atterrir sur son derrière spongieux. L’objet apparu et se révéla être un bois de cervidé, tenu par un autre Grand Immonde qui émergea des poisons savamment concoctés par Ku’gath. C’était Rotigus, le Père des Pluies, alors deuxième favori de Nurgle. Rotigus salua Ku’gath, lui remettant son œil qu'il avait fait tomber, le Patriarche Purulent le remettant à sa place. Ku’gath voulu chasser Rotigus du Chaudron de Nurgle, ce dernier goûtant sa mixture en demandant ce que c’était tout en s’y prélassant. Le Patriarche Purulent l’avait baptisé le Fléau Divin, capable de tuer un Primarque, et même un Démon, faisant pourrir le corps et l’âme, à l’intérieur comme à l’extérieur ! Rotigus se moqua de lui, constant qu’il était toujours vivant et même revigoré, Ku’gath se défendant en soulignant qu’il n’avait pas terminé.

Puis Rotigus l’informa de la raison de son apparition : les armées de Tzeentch attaquaient les Astres Fléaux, débutant ce qui allait devenir la Guerre de la Faille. Cette nouvelle affola Ku’gath qui, comprenant que son temps était compté, fut ulcéré que les traités passés entre les Dieux du Chaos furent aussi rapidement violés. Rotigus rigola en constatant sa naïveté. Il lui conseilla de laisser tomber Mortarion et d’abandonner les Guerres de la Peste et de rejoindre le conflit pour défendre le domaine de Grand-Père. Le Père des Pluies méprisait Mortarion qu’il voyait comme un demi-mortel, et souligna que la guerre contre Guilliman n’était rien par rapport à une guerre entre de vrais dieux. Ku’gath se défendit en affirmant œuvrer pour accomplir les desseins de Grand-Père Nurgle, mais Rotigus lui demanda se cesser de se mentir à lui-même : Ku’gath suivait le plan de Mortarion parce qu’il voulait que Nurgle lui pardonne sa naissance alors qu’en réalité, il s'était laissé entraîner dans les lubies d’un demi-mortel. Rotigus menaça à peine Ku’gath de lui ravir sa place de premier favori s'il continuait dans cette voie avant de s’enfoncer sous la surface de la mixture et de disparaitre. Ku’gath plongea la main dans la mixture et chercha son rival, mais Rotigus était parti.

Reprenant son travail, il se demanda si Mortarion était au courant du début de la Guerre de la Faille, et à contrecœur, il chatouilla l’infection fongique sur sa cuisse qui invoquerait la Mycota Profundis. Un instant plus tard, il devisait avec le Seigneur de la Mort qui n’ignorait rien de l’invasion de Tzeentch - aussi allié avec Khorne, - et appris que Typhus avait abandonné leur guerre et quittait Ultramar pour rejoindre les osts de Nurgle.

Plus tard, énervé et lassé, Ku’gath quitta l’hôpital corrompue jusqu’à la moelle, laissant ses sbires remuer le chaudron à sa place, partant se promener. Il se savait alors surveillé, notamment par les nouveaux Grands Immondes envoyés par les sénéchaux du Manoir de Nurgle en personne pour le protéger et pour remplacer ses camarades tombés au combat. Il quittant le moulin à peste, s’aventurant dans le campement de sa légion démoniaque avant de marcher dans le marécage immonde qui entourait son bastion. Enfin seul et loin de tout, il appela un certain Jacassticot, un Démon de Nurgle qu’on pouvait invoquer en échange d’un secret à partager. Enfin, à la sixième invocation, le Grand Immonde sentit à surface de son abdomen, une créature tentant de s’extraire de son corps et un furoncle apparu, grossissant jusqu’à ce qu’à la septième invocation, il éclate, laissant une créature luisante semblable à un lombric s’extirper dans un flux de liquide. Saisissant la créature dénommée Jacassticot - dont le corps évoquait un croisement entre un têtard et un lombric, rond à l’avant, puis de plus en plus fin, jusqu’à sa queue musclée, avec un visage qui consistait en une large bouche hérissée de dents plates et encadrée de lèvres violettes repoussantes et ayant quatre bras courtauds terminées par des mains à trois doigts munis de griffes tranchantes. Le Grand Immonde demanda au petit Démon de s’infiltrer dans les rangs de Roboute Guilliman, alors arrivé sur Iax, pour l’espionner et obtenir des informations sur sa stratégie. Jacassticot s’engagea à habiter le corps d’un humain suffisamment proche de Guilliman pour l’espionner, un membre officier de son ost de croisade. Mais en échange, il exigea de la part de Ku’gath un secret d’une certaine valeur en dédommagement de son labeur. Alors le Patriarche Purulent avoua Jacassticot qui inclina la tête et mit sa main là où aurait dû se trouver son oreille son secret : il n’avait jamais vraiment aimé Septicus Sept ! Le Jacassticot fut… déçu car pour cette broutille, il ne prendrais même pas le risque de voler le nom d’un bébé en écoutant sa mère. Alors Ku’gath avoua ne pas aimer Mortarion non plus, ni Typhus, et qu’il détestait Rotigus ! Mais comme tout le monde savait que Ku’gath détestait tout le monde, le petit Démon l’encouragea à faire mieux. Enfin Ku’gath lui expliqua posséder une goutte de sang de Guilliman, récupérée le champ de bataille d’Hecatone, qu’il gardait dans une petite fiole au sein d’une des plaies non cicatrisées de son corps. De plus, vue q'il n’avait pas besoin de l’entièreté de cette goutte pour le Fléau Divin, il en conserverait une partie pour éventuellement contrecarrer Mortarion…

Satisfait, le Jacassticot s’en alla, parvenant plus tard à posséder le corps d’un officier humain et à écouter le discours tenu par Guilliman lors de son arrivé dans l’une des dernières villes impériale debout sur Iax, dans la cité portuaire de Prime Atterrissage, le Fils Vengeur faisant croire alors qu’il ignorait l’existence du Fléau Divin, ce qui était faux. Mais Jacassticot se fera repéré par un Archiviste et se fera éliminé.

Retournant s’occuper de sa mixture, Ku’gath s’engagea dans les derniers préparatifs du Fléau Divin. Portant une combinaison protectrice composée de peaux humaines visqueuses cousues ensemble pour former une mosaïque repoussante, une capuche sur sa tête, et protégé par d’épaisses lentilles de verre avec un long bec recouvrant son nez, le Patriarche Purulent mit le dernier ingrédient dans sa concoction sous le silence religieux de tous les Démons de Nurgle qui le regardait : d’une main d’expert, il fit tomber la moitié de la goutte de sang de Guilliman dans le chaudron. Le Chaudron de Nurgle se mit alors à trembler et un vent tourbillonnant vint s’enrouler autour de lui, fouettant tous les Démons rassemblés. Au-dessus du moulin à peste, un immense maelstrom tournoya et l’œil jaune de Nurgle en personne apparu avant que le liquide ne jaillisse en une colonne rectiligne qui perfora le vortex, titillant l’œil du Grand-Père lui-même qui disparut alors en un éclat de rire. Ku’gath retrouva ensuite dans le chaudron un tube à essai encrassé scellé par un bouchon avec à l’intérieur un demi litre de liquide qui s’agitait comme un être vivant, passant du vert au violet à chacune de ses contractions : le Fléau Divin. Le Grand Immonde avait réussi son pari même si il n’arrivait pas à attraper le flacon au fond du chaudron, le faisant osciller avant de le renverser et d’attraper le tube qui tombait vers le sol. Mais le doute le prit. Et si cela ne marchait pas ? Il regarda alors les Nurglings rassemblés autour de lui, dont les plus malins commencèrent à s’éloigner sur la pointe des pieds. Le Grand Immonde laissa une seule goutte de la mixture tomber au sol et les effets furent instantanés. Une onde de choc circulaire et brumeuse se propagea à partir du point où le liquide frappa le sol et tous les Nurglings touchés furent réduits à l’état de taches sombres et gluante, leurs minuscules âmes se dissipant sous les effets surnaturels du fléau tandis que se répandit dans toutes les directions à partir des limons une maladie rendant malade les Nurglings restants qui moururent en mugissant. Pour Ku’gath, c’était le succès total, et il contacta Mortarion pour lui faire part de cette grande nouvelle.

Avant l’arrivée de Mortarion, Ku’gath se défit de sa combinaison, la roula et l’avala telle un immense spaghetti de peau puis il ajusta sa taille pour ne pas offenser Mortarion, dont la stature était fixe du fait de sa nature de semi-mortel, n’occupant, modestement, que les deux premiers étages du moulin à peste, au lieu de dépasser allègrement du toit brisé. Il fit rétrécir le Chaudron de Nurgle et y prépara un feu tout neuf en dessous. Néanmoins, le Grand Immonde regrettait totalement de s’être allié avec Mortarion, ne supportant plus son caractère mais savait qu’il devait aller jusqu’au bout de leur plan ensemble. Enfin Mortarion arriva en volant, atterrissant dans un nuage de fumée et d’odeurs, suivi par tout un entourage de Nurglings qui jaillirent de sous sa cape. Ku’gath et le Primarque se saluèrent, avant que le Seigneur de la Mort n’utilise son énorme faux comme un bâton pour sonder les planchers brisés, fouiller les décombres et écraser des pans de verre du moulin, satisfait de voir un ancien lieu de guérison détruit, y voyant un moyen d’éliminer les faibles. Fièrement, le Patriarche Purulent lui présenta le chaudron, faisant claquer ses doigts pour réduire le chaudron de la taille d'une pièce de monnaie afin de recommencer pour l’agrandir jusqu’à la taille des dieux eux-mêmes. Puis il montra au Primarque Démon sa fiole contenant le Fléau Divin, sa joie se refroidissant devant l’indifférence de Mortarion qui s’attendait à quelque chose de plus impressionnant. Agacé, Ku’gath expliqua que lui ou Mortarion pouvaient périr totalement et définitivement à cause de ce poison. Avant de lui remettre le Fléau Divin, il mit en garde Mortarion : il devait piquer Guilliman et lui injecter le Fléau Divin dans le corps, car s’il était exposé à l’air libre, il en sera affecté lui aussi. Ku’gath ne pu s’empêcher d’exprimer son espoir de se faire pardonner sa naissance grâce à sa création, avant de remettre en cadeau à Mortarion le tube à essai contenant sa création, exprimant fermement son désir d’avoir un peu plus de respect de la part de son sinistre allié. Ku’gath souligna que le temps était compté et qu’ils devront bientôt répondre à la mobilisation pour rejoindre les Astres Fléaux, mais la simple évocation de ce nouveau conflit enragea Mortation qui menaça le Grand Immonde de sa faux de l’asservir à sa volonté et d’emprisonner son essence dans sa faux, hurlant qu’il n’était l’esclave de personne, pas même de Nurgle. Pour détendre l’atmosphère, Ku’gath lui fit un clin d’œil complice - qui échoua lorsque son orbe capricieux se détacha de son visage - avant de lui raconter ce que Jacassticot lui avait appris : Guilliman savait qu’on voulait lui voler Ultramar, qu’Iax se trouvait au centre de la toile corruptrice tissée par Mortarion et qu’il connaissait l’existence d’une clé de voûte - le Chaudron de Nurgle - à cette toile de décrépitude. Mais surtout Guilliman attendait Mortarion à Prime Atterrissage et ignorait l’existence du Fléau Divin qui le terrassera. Cela fit rire le Seigneur de la Mort qui expliqua à Ku’gath que le Fils Vengeur s’était joué de lui, conscient qu’il était espionné et qu’il avait fait croire qu’il ignorait tout. Roboute Guilliman avait ses propres sorciers et savait que le Fléau Divin existait. Le Grand Immonde eut le déplaisir d’entendre que le Chaudron de Nurgle sera la cible du Primarque Loyaliste et qu’il devait se préparer à la bataille. Le Grand Immonde paniqua, car il avait eu son content de batailles pour un bon millénaire, après toute cette histoire sur les Plaines d’Hecatone. Mortarion remua le couteau dans la plaie en lui annonçant l’arrivée possible de Custodiens, de Sœurs du Silence et de Chevaliers Gris pour s’occuper de lui alors que sa Garde Purulente était ravagée. Il supplia Mortarion de lui envoyer des Marines de la Peste et de propager maintenant le Fléau Divin, mais le Primarque Démon refusa net, lui demandant plutôt de lui concocter une tempête en y incorporant toute la pourriture et les maladies de ce monde et tisser un suaire autour d’Iax afin d’empêcher toute aide venant de la flotte loyaliste en orbite. Puis Mortarion s’envola et disparut, laissant Ku’gath soulager sa colère et sa frustration sur un petite Nurgling du Primarque qu’il écrasa sans pitié. Puis en hurlant qu’il n’était pas le majordome de Mortarion, il ordonna à sa légion de se préparer à la guerre avant de commencer à produire une tempête Warp qui une fois terminé, a jaillit du Chaudron de Nurgle, bloquant les communications impériales entre le flotte et les troupes à la surface d’Iax.

Peu après, alors que les forces de Mortarion s’en prenaient à Prime Atterrissage et que les deux Primarques s’affrontaient en duel, Ku’gath eut la très mauvaise surprise de voir une armée impériale dirigée par un prêtre se nommant Mathieu, un conseiller de Guilliman habité par la puissance de l’Empereur, s’attaquer à son moulin à peste. Cette armée - la Croisade des Témoins - fut soutenu par l’arrivée de Spaces Marines du Chapitre des Novamarines et une bataille furieuse débuta. Ku’gath constata que les mortels avaient fait une percée non négligeable dans les rangs de ses suivants. Les choses empirèrent lorsque des fragments de son âme errant dans l’atmosphère de la planète perçurent le début d’un bombardement orbital qui cherchait à atteindre son moulin à peste bien qu’une grande partie de ces rayons se dissipaient, le transfert des énergies perturbé par la magie de Ku’gath. Ordonnant à des Portepestes de remuer le mixture du chaudron pour garder actif la tempête Warp, - les Démons Mineurs utilisant un appareillage complexe de cordes et de sangles pour utiliser la louche géante - il partit défendre sa base et pour protéger le Chaudron de Nurgle, une Épée de la Peste à la main. Débouchant dans l’un des grands halls d’entrée du medicae en ruine, il appela les "petits hommes" à venir le chercher, recevant pour toute réponse un faisceau à fusion qui le percuta en plein ventre avant de recevoir deux autres tirs, tous venant des Space Marines, des Eradicators. Le Grand Immonde les massacra, se retrouvant bien vite de nouveau encerclé, avant de recevoir des Portepestes en renfort. Il demanda qui voulait l’affronter, son défi recevant une réponse de la part d’un Lieutenant Novamarine, se nommant Edermo, équipé d’un bouclier et d’une épée. Edermo esquiva et encaissa les coups de Ku’gath qui maniait a lame comme un couteau de cuisine, ne se rendant pas compte que le lieutenant le retenait pour offrir à ses guerriers la chance d’attaque le chaudron sans défense. Lorsque deux Space Marines apparurent pour aider Edermo, Ku’gath leur vomi dessus un torrent d’immondices, les tuant sur le coup. Edermo a alors saisit sa chance, inversa sa prise sur son épée et courut vers le Grand Immonde, parvenant à le frapper sur le côté et d’enfoncer sa lame dans la chair caoutchouteuse de Ku’gath. Le champ disrupteur de la lame annihila le corps de Ku’gath qui sentit sa chair s’embraser, des pans de sa chair se détachant de son dos et des longueurs d’intestins se déversant de son ventre. Il projeta au loin le Space Marine qui se brisa en deux contre un pilier, le paralysant et le blessant mortellement. Grièvement blessé, le Grand Immonde jura qu’il allait prendre l’âme d’Edermo qui alors lui annonça sa défaite. Ku’gath vit au loin des Novamarines foncer vers le Chaudron de Nurgle, protégeant le prêtre Mathieu qui, chose incroyable, ne semblait pas subir le moindre mutation ou maladie devant ce réceptacle du Dieu de la Peste. Hurlant de rage, Ku'gath enfonça la pointe de sa lame dans le corps d’Edermo, le tuant, avant de boiter vers le chaudron, demandant aux Astartes d’avoir "l’amabilité de s’éloigner du chaudron de Grand-Père". Les Space Marines lui tirèrent dessus, Ku’gath répliquant en leur vomissant dessus, mais un mur de force invisible qui entourait Mathieu et les Novamarines les protégea, une protection émanant de l’Empereur Lui-même. Dans une dernier effort, le Démon Majeur tenta de les tuer avec sa lame, mais c’est alors qu’un Char Leman Russ de la Croisade des Témoins défonça un mur de la salle du chaudron, conduit par Colonel du nom d’Odrameyer, et fonça droit sur le Grand Immonde. Le fût rouillé du canon l’empala en pleine poitrine, l’entraîna en arrière, et le cloua contre une paroi opposée. Le flot d’immondices noires coulant de Ku’gath inonda le char d’Odrameyer, faisant subir un processus de mutation accéléré. À moitié muté, le Colonel lui enfonça au nom de l’Empereur son Épée Énergétique dans un de ses orbites oculaires vide et dans une ultime impulsion de puissance, le générateur de l’arme lui carbonisa le cerveau, renvoyant son âme vers le jardin et le jugement de son Grand-Père.

Le chaudron fut banni rapidement par l’Empereur à travers Mathieu, tandis que Mortarion était rappelé de force par le Dieu de la Peste suite à sa défaite face à Guilliman qui après avoir été contaminé par le Fléau Divin, avait été sauvé par l’intervention du Maitre de l’Humanité qui calcina dans Sa fureur une partie du Jardin de Nurgle avant que le voile entre les deux réalités ne se dissipent, mettant fin aux Guerres de la Peste.

L’âme de Ku’gath se retrouva dans le jardin de son maître, subissant le processus de renaissance dans une cosse accrochée à un arbre noueux et majestueux, si immense et décrépit qu’il menaçait de s’effondrer. La plupart de ses branches étaient dépourvues de feuilles et des cosses natales flasques y étaient suspendues, tellement anciennes qu’elles étaient devenues dures et noires. À l’intérieur, s’y trouvait les os à moitié formés de Démons qui étaient retournés dans le jardin mais n’avait jamais réussi à regagner les faveurs du Grand-Père, et avaient par conséquent connu une mort véritable. La cosse de Ku’gath était la seule vivante qui pendait de l’unique branche vivante, suspendue au-dessus d’une petite mare. Rotigus le retrouva et lui parla, lui apprenant qu’il ne pourra peut-être pas sortir avant encore un bon bout de temps, car Grand-Père était très fâché contre lui pour avoir ignoré son injonction de se retirer du royaume de l’Ultramar pour affronter les armées de Tzeentch et pour avoir échoué à accomplir ses objectifs personnels, offrant à l’Empereur le moyen de ravager son domaine. Rotigus se moqua de lui et lui annonça avoir de son côté comploté pour détruire non pas Ultramar, mais tout l’Imperium. Il avait attaqué la Bibliothèque de Ptolémée sur Macragge, le monde capitale d’Ultramar et offert à un historitor impérial, Fabian Guelphrain, un volume dissimulé par Guilliman qui racontait l’histoire d’un évènement ayant eu lieu durant l’Hérésie d’Horus : l’Imperium Secundus, une tentative du Fils Vengeur de créer à l’époque un Imperium nouveau et qui serai interprété comme un acte de haute trahison aujourd’hui. La portée de cette nouvelle allait dans le temps de propager et décrédibiliser Guilliman qui était le seul être capable de maintenir l’Imperium alors au bord du gouffre.

Puis Ku’gath apprit avant le départ de son rival que désormais, il devra l’appeler premier favori de Nurgle. Il avait perdu son titre de favori de son dieu. Enfermé dans sa cosse, la silhouette à moitié formée du Patriarche Purulent commença à attendre le pardon de Nurgle. Et il allait attendre très longtemps.[6]

Sources

Pensée du Jour : « La douleur est une illusion des sens, le désespoir une illusion de l’esprit. »
  • Codex Démons du Chaos, V6
  • Codex Démons du Chaos, V4
  • Codex Chevaliers Gris, V5
  • HALEY GUY, Grandfather's Gift - A Mortarion Short Story, Black Library, 2017
  • HALEY GUY, Sombre Imperium, Black Library, 2017
  • HALEY GUY, Sombre Imperium - Guerre et Peste, Black Library, 2018
  • HALEY GUY, Sombre Imperium - Fléau Divin, Black Library, 2021
  • Warhammer 40K - Livre de Règles, V8
  1. Informations issues de Grandfather's Gift - A Mortarion Short Story de HALEY GUY, Black Library, 2017 et traduit par Trazyn l'infini et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Sombre Imperium, Chapitre Seize - Le Cortège de Nurgle de HALEY GUY, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues du Codex Chevaliers Gris, V5 - Exploits Légendaires et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Sombre Imperium, Chapitre Dix - Des Nouvelles d’Ultramar, Chapitre Seize - Le Cortège de Ku’gath, Chapitre Dix-Neuf - Mycota Profundis de HALEY GUY, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Sombre Imperium - Guerre et Peste, Chapitre Quatre - La Convocation de Ku’gath, Chapitre Quatorze - La Voie de la Chair, Chapitre Vingt-Trois - La Garde Pestilentielle Approche, Chapitre Vingt-Sept - Le Plan de l'Empereur de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Sombre Imperium - Fléau Divin, Chapitre Quatre - Le Premier Favori de Nurgle, Chapitre Six - Le Jacassticot, Chapitre Dix-Sept - Le Triomphe de Ku'gath, Chapitre Dix Neuf - Les Bienfaits de Ku'gath, Chapitre Trente - La Dernière Charge du 4021ème, Chapitre Trente-Six - L'Appel d'Honourum, Chapitre Quarante-Deux - Autres Formes de HALEY GUY, Black Library, 2021
    Informations issues de Warhammer 40K - Livre de Règles, V8 - Zone de Guerre : Ultramar et résumées par Guilhem.